Version classiqueVersion mobile

Les études françaises au Japon

 | 
Jean René Klein
, 
Francine Thyrion

Les échanges franco-japonais à la lumière des emprunts lexicaux

Saburo Aoki

Texte intégral

Introduction

  • 1 Guêtre se prononce gee-to-lu, jupon devient zubon, chapeau se transforme en shappo, mètre devient m (...)

1Les relations diplomatiques franco-japonaises remontent précisément à l’année 1859, lors de la signature du traité d’amitié et de commerce entre la France de Napoléon III et le Japon du Shogunat de Tokugawa. Cela représente 150 ans d’histoire, mais quelques mots japonais étaient connus en France bien avant cette période, ainsi selon le Robert historique : obi (1551), bonze (1570), saqué (1667), mikado (1827), kami (1845), samourai (1852). En revanche, les premiers mots venus de France étaient en rapport avec la modernisation de l’armée du Shogun soutenue par Napoléon III. Des termes comme guêtre, jupon1, chapeau et mètre sont considérés comme les premiers emprunts lexicaux au français dans la langue japonaise.

2L’objectif de cet article est de comparer la place des mots français et japonais dans les langues respectives à travers l’observation de quelques emprunts lexicaux du passé et d’aujourd’hui et d’éclairer leurs caractéristiques en tant que mots étrangers.

1. La place des mots français dans le lexique japonais

3Le japonais, depuis son origine, ne cesse d’intégrer les mots étrangers ou de les emprunter pour enrichir ses connaissances et ses modes d’expression. En effet, le japonais actuel est constitué de mots autochtones, d’origine proprement japonaise (40 %), de mots chinois ou sino-japonais écrits en kanji ou idéogrammes (50 %) et de mots venus de l’Occident ou d’ailleurs (10 %). Les mots venus de l’Occident sont des mots portugais entre le 14e et le 16e siècles, des mots hollandais, pendant la période du 17e au 18e siècle et des mots anglais, français, allemands depuis le 19e.

  • 2 Pour la commodité de la présentation, je les présente par ordre arphabétique et avec l’orthographe (...)

4Si on consulte Umegaki (1972), on y trouve un nombre non moins important de mots empruntés au français. Voici la principale liste des emprunts français2 :

A : à la carte, à la mode, art nouveau, accent, agrément, attaché, appliqué, adieu, atelier, avant-garde, avant-guerre, aventure, absinthe, après-guerre, avec, apéritif, ancien régime,
B : baccalauréat, bazar, ballade, ballet, baroque, bidet, bifteck, bouquet, bouillabaisse, bouillon, blanc-manger, brioche, bourgeoisie, blouson, beige, baiser, béret, Bordeaux,
C : canapé, café, café au lait, camouflage, culotte, coup d’État, coupé, coupon, crayon, croquet, cocu, cognac, communiqué, cologne, consommé, crayon, conté, conte, condom, crêpe, Chanel, chapeau, chanson, chandelier, champignon, chou à la crême, surréalisme, chemise, chocolat, chic, châssis, château, c’est si bon.
D : décadence, décolleté, dessin, début, déformer, de luxe,
E : enquête, encore, ensemble, en tout cas, ennui, éclair, école, escargot, esprit, étiquette, étude, étranger, étoile, élite, eau de Cologne,
F : filet, fiancé, fricassée, fondue, fromage,
G : gavotte, gâteau, gratin, grand prix, gourmet, gréco-romain, genre,
H : habitation, hectare,
J : jupon,
L : lingerie, litre, lithographie, luge,
M : madame, mannequin, mayonnaise, marronier, marron, mirage, meunière, mètre, maison, métro, mode, mademoiselle, monologue, montage,
N : nuance, nouvelle vague, nouveau, nougat, négligé, Noël, nonchalant,
O : objet,
P : pas de deux, parisienne, parisien, Parthénon, palette, pantalon, purée, pilotis, photogénie, petit bourgeois, prêt-à-porter, prolétariat, polonaise,
R : rythmique, roulette, reportage, rayonne, réalisme, résistance, résumé, robe, romanesque, roman,
S : sablé, sabotage, salon, sioniste, gigolo, silhouette, suède, soufflé, spectre, sauté, sauce à la Béchamel,
T : topaze, troubadour,
U : unique,
V : vacances, vermouth

5Les premiers mots français qui furent introduits dans la langue japonaise sont des termes militaires : guêtres, chapeau, chassepot, brigade, escadron, manteau, sabre et des unités de mesure utilisées dans l’armée modernisée : mètre, centimètre (1859- 1880).

6Ensuite, dans la période 1900-1925, furent empruntés au français les termes concernant les beaux-arts : art nouveau, académie, atelier, étude, carton, conté, collage, crayon, objet, salon des indépendants, salon d’automne, décadents, dessin, blouse, pose, motif, réalisme et aussi des mots liés au style de vie des artistes, absinthe, café, liqueur. Dans le domaine de la musique et de la danse, le japonais emprunta au français des mots comme ensemble, étude, pas de deux, ballet, tutu.

7Dans les arts, les sciences humaines et la pensée philosophique en général, le français fournit des mots tels que : avant-garde, avant-guerre, après-guerre, engagement, coup d’État, écriture, créole, syndicalisme, syndicaliste, signifiant, signifié, discours, nouveau roman, parole, pensée, bourgeois, prolétariat, langue, ressentiment, Renaissance, enquête, encore, esprit, étranger, élan vital, concours, chanson, conte, genre, surréalisme, début, de luxe, montage, vaudeville, raison d’être, revue, reportage, etc.

8Outre les domaines considérés ci-dessus, les mots français occupent, surtout à l’heure actuelle, une place importante dans les domaines culinaire et de la mode. Parmi les termes culinaires, on peut citer les mots suivants (qui se prononcent selon les règles phonologiques du japonais) : à la carte, hors-d’œuvre, café, café au lait, gratin, gourmet, gourmand, croissant, consommé, chef, truffe, buffet, bouillon, foie gras, potage, pot-au-feu, menu, ratatouille, restaurant, piment, fond de veau, sommelier, éclair, crêpe, gaufre, pâtissier, parfait, petit four, mille-feuille, etc. Dans le domaine de la mode, on trouve entre autres : haute couture, pantalon, blouson, prêt-à-porter, béret, mannequin, rouge, salopette, etc.

9Les mots ainsi énumérés nous amènent à penser que le français est bien présent dans le lexique japonais. Mais on observe plusieurs types de fonctionnements des mots empruntés au français. Par exemple, le mot dessin désigne une expression d’art aussi bien en japonais qu’en français. Le mot pas de deux est bien un terme du ballet, en français et en japonais. Les termes diplomatique et sociologique tels qu’agrément, communiqué et coup d’État sont aussi utilisés en japonais dans le même sens qu’en français. Parfois, ces termes spécifiques sont importés dans la société japonaise en même temps que de nouvelles réalités, de nouveaux concepts français. Mais c’est un cas extrêmement rare. En général, les mots étrangers subissent une transformation pour assumer leur place dans le système lexical japonais, et les mots français ne font pas exception. Ainsi, on peut observer divers types de fonctionnement des emprunts français dans l’utilisation qu’en fait le japonais.

2. Fonctionnements des mots français dans le système lexical japonais

(1) type brioche

10Brioche (prononcé en japonais bou-li-o-shu), éclair (prononcé e-ku-le-a), cognac (ko-nyak-ku), foie gras (ho-wa-gu-la) désignent les mêmes choses que les mots français. Il s’agit de mots désignant des choses importées de la France. Entrent dans cette catégorie des termes cités plus haut : communiqué, agrément, baccalauréat, coup d’Etat.

(2) type chef

11Le mot chef, en français, désigne un dirigeant, une personne qui est à la tête, qui commande. Le japonais chef, prononcé che-fou, renvoie, comme en anglais d’ailleurs, au chef cuisinier. Le champ sémantique est restreint au domaine culinaire. Mais dans cette restriction du champ sémantique, le mot chef, en japonais, désigne non seulement le responsable en cuisine, mais aussi, plus largement, les cuisiniers professionnels de la cuisine française ou italienne. Pour désigner plus précisément le chef responsable, on invente un terme chief chef (tiifu chefou) et pour distinguer les types de cuisine, french-chef, italian-chef.

12Dans ce type de mots d’origine française, on peut inclure des mots comme atelier (pour artiste), chez (Matsuo, Ino), qui renvoie au patron d’un restaurant de cuisine française. Le mot aventure évoque celle de l’amour, alors que son homologue anglais adventure renvoie aux actions aventureuses en général.

(3) type madame

13Le mot madame, en français, est le titre d’appel des femmes mariées, comme Mistress en anglais. En japonais, les mots madamu et mi-se-su sont utilisés en concurrence. L’emprunt français madamu renvoie à une femme oisive (yuukan madamu), une patronne d’un bar ou d’une boîte de nuit : bar no madamu. Madamu Hô, appelée ainsi en japonais, peut être considérée comme une millionnaire, une femme qui a très bien réussi dans ses affaires, une femme européenne. On dit aussi madamu pour désigner des femmes européennes d’un certain âge. Quant à mi-se-su, c’est plutôt une jeune mariée, comme le montre le magazine féminin japonais : MISESU.

14Madamu killer est un mot japonais composé d’un terme français et d’un mot anglais, sur le modèle de lady-killer. Les Japonais préfèrent certainement le terme français madame à lady pour insister sur la connotation concerntant la qualité sensuelle de la relation : on ne séduit pas autant une lady qu’une madamu.

15De même que madamu, le titre monsieur (prononcé mus-shu) renvoie aussi à un homme d’âge mur. Son homologue anglais mister désigne plutôt un héros dans le domaine sportif par exemple, un homme de fort caractère. Ainsi, un grand joueur de base-ball japonais, considéré comme héros national, Shigeo Nagashima, est appelé par le Japonais moyen Mister Nagashima.

(4) type Bath robe

16Le mot bath robe (prononcé ba-su-roo-bu) est importé de l’anglais Bath robe, composé d’un mot anglais et d’un mot d’origine française, passé à la syntaxe anglaise. Ce type de mots hybrides est abondamment emprunté au japonais. Par exemple, talc en poudre se dit talkan powder (cf. talcum powder en angl.). Marron donne un maron paste (ma-lon-pee-su-to, pâte de marron), maron cake (ma-lon-keeki, gâteau au marron), etc. la Sauce à la Béchamel devient Béchamel sauce. De plus le japonais lui-même crée, à l’instar de bath robe, un terme comme encore hour (prononcé an-kooru-awaa). Encore hour est un programme (de télévision) consistant à présenter de vieux films en reprise.

(5) type pas de deux

17Le composé pas de deux (prononcé pa-do-du, ou pas dou, pado) est un terme de ballet. Mais on le trouve aussi souvent comme nom de salon de coiffure, de pâtisserie, d’un personnage de manga, d’un titre de chanson de variété, d’un magasin de fleurs, de lingerie et même comme nom d’un magasin spécialisé en préservatifs !

18Pas de deux n’a plus le sens technique du ballet, ni le sens littéral du français, mais cette dénomination crée un effet publicitaire qui se démarque de l’ordinaire, qui invite le public (consommateur) à un univers de rêverie, d’élégance, d’exotisme, voire d’érotisme.

19Il en va de même pour les noms propres Enraciné pour les vêtements féminins, La Vie en Rose pour les magasins de fleurs, les restaurants et même pour le nom d’un foyer du troisième âge.

(6) type petit

20L’adjectif petit qu’on trouve en français dans un petit hôtel, un petit bourgeois, un petit gâteau, un petit cadeau, un petit copain, etc. s’utilise comme une sorte de préfixe pour marquer la valeur de petitesse de taille, la discrétion, l’affection, la subjectivité du locuteur à l’égard d’une chose. Le japonais dispose, pour exprimer cette valeur diminutive, de divers préfixes empruntés au chinois ou à l’anglais : par exemple, shô-, préfixe d’origine chinoise, se combine avec un terme comme shimin (citoyen). Ainsi shô-shimin (littéralement, petit-citoyen) correspond en français à petit bourgeois. Les trois préfixes empruntés à l’anglais small- (prononcé sumooru), little- (prononcé litoru) et mini- (prononcé mini) sont aussi couramment usités en japonais moderne : small-PC (prononcé sumooru PC) est un ordinateur de petite taille ; little-Tokyo (prononcé litoru Tokyo) est une petite ville qui est aussi animée que la capitale de Tokyo ; mini-bonsai est un bonsai qui est davantage réduit qu’un bonsai ordinaire. A côté de ceux-ci, le mot petit (prononcé puti), devenu un préfixe japonais depuis une dizaine d’années, étend de plus en plus son domaine d’utilisation : puti danjiki (petit régime), puti rakutenka (petit optimiste), puti stress, puti kyoyo (petite connaissance générale), puti okane moti (petit fortuné), puti seikei (petite chirurgie esthétique), puti resort (loisir de luxe à court terme), puti ryuugaku (très court séjour d’études à l’étranger), etc. On entend même à la télévision une jeune femme présenter un restaurant chic, mais convivial, en s’exclamant : koko wa putit gorgeous desu nee (Ce restaurant est de petit de luxe !!). Puti ne marque pas seulement la petitesse de taille, mais il permet aussi de créer des néologismes pour signifier des concepts divers, avec connotations expressives : frivolité, légèreté, intimité, coquetterie, etc. Ainsi le puti okanemoti (un petit fortuné) n’est pas un millionnaire, mais un amateur devenu quelque peu fortuné en spéculant à la bourse ou en investissant dans les affaires. Il forme une certaine sous-catégorie ou un certain type de phénomène social, psychologique. Le puti stress est un état de stress sans grande gravité, mais causé par la vie de tous les jours à cause des relations fille/belle-mère au foyer, patron/employé ou entre collègues au travail, élève/enseignant(s) à l’école, etc. Le puti seikei (opération chirurgicale esthétique bénigne) renvoie à une opération faite pour modifier très légèrement la forme, la ligne d’une partie du corps (en particulier les yeux, le nez), opération simple techniquement et peu coûteuse. C’est bien le mot français devenu japonais qui est utilisé pour créer de nouveaux mots et concepts. De ce point de vue, le mot puti est inscrit comme un mot fonctionnel dans le lexique japonais et participe à la production d’un nouveau type de concepts.

3. Bilan de la situation des emprunts français en japonais

21Dans le cadre des échanges franco-japonais à travers les mots, les emprunts lexicaux français ont occupé une place qui donne ainsi des termes dans plusieurs domaines : militaire, artistique, musique, esthétique, littéraire et philosophique. A l’heure actuelle, les domaines gastronomique et cosmétique sont dominants. Les mots sont importés avec leurs référents. C’est le cas de brioche. Mais les mots apportent aussi des représentations stéréotypées de la culture et de la société françaises, ce qui fait tantôt concurrence, dans l’usage, aux emprunts anglais (madame vs mistress, missus, café vs coffee), tantôt suscite des mélanges hybrides européens (talk en powder, chou cream, madame killer, etc.). Les emprunts ne semblent pas pénétrer le domaine de la grammaire, cela revient à dire que les mots d’origine française n’ont pas d’influence sur la phrase, unité fondamentale de la pensée et du message. Toutefois, il est remarquable d’observer la productivité lexicale de la préfixation puti, devenue parfaitement japonaise, qui, donc, ne fonctionne plus exactement comme le français, mais influence la façon de concevoir les phénomènes socioculturels d’aujourd’hui.

22Certains Français résidant au Japon qualifient de franponais les mots d’origine française qu’on rencontre au Japon, surtout dans le domaine du marketing (nom des boutiques, des objets, décoration, emballage, T-shirt, etc.) Ce sont des mots-valises composés de français et de japonais, ou des suites de mots donnant l’impression qu’il s’agit bien de français. Pour les francophones, les fautes d’orthographe, la négligence de la syntaxe et de la sémantique lexicale peuvent paraître drôles, fâcheuses, lamentables. Mais ces signes fonctionnent au Japon dans la société de grande consommation pour évoquer chez les consommateurs les qualités sensorielles d’objets liés à des stéréotypes français.

23Ce mode de perception à travers des signes démunis de sens se rapproche de la façon dont les Japonais perçoivent les qualités des objets par le biais des idéophones. C’est cette magie sonore et sensorielle qui produit ses effets sans qu’on reconnaisse vraiment l’identité des objets. On peut caractériser les emprunts français comme arrivant à fonctionner tels des signifiés où l’emporte pour ainsi dire la représentation des qualia.

4. Les mots japonais dans le lexique français

24On sait que dans le Petit Robert et le Robert historique, sont notés une cinquantaine de mots japonais : obi (1551), bonze (1570), saqué (1667), Japon (1730), nippon (1765), shinto (1765), mikado (1827), djogoun (1830), kami (1845), samourai (1852), daimiou (1863), japonisme (1866), yen (1871), hara-kiri (1873), (1874), japonaiserie (1878), kakemono (1878), sen (1878), kaki (1882), geisha (1887), mousmé (1887), torii (1893), go (1893), kabuki (1895), zen (1895), biwa (1895), tatami (1904), jiu-jitsu (1906), tsunami (1915), haiku (1922), judo (1931), dan (1944), judoka (1944), kamikaze (1950), karate (1956), aikido (1961), karateka (1966), sashimi (1970), tempura (1970), kendo (1970), yakitori (1970), origami (1972), fugu (1973), bonsai (1975), sushi (1979), sumo (1981), surimi (1985), tofu (1985), yakusa (1985), karaoké (1985), futon (1987).

  • 3 Jean Gabriel Santoni (Université de Hiroshima) fait remarquer (communication personnelle) que dans (...)

25On constate qu’au 16e siècle deux mots japonais furent attestés (obi et bonze), un mot au 17e siècle (saqué), deux mots au 18e siècle (nippon, shinto), 21 mots au 19e siècle, 7 mots dans la première partie du 20e siècle et 18 mots après 19503. Cela signifie que la plupart des mots japonais en français furent introduits au 19e siècle et dans la dernière partie du 20e siècle. Ce sont des mots désignant les noms de choses liées à l’exotisme (orientalisme, japonisme, nouveau japonisme). Comme on le sait, après 1860, les beaux-arts japonais, surtout les estampes ukiyoe sont devenus une source d’inspiration majeure pour les artistes et les écrivains français : Manet, Monet, les frères Goncourt, etc. Le japonisme n’apportait pas directement beaucoup de mots japonais en français, mais des mots tels que obi, musume figurent dans les écrits français. Concernant obi (ceinture), on trouve par exemple chez Emile de Goncourt et Pierre Loti :

Une Japonaise joufflue et mafflue, à la coiffure gigantesque, à l’ obi, au nœud de ceinture monstrueux (...) tient d’une main, le nez de carton d’un masque de théâtre (E. de Goncourt, Mais. artiste, t. 2, 1881, p. 216).

Les toilettes [des Japonaises] se complètent de ces larges ceintures appelées obi, qui sont d’ordinaire en soie magnifique et dont les coques régulières forment comme un papillon monstre au bas des petits dos frêles, donnant une grâce si particulière et si cherchée aux silhouettes des femmes (Loti, Exilée, 1893, p. 249).

26Quant au mot musume (jeune fille), Loti le décrit ainsi :

C’est là que nous conduisait Chrysanthème. Nous prenons place à une table, sous une tente de toile noire ornée de grandes lettres blanches (aspect funéraire), — et deux mousmés très rieuses s’empressent à nous servir. Mousmé est un mot qui signifie jeune fille ou très jeune femme. C’est un des plus jolis de la langue nipponne ; il semble qu’il y ait, dans ce mot, de la moue (de la petite moue gentille et drôle comme elles en font) et surtout de la frimousse (de la frimousse chiffonnée comme est la leur). Je l’emploierai souvent, n’en connaissant aucun en français qui le vaille.

27Plus tard, en 1920, Paul Eluard publia un recueil de poèmes : Pour vivre ici – onze hai-kais. Inspiré par la forme du haiku (la différence existant entre haiku et haikai est peu importante), le poète introduit dans le mouvement du dadaïsme une forme de langage poétique expérimental. Le recours au japonais dépasse ici le simple exotisme pour pénétrer dans la conscience nouvelle de l’artiste cherchant une forme rénovée d’expression du monde et de l’art.

28Qu’en est-il pour les mots japonais importés en français après la seconde guerre mondiale ? Le Japon a toujours donné l’image de Fushigi no kuni Nippon (le Japon, ce pays mystérieux), titre d’un livre de Paul Bonnet, paru en 1975. (Paul Bonnet, Fushigi no kuni Nippon : zainichi Furansujin no me, Le Japon déshabillé par un Français, Tokyo, Daiyamondosha, 1975).

29Les mots japonais les plus courants en français semblent être : zen, hara-kiri et kamikaze. Le mot zen apparaît en français dans Le Bouddhisme japonais, écrit par un certain Fujishima Ryanon en 1889, mais le zen est devenu à la mode dans les années 50 aux États-Unis, 60 en France, où il a y aujourd’hui plus de cent dôjô (lieu d’entrainement des arts martiaux). Le mot zen exprime en français actuel un état d’âme serein, tranquille, détendu, cool, comme dans les formules rester zen, être zen.

30Pour ce qui est du mot hara-kiri, il apparaît souvent dans les romans et les écrits d’André Malraux :

Kyo a raison : ce qui nous manque le plus c’est le sens du hara-kiri. Mais le Japonais qui se tue risque de devenir un dieu, ce qui est le commencement de la saloperie (Malraux, Cond. hum., 1933, p. 315).

31On le trouve aussi dans la presse :

Pour éviter une épreuve de force susceptible de provoquer l’éclatement de l’O.N.U., la dix-neuvième Assemblée de l’O.N.U. a dû même se résoudre finalement à faire hara-kiri. Elle a décidé de s’ajourner (Le Monde, 20 févr. 1965, p. 3).

32Malraux utilise le mot hara-kiri dans le sens de ‘mort honorable’. Mais pour l’usage ordinaire de ce mot en français, il s’agit d’un suicide absurde, illogique, inexplicable (Pour la plupart des Français le nom hara-kiri est associé à l’hebdomadaire Hara-Kiri). Quant au mot kamikaze, qui signifie mot à mot ‘vent des dieux’, il représentait une opération-suicide qui avait pour but d’écraser son avion sur les navires américains, vers la fin de la guerre du Pacifique. En français ce mot désigne un acte suicidaire téméraire. Surtout depuis le 11 septembre 2001, ce mot est associé aux attentats suicidaires comme dans « kamikazes palestiniens ». Les mots zen, hara-kiri, kamikaze sont donc trois mots japonais qui ont gagné droit de cité en français pour catégoriser des choses et faits qui dépassent en quelque sorte la rationalité française.

33Dans la dernière partie du 20e siècle, c’est le sport, en particulier les arts martiaux, qui reste le domaine privilégié des mots empruntés au japonais : judo, judoka. karate, karateka, aikido, chambara, etc. De même pour la cuisine, les noms de plats et d’ingrédients : sashimi (1970), tempura (1970), yakitori (1970), fugu (1973), sushi (1979), surimi (1985), tofu (1985), etc. Le mode de vie alimentaire change et la cuisine japonaise occupe désormais une place dans la vie des Français.

5. Les mots japonais dans le français du 21e siècle

34Certains mots japonais, quoiqu’ils ne soient pas enregistrés dans les dictionnaires français, sont bien présents dans l’usage français : par exemple, karoshi, hikikomori, ijime, otaku, manga, karaoké. Après les termes désignant des modes de vie et d’action (harakiri, kamikaze), les phénomènes pathologiques propres à la société actuelle et qui se répandent adoptent des dénominations empruntées au japonais. Le mot karoshi, enregistré dans le New Oxford American Dictionnary (2005) s’observe aussi dans les livres écrits en français. Dans Le burn out à l’hôpital : Le syndrome de l’épuisement professionnel (Pierre Canouï, Anne Florentin, Aline Mauranges, éd. Elsevier Masson, 2008), les auteurs comparent le burn out syndrome, le karoshi et le syndrome d’épuisement professionnel.

35Le concept de ijime est aussi souvent abordé dans l’ouvrage Violence à l’école et politiques publiques (Éric Debarbieux, Catherine Blaya, éd. Esf, 2001) comme un problème de harcèlement scolaire des plus faibles. Le mot otaku, quant à lui, désigne des jeunes gens qui se réfugient dans un monde virtuel peuplé de héros de manga et de jeux vidéo auxquels ils s’identifient. C’est aussi un phénomène socio-culturel postmoderne, qui a tendance à se répandre aussi dans la société européenne.

36L’usage du mot manga semble bien établi en français pour désigner les dessins animés japonais. Le manga est connu depuis la parution de la traduction d’un manga intitulé Akira, en 1990. Dès lors, City Hunter, Dragon Ball, Sailor Moon, etc., ont eu un grand succès auprès de la jeunesse française. Le nombre de publications de manga ne cesse d’augmenter en France : 151 œuvres en 1998, 200 en 1999, 277 en 2000. Le nombre d’albums vendus a dépassé les 130 millions d’exemplaires, ce qui revient à dire que la France est devenue le deuxième pays de lecteurs de manga après le Japon. La « mangalogie » a aussi droit de cité dans le milieu académique et quelques thèses ont déjà été soutenues dans les universités françaises. La nouvelle manga est réclamée comme un nouveau genre d’expression, une fusion des bandes dessinées françaises et du manga japonais. (cf. Frédéric Boiret, Tokyo est mon jardin).

37Comme on le sait, l’Expo Japon a lieu en France, chaque année, depuis l’an 2000 avec la participation des principales éditions de France et du Japon, des sociétés de jeux vidéo, des sociétés d’importation de manga japonais, de CD, DVD de musique, etc.) En 2008, cette EXPO a eu lieu deux fois, en été (du 3 au 6 juillet) et en automne (du 31 octobre au 2 novembre). Au cours de cette exposition, ont été organisées des manifestations culturelles autour de différents thèmes tels que mangas, jeux vidéo, cos-play, karaoke, arts martiaux, moto et arts traditionnels (koto, danse classique, tambour, port du kimono, etc.) ainsi qu’une présentation de films japonais. Selon les statistiques des organisateurs, le nombre de visiteurs pour l’année 2000 avoisinait les 2000 personnes. Mais en 2008, ce nombre a dépassé les 130 milles personnes, dont 23 % de moins de 15 ans et 46 % des visiteurs avaient entre 15 ans et 25 ans. Ce qui signifie que presque 70 % des visiteurs étaient des jeunes gens de moins de 25 ans. A l’inverse de la génération de leurs parents et grands-parents, les jeunes français sont donc très attirés par de nouveaux aspects présentés par Expo-Japon.

6. En guise de conclusion

38Les emprunts introduisent des éléments hybrides dans le lexique d’une langue. C’est un lieu où se croisent société, histoire et langue. En japonais de même qu’en français sont introduites des représentations socio-culturelles, stéréotypées ou typifiées, lesquelles sont ensuite, stabilisées, figées dans la pratique langagière. Le japonais, qui n’a cessé d’accepter des mots étrangers tout au long de son histoire, les représente graphiquement par trois systèmes d’écriture (kanji, hirakana et katakana) et d’autres systèmes selon les cas (chiffres arabe, chiffres romains, alphabet latin, etc.). Ce caractère hybride semble fondamental et le japonais assimile dans son lexique des mots français, créant en quelque sorte un effet de halo par leurs sonorités, leurs images, leurs qualités sensuelles et sensorielles. On crée ainsi du franponais tel que mariage moi pour le nom d’un rayon dans un grand magasin de Tokyo, je vais bien jamais pour un petit accessoire, qui évoque quelque chose de coquet, mignon. C’est là que les mots français influencent le plus la langue japonaise. En revanche, pour le français, les mots japonais conservent souvent un statut de japonaiserie, ce qu’on appelle communément des xénismes. Il semble que les mots japonais sont introduits lorsque d’autres expressions ne sont pas aptes à exprimer les concepts, les choses venus de ce pays d’Extrême-Orient. C’est une différence fondamentale dans l’attitude de chacune deux langues à l’égard des mots empruntés à l’autre.

Bibliographie

Bibliographie

[français]

Guiraud, P. 1971. Les mots étrangers. Paris : PUF (Que sais-je ?).

Pruvost, J. (sous dir.) 2007. Dictionnaire du Japon Le Japon des dictionnaires. Val d’Oise : éd. des Silves.

Walter, H. 1991. Le dictionnaire des mots d’origine étrangère. Paris : Larousse.

Walter, H. 1994. L’aventure des langues en occident. Paris : Robert Laffont.

Walter, H. 1998. L’aventure des mots français venus d’ailleurs. Paris : Robert Laffont.

Walter, H. 2005. « L’intégration des mots venus d’ailleurs », in Alsic.or (http://alsic.u-strasbg.fr/v08/walter/alsic_v08_03-rec3.htm)

[japonais]

Arakawa S. 1967. (19772) Gairaigo jiten (Dictionary of Loan-Words). Tokyo : Kadokawa.

Ishino, H. 1983. Gendai gairaigo ko (Réflexion sur les mots étrangers modernes). Tokyo : Taishukan.

Ishiwata, T. 2001. Gairaigo no sogo kenkyu (Etude sur les mots étrangers). Tokyo : Tokyodo.

Kano-Kimura, M. 2006. Lexical Borrowing and its Impact on English : with Special Reference to Assimilation Process of Newer Loanwords from Japanese and German and Impact on the Existing Lexical System in English. Tokyo : éd. Hitsuji.

Kobayashi, T. 1999. Katakanago no shotai (Identité des mots écrits en katakana). Tokyo : Maruzen.

Kokuritsu Kokugo Kenkyujo (éd.).2004. Gairaigo ni kansuru ishikichosa (Enquête sur la conscience de l’usage des mots étrangers). Tokyo : Kokuritsu Kokugo Kenkyujo (Presse de l’Institut national de la langue japonaise).

Kokuritsu Kokugo Kenkyujo (éd.).2006. Gairaigo to gendaishakai (Les mots étrangers et la société actuelle). Tokyo : Kokuritsu Kokugo Kenkyujo (Presse de l’Institut national de la langue japonaise).

Tanaka, T. 2002. Gairaigo to wa nanika (Qu’est-ce que les mots étrangers ?). Suwa : Choeisha.

Umegaki, M. 1979. Gairaigo jiten (Dictionnaire des mots étrangers). Tokyo : Tokyodo.

Umegaki, M. 1944. Nihon gairaigo no kenkyu (Étude sur les mots étrangers dans le japonais). Tokyo : Seinen Tsushinsha.

Yamada, Y. 2002. Gairaigo to shosetsu (Les mots étrangers et les romans), Hiroshima : Institut d’Université Shudo Hiroshima.

Yazaki, G. 1975. Nippon no gairaigo (Les mots étrangers en japonais). Tokyo : Iwanami.

[documents]

Bonnet, P. 1975. Fushigi no kuni Nippon : zainichi Furansujin no me (Le Japon déshabillé par un Français). Tokyo : Daiyamondosha.

Canoui, P., Florintin, A. & A. Mauranges. 2008. Le burn out à l’hôpital : Le syndrome de l’épuisement professionnel. Issy les Moulineaux : Elsevier Masson.

Debarbieux, É. & C. Biaya. 2001. Violence à l’école et politiques publiques. Thiron : Esf.

Notes

1 Guêtre se prononce gee-to-lu, jupon devient zubon, chapeau se transforme en shappo, mètre devient mee-to-lu. À dire vrai, l’origine du mot zubon (pantalon) est controversée. Certains pensent que le mot zubon remonte à jupon, qui, lui-même, est dérivé de l’arabe jubba. D’autres prétendent que zubon est une onomatopée en relation avec le bruit que l’on fait en passant un pantalon.

2 Pour la commodité de la présentation, je les présente par ordre arphabétique et avec l’orthographe française.

3 Jean Gabriel Santoni (Université de Hiroshima) fait remarquer (communication personnelle) que dans les nombreuses relations de voyages (celle de Jean-Baptiste Tavernier, par exemple) et traductions d’ouvrages qui traitent du Japon, comme celles de Kaempfer, Thunberg ou des Jésuites, etc., un certain nombre d’autres mots sont présents.

Auteur

Université de Tsukuba

© Presses universitaires de Louvain, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search