Version classiqueVersion mobile

Les études françaises au Japon

 | 
Jean René Klein
, 
Francine Thyrion

Artistes et bonnes autour d’En ménage de J.-K. Huysmans et de À la recherche du temps perdu de Marcel Proust

Momoko Fukuda

Texte intégral

1Cet article traitera de la fonction de la « bonne » dans En ménage de Huysmans et À la recherche du temps perdu de Proust. Bien que cette thématique de la « bonne » puisse sembler particulière, elle pourrait dégager bien des aspects importants, surtout dans les romans écrits à la fin du XIXe siècle jusqu’à la Belle Époque.

1. En ménage de Huysmans

1.1. « La littérature célibataire »

  • 1 Colin, R.P. 1979. Schopenhauer en France : un mythe naturaliste. Lyon : Presse Universitaire de Lyo (...)
  • 2 Borie, J. 1976. Célibataire français. Paris : Sagittaire.

2L’étude de René-Pierre Colin sur la réception de Schopenhauer en France éclaire l’influence de ce philosophe sur Huysmans. Selon Colin, la compréhension qu’avait Huysmans de ce philosophe n’était pas profonde, et il a surtout sympathisé avec sa misogynie et sa figure de célibataire1. En effet, la description de Mme Chantelouve dans Là-bas comme une femme vampire qui épuise les hommes, et de Louise torturée par une maladie inconnue dans En rade, reflètent bien la misogynie de ce romancier. Jean Borie a nommé « littérature célibataire2 » les romans dont les héros sont en dehors de la morale bourgeoise.

  • 3 Bonnet, G. 2003. L’écriture comique de J.-K. Huysmans. Paris : Honoré Champion.

3Toutefois, il est rare de trouver des héros qui aient autant besoin de soins féminins que dans l’univers huysmansien. Quoique misogyne et même misanthrope, comme il ne sait rien faire de ses deux mains, le héros huysmansien vit dans une relation de dépendance totale par rapport au monde qui l’entoure. La vie retirée de Des Esseintes n’est possible que grâce à un couple de domestiques dévoués. Si l’on considère que les héros balzaciens et stendhaliens étaient mus par l’ambition et la passion, ce qui mobilise le héros huysmansien est un besoin physique tel que la faim. Gilles Bonnet qualifie ce romancier de « dramaturge de petites misères3». En ménage est un roman publié en 1881, époque où Huysmans était encore disciple de Zola. Comme dans d’autres romans d’avant la conversion de l’écrivain, ce texte fonctionne à partir d’une donnée de base fondamentalement pessimiste : la femme est encombrante et la nourriture est un problème. Comme ce roman s’inscrit dans le courant du roman d’artiste, examinons d’abord la question de l’artiste au XIXe siècle afin de mieux traiter ensuite la question particulière d’En ménage.

1.2. La question du mariage chez les artistes

  • 4 Heinich, N. 2005. L’élite artiste, excellence et singularité en régime démocratique. Paris : Gallim (...)

4Courbet a écrit dans son Mémoire : « Un homme marié est un réactionnaire en art4». L’incompatibilité entre la force créatrice et le bonheur du mariage se trouve partout dans le roman d’artiste au XIXe siècle, et la femme y est présentée à la fois comme la source de l’inspiration et un obstacle à la création. Par exemple, Manette Salomon et Charles Demailly des Goncourt sont le fruit de la réflexion sur le rapport entre l’artiste et la femme.

  • 5 MS, 226-227.
  • 6 CD, 197.

Coriolis s’était promis de ne pas se marier, non qu’il eût de la répugnance contre le mariage ; mais le mariage lui semblait un bonheur refusé à l’artiste. […]Selon lui, le célibat était le seul état qui laissât à l’artiste sa liberté, ses forces, son cerveau, sa conscience5.
Un homme qui passe sa vie à attraper des papillons dans un encrier est un homme hors la loi sociale, hors la règle conjugale… D’ailleurs, le célibat est nécessaire à la pensée6

5Bien que Colioris, le héros de Manette Salomon, et Demailly dans Charles Demailly, décident de rester célibataires afin de se consacrer à l’art, ils finissent par se marier avec leurs muses respectives. La belle Manette était utile à l’artiste tant qu’elle restait le modèle qui prête son corps à l’œuvre, mais aussitôt qu’elle devient une maîtresse et ensuite une mère, elle épuise la force créatrice de l’artiste en le tirant vers la vie bourgeoise. Le mariage avec une actrice gâche la carrière d’écrivain de Demailly et il finit dans un hôpital psychiatrique. Si l’on peut tirer une morale de ces deux romans, elle est claire : les artistes doivent rester célibataires afin de poursuivre la création. La même morale se trouve souvent dans les romans d’artiste au XIXe siècle. Par exemple, Les femmes d’artiste d’Alphonse Daudet commence par le débat entre un peintre, qui s’oppose au mariage de l’artiste en citant l’exemple de Delacroix, et un poète qui insiste sur la compatibilité du mariage et de la création en citant Victor Hugo. Dans L’Oeuvre, Zola a démontré que la passion pour la femme diminue en raison inverse de celle pour la peinture. À force de se consacrer à son œuvre, Claude Lantier ne touche plus à sa femme. Jalouse d’elle-même en tant que modèle dans le tableau, elle pousse son mari au suicide en essayant de l’écarter de la peinture. Dans un roman d’artiste, épouser sa muse n’est pas autre chose que la défaite de la création, voire une menace pour la vie.

1.3. En ménage, comme roman d’artiste

  • 7 EM, 338.

6Dans la plupart des romans de Huysmans, les artistes sont dotés d’une place importante, tels Cyprien, le peintre dans Les sœurs Vatard et En ménage, André, l’écrivain dans En ménage, Durtal, l’écrivain, dans Là-bas, La cathédrale et L’oblat. André, le héros d’En ménage est un écrivain sans succès, mais auteur de quelques publications. Sa relation avec sa femme est typique du roman d’artiste, dans le sens où sa femme Berthe n’apprécie pas le métier de son mari : « Il lui [Berthe] semblait que si elle avait appris le métier, elle l’aurait exécuté sans des tâtonnements pareils. Elle ne croyait pas qu’il fût plus difficile de mettre des mots en place que de remplir de points de laine le canevas d’une tapisserie7. » Berthe compare la création d’André avec sa broderie : comparaison qui reflète son incompréhension face à la difficulté du travail de l’esprit et à l’individualité de l’artiste. Pourtant, cette incompréhension de la part de son épouse ne semble pas torturer le héros.

  • 8 BORIE, J. 1991. Huysmans. Le Diable, le Célibataire et Dieu. Paris : Grasset & Fasquelle.
  • 9 EM, 351.

7Comme le souligne Jean Borie, si le héros huysmansien est artiste, il l’est par la nervosité, le mépris vis-à-vis des bourgeois, et le sentiment d’être différent des autres8. Si le mariage a un effet négatif sur son art, c’est à cause de l’éloignement par rapport à ses camarades célibataires entre lesquels circulent des offres de travail. Si André ne travaille guère au cours de l’histoire, c’est en raison de sa nature paresseuse et non à cause de son mariage. Après s’être séparé de sa femme adultère, André recommence sa vie de garçon. Installé dans son nouveau domicile, il ne tarde pas à trouver une raison de ne pas travailler : « Maniaque, ainsi que la plupart des artistes, il [André] ne pouvait travailler que dans un logement qu’il connaissait bien9. » Après avoir retrouvé son ancienne bonne Mélanie, il trouve un bonheur inespéré :

  • 10 Ibid., 325.

J’ai, cette fois, des atouts dans mon jeu. Le feu et la lampe allumés, les vêtements brossés et recousus, le dîner prêt à l’heure et mangé, les pieds dans mes pantoufles, […] je suis sauvé !
Le rêve, quoi ! conclut Cyprien. Le confortable du mariage avec la femme en moins !10

  • 11 Seillan, J.-M. 1994. L’empire du fantasme, essai sur l’imaginaire huysmansien, thèse d’État, Bordea (...)
  • 12 Ibid., 144.
  • 13 EM, 363, 393.

8Il faudrait souligner qu’il y avait une bonne chez André quand il vivait avec Berthe. Mais la bonne n’était que l’ombre de Berthe qui était la véritable maîtresse de la maison. Au contraire, Mélanie est pour André une « mère de secours11» et leur relation est une « relation chaste et maternelle12». La chasteté du rapport entre le maître et la bonne est en effet très importante dans l’œuvre de Huysmans. Contrairement aux romans tels que Pot-Bouille de Zola ou Une vie de Maupassant, où les bonnes deviennent l’objet du désir de leurs maîtres, ce n’est jamais le cas chez Huysmans. Bien que Mélanie soit assez attirante pour qu’on la prenne pour la nouvelle amante d’André, la bonne pour André n’est autre que le substitut de la mère. Son bonheur se réalise quand il bénéficie du confort du mariage sans s’unir à une femme. Dans sa vie de célibataire protégée par Mélanie, il se sent « parfaitement heureux13». On y entrevoit une utopie rare dans le monde pessimiste de Huysmans.

  • 14 Ibid., 363.

9Pourtant, le bonheur n’est qu’un état passager dans les premiers romans de Huysmans, où le besoin physique et le déplaisir mobilisent les héros. André sera aussitôt tourmenté par un besoin de présence féminine que Huysmans appelle « la crise juponnière14», et le confort parfait que représente Mélanie commence à l’agacer à cause de sa perfection.

1.4. Bonne et amante

  • 15 La lettre concernait un livre précieux à rendre, mais Jeanne vient au rendez-vous sans ce livre. Co (...)

10Après être guéri de la « crise juponnière », André reçoit une lettre de Jeanne, une femme qu’il a aimée cinq ans auparavant15. Après leurs retrouvailles, qui suscitent leur désir réciproque, l’idée de rentrer chez lui avec son amoureuse effraie pourtant André :

  • 16 EM, 404-405.

L’idée d’amener Jeanne chez lui le [André] renversa. […] Mélanie, outrée, déblatérait sur le compte de Jeanne, bougonnant, grognant, se refusant à la saluer et à la servir ; il aperçut d’un coup la tranquillité de son intérieur fuyant à vau-l’eau, remplacée par tout un enfer de cancans et de luttes16.

11Bien qu’André ne travaille guère au cours du récit, ce héros doté de la nervosité de l’artiste a toujours peur de gâcher la tranquillité de son ménage tout autant que celle de son lieu de travail. Tandis qu’André se soucie de la réaction de sa bonne, il n’est pas le seul à se soucier de la présence de la bonne. Jeanne se sent mal à l’aise d’entrer dans le ménage déjà bien établi avec la bonne :

  • 17 Ibid., 409.

Quand elle [Jeanne] sut que Mélanie était mariée, sa terreur s’accrut. La situation fausse qu’elle allait avoir dans ce ménage, formé depuis des mois, et fonctionnant sans arrêt, l’épouvanta. Elle comprit qu’elle ne pourrait être qu’une étrangère en visite ; que, dans ce mécanisme de vie intérieure, elle ne serait qu’un inutile rouage ajouté par suite d’un hasard ou d’une fantaisie et qui se briserait sans interrompre en rien la marche régulière de la machine17.

12Mélanie, une femme mariée qui s’occupe du ménage d’un célibataire, vit en accord avec les règles de la morale sociale, et le ménage semble à Jeanne dans un état parfait. Jeanne, qui entretient une relation intime avec André sans être mariée avec lui, est consciente d’être en dehors de cette morale :

  • 18 Ibid., 409.

André lui [Jeanne] caressait la main et elle s’appuyait sur lui, espérant tout de même une assistance et une affection, mais bien que convaincue qu’elle exagérait ses transes, elle ne put cependant chasser l’image de cette Mélanie qu’elle se représentait comme un grand dragon, vieux et roide, la regardant du haut en bas, en sa qualité de femme mariée et de servante, maîtresse d’une maison, dominatrice du caractère incertain d’André18.

  • 19 Ibid., 416.

13Mélanie, dotée d’une image épouvantable dans l’imagination de Jeanne, se révèle en réalité si jeune et sympathique qu’elle s’écrie : « Elle est toute jeune, ta bonne19 ». Son image de « grand dragon, vieux et roide » se trouve complètement fausse. Pourtant, être servie par une bonne possédant ces qualités est pénible pour Jeanne d’une manière différente :

  • 20 EM, 416-417.

Les coques étant vides, André donna un coup de timbre ; Jeanne eut un malaise extraordinaire. Elle regardait le jeune homme, étonnée et presque chagrine, et elle crispa ses doigts sur sa main comme pour l’empêcher de faire vibrer le timbre. André ne comprit plus. Jeanne paraissait plus intimidée que jamais. Le coup sec appelant Mélanie la blessait. Il lui semblait que, déjeunant avec André, elle était complice de cet ordre bref. Les réflexions qui l’agitaient, la veille au soir, lui revinrent et elle fut dominée par un sentiment de pudeur et de gêne ; elle souffrait presque de se voir, elle, une femme du peuple, ayant eu des amants, servie comme une dame, par une femme du peuple honnête et elle était malheureuse et presque révoltée, de même que si elle avait vu commettre une injustice ou infliger à quelqu’un devant elle une humiliation parce que Mélanie, n’étant pas une pauvre vieille femme et n’étant pas trop laide, la valait20.

  • 21 Ibid., 418.

14Se voyant indigne d’être servie comme une dame, Jeanne éprouve un malaise extrême. Ce ménage à trois - André insouciant, Mélanie redoutant la présence de la nouvelle amante en la servant gracieusement tout de même, et Jeanne anéantie par l’humiliation - est doté d’une subtilité rare dans l’œuvre de Huysmans, où les femmes sont habituellement décrites comme bêtes et cupides, du point de vue des hommes. Le caractère discret de Jeanne plaît bien à Mélanie et « Jeanne prenait place dans le ménage, sans qu’un cri se fût élevé ni une dispute21. » Mélanie, qui exerce sa surveillance comme la mère de la maison et qui juge l’amante d’André, n’est autre qu’une bonne sous l’ordre d’un coup de timbre. Jeanne est consciente de cette discordance, si bien qu’elle finit par proposer à André de remercier Mélanie afin de vivre ensemble tous les deux, essayant de le convaincre qu’elle peut aussi cuisiner. C’est à ce moment qu’André devient conscient de ne pas pouvoir vivre avec Jeanne. Pour André, laisser faire à une amante les travaux de la bonne est aussi interdit que de prendre une bonne comme amante. Pour un héros huysmansien qui est tourmenté par le désir, mais a aussi peur d’être dérangé par la présence féminine, la femme doit toujours venir d’ailleurs, et la personne qui fait la cuisine à l’intérieur de la maison ne doit pas être une épouse. C’est pour cette raison que la nourriture ne se mêle jamais à l’amour physique chez Huysmans.

15Puisque le héros huysmansien n’idéalise jamais les femmes, cette histoire ne traite pas du piège du mariage comme Manette Salomon, ni du conflit entre la femme et l’art comme L’Oeuvre. Artiste ou non, le mariage n’est jamais recommandable chez Huysmans. Comme dans d’autres romans de cette période naturaliste, il s’agit toujours dans En ménage de la question du confort de la maison et de la nourriture. Si la femme est importante dans ce roman, ce n’est pas à cause de son influence maléfique sur la création, mais parce qu’il s’agit de protéger le confort matériel en évitant les problèmes féminins. La problématique de la nourriture et du domicile est soulignée à cause du métier d’André qui exige qu’il travaille à la maison. En créant un personnage écrivain, le roman se focalise sur « l’intérieur » de la maison, qui reste toujours problématique chez Huysmans. Et le rapport entre l’artiste, la femme et la bonne met en lumière la sensibilité de cet écrivain et l’obsession qui allait demeurer présente chez lui tout au long de sa carrière.

2. À la recherche du temps perdu de Marcel Proust

2.1. Absence et apparition

  • 22 Tadié, J-Y.1971. Proust et le roman : essai sur les formes et techniques du roman dans « À la reche (...)
  • 23 RTP 2, 445.
  • 24 RTP 2, 653.

16Comme le souligne Jean-Yves Tadié, le héros dans À la recherche du temps perdu est plus un « lieu de passion » qu’un personnage22. C’est grâce à sa réaction vis-à-vis des autres que le héros dans ce roman devient présent. Au début de Du côté de Guermantes, la famille du héros déménage, mais le père, la mère et la grand-mère sont rarement l’objet de descriptions. Il n’y a presque pas de description concernant le père ni le grand-père, et la mère n’est décrite que dans quelques circonstances spécifiques. La présence de la grand-mère n’est soulignée qu’au moment où elle tombe gravement malade. Au contraire, le va-et-vient de Françoise est constamment souligné au cours du récit : « Elle [Françoise] sortait infailliblement les jours où j’avais besoin d’elle23 », « Comme elle [Albertine] finissait cette phrase la porte s’ouvrit, et Françoise portant une lampe entra24. » Absente quand le héros a besoin d’elle, mais présente lorsqu’il a besoin d’intimité, sa présence et son absence s’imposent toujours au héros. Gêné par sa présence ou ennuyé par son absence, le héros en tant que « lieu de passion » prend sa place dans le roman, grâce à Françoise.

2.2. Le plaisir de jouer

17Tout d’abord, analysons le rôle de Françoise dans les épisodes amoureux concernant le héros en faisant la comparaison avec Jean Santeuil. Dans cet ouvrage, Jean est amoureux de Marie, la fille qu’il fréquente au jardin des Champs-Élysées. Cet épisode a beaucoup de points communs avec les épisodes avec Gilberte dans À la recherche du temps perdu, bien que la réaction de leurs parents respectifs soit opposée. Les parents, dans Jean Santeuil, s’opposent violemment à la fréquentation de Marie par leur fils, alors que les parents, dans À la recherche du temps perdu, ne sont presque pas concernés par les amours enfantines du héros :

  • 25 JS, 224.

Mon petit papa, dit Jean en se mettant à genoux, on me veut du mal, maman me persécute, défends-moi — Non, ta mère a raison, dit M. Santeuil incertain de ce qu’il allait dire. Tu es insupportable aussi avec cette petite fille. D’abord, tu ne la verras plus. […], et Jean, au moment où son père le poussait en lui donnant des claques vers le cabinet noir, tomba dans une violente attaque de nerfs.25

18Dans Jean Santeuil, comme les parents se montrent souvent violents, Jean ressent une colère désespérée qui est aussi forte que l’amour. Dans La confession d’une jeune fille, la mère meurt après avoir été témoin du fait que sa fille se donne à un mauvais garçon. Dans ces romans, la sexualité est ostensiblement liée à la culpabilité, et elle finit toujours par un désaccord plus ou moins grave avec les membres de la famille.

19Dans À la recherche du temps perdu, c’est le protagoniste qui prend la décision de ne plus voir Gilberte, alors que c’est à cause de l’opposition de ses parents que Jean ne verra plus sa petite amoureuse. Dans le premier cas, tandis que sa mère se contente d’exprimer gentiment ses inquiétudes sur les relations du héros avec Albertine, Françoise essaie d’empêcher ou d’interdire ces fréquentations mais sans autorité ni succès :

  • 26 RTP 2, 655.

Elle [Françoise] avait, pour faire parler ainsi un objet inanimé, l’art à la fois génial et patient d’Irving et de Frédérick Lemaître. En ce moment, tenant au-dessus d’Albertine et de moi la lampe allumée qui ne laissait dans l’ombre aucune des dépressions encore visibles que le corps de la jeune fille avait creusées dans le couvre-pieds, Françoise avait l’air de La Justice éclairant le Crime26.

20Quand elle entre dans la chambre où le héros passait un moment d’intimité avec Albertine, Françoise se transforme en « Justice ». Malgré ce qu’elle représente dans cette scène, la motivation de Françoise n’a pas de rapport réel avec la moralité. Si l’occasion se présente, elle peut aussi jouer le rôle d’entremetteuse :

  • 27 RTP 3, 648.

Et Françoise, en bonne et honnête servante qui entend faire respecter son maître comme elle le respecte elle-même, s’était drapée de cette majesté qui ennoblit les entremetteuses dans ces tableaux des vieux maîtres, où à côté d’elles s’effacent presque dans l’insignifiance la maîtresse et l’amant27.

21Françoise est tantôt celle qui interfère dans les aventures de son maître, tantôt la complice de ses vices, et ces changements sont justifiés par la mise en scène dans laquelle elle joue parfaitement son rôle. Surveillée par la bonne qui est passionnée par ses rôles, la sexualité du protagoniste est traitée avec un certain humour, ce qui écarte À la recherche du temps perdu des œuvres précédentes de Proust où la sexualité était toujours liée à la culpabilité.

2.3. La mise en scène de la maison

  • 28 RTP 2, 87.
  • 29 RTP 2, 617.
  • 30 RTP 2, 631.
  • 31 RTP 3, 148.
  • 32 ROBERTSON, J. 1971. The Relationship between the héro and Françoise in À la recherche du temps perd (...)

22Dans À la recherche du temps perdu, plusieurs personnages tels que Swann, Bergotte, la Berma et la grand-mère du protagoniste meurent. La mort elle-même est souvent annoncée sèchement, et Proust met l’accent sur les réactions d’autres personnages qui révèlent souvent leur froideur vis-à-vis de la mort d’un proche. La grand-mère du héros est si chère à ce dernier qu’il lui dit : « Sans toi je ne pourrais pas vivre28. » Pourtant, la relation entre la grand-mère et le héros n’est plus heureuse comme dans l’enfance de ce dernier. En effet, c’est le héros qui est la cause de l’attaque cruciale de sa grand-mère et finit par la tuer, en la faisant courir afin de ne pas être en retard au rendez-vous avec Gilberte. Bien que la maladie mortelle de sa grand-mère soit longuement décrite, cet épisode n’est pas dépourvu d’humour, à cause de Françoise qui montre un grand plaisir à exécuter des tâches plus difficiles que d’habitude : « Et en ce moment où ma grand-mère était si mal, la besogne de Françoise lui semblait particulièrement sienne. Elle ne voulait pas, elle la titulaire, se laisser chiper son rôle dans ces jours de gala29. » Quand on lui donne une tâche à la hauteur de sa compétence, le travail devient pour elle un événement comparable à un « gala ». Bien que Françoise exprime maladroitement sa tristesse profonde vis-à-vis de la grand-mère mourante, cette tristesse ne l’empêche pas d’éprouver la joie d’accomplir des tâches difficiles. Alors qu’elle les accomplit, elle fait également de mauvaises surprises au héros en disparaissant quand il a besoin d’elle : « Je fus surpris qu’à ce moment où ma grand-mère était si mal, Françoise disparût à tout moment. C’est qu’elle s’était commandé une toilette de deuil et ne voulait pas faire attendre la couturière30. » Françoise est à la fois extrêmement compétente, mais aussi incompréhensible, et le héros ne peut que la contempler avec stupeur. Il est à souligner que les sentiments du héros envers la maladie de sa grand-mère ne sont jamais mis en question, parce qu’ils sont occultés par ses réactions vis-à-vis des comportements étranges de Françoise. Grâce à la présence de Françoise qui empêche le héros de considérer sa culpabilité, Proust réussit à raconter cet épisode avec une certaine légèreté. Grâce à cela, l’autopunition du héros est retardée jusqu’à l’épisode des « intermittences du cœur31 », où le héros ressent finalement la mort de la grand-mère après plus d’un an, et cet épisode en devient d’autant plus sincère32.

2.4. Le regard qui fait jouer

  • 33 RTP 3, 128.
  • 34 RTP 2, 365.
  • 35 […] je pensais que sur ma grande table de bois blanc, regardé par Françoise, comme tous les êtres s (...)

23Si la maison du héros est pour Françoise une sorte de scène, elle l’est aussi pour le héros. Sans le vouloir, le héros joue aussi un rôle sous les yeux de Françoise, afin de protéger son amour-propre. Dans Sodome et Gomorrhe, le héros qui s’impatiente pour l’arrivée d’Albertine est obligé d’expliquer le contraste entre l’indifférence qu’il aimerait lui montrer et l’expression qui trahit ses sentiments : « […] je prétendis que je souffrais d’un rhumatisme pour expliquer le désaccord entre mon indifférence simulée et cette expression douloureuse ; [… ]33. » Le regard d’une servante est difficile à supporter pour le héros doté d’un grand amour-propre, et il est obligé de continuer son jeu, même en sachant qu’elle devine ses intentions. Malgré les efforts désespérés du héros, la servante ne manque pas de déceler les sentiments cachés de celui-ci : « […] il m’arrivait souvent de dire des choses où il n’y avait nulle vérité, tandis que je la manifestais par tant de confidences involontaires de mon corps et de mes actes (lesquelles étaient fort bien interprétées par Françoise) ; [… ]34. » Le regard de Françoise ne devient rassurant qu’à la fin du roman où le héros se met finalement à écrire et où ils finissent par se porter un respect mutuel en tant qu’artistes35. Jusque-là, le regard de Françoise a surtout la fonction de faire surgir les contours du héros à la maison, qui seraient flous sans elle.

Conclusion

24Cet article a traité de deux romans dans lesquels la bonne joue un rôle primordial. Dans En ménage, le rôle de Mélanie éclaire l’obsession, chez Huysmans, de protéger son « intérieur » sans perdre le confort. C’est grâce au personnage de Françoise que Proust réussit à évoquer la sexualité et la mort dans À la recherche du temps perdu, sans se confronter à la culpabilité immédiate comme dans ses œuvres précédentes. Ce thème pourrait éclairer encore bien d’autres aspects chez les écrivains de ces périodes.

Abréviations

25MS : E. et J. de Goncourt. Manette Salomon, éd. Stéphanie Champeau. Paris : Gallimard, coll. « Folio », 1996.

26CD : E. et J. de Goncourt. Charles Demailly. Paris : Flammarion, coll. « GF », 2007.

27EM : J.-K. Huysmans, En ménage, dans RomansI, éd. de Pierre Brunel. Paris : Robert Laffont, 2005 (« Bouquins »).

28RTP : M. Proust. À la recherche du temps perdu, éd. Jean-Yves Tadié et al. Paris : Gallimard, 4 vol., 1987-89, (« Bibliothèque de la Pléiade »).

29JS : M. Proust. Jean Santeuil, précédé de Les Plaisirs et les Jours, éd. Pierre Clarac et Yves Sandre. Paris : Gallimard, 1971 (« Bibliothèque de la Pléiade »).

Notes

1 Colin, R.P. 1979. Schopenhauer en France : un mythe naturaliste. Lyon : Presse Universitaire de Lyon, 189-192.

2 Borie, J. 1976. Célibataire français. Paris : Sagittaire.

3 Bonnet, G. 2003. L’écriture comique de J.-K. Huysmans. Paris : Honoré Champion.

4 Heinich, N. 2005. L’élite artiste, excellence et singularité en régime démocratique. Paris : Gallimard, 92.

5 MS, 226-227.

6 CD, 197.

7 EM, 338.

8 BORIE, J. 1991. Huysmans. Le Diable, le Célibataire et Dieu. Paris : Grasset & Fasquelle.

9 EM, 351.

10 Ibid., 325.

11 Seillan, J.-M. 1994. L’empire du fantasme, essai sur l’imaginaire huysmansien, thèse d’État, Bordeaux III, tome 1, 144.

12 Ibid., 144.

13 EM, 363, 393.

14 Ibid., 363.

15 La lettre concernait un livre précieux à rendre, mais Jeanne vient au rendez-vous sans ce livre. Comme André l’avait bien pressenti, ce livre n’était qu’un prétexte pour renouer la relation. À la fin de l’histoire, Berthe revient voir André sous le prétexte de lui rendre ses manuscrits laissés à leur domicile conjugal. Dans En ménage, le rapport entre les femmes qui entourent André et l’art n’est plus qu’indifférence complète, ou alors un moyen pour attirer l’attention d’André.

16 EM, 404-405.

17 Ibid., 409.

18 Ibid., 409.

19 Ibid., 416.

20 EM, 416-417.

21 Ibid., 418.

22 Tadié, J-Y.1971. Proust et le roman : essai sur les formes et techniques du roman dans « À la recherche du temps perdu », Paris : Gallimard, 30.

23 RTP 2, 445.

24 RTP 2, 653.

25 JS, 224.

26 RTP 2, 655.

27 RTP 3, 648.

28 RTP 2, 87.

29 RTP 2, 617.

30 RTP 2, 631.

31 RTP 3, 148.

32 ROBERTSON, J. 1971. The Relationship between the héro and Françoise in À la recherche du temps perdu, French Studies no.25, 437-441.

33 RTP 3, 128.

34 RTP 2, 365.

35 […] je pensais que sur ma grande table de bois blanc, regardé par Françoise, comme tous les êtres sans prétention qui vivent à côté de nous ont une certaine intuition de nos tâches […] (RTP 4, 610-611).

Auteur

Université de Tokyo (doctorante)

© Presses universitaires de Louvain, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search