Version classiqueVersion mobile

Les études françaises au Japon

 | 
Jean René Klein
, 
Francine Thyrion

Introduction

Jean René Klein et Francine Thyrion

Texte intégral

1Depuis 1999, des colloques, organisés alternativement par les universités de Louvain (Louvain-la-Neuve) et de Fukuoka, ont porté successivement sur les problèmes de l’enseignement du français au Japon ou sur divers aspects culturels (art, droit, histoire, lettres, langue, pensée, société) de l’Europe et du Japon, ou plus largement, de l’Asie.

2Le dernier colloque, qui s’est tenu à Louvain-la-Neuve du 4 au 6 mai 2009, ouvrait de nouvelles perspectives en focalisant l’attention sur les études de langue et de littérature françaises au Japon. Dix ans après la première réunion, il semblait intéressant de montrer comment les collègues japonais abordaient des questions plus directement en rapport avec le français. Parmi les participants, on a accueilli non seulement des spécialistes de deux universités de Fukuoka (Université de Fukuoka et Université Seinan-Gakuin), mais aussi des collègues et chercheurs des Universités de Tokyo et de Tsukuba, de l’Université Ritsumeikan (Kyoto) et de l’Université d’Osaka, ainsi qu’une spécialiste française des rapports contrastifs, français-japonais.

3Les communications sont regroupées assez naturellement en deux catégories : littérature et langue.

1. Thèmes littéraires

4Pour le moyen âge, Yasufumi Takana propose une analyse de la parodie, dans le Roman de Renart, d’un genre prisé à l’époque, le Planctus. Pour ce faire, il se fonde sur l’examen attentif des plaintes funèbres dans les romans antiques et dans les romans de Chrétien de Troyes.

5Analysant un aspect de l’Explication des maximes des saints, Daisuke Tsujibe fait découvrir un Fénelon utilisant son art d’écrire pour convaincre du bien-fondé de sa position dans le débat autour du quiétisme. L’évêque de Cambrai y montre non seulement un grand talent dans son argumentation, mais aussi une forme de tolérance (pour lui, combattre des idées n’équivaut pas à persécuter les personnes qui les soutiennent) peu présente chez ses principaux contradicteurs.

6Chez Flaubert, Mitsumasa Wada examine, à travers certaines œuvres de jeunesse (Quidquid volueris, L’éducation sentimentale de 1845) et Un cœur simple, l’étrange fascination qu’éprouve le romancier pour les animaux, ainsi que les rapports qu’il établit entre ceux-ci et l’homme.

7Jeune chercheuse de l’Université de Tokyo, préparant une thèse à Paris, Momoko Fukuda s’intéresse à l’image des bonnes dans la littérature de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, en particulier chez Huysmans et Proust. La bonne y apparaît notamment comme une sorte de protectrice d’artistes « maudits » qui ne fondent pas une famille.

8Kenji Hosogai aborde l’œuvre de Georges Bataille avec une question pour le moins difficile, analysée en profondeur : l’interprétation chez Bataille des tentatives de « l’expérience intérieure », allant de la philosophie mystique à la discipline du Zen, vue par Suzuki.

9Hélène De Groote consacre son étude à deux auteurs qu’elle affectionne, Marguerite Yourcenar et Yukio Mishima. Elle livre une analyse détaillée de leurs démarches parallèles, marquées par un usage significatif de la métaphore portant sur des thèmes communs aux deux écrivains.

10Auteur d’une thèse en préparation aux universités d’Osaka et de Paris-X, Yuriko Inouë, se consacre à l’étude d’un dramaturge contemporain, Valère Novarina, dont les œuvres apparaissent aussi fascinantes que déroutantes. Etudiant la variation des personnages, issus de l’amalgame de « je », dans L’espace furieux, la chercheuse s’attache à découvrir une structure dans ce qui apparaît, à première vue, comme un chaos.

11Hiroshi Yoshida part d’une analyse de l’espace dans le Japon contemporain, notamment à travers certaines transformations de quartiers de Tokyo. Il en arrive à montrer qu’une forme d’« hyper-spatialité » d’espaces qui se croisent et se superposent de façon complexe, s’observe aussi dans l’œuvre d’écrivains japonais. Ce phénomène se rencontre en particulier chez Haruki Murakami, dans le roman After dark (Le passage de la nuit), dont un décryptage nous est proposé.

12Faisant en quelque sorte le lien avec le domaine linguistique, la communication de Vincent Teixeira sur « L’étrangement de la langue dans l’étrangeté de l’humain », nous mène en un lieu où création littéraire et recherche sur la langue se rejoignent. L’auteur explore, en particulier, la spécificité de la langue littéraire : un écrivain part de sa langue, native ou non – à la limite, la langue de personne –, en quête d’une langue rêvée, l’outre-langue.

2. Thèmes linguistiques

13Koïchiro Kawashima, s’inspirant de la théorie de Martinet appliquée au japonais, s’intéresse, plus particulièrement, à la théorie de la neutralisation. A propos de cette notion, contestée par certains courants linguistiques, l’auteur rappelle qu’il en existe un cas déjà bien décrit en japonais, à savoir la perte de l’opposition entre /m/ et /n/. Il croit pouvoir montrer que le phénomène peut s’appliquer aussi à la gémination en japonais.

14Alors que romanistes et francisants portent plus spécifiquement leur attention sur les emprunts (de plus en plus nombreux) au japonais, l’exposé de Saburo Aoki présente une vue beaucoup plus complète, en examinant aussi le statut et le fonctionnement des mots français en japonais. Du point de vue contrastif, la description des adaptations subies par les mots français est éclairante.

15La communication d’Irène Tamba part d’un double constat issu de sa longue expérience de directrice de thèses d’étudiants japonais. Au fil des années, les moyens de communication plus faciles et la mondialisation ont rapproché culturellement étudiants japonais et français, si bien que les contacts oraux à travers les conversations, se sont trouvés considérablement facilités. En revanche, lorsqu’il s’agit de la transmission écrite des idées, l’influence beaucoup plus profonde de l’enracinement socioculturel et de l’enseignement scolaire, ont donné naissance à des rhétoriques spécifiques, dont les usagers japonais ou francophones ne prennent conscience que confrontés à un autre mode de pensée.

© Presses universitaires de Louvain, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search