Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hamadcha du Maroc

 | 
Brigitte Maréchal
, 
Felice Dassetto

Quand le culte des saints devient culte de possession – influences subsahariennes dans le rituel de la lila

Lisa Therme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Traditionnellement, la lila (qui signifie nuit en arabe) est une cérémonie soufie, qui repose sur une succession de dhikr – des chants de louanges à Dieu, au Prophète et aux saints de l’Islam, notamment Sidi Ali Ben Hamdouch et Sidi Ahmed Dghoughi, fondateurs de la confrérie des Hamadcha. Ces chants, véritables invocations, sont accompagnés d’une musique rituelle que les Hamadcha interprètent en les entrecoupant de prières (fatha). Le but de la lila est de protéger un lieu ou des personnes grâce à la baraka qu’elle véhicule. En effet, l’imaginaire populaire attribue aux saints des qualités divines, des pouvoirs surnaturels qui en font des êtres capables d’établir un lien entre Dieu et les hommes et d’avoir un impact sur le monde invisible. La baraka (bénédiction), est devenue symbolique de la sainteté et de la droiture. Dans le Coran, cette notion fusionne avec celle de grâce divine, mais peu à peu, le mot s’applique à d’autres images, associées à celle de la bénédiction : il sous-e...

Auteur

Docteure en anthropologie sociale, diplômée de l’EHESS de Paris. Elle est auteure d’une thèse sur le rituel de transe des Hamadcha (Entre deux mondes, essai sur le rôle social de la musique dans le rituel de transe thérapeutique de la lila dans la confrérie des Hamadcha du Zerhoun (Maroc), publiée aux Éditions Universitaires Européennes) et d’un film documentaire, Les Gardiens Invisibles (lauréat de la Fondation Marc de Montalembert 2005, Prix Cnrs/Images 2006) sur les relations entre Lalla Aïcha et ses affiliés

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540