Version classiqueVersion mobile

Le vieillissement actif dans tous ses éclats

 | 
Laurent Nisen
, 
Sylvie Carbonnelle
, 
Thibauld Moulaert

En guise de conclusion

Le vieillissement actif, une invitation au débat, une piste ouverte vers les sens de l’activité

Sylvie Carbonnelle, Thibauld Moulaert et Laurent Nisen

Texte intégral

1Au terme de ce parcours, rappelons que cet ouvrage n’avait pas pour ambition d’épuiser la question du vieillissement actif, ni même plus modestement de l’activité dans le vieillissement. Ouvert il y a plus de 60 ans par les gérontologues américains, ce débat continuera d’alimenter les réflexions sociales, politiques et scientifiques autour de l’avancée en âge.

2Au-delà des discours cent fois entendus sur le maintien à l’emploi, au-delà de la distinction entre activités légitimes (le volontariat, la formation, etc.) ou moins légitimes (les aides informelles, le soutien familial,…), notre propos était de permettre aux acteurs de la recherche, que celle-ci soit académique ou qu’elle s’inscrive dans des cénacles moins reconnus, de se réapproprier la notion et de faire éclater ses limites. Ces acteurs ont ainsi adopté des positionnements divers face au vieillissement actif, certains l’utilisant pour en montrer les potentiels, d’autres y faisant peu référence, d’autres encore s’en distanciant pour le critiquer.

3Pour réaliser cette exploration du vieillissement actif, nous avons commencé par inscrire l’activité et le vieillissement dans leurs déterminants biologiques et dans les débats philosophiques (si ces derniers sont contemporains, ils s’inscrivent dans l’histoire longue de la pensée, occidentale notamment, et dans la symbolique de l’activité). Cette mise à l’épreuve a permis d’ouvrir les perspectives sur le vieillissement d’une part et sur l’activité d’autre part. La deuxième partie s’est attelée à poser les principaux jalons de la notion de vieillissement actif en termes de développements politiques et scientifiques. Les limites du concept ont aussi été explorées, et certaines pistes de dépassement avancées, afin d’inclure, notamment, les publics les plus âgés, trop souvent exclus des pratiques liées au vieillissement actif. Ces deux premières parties ont opéré une ouverture – un grand angle – sur le vieillissement et l’activité, puis un resserrement – un zoom – sur le « vieillissement actif ».

4Partant de cette double mise en perspective, les deux parties suivantes ont exploré différents domaines de la vie sociale à l’aune de la notion, en commençant par les vecteurs d’activité que sont les démarches politiques et associatives. Une première contribution a ainsi décrit à quelles conditions et de quelles manières les acteurs politiques tentent, en associant la vision de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur le vieillissement actif à d’autres démarches politiques, de permettre à la population de s’approprier son vieillissement par la participation. D’autres auteurs ont rappelé que cette appropriation n’était pas également répartie dans la population aînée, mais que tendanciellement, elle concernait davantage certains individus, généralement les mieux pourvus en capital social et culturel.

5Il faudrait sans doute s’interroger sur les raisons pour lesquelles certaines activités comme l’engagement bénévole dans des associations ou la participation citoyenne sont considérées comme plus légitimes et plus valorisées dans nos sociétés en regard d’activités plus informelles. Si cette interrogation n’est qu’indirectement traitée par les chapitres suivants, elle mérite d’être formulée afin d’évaluer la capacité du « vieillissement actif » à comprendre, plus ou moins finement, les pratiques et l’expérience contemporaines des aînés.

6L’intérêt de la quatrième partie de l’ouvrage est, précisément, de laisser de côté le cadre associatif afin d’explorer les activités plus informelles qui peuvent également prendre appui sur la rhétorique du vieillissement actif. C’est ainsi que sont successivement questionnés les liens familiaux (plus précisément la solidarité verticale) et les liens de voisinage. Les premiers nous apprennent qu’au-delà de l’action (l’aide instrumentale), l’activité peut prendre d’autres formes comme le soutien affectif, voire même plus simplement l’engagement dans la relation et la conservation de l’autonomie décisionnelle. C’est à un constat similaire qu’aboutit l’étude des seconds types de lien : si les solidarités de voisinage peuvent être développées, au-delà de l’acte d’aide, ce sont parfois des moteurs aussi subtils que la reconnaissance et l’engagement émotionnel qui en sont à la source.

7Enfin, l’ouvrage se referme sur des contributions explorant le droit à l’activité dans les dernières étapes de la vie, mais aussi, et plus fondamentalement, les sens de l’activité. Ici, les dimensions corporelles mais aussi spirituelles de l’activité sont interrogées. Deux contributions proposent des pistes pour maintenir ce droit à l’activité – pertinente pour l’individu – en milieu institutionnel (maison de repos ou maison de repos et de soins), l’une sur le plan matériel, l’autre sur le plan spirituel. Si la deuxième dénote une modalité d’action chrétienne, elle gagne à se lire en relation avec le dernier texte. En effet, celui-ci explore, dans une perspective laïque, le sens de l’activité spirituelle dans les derniers jours de la vie, et revendique le droit à l’autonomie décisionnelle et au lien avec les autres, jusqu’au franchissement de la porte ultime. L’un comme l’autre, ces deux derniers textes sont porteurs d’une vision riche en sens de l’avancée en âge ; que ces sens divergent en fonction du point de vue de l’auteur n’est là que la reconnaissance d’une pluralité de pensées.

8Nous aurions pu craindre une dilution du concept de vieillissement actif au fur et à mesure de son élargissement et de la légitimation d’autres types d’activités. Bien sûr, il faut sans cesse s’interroger sur la validité épistémologique et heuristique d’un concept qui aurait la vocation ou la capacité à se redéfinir selon les besoins des uns et des autres, et à intégrer, avec plus ou moins de réussite, les critiques qui lui sont adressées.

9Alors, faut-il en finir avec le vieillissement actif ? S’il ne nous appartient pas de trancher cette question, par contre, on peut se demander s’il ne faut pas en finir avec la seule prise en compte de certaines activités perçues comme plus légitimes pour donner du sens à l’avancée en âge. Au-delà des définitions politiques ne légitimant que certains usages, plutôt propres à certaines classes sociales, d’autres activités ont été mises en lumière dans cet ouvrage, qui rendent mieux compte des réalités vécues par les personnes concernées. Ces activités mériteraient non seulement d’être étudiées plus systématiquement, mais ultimement de mener à la révision des définitions politiques.

Auteurs

Sociologue, maître de conférences et coordinateur du Panel démographie familiale à l’Institut des sciences humaines et sociales (ISHS) de l’Université de Liège

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search