Version classiqueVersion mobile

Le vieillissement actif dans tous ses éclats

 | 
Laurent Nisen
, 
Sylvie Carbonnelle
, 
Thibauld Moulaert

Partie 5 Fin de parcours : sens, normes et expériences

Animation et personnes âgées en institution

Vision et pratiques d’un acteur engagé

Valentine Charlot

Texte intégral

Le seul alchimiste capable de tout changer en or est l’amour. L’unique sortilège contre la mort, la vieillesse, la vie routinière, c’est l’amour.
Anaïs Nin

Introduction

— Allez Georges, en route. Tu sais bien que ce n’est pas bon pour toi de rester seul dans ta chambre. Je t’emmène à la gym douce, ça va te faire du bien !

— Oups, voilà encore les emmerdeuses, qu’est-ce qu’elles vont encore bien essayer de me faire faire ? Je ne suis pas un bébé, que diable !

1Dans un contexte sociétal qui prône que le « bon vieux » est celui qui reste jeune, qui reste en mouvement, actif, stimulé, investi et en contact avec les nouveautés, les institutions pour personnes âgées n’échappent pas à la règle. La lutte est engagée contre l’ennui, les ambiances mornes, fades et tristes… Bougeons, que diable !

2Animation et institutions se conjuguent alors à tous les temps. Des professionnels sont spécialement engagés pour animer les résidents à des moments précis de la journée et des programmes d’activités sont conçus pour occuper tous les jours de la semaine, sauf le week-end qui devient temps de repos obligatoire pour tous. Le nombre de résidents présents à chaque activité sert de vitrine à l’institution. Tous sont vivement encouragés, motivés, attirés, déplacés même vers le lieu source d’anima, de vie, et le fil des saisons rythme les thématiques proposées, des masques de carnaval au marché de Noël en passant par les poussins de Pâques et les collages estivaux.

3Très vite, l’animation prend place et se justifie par son objectif soi-disant « thérapeutique ». Plus de toilette ni de repas, mais un bain et un petit-déjeuner thérapeutiques (Pellissier, 2010). Écouter de la musique, sentir le vent sur son visage, discuter voire se disputer avec son voisin ? Que nenni ! Le résident participe à l’atelier de musicothérapie pour chanter, est véhiculé jusqu’au Snoezelen pour s’apaiser ou est inscrit à l’art-thérapie pour s’exprimer.

4Mais pourquoi cet engouement pour l’activité, voire l’activisme ? Et ces résidents qu’on anime… qu’en pensent-ils ? Souhaitent-ils autre chose ? Seraient-ils inanimés, presque morts, entre les activités ? Existe-t-il une « bonne animation » ? Des recettes toute faites au succès garanti ?

5Ces questions sont à l’origine de ce propos, qui débutera par une mise en contexte, avant de s’intéresser à la notion d’animation et à ses multiples concrétisations pour terminer par l’avis des résidents et par l’identification de quelques balises.

Contexte

Au niveau sociétal : âgisme et jeunisme

6Impossible d’aborder les liens entre l’animation et la vie en institution pour personnes âgées sans faire un détour par le contexte sociétal. En effet, nos sociétés occidentales sont caractérisées par une forte dominance de l’âgisme, terme utilisé pour la première fois par le gérontologue Robert Butler en 1969 pour désigner les préjugés qu’un groupe d’âge porte sur d’autres groupes d’âges. Si la définition de l’âgisme ne fait pas l’objet d’un consensus et n’a pas cessé d’évoluer (Boudjemad, Gana, 2009), dans son acception la plus large, elle englobe à la fois des représentations (stéréotypes et préjugés envers un groupe d’âge) et des composantes actives (discriminations et préjudices envers un groupe d’âge). Les représentations sont associées à une homogénéisation d’un groupe d’âge qui ne tient plus compte des particularités de chacun de ses membres et les discriminations sont des façons différentes de traiter des individus en raison de leur âge.

7Le corollaire de l’âgisme est le « jeunisme », qui correspond à l’exaltation de la jeunesse et à la mise en avant des valeurs qui lui sont couramment associées : la beauté, l’activité, l’investissement, la rapidité, la liberté, l’indépendance.

8Dans ce contexte, un « bon vieux » est un vieux qui reste jeune, qui pense et s’habille comme un jeune, qui bouge, reste actif et engagé, qui choisit et décide. Se développe très sournoisement une véritable injonction de jeunisme qui se glisse partout, dans les loisirs et les assiettes comme dans le lit ou le choix du lieu de vie. Tout est proposé pour effacer ou repousser au maximum les signes de l’âge, qu’ils soient sociaux, esthétiques, psychologiques, vestimentaires, etc. Cette injonction très forte est pourtant paradoxale : « Vieillissez bien, en restant jeune, mais surtout ne prenez pas trop de place dans la société ! » (Billé, Martz, 2010).

9Si la jeunesse et ses signes sont largement valorisés, l’inactivité perçue chez les personnes âgées est alors négativement connotée et a tendance à être attribuée à l’apathie, à la solitude, à la dépression voire à la maladie mentale, c’est-à-dire à des formes pathologiques de vie qu’il s’agit donc de soigner. Par conséquent, dans les institutions pour personnes âgées, cette inactivité devient l’objet d’un véritable combat mené par les professionnels mais aussi par les familles. Et les justifications ne manquent pas : il faut activer pour éviter l’ennui, pour ne pas avoir sous les yeux ces cohortes de vieillards apathiques au fauteuil, parce que c’est ce qui est bon pour eux, pour les proches qui le demandent, etc.

10De plus en plus de voix s’élèvent pourtant, tant du terrain que des chercheurs qui s’interrogent sur les conséquences de cette injonction à l’activité et sur la manière dont les résidents la vivent.

Au niveau institutionnel : activité et marketing

  • 1 Code wallon de l’action sociale et de la santé, 29 septembre 2011 ; Code réglementaire wallon de l (...)

11En Belgique francophone, la Région wallonne exige1 que chaque institution (MR/MRS) informe par écrit le candidat résident ou son représentant, notamment des activités proposées aux résidents, leur fréquence et leur éventuel prix. En outre, en ce qui concerne les normes fonctionnelles, une maison de repos et de soins doit disposer des moyens nécessaires en vue d’assurer, outre une atmosphère familiale, les soins et la surveillance, le maintien en activité et les loisirs des résidents.

12Pour répondre à cette obligation et occuper les résidents, bon nombre d’institutions se sont progressivement dotées de professionnels ou d’équipes affectés à ces questions (Vercauteren, Hervy, 2002). D’une institution à l’autre, les termes et les champs d’action couverts par les professionnels de l’animation sont très divers. Ainsi, les animateurs sont des éducateurs spécialisés, des ergothérapeutes, des psychologues ou assistants en psychologie, des logopèdes ou des psychomotriciens, ou portent plusieurs casquettes simultanément. Ils sont rassemblés en équipes paramédicales ou dites de réactivation, sous les ordres et la responsabilité d’un membre de l’équipe, de l’infirmière en chef ou de la direction. Des formations à l’animation, voire même à l’animation en gérontologie, commencent à se diffuser, alliant cours théoriques et stages en institution.

13Selon la formation initiale des professionnels concernés, l’organisation interne du service, le lien avec les autres services, et les tâches qui leur sont concrètement demandées (avec ou sans les moyens associés), l’animation et les activités peuvent alors prendre des formes très singulières (visites, dégustation de vins, peinture, bricolage, gymnastique, Wii, etc.) !

14L’activité peut ainsi recouvrir « une animation “prétexte”, une vitrine attrayante » qui propose « un maximum d’activités pour attirer les clients, au détriment d’une réflexion de fond autour de l’intérêt et de la mise en place de l’activité qui devrait être centrée sur la personne et porteuse de sens pour elle » (Zehnder, 2008).

15Par ailleurs, encore dominées par la vision médicale de l’accueil des aînés, certaines institutions mettent en avant leurs activités sous une forme de « garantie d’actions sur la santé et le bien-être » en les proclamant thérapeutiques : de la toilette au petit-déjeuner thérapeutiques, de l’aromathérapie à l’art-thérapie en passant par la gymnastique douce et le Snoezelen (stimulation sensorielle), du goûter intergénérationnel au pliage de linge, tout devient prétexte pour prévenir, retarder ou traiter ce qui est perçu comme un trouble. Jérôme Pellissier (2010) dénomme ce phénomène comme étant le « syndrome de l’extraterrestre » et fait référence au fait que des professionnels de terrain ou des chercheurs estiment devoir observer, démontrer et justifier scientifiquement que les êtres humains vieux ou malades ont encore des besoins simplement humains comme partager un repas, éprouver le plaisir de prendre un bain, se rendre utile, peindre ou chanter, vivre en relation avec les autres, etc.

Au niveau de la recherche : activité et santé

16Dénoncer l’activisme, certes… mais sans omettre les théories et données disponibles dans la littérature, essentiellement gérontologique américaine, qui indiquent la voie pour une adaptation réussie au vieillissement et démontrent les liens existants entre l’activité et la qualité de vie, le bien-être et la santé des adultes âgés. Ainsi, selon la théorie de l’activité, développée par Havighurst et Albrecht (1953), et reformulée par Lemon et al. (1972), pour qu’un adulte âgé conserve des satisfactions au cours de son avancée en âge, une fois privé de ses rôles sociaux (notamment suite à la prise de la retraite ou à des problèmes de santé), il faut qu’il trouve des substituts à ses anciennes activités. Les adultes âgés les plus actifs sont ceux qui s’adaptent le mieux et il serait donc recommandé de les inciter à rester investis (Havighurst, Albrecht, 1953).

17La théorie du désengagement (Cumming, Henry, 1961) stipule quant à elle que le vieillissement s’accompagne d’une diminution des rôles sociaux, d’une réduction du nombre des interactions et de l’étendue du réseau social. D’une part, l’individu se retire de la société, mais réciproquement, la société lui retire progressivement ses différents rôles. C’est ce désengagement qui permet une adaptation réussie au vieillissement. Comme une forme d’intégration des deux précédentes, la théorie de la continuité (Atchley, 1989) soutient l’idée que l’adulte âgé fait face aux défis liés à son âge avec les ressources qui sont les siennes et en continuité avec le reste de sa vie. Il puise dans son vécu pour s’adapter à une nouvelle situation. Cette théorie prend donc davantage en compte les caractéristiques individuelles telles que des aspects de personnalité, le tempérament ou les préférences.

18Plus récemment, soulignons l’apport intéressant de trois approches : la théorie de la sélectivité socio-émotionnelle (Carstensen et al., 1999) selon laquelle les adultes âgés choisissent d’interagir avec des partenaires sociaux qu’ils connaissent afin de maximiser leurs émotions positives et maintenir leur identité. Ensuite, le modèle de la sélection, optimisation et compensation (Baltes, Baltes, 1990) qui insiste plutôt sur les stratégies auxquelles les adultes âgés ont recours pour s’adapter aux changements et au déclin de certaines de leurs capacités. D’une part, ils sélectionnent les tâches et domaines qui leur sont prioritaires et recentrent leur énergie sur ceux-ci en se désengageant sélectivement de situations stressantes, difficiles ou secondaires. D’autre part, en continuant à s’entraîner et à pratiquer les tâches sélectionnées, ils maintiennent leur haut niveau de fonctionnement sur celles-ci. Enfin, ils tiennent compte de leurs difficultés et s’adaptent en ayant recours à des stratégies de compensation souvent très créatives. Le modèle de la Gérotranscendance (Tornstam, 1997) postule quant à lui l’idée que le développement humain se poursuit tout au long de la vie et que s’il est optimisé en vieillissant, comme une progression naturelle vers la maturité et la sagesse, il peut conduire à de nouvelles perspectives.

19L’ensemble de ces théories suggère donc que l’adaptation aux changements liés à l’âge peut impliquer la prise de décision, des attitudes et des actions qui entraînent des changements en termes d’activités et de domaines d’intérêt. Peuvent-elles pour autant être considérées comme la justification d’une forme d’injonction à l’activité en MR/MRS ?

20Parallèlement à ces modèles, de nombreuses recherches ont mis en évidence les effets positifs de l’activité sous diverses formes sur la santé, le bien-être et la réduction de la mortalité (Pitkala et al., 2009), sur la diminution du risque de présenter une dépression (Adams, 2004) ou une maladie neurodégénérative (Fratiglioni et al., 2004).

21Dans une revue de la littérature sur le lien entre la vitalité cognitive et physique et la qualité de vie des personnes âgées, Albinet et al. (2008) ont mis en évidence un maintien, voire une amélioration du fonctionnement cognitif des seniors en lien avec le maintien d’un style de vie physiquement actif tout au long de la vie ou la reprise d’une activité physique régulière. Néanmoins, les auteurs mettent en garde contre toute tentation de généralisation. Ils précisent que la relation entre l’activité physique et la cognition semble spécifique à certaines tâches (comme celles de mémoire de travail ou mettant en jeu les fonctions exécutives) et est modulée par de nombreux facteurs comme le niveau cognitif de base, le sexe, la catégorie socioprofessionnelle, la motivation, etc. Il s’agit donc de se montrer prudent avant d’en déduire des conclusions hâtives.

L’animation, mais de quoi parle-t-on ?

Un concept flou

22L’animation et l’activité pour personnes âgées sont des notions particulièrement floues et concrétisées de multiples façons. Même si les recherches sur le sujet sont nombreuses, la grande disparité dans les notions recouvertes ainsi que les modes d’expérimentation et d’analyses rendent difficiles les interprétations et généralisations des résultats observés. De plus, les maisons de repos ou de repos et de soins (MR/MRS) restent des lieux encore fort éloignés des préoccupations des chercheurs.

23Malgré ce manque de clarté, il semble que la notion d’animation ou les activités qui la concrétisent représentent un critère majeur dans le choix effectué par le futur résident ou par ses proches lors de la recherche d’une institution (hors situation d’urgence évidemment). « Quelles sont les activités proposées ? » est une question fréquemment rapportées par les professionnels en charge des visites préalables à l’entrée. L’ensemble des acteurs internes et externes aux institutions estime qu’elle est incontournable… mais peu savent préciser ce à quoi elle correspond réellement.

Une variété de déclinaisons

24Étymologiquement, la notion d’animation est basée sur le terme latin anima (l’âme, l’esprit), mais également sur un verbe actif, « animare », qui signifie « mouvoir », « faire bouger », « donner une activité », du « mouvement », « de la vie ».

25Richard Vercauteren et Bernard Hervy (2002) soulignent que le processus d’animation et le catalogue d’activités sont souvent confondus par les acteurs de terrains. L’approche par démarche et processus est également peu maîtrisée. Dans cette optique, le support de l’animation est mis de côté au profit de l’émergence des attentes et désirs des résidents. Participer devient alors plus important que faire en tant que tel.

26Animation globale ou activités particulières, à caractère occupationnel ou axée sur les liens ou les rôles sociaux, libre ou obligatoire, l’animation est mise à toutes les sauces. Vercauteren (2001) insiste d’ailleurs bien sur le fait que parler globalement d’animation devient rapidement inopérant. Il situe davantage l’animation comme un outil « qui permettra à l’individu considéré comme âgé de vivre une existence citoyenne, soit en préservant son activité antérieure à sa venue en établissement, soit en stimulant ses possibilités d’agir, soit encore en agissant sur la notion de plaisir, ce plaisir qui lui est propre et ne saurait être celui de ceux qui pratiquent l’animation » (Vercauteren, 2001).

27Pour dépasser le concept global d’animation, à l’instar d’Hervy et Vercauteren (2002), il peut être pertinent de distinguer trois niveaux d’actions possibles de l’animation. Le premier niveau est institutionnel, c’est-à-dire celui qui agit sur le décor ou sur l’organisation des locaux. Le second niveau d’action est celui du développement de liens avec l’environnement et les autres acteurs (résidents, familles, etc.). Le troisième niveau concerne davantage l’individu, son histoire, ses désirs et plaisirs plutôt qu’exclusivement ses besoins.

28Ces différents niveaux rejoignent les trois axes caractérisant l’animation identifiés par Ulrike Armbruster-Elatifi en 2008 dans le cadre d’une enquête menée auprès du réseau socio-gérontologique genevois : l’axe individuel qui considère la personne dans sa globalité (histoire, culture, désirs, ressources, etc.), l’axe collectif qui englobe la mutation sociale favorisant un changement des représentations sociales sur la vieillesse et les questions liées à la citoyenneté des adultes âgés, et enfin l’axe environnemental qui porte sur l’environnement des adultes âgés, c’est-à-dire sur le maintien des contacts avec l’entourage. L’auteure a également noté des liens entre l’état de santé des résidents et le type d’activités concrètes qui leur était proposé : un éventail varié d’animations culturelles et de loisirs (sorties, ateliers, jeux, conversations, etc.) dans les structures hébergeant essentiellement des résidents autonomes et indépendants ; des animations essentiellement thérapeutiques et préventives (activités mentales, gym douce, Tai Chi, etc.) pour les populations semi-dépendantes alors que les publics plus dépendants se voyaient essentiellement proposer de l’animation sociale (information et soutien individuel).

29Claudine Badey-Rodriguez (1997), avec sa notion d’animation relationnelle, nous rappelle qu’il n’y a pas d’activité intéressante en soi, mais que l’intérêt naît d’une relation dynamique entre un sujet et un objet, entre un sujet et le monde. L’auteure encourage les professionnels à rechercher pour chaque personne « ce qui la tient encore en vie, ce qu’elle a encore envie de vivre, ce qui est encore important pour elle » (Badey-Rodriguez, 1997). Le professionnel pourra alors récolter un maximum d’informations sur le résident pour construire un projet qui se traduira en actions personnalisées. L’accent est mis sur l’identité, sur les désirs, les envies et les rêves, le potentiel de chaque individu. Enfin, l’auteure insiste sur le fait que l’animation devrait investir la totalité des activités de vie quotidienne et mobiliser les ressources des personnes comme celles du milieu.

Qu’en pensent les résidents ?

30L’animation en institution pour personnes âgées s’est souvent développée par imitation ou copie de ce qui se faisait ailleurs et, de façon regrettable pour les résidents concernés, les crèches et les écoles constituent une source trop limitée d’inspiration pour les professionnels. Au cours de débats organisés en 2012 au sein de MRS par notre ASBL Le Bien Vieillir et portant sur la vie en institution et les éléments favorisant le bien-être des résidents, la plupart des personnes présentes se sont exprimées assez radicalement sur la question : « Nous ne sommes pas des enfants, que je sache ! ». Ils avouent trouver une série d’excuses pour ne pas y aller ou quittent l’activité avant qu’elle ne soit terminée. D’autres planifient des visites pour être certains de ne pas être disponibles. En voyant arriver les animatrices à la porte de leur chambre, certains crient aux « emmerdeuses » et d’autres acceptent pour faire plaisir. Bouger et être actif, certes, mais selon eux, pas n’importe comment et pas pour n’importe quoi ! Et même si la curiosité, l’ennui ou l’envie de voir du monde peut pousser certain(e)s à sortir de leur chambre et à participer, ils disent ressentir rapidement un certain désintérêt, remarqué par ailleurs par le professionnel qui s’en désole. Dans une enquête menée par la DREES en 2011, près de 50 % des directions d’établissement soulignent qu’organiser des animations qui intéressent les résidents est difficile. 28 % des résidents interrogés dans cette même étude (les plus valides) participent régulièrement aux activités alors que 35 % n’y participent jamais. Les auteurs observent par contre que 50 % des résidents dépendants ne participent jamais aux activités proposées. Face à cette désertion observée, le professionnel rapporte alors un sentiment d’échec, d’ingratitude ou de manque d’intérêt d’une population décrite comme ne souhaitant plus rien faire et difficile à mobiliser : « C’est impossible de leur proposer une activité, ils ne veulent participer à rien » explique une ergothérapeute (ASBL Le Bien Vieillir, 2012). Darnaud (2004) insiste sur l’idée que ce qui décourage les personnes âgées n’est pas nécessairement le fait de s’occuper, mais plutôt lié à la nature des ateliers qui leur sont proposés.

31Une étude internationale s’est penchée sur les raisons de cette faiblesse d’engagement auprès de 400 000 résidents d’institutions d’hébergement à long terme au sein de cinq pays (Schroll et al., 1997). Une conjonction de facteurs semble en cause : des troubles moteurs, des problèmes de sommeil, des difficultés cognitives, des médications pas toujours appropriées, des activités proposées trop routinières ou peu adaptées aux compétences et aux intérêts des résidents, qui ne donnent pas un sens à la vie, etc.

32Il ne faudrait cependant pas généraliser, certains résidents trouvent leur compte, s’épanouissent voire « revivent » à travers les activités qui leur sont proposées !

33Certaines études se sont également intéressées à des techniques de communication de la part des professionnels permettant de convaincre les résidents de participer aux activités qui sont censées leur faire du bien, du moins dans le chef des professionnels (Marchand et al., 2008). Ces techniques vont de la soumission librement consentie (« Vous êtes libre de décider »), au toucher de l’avant-bras pendant quelques secondes pour donner confiance à l’autre, en passant par la technique du pied dans la porte, qui consiste à demander au résident quelques jours avant l’activité quelque chose qu’il ne peut refuser à ce sujet pour qu’il ne puisse plus vraiment refuser d’y participer par la suite. Cette batterie de moyens n’appellerait-elle pas à s’interroger d’abord sur le pourquoi du refus ?

Quelques balises

  • 2 Fondée en 1994 par Caroline Guffens et Valentine Charlot, l’ASBL Le bien vieillir se définit comme (...)

34Comment dépasser l’injonction de l’activité comme norme d’une bonne adaptation au vieillissement en institution ? Sur base de l’expérience développée au sens de l’ASBL belge Le Bien Vieillir (<http://www.lebienvieillir.be>)2, nous proposons d’envisager les balises suivantes.

Définir un projet d’animation avec des objectifs précis

35Le projet d’animation peut devenir un instrument de travail central, par lequel les professionnels définissent et clarifient leur pratique professionnelle ainsi que l’accompagnement qu’ils développent pour les personnes âgées accueillies. Lorsqu’il est validé par la direction, il peut alors faire partie intégrante du projet institutionnel global. Concrètement, le projet d’animation fixe les objectifs et les buts de l’action d’animation, et les décline en actions concrètes. Il permet de dépasser l’occupationnel au sens strict et tient compte le plus possible de l’individualité de chaque résident. Il envisage aussi l’évaluation qui sera faite par la suite.

S’adresser à tous, du général au particulier

36L’animation ne doit pas être exclusivement réservée aux plus valides et devenir alors un élément d’exclusion envers les résidents les plus fragilisés. Pour tous, le sens de l’animation doit être prioritairement visé ; il sera d’autant plus atteint que les personnes auront été interrogées ou observées sur ce qui fait sens pour elles. Faire sens pour une collectivité si disparate peut paraître très utopique. Il est clair que chaque proposition ne devrait pas être formulée dans l’objectif de répondre aux souhaits ou besoin de tous, mais de rechercher au sein d’un panel d’offres ce qui peut convenir à chacun, en individuel, en petits ou en grands groupes.

37S’intéresser à l’histoire de la personne, à ses activités et intérêts antérieurs à l’entrée en institution ne fournit pas pour autant une recette toute faite sur ce qui sera optimal à lui proposer par la suite. Une personne qui a tricoté ou fait le ménage toute sa vie n’a pas nécessairement envie de continuer à le faire en entrant en institution : « J’ai tricoté des pulls et des chaussettes pour toute la famille tout au long de ma vie… qu’on me laisse un peu tranquille ! » exprime une résidente interpelée par une ergothérapeute sur sa non-participation à un atelier tricot/couture presque spécialement pensé pour elle.

38L’ensemble des activités prend alors des formes très hétéroclites et sans limites puisqu’elles prennent leur source dans les acteurs en présence, leurs compétences, leurs besoins ou envies.

39Elles peuvent être dans l’action, la réalisation, l’occupation ou davantage psychiques et intériorisées comme le propose Claudine Badey-Rodriguez (1997), psychologue française, en évoquant des activités faites « d’observation, de retour sur soi, de contemplation, de méditation sur ses racines, son identité, son histoire, le bilan de sa vie » et qui nécessitent « un certain repli, de la tranquillité, de longs moments de silence et de solitude » (Badey-Rodriguez, 1997).

Comprendre les réticences des résidents

40Si chaque résident doit garder le droit de refuser de participer à une animation proposée, il reste quand même au professionnel de s’interroger sur la raison de ce refus. Pour certains, l’envie n’y est tout simplement pas. Pour d’autres, en revanche, des raisons peuvent être identifiées : la peur de ne plus savoir faire comme avant, d’être mis en échec face à soi-même ou face aux autres, la perte de confiance en ses capacités, le sentiment de n’être plus à sa place ou plus « regardable ». À charge du professionnel alors d’accompagner la personne dans le dépassement de ses limites, de l’aider à prendre confiance en son potentiel et dans le contexte qui lui est proposé. À l’instar de ce que propose Philippe Crône (2004), animateur français en maison de retraite, la métaphore de l’arbre que l’on transplante peut être source d’inspiration. Le résident qui arrive en institution vient avec ses racines les plus importantes liées à son identité. Les autres racines, plus petites, ont été laissées sur son ancien lieu de vie. Avec l’aide des professionnels, envisagés par l’auteur comme de véritables jardiniers, l’arbre va petit à petit s’implanter et redévelopper des racines secondaires. C’est le travail sur l’identité et la confiance en soi. Ensuite, ces racines secondaires commencent à s’implanter dans le nouveau milieu d’adoption, et le résident part à la rencontre de son environnement. Le jardinier pourra alors relâcher son attention et veiller à ce que l’arbre – le résident – s’adapte par lui-même. Ces repères ne sont pas nécessairement chronologiques ni obligatoires, bien qu’il semble que pour partir à la découverte d’un nouveau territoire, il faille se sentir un tant soit peu confiant. Cette métaphore résonne avec les réflexions d’Isabelle Mallon (2005) selon laquelle certains résidents parviennent alors à se reconstruire un chez soi au sein de l’institution et à y recréer une existence équilibrée. L’auteure propose une typologie des manières dont les résidents parviennent à recréer un monde personnel en institution, notamment, pour certains, en s’investissant dans les activités proposées, comme consommateurs de celles-ci ou encore comme animateurs (Mallon, 2005).

41Avant de tenter à tout prix de convaincre ce résident de s’ouvrir à ce nouveau monde, ne serait-il pas souhaitable de prendre en compte le contexte de son arrivée, ses ressentis, la confiance qui s’est ou non installée, la qualité de ses repères et de son repaire, etc. ? Sur le terrain, de plus en plus d’institutions ou d’associations comme la Croix-Rouge s’interrogent sur les pratiques au moment de l’arrivée d’un nouveau résident. L’entrée est à la croisée d’enjeux très divers : les impératifs économiques de remplir les lits vides sont confrontés au ressenti parfois douloureux, à la solitude du nouveau résident ou encore à la culpabilité des familles. S’assurer donc que les racines sont préservées et correctement implantées avant de s’attendre à ce que d’autres prennent place peut devenir une véritable gageure pour les professionnels.

S’entourer d’animateurs formés et soutenus par une équipe

42Même si les institutions se font valoir de la présence d’un(e) animateur/trice, cet argument n’est pas nécessairement gage de qualité et de compétences.

43Au moment du recrutement, les directions peuvent être davantage attentives à ce que le personnel d’animation soit formé au niveau des représentations sociales sur la vieillesse et de l’impact de celles-ci sur les personnes âgées, mais aussi qu’il dispose de connaissances médicales, physiques et psychiques, sociales et environnementales lui permettant de comprendre les enjeux, les attentes, besoins et désirs de chaque résident qu’il est amené à accompagner. La communication avec les autres membres de l’équipe et les capacités à concevoir, réaliser et évaluer des projets d’animation sont également à prendre en compte.

44De plus, l’animateur n’agit pas seul de son côté, il travaille au sein d’un lieu de vie qui met en scène une série d’acteurs, qui interagissent les uns avec les autres, sont confrontés à des règles plus ou moins explicites et à des cultures professionnelles parfois très différentes. Lorsqu’ils ont l’occasion de s’exprimer sur leur perception du travail des professionnels du soin, les animateurs soulignent la rapidité des tâches et du timing, les aspects presqu’exclusivement médicaux des interactions et la faible place laissée au relationnel. De leur côté, les soignants voient également d’un mauvais œil ces professionnels qui semblent avoir davantage de temps et qui le passent à des activités de loisirs évaluées comme étant moins professionnelles.

45Au-delà de ces incompréhensions mutuelles, un projet d’animation réfléchi et porté par une équipe a davantage de perspectives. De nombreux facteurs peuvent peser dans la balance au moment de la concrétisation et de l’évaluation du projet d’animation et doivent être correctement identifiés au moment de son élaboration : l’unité de l’équipe, la participation des autres services à l’écriture du projet, les habitudes de travail, les routines, l’ancienneté, la présence de conflits internes, le recensement du potentiel de chacun et l’évaluation correcte du temps accordé au projet.

Encourager l’évaluation du projet d’animation et des activités qu’il concrétise

46Le projet d’animation et les activités par lesquelles il se décline se devraient d’être évalués afin d’aboutir à un ajustement éventuel. L’évaluation est en effet centrale pour permettre les ajustements. Tout au long du développement du projet, des moments qualitatifs (entretiens, observations, réunions d’équipes, etc.) et/ou quantitatifs (échelles et questionnaires) devraient être prévus pour jauger l’écart entre la visée des activités et ce que dans la pratique elles permettent d’atteindre. Dans son étude sur les pratiques d’animation dans le réseau genevois précédemment cité, Armbruster-Elatifi (2008) a relevé que sur les 105 structures de son échantillon, seules 10 % évaluent leurs animations, par le biais des directions et professionnels de l’animation. Parmi ces structures, les pratiques d’évaluation sont surtout présentes dans les institutions de grande taille, les maisons de quartier, centres de loisirs et unités d’action communautaires, ce qui serait lié, selon les auteurs, à la plus grande présence de professionnels qualifiés.

47L’enquête ne le mentionne pas, mais on pourrait se poser la question : de quel type d’évaluation s’agit-il ? Sur quoi se fonde-t-elle ? Le nombre de participants présent ? Leur satisfaction quant au contenu de l’atelier ? L’impact sur le bien-être et la qualité de vie des personnes concernées ?

48Il serait utile de développer des méthodes d’évaluation accessibles et argumentées pour aiguiller et outiller les directions et animateurs. L’animation implique d’être à l’écoute, d’entendre, de proposer et de se tromper. Il n’y a donc aucune recette tout faite avec garantie de succès, mais une nécessité de se questionner et de développer une réflexivité à ce sujet faite d’allers et retours permanents entre projet et mise en œuvre pour pouvoir constamment s’ajuster.

Conclusion

49Baignée dans l’activisme qui caractérise notre société, l’animation des personnes âgées en institution gagnerait pourtant à dépasser l’équation qui lie abusivement, et pour tous, la qualité de vie des résidents à la participation aux activités proposées.

50Et si développer un projet d’animation amenait les professionnels à profiter de tous les moments de la journée, de tous les outils possibles, de tous les prétextes imaginables pour que le résident se sente comme faisant toujours partie de la vie ? Pour que ce résident qui cherche sa place, son voisin qui s’est toujours tellement investi ; pour que cette dame qui attend la fin de sa vie ou ce vieux rouspéteur qui déteste les autres, pour que tous continuent à se sentir vivants. Vivants à leur façon, à travers tous leurs sens, à partir de leurs envies, de leurs habitudes, dans leur histoire, et leurs compétences.

51L’animation est alors aussi le droit à l’ennui, le droit à ne rien faire et à le vivre bien, options couvertes par le terme animare, dans le sens de « donner de la vie », pas nécessairement dans une forme active et visible ! L’animation s’ancre dans le quotidien, dans ce qui a du sens pour chacun : mettre la table, préparer le repas, faire la sieste ou écouter de la musique. Se promener, s’endormir dans son fauteuil, caresser un chien, rester dans sa chambre ou prendre un verre avec son voisin. Faire des mots croisés, des sudokus ou du macramé. L’émotion et les sensations ressenties priment alors sur la réalisation, la performance et la revalidation thérapeutique.

Bibliographie

Bibliographie

Adams K.-B., 2004, Changing investment in activities and interests in elders’ lives: theory and measurement, International Journal of Aging and Human Development, 58, 2, pp. 87-108.

Albinet C., Fezzani K., Thon B., 2008, Vieillissement, activité physique et cognition, Movement and Sport Sciences, 63, pp. 9-36.

Atchley R.-C., 1989, A continuity theory of normal aging, The Gerontologist, 29, 2, pp. 183-190.

Armbuster-Elatifi U., 2008, L’animation auprès de la personne âgée dans le canton de Genève. Où ? Quand ? Qui ? Quoi ? Combien ? Comment ?, Haute école de travail social de la HES-SO/Genève, 133 p.

Badey-Rodriguez C., 1997, Les personnes âgées en institution : vie ou survie. Pour une dynamique de changement, Paris, Seli Arslan.

Baltes P.-B., Baltes M.-M., 1990, Psychological perspectives on successful ageing: The model of selective optimization with compensation, in P.-B. Baltes and M.-M. Baltes (Eds.), Successful aging: Perspectives from the behavioral sciences, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 1-34.

Billé M., Martz D., 2010, La tyrannie du bien vieillir, Bordeaux, Le bord de l’eau.

Butler R.-N., 1969, Age-ism: another form of bigotry, Gerontologist, 9, pp. 243-246.

Boudjemad V., Gana K., 2009, L’âgisme : Adaptation française d’une mesure et test d’un modèle structural des effets de l’empathie, l’orientation à la dominance sociale et le dogmatisme sur l’âgisme, Canadian Journal on Aging, 28, pp. 371-389.

Carstensen L.-L., Isaacowitz D.-M., Charles S.-T., 1999, Taking time seriously: a theory of socioemotional selectivity, American Psychologist, 54, pp. 165-181.

Crône P., 2004, L’animation des personnes âgées en institutions, Paris, Masson.

Cumming E., Henry W.-E., 1961, Growing old. The process of disengagement, New York, Basic Books.

Darnaud T., 2004, Papé et sa maison de retraite. Regards croisés sur le quotidien, Lyon, Chronique Sociale.

DREES, 2011, La vie en EHPAD du point de vue des résidents et de leurs proches, Dossier solidarité et santé.

Fratiglioni L., Paillard-Borg S., Winblad B., 2004, An active and socially integrated lifestyle in late life might protect against dementia, The Lancet Neurology, 3, pp. 343-353.

Giovanna B., 2001, D’hier à aujourd’hui, des pratiques d’animation en pleine évolution, Gérontologie et société, 96, pp. 31-41.

Havighurst R.-J., Albretch R., 1953, Older People. London, Longmans Green.

Hervy B, Vercauteren R., 2002, L’animation dans les établissements pour personnes âgées, Paris, Erès.

Lemon B.-W., Bengston V.-L., Peterson J.-A., 1972, An exploration of the activity theory of aging : activity types and life satisfaction among in-movers to a retirement community, Journal of Gerontology, 27, pp. 511-523.

Mallon I., 2005, Vivre en maison de retraite. Le dernier chez-soi, Rennes, PU Rennes.

Marchand M., Halimi-Falkowicz S., Joule R.-V., 2009, Comment aider les résidents d’une maison de retraite à librement décider de participer à une activité sociale ? Toucher « vous êtes libre de… » et pied-dans-la-porte, Revue européenne de psychologie appliquée, 59, pp. 153-161.

Pellissier J., 2010, Ces troubles qui nous troublent : Les troubles du comportement dans la maladie d’Alzheimer et les autres syndromes démentiels, Toulouse, Erès.

Pitkala, K. H., Routasalo, P., Kautiainen, H., Tilvis, R.S., 2009, Effects of psychosocial group rehabilitation on health, use of health care services, and mortality of older persons suffering from loneliness: a randomized, controlled trial, The Journal of Gerontology A, Biological Sciences and Medical Sciences, 19, pp. 654-663.

Schroll M., Jonsson P.V., Mor V., Berg K., Sherwood S., 1997, An international study of social engagement among nursing home residents, Age and Ageing, 26, Suppl. 2, pp. 55-59.

Tornstam L., 1997, Gerotranscendence: a theory about maturing into old age, Journal of Aging and Identity, 1, pp. 37-50.

Vercauteren R., 2001, La « récré-activité » : construction d’un nouveau concept d’animation en établissements pour personnes âgées », Gérontologie et société, 96, pp. 111-123.

Vercauteren R., Hervy B., 2002, L’animation dans les établissements pour personnes âgées, Toulouse, Erès.

Zehnder G., 2008, L’animation avec des personnes âgées dépendantes, Vie sociale et traitements, 99, pp. 29-33.

Notes

1 Code wallon de l’action sociale et de la santé, 29 septembre 2011 ; Code réglementaire wallon de l’action sociale et de la santé, 4 juillet 2013, entrée en vigueur le 1er septembre 2013.

2 Fondée en 1994 par Caroline Guffens et Valentine Charlot, l’ASBL Le bien vieillir se définit comme un pôle d’expertises en vieillissements souhaitant promouvoir un changement de regard sur les vieillesses par le biais de différentes missions : formations des professionnels, information du grand public, accompagnement de projets et consultations individuelles.

Auteur

Neuropsychologue et gérontologue. Elle est co-fondatrice et présidente de l’ASBL Le Bien Vieillir.

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search