Version classiqueVersion mobile

Le vieillissement actif dans tous ses éclats

 | 
Laurent Nisen
, 
Sylvie Carbonnelle
, 
Thibauld Moulaert

Partie 4 Voisins et famille : des acteurs qui s'ignorent

Créer des liens dans un monde d’individus

Voisinage, participation sociale et solidarité

Eugénie de Renesse

Texte intégral

L’oubli a ses vertus. Pour être créatif, il faut avoir oublié. L’oubli rend disponible à tout ce qui peut arriver, aux découvertes, aux surprises, à la curiosité, à l’innovation.
Simon-Daniel Kipman, L’oubli et ses vertus

1Il subsiste dans notre culture une présomption importante selon laquelle la famille constitue le relais le plus approprié dans la prise en charge des aînés en perte d’autonomie (Barker, 2002). Toutefois, ce postulat ne tient pas suffisamment compte du fait qu’il existe un nombre important de personnes âgées qui ne possèdent pas les ressources familiales nécessaires à leur prise en charge et que le défaut de support familial est souvent la clé de l’entrée en institution (Renaut, 2001).

2La volonté des seniors de demeurer à domicile le plus longtemps possible appelle à poser une réflexion sur les manières dont nous pouvons soutenir et développer des réseaux locaux de prise en charge en dehors des familles. Car la vie des seniors à leur domicile a encore trop souvent un impact négatif : celui de voir augmenter le risque d’isolement avec les conséquences délétères sur la santé que nous lui connaissons (Wilson et al., 2007).

3Dans ce contexte, notre recherche s’intéresse aux aidants de proximité non familiaux – les voisins – et tente d’identifier différents facteurs qui facilitent le développement des relations de solidarité de voisinage. Ce faisant, elle évalue si ce type de réseau peut être considéré comme une réponse possible aux besoins relationnels des seniors. Elle interpelle la manière dont nous créons du lien dans un monde d’individus.

Cadre contextuel

4Selon Eurostat, avec plus de 1 880 000 personnes de plus de 65 ans, et sachant que ce nombre devrait presque doubler d’ici 2040, il n’y aura plus que deux individus en âge de travailler pour subvenir aux besoins d’une personne retraitée dans notre pays (contre un ratio de quatre pour un aujourd’hui). À l’aube de ce que l’on pourrait appeler la civilisation des âgés (Loriaux, 2000), penser ou repenser la manière dont les liens interindividuels se tissent au sein d’une communauté locale représente un enjeu social et économique considérable.

  • 1 En cas de signalement par l’abonné – par pression sur le bouton d’appel – d’une chute suite à laqu (...)

5C’est dans ce contexte de réflexion qu’est née la volonté, pour Télé-Secours, un service de télé-vigilance belge, de mener une recherche sur le développement de la solidarité de proximité. Par une mobilisation du réseau local plutôt que professionnel (dans 90 % des cas) lorsqu’un abonné se trouve en détresse, ce service permet la mise en relation de voisins1. Mais au-delà de l’intervention, la rencontre initiée débouche-t-elle sur autre chose ? Des liens de solidarité se développent-ils par-delà le service ? Il est important de souligner que notre étude n’est pas une étude sur Télé-Secours à proprement parler. C’est une étude qui porte sur ce qui se déroule au-delà des appels d’assistance et qui identifie certains facilitateurs individuels, contextuels et relationnels de la solidarité de voisinage. Comment, en effet, accéder à la demande du maintien à domicile sans se soucier de l’impact que cette demande peut avoir sur les abonnés (risque d’isolement) et sur les familles qui s’investissent pour le rendre possible (risque de surcharge) ? Comment, ensuite, suggérer des pistes pour faciliter l’intégration des seniors dans le tissu social de leur communauté locale ? C’est là tout l’enjeu de notre recherche.

Cadre conceptuel

6Lorsqu’on se réfère à la littérature scientifique, notamment dans le champ de la psychologie sociale, et que l’on cherche à comprendre ce qui participe au développement des relations entre individus, on constate que c’est généralement le fruit de trois éléments distincts :

  • les caractéristiques individuelles telles que la personnalité, les normes, les perceptions et valeurs véhiculées puis internalisées par différents groupes sociaux auxquels nous appartenons. Celles-ci sont le fruit d’une maturation lente et se modifient lentement (Lewin, 1954 ; Penner, 2002) ;
  • les caractéristiques contextuelles qui rendent saillante tantôt notre propension à penser à nous-mêmes, tantôt notre capacité à être solidaire (Lewin, 1954 ; Eisenberg, 2002 ; Penner, 2002) ;
  • les caractéristiques relationnelles qui, au-delà de la rencontre initiale entre individus, permettent à la relation de tenir sur le long terme (Wilson, Musick, 1997 ; Walster et al., 1978).

7Nous avons synthétisé ces trois volets d’appréhension dans un modèle d’ensemble (figure 1) adapté des travaux de Penner (2002) pour structurer la présentation de nos résultats dans la suite de ce texte.

Figure 1. Cadre conceptuel simplifié adapté de Penner (2002)

8Les relations solidaires que nous cherchons ici à étudier, sont définies de manière tridimensionnelle : elles comprennent une dimension émotionnelle (soutenir, écouter, réconforter), une dimension instrumentale (rendre de petits services, expliquer, aider) et une dimension des contacts (qualité et quantité). Les différents facteurs envisagés sont chaque fois détaillés dans les différents volets consacrés à nos résultats.

Méthodologie de la recherche

  • 2 Déviation standard.

9Nous avons opté pour une méthodologie par questionnaire. Notre échantillon se compose de 246 voisins qui ont été référencés comme aidants non familiaux par nos abonnés. Ils vivent en Belgique francophone, sont âgés en moyenne de 64 ans (SD2 = 10,79), et sont en majorité des femmes (77 % de femmes contre 23 % d’hommes).

10Le questionnaire a été envoyé par voie postale en deux temps (méthode longitudinale) : lors du référencement comme aidant à notre service (T1), afin de dresser une ligne de base de nos différentes variables dépendantes et indépendantes : à ce stade, les aidants ne sont donc encore jamais intervenus pour secourir leur voisin. Le deuxième temps (T2) a eu lieu une année plus tard. Il permet d’évaluer les évolutions éventuelles de nos variables (degré d’empathie, nombre d’interventions, qualité et quantité des contacts de voisinage, etc.) par rapport aux données initiales.

  • 3 Les plans pour mesures répétées constituent un type d’analyse où un même sujet est mesuré sous cha (...)

11Le questionnaire se compose de données quantitatives traitées avec le logiciel statistique SPSS. Les analyses sont majoritairement conduites par le biais des plans pour mesures répétées3 après vérification de la validité et de la fiabilité des échelles de mesures.

Résultats

Antécédents individuels des relations solidaires de voisinage

12Nous avons voulu savoir si certains éléments individuels et de personnalité, entendus comme des éléments relativement stables (Feist, 1998), peuvent faciliter le développement de la solidarité de voisinage. Au niveau théorique, de telles caractéristiques ont d’abord été reléguées au second plan voire même considérées comme « futiles » par certains auteurs (Piliavin et al., 1981). Les facteurs de personnalité étaient en effet, dans les années 1980, davantage l’apanage des théories psychologiques évolutionnistes, développementales et du champ de la cognition sociale (Buck, 2002 ; Davis et al., 1994 ; Eisenberg, 2002 ; Garcia et al., 2002). Ce n’est que récemment que les chercheurs ont commencé à s’intéresser aux éléments de personnalité qui prédisposent les individus à se comporter de manière solidaire (e.g., Graziano et al., 2007 ; Penner, 2002). Parmi les facteurs les plus fréquemment cités, on retrouve la notion d’empathie telle que théorisée dans les travaux de Bateson (1991 ; 1994). On retrouve également un vaste champ de recherches menées dans le domaine des perceptions individuelles (Lindenberg, 2006 ; Penner, 2002 ; Callero, 1994) qui soulignent à quel point la manière dont un individu perçoit une situation peut déterminer ses comportements. Dans cette étude, tant l’empathie que différentes perceptions sont considérées comme antécédents potentiels de la solidarité. Les lignes qui suivent résument nos résultats.

  • 4 Moyenne.

13En ce qui concerne l’empathie, nous avons voulu savoir si le fait d’être plus ou moins capable de se mettre à la place d’autrui pouvait jouer sur la solidarité. Tout d’abord, au niveau descriptif, nos résultats montrent que les voisins des personnes aidées sont en moyenne plus empathiques envers leurs aidés (nos abonnés) après un an (M4 = 12,31) qu’ils ne le sont au départ (M = 12,11, t(245) = -2.75, p < .05). L’empathie, si elle est un facteur individuel qui compose notre personnalité, peut donc évoluer avec le temps.

14Pour expliquer cette évolution, nous nous sommes basés sur l’hypothèse de contact d’Allport (1954) et avons avancé l’idée selon laquelle les interventions de secours mandatées par notre institution pouvaient jouer un rôle dans l’évolution de l’empathie. En effet, en amorçant les contacts entre voisins lors des interventions, nous permettons à un individu d’entrer dans la réalité de son aidé, de le rencontrer dans un moment de fragilité où la demande d’aide est clarifiée et donc de faire l’expérience d’émotions nouvelles ou rendues saillantes à son égard. Nous obtenons à ce titre effectivement des différences dans le niveau moyen d’empathie des aidants en fonction du nombre d’interventions réalisées durant cette première année de l’aide (graphique 1) :

Graphique 1 : Moyennes de l’empathie en fonction du temps et des interventions

15En un an, certains aidants ont été appelés par le service de télévigilance pour secourir nos abonnés à une occasion, d’autres à plusieurs reprises et d’autres encore pas du tout. En fonction de ces configurations, nos résultats montrent des évolutions différentes du niveau moyen de l’empathie : les voisins qui interviennent plusieurs fois développent davantage d’empathie envers leurs aidés que ne le font ceux qui sont intervenus une fois et encore davantage que ceux qui ne sont pas du tout intervenus. Le fait d’intervenir en cas d’urgence, autrement dit d’être poussé à se rencontrer, semble ainsi favoriser le développement de l’empathie. Ce résultat rencontre les travaux d’Eisenberg (1994) qui montrent que l’empathie peut évoluer dans le temps en fonction de situations qui permettent son induction (ici, les interventions).

  • 5 Dans cette étude, les effets causaux ont été vérifiés grâce aux analyses utilisant les mesures rép (...)

16Enfin, si les interventions de secours semblent favoriser le développement de l’empathie, cette dernière joue-t-elle sur le développement des relations de voisinage en dehors du cadre de notre institution ? Peut-elle être considérée comme un antécédent5 des relations solidaires de proximité ? Nos résultats, à ce sujet, montrent qu’au-delà de l’événement mobilisateur (en général, une chute de l’abonné), plus le voisin aidant évolue en terme d’empathie, plus il développe des comportements de solidarité envers son aidé en dehors des interventions (l’inverse n’étant pas significatif). Cela confirme donc bien que l’empathie est un moteur important de solidarité de proximité et génère à la fois de l’aide, du soutien et des contacts de voisinage. Elle est donc un facteur dont il faut tenir compte si l’on cherche à développer les réseaux de voisinage pour répondre aux besoins de contacts des personnes âgées parfois isolées (Putnam, 2000). Cette idée se trouve d’ailleurs reléguée par les travaux de Bateson et de ses collègues (1997) qui montrent que l’induction de l’empathie a un effet sur le développement des comportements solidaires.

17En second lieu, nous voulions évaluer si les perceptions individuelles avaient un rôle à jouer dans la dynamique solidaire. En effet, la manière dont nous percevons, pensons et structurons le monde détermine largement notre manière d’agir (Von Foerster, 2003 ; Lindenberg, 2006). Selon Callero (1994), l’une des perceptions les plus importantes pour expliquer nos comportements est celle du rôle de l’identité. Selon l’auteur, nous définissons tous notre identité de différentes manières telles que, par exemple, « je suis musicien » ou « je suis aidant », et chacune de ces définitions implique de réaliser une série de comportements attendus socialement pour maintenir cette identité. Pour reprendre notre exemple, le fait d’être musicien implique de jouer de la musique et celui d’être aidant, d’aider son prochain. Dans notre étude, nous nous sommes dès lors demandés si les voisins qui aident le plus en dehors des interventions après une année sont ceux qui se définissent le plus comme aidants. Nos résultats nous permettent de confirmer cette hypothèse : ils montrent que si au départ, les aidants se définissent en moyenne peu comme aidants (M = 2.15), et ce vraisemblablement parce qu’ils viennent d’endosser ce rôle, un an plus tard, le score moyen de cette dimension double (M = 4.25, t(245) = 2.04, p < .05). De surcroît, ceux qui se définissent le plus comme aidants sont bien ceux qui adoptent également le plus de comportements solidaires en dehors des interventions et qui s’engagent donc véritablement dans des relations de voisinage : ils soutiennent, écoutent et réconfortent ; ils aident, expliquent et proposent des services ; ils augmentent la quantité et la qualité de leurs contacts avec le voisin qu’ils aident.

18D’autres facettes perceptuelles ont également été analysées dans cette étude telles que les perceptions à l’égard de la santé de l’aidé et de son degré d’isolement : en une année, l’aidant perçoit l’aidé comme plus isolé et en moins bonne santé qu’il ne l’avait imaginé au départ (malgré un contrôle de l’effet du déclin de la santé effectif de l’aidé) et cela d’autant plus qu’il est intervenu pour le relever suite à une chute. De surcroît, plus l’aidant considère l’aidé comme isolé ou en mauvaise santé, plus il s’engage dans des comportements solidaires. Ainsi, et comme pour l’empathie, on constate que le fait d’être amené à intervenir, et donc à se rencontrer, vient bousculer certaines représentations et favorise le développement de la solidarité de voisinage.

19Si des éléments individuels ont leur importance dans le développement des relations solidaires, le contexte immédiat dans lequel s’inscrivent ces relations est également important. C’est là l’objet du deuxième volet de nos analyses.

Antécédents contextuels des relations solidaires de voisinage

20Dans notre individualité, nous possédons tous des valeurs qui nous animent et qui déterminent dans une large mesure nos actions. La personne que nous sommes est le fruit d’influences multiples qui agissent au cours d’une lente maturation. À côté de ces valeurs, les caractéristiques de l’environnement définissent également nos manières d’agir (Herzog, Morgan, 1993). Selon Lindenberg (2006), la plupart des modèles psychologiques existants négligent l’influence des variables situationnelles et ne parviennent pas à expliquer pourquoi un individu, même particulièrement empathique, agit de manière solidaire dans une situation et se garde de toute intervention dans une autre. Selon les auteurs, nous serions donc tous, à des degrés divers, des Dr Jekyll et Mr Hyde de l’aide, le contexte rendant saillante tantôt notre capacité à être aidants, tantôt notre propension à penser d’abord à nous-mêmes.

  • 6 En anglais, l’auteur parle de place et de taste d’un quartier donné.

21Précédemment, la littérature étudiant l’influence des variables contextuelles s’est focalisée sur des situations dans lesquelles des aidants potentiels étaient face à une opportunité de venir en aide à un étranger (Latané, Darley, 1968). Ces études ont montré que des éléments contextuels comme le nombre de témoins ou le fait d’être pressé avaient une influence considérable. Par la suite, des auteurs comme Amato (1990) étudièrent les aides dans leurs réalités quotidiennes et celui-ci s’est notamment particulièrement intéressé aux caractéristiques du milieu urbain. Selon lui, si l’aide octroyée s’inscrit dans des relations individu-individu, elle s’inscrit également dans un quartier, dans une rue ou dans un immeuble particulier dont il s’agit de tenir compte. De surcroît, et dans la mesure où notre étude s’intéresse aux relations de voisinage, il est intéressant de se demander si des caractéristiques de la communauté locale et de la structure du quartier peuvent avoir une influence sur le développement des réseaux relationnels. Selon Keller (1968), il faut, pour ce faire, établir une distinction entre la place qu’un quartier occupe, avec les caractéristiques structurelles qui lui sont propres (dimension structurelle), et la vie6 de celui-ci, c’est-à-dire la manière dont ses habitants se l’approprient, communiquent et y établissent des relations (dimension relationnelle).

22Au niveau de la dimension structurelle du quartier, c’est-à-dire le fait qu’il existe une structure urbaine propice à la rencontre (bancs, espaces verts, etc.), nos résultats montrent que plus les aidants ont le sentiment de vivre dans un quartier où cette dimension est présente, plus ils entretiennent des contacts de voisinage. Ce résultat est en accord avec Fischer (1982) et Fortin (1988), qui montrent que la mise en place d’une structure favorisant les liens sociaux facilite effectivement le développement de ces liens. Il serait donc bon, dans certains quartiers où ces espaces font défaut, de penser ou de repenser les lieux de convivialité appropriables par les seniors afin de faciliter le développement de relations de voisinage.

23En ce qui concerne la dimension relationnelle, qui traite du degré de cohésion relationnelle entre membres du quartier, nos analyses mettent en évidence des résultats similaires : plus les habitants ont l’habitude d’interagir avec leurs voisins, plus la solidarité et les contacts de voisinage entre aidants et aidés se développent en une année.

24Enfin, notre étude considère également les interventions de secours comme un contexte particulier qui poussent aux rencontres de voisinage. Mais au-delà de l’événement mobilisateur (la chute), il est intéressant de voir que ces rencontres initiales favorisent le développement ultérieur de la solidarité : les interventions expliquent à elles seules 39 % de la variance de la solidarité au T2. Nous constatons également que si la quantité des contacts initiaux entre aidants et aidés est assez faible au T1, elle augmente fortement au T2, et ce d’autant plus que les aidants sont intervenus.

25Toutefois, au-delà de l’amorce initiale, laquelle semble souvent nécessaire pour instaurer des relations durables, certains éléments entretiennent la relation et lui permettent de durer. C’est là l’objet du troisième et dernier volet de nos résultats.

Antécédents relationnels des relations solidaires de voisinage

26Deux éléments de la dimension relationnelle ont été abordés dans notre étude : la réciprocité et la reconnaissance. La réciprocité et la reconnaissance sont parmi les normes les plus importantes dans la régulation des conduites et des relations à long terme (Gouldner, 1960). Les relations durables et fructueuses sont généralement caractérisées par un ensemble de comportements de solidarité réciproque (Caillé, 2012). Mais le rapport à soi ne se constitue lui aussi que dans le rapport réciproque à autrui au sein d’un monde social vécu qui est propre à chacun (Honneth, 2000).

27Au niveau de la reconnaissance, nos résultats montrent que plus l’aidant se sent reconnu pour l’aide qu’il apporte, plus son niveau de solidarité est élevé au T2 et plus son envie de poursuivre ses comportements solidaires sur le long terme est importante.

28Au niveau de la réciprocité, notre étude opère une distinction entre réciprocité instrumentale (fait de faire des choses concrètes pour autrui) et réciprocité émotionnelle (fait de s’intéresser à l’autre, de le soutenir). Nos résultats montrent que le senior aidé apporte principalement de la réciprocité émotionnelle à son aidant et que ce type de réciprocité suffit pour donner à l’aidant l’envie d’en faire davantage : plus l’aidant sent qu’il est écouté et qu’il est important aux yeux de l’aidé, plus il développe de la solidarité en dehors des interventions de secours et manifeste son envie de poursuivre son engagement sur le long terme.

Conclusion

29Notre étude avait pour objectif d’identifier les éléments permettant la solidarité envers des personnes âgées désireuses de rester à leur domicile le plus longtemps possible sans pour autant vouloir encourir un risque accru d’isolement. Dans une optique de prévention de l’isolement, l’étude s’est intéressée aux voisins aidants et aux relations de voisinage. Trois types de variables ont montré leur importance dans le développement de la dynamique solidaire. Que faut-il en retenir ?

30Au niveau individuel, nos résultats sur l’empathie et sur les perceptions rappellent qu’au-delà du fait d’être ou de ne pas être quelqu’un d’empathique, nos émotions et la manière dont nous structurons le monde dans notre esprit peuvent évoluer. La question, selon nous, n’est donc pas de savoir si telle ou telle personne est « capable » de ressentir suffisamment d’empathie pour agir pour l’autre – elle l’est – mais de trouver les vecteurs – facteurs physiques et relationnels – du lien social dans un quartier. Par ailleurs, nos résultats indiquent que non seulement les occasions d’aide (mesurées par les appels suite à une chute de l’abonné) augmentent l’empathie chez l’aidant, mais également que le niveau d’empathie accroît les comportements solidaires (hors intervention).

31Au niveau contextuel, dans la création de nouveaux réseaux, non basés sur les liens du sang, l’espace urbain a montré son importance ; car c’est en partie dans le voisinage, et même dans le voisinage immédiat, qu’on se fait de nouvelles relations et que le réseau relationnel peut prendre de l’ampleur (Fortin, 1988 ; Putnam, 2000). Toutefois, la structure urbaine de nos villes entrave encore trop souvent les possibilités de contacts : quartiers insécurisés, sales, sans espaces de rencontre, sans bancs, sans fêtes, ou sans associations amènent bien des gens à vivre leur quotidien uniquement au sein du cadre privé de leur habitation. Nos résultats soutiennent ces constats en montrant à quel point, pour les personnes âgées dont la proportion de temps vécu au sein du quartier augmente à mesure que leur mobilité diminue, la question de l’aménagement de l’espace urbain en espace de vie et de rencontre joue un rôle crucial dans le développement des réseaux relationnels.

32Plus généralement, dans nos sociétés modernes, le fait que les individus aient besoin d’une excuse pour initier un contact est le fruit de normes culturelles et sociales généralement internalisées. Ces dernières années, de nouveaux modes d’habitat (habitats intergénérationnels, habitats groupés, etc.) se sont développés pour tenter de repenser la manière dont on peut vivre ensemble en préservant son intimité. Il semblerait donc qu’il existe des manières d’entrer en relation comme il semble exister des contextes qui favorisent les rencontres. Par conséquent, nous ne pouvons qu’encourager les organisations, groupes, mouvements ou associations sensibles à la question du lien social, à identifier les amorces relationnelles qui seraient envisageables dans leurs contextes d’intervention et à les développer.

33Enfin, il est important que les aidésn mais aussi les institutions qui soutiennent les aidants, ne négligent pas l’importance de la reconnaissance et de la réciprocité. Nous l’avons vu, celles-ci constituent deux facteurs importants du maintien de la relation à long terme parce qu’elles viennent réalimenter le système solidaire. Penser à organiser des temps ou des moments de remerciement, de reconnaissance pour les aides apportées devrait permettre aux voisins de se sentir investis, importants et reconnus. De cela dépend, selon nous, la pérennité de l’aide et de l’engagement solidaire à long terme parce que cela permettra aux aidants d’exister en dehors d’eux-mêmes ; dans un rapport réciproque, constituant essentiel de l’identité d’Être-aidant.

34La valeur de cette recherche ne sera pleinement effective que lorsqu’elle trouvera écho dans nos pratiques quotidiennes. Au sein de notre institution, nous nous mobilisons déjà en ce sens, notamment en augmentant la reconnaissance que nous apportons à nos aidants et en développant les échanges horizontaux entre ceux-ci. Mais nous espérons que la réflexion que nous proposons ici suscitera l’envie de voir se développer d’autres contextes propices à la solidarité de proximité ; au développement du mieux-vivre chez soi des aînés d’aujourd’hui et de nous-mêmes demain.

Bibliographie

Bibliographie

Allport G. W., 1954, The nature of prejudice, Cambridge, MA, Addison-Wesley.

Amato p. R., 1990, Personality and social network involvement as predictors of helping behavior in everyday life, Social Psychology Quarterly, 53, pp. 31-43.

Barker J. C., 2002, Neighbors, friends, and other nonkin caregivers of community-living dependent elders, Journal of Gerontology, 57, pp. 158-167.

Batson C. D., 1991, The altruism question: Toward a social-psychological answer, Hillsdale, NJ, Erlbaum.

Batson C. D., 1994, Prosocial motivation: Why do we help others? in A. Tesser (Eds.), Advanced social psychology, Boston, Mcgraw-Hill, pp. 333-381.

Batson C. D., Sager K., Garst E., Kang M., Rubchinsky K. et Dawson K., 1997, Is empathy-induced helping due to self-other merging?, Journal of Personality and Social Psychology, 73, pp. 495-509.

Buck R., 2002, The genetics and biology of true love: prosocial biological affects and the left hemisphere, Psychological Review, 109, pp. 739-744.

Caillé P., 2012, La relation dans tous ses états. Les objets flottants comme révélateurs de complexité et facteurs de changement, Cahiers Critiques de thérapie familiale et de pratique de réseaux, 48, pp. 13-29.

Callero p. L., 1994, From role-playing to role-using. Understanding role as resource, Social Psychology Quarterly, 57, pp. 228-243.

Clary E. G., Snyder M., Ridge R. D., Copeland J., Stukas A. A., Haugen J. A., Miene P. K., 1998, Understanding and assessing the motivations of volunteers: a functional approach, Journal of Personality and Social Psychology, 74, pp. 1516-1530.

Darley J. M., Batson C. D., 1973, From Jerusalem to Jericho: a study of Situational and Dispositional Variables in Helping Behavior, Journal of Personality and Social Psychology, 1973, 27, pp. 100-108.

Davis M. H., Luce C., Kraus S. J., 1994, The heritability of characteristics associated with dispositional empathy, Journal of Personality, 62, pp. 369-391.

Eisenberg N., Guthrie I. K., Cumberland A., Murphy B. C., Shepard_S. A., Zhou Q., Carlo G., 2002, Prosocial development in early adulthood: a longitudinal study, Journal of Personality and Social Psychology, 82, pp. 993-1006.

Eisenberg N., Fabes R. A., Murphy B., Karbon M., Maszk P., 1994, The relations of emotionality and regulation to dispositional and situational empathy-related responding, Journal of Personality and Social Psychology, 66, pp. 776-97.

Feist G. J., 1998, A meta-analysis of personality in scientific and artistic creativity, Personality and Social Psychology Review, 2, pp. 290-309.

Fischer C. S., 1982, To Dwell Among Friends, Chicago, The University of Chicago Press.

Fortin A., 1988, Du voisinage à la communauté, Cahiers de recherche sociologique, 6, pp. 147-159.

Garcia S. M., Weaver K. D., Moskowitz G. B., Darley J. M., 2002, Crowded minds: the implicit bystander effect, Journal of Personality and Social Psychology, 83, pp. 843-853.

Graziano W. G., Habashi M., Sheese B., Tobin R. M., 2007, Agreeableness, empathy, and helping: a person X situation perspective, Journal of Personality and Social Psychology, 93, pp. 583-599.

Hawkley L. C., Cacioppo J. T., 2007, Aging and loneliness. Downhill Quickly?, Current Directions in Psychological Science, 16, pp. 187-191.

Herzog A. R., Morgan J. S., 1993, Formal volunteer work among older Americans, in S. A. Bass, F. G. Caro, Y.-P. Chen (Eds.), Achieving a productive aging society, Westport, CT, Auburn House, pp. 119-142.

Honneth A., 2000, Kampf um Anerkennung (La lutte pour la reconnaissance), Paris, Cerf.

Keller S., 1968, The Urban Neighborhood: A Sociological Perspective, New-York, Random House.

Latané B., Darley J., 1968, The unresponsive bystander: Why doesn’t he help? Englewood Cliffs (NJ), Prentice Hall.

Lewin K., 1951, Field theory in social science; selected theoretical papers, D. Cartwright (Ed.), New York, Harper and Row.

Lindenberg S., 2006, Prosocial behavior, solidarity, and framing processes, in D. Fetchenhauer, A. Flache, A. P. Buunk, S. Lindenberg (Eds.), Solidarity and prosocial behavior. An integration of sociological and psychological perspectives, New-York, Springer, pp. 23-44.

Loriaux M., 2000, La « géritude » est-elle un concept bidon ?, Espace, populations, sociétés, 18, pp. 461-474.

Penner L. A., 2002, Dispositional and organizational influences on sustained volunteerism: an interactionist perspective, Journal of Social Issues, 58, pp. 447-467.

Piliavin J. A., Dovidio J. F., Gaertner S. L., Clark R. D., 1981, Emergency Intervention, New-York, Academic Press.

Piliavin J. A., Grube J. A., Callero p. L., 2002, Role as resource for action in public service, Journal of Social Issues, 58, pp. 469-485.

Putnam R. D., 2000, Bowling alone. The collapse and revival of American community, New York, Simon et Shuster.

Renaut S., 2001, Vivre ou non à domicile après 75 ans : l’influence de la dimension générationnelle, Gérontologie et société, 98, pp. 65-83.

Sarbin T. R., 1954, Role theory, in G. Lindzey (Ed.), Handbook of social psychology, Cambridge, Mass, Addison-Wesley, pp. 223-258.

Von Foerster H., 2003, Understanding Understanding. Essays on Cybernetics and Cognition, New York, Springer.

Walster E. M., Walster G. W., Berscheid E., 1978, Equity: Theory and research, Boston, Allyn and Bacon.

Wilson J., Musick M., 1997, Who cares? Toward an integrated theory of volunteer work, American Social Review, 62, pp. 694-713.

Wilson R. S., Krueger K. R., Arnold S. E., Schneider, J. A., Kelly J. F., Barnes L. L., Tang Y., Bennett D. A., 2007, Loneliness and Risk of Alzheimer Disease, Archives of General Psychiatry, 64, pp. 234-240.

Notes

1 En cas de signalement par l’abonné – par pression sur le bouton d’appel – d’une chute suite à laquelle il ne peut se relever seul, la centrale d’appel prend contact avec une personne désignée.

2 Déviation standard.

3 Les plans pour mesures répétées constituent un type d’analyse où un même sujet est mesuré sous chacun des niveaux du processus expérimental (ici, au T1 et T2). Un des principaux buts de ce plan est de permettre un meilleur contrôle des différences individuelles entre les sujets.

4 Moyenne.

5 Dans cette étude, les effets causaux ont été vérifiés grâce aux analyses utilisant les mesures répétées. Celles-ci permettent dans certains cas (ceux présentés ici) de clarifier le sens dans lequel se dispose l’équation et donc d’aller au-delà des analyses corrélationnelles.

6 En anglais, l’auteur parle de place et de taste d’un quartier donné.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Cadre conceptuel simplifié adapté de Penner (2002)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/3424/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Graphique 1 : Moyennes de l’empathie en fonction du temps et des interventions
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/3424/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

Auteur

Psychologue systémicienne, chargée de recherche à l’ASBL Télé-Secours à Bruxelles

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search