Version classiqueVersion mobile

Le vieillissement actif dans tous ses éclats

 | 
Laurent Nisen
, 
Sylvie Carbonnelle
, 
Thibauld Moulaert

Partie 4 Voisins et famille : des acteurs qui s'ignorent

Le vieillissement actif, une invitation à penser l’implication sociale des aînés dans la famille

Blanche Leider

Texte intégral

Durant l’absence de pluie, ce sont les jeunes arbres qui jaunissent les premiers. Les vieux ont des cachettes souterraines qu’on appelle expérience.
Félix Leclerc

1La famille constitue-t-elle un lieu de participation sociale ? En quoi permet-elle le « vieillir actif » ? Voici les deux questions qui seront au cœur de cette contribution. Dans ce chapitre, il s’agira ainsi de :

  • montrer que la sphère familiale, par les échanges qui s’y enracinent, peut constituer, pour les individus avançant en âge, un lieu de participation sociale ;
  • mettre alors en évidence les formes multiples des possibles, quant à la participation sociale ancrée dans le « vieillir en famille ».

Le « vieillissement actif » par les échanges entre deux générations au sein des familles

2Pour ce faire, je m’appuierai sur les données recueillies dans le cadre de ma thèse en cours en sociologie. Cette recherche qualitative se centre sur la relation de soutien développée entre un parent seul (veuf, divorcé ou célibataire), âgé de 75 à 89 ans, et ses enfants (deux ou plus). La question traitée est celle de la répartition des tâches au sein de la fratrie, lorsque le parent vieillit et commence à avoir besoin de certaines aides : quel enfant offre quel soutien ? À quel enfant le parent demande-t-il quel soutien ? Comment comprendre la forme prise par ces configurations d’aide ? Autrement dit, comment l’engagement des uns (le type de soutien offert par un enfant) module-t-il l’engagement des autres (le type de soutien offert par les autres enfants), tenant compte des demandes de soutien émanant du parent âgé et du contexte des aménagements opérés précédemment dans le cours de son vieillissement (déménagement, démotorisation, introduction d’aides professionnelles, etc.) ?

  • 1 La perte d’indépendance correspond, dans mon propos et pour la population-ciblée, à la perte de l’ (...)
  • 2 C’est-à-dire, les personnes dépendantes au sens des échelles de Katz, Colvez, AVQ, notamment (Coli (...)

3Ce travail se focalise sur les personnes âgées lucides qui vivent à leur domicile, tout en recevant une aide (familiale et/ou professionnelle) pour l’exécution d’une ou plusieurs tâches : courses, ménage, repas, suivi des questions de santé ou de la gestion administrative, entretien du jardin, etc. Dès lors, cette étude se focalise sur les personnes qui sont en perte d’indépendance/d’autonomie (exécutionnelle)1 mais sans être pour autant dépendantes au sens des échelles gérontologiques (qui auraient besoin d’aide pour se nourrir ou pour se déplacer du lit ou du fauteuil, par exemple2). Cette enquête vise en effet à mettre en lumière un vieillissement peu étudié par les sciences sociales : celui des personnes âgées qui, tout en n’étant plus en pleine possession de leurs capacités, ne vivent pas pour autant confinées au lit ou au fauteuil.

4L’analyse se fonde sur trente-et-un entretiens individuels, compréhensifs, menés au sein de treize familles : ont été interrogés douze parents âgés (quatre hommes et huit femmes âgés de 75 à 89 ans) et dix-neuf enfants, parmi l’ensemble des leurs (sept hommes et douze femmes âgés de 50 à 65 ans).

5Il sera donc question de deux générations dans ce texte : les seniors (50-65 ans), et leurs parents (75-89 ans) lorsqu’ils présentent une perte d’indépendance.

Prendre soin d’un parent âgé : l’engagement familial des seniors

6Dans la vie des seniors (50-65 ans), l’engagement au sein de la famille se joue à différents niveaux : l’implication envers le conjoint, mais aussi auprès des enfants, des petits-enfants, et du (ou des deux) parent(s) âgé(s). La gestion de ces multiples investissements par les individus serait une question en soi. Le propos, quant à lui, se focalisera spécifiquement sur les échanges entre les seniors et leurs parents.

7Par rapport aux usages les plus fréquents de la notion de « vieillissement actif » (Boudiny, 2013), la perspective d’envisager l’activité en-dehors de la sphère professionnelle ou de l’activité physique, comme le propose cet ouvrage, sera au cœur de cette contribution : sa visée est bien de penser cette notion selon une conception élargie, qui rende compte de la multiplicité des formes d’engagement dans l’existence.

8Concrètement, ce premier volet – consacré aux seniors et à l’activité que représente dans leur existence l’aide à un parent âgé –, impliquera le choix de ne pas réduire le soutien filial aux gestes du « faire » ou de l’instrumentalité. En effet, une réponse conventionnelle à la participation sociale en famille, dans l’aide à un parent vieillissant, aurait été de se focaliser sur les soins physiques, ou plus largement sur les tâches fonctionnelles réalisées par les enfants pour leur parent. En associant ce registre de l’instrumentalité aux situations où le parent, fortement dépendant, reçoit une aide quantitativement significative (allant de plusieurs heures par jour à une présence constante à ses côtés), il serait alors aisé de parler d’« activité » pour désigner ce type d’engagement familial similaire au travail productif – ces « représentations de l’aide [étant] très proches des modèles de l’intervention professionnelle » (Membrado et al., 2005, p. 90).

9L’esprit de ce texte est autre : il s’agira d’élargir le regard, de prendre en compte d’autres formes d’aide (en intégrant d’autres types de soutien que le soutien instrumental, d’autres temporalités que celle de la vie quotidienne), pour montrer que l’investissement auprès d’un parent âgé n’est pas limité à ce seul cas de figure et qu’il constitue à ce titre une forme de participation sociale très répandue auprès des 50-65 ans.

L’offre de soutien : des investissements multiples et variés

10Considérons par exemple le cas de la famille Bouvier, dans laquelle la maman (Francine, 81 ans), est entourée de ses deux filles, Adèle (50 ans) et Sylvie (53 ans). Adèle fournit une aide routinière à sa mère, au moins deux fois par semaine. Elle se rend chez cette dernière le mercredi (son jour de congé) et une fois durant le week-end (le jour et l’heure de sa visite étant variables). À ces occasions, elle remplit un certain nombre de tâches, en fonction des besoins du moment : elle s’occupe de la gestion administrative, de la coordination des aides professionnelles (aides familiales, femme de ménage, jardinier), des petits travaux dans la maison et des relations avec les corps de métier pour les chantiers plus importants, du suivi du pilulier de la semaine, etc. En outre, Adèle se rend disponible à d’autres moments, lorsqu’il faut conduire Francine à un examen médical ou faire une course urgente à la pharmacie.

11Sylvie, quant à elle, va manger chez sa mère tous les vendredis midis, et la reçoit un dimanche sur deux, pour un dîner en famille. À ces occasions, elle ne lui offre pas nécessairement une aide pratique, mais bien un support moral, de la compagnie et une présence. Récemment, elle a par ailleurs été chargée par sa mère et sa sœur de s’occuper de la revente de la voiture. Le temps que Sylvie consacre au soutien est clairement délimité, de même que le nombre de tâches dont elle est dépositaire, mais elle s’en acquitte avec constance et fiabilité.

12À cette répartition du soutien dans le flux de la vie quotidienne de la famille Bouvier s’ajoutent des périodes plus intenses d’aide, lorsque les circonstances le requièrent. Durant les quatre mois qu’a duré la phase terminale du cancer de Monsieur Bouvier, Adèle et Sylvie ont accru leur présence au domicile de leurs parents, s’y rendant presque tous les jours pour soutenir leur papa, mais aussi leur maman, dépassée par les événements.

13On le constate, l’implication dans la vie familiale, par l’offre de soutien à un parent vieillissant, est une activité qui prend des formes multiples. Il serait donc fallacieux de réduire l’investissement filial à l’image d’un aidant principal, continuellement au chevet de son parent âgé dépendant. Si cette situation existe évidemment, il ne s’agit pas pour autant d’occulter les autres formes d’engagement des seniors vis-à-vis de leurs aînés.

14Dès lors, si l’on souhaite saisir le soutien donné sous toutes ses formes par un enfant à son parent âgé, il s’agit d’adapter son regard en se munissant d’outils conceptuels conçus dans cette nouvelle perspective. Dans celle-ci, l’offre de soutien d’un senior à l’égard de son ascendant est appréhendée à partir de trois variables.

15Premièrement, la nature du soutien. Il peut s’agir d’un soutien pratique (faire les courses, gérer les comptes, etc.), mais aussi d’un support moral (de la compagnie, des discussions, voire des confidences), d’une présence de type monitoring protecteur (les « mesures de suivi et de surveillance » [Lavoie, 2000, p. 52], comme des visites ou des coups de téléphone, visant à s’assurer que tout va bien), d’un apport financier (bien que ce cas soit plus rarement rencontré) ou encore d’une activité de coordination des aidants professionnels (Pennec, 2003). Ces types de soutien sont d’ailleurs souvent mêlés dans les faits (Saillant, Gagnon, 2001) : par exemple, un enfant qui se rend chez son parent pour tondre la pelouse – soutien pratique – et qui en profite pour vérifier qu’il va bien – soutien monitoring –, et pour lui tenir compagnie – soutien moral.

16Deuxièmement, la temporalité du soutien. Matthews et Rosner (1988) en distinguent trois : l’aide routinière (une aide régulière et prévisible, pour une série de tâches, en fonction des besoins du moment), l’aide circonstanciée (une aide clairement délimitée, mais prévisible – venir pour faire les courses tous les samedis, par exemple), et l’aide sporadique (une aide sans délimitation précise et imprévisible – passer, sans jour ou moment défini, et s’occuper d’une tâche ponctuellement). Ces temporalités se matérialisent dans une fréquence de contacts (tous les deux jours, une fois par mois, trois fois par an, etc.) et dans un nombre d’heures consacrées à ces contacts, pour une période donnée.

17Troisièmement, la gestion ponctuelle des crises. Alors que les deux dimensions précédentes peuvent renvoyer à des situations stabilisées voire régulées, il ne faut néanmoins pas oublier que le soutien filial peut se manifester également dans des situations de crise, où les besoins d’aide se font plus importants. Une maladie, une chute, une hospitalisation, un déménagement, etc., sont autant d’événements qui suscitent une mobilisation intense du réseau de soutien, sur un laps de temps plus ou moins long. Durant ces périodes, ce sont tant les besoins en aide pratique qu’en soutien moral, de monitoring ou de coordination d’aidants professionnels, qui peuvent se voir renforcés.

18Avec cette démarche – appréhender la variété des offres de soutien, eu égard à leur nature, leur temporalité, leur redéfinition ponctuelle en période de crise – on constate qu’il n’est pas besoin d’avoir affaire à des enfants mobilisés à temps plein auprès de leur parent âgé pour rencontrer des seniors investis – à différents degrés, de différentes manières – dans la relation d’aide à un ascendant. En ce sens, la famille, par le soutien à un proche âgé, représente donc bien un lieu important d’« activité » pour cette génération.

19Dans la seconde section de cette partie consacrée aux 50-65 ans, je franchirai une autre étape de la réflexion en élargissant encore le regard afin de montrer que l’engagement, lorsqu’il n’est pas uniquement compris comme des actes, mais également comme inclination, est cette fois encore bien plus répandu que l’on ne pourrait l’imaginer de prime abord.

Et si… Le « souci de l’autre » était une forme d’engagement ?

20En effet, le soutien à un parent âgé n’a pas besoin de s’incarner dans une aide concrète pour constituer une forme d’implication sociale. Les théories anglo-saxonnes du care l’ont bien montré. Ce terme (care), qui s’est imposé dans la langue anglaise quand il s’agit de parler du support à un ascendant vieillissant, renvoie à une idée plus large que celles rendues par les traductions en français, de soutien ou d’aide (Membrado et al., 2005), uniquement centrées sur le geste concret. La notion de care, au contraire, inclut à la fois la question de l’aide, et celle du « souci » (ibid., p. 88) ou de la « sollicitude » (Tronto, 2009). Elle rend compte de ces différents types d’implication que représentent « le souci de » (caring about) – la reconnaissance d’un besoin ; la « prise en charge » (taking care of) – le fait d’assumer une responsabilité quant à ce besoin ; le « prendre soin » (care giving) – la rencontre directe des besoins, l’acte de donner une aide ; et enfin, le « recevoir le soin » (care receiving) – qui démontre que le souci du donneur était bien orienté vers un besoin réel du receveur (Tronto, 2009, p. 147-149).

21Dans cette perspective, l’appartenance-même à une famille dans laquelle se trouve un parent âgé devient source d’implication sociale : si pas nécessairement comme soutien concret, du moins par le biais des sentiments de sollicitude et de responsabilité suscités par la fragilité de ce parent. Or, ces sentiments sont fortement partagés parmi les descendants. En effet, les résultats des études empiriques attestent clairement d’un maintien important des normes de solidarité entre parents et enfants. De son étude sur « les devoirs d’entraide », où Petite (2005) a interrogé près de deux cents individus, il ressort qu’il existe un consensus fort quant à l’obligation d’aide relative aux relations de filiation : pour la population auprès de qui l’enquête a été menée, il est du devoir des enfants de s’occuper de leurs parents en situation de vieillissement (95 % de l’échantillon). Les relations de filiation ont donc ceci de particulier qu’à la différence des autres relations de parenté (et encore davantage des autres relations sociales), elles obéissent à un principe « statutaire » : les descendants se sentent concernés par le devenir de leur parent, car il est leur parent (il a ce statut), et ce en partie indépendamment des liens particuliers qui les unissent. Les échanges avec d’autres membres du réseau de parenté sont, quant à eux, beaucoup plus conditionnés par des critères affinitaires. Coenen-Huther et ses co-auteurs (1994) relèvent des conclusions similaires dans le contexte suisse : dans leur échantillon, moins de 10 % des familles ne reconnaissent pas de devoirs pour les relations verticales, entre parents et enfants.

22Cela ne signifie pas que certains enfants ne se sentent pas plus concernés que d’autres (ni qu’ils ne s’investissent pas plus dans le soutien concret que d’autres) – selon le climat affectif au sein de la famille, le temps libre dont ils disposent, etc. L’argument défendu ici est, qu’au-delà de ces variations, le fait même d’être engagé dans une relation filiale, par le souci de l’autre qui en découle – et cela quelle qu’en soit l’ampleur – est une forme d’implication sociale.

Prendre une place active dans les échanges : l’engagement familial des aînés (75-89 ans)

23Le regard sur l’activité a été élargi en la pensant, pour les 50-65 ans, au sein-même de la sphère familiale, puis, à l’intérieur de celle-ci, au-delà de l’instrumentalité (dans un premier temps), et au-delà du geste concret (dans un second temps). Je n’ai jusqu’ici abordé la question du vieillissement actif qu’au sujet de la population habituellement visée par cette idée, les « seniors » (young old) (Boudiny, 2013). En poussant la perspective d’élargir le regard sur cette modalité du vieillir, il sera à présent question de la vie familiale d’une autre génération, les 75-89 ans (old old) : argumenter qu’il serait réducteur d’exclure cette génération de la réflexion sur l’activité, même lorsque ses représentants sont en perte d’indépendance – car il peut aussi s’agir d’individus impliqués dans la vie sociale, cela notamment à travers les liens familiaux.

24Lorsque ces personnes, devenues âgées, ne réalisent pas ou plus d’exploits sportifs, ne sont pas ou plus engagées dans le bénévolat, ou même n’arrivent plus à accomplir seules certaines activités de la vie quotidienne, la conception dominante de l’activité semble exclure de pouvoir même les qualifier d’« actives ». À moins, de nouveau, de changer de regard : de se focaliser sur l’ensemble des « activités » qui contribuent à l’engagement dans la vie, sans préjuger de leur caractère « actif » ou « passif » (par exemple, en distinguant des loisirs actifs – randonnées, vélo – et des loisirs passifs – lecture, télévision) (Boudiny, 2013). L’activité serait alors considérée selon un point de vue compréhensif, comme ce qui a du sens pour les individus (telle la démarche proposée par Boudiny) :

La recherche qualitative montre que beaucoup de [personnes âgées] considèrent des activités “ordinaires” telles que la lecture, les mots croisés, le jardinage comme un indicateur plus important de leur engagement dans la vie que des activités plus sociales ou physiques, plus “jeunes”. (Ibid., p. 1088, trad. de l’auteur).

25Dans cette perspective, un individu peut être amené à vivre une situation de perte d’indépendance sans que cela n’implique pour autant qu’il ne soit plus engagé dans la vie (ibid., p. 1087) – notamment grâce aux échanges familiaux.

26Suivant le même schéma que pour la génération des 50-65 ans, je proposerai deux élargissements successifs de la notion de « vieillissement actif » en famille, pour les 75-89 ans en diminution d’indépendance : d’abord, en prenant en compte la variété des gestes susceptibles d’être posés par cette génération dans l’échange, au-delà des activités strictement instrumentales ; ensuite en comprenant l’engagement au-delà du geste concret, comme une implication dans la vie qui passe par l’exercice de l’autonomie décisionnelle.

La réciprocité : des retours multiples et variés

27Précisons en effet que même sur la base d’une définition plus restreinte de l’activité, il est fallacieux de rejeter systématiquement les 75-89 ans en diminution d’indépendance hors des frontières du vieillissement actif : la perte d’indépendance n’implique pas toujours un désengagement total des « activités instrumentales » associées aux solidarités. Bien que plus fragiles, les plus âgés peuvent continuer à rendre régulièrement certains services à leur entourage (Lalive d’Epinay, Spini, 2008) : je pense notamment à des dames âgées rencontrées durant ma recherche, qui cuisinent pour leurs enfants, ou qui s’occupent de l’entretien de leur linge. Ainsi, Henriette (81 ans) repasse les vêtements de ses deux fils, même si elle doit à présent accomplir cette tâche assise. Madeleine (89 ans), quant à elle, se plaît à préparer des gâteaux et autres galettes pour ses descendants.

  • 3 « De montant important ou faible, sous forme de versements réguliers ou ponctuels, à l’occasion d’ (...)

28L’argument développé ici est donc le suivant : l’avancée en âge et la diminution d’indépendance ne signifient pas nécessairement la fin de la réciprocité dans les échanges, parce qu’il arrive que les parents âgés perpétuent un rôle de pourvoyeur de services, mais aussi parce qu’il s’agit de tenir compte de ce que la réciprocité se joue également dans l’échange indirect, où le rendu n’est pas toujours l’équivalent du donné (Finch, Mason, 1993). Dès lors, quand bien même les 75-89 ans sont parfois receveurs nets de services pratiques, ils peuvent par ailleurs être donneurs pour d’autres aspects de la vie familiale : soutien moral, aides financières3, etc. Mentionnons en outre le contre-don que peut constituer l’expression de sa reconnaissance, par le parent âgé, pour le soutien dont il bénéficie : par la formulation explicite de remerciements, ou simplement par le fait de montrer de la satisfaction pour l’aide reçue… La reconnaissance, parce qu’elle fournit un sens et une motivation à son action à celui qui en est le bénéficiaire (ici, l’enfant aidant), est en effet un don précieux du parent à ses descendants.

29La réciprocité dans les échanges familiaux ne se tarit donc pas nécessairement avec l’avancée en âge. Les retours offerts par la génération des 75-89 ans en perte d’indépendance à leurs descendants sont divers et variés, et forment un éventail d’engagements possibles dans la vie familiale : en ce sens, ils prennent bien la forme d’un « vieillissement actif » pour les personnes concernées.

Et si… L’« autonomie décisionnelle » était une forme d’engagement ?

30Cela dit, il n’est pas non plus besoin ici d’aller jusqu’au geste concret pour observer une implication des plus âgés dans la vie familiale : « même le plus petit acte de prise de décision est un moyen [...] de rester engagé dans la vie » (Boudiny, 2013, p. 1091, trad. de l’auteur). Le fait d’exercer son autonomie décisionnelle, notamment dans les échanges familiaux, peut être vu comme une forme de participation sociale pour les 75-89 ans.

31L’autonomie décisionnelle consiste en effet à « continuer de décider par soi-même (“suivre sa propre loi”) » (Caradec, 2008, p. 78) : « la perte d’autonomie serait alors la non-liberté ou la privation de liberté de décider de son mode de vie par soi-même » (Ennuyer, 2001, p. 17). L’autonomie décisionnelle implique, au contraire, que les individus âgés aient des possibilités de choix, soient, en tant qu’« acteurs conscients de leur rapport au réel et de la société », des sujets « désirants et non pas exécutants, ou consommant ce qu’on leur impose » (Bonnet, 2001, p. 52).

32Cette autonomie s’exerce au moins à trois égards dans le rapport de soutien (de care) entre un parent âgé et ses enfants.

33Premièrement, dans les choix, par le parent, d’inscrire son vieillissement dans un parcours plus ou moins marqué par l’intervention familiale et/ou professionnelle. Il s’agit ici d’éviter de postuler un lien systématique entre la diminution de l’indépendance et la demande d’une aide, en gardant à l’esprit que l’individu vieillissant peut recourir par lui-même à un certain nombre de stratégies adaptatives (Caradec, 2007). Une idée communément admise dans les études sur le vieillissement est que les échelles AVQ (activités de la vie quotidienne) et AIVJ (activités instrumentales de la vie journalière) renvoient à des activités « vitales », des « tâches indispensables à la survie » (Meeus, 1999). Or, un certain nombre des AVQ et des AIVJ se rapportent davantage aux besoins secondaires ou sociaux qu’aux besoins primaires : l’entretien ménager, la réalisation de la toilette, la gestion des questions administratives, etc. Rien n’autorise donc à penser qu’il s’agit là d’incapacités menant automatiquement à une demande d’aide.

34Deuxièmement, dans les choix, par le parent, de refuser des changements suggérés par autrui (principalement les enfants) dans son mode de vie. L’expression de la volonté du parent âgé passera ici par des refus, des résistances. Ceux-ci peuvent prendre plusieurs formes : des refus déclarés, de la dissimulation ou encore du sabotage des aides professionnelles introduites au domicile. Je pense par exemple à Francine (81 ans), qui n’ouvre pas la porte à son aide familiale quand elle n’a pas envie d’être dérangée, ou à Madeleine (88 ans), qui va jusqu’à éteindre son appareil auditif lorsqu’elle ne souhaite pas recevoir de la visite.

35Troisièmement, dans les choix, par le parent, de privilégier certains interlocuteurs au sein de la famille. Pour un certain nombre de difficultés, le parent doit en effet choisir qui appeler : à qui téléphoner après une chute ? Qui mobiliser pour être conduit à un examen médical ? À qui demander conseil pour la gestion de son patrimoine ? etc. Dans toutes ces situations, le parent sera en position de faire un choix, en fonction du domaine de sa vie concerné par le besoin ressenti. Ce choix sera tributaire de nombreux paramètres, associés aux questions suivantes : selon le parent âgé, quel enfant répondra positivement à sa demande ? Quel est l’enfant qui y répondra de la manière la plus adéquate ? (Qui a les compétences requises pour l’exécution de cette tâche ? Qui est assez fiable ? Qui respectera sa volonté ?) Quel est l’enfant le plus disponible pour répondre à cette demande ? Et enfin : avec quel enfant y a-t-il le plus d’opportunités de rencontre et de dialogue pour formuler cette demande ?

36En tenant compte de l’implication dans la vie sociale qui résulte de l’exercice de l’autonomie décisionnelle, on peut donc constater que même si le parent âgé n’accomplit plus lui-même un certain nombre de tâches (de gestes), il n’en reste pas moins engagé dans les échanges : il y est bel et bien actif.

Conclusion

37Au terme de cette contribution, j’espère avoir démontré l’intérêt de l’outil conceptuel « vieillissement actif », lorsqu’il est utilisé comme une invitation à penser l’implication sociale des aînés. Celle-ci peut alors se laisser voir dans diverses sphères de la vie des individus (y compris la famille), à la fois dans la variété de leurs pratiques (dans le geste instrumental et au-delà), et aux origines de celles-ci, dans leurs intentions, qu’elles soient tournées vers eux-mêmes (autonomie décisionnelle) ou vers autrui (souci de l’autre).

Bibliographie

Bibliographie

Attias-Donfut A., Lapierre N., Segalen M., 2002, Le nouvel esprit de famille, Paris, Éditions Odile Jacob.

Bonnet M., 2001, Vivre âgé à domicile : entre autonomie et dépendance, Paris, L’Harmattan.

Boudiny K., 2013, « Active Ageing »: from empty rhetoric to effective policy tool, Ageing and Society, 33, 6, pp. 1077-1098.

Caradec V., 2007, L’épreuve du grand âge, Retraite et société, 52, pp. 12-37.

Caradec V., 2008, Sociologie de la vieillesse et du vieillissement, Paris, Armand Colin (2e éd.).

Coenen-Huther J., Kellerhals J., Von Allmen M., 1994, Les réseaux de solidarité dans la famille, Lausanne, Réalités sociales.

Colin C., 2001, L’autonomie des personnes de 80 ans et plus, Gérontologie et société, 98, pp. 37-48.

Ennuyer B., 2001, Ces vieux que l’on dit « dépendants », in J. Chabert et al., Vivre au grand âge. Angoisses et ambivalences de la dépendance, Paris, Autrement, pp. 9-65.

Finch J., Mason J., 1993, Negotiating Family Responsibilities, Oxon Routledge.

Gzil F., 2009, La maladie d’Alzheimer : problèmes philosophiques, Paris, PUF.

Lalive d’Epinay C., Spini D. (dir.), 2008, Les années fragiles. La vie au-delà de quatre-vingts ans, Laval, Presses de l’université Laval.

Lavoie J.-P., 2000, Familles et soutien aux parents âgés dépendants, Paris, l’Harmattan.

Matthews S. H., Rosner T. T., 1988, Shared filial responsibility: the family as the primary caregiver, Journal of Marriage and Family, 50, 1, pp. 185-195.

Meeus P., 1999, Les aides fonctionnelles au service des personnes âgées, in P. Meire, I. Neirynck (Eds.), Le paradoxe de la vieillesse. L’autonomie dans la dépendance, Bruxelles, De Boeck Université, pp. 41-56.

Membrado M, Vézina J., Andrieu S., Goulet V., 2005, Définitions de l’aide : des experts aux « profanes », in S. Clément, J.-P. Lavoie, Prendre soin d’un proche âgé, Paris, Éditions Erès, pp. 85-136.

Pennec S., 2003, Les configurations filiales face au vieillissement des ascendants, Empan, 4, 52, pp. 86-94.

Petite S., 2005, Les règles de l’entraide. Sociologie d’une pratique sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Saillant F., Gagnon E., 2001, Responsabilités pour autrui et dépendance dans la modernité avancée. Le cas de l’aide aux proches, Lien social et politiques, 46, pp. 55-69.

Tronto J., 2009, Un monde vulnérable. Pour une politique du care, Paris, La Découverte.

Notes

1 La perte d’indépendance correspond, dans mon propos et pour la population-ciblée, à la perte de l’autonomie exécutionnelle, de « la capacité à effectuer par soi-même un certain nombre d’actes de la vie quotidienne » (Gzil, 2009, p. 163), mais non à la perte de l’autonomie décisionnelle, « capacité à se déterminer par soi-même en connaissance de cause » (ibid.).

2 C’est-à-dire, les personnes dépendantes au sens des échelles de Katz, Colvez, AVQ, notamment (Colin, 2001).

3 « De montant important ou faible, sous forme de versements réguliers ou ponctuels, à l’occasion d’événements exceptionnels ou en fonction des circonstances, les dons d’argent s’adressent principalement aux jeunes » (Attias-Donfut et al., 2002, p. 107).

Auteur

Sociologue, aspirante du Fonds de la recherche scientifique (FRS – FNRS) au Centre interdisciplinaire de recherche sur les familles et les sexualités (CIRFASE), Université catholique de Louvain

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search