Desktop versionMobile Version

Le vieillissement actif dans tous ses éclats

 | 
Laurent Nisen
, 
Sylvie Carbonnelle
, 
Thibauld Moulaert

Partie 3 Les aînés dans la cité : pour quoi et comment ?

L’engagement à la retraite vu de Flandre

Quelques enseignements des Belgian Ageing Studies

Sarah Dury, Nico De Witte, Tine Buffel, An-Sofie Smetcoren, Dorien Brosens, Emily Verté, Liesbeth De Donder und Dominique Verté

Volltext

Tout âge porte ses fruits, il faut savoir les cueillir.
Raymond Radiguet

1Ces dernières années, le thème du vieillissement occupe une place grandissante à l’agenda politique ; les politiciens et les économistes se préoccupent en particulier du nombre croissant de personnes âgées comparativement à la population et de la part grandissante de personnes très âgées. En effet, cette situation devrait induire une augmentation des frais de pension, des soins de santé et des frais médicaux (Dillaway, Byrnes, 2009). Derrière ces scénarios qui tendent à résumer les coûts économiques du vieillissement à l’augmentation des soins de santé, c’est un modèle déficitaire de l’avancée en âge qui se dessine. Ce modèle participe aussi à l’exclusion des travailleurs âgés du circuit du travail puisque le « vieillir » est conçu comme une phase d’incapacité irréversible qui rend très difficile la participation à la vie en société (Walker, 2006). C’est pour faire face à cette vision négative du vieillissement, qu’une « nouvelle gérontologie » (Holstein, Minkler, 2003) a été portée par certains chercheurs et par des grandes organisations internationales, notamment sous l’étendard du vieillissement actif.

Vieillissement actif

2Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS, 2002) le vieillissement est l’une des évolutions majeures du XXIe siècle. L’Organisation des Nations unies considère quant à elle le vieillissement comme sans précédent, généralisé, profond et durable (UN, 2009) et précise qu’il aura un impact non négligeable sur diverses facettes de la société.

3Si le vieillissement est un phénomène massif, le « vieillissement actif » se veut une réponse politique à la discrimination envers les aînés dans nos sociétés. Son objectif est d’empêcher toute stigmatisation sur la base de l’âge, que celle-ci vise les plus âgés ou non. Dans la définition de l’OMS, le mot actif signifie que toute personne âgée devrait avoir la possibilité de participer aux activités sociales, culturelles, spirituelles, économiques et sociétales (OMS, 2002, p. 12). Le vieillissement actif serait un pas important vers l’inclusion des aînés dans notre société et dans les communautés. Néanmoins, ce terme contient aussi certaines limites. Tout d’abord, le mot actif doit être manié avec prudence car il entraîne le risque que les aînés qui ne participent pas activement à la société soient perçus de façon négative. Deuxièmement, si les aînés peuvent participer, cela ne doit en aucun cas devenir une obligation. Troisièmement, il existe des barrières structurelles et externes aux individus qui jouent également un rôle dans les possibilités réelles de participation sociale ; par exemple, des trottoirs en mauvais état, un manque de toilettes ou de bancs publics, des transports en commun et arrêts de bus mal adaptés, etc., sont autant de facteurs qui empêchent de se déplacer librement et facilement afin de participer à la vie sociale.

  • 1 Cf. les chapitres de Moulaert et de Boudiny dans cet ouvrage.

4S’il existe encore d’autres critiques du vieillissement actif1, le but de ce chapitre est plutôt d’insister sur la manière dont la participation sociale peut être conçue dans le cadre du vieillissement actif. Notre approche rejoint celle que Martinson et Minkler (2006) adoptent à propos de l’encouragement, par le biais de la recherche, du volontariat des aînés (en raison de ses bénéfices en termes de santé). Nous reprenons ainsi leur idée selon laquelle l’encouragement au volontariat mérite certes d’être soutenu par les chercheurs et par l’action publique ; néanmoins, comme eux, nous restons critiques sur l’image qu’un tel encouragement peut renvoyer. En effet, comme eux, nous pensons que cela pourrait être dommageable pour celles et ceux qui, pour des raisons qui leur sont propres, ne souhaiteraient pas ou n’auraient pas les ressources pour s’engager.

Participation sociale

5Selon nous, la création de possibilités de participation sociale est le thème central du vieillissement actif. Mais qu’entendre par participation sociale ? Levasseur et al. (2010) et Raymond et al. (2013) ont effectué une analyse de toutes les définitions de la participation sociale dans le domaine de la gérontologie, et concluent qu’il n’y a pas de consensus pour une définition unique. Malgré l’absence de consensus, on distingue deux approches essentielles de la participation à la société dans la littérature. La première définit la participation à la société par l’accomplissement d’un travail rémunéré. La deuxième se focalise sur l’accomplissement d’autres activités, celles-là non rémunérées, qui ont une importance pour la collectivité, comme le volontariat, l’action en tant qu’aidant-proche ou l’affiliation à une association.

6Notre contribution s’appuie sur cette deuxième approche. Si l’on se réfère à la typologie de Raymond et ses collègues (2013) concernant les programmes destinés à stimuler la participation sociale – dans le cadre de cette seconde approche –, on distingue cinq catégories :

  1. l’interaction sociale dans un contexte individuel ;

  2. l’interaction sociale dans un contexte de groupe ;

  3. les projets collectifs ;

  4. le volontariat et l’aide informelle ;

  5. l’implication socio-politique et l’activisme militant.

7Le premier type cible les aînés qui sont touchés par l’isolement social et éprouvent des sentiments de solitude. En deuxième lieu, l’interaction sociale dans un contexte de groupe se réfère à des programmes qui rassemblent des personnes âgées afin de leur fournir des connaissances et/ou des compétences nouvelles ou pour leur faire acquérir des informations sur les changements de mode de vie. La troisième catégorie (les projets collectifs) comprend toutes les formes de participation dans des associations socio-culturelles et récréatives ; dans notre étude, nous distinguons cependant les associations pour tous les âges et les associations ciblées sur le troisième âge. Le quatrième type concerne le volontariat et l’aide informelle, c’est-à-dire les activités de volontariat régulières et non rémunérées dans un contexte organisé d’une part et les soins apportés aux proches ou aux connaissances d’autre part. Enfin, par implication socio-politique et activisme, on entend d’un côté la participation directe à l’appareil politique et de l’autre la participation aux activités visant à influencer les décisions politiques et sociales.

8Nos travaux font référence aux trois dernières catégories de Raymond et al. (2013). En outre, nous incluons quelques domaines importants de la participation sociale, comme l’engagement dans la vie culturelle et dans les études (lifelong learning) que nous n’identifions pas chez ces auteurs. Pour nous, la participation culturelle implique la participation à des activités culturelles hors de chez soi comme le fait d’aller au théâtre, de visiter un musée, etc. ; quant au domaine de l’éducation tout au long de la vie, il se réfère au fait de suivre des cours et/ou des formations.

9À côté des différents types de participation sociale, nous nous intéressons aussi à leurs effets. Au niveau macro, l’importance de la participation sociale est soulignée car elle a le potentiel de favoriser la solidarité et la coopération dans la société (Putnam, 1993 ; 2000). Le capital social est associé à différents avantages économiques, socio-culturels et politiques. De cette manière, la participation sociale permettrait de maintenir la stabilité démocratique et le fonctionnement de l’économie moderne, de limiter la délinquance, de stimuler les engagements politiques et la coopération ainsi que l’efficacité des instances politiques et la capacité d’une communauté à résoudre ses problèmes (par exemple : Fukuyama, 2001).

10La participation sociale a aussi des effets à des niveaux méso (niveaux régional, provincial et communal) et micro (le niveau du quartier). Putnam (2000) démontre ainsi que des quartiers riches en capital social ne disposent pas seulement d’espaces publics mieux agencés, mais que ses habitants s’y sentent mieux et que ses rues sont plus sûres. D’après Putnam, la forte criminalité dans certains quartiers est en grande partie due à ce que les habitants ne participent pas ou peu à la vie sociale, qu’ils ne surveillent pas les jeunes et ne sont pas liés par des réseaux d’amitiés (Buffel et al., 2011). Néanmoins, la place des aînés dans la participation sociale et les bénéfices réciproques pour eux et pour la société ne sont pas clairement identifiés.

11À côté des avantages pour le fonctionnement de la société, le capital social montre également son importance pour le bien-être des individus. Dans le domaine du vieillissement, la participation sociale est souvent associée au fait de « bien vieillir ». Favoriser la participation sociale serait ainsi une stratégie pour stimuler « l’autonomisation » des aînés dans une perspective de promotion de la santé (Richard et al., 2008). La participation sociale à un âge avancé semble aussi avoir une influence positive sur différents indicateurs liés au bien-être et à la qualité de vie comme le fonctionnement cognitif, la santé subjective, la mortalité ou la dépression (Richard et al., 2008). Les seniors qui participent au volontariat, à la vie associative ou à la vie de quartier se maintiennent en meilleure santé physique et mentale, même en vieillissant (Glass et al., 1999).

12Si la littérature scientifique sur la participation sociale des aînés est essentiellement anglo-saxonne, il existe peu de données disponibles en Flandre, en Wallonie ou à Bruxelles. C’est pour cette raison que notre groupe de recherche a mis sur pied depuis plusieurs années un programme en vue de connaître les besoins des plus de 60 ans en Flandre.

Méthodologie de la recherche

13Dans cette partie, nous présentons les données de recherche issues des Belgian Ageing Studies (BAS). Lancé en 2004, ce projet a évalué la qualité de vie et les conditions de vie des personnes âgées de plus de 60 ans vivant à domicile (nous n’avons donc pas retenu celles résidant en institution). L’étude décrit les caractéristiques du quartier, la participation civique, le bénévolat, la santé physique, le bien-être, etc. Elle a été menée auprès de plus de 67000 personnes en Flandre. Les Belgian Ageing Studies se sont également déroulées à Bruxelles et dans deux communes de la province du Luxembourg (Gouvy et Chiny). Ici, nous présentons uniquement les chiffres de Flandre car nous n’avons pas assez de données généralisables pour la Wallonie. La méthodologie de la collecte des données est participative (peer research).

Peer research

14Les Belgian Ageing Studies s’appuient sur une méthode de recherche par les pairs (peer research). Cette méthode considère les personnes âgées non seulement comme le groupe étudié, mais aussi comme un partenaire essentiel du projet. Dans chaque commune, un comité de pilotage va recruter des enquêteurs aînés volontaires pour participer à l’enquête (il y a eu, pour chaque commune, entre trente et cinquante volontaires). Cette campagne vise à recruter d’abord des personnes clés, également des aînés, qui disposent d’un large cercle de contacts dans la population âgée. Ces personnes recrutent à leur tour des aînés dans leur entourage pour devenir intervieweurs volontaires pour la recherche. L’objectif de chaque intervieweur volontaire consiste à diffuser et collecter des questionnaires. Ces volontaires ont été formés et suivis par un superviseur, qui est lui aussi un bénévole âgé. À la fin du projet, tous les volontaires reçoivent un compte-rendu des résultats. Travailler avec ce système de pairs de recherche enrichit cette dernière : ce système a le même avantage qu’une recherche en face-à-face (un taux de réponse très élevé), tout en minimisant les inconvénients (coût de la recherche, etc.). En outre, les aînés sont copropriétaires de la recherche et ont ainsi une « voix » dans la politique sociale locale.

Échantillonnage

15Les communes décident elles-mêmes de participer à la recherche concernant les besoins des seniors. Dès qu’une commune a choisi de participer, le conseil communal mandate un fonctionnaire pour tirer un échantillon aléatoire à partir du registre de population. Cet échantillon est représentatif aussi bien de l’âge (60-69, 70-79, 80+) que du sexe. Selon les communes, entre 65 et 85 % des personnes contactées ont participé à l’enquête. Les répondants pouvaient, s’ils le souhaitaient, remplir le questionnaire de façon anonyme. Pour obtenir la taille d’échantillon voulue, de nouvelles adresses ont été fournies pour remplacer les répondants qui ont refusé ou qui n’étaient pas en mesure de remplir le questionnaire.

16Au total, les données ont été recueillies dans 141 communes flamandes (sur un total de 308). Les aînés de 60 ans et plus ont été échantillonnés au hasard, en tenant compte de la stratification selon l’âge et le sexe. L’échantillon comprend des personnes dont l’âge moyen est de 71,4 ans et compte 54,8 % de femmes. Une majorité de personnes est mariée ou cohabitante (71,4 %), 21,7 % sont veuves, 3,6 % célibataires et 3,3 % divorcées. 71 % des répondants ont un niveau d’études secondaire inférieur et 25 % ont un revenu mensuel de 999 € maximum.

Résultats : la participation sociale en Flandre

  • 2 Conformément à notre approche de la participation sociale, le travail n’a pas été inclus dans ces a (...)

17Commençons par identifier la manière dont les aînés décrivent leur participation sociale dans un premier tableau2.

18Selon cette vue d’ensemble, la participation s’entend d’abord comme participation dans des associations (64,7 %), participation culturelle (52,3 %) et comme le fait de garder des enfants (41,7 %). Le volontariat, réel ou potentiel, arrive en queue de peloton. Par volontariat potentiel, nous entendons des gens qui seraient prêts à s’engager dans le volontariat dans le futur. Afin d’affiner cette observation, voyons à présent comment se répartissent les individus en fonction de plusieurs critères : l’âge, le sexe, le niveau d’études, le revenu familial mensuel, la santé physique et l’état civil.

19Commençons par l’âge. Pour l’aide aux proches, nous constatons que la proportion diminue avec l’âge. Nous voyons dans le tableau 2 que ce sont surtout les plus jeunes (60-69 ans) qui sont aidants-proches. La même tendance s’observe pour ceux qui gardent des enfants puisque plus de la moitié des 60-69 ans le font. Ce pourcentage diminue jusqu’à 13,7 % chez les personnes âgées de 80 ans et plus. Par contre, nous notons une relation inverse pour la participation à des associations pour le troisième âge ; il s’agit d’ailleurs de la seule relation allant dans cette direction puisque pour tous les autres domaines de la participation sociale, celle-ci diminue avec l’avancée en âge.

20En ce qui concerne le sexe, les résultats montrent que, comme pour la garde d’enfants qui est un peu plus fréquente chez les hommes (43,1 %) que chez les femmes (40,5 %), les formes de participation sociale apparaissent toujours plus fréquemment chez les hommes que chez les femmes ; comme pour la catégorie de l’âge, la seule exception concerne la participation à une association pour le troisième âge qui connaît un plus grand pourcentage de femmes (31,5 %) que d’hommes (25,8 %).

21Intéressons-nous maintenant aux différences en termes d’éducation et de niveau de revenu à partir du tableau 3. Concernant le niveau d’études, on observe des différences significatives pour chaque type de participation ou d’engagement. Par exemple, les chiffres montrent qu’il y a plus de personnes ayant un haut niveau d’études qui sont aidants-proches (36,9 %) ou gardent des enfants (51 %). Encore une fois, la seule exception se manifeste pour les participants d’associations pour le troisième âge. Les aînés avec un niveau d’études faible en sont plus souvent membres (30,8 %) par rapport à ceux qui présentent un niveau d’études élevé (24,8 %). Ensuite, ce sont surtout ces derniers qui participent à des activités culturelles (71,3 %) par rapport aux aînés avec un niveau d’études moins élevé (43,5 %).

22Concernant la participation en fonction des revenus mensuels du ménage, nous distinguons de fortes différences. Pour les aidants proches, plus le revenu familial mensuel est élevé, plus les personnes signalent une implication. La même relation concerne la garde des petits-enfants et l’ensemble des autres domaines de la participation sociale. Comme pour les variables précédentes, nous constatons une tendance différente pour la participation à une association pour le troisième âge, les personnes âgées membres d’une telle association ayant tendance à disposer de moins de ressources financières.

Tableau 4 : La participation sociale selon la santé physique

Physiquement non limitée

Physiquement limitée

Aidant-proche

35,6 %*

26,7 %*

Garde d’enfants

51,8 %*

36,6 %*

Associations pour le 3e âge

25,4 %*

31,3 %*

Associations

71,0 %*

66,5 %*

Volontaire

17,5 %*

13,2 %*

Volontaire potentiel

19,6 %*

11,3 %*

Participation culturelle

60,1 %*

49,3 %*

Participation politique

9,7 %*

10,7 %*

Suivi de formation/cours

23,7 %*

37,5 %*

* p<.001

23En ce qui concerne la santé et les liens avec la participation sociale (tableau 4), on constate à nouveau une tendance générale (meilleure est la santé, plus la participation est importante) opposée à une tendance différente pour la participation aux associations pour le troisième âge et, pour une fois, avec la participation politique également ; néanmoins, fait intéressant, la différence entre les personnes âgées avec ou sans handicap physique est très faible pour l’engagement à un parti politique : elle passe de 9,7 % de membres sans problèmes physiques à 10,7 % de membres avec des problèmes physiques.

Tableau 5 : La participation sociale selon l’état civil

Marié

Célibataire

Divorcé

Cohabitant

Veuf

Aidant-proche

33,1 %*

28,8 %*

30,9 %*

29,2 %*

18,3 %*

Garde d’enfants

48,6 %*

14,2 %*

37,4 %*

39,7 %*

25,4 %*

Associations pour le 3e âge

27,1 %*

28,9 %*

17,7 %*

24,3 %*

37,1 %*

Associations

66,8 %*

64,4 %*

56,8 %*

64,3 %*

60,3 %*

Volontaire

14,8 %*

17,6 %*

14,5 %*

12,6 %*

10,8 %*

Volontaire potentiel

15,8 %*

10,3 %*

22 %*

17,7 %*

7,3 %*

Participation culturelle

55,1 %*

44 %*

61,4 %*

58,1 %*

42,9 %*

Participation politique

10,3 %*

8,9 %*

8,1 %*

10,1 %*

7,0 %*

Suivi de formation/cours

29,6 %*

23,3 %*

32,6 %*

31,5 %*

14,2 %*

* p<.001

24On peut enfin mettre en regard l’état civil des personnes âgées et leur participation sociale et observer des résultats très différents et intéressants à partir du tableau 5. En ce qui concerne la relation avec un aidant-proche, nous constatons que la plupart des aînés qui aident un proche sont mariés (33,1 %) ou divorcés (30,9 %) ; ce sont les veuf/ves (18,3 %) qui fournissent le moins de soins à autrui. Pour la participation aux associations non spécifiques, les personnes divorcées (56,8 %) en sont moins souvent membres à l’inverse des individus mariés (66,8 %), célibataires (64,4 %) et cohabitants (64,3 %). Concernant le bénévolat, les chiffres montrent que les personnes célibataires (17,6 %), mariées (14,8 %) et divorcées (14,5 %) font du volontariat ; celles qui sont divorcées (22 %) sont les plus intéressées à devenir actives sur le terrain du bénévolat, ainsi que les personnes qui cohabitent (17,7 %). C’est la proportion de divorcé(e) s qui participent à des activités culturelles (61,4 %), qui est la plus importante, suivie par celle des cohabitants (58,1 %). Pour la participation politique, il s’agit d’une situation différente, où l’on trouve surtout les aînés avec partenaires, mariés (10,3 %) ou cohabitants (10,1 %). Enfin, les chiffres montrent à nouveau que ce sont surtout les divorcés (32,6 %) et cohabitants (31,5 %) qui participent à des formations.

25En résumé, on peut dire que le statut matrimonial varie considérablement selon le type de participation sociale étudiée.

Barrières au vieillissement actif

26Si la littérature souligne l’existence de difficultés face à la participation sociale des aînés, souvent expliquées par des mécanismes âgistes, voyons à présent comment s’organisent socialement les freins et les barrières à un vieillissement actif.

27Ce sixième tableau identifie les commodités qui manquent le plus à proximité de leur résidence, selon les aînés. En effet, lorsque nous étudions leur participation sociale, il est important de prendre en compte l’environnement immédiat. De nombreuses études montrent que les aînés sont attachés à leur quartier (Buffel et al., 2011). En général, les personnes âgées restent longtemps dans le même environnement et apprécient beaucoup les souvenirs liés à l’environnement local. Plusieurs études affirment qu’en vieillissant, on devient de plus en plus dépendant de l’environnement immédiat (Pauwels, Vanden Boer, 2004). Au fur et à mesure de l’avancée en âge, le rayon des déplacements des aînés autour de leur demeure se réduirait de plus en plus. D’après une étude allemande sur le comportement de mobilité des personnes âgées dans les zones urbaines, plus de la des activités de loisirs se passe ainsi dans le quartier (Föbker, Grotz, 2006). On comprend alors mieux l’intérêt d’identifier, avec le sixième tableau, les commodités les plus utiles pour permettre cette mobilité locale. Plus de quatre personnes sur dix souhaitent plus de toilettes publiques et 39,3 % pensent qu’il n’y a pas assez de bancs publics disponibles pour pouvoir se déplacer ; le constat est valable pour une personne sur quatre concernant le manque de transports en commun (26,4 %) et d’arrêts de bus (25,6 %).

28Si l’accessibilité du quartier joue un rôle majeur pour assurer une participation la plus longue possible à la vie sociale, il importe aussi d’identifier les barrières dans le quartier. Selon le septième tableau, près de quatre personnes sur dix disent rencontrer des problèmes de trafic dans leur voisinage immédiat. Outre le trafic, les problèmes les plus fréquemment mentionnés sont liés à l’aspect physico-spatial du quartier, l’absence de commodités déjà évoqué plus haut occupant la deuxième place (23,1 %), suivi de près par les de nuisances sonores (19,2 %).

Conclusion

29Ce chapitre a proposé une description de la participation sociale des aînés en Flandre, de leur propre point de vue. Sur base de nos données, nous pouvons conclure que beaucoup d’aînés sont activement impliqués dans leur communauté à travers diverses formes de participation sociale. Les chiffres montrent qu’il existe donc un décalage entre la situation des plus de soixante ans et le modèle délétère de la vieillesse qui considère les « vieux » comme non productifs, inactifs, immobiles et malades. Les aînés ne devraient pas être seulement considérés comme utilisateurs ou bénéficiaires de soins puisqu’ils remplissent également de nombreux rôles sociaux dans la construction et la production de leur environnement.

30Néanmoins, bien que de nombreux aînés participent activement, la participation sociale reste inégale et certains groupes participent moins que d’autres. À ce jour, le concept du vieillissement actif n’atteint donc pas sa cible mais reste plutôt l’apanage des aînés disposant davantage de ressources (jeune aîné, haut niveau d’éducation, bonne santé physique, haut revenu de ménage) (Biggs, 2001).

31Nos données confirment ces conclusions. Plus précisément, toutes les formes de participation décrites renvoient au même profil, sauf le cas des membres d’associations pour le troisième âge : ce profil se veut le miroir inversé de cette population privilégiée, dans les faits, par le vieillissement actif, car on y retrouve plutôt des plus âgés, des femmes, des aînés moins éduqués, qui ont un revenu plus faible ou qui sont en moins bonne santé physique. Il se peut que les jeunes aînés ne s’identifient pas à une association destinée spécifiquement au troisième âge, les personnes de moins de 70 ans se sentant encore souvent trop « jeunes ».

32Une autre possibilité pourrait être que ces associations, décrites par Elchardus et al. (2000) comme d’anciens mouvements sociaux et organisées comme des associations classiques (confessionnelles), attirent un public moins éduqué et plus hétérogène que les nouveaux mouvements sociaux et les associations non-confessionnelles. Cela pourrait s’expliquer parce que ces associations classiques sont ancrées dans la vie locale et concernent ainsi davantage ce groupe vulnérable. À l’inverse, les nouvelles associations qui sont non-confessionnelles et ont d’autres missions et visions pourraient privilégier, de manière plus ou moins involontaire, les aînés plus jeunes et avec davantage de ressources.

33Finalement, avec le concept de vieillissement actif à l’esprit, les organisations associatives et le gouvernement devraient maximiser les possibilités de participation sociale pour les aînés, tout en évitant de transformer cet objectif en une obligation morale ; en effet, certains individus peuvent décider, pour des raisons qui leur sont propres, de ne pas s’engager.

34Pour conclure, il est important de rappeler que cet article se base sur des données flamandes. Des chiffres sur la participation sociale des aînés en Wallonie ou à Bruxelles pourraient être différents ou similaires. Afin d’obtenir une vue générale sur la participation sociale des aînés en Wallonie, nous avons récemment lancé un partenariat avec l’Union nationale des Mutualités socialistes et Espace seniors (section wallonne des aînés des Mutualités socialistes) pour mener la même recherche en Wallonie, en débutant par la province de Liège.

Literaturverzeichnis

Bibliographie

Biggs S., 2001, Toward critical narrativity: stories of aging in contemporary social policy, Journal of Aging Studies, 15, 4, pp. 303-316.

Buffel T., Verté D., De Donder L., De Witte N., Dury S., Vanwing T. Bolsenbroek A., 2011, Theorising the relationship between older people and their immediate social living environment, International Journal of Lifelong Education, 31, pp. 13-32.

Dillaway H., Byrnes M., 2009, Reconsidering successful aging: a call for renewed and expanded academic critiques and conceptualizations, Journal of Applied Gerontology, 28, 6, pp. 702-722.

Elchardus M., Hooghe M., Smits W., 2000, Tussen burger en overhead. Oorzaken en gevolgen van middenveldparticipatie, Brussel, DWTC.

Föbker S., Grotz R., 2006, Everyday mobility of elderly people in different urban settings: the example of the city of Bonn, Germany, Urban Studies, 43, pp. 99-118.

Fukuyama F., 2001, Social capital, civil society and development, Third world quarterly, 22, pp. 7-20.

Glass T. A., Mendes de Leon C., Marotolli R., Berkman L., 1999, Population based study of social and productive activities as predictors of survival among elderly Americans, British Medical Journal, 319, pp. 478-483.

Herremans W., Boey R., Vansteenkiste S., Theunissen G., Sels L., 2012, Met aarzelende pas richting 50 %. De boordtabel eindeloopbaan 2012, Leuven, KU Leuven, Steunpunt Werk en Sociale Economie.

Holstein M., Minkler M., 2003, Self, society, and the « new gerontology », Gerontologist, 43, pp. 787-796.

Levasseur M., Richard L., Gauvin L., Raymond É., 2010, Inventory and analysis of definitions of social participation found in the aging literature: proposed taxonomy of social activities, Social Science and Medicine, 71, pp. 2141-2149.

Martinson M., Minkler M., 2006, Civic engagement and older adults: a critical perspective, Gerontologist, 46, pp. 318-324.

Organisation mondiale de la santé (OMS), 2002, Vieillir en restant actif. Cadre d’orientation : contribution de l’OMS à la 2e Assemblée mondiale des Nations unies sur le vieillissement, Genève, OMS.

Pauwels K., Vanden Boer L., 2004, De woonsituatie van ouderen, <http://aps.vlaanderen.be/cbgs/repository/lovo_fcr.pdf>, site visité le 14 novembre 2008.

Putnam R., 1993, Making democracy work: civic traditions in Modern Italy, New Jersey, Princeton University Press.

Putnam R., 2000, Bowling alone. The collapse and revival of American community, New York, Simon and Shuster.

Raymond É., Sévigny A., Tourigny A., Vézina A., Verreault R., Guilbert A., 2013, On the track of evaluated programs targeting the social participation of seniors: a typology proposal, Ageing and Society, 33, 2, pp. 267-296.

Richard L., Gauvin L., Gosselin C., Laforest S., 2008, Staying connected: neighbourhood correlates of social participation among older adults living in an urban environment in Montréal, Québec, Health promotion international, 24, 1, pp. 46-56.

United Nations (UN), 2009, World population ageing: ESA/P/WP/212, <http://www.un.org/esa/population/publications/WPA2009/WPA2009_WorkingPaper.pdf>, site visité le 12 janvier 2010.

Walker A., 2006, Reexamining the political economy of aging: understanding the structure/agency tension, in J. Baars, D. Dannefer, C. Phillipson (Eds.), Aging, globalization and inequality: the new critical gerontology, Amityville, New York, Baywood, pp. 59-80.

Anmerkungen

1 Cf. les chapitres de Moulaert et de Boudiny dans cet ouvrage.

2 Conformément à notre approche de la participation sociale, le travail n’a pas été inclus dans ces analyses. Notons que la plupart des Belges sont retraités à 59 ans (Herremans et al., 2012).

Autoren

Titulaire d’un master en sciences de l’éducation d’adultes, assistante et chercheure à la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de la Vrije Universiteit Brussel

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search