Version classiqueVersion mobile

Le vieillissement actif dans tous ses éclats

 | 
Laurent Nisen
, 
Sylvie Carbonnelle
, 
Thibauld Moulaert

Partie 3 Les aînés dans la cité : pour quoi et comment ?

« Villes amies des aînés » en France : outil au service du vieillissement actif ou marketing territorial ?

Pierre-Marie Chapon

Note de l’auteur

L’ICADE est une filiale immobilière de la caisse des dépôts et consignations ; c’est donc à partir d’une triple casquette de promoteur du développement territorial en faveur des aînés (via mon poste de Directeur de la recherche à l’ICADE), de géographe travaillant sur ces questions (via mon rattachement à l’UMR 5600 à l’Université de Lyon 3) et de référent en France du réseau OMS VADA que ce texte est écrit. Je revendique donc, à travers ma pratique professionnelle, une position de chercheur engagé.

Texte intégral

Refuser l’apparente abondance du ciel, (...)
La liberté de fouler l’horizon
N’aller que jusqu’au bout de soi.
Robert Mallet

1Le vieillissement démographique pose de nombreuses questions aux responsables politiques. Comment aider les personnes âgées à rester indépendantes et actives ? Comment renforcer les politiques de promotion de la santé et de prévention des maladies, en particulier celles qui s’adressent aux personnes âgées, actuelles et futures ? Comment améliorer la qualité de la vie au cours de la vieillesse, reconnaître le rôle essentiel que jouent les aidants âgés et quel soutien leur fournir ?

2Le programme villes et communautés amies des aînés (VADA) lancé en 2007 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS, 2007a) a pour objectif de fédérer des villes du monde entier autour de ces questions. Très présent au Québec, le programme connait un développement encore lent en France et son impact médiatique reste faible.

3Toutefois, le contexte des élections municipales de 2014 combiné à la structuration d’un réseau francophone des villes amies des aînés présidé par la ville de Dijon depuis 2012 contribue à inciter davantage de villes à entrer dans la démarche. Si dix-sept villes sont officiellement membres à ce jour, on comptabilise depuis quelques mois plus d’une candidature de ville par semaine à l’entrée dans le réseau de l’Organisation mondiale de la santé en France.

4Ce chapitre a pour objectif de comprendre la philosophie du programme de l’OMS puis son développement en France. Pour ce faire, nous commencerons par préciser qu’il s’inscrit dans un modèle holistique du vieillissement, celui du vieillissement actif. Nous tenterons ensuite d’analyser pourquoi la première implémentation française s’est soldée par un échec relatif en 2010 avant qu’un nouvel élan ne soit engagé en 2012. Enfin, nous esquisserons un premier bilan des réalisations concrètes issues du programme à travers quelques exemples, aboutis ou non, et nous tenterons de dégager une série de pistes d’action.

La perspective VADA à l’OMS, une application d’un modèle holistique du vieillissement actif

5L’Organisation des Nations unies (ONU) estime que « si l’on veut que le vieillissement soit quelque chose de positif, il faut aussi qu’une vie plus longue s’accompagne de possibilités d’être en bonne santé, de participer et d’être en sécurité » (UN, 2002, p. 6). Selon l’ONU, un vieillissement actif permet aux personnes âgées de poursuivre leur potentiel de bien-être physique, social et mental tout au long de la vie et de s’impliquer dans la société selon leurs besoins, leurs souhaits et leurs capacités, tout en jouissant d’une protection, d’une sécurité et de soins adaptés lorsqu’elles en ont besoin. Ainsi, le terme actif désigne-t-il, à l’ONU, une implication constante dans les activités économiques, sociales, spirituelles, culturelles et citoyennes, et non pas uniquement l’aptitude à la seule activité physique et/ou à l’emploi. C’est ainsi que les personnes âgées qui prennent leur retraite ou celles qui sont malades ou physiquement handicapées peuvent continuer à apporter une contribution à leur famille, à leurs contemporains, à leur communauté et à leur pays. À terme, le vieillissement actif permettrait à toutes les personnes âgées, y compris celles qui sont fragiles, handicapées et qui ont besoin de soins, d’allonger leur espérance de vie en bonne santé et d’améliorer leur qualité de vie (UN, 2002).

De 2005 à 2007 : vers la création d’un protocole commun partagé et la formalisation d’un programme international

6Lors du XVIIIe Congrès mondial de gérontologie et de gériatrie qui s’est tenu à Rio de Janeiro en juin 2005, trente-trois villes situées dans vingt-deux pays, convaincues à l’origine par des chercheurs canadiens et bénéficiant du soutien du Docteur Kalache de l’Organisation mondiale de la santé, se sont engagées dans un programme de recherche afin d’élaborer une méthode commune, connue comme le protocole de Vancouver. Celui-ci consiste à demander à des aînés de décrire les éléments qu’ils jugent favorables ou défavorables à un vieillissement actif, sur huit thématiques de la vie quotidienne (espaces extérieurs et bâtiments, transport, logement, participation sociale, respect et inclusion sociale, participation citoyenne et emploi, communication et information, soutien communautaire et santé). Il aboutit à la publication du Guide mondial des villes amies des aînés (OMS, 2007a). À côté de ce guide, l’OMS publie également une Feuille de route (OMS, 2007b) définie comme « un référentiel d’auto-évaluation pour une ville et un outil de planification à dessein d’améliorer la condition de vie des aînés » (OMS, 2007b, p. 1).

7Au cœur de la démarche VADA, le développement d’une participation citoyenne active des personnes âgées est en lien direct avec les notions d’empowerment et d’autonomisation. Au plan individuel, l’empowerment est défini comme la façon par laquelle l’individu accroît ses habiletés, ceci favorisant l’estime de soi, la confiance en soi, l’initiative et le contrôle (Eisen, 1994). Au plan collectif, il se définit comme une démarche permettant à un groupe ou à une communauté d’acquérir les moyens de renforcer sa capacité d’action et de s’émanciper (Bacqué, 2006). C’est un processus social de reconnaissance, de promotion et d’habilitation des personnes dans leur capacité à satisfaire leurs besoins, à régler leurs problèmes et à mobiliser les ressources nécessaires de façon à se sentir maîtres de leur propre vie. Ainsi, le concept d’empowerment est cohérent avec les principes de promotion de la santé. D’après Viriot Durandal (2003), l’empowerment exprime une exigence de participation au pouvoir dans la société.

À partir de 2010 : en route pour le Réseau mondial des villes et communautés amies des aînés

  • 2 Conférence de John Beard, directeur du département Vieillissement et qualité de vie à l'Organisatio (...)

8Face à la réussite du modèle québécois (Paris et al., 2013) qui a développé un cadre de mise en œuvre en cohérence avec les orientations de l’OMS (Garon et al., 2012), et parce que l’approche initiale de l’OMS s’est parfois résumée à prendre la Feuille de route comme une liste à cocher, le siège de l’OMS à Genève a souhaité que l’expérience québécoise, particulièrement aboutie, fasse des émules2. Dès l’automne 2009, l’OMS se dote d’un plan largement inspiré de celui du Québec. Ainsi, le modèle initial de l’OMS s’est modifié en insistant sur la démarche participative du Québec ; les villes qui souhaitent dorénavant y adhérer sont fortement encouragées à suivre trois étapes avant de repartir sur un nouveau cycle. Le programme villes et communautés amies des aînés consiste dans un premier temps à réaliser un audit urbain (en France ; dans les autres pays, cela correspond aux consultations des aînés en début de processus), avec et pour les aînés, par l’intermédiaire de groupes de discussion (ou focus groups) sur les huit thématiques de la vie quotidienne cités ci-dessus. Ce rapport donne lieu à des préconisations puis à un plan d’actions qui devrait être porté par la puissance publique (phase de mise en œuvre par les acteurs publics). Les progrès mais aussi les éléments perfectibles ressortent d’une phase d’évaluation des progrès, laquelle permet de démarrer un nouveau cycle (figure 1).

9Forte de cette démarche relativement souple, l’OMS a mis en place en 2010 le Réseau mondial des villes et communautés amies des aînés, passant d’une démarche de recherche et de programme pilote à une démarche de développement opérationnel.

Figure 1 : Cycle d’adhésion de 5 ans proposé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS)

L’application du modèle VADA en France

10Absente des premières étapes du développement des VADA à l’OMS, la France a tenté de lancer un programme national en 2009, sans grand succès. Aujourd’hui, c’est par l’action de villes volontaristes que la démarche se développe.

Une première étape avortée

11En France, la démarche de l’OMS a été reprise en 2009 sous le label Bien vieillir, vivre ensemble qui a été officiellement lancé par Norra Berra, alors secrétaire d’État chargée des Aînés, et Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Santé et des Sports, en partenariat avec l’association des maires de France (AMF) et l’association parlementaire Vieillir ensemble. Deux sessions ont récompensé trente-quatre villes en 2010 puis trente-huit l’année suivante. La méthodologie construite officiellement sur le protocole de l’OMS est rapidement devenue un outil de marketing gouvernemental pour plusieurs raisons :

  • une absence de moyens financiers : le gouvernement français n’a proposé aucune aide financière aux municipalités concernées ;

  • un faible suivi : absence de structures (contrairement au Québec) pour suivre l’état d’avancement des démarches et aider les municipalités ;

  • une communication axée sur des initiatives ponctuelles, éloignées de l’ambition du programme : animations dans des maisons de retraite, dictées intergénérationnelles, etc. ;

  • une absence de contrôle sur la volonté des communes de s’engager sur le programme, sachant que le label était distribué sur simple demande des maires.

12De ce fait, très peu de villes engagées dans le label Bien vieillir, vivre ensemble ont réellement effectué leur audit urbain. D’après les premières estimations effectuées actuellement par l’OMS, moins d’une ville sur quatre a réellement lancé un programme centré sur les recommandations du protocole de Vancouver.

Un nouvel élan : le projet RFVAA

  • 3 L’auteur de ce chapitre.

13Dès 2010, plusieurs municipalités françaises ont eu la volonté de s’engager directement dans le programme de l’OMS. À l’initiative de Dijon, Besançon et Lyon, avec la collaboration de plusieurs municipalités du Québec, un Réseau francophone des villes amies des aînés (RFVAA) est créé par et pour les villes. La démarche est totalement inversée par rapport au label Bien vieillir, vivre ensemble, passant d’une impulsion étatique (centrale) à une impulsion locale. Dijon a pris la présidence du réseau lors d’une assemblée constituante en janvier 2012. Cette initiative a pour ambition de consolider les liens et les échanges entre les villes de la francophonie et de les accompagner dans leurs projets. Parallèlement, le ministère chargé des Personnes âgées et de l’Autonomie et l’OMS ont décidé mutuellement de mettre fin à ce label. Une lettre co-signée par les deux institutions a été envoyée à l’ensemble des villes Bien vieillir au printemps 2013 pour les inviter à rejoindre le Réseau mondial des villes et communautés amies des aînés via leur participation au Réseau francophone (RFVAA), affilié au Réseau de l’OMS ; pour les y aider, elles sont mises en contact avec un network facilitator (référent, en français)3.

14Le 1er juillet 2013, une journée d’information et de travail entre les villes membres du Réseau (ainsi que plusieurs villes candidates) a été organisée à Dijon ; au total, une cinquantaine de villes françaises, québécoises, suisses, belge (Bruxelles) et même marocaines se sont rencontrées.

Retour d’expériences françaises : des limites et des encouragements

15Les premières villes françaises se sont engagées en 2010 dans la démarche VADA. Les premiers retours peuvent ainsi être évalués. D’emblée, il importe de préciser que si le programme villes et communautés amies des aînés n’est pas un projet scientifique, du moins dans sa phase de déploiement opérationnel, il n’a de sens qu’avec le soutien de la recherche. Si l’OMS encourage les chercheurs à s’intéresser à la démarche, elle a pour mission de faire évoluer les mentalités et de faire progressivement prendre conscience aux acteurs locaux de l’importance d’une démarche transversale et de valorisation du vieillissement actif. Si une part de l’engagement des villes fait clairement référence à une forme de marketing et de promotion territoriale, nous constatons que la recherche d’un service de qualité à destination des administrés (celui-ci pouvant passer par la recherche de solutions innovantes, par le redéploiement de services existants aux aînés, etc.) et un souhait plus global de mieux adapter ces services au vieillissement des populations locales sont des moteurs aussi présents dans l’action. Toutefois, plusieurs problèmes apparaissent lors de la mise en œuvre de la démarche VADA en France.

L’écueil assumé du choix des participants

16Une première étape inscrite dans le support méthodologique du protocole de Vancouver consiste à effectuer l’inventaire des structures et des associations offrant des services aux aînés. Cela permet de rencontrer des acteurs œuvrant dans le domaine du vieillissement susceptibles d’aider à la création de groupes de parole. Ces groupes sont basés sur une approche par recherche de consensus qui s’appuie sur l’idée qu’un consensus obtenu parmi un groupe de personnes connaissant bien la communauté et ses problématiques est suffisamment fiable pour qu’on puisse en utiliser les résultats. Afin de garantir un maximum d’échanges, les groupes de discussion doivent inclure de huit à dix participants. La technique utilisée est basée sur « les impressions de la communauté » (Pinault, Daveluy, 1995, p. 226) :

[Elle permet] d’intégrer l’information tirée des sources officielles existantes et l’information obtenue des membres de la communauté. […] Cette approche comprend les étapes suivantes :

  1. Entrevue avec les informateurs clés

  2. Compilation des données à partir d’indicateurs et d’enquêtes […].

  3. Mise en place d’un forum communautaire […] ces forums ont l’avantage d’impliquer les personnes directement concernées dans la définition de leurs besoins et […] dans la recherche des solutions à leur problème (Pineault, Daveluy, 1995, p. 226).

17Dans l’ensemble des cas français, l’échantillon n’est généralement pas assez diversifié car il n’inclut pas directement les populations isolées qui, selon nos propres critères, ne participent pas à la vie citoyenne et sociale. Dans le cas lyonnais, nous avons pu contrebalancer, en partie, ce manque par l’intermédiaire de groupes d’aidants (familiaux et professionnels) qui ont pu retranscrire leur vécu et l’attente des personnes plus isolées.

18Un autre écueil est celui de ne pas (ou peu) toucher les populations d’immigrants, pourtant très actives, mais dans des circuits différents (communautés religieuses, familles). Il s’avère pourtant essentiel de pouvoir connaître les attentes et les besoins de cette population. La population des hommes debout du quartier de la Guillotière (Lyon 3e) n’a, par exemple, pas pu être approchée et ne l’est toujours pas à ce jour.

19À Quimper, pour la réalisation de l’audit urbain dans le cadre du programme, une représentativité de la population participant aux groupes a été recherchée pour deux variables : le genre et le quartier. Cela s’est traduit par la constitution de groupes d’âges différenciant les 60-74 ans et les plus de 75 ans, et par l’identification de quatre quartiers historiques distincts (Centre-ville, Ergué-Armel, Penhars et Kerfeunteun), soit un total de huit groupes constitués (deux par quartier). Les groupes sont construits sur le modèle des conseils de quartier, c’est-à-dire en procédant par tirage au sort à partir des listes électorales. Pour ce faire, l’équipe VADA, en concertation avec le service informatique de la mairie, a arrêté les critères pris en compte pour le tirage :

  • le quartier de résidence ;

  • les deux tranches d’âge (60-74, plus de 75 ans) ;

  • le ratio de trois hommes pour cinq femmes, représentatif de la composition de cette population sur Quimper. Il a été décidé de constituer une liste principale de soixante personnes et une liste secondaire.

20Une méthode d’analyse thématique des données a été retenue et mise en œuvre sur l’ensemble des treize groupes de discussion (115 personnes rencontrées : 97 personnes âgées, 2 femmes aidantes et 16 représentants de fournisseurs de services). Chaque séance a été retranscrite intégralement. L’analyse a été effectuée à partir de la retranscription des bandes sonores et des prises de notes lors des rencontres. Deux types d’analyse ont été mis en œuvre :

  • une analyse thématique transversale : chaque thème d’analyse retenu a fait l’objet d’un classement au sein de chaque groupe. Ce classement a été mis en perspective avec l’ensemble des données produites sur le même thème par les différents groupes. Les propos des participants ont été classés en trois points : les qualités, les difficultés et les propositions émises sur les thèmes ;

  • une analyse inter-thèmes au sein de chaque groupe. Cette comparaison permet d’identifier les enchaînements thématiques propres à chaque groupe de discussion. Ils peuvent être mis en relation avec les caractéristiques spécifiques à ce groupe (quartier, catégorie socio-professionnelle, fournisseurs de services, aidants) et de ses caractéristiques secondaires (nombre de femmes et d’hommes, niveau d’études, état de santé, situation de vie – vivre seul ou en couple –, quartier de résidence, âge, situation de propriétaire/locataire).

21Comme alternative aux groupes de discussion, d’autres villes ont organisé un sondage quantitatif (réalisé par une société spécialisée auprès d’un millier de personnes dans le cas dijonnais) afin de toucher plus largement la population.

Une participation des aînés, mais avec quels résultats finaux ?

22L’audit urbain réalisé à Lyon dans le cadre du programme villes amies des aînés a donné lieu à un plan d’actions municipal mis en œuvre sur cinq ans. Parmi les éléments mis en avant sur le thème des « espaces extérieurs et édifices », l’absence de bancs publics a été fortement mise en avant. Loin d’être anecdotique, la présence de bancs constitue un élément important pour un public fragile qui incite aux sorties et aux rencontres extérieures et est donc susceptible de contribuer au vieillissement actif (OMS, 2007a). La question se pose alors de savoir où implanter des bancs pour répondre au mieux aux besoins. Dans son 3e arrondissement, la ville de Lyon a expérimenté la technique des parcours commentés avec l’association Bien vieillir dans son quartier ; sur cette base, elle a très rapidement installé les premiers « assis-debout » lyonnais (photo 1).

Photo 1 : Exemple d’un « assis-debout » implanté dans une avenue de Lyon, 2012 (cliché : Pierre-Marie Chapon)

23La technique des parcours commentés, couramment utilisée en psychologie environnementale, parfois dénommée méthode des trajets-voyageurs commentés ou encore méthode des itinéraires, se donne pour ambition d’analyser l’acte de traverser l’espace urbain tel qu’il est en train de se faire afin de recueillir le point de vue du voyageur en marche. Imaginée en France au laboratoire de recherche CRESSON (École d’architecture de Grenoble), la méthode s’appuie sur la technique du « penser tout haut ». Pour les participants lyonnais – une vingtaine d’aînés habitant le 3e arrondissement – plusieurs séances de ce type de parcours ont été organisées par l’association dans le quartier Saxe-Gambetta/Place Guichard. L’association a transmis à la mairie les conclusions de l’étude pilote avec les lieux d’implantation pertinents d’« assis-debout » conformément aux besoins identifiés lors des sorties. Cependant, l’ergonomie du modèle choisi ne semble pas optimale d’après les utilisateurs et la non formation du personnel technique en charge de l’installation a nécessité de reprendre intégralement la pose des « assis-debout » dont la hauteur d’installation était inadaptée. Si certains habitants du quartier l’utilisent, la très grande majorité des passants ne connaissent pas l’utilité réelle de ce mobilier urbain. Il n’est pas rare de constater un détournement de leur usage : dépose-vélo par les habitants du quartier ou renfort pour le dépôt des poubelles comme nous avons pu l’observer in situ.

24La mairie réfléchit à mettre en place une signalétique claire et à assurer des démarches de communication à la fois auprès des utilisateurs potentiels et des autres usagers avant un éventuel déploiement dans d’autres secteurs. Dans le même ordre d’idées, la ville de Besançon travaille avec des designers à la mise en place d’« assis-debout » ergonomiques et prévoit la mise en œuvre d’actions de communication auprès des aînés et de la population en général. En effet, si nous n’avons pas encore insisté sur ce point, l’esprit de la démarche de l’OMS n’est pas de cibler uniquement les aînés : des bancs (ou des trottoirs, etc.) adaptés aux aînés devraient idéalement servir à tout un chacun.

25Les transports constituent également un retour intéressant. Ainsi, dans le rapport lyonnais (Chapon, Felix-Faure, 2011), les aînés audités font ressortir le fait que si les bus sont accessibles d’un point de vue physique, le démarrage brusque de ces derniers, y compris en heures creuses, n’est pas de nature à les inciter à emprunter ce moyen de transports. Sur ce point, de petits aménagements simples et surtout une formation adéquate du personnel permettrait d’assurer un service de qualité. Cependant, cette recommandation n’est pas forcément audible a fortiori si les acteurs concernés n’ont pas été associés très en amont, dès la phase d’audit urbain.

26Au-delà de ces quelques exemples, nous voudrions faire ressortir deux éléments centraux :

  • si l’on souhaite favoriser le vieillissement actif de la population, cela nécessite simultanément de lutter contre l’âgisme, de former et d’informer non seulement les aînés mais surtout les élus, les techniciens, et la population en général ;

  • en conséquence, il importe de changer l’approche du vieillissement en passant d’une réflexion sectorielle à une vision globale. Les communes qui ont réussi leurs démarches sont celles qui sont parvenues à fédérer à la fois l’équipe municipale et les techniciens de tous les services. L’audit urbain tel qu’il est proposé dans le programme villes et communautés amies des aînés constitue un outil intéressant à renforcer.

Conclusion : un « bon » programme ?

27Comme le reconnaissent Suzanne Garon et al. (2012), si l’OMS n’a pas « inventé » le terme Age-Friendly City ou villes amies des aînés, elle a eu le mérite de permettre, en 2006-2007, de le documenter de façon identique et systématique dans trente-trois villes différentes issues de vingt-deux pays à travers le monde. En outre, la démarche s’intéresse aussi bien à l’environnement bâti qu’à l’environnement social ; enfin, elle permet d’identifier les besoins des aînés selon un spectre plus large et complet, tout en les impliquant eux-mêmes ainsi que ceux et celles qui leur offrent du soutien (proches-aidants) et des services (fournisseurs).

28Au niveau français, au-delà d’un effet d’annonce, la création du Réseau francophone des villes amies des aînés témoigne de la volonté de certaines villes de s’engager dans une démarche de fond. Outre les villes déjà citées, Rennes constitue un autre exemple très abouti avec la prise en compte des demandes et besoins exprimés dans les documents d’urbanisme, de planification et de gestion de l’habitat (Chapon et al., 2013). D’autres exemples sont mis en avant dans le rapport ICADE (2013) financé par le Commissariat général à la stratégie et à la prospective. Bref, il semble que si dans un premier temps, la France s’est engagée dans une voie de marketing national, sans soutien de fonds, le mouvement actuel, parti du niveau local des villes, est porteur d’une dynamique de moyen ou long terme. Ce mouvement permet sans doute de ramener la démarche VADA à sa juste valeur : elle est non seulement un outil de marketing territorial au service des collectivités locales permettant une meilleure prise en compte et une valorisation du vieillissement actif, mais elle est aussi et surtout un moyen d’assurer une prise de conscience politique d’une vision systémique, positive et globale du vieillissement.

Bibliographie

Bibliographie

Bacqué M.-H., 2006, Empowerment et politiques urbaines aux États-Unis, Géographie, économie, société, 2006/1, 8, pp. 107-124.

Chapon P.-M., Felix-Faure F., 2011, Lyon, ville amie des aînés, Ville de Lyon.

Chapon P.-M., Codaccioni M., Renard F., 2013, Vieillir en ville, enjeux et stratégie, Études foncières, 164, pp. 20-35.

Eisen A., 1994, Survey of neighborhood-based, comprehensive community empowerment initiatives, Health Education Quaterly, 21, 2, pp. 235-252.

Garon S., Beaulieu M., Veil A., Paris M., Bigonnesse, C., 2012, L’expérience québécoise du programme « Villes amies des aînés » de l’OMS : l’implantation dans sept projets-pilotes, in J.-P. Viriot Durandal, C. Pihet, P.-M. Chapon (Éds.), Les défis territoriaux face au vieillissement, Paris, La documentation française, pp. 69-88.

ICADE, 2013, Adapter les villes au vieillissement. Enjeux d’aménagement et de gouvernance, étude financée par le Centre d’analyse stratégique (CAS), Paris.

Organisation mondiale de la santé (OMS), 2007a, Guide mondial des villes-amies des aînés, Genève, Éditions de l’OMS.

Organisation mondiale de la santé, 2007b, Feuille de route des dispositifs fondamentaux des villes-amies des aînés, Genève, Éditions de l’OMS.

Paris M., Garon S., Chapon P.-M., Laliberté A., Veil A., 2013, Le programme « Municipalités amies des aînés au Québec », un modèle pour la France ?, Retraite et Société, 64, 1, pp. 181-189.

Pineault R., Daveluy C., 1995, La planification de la santé : concepts, méthodes, stratégies, Montréal, Québec, Éditions Nouvelles.

United Nations (UN), 2002, Report of the Second World Assembly on Ageing, Madrid, 8-12 April 2002, New York, United Nations.

Notes

2 Conférence de John Beard, directeur du département Vieillissement et qualité de vie à l'Organisation mondiale de la santé, lors du XIXe Congrès mondial de gérontologie et de gériatrie, tenue à Paris du 5 au 9 juillet 2009.

3 L’auteur de ce chapitre.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Cycle d’adhésion de 5 ans proposé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/3407/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Photo 1 : Exemple d’un « assis-debout » implanté dans une avenue de Lyon, 2012 (cliché : Pierre-Marie Chapon)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/3407/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

Auteur

Géographe spécialiste de la question des enjeux territoriaux face au vieillissement. Chercheur associé à l’Université Lyon 3, il est directeur de la recherche au pôle médico-social d’ICADE, Paris, et référent pour la France du programme de l’OMS Villes et communautés amies des aînés.

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search