Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le vieillissement actif dans tous ses éclats

 | 
Laurent Nisen
, 
Sylvie Carbonnelle
, 
Thibauld Moulaert

Partie 2 Le « vieillissement actif » : balises du débat

Le vieillissement actif : pièges et opportunités

L’intégration des interprétations des personnes âgées dans le discours sur le vieillissement actif1

Kim Boudiny

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre est basé sur Boudiny K., 2012, Active ageing : from empty rhetoric to effective policy (...)

La sève est toujours jeune.
Gilles Baudry

Introduction

1Depuis de nombreuses années, la littérature gérontologique et les débats sociaux se sont focalisés sur les limitations des personnes âgées. Dans cette optique, l’apprentissage, le travail et le repos étaient dépeints comme trois étapes successives du parcours de vie, la dernière d’entre elles étant caractérisée par la dépendance, le déclin et la perte (Townsend et al., 2006). Ce point de vue négatif sur la vieillesse a évolué de manière générale vers des modèles plus positifs dès la fin des années 1980, et de façon encore plus marquée au cours des années 1990 et 2000 (Bowling, 2005 ; Jacobs, 2004 ; Walker, 2006). Alimentés par les craintes liées aux implications économiques du vieillissement mondial, des concepts comme le « vieillissement productif », le « vieillissement en santé » et le « vieillissement actif » ont peu à peu occupé le devant de la scène (Bowling, 2005). Au lieu d’identifier l’automne de la vie au repos, le discours sur le vieillissement actif encourage le maintien de la participation des aînés à la société.

  • 2 Note des éditeurs : s’agissant d’un texte basé sur un article écrit initialement en anglais, nous (...)

2Bien que ces dix dernières années le concept du vieillissement actif soit entré dans l’usage courant en politique, dans la recherche et dans la pratique, il est encore entouré d’une certaine opacité quant à son interprétation (Clarke, Warren, 2007 ; Ranzijn, 2010). De notre point de vue, deux problèmes sont à l’origine de ce manque de clarté. Premièrement, il y a un manque de consensus sur ce qui constitue le vieillissement actif, dans la mesure où les auteurs ne s’accordent pas dans leurs tentatives de définition du concept. Deuxièmement, le vieillissement actif est souvent utilisé en lieu et place de notions sensiblement différentes comme le vieillissement en santé (healthy ageing) et le vieillissement productif (productive ageing)2 (Ranzijn, 2010).

3Dans ce chapitre, nous proposons de réduire ces problèmes en établissant une classification détaillée des approches traditionnelles du vieillissement actif et en clarifiant les risques liés à leur utilisation. Au terme de cet aperçu, nous présenterons une série de recommandations qui pourraient contribuer à un renouvellement des politiques publiques.

Conceptualisation du vieillissement actif

Type 1 : les approches unidimensionnelles

4Étant donné que le vieillissement de la main-d’œuvre suscite des craintes concernant à la fois la croissance du coût des pensions et des soins de santé, il n’est pas surprenant que plusieurs études se focalisent soit sur l’emploi, soit sur l’activité physique. C’est surtout l’interprétation du vieillissement actif dans un cadre exclusivement économique qui prévaut (Clarke, Warren, 2006 ; Moulaert, Biggs, 2012). Au sein de cette orientation économique, on peut établir une différenciation plus poussée (Walker, 2006). Tandis que certaines approches se contentent de promouvoir un allongement des carrières par le biais de mesures axées uniquement sur l’offre comme l’adaptation des régimes de retraite, d’autres attirent en outre l’attention sur la demande, en soulignant l’importance de lutter contre la discrimination fondée sur l’âge en matière d’emploi et d’augmenter l’attractivité des travailleurs plus âgés (ActivAge Consortium, 2005 ; Walker, 2002). L’un des instruments visant ce dernier objectif implique le retour à la formation et le perfectionnement professionnel (Davey, 2002). Si la référence à la formation peut être sous-tendue par une conception plus large du vieillissement actif – à savoir, au-delà de la sphère purement économique – ce n’est pas nécessairement le cas. Un rapport de recherche récent indique qu’au Royaume-Uni, des documents politiques à ce sujet mettent en effet davantage l’accent sur le rôle de la formation dans la promotion de l’emploi en seconde partie de carrière plutôt que de prendre en considération des perspectives de développement personnel (Phillipson, Ogg, 2010).

Une réduction inopportune ?

5Promouvoir le vieillissement actif dans le seul cadre économique ou physique est problématique pour plusieurs raisons. Premièrement, cela ne correspond pas aux perceptions des personnes âgées elles-mêmes, dans la mesure où des études qualitatives montrent que nombre d’entre elles s’opposent à ce que l’on mette l’accent exclusivement sur les activités physiques orientées « jeunes » (Townsend et al., 2006).

  • 3 En anglais, la notion de displaced workers renvoie à un groupe de travailleurs particulièrement éc (...)

6Deuxièmement, ces conceptions étroitement définies ont tendance à exclure certains groupes du vieillissement actif, en particulier ceux qui ne sont pas impliqués dans un travail rémunéré ou ceux qui souffrent de limitations physiques importantes (Walker, 2002). Ce mécanisme d’« exclusion » peut se manifester de plusieurs façons en fonction du type d’approche du vieillissement actif sollicité. Dans l’orientation économique, une attention exclusive sur l’offre de travail, sans considération pour les caractéristiques du marché de l’emploi, entraîne une accentuation de l’exclusion des groupes de travailleurs plus âgés les plus vulnérables, par exemple les travailleurs âgés déplacés/déclassés3, étant donné que les personnes âgées sont souvent confrontées à des perspectives d’emploi restreintes (Hirsch et al., 2000) et à des discriminations fondées sur l’âge (Lahey, 2008). Par ailleurs, les travailleurs qui occupent un emploi pénible sont eux aussi vulnérables en raison du risque accru qui pèse sur leur santé. Si de tels facteurs contraignants ne sont pas pris en compte et que l’âge de la pension est relevé « dans le vide », les groupes vulnérables en paieront probablement un prix plus élevé, et « l’option du vieillissement actif ne sera pas ouverte à tous sur une base égale » (Walker, 2002, p. 131), même si les personnes concernées souhaitent continuer à travailler. Ce raisonnement soutient l’approche élargie du vieillissement actif, qui met l’accent sur un éventail de mesures favorisant l’inclusion comme la lutte contre la discrimination fondée sur l’âge et la prévention de la santé sur le lieu de travail. Cependant, même au sein de cette approche élargie, on peut encore observer un mécanisme d’exclusion. Plutôt qu’accroître les inégalités au sein du groupe des personnes souhaitant travailler (work-willing people) – à savoir celles qui sont à la fois désireuses et capables de travailler, par opposition à celles qui souhaitent travailler, mais qui n’en sont pas capables –, elle contribue à la dévalorisation des personnes qui ne souhaitent pas (ou plus) travailler. En étant exclusivement orientées vers le travail, d’autres contributions appréciables que peuvent apporter à la société les personnes âgées risquent d’être ignorées (par exemple, des adultes âgés peuvent choisir de cesser de travailler pour s’occuper de leurs petits-enfants, en augmentant au passage la capacité de travail de leurs enfants). De plus, cette approche laisse de côté les personnes du quatrième âge (the old old), pour qui la poursuite du travail est moins fréquente et n’est pas demandée par la société. L’exemple de la formation cité plus haut illustre bien le caractère excluant de l’approche strictement économique. En faisant de l’objectif d’emploi la première priorité, les bénéfices tirés de la formation et des études sont limités aux plus jeunes des personnes âgées, celles qui travaillent encore ou cherchent du travail, alors qu’une formation ou des études peuvent offrir des opportunités de vieillissement actif pour toutes les catégories d’âge, notamment grâce au rôle qu’elles jouent dans le développement de contacts sociaux et dans le report des problèmes de santé mentale généralement associés au vieillissement (Phillipson, Ogg, 2010).

7En outre, les approches unidimensionnelles contribuent à une confusion des termes, puisqu’une focalisation exclusive sur l’emploi réduit de facto ce discours à son précurseur, le vieillissement productif (Boudiny, 2012).

Type 2 : les approches multidimensionnelles

8Certains auteurs envisagent le vieillissement actif comme un concept qui désigne la participation continuée des personnes âgées dans divers domaines de la vie, une différenciation plus détaillée pouvant être opérée entre ceux qui se focalisent sur des activités productives sur le plan économique et social (Castolo et al., 2004) et ceux qui incluent également des activités de loisirs dans leurs définitions du vieillissement actif à l’instar de l’indice de vieillissement actif d’Houben, Audenaert et Mortelmans (2004) ; ce dernier prend en compte des activités exigeant un effort physique et/ou mental ayant lieu essentiellement à l’extérieur (à savoir, des activités sociales).

Rigidité des indices ?

9Bien que ces approches multidimensionnelles contribuent à attirer l’attention sur divers domaines de la vie à travers lesquels les personnes âgées ont la possibilité de vieillir de manière active, certaines questions critiques peuvent être posées. Qu’en est-il des effets bénéfiques des loisirs lors de l’avancée en âge ? La focalisation étroite sur les activités productives dans de nombreuses définitions du vieillissement actif ne laisse que peu de place aux parcours alternatifs de développement personnel qui ne passent pas par le travail, rémunéré ou non (Biggs, 2001). Cette exclusion fréquente des loisirs indique que ce concept est souvent considéré en priorité en fonction des intérêts de la société. D’ailleurs, les études qualitatives sur le vieillissement actif montrent que les activités productives ne sont pas nécessairement bénéfiques pour les personnes âgées elles-mêmes : certains aînés se remettent à s’impliquer dans l’instant présent une fois libérés de certaines responsabilités, comme le travail ou les soins aux proches (Clarke, Warren, 2007). De plus, nous nous posons la question de savoir ce qu’il en est des personnes du quatrième âge, qui ont tendance à se concentrer davantage sur des activités de loisirs non productives plutôt que sur des tâches productives – en raison de facteurs comme des changements de l’état de santé ou des préférences (Kelly, 1997).

10Même les auteurs qui incluent les loisirs dans leur définition du vieillissement actif se retrouvent face à une difficulté : comment distinguer les loisirs actifs des loisirs passifs ? En effet, « pour l’un, une activité peut sembler active, alors qu’elle est jugée passive pour l’autre » (Parker, 1996, p. 69). Lorsque nous examinons les exemples d’activités qui sont généralement reprises dans les définitions du vieillissement actif, nous remarquons l’influence décisive des critères d’interprétation des chercheurs, qui ne correspondent pas nécessairement aux interprétations des personnes âgées elles-mêmes (Katz, 2000). Par exemple, regarder la télévision est le plus souvent classé comme activité passive, alors que la recherche qualitative montre que les personnes âgées établissent une différence à cet égard en fonction du contenu des programmes de télévision qu’elles regardent (p. ex. les émissions d’information) (Pettigrew, Roberts, 2008). Malheureusement, les loisirs actifs sont souvent définis du point de vue de la jeunesse ou de l’âge adulte (middle-aged perspective) (Clarke, Warren, 2007), ce qui crée un décalage, en particulier par rapport à la réalité quotidienne de nombreuses personnes du quatrième âge. La définition d’Houben, Audenaert et Mortelmans (2004) par exemple exclut les activités de loisirs solitaires (p. ex. les mots croisés) alors que les personnes du quatrième âge consacrent non seulement significativement plus de temps aux loisirs à domicile (Gauthier, Smeeding, 2003 ; Verbrugge et al., 1996), mais attribuent également une grande valeur à ce type d’emploi du temps. À l’inverse, des activités comme le sport, les voyages et la vie associative – qui sont généralement incluses dans les définitions du vieillissement actif – sont plus fréquentes et davantage considérées comme satisfaisantes chez les personnes du troisième âge (young old), mais sont moins importantes pour celles du quatrième âge (old old) (Jacobs, 2005 ; Kelly, 1997 ; Pettigrew, Roberts, 2008).

Type 3 : dépasser le niveau comportemental

11Les définitions examinées jusqu’à présent mettent l’accent sur le comportement. D’autres auteurs dépassent cette dimension strictement comportementale pour inclure des aspects comme la santé (Bowling, 2005, p. 230) et les circonstances économiques (Cloos et al., 2010). Bowling (2005), par exemple, conceptualise le vieillissement actif comme étant « le maintien de la santé physique, psychologique et sociale, de la participation, de l’indépendance, de l’autonomie et du contrôle, en vue de l’amélioration de la qualité de vie ».

Éléments constitutifs ou déterminants du vieillissement actif ?

12L’inclusion de la santé et de l’indépendance est particulièrement fréquente dans ces définitions du vieillissement actif. À notre avis, les auteurs de telles définitions échouent cependant à opérer une distinction conceptuelle claire entre les éléments constitutifs du vieillissement actif et ses déterminants. Bien que la santé puisse avoir une influence positive sur la participation à plusieurs des activités incluses dans les indices mentionnés plus haut, elle ne doit pas être assimilée au vieillissement actif. L’argumentation sous-jacente s’appuie sur un certain nombre de questions. Premièrement, la santé peut être considérée comme un potentiel pour certains types d’activité. Ce que les individus sont capables de faire ne correspond pas nécessairement à ce qu’ils font réellement. Le vieillissement actif va au-delà des potentialités : il implique un engagement actif dans la vie (Rowe, Kahn, 1997).

13De plus, en considérant la santé et l’indépendance comme des « objectifs ultimes », les personnes moins valides et gravement malades sont une fois de plus exclues, puisque – sous cette formulation – le vieillissement actif semble hors d’atteinte pour ceux qui sont déjà fragiles et dépendants. Cela ne correspond d’ailleurs pas davantage aux conceptions des personnes âgées sur le vieillissement actif : de l’avis de celles-ci, la santé n’est pas considérée comme un prérequis pour vieillir de manière active (Clarke, Warren, 2007). À l’inverse, refuser une aide nécessaire pour tenter de conserver son indépendance est une attitude fortement déconseillée par de nombreuses personnes âgées (Townsend et al., 2006). En d’autres termes, la santé peut être un moyen de permettre un vieillissement actif, mais pas sa finalité.

14Enfin, de telles définitions contribuent à la confusion croissante entre divers concepts et méconnaissent ce faisant le potentiel spécifique du discours sur le vieillissement actif. Les définitions qui incluent la santé et l’indépendance franchissent les limites qui le séparent du vieillissement en santé, ce dernier concept mettant l’accent sur le maintien de la santé (Davey, 2002). Selon nous, le vieillissement en santé et le vieillissement actif mettent en avant des aspects différents de l’interaction entre santé et activité. Certaines activités physiques, mentales et sociales sont bénéfiques pour la santé des individus. Inversement, une bonne santé peut avoir une influence positive sur le niveau d’activité personnelle. L’élément central du vieillissement actif est un style de vie actif et impliqué. Le maintien de la santé en est une conséquence potentiellement bénéfique. Par contre, le vieillissement en santé met l’accent sur l’identification de programmes visant à améliorer la santé des personnes âgées. Des politiques efficaces dans ce domaine peuvent augmenter la participation au marché de l’emploi et stimuler d’autres activités (Oxley, 2009). À première vue, cette différence peut sembler négligeable, mais c’est précisément grâce au fait de diminuer l’importance accordée à la santé et à l’indépendance que le discours sur le vieillissement actif en vient à poser une question cruciale : comment l’idéal du vieillissement actif peut-il être réalisé lorsque la santé décline ? Comment peut-il être poursuivi en contexte de « dépendance » croissante ? C’est ici que se situe la différence fondamentale avec le vieillissement en santé, et c’est précisément cette divergence qui permet aux décideurs politiques d’envisager une société plus inclusive que ce qui est possible à partir du vieillissement en santé (OMS, 2002).

Vers une stratégie globale

15Malgré nos réflexions critiques au sujet des conceptions actuelles du vieillissement actif, nous reconnaissons que la diffusion du discours a pu être porteuse de sens et capacitante (empowering) pour les personnes du troisième âge en bonne santé, en les incitant à rester actives et en leur donnant des opportunités pour ce faire (Kriebernegg et al., 2011). De plus, plusieurs des activités traditionnellement mises en avant dans les définitions du vieillissement actif présentent des caractéristiques préventives ; par exemple, on a montré que l’activité physique et la participation socioculturelle peuvent influencer positivement la santé mentale et physique (Carstairs, Keon, 2008).

16Malheureusement, les politiques en matière de vieillissement se caractérisent souvent par une dichotomie, en ce qu’elles visent soit les personnes âgées en bonne santé en promouvant la participation active et l’autonomie, soit les personnes âgées dépendantes en les réduisant à des bénéficiaires de soins (Angus, Reeve, 2006). Cependant, à notre avis, il n’est pas incompatible d’être à la fois engagé dans la vie et dépendant. Par conséquent, nous proposons trois principes susceptibles de concrétiser les politiques en matière de vieillissement actif tout au long des différentes phases de la vie. Notre ambition n’est pas de présenter une liste exhaustive, mais plutôt de fournir une base d’exploration et de débat.

Le pouvoir de l’adaptabilité

17Les modèles actuels du vieillissement actif placent la barre relativement haut et ne prennent pas pleinement en compte les inégalités structurelles et les circonstances changeantes de la vie (Martinson, 2006). Des études montrent que le fait de ne pas accepter de ne plus être capable de continuer à effectuer des activités jugées importantes augmente de façon substantielle la probabilité de « se sentir vieux » – un état d’esprit que les personnes âgées assimilent souvent à une capitulation, et qui peut donc être considéré comme l’antithèse du vieillissement actif (Jacobs, 2005 ; Townsend et al., 2006). Les politiques en matière de vieillissement actif devraient par conséquent encourager les personnes à accepter ces changements et à les intégrer à leur vie (Jacobs, 2005). Cela peut se faire en cherchant de nouvelles façons de rester impliqué. De ce point de vue, les politiques pourraient améliorer les programmes d’accompagnement pré- et post-retraite en y insistant sur les activités non liées au travail et en aidant les personnes retraitées à redéfinir leurs objectifs personnels de façon à ce qu’ils puissent être atteints hors du contexte du travail.

18Ce raisonnement peut également être extrapolé pour les personnes les plus âgées (the older old). Nombre d’entre elles considèrent les activités « ordinaires » telles la lecture, les mots croisés et le jardinage comme un indicateur plus important de leur implication dans la vie que les activités typiquement « jeunes » plus exigeantes socialement ou physiquement (Clarke, Warren, 2007 ; Pettigrew, Roberts, 2008 ; Ranzijn, 2010 ; Townsend et al., 2006). Les politiques mises en place pourraient soutenir ce processus de redéfinition en reconnaissant ces façons alternatives de vieillir de manière active et en informant les personnes âgées de leurs bienfaits potentiels, ce point valant également pour les personnes vivant en institution (Boudiny, 2012).

19Outre le fait de promouvoir de nouvelles façons de vieillir de manière active, les mesures politiques pourraient également aider les personnes âgées à intégrer dans leur vie quotidienne les changements liés à l’avancée en âge en les informant et en leur proposant des outils pour compenser d’éventuelles limitations fonctionnelles. Les formations, les modifications de l’environnement et les équipements d’assistance peuvent en effet avoir des effets positifs sur la participation à des activités tant traditionnelles qu’alternatives (Schieber et al., 1991).

Le facteur humain

20Bien que les activités à forte dimension sociale, comme la participation à la vie associative, puissent être bénéfiques aux personnes du troisième âge, le sens de l’engagement social a tendance à évoluer au fil de la vieillesse en raison d’un passage de larges réseaux sociaux vers des relations affectivement plus proches (towards emotionally close relationships). Néanmoins, l’engagement dans la vie sociale demeure important car la qualité des contacts sociaux, plus que la quantité, continue d’influer sur la satisfaction que procure la vie (Berg, 2008).

21Les politiques devraient prendre en compte cette nature sociale des êtres humains, sachant que de tels changements liés à l’avance en âge, comme la retraite ou les problèmes de santé, peuvent mettre en péril la pérennité des relations à ce stade de la vie (Reed et al., 2003). Il pourrait être utile (surtout chez les personnes du troisième âge) de favoriser les contacts sociaux en renforçant les infrastructures locales qui encouragent un sentiment de communauté (Bowling, 2005). Les environnements de soins méritent une attention toute particulière, étant donné que les personnes âgées ne parviennent pas nécessairement à y entretenir des liens avec leur famille et leurs amis de manière satisfaisante (Burmedi, 2001). En institution, cela nécessiterait néanmoins de veiller à éviter que ces mesures innovantes en faveur de l’implication des familles et des proches (Boudiny, 2012) ne renforcent la pression croissante que connaissent déjà les membres des personnels soignants ; on sait en effet que les interactions positives avec le personnel sont appréciées (Edwards et al., 2003).

La primauté de l’autonomie normative4 sur les barrières structurelles liées à l’âge

  • 4 Note des éditeurs : Agency dans l’article original. On notera que dans son chapitre, Catherine Ber (...)

22Les personnes âgées attribuent une grande valeur à l’autonomie normative, à savoir la capacité de faire ses propres choix, la capacité de « définir […] ses propres normes plutôt que d’être “normé” par d’autres » (Stenner et al., 2011, p. 474). Dans un contexte de vieillissement actif, ceci souligne l’importance de lever les barrières structurelles basées exclusivement sur l’âge ou la dépendance, et qui limitent les personnes âgées dans leur capacité à opter pour une certaine activité ou, de manière plus générale, à poursuivre leur implication dans la vie.

23Pour les « jeunes vieux » (young old), l’âge de la retraite obligatoire – qui continue d’exister dans de nombreux pays industrialisés – empêche un choix réel. Il fait fi de la diversité chez les aînés en laissant de côté la proportion significative de personnes encore capables de travailler au-delà de l’âge de la retraite (Mayhew, 2005 ; Walker, 2002). Les politiques en matière de vieillissement actif devraient par conséquent proposer à ces personnes le choix de continuer à travailler. Pour rendre cela possible sans mettre en danger la sécurité personnelle et publique, il serait intéressant d’envisager une transformation des critères discriminatoires basés sur l’âge en un système d’évaluation des compétences (Carstairs, Keon, 2008). Il en va de même pour les limites d’âge pour les bénévoles, contre lesquelles il n’existe aucune protection juridique dans nombre de pays industrialisés. De telles limites d’âge ignorent non seulement la diversité parmi les personnes âgées, mais elles négligent également les possibilités qui existent pour celles dont les capacités se trouvent altérées. On peut trouver un exemple intéressant de création d’opportunités de bénévolat pour les personnes âgées fragilisées à Camden, au Royaume-Uni, où des personnes âgées isolées et immobilisées chez elles ont été impliquées comme téléphonistes bénévoles dans un service d’écoute afin de répondre à d’autres personnes âgées vulnérables (Gill, 2006).

24Dans cet esprit, l’application du concept de vieillissement actif à des situations de dépendance aux soins (situations of care dependency) va jusqu’à transformer le modèle de soins paternaliste en plaçant la personne au centre de l’intervention et en mettant l’accent sur une prise de décision partagée. Malgré de telles évolutions dans le secteur des soins, la relation entre le groupe des usagers de services âgés et les intervenants professionnels a tendance à rester caractérisée par un déséquilibre de pouvoir (Cavanna et al., 2009 ; Thompson, Thompson, 2001). Un tel manque de pouvoir de décision peut compromettre le potentiel de vieillissement actif. Comme les usagers âgés représentent un groupe diversifié, interprétant le sens des activités de manière variable, leur permettre de contribuer aux décisions concernant ces dernières peut être bénéfique (Edwards et al., 2003). Pour les personnes les plus dépendantes, même le simple fait de participer aux décisions peut devenir un moyen de rester impliqué dans la vie. Cette participation semble contraster avec l’affect négatif associé au fait de « capituler » et de perdre tout intérêt pour la vie (Stenner et al., 2011). Bref, la mise en œuvre de mesures en faveur du respect des choix individuels (Boudiny, 2012), tant à domicile qu’en institution, peut créer un environnement dans lequel le bénéficiaire de soins âgé serait considéré comme « un acteur plutôt qu’un patient » (Stenner et al., 2011, p. 471).

Conclusion

25Aujourd’hui, les chercheurs et les décideurs accordent une grande attention aux mesures destinées à encourager les aînés à travailler plus longtemps. Si l’on considère les obstacles du côté de la demande, tels que la discrimination fondée sur l’âge, le fait d’associer des tentatives de relèvement des âges réels de la retraite à une politique économique orientée sur le vieillissement des populations n’est pas une mauvaise chose en soi, au vu du paysage démographique actuel. Il en va de même pour la promotion des activités physiques et de la santé. Cependant, ces tendances deviennent problématiques lorsque les politiques en matière de vieillissement actif sont assimilées à la mise en œuvre de telles mesures. En effet, il y a une différence entre « un agenda politique centré sur le vieillissement et un agenda centré sur les seniors » (Carstairs, Keon, 2007, p. 13). Si l’on se préoccupe réellement du vieillissement actif des aînés, il faut reconnaître qu’il existe de multiples chemins pour atteindre cet objectif. C’est un défi permanent que de transformer le « vieillissement actif » en un concept dynamique en créant un climat favorable pour les différents groupes au sein de la société, y compris les plus fragiles et dépendants. Afin d’inclure ces derniers, les politiques en matière de vieillissement actif devraient se focaliser sur l’implication dans la vie en général, plutôt que de réduire le concept à une participation économique ou à une implication dans des activités à haute intensité physique. Le fait de favoriser l’adaptabilité, de soutenir la pérennité de relations affectivement proches et de lever les obstacles structurels liés à l’âge ou à la dépendance pourrait améliorer l’implication dans la vie tout au long des différentes phases de celle-ci.

Remerciements

26Ce travail a été soutenu financièrement par la Fondation de la Recherche - Flandre (FWO-Vlaanderen) grâce à une bourse de doctorat.

Bibliographie

Bibliographie

ActivAge Consortium, 2005, Overcoming the barriers and seizing the opportunities for active ageing policies in Europe. Final report, Brussels, European Commission.

Angus J., Reeve P., 2006, Ageism: A threat to « Aging Well » in the 21st century, Journal of Applied Gerontology, 25, 2, pp. 137-152.

Berg A.I., 2008, Life satisfaction in late life: markers and predictors of level and change among 80+ year old, Gothenburg, University of Gothenburg.

Bowling A., 2005, Ageing well: quality of life in old age, Maidenhead, Open University Press.

Burmedi D., 2001, Dependency in caregiving contexts: the role of personality, Heidelberg, Universität Heidelberg.

Carstairs S., Keon W. J., 2007, Embracing the challenge of aging. First interim report, Ottawa, Special Senate Committee on Aging.

Carstairs S., Keon W. J., 2008, Issues and Options for an Aging Population. Second Interim Report, Ottawa, Special Senate Committee on Aging.

Castolo O., Ferrada F., Camarinha-Matos L., 2004, TeleCARE Time Bank : a virtual community for elderly care supported by mobile agents, The Journal on Information Technology in Healthcare, 2, 2, pp. 119-133.

Cavanna L., Di Nunzio C., Seghini P., Anselmi E., Biasini C., Artioli F., Mordenti P., 2009, Elderly cancer patients’ preferences regarding the disclosure of cancer diagnosis. Experience of a single institution in Italy, Tumori, 95, 1, pp. 63-67.

Clarke A., Warren L., 2007, Hopes, fears and expectations about the future: what do older people’s stories tell us about active ageing?, Ageing and Society, 27, pp. 465-488.

Cloos P., Allen C. F., Alvarado B. E., Zunzunegui M. V., Simeon D. T., Eldemire-Shearer D., 2010, « Aging ageing » : a qualitative study in six Caribbean countries, Ageing and Society, 30, 1, pp. 79-101.

Davey J. A., 2002, Active Ageing and education in mid and later life, Ageing and Society, 22, 1, pp. 95-113.

Edwards H. E., Courtney M. D., O’Reilly M. T., 2003, Involving older people in research to examine quality of life in residential aged care, Quality in Ageing: Policy, practice and research, 4, 4, pp. 38-43.

Gauthier A. H., Smeeding T. M., 2003, Time use at older ages: cross-national differences, Research on Aging, 25, 3, pp. 247-274.

Gill Z., 2006, Older people and volunteering, Adelaide, Government of South Australia: Office for Volunteers.

Hirsch B.T., Macpherson D.A., Hardy M.A., 2000, Occupational age structure and access for older workers, Industrial and Labor Relations Review, 53, 3, pp. 401-418.

Houben M., Audenaert V., Mortelmans D., 2004, Vrije tijd en tijdsbesteding, in T. Jacobs, L. Vanderleyden, L. Vanden Boer (Eds.), Op latere leeftijd. De leefsituatie van 55-plussers in Vlaanderen, Antwerpen, Garant, pp. 225-252.

Jacobs T., 2004, Slotbeschouwingen. « Actief ouder worden » en « autonomie » : twee kernbegrippen voor het ouderenbeleid ?, in T. Jacobs, L. Vanderleyden, L. Vanden Boer (Eds.), Op latere leeftijd. De leefsituatie van 55-plussers in Vlaanderen, Antwerpen, Garant, pp. 329-342.

Jacobs T., 2005, Being old, feeling old. Between autonomy and dependency in the area of « active ageing », Antwerp, University of Antwerp.

Katz S., 2000, Busy bodies: Activity, aging, and the management of everyday life, Journal of Aging Studies, 14, 2, pp. 135-152.

Kelly J.R., 1997, Activity and ageing: challenge in retirement, in J.T. Haworth (Ed.), Work, Leisure, and Well-Being, London, Routledge, pp. 165-179.

Kriebernegg U., Maeirhofer R., Mörtl H., 2011, « The ages of life » : living and aging in conflict?, <http://www.uni-graz.at/en/zas1www/zas1www_aktuelles/archiv_2011.htm>, site visité le 2 août 2013.

Lahey J. N., 2008, Age, women, and hiring. An experimental study, The Journal of Human Resources, 43, 1, pp. 30-56.

Martinson M., 2006, Opportunities or obligations? Civic engagement and older adults, Generations, 30, 4, pp. 59-65.

Mayhew L., 2005, Active ageing in the UK-issues, barriers, policy directions, Innovation: The European Journal of Social Science Research, 18, 4, pp. 455-477.

Moulaert T., Biggs S., 2012, International and European policy on work and retirement : reinventing critical perspectives on active ageing and mature subjectivity, Human Relations, FirstView Article, pp. 1-21.

Organisation mondiale de la santé (OMS), 2002, Vieillir en restant actif. Cadre d’orientation : contribution de l’OMS à la 2e Assemblée mondiale des Nations unies sur le vieillissement, Genève, OMS.

Oxley H., 2009, Policies for healthy ageing: an overview, OECD Health Working Papers, 42, OECD Publishing, pp. 1-32.

Parker D. M., 1996, The relationship between time spent by older adults in leisure activities and life satisfaction, Physical and Occupational Therapy in Geriatrics, 14, 3, pp. 61-71.

Pettigrew S., Roberts M., 2008, Addressing loneliness in later life, Aging and Mental Health, 12, 3, pp. 302-309.

Phillipson C., Ogg J., 2010, Active ageing and universities: engaging older learners, London, Universities UK.

Ranzijn R., 2010, Active ageing-another way to oppress marginalized and disadvantaged elders? Aboriginal elders as a case study, Journal of Health Psychology, 15, 5, pp. 716-723.

Reed J., Cook G., Childs S., Hall A., 2003, Getting old is not for cowards: comfortable, healthy ageing, York, Joseph Rowntree Foundation.

Rowe J. W., Kahn R. L., 1997, Succesful aging, The Gerontologist, 37, 4, pp. 433-440.

Schieber F., Fozard J. L., Gordon-Salant S., Weiffenbach J. W., 1991, Optimizing sensation and perception in older adults, International Journal of Industrial Ergonomics, 7, 2, pp. 133-162.

Stenner P., McFarquhar T., Bowling A., 2011, Older people and « active aging »: subjective aspects of ageing actively, Journal of Health Psychology, 16, 3, pp. 467-477.

Thompson N., Thompson S., 2001, Empowering older people: beyond the care model, Journal of Social Work, 1, 1, 61-76.

Townsend J., Godfrey M., Denby T., 2006, Heroines, villains and victims: older people’s perceptions of others, Ageing and Society, 26, pp. 883-900.

Verbrugge L. M., Gruber-Baldini A. L., Fozard J. L., 1996, Age differences and age changes in activities: Baltimore longitudinal study of aging, Journal of Gerontology, 51b, 1, pp. S30-S41.

Walker A., 2002, A strategy for active ageing, International Social Security Review, 55, 1, pp. 121-139.

Walker A., 2006, Active ageing in employment: its meaning and potential, Asia Pacific Review, 13, 1, pp. 78-93.

Notes

1 Ce chapitre est basé sur Boudiny K., 2012, Active ageing : from empty rhetoric to effective policy tool, Ageing and Society, FirstView Article, pp. 1-22.

2 Note des éditeurs : s’agissant d’un texte basé sur un article écrit initialement en anglais, nous signalons à plusieurs reprises des termes d’origine afin de guider au mieux le lecteur.

3 En anglais, la notion de displaced workers renvoie à un groupe de travailleurs particulièrement écartés du marché du travail pour des motifs divers à l’instar des salariés plus âgés. Comme nous touchons ici aux limites de la traduction, voici deux extraits de textes originaux afin d’orienter le lecteur. Pour Lahey (2008), « Although displaced older workers take longer to find employment than do younger, it is not known whether this delay is due to discrimination, higher reservation wages, or clustering in dying industries ». Pour Hirsch et al. (2000), « Among those displaced, older workers have the lowest reemployment probabilities, the longest time to reemployment, high probabilities of part-time employment, and the largest wage losses ».

4 Note des éditeurs : Agency dans l’article original. On notera que dans son chapitre, Catherine Bert traduit celui-ci par « agentivité » entendu comme capacité et puissance d'agir dans un sens philosophique et éthique.

Auteur

Statisticienne et sociologue, chercheure à la Faculté de sciences politiques et sociales de l’Universiteit Antwerpen.

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par