Versión clásicaVersión móvil

Le vieillissement actif dans tous ses éclats

 | 
Laurent Nisen
, 
Sylvie Carbonnelle
, 
Thibauld Moulaert

Partie 2 Le « vieillissement actif » : balises du débat

Repères institutionnels et théoriques sur la notion de vieillissement actif

Thibauld Moulaert

Texto completo

Le vieillissement est d’autant plus actif que l’être est plus jeune. Ce qui vieillit le moins vite, c’est le vieillard.
Jean Rostand

Introduction1

  • 1 Ce chapitre s’appuie sur différents travaux, notamment Moulaert, 2012 ; Moulaert, Viriot Durandal, (...)
  • 2 Dans la suite du chapitre, nous n’utilisons plus les guillemets pour cette expression afin de rend (...)

1Peut-on trouver une origine à l’expression « vieillissement actif »2 ? Ceux qui pensent que c’est un « concept » parleront du rôle majeur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), situeront la date d’apparition du terme en 2002 et, éventuellement, citeront le professeur anglais Alan Walker pour ses travaux publiés à cette époque. Ceux qui s’intéressent aux questions d’emploi affirmeront plutôt que l’expression a été inventée par la Commission européenne, qu’elle circule depuis les années 2000 via la Stratégie européenne pour l’emploi et qu’elle a pour objectif de décrire de ce qu’il est dorénavant convenu d’appeler « l’emploi des seniors », les plus sceptiques y voyant une énième déclinaison d’une lame de fond néolibérale supprimant toute forme d’intervention de l’État au profit du marché.

  • 3 Au point de vue méthodologique, notre étude sur la notion de vieillissement actif se base sur deux (...)

2Plutôt que d’opposer deux camps inconciliables, nous montrerons l’extraordinaire malléabilité de la notion de vieillissement actif, dont le sens varie en fonction de ses lieux et temps de production. De cette manière, nous mettrons en avant des usages divergents du vieillissement actif en fonction des contextes et des acteurs qui l’utilisent. Pour caractériser son évolution socio-historique, nous nous appuierons sur une recherche exhaustive retraçant l’origine et l’évolution de ladite notion3.

3Sur base de cette recherche, nous verrons :

  • que la notion de vieillissement actif s’est construite au niveau international ;
  • que l’orientation en termes de politiques publiques qui en découle oscille, en fonction des grandes organisations qui la mobilisent et de l’époque, entre une approche transversale et une approche focalisée sur le travail rémunéré ;
  • que cette distinction se retrouve dans les divergences entre littératures scientifiques anglo-saxonne et francophone.

4Enfin, au départ de cette littérature, nous identifierons les critiques récurrentes dans l’usage actuel de cette notion.

Une histoire internationale

  • 4 De multiples conférences et journées d’études ont été organisées en 2012 sous l’égide de l’Année e (...)
  • 5 Le premier sommet mondial sur le vieillissement avait eu lieu en 1982 à Vienne.

5L’« Année européenne 2012 du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations » fut l’occasion de (re)discuter des enjeux sociaux que pose le vieillissement des populations en Europe tant au sein d’instances politiques qu’au sein de la communauté des chercheurs4. Si l’Europe s’est dite particulièrement concernée par ce phénomène, c’est que l’Année 2012 marque les dix ans de la deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement organisée par l’ONU5 à Madrid, événement clé pour l’introduction du vieillissement actif sur la scène internationale. Avant ces dates, 1993 avait été consacrée aux personnes âgées et à la solidarité entre les générations par l’Europe et 1999 déclarée Année internationale des personnes âgées par l’ONU.

6Si les années internationales et les sommets mondiaux sont critiquables pour leur faible portée concrète et immédiate sur le plan politique, ils jouent par contre un rôle majeur de catalyseur dans la construction des référentiels qui guident l’action publique. Durant ces années, différentes organisations internationales ont ainsi participé à la production et à la circulation de l’idée de vieillissement actif.

Deux pôles thématiques distincts

7Lorsqu’on aborde le vieillissement actif, c’est fréquemment un texte de l’OMS, datant de 2002, qui est mis en avant. Historiquement, c’est pourtant dès 1998 que l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a utilisé le vieillissement actif. L’OCDE répondait au G7 qui fit le premier appel à la notion de vieillissement actif sur la scène internationale en 1997 lors du sommet de Denver (Walker, 1999). Soulignons que si l’OCDE s’est peu à peu centrée sur les réformes des retraites et l’encouragement des sorties plus tardives du marché du travail, jusqu’en 2000, elle avait bel et bien adopté une approche prenant en compte l’ensemble du cycle de vie des individus (lifecourse perspective), approche qu’on retrouvera ultérieurement à l’OMS. Mais, en 2000, l’OCDE décide d’abandonner l’expression « vieillissement actif » en raison de « son champ beaucoup trop vaste [qui] en fait une notion ingérable comme thème de suivi et de partage d’expériences au niveau international » (OCDE, 2000, p. 134). De fait, dans son texte de 2006 au titre explicite – Live longer, work longer – la notion n’est plus mentionnée et l’OCDE limite son approche aux activités rémunérées.

  • 6 « Mettre en place des politiques et des programmes favorables à un vieillissement actif, c’est rec (...)

8Comme la Banque mondiale, l’OCDE est souvent dénoncée en tant qu’organisation porteuse d’une approche néolibérale (Phillipson, 2006), le vieillissement actif réduit à la prolongation des carrières venant appuyer cette critique. Cependant, une approche différente du vieillissement actif a été construite par d’autres organisations internationales. Même si leurs moyens financiers sont faibles, l’ONU et, en son sein, l’OMS, disposent d’une portée symbolique et d’un « pouvoir de convocation » (entretien expert OMS) non négligeables. C’est grâce à ceux-ci que l’OMS parvient à diffuser sa conception du vieillissement : « Vieillir en restant actif est le processus consistant à optimiser les possibilités de bonne santé, de participation et de sécurité afin d’accroître la qualité de la vie pendant la vieillesse » (OMS, 2002, p. 12). Si la question de l’emploi a été intégrée, elle n’est qu’un élément au service de la qualité de vie ; plus importante encore, la question de l’action sur les environnements est mise en avant dès cette époque6. Par la suite, l’OMS (2007) a concrétisé cette approche en lançant l’idée des Age-Friendly Cities (maladroitement traduit par « villes amies des aînés » – abrégé en VADA – le français ne rendant pas compte de la perspective « tous âges » induite par l’anglais). Cette approche a éclipsé une autre application du vieillissement actif, parue l’année suivante (OMS, 2008), qui visait à mieux prendre en compte la place des aînés dans le cadre de catastrophes naturelles ou humaines.

  • 7 AGE Platform est un réseau européen regroupant 165 organisations d’aînés représentant environ 30 m (...)

9Entre la perspective transversale défendue de longue date par l’OMS, mais aussi initialement par l’OCDE avant son recentrage sur l’emploi, les instances européennes ont toujours oscillé entre les deux pôles. En 1999, elles avaient ainsi adopté une perspective transversale du vieillissement actif dans leur communication Vers une Europe pour tous les âges – promouvoir la prospérité et la solidarité entre les générations (EC, 1999). Pourtant, la Stratégie européenne pour l’emploi (SEE) qui en découlera dans les années 2000 « réduira » la question au « vieillissement actif en emploi » (Moulaert, 2012) à travers des indicateurs (atteindre un taux d’emploi de 50 % chez les 55-64 ans ; et reculer de 5 ans l’âge effectif de sortie du marché du travail) (Jolivet, 2002). En conséquence, lorsque l’Année européenne 2012 décline le vieillissement actif autour de trois axes (l’emploi/la participation sociale/la vie autonome), l’objectif est d’articuler les deux perspectives (transversalité et centration sur l’emploi). Une différence apparaît néanmoins en 2012 au plan européen : si en 1999 la production de la notion avait été assumée par la DG Emploi de la Commission européenne, l’Année 2012 est marquée par un rôle inédit de la société civile. En effet, les représentants de l’association AGE Platform, qui défend le point de vue des Européens de plus de 50 ans7, ont exercé un lobbying auprès de la Commission pour que le titre de l’Année (et, derrière son titre, les visions et les activités soutenues) ne soit pas limité au seul « vieillissement actif » mais qu’il intègre également la « solidarité entre les générations »... à l’instar de l’Année européenne 1993 qui avait été consacrée à « la personne âgée et à la solidarité entre les générations ». Si elle s’était uniquement focalisée sur « le vieillissement actif », dans le contexte européen, AGE Platform craignait que la perspective soit, comme dans les années 2000, réduite à la question de l’emploi.

10À ce jour, si aucune évaluation des effets réels de cette Année 2012 du vieillissement actif n’a été prévue, on ne peut que partager les craintes de certains (Walker, Maltby, 2012) quant à l’extrême focalisation sur la question de l’emploi qui semble en être ressortie. Néanmoins, réduire la perspective européenne de 2012 à la question de l’emploi nous paraît également excessif. En effet, on constate que si en 1999 c’est la DG Emploi qui était à la manœuvre, en 2012, elle a dû collaborer avec d’autres DG (DG Santé et consommateurs notamment) ainsi qu’avec la société civile, représentée par AGE Platform. C’est ainsi que l’on pourrait expliquer, lors du lancement de l’Année 2012 (EU, 2011), le choix de privilégier une définition du vieillissement actif directement inspirée de l’OMS (2002) plutôt que de s’appuyer sur des textes propres (EC, 1999). Sans nier l’importance prise par la question de l’emploi en 2012, plusieurs initiatives allant au-delà de cet aspect se développent, comme l’European Innovative Partnership on Active and Healthy Ageing (EIP-AHA) qui promeut une réflexion en termes d’« Age Friendly Environnements » sous la co-direction d’AGE Platform et de la section européenne de l’OMS.

11Au final, on constate que les positions des grandes organisations internationales se sont peu à peu cristallisées autour de deux grandes interprétations du vieillissement actif : la première d’entre elles adopte une perspective transversale visant l’ensemble du parcours de vie (et non la seule vieillesse) ainsi que différents domaines de l’action publique (et non pas seulement les secteurs historiquement dédiés au vieillissement comme les politiques de retraite, les politiques de fin de carrière ou, plus récemment, les politiques de maintien à domicile). La seconde perspective se concentre quant à elle davantage sur la fin du parcours professionnel et sur les politiques d’emploi (et les politiques de retraite afin de les rendre plus favorables à l’emploi).

  • 8 Sans entrer dans le détail, constatons qu’aucune des grandes organisations internationales étudiée (...)

12S’il est perçu comme un référentiel produit par de grandes organisations internationales, le vieillissement actif n’est pas qu’une production d’instances à vocation politique8. En effet, bien qu’il soit apparu sur la scène internationale dès 1997, on le trouve déjà quelques années plus tôt dans la littérature scientifique. Nous allons voir que, dans cette littérature également, on trouve cette divergence entre perspectives transversale et focalisée sur l’emploi.

Deux visions du vieillissement actif, deux mondes théoriques ?

13Si l’on se penche maintenant sur la production scientifique consacrée au vieillissement actif, on observe deux éléments qui recoupent la production par les organisations internationales. Un premier élément établit que le recours à la notion de vieillissement actif a augmenté à la fin des années 1990 et s’est considérablement accru à partir de 2002, ce qui correspond précisément à l’année de la seconde Assemblée Mondiale sur le vieillissement ainsi qu’à la parution du rapport de l’OMS qui structure une approche holistique de la notion. C’est ce dont rend compte le graphique suivant exposant le nombre d’articles publiés par année.

Graphique 1 : Nombre d’articles francophones et anglophones entre 1977 et 2011

14D’après le graphique 1, on note un décalage entre les premières productions francophones et anglophones. Les pays francophones suivent la novation conceptuelle et ne se l’approprient qu’à la fin des années 1990, notamment grâce à l’expérience d’experts français opérant sur le plan international. En l’espèce, il s’agit initialement, comme au niveau international, d’une approche médicale à la croisée de l’épidémiologie et de la santé publique (Robine, Romieu, 1998). Les deux autres (et seuls) articles repérés sur les bases de données francophones pour la décennie 1990 sont en définitive des textes originaux en anglais, traduits ou non (Kalache, Keller, 1999). On retrouve ici les traces de la stratégie de communication du docteur Kalache de l’OMS qui fut très actif dans le rapport de l’OMS précité (OMS, 2002).

15Un second élément qui ressort de la comparaison des articles anglophones et francophones sur le vieillissement actif est la véritable césure entre ces espaces de pensée. Pointer le fait que le vieillissement actif se réduit à l’incitation à la « prolongation des carrières » n’est pas original, d’autres l’ont fait bien avant nous (Walker, 1999 ; Jolivet, 2002 ; Ney, 2005). Par contre, ce que nos travaux ont démontré, c’est que les travaux francophones s’évertuent à ne considérer que cette dimension-là alors que les travaux anglophones explorent, depuis longtemps, d’autres domaines potentiels. C’est ce que montre le deuxième graphique.

Graphique 2 : Répartition des catégories du vieillissement actif par base de données (1977-2011)

  • 9 Une partie de mes premiers travaux se retrouvent dans la catégorie « travail/emploi ». Ma thèse s’ (...)

16D’après ce graphique, les francophones mettent généralement le vieillissement actif en lien avec les questions d’emploi et de travail, en raison notamment de l’importance de la sociologie du travail et de l’emploi et d’un intérêt de la sociologie des politiques publiques pour les questions d’emploi9 ; les écrits anglophones le relient plutôt à la dimension de la santé (n’oublions pas la perspective de l’OMS !) puis à celle des activités sociales, celles-ci faisant en partie écho à l’importance de la « participation sociale », notamment pour l’OMS.

17Le premier article en langue française qui ne soit pas la traduction d’un texte anglophone n’apparaît qu’en 2000 et traite de l’activité physique et sportive à travers ses déterminants psycho-sociaux chez les personnes âgées (Manidi, 2000). Il est écrit par une chercheuse suisse. Le premier article francophone à suggérer une lecture transversale du vieillissement actif apparaît lui en 2002, sous la plume d’une chercheuse belge (Leleu, 2002). Pourtant, dès 2001, plusieurs travaux français donneront la priorité à l’emploi. En 2001, la première production sur le vieillissement actif en emploi est collective et émane des élèves de l’École nationale d’administration (Blondy et al., 2001). S’il ne s’agit pas de chercheurs, leur production se réalise pourtant sous la conduite d’Anne-Marie Guillemard, professeure de sociologie et experte internationale consultée par l’UE sur les politiques de la vieillesse et du vieillissement actif à cette époque. En 2002, la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV) produit un double numéro de sa revue Retraite et société sur le thème de la fin de la vie professionnelle (Rozenkier et al., 2002, pour le premier volume et Martin-Houssart et al., 2002, pour le second). Ici, le vieillissement actif est traité de manière explicite sous l’angle de son utilisation sur la scène européenne en tant qu’outil de prolongation des carrières (Jolivet, 2002), tandis qu’un nouvel article de Walker y est traduit.

18Depuis cette date, les travaux francophones restent fortement orientés vers l’emploi et les travailleurs âgés, sous l’influence du discours européen (Moulaert, Viriot Durandal, 2013). Un récent numéro de Retraite et société, paru en septembre 2013, vient confirmer cette idée ; certes, il explore le vieillissement actif dans le bénévolat, étudie l’influence de celui-ci sur la santé, et se penche sur le rapport des aînés à la formation et à l’habitat. Mais l’emploi et ses liens avec la retraite se retrouvent dans deux articles et quatre sections du numéro. Par ailleurs, nulle trace de l’approche du vieillissement actif tel que l’OMS l’utilise dans sa politique de « villes amies des aînés » (Moulaert, Léonard, 2012) ni aucune exploration de dimensions plus originales de la citoyenneté (comme la spiritualité dont rendent compte dans cet ouvrage les contributions de Bert, d’Evrard ou de Bolle De Bal).

  • 10 Dans ces articles, la critique du vieillissement actif prend appui sur la notion foucaldienne de g (...)

19Dans l’espace anglophone, on constate d’abord qu’il existe aussi un certain nombre d’articles qui concernent le marché de l’emploi (Naegele, Krämer, 2001) ou l’entreprise (Znidarsic, 2010). Même Walker, qui défend une approche holistique (2002a), insiste à l’occasion sur l’importance de la fin de carrière (2002b). Néanmoins, en proportion des différents thèmes du vieillissement actif, ils sont beaucoup moins nombreux que dans l’espace francophone. Par contre, ce qui apparaît beaucoup plus récurrent est le rapport à la santé, déjà présent dans l’article séminal d’Eitner (1977). Se confondant quelquefois avec des notions voisines comme heatlthy ageing, healthy et productive ageing (Llewellyn et al., 2004) ou des termes moins fréquents tel optimal ageing (Fernández-Ballesteros et al., 2005), les 105 articles qui s’y réfèrent concernent fréquemment des moyens pour améliorer la santé par un ensemble de traitements médicaux ou de changements dans les styles de vie, ces derniers pouvant être promus par des formations ou des campagnes de sensibilisation. Ici, l’encouragement de l’activité physique au nom d’impératifs de santé publique se partage le terrain avec la promotion du fitness. Aux États-Unis en particulier, on assiste ainsi au développement de l’anti-age medecine qui est par exemple promue par l’International Council on Active Ageing (ICAA), celui-ci réunissant, selon ses informations, plus de 9.000 organismes à but lucratif dans les domaines du fitness, des logements pour personnes âgées ou des centres pour seniors. Enfin, au-delà de cette perspective en termes de santé, on note que c’est dans l’espace anglophone que Walker a théorisé la perspective transversale (Walker, 2002 ; 2009), et que la critique du vieillissement actif est la plus porteuse (van Dyk, 2009 ; Marhánková, 201010).

Limites et perspectives des approches contemporaines du vieillissement actif

20Si le vieillissement actif peut guider l’action publique, voire être présenté comme un « idéal politique » (FUTURAGE, 2011) à la croisée du politique et du savoir, ses critiques sont bien balisées par la littérature, au-delà de son réductionnisme à « l’emploi des seniors » dont on a vu qu’il était plus récurrent dans la littérature francophone.

21En effet, le vieillissement actif s’inscrit dans la liste de ces théories normatives du vieillir que les francophones en général et une partie des anglophones abordent avec prudence : successful/productive/healthy ageing, ageing well, etc. Plutôt qu’une critique de principe, ce sont des critiques empiriquement fondées de telles notions qu’on peut formuler.

22Empiriquement, on observe que ces conceptions ne visent pas tous les individus de manière identique. Elles tendraient à ne s’appliquer qu’à certaines catégories d’aînés, principalement les « jeunes vieux » (Moulaert, Biggs, 2013 ; voir aussi le chapitre suivant de Boudiny dans cet ouvrage qui propose de dépasser cette critique en élargissant le champ d’application du vieillissement actif).

23On peut aussi montrer que ces approches contiennent en germe un phénomène de responsabilisation qui ferait en sorte que chaque individu doive se prendre en main et gérer son propre vieillissement, que ce soit en emploi (se former tout au long de sa vie, accepter des mobilités professionnelles multiples, etc.), dans la gestion de sa santé (manger équilibré, faire de l’exercice physique modéré quotidiennement, etc.) ou dans d’autres domaines de sa vie (pratiquer des activités culturelles, s’engager bénévolement, etc.), sans tenir compte des conditions de production des inégalités sociales qui persistent avec l’avancée en âge. Pour répondre à cette critique, nous pensons que les approches en termes d’environnement, comme la démarche des « Villes amies des ainés » (voir le texte de Chapon), peuvent être pertinentes. En effet, la visée première de l’action y est l’environnement local et non l’individu, si ce n’est pour l’inciter à participer (là encore, il faut être prudent sur le danger de l’injonction à la participation comme le pointent Dugardin et Tiberghien ou Dury et ses collègues dans leurs chapitres respectifs).

24Une dernière critique, s’appuyant sur le point de vue des personnes, pose le constat d’une compréhension du vieillissement actif beaucoup plus « pragmatique » (Clarke, Warren, 2007) que ce qu’en disent les experts. En effet, il n’est pas aussi évident de définir ce qu’est ou non une « activité » (Boudiny, 2012). Comme le sens d’une activité peut varier en fonction des individus et des contextes, un item comme « regarder la télévision » peut s’avérer très « actif » pour l’individu contrairement à ce qu’indiquent les classements des experts. Ici, la réponse à la critique consiste à élargir l’acception de la notion d’activité en accordant, par exemple, une plus grande attention au sens de l’action pour l’individu. S’il s’agit de garder à l’esprit que le vieillissement actif est présenté par ses défenseurs comme une notion à portée politique, il importe alors d’explorer de nouvelles pistes pour une action publique plus respectueuse des choix personnels.

Bibliografía

Bibliographie

Blondy G., Chalumeau T., Danilescu C. I. et al., 2001, Vieillissement de la population et réaménagement des temps sociaux sur le cycle de vie. Promotion 1999-2001 « Nelson Mandela », Strasbourg, École nationale d’administration.

Boudiny K., 2012, Active ageing : from empty rhetoric to effective policy tool, Ageing and Society, FirstView Article, pp. 1-22.

Clarke A., Warren L., 2007, Hopes, fears and expectations about the future: what do older people’s stories tell us about active ageing?, Ageing and Society, 27, July, pp. 465-488.

Eitner S., 1977, [A healthy and active ageing by preparation and complex], Zfa. Zeitschrift Für Alternsforschung, 32, 3, pp. 201-222.

European Commission (EC), 1999, Towards a Europe for all ages. Promoting prosperity and intergenerational solidarity, Brussels, European Commission.

European Union (UE), 2011, Decision No 940/2011/EU of the European Parliament and of the Council of 14 September 2011 on the European Year for Active Ageing and Solidarity between Generations (2012), Brussels, <http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2011:246:0005:0010:EN:PDF>, site visité le 12 décembre 2011.

Fernández-Ballesteros R., Caprara M. G., Iñiguez J., García L. F., 2005, Promoción del envejecimiento activo: efectos del programa « Vivir con vitalidad »®, Revista Española de Geriatría y Gerontología, 40, 2, pp. 92-103.

FUTURAGE, 2011, The Future of Ageing Research in Europe: A Road Map, Sheffield University.

Jolivet A., 2002, La politique européenne en faveur du vieillissement actif, Retraite et société, 36, pp. 140-157.

Kalache A., Keller I., Mittelmark M.-B., 1999, The WHO perspective on active ageing, Promotion and education, 4, pp. 20-55.

Leleu M., 2002, Travail, bénévolat et transmission, Les politiques sociales, 61, 1-2, pp. 81-85.

Llewellyn G., Balandin S., Dew A., McConnell D., 2004, Promoting healthy, productive ageing: plan early, plan well, Journal of Intellectual and Developmental Disability, 29, 4, pp. 366-369.

Manidi M. J., 2000, Facteurs psychosociaux à l’origine d’un vieillissement actif et en santé : état de la recherche, Science and Sports, 15, 4, pp. 198-206.

Marhánková J. H., 2010, Construction of the Idea of Active Ageing in Centres for Seniors, Sociologicky Casopis-Czech Sociological Review, 46, 2, pp. 211-234.

Martin-Houssart G., Roth N., Loisel J.-P., Barnay T., Kohli M., Kunemund H., Mercat-Bruns M., Jolivet A., 2002, Gestion des âges et fin d’activité, Retraite et société, 36-2, 6.

Moulaert T., 2012, Gouverner les fins de carrière à distance. Outplacement et vieillissement actif en emploi, Bruxelles, PIE Peter Lang.

Moulaert T., Biggs S., 2013, International and European policy on work and retirement: Reinventing critical perspectives on active ageing and mature subjectivity, Human relations, 66, 1, pp. 23-43.

Moulaert T., Leonard D., 2012, Le vieillissement actif : regards pluriels, Les politiques sociales, 1-2.

Moulaert T., Viriot Durandal J.-P., 2012, Le « vieillissement actif » sur la scène internationale : perspectives méthodologiques pour l’étude d’un référentiel polymorphe, Les politiques sociales, 72, 1-2, pp. 10-21.

Moulaert T., Viriot Durandal J.-P., 2013, De la notion au référentiel international de politique publique : Le savant, l’expert et le politique dans la construction du vieillissement actif, Recherches sociologiques et anthropologiques, 44, 1, pp. 11-31.

Naegele G., Krämer K., 2001, Recent developments in the employment and retirement of older workers in Germany, Journal Of Aging and Social Policy, 13, 1, pp. 69-92.

Ney S., 2005, Active aging policy in Europe: between path dependency and path departure, Ageing International, 30, 4, pp. 325-342.

Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), 2000, Reforms for an Ageing Society, Paris, Les éditions de l’OCDE.

Organisation mondiale de la santé (OMS), 2002, Vieillir en restant actif. Cadre d’orientation : contribution de l’OMS à la 2e Assemblée mondiale des Nations Unies sur le vieillissement, Genève, OMS.

Organisation mondiale de la santé (OMS), 2007, Guide mondial des villes amies des aînés, Genève, OMS.

Organisation mondiale de la santé (OMS), 2008, Older persons in emergencies : an active ageing perspective, Genève, OMS.

Phillipson C., 2006, Aging and Globalization: Issues for Critical Gerontology and Political Economy, in J. Baars, D. Dannefer, C. Phillipson et A. Walker (Eds.), Aging, globalization and inequality. The new critical gerontology, Amityville, NY, Baywood, pp. 43-58.

Robine J.-M., Romieu I., 1998, Vieillissement actif en bonne santé : espérance de santé à 65 ans dans différents pays, REVES paper, 318.

Rozenkier A., Martin-Houssart G., Loisel J.-P., Barnay T., Kohli M., Kunemund H., Mercat-Bruns M., Jolivet A., 2002, Gestion des âges et fin d’activité, Retraite et société, 36-1, 6.

van Dyk S., 2009, Old age: addressed, activated, discriminated. Theoretical perspectives on the re-negotiation of a phase of life, Berliner Journal für Soziologie, 19, 4, pp. 601-625.

Walker A., 1999, The principles and potential of active ageing. Keynote introductory report, European commission conference on Active ageing, Brussels, November 15-16.

Walker A., 2002a, A strategy for active ageing, International social security Review, 55, 1, pp. 121-139.

Walker A., 2002b, Aging and unemployment in the EU: political priority and the struggle against elder discrimination, Tidsskrift for Arbejdsliv, 4, 3, pp. 25-42.

Walker A., Maltby T., 2012, Active ageing: a strategic policy solution to demographic ageing in the European Union, International Journal of Social Welfare, 21, pp. S117-S130.

Walker A., 2009, Commentary: the emergence and application of active aging in Europe, Journal of Aging and Social Policy, 21, 1, pp. 75-93.

Znidarsic J., 2010, Age management in Slovenian enterprises: the viewpoint of older employees, Zbornik Radova Ekonomskog Fakulteta U Rijeci-Proceedings of Rijeka Faculty of Economics, 28, 2, pp. 271-301.

Notas

1 Ce chapitre s’appuie sur différents travaux, notamment Moulaert, 2012 ; Moulaert, Viriot Durandal, 2012 ; Moulaert, Viriot Durandal, 2013.

2 Dans la suite du chapitre, nous n’utilisons plus les guillemets pour cette expression afin de rendre la lecture plus aisée.

3 Au point de vue méthodologique, notre étude sur la notion de vieillissement actif se base sur deux corpus de documents. Il s’agit d’une part de 15 textes de grandes organisations internationales comme l’OCDE, l’OMS ou la Commission européenne, et d’autre part de 241 articles scientifiques anglophones et 69 francophones. Les premiers ont été écrits entre 1998 et 2011, les seconds entre 1977 et 2011. Enfin, nous avons mené des entretiens avec 11 experts qui ont participé, de près ou de loin, à l’écriture de ces documents internationaux et scientifiques.

4 De multiples conférences et journées d’études ont été organisées en 2012 sous l’égide de l’Année européenne ; on peut en trouver une partie sur le site belge de l’Année européenne : <http://www.beactive2012.be/fr>.

5 Le premier sommet mondial sur le vieillissement avait eu lieu en 1982 à Vienne.

6 « Mettre en place des politiques et des programmes favorables à un vieillissement actif, c’est reconnaître qu’il faut encourager et équilibrer la prise de responsabilités personnelles (auto-prise en charge), les environnements aménagés à l’intention des personnes âgées et la solidarité intergénérationnelle. » (OMS, 2002, p. 17)

7 AGE Platform est un réseau européen regroupant 165 organisations d’aînés représentant environ 30 millions de plus de 50 ans.

8 Sans entrer dans le détail, constatons qu’aucune des grandes organisations internationales étudiées ne sont des instances élues démocratiquement. Groupes de pression, think tanks ou pouvoir exécutif européen (Commission européenne) sont les véritables porteurs de la notion, le Parlement européen n’ayant pas produit, à notre connaissance, de texte majeur sur le sujet.

9 Une partie de mes premiers travaux se retrouvent dans la catégorie « travail/emploi ». Ma thèse s’inscrivait pleinement dans cette perspective.

10 Dans ces articles, la critique du vieillissement actif prend appui sur la notion foucaldienne de gouvernementalité ; celle-ci permet de montrer que l’incitation à l’activité peut être lue comme une nouvelle manière de « conduire les individus » à travers des processus de responsabilisation. Un autre article (Moulaert, Biggs, 2013) participe également de ce courant ; mais là encore, il ne faisait pas partie de notre échantillonnage allant jusqu’à l’année 2011.

Índice de ilustraciones

Leyenda Graphique 1 : Nombre d’articles francophones et anglophones entre 1977 et 2011
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/3403/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 98k
Leyenda Graphique 2 : Répartition des catégories du vieillissement actif par base de données (1977-2011)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/3403/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 111k

Autor

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search