Desktop versionMobile Version

Le vieillissement actif dans tous ses éclats

 | 
Laurent Nisen
, 
Sylvie Carbonnelle
, 
Thibauld Moulaert

Introduction

Sylvie Carbonnelle, Thibauld Moulaert und Laurent Nisen

Volltext

Vous avez dit vieillissement « actif » ?

  • 1 Pour une critique de la notion de « vieillissement de la population », basée sur des taux liés à d (...)

1Depuis quelques années déjà, la société belge prend peu à peu conscience que sa population vieillit, c’est-à-dire que la proportion de ses membres plus âgés par rapport à l’ensemble de la population augmente1. Les raisons de ce phénomène sont multiples et ne renvoient pas seulement à l’allongement de la durée de la vie, mais aussi à la diminution du nombre d’enfants par femme. On constate par ailleurs que ces évolutions ne se produisent pas partout de la même manière : on ne vieillit pas de façon semblable en ville ou la campagne, selon le sexe, le statut socioprofessionnel, la trajectoire professionnelle, etc. Certes. Néanmoins, si l’amplitude du phénomène peut varier dans l’espace et dans le temps, on observe que nos sociétés voient les rangs des plus âgés grossir depuis un certain nombre d’années.

2Alors qu’elle fut longtemps perçue comme une victoire sur notre condition biologique, cette évolution préoccupe, voire inquiète, depuis quelques années les décideurs politiques des pays occidentaux. En effet, cet accroissement de la durée de vie, et de la durée de vie en bonne santé, a pour corollaire l’augmentation du nombre d’inactifs (en termes de statut par rapport à l’emploi) sur le plan sociétal, et, sur le plan individuel, le constat selon lequel de plus en plus d’années sont à vivre sans l’intégration sociale que procure un emploi.

3Ces éléments peuvent partiellement expliquer le succès d’une notion comme le vieillissement actif, laquelle est mobilisée tant pour répondre aux défis politiques (le vieillissement en emploi comme parade à l’allongement de la retraite) que pour parer aux difficultés individuelles (le maintien en activité comme outil pour un « vieillissement réussi »).

4Bref, au phénomène du « vieillissement » s’adjoindrait une réponse politique en termes de « vieillissement actif ». Mais d’où vient ce terme ? Pour quelles raisons l’Union européenne (UE) s’en est-elle saisie en 2012 pour organiser l’Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations ?

5Loin d’être un concept purement théorique, la notion de « vieillissement actif » renvoie à quatre sphères :

  • les discours politiques internationaux et nationaux ;
  • les discours scientifiques ;
  • les pratiques de terrain (de l’entreprise au secteur associatif) ;
  • les expériences personnelles.

6Le terme de « vieillissement actif » apparaît en premier lieu dans les travaux des grandes organisations internationales. Dès 1999, il est mobilisé par la Commission européenne et sert, durant les années 2000, à traduire la Stratégie Européenne pour l’Emploi à l’attention des plus âgés, laquelle a pour objectif d’inciter les États membres à relever le taux d’emploi des 55-64 ans à 50 % et à relever l’âge effectif de sortie du marché du travail de cinq années. À la même époque, une autre approche du « vieillissement actif » s’est développée au sein de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En 2002, celle-ci met l’accent sur l’importance de préserver la santé, la sécurité et la participation des individus pour préserver leur bien-être et leurs possibilités de réalisation personnelle, via l’implication dans des activités économiques, sociales, spirituelles, culturelles et citoyennes.

  • 2 Nous soulignons.
  • 3 On peut néanmoins constater que suite aux travaux de cette année, un indice du vieillissement acti (...)
  • 4 La notion « d’emploi des seniors » est apparue au milieu des années 2000 dans le cadre des politiq (...)

7C’est paradoxalement cette définition qui a guidé les travaux européens lors de l’organisation de l’Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations, en 2012. Par cette initiative, l’UE entendait servir d’aiguillon auprès d’une grande diversité d’acteurs, des gouvernements des États membres eux-mêmes jusqu’à la société civile, en passant par les entreprises et les syndicats. En évoquant ultimement la nécessité de « résister à l’épreuve2 du vieillissement de la population », la justification présentée par le commissaire Andor à la mobilisation européenne ne parvient toutefois pas à occulter une approche qui reste empreinte de crainte. En outre, si aucun bilan systématique des effets3 de cette Année n’a été prévu, on peut néanmoins se demander si « l’emploi des seniors4 » n’a pas, une fois encore, dominé les débats.

8Avant les discours politiques des grandes organisations internationales et leurs relais sur certaines scènes nationales, la notion de « vieillissement actif » fut définie et se déploya dans la sphère scientifique. Sans entrer à ce stade dans le détail, le « vieillissement actif » ou active ageing fait écho à des théories gérontologiques datées, mais généralement peu connues hors du cercle des spécialistes. Ainsi, dès les années 1950 aux États-Unis, les travaux de Robert Havighurst vont être à la base de la théorie de l’activité (activity theory). Cette théorie énonce que pour favoriser son bien-être à un âge avancé, l’individu devrait 1) s’engager dans des activités personnelles et sociales ; 2) participer activement à la vie sociale ; 3) chercher à maintenir des rôles significatifs (de l’investissement au travail à l’investissement dans les hobbies, les associations, la paroisse, les groupes d’amis, etc.) ; et 4) trouver des substituts aux rôles sociaux qui lui ont été enlevés par la mise à la retraite. Si cette théorie a été critiquée et dépassée, elle ouvre néanmoins la voie à une multitude d’autres notions à l’instar du « vieillissement actif » ou active ageing mais aussi du successful ageing, productive ageing, healthy ageing, etc. L’activité ou, plus exactement, une certaine incitation à l’activité occupe le cœur de l’argumentaire de telles notions de sorte qu’elles prêtent le flanc à la critique quand elles se transforment en injonction ou en norme sociale. Pour les chercheurs, une manière de répondre à la critique consiste à distinguer le sens donné par les experts et les discours politiques à la notion de « vieillissement actif » de celui défini au départ des pratiques sociales ou de l’expérience subjective qu’en font les individus.

  • 5 Entre les « discours » et les « pratiques » liés à « l’emploi des seniors », signalons aussi les c (...)

9La troisième sphère où se décline la notion de « vieillissement actif » est constituée des pratiques de terrain ; derrière ce terme relativement large, on peut notamment distinguer les pratiques qui renvoient au monde du travail et celles qui se rapportent au secteur associatif. Si des parallèles peuvent être établis avec les domaines d’action promus par l’Union européenne dans le cadre de l’année 2012, il s’agit plutôt ici de rendre compte non pas des discours mais bien des pratiques5.

10Dans le monde du travail, le « vieillissement actif » se traduit dans les mesures prises par les entreprises pour soutenir leurs travailleurs plus âgés en emploi (on parle alors de « gestion des âges »), celles développées par les pouvoirs publics pour permettre aux demandeurs d’emplois plus âgés de retrouver un emploi, mais aussi pour inciter les employeurs à maintenir ou engager ces travailleurs. Enfin, et cela concerne aussi « l’emploi des seniors », des mesures sont également prises en faveur du cumul des revenus du travail et de la retraite.

11Dans le secteur associatif, le « vieillissement actif » fait écho à l’ensemble des activités sociales (qu’elles soient ou non financées par le secteur public) qui accueillent ou sont mises en place « pour » des membres aînés (que ces associations soient dédiées ou non aux aînés) ou qui sont prises en charge ou organisées « par » des aînés (gestion d’un club sportif, trésorerie d’une association pour seniors, bénévolat auprès de la Croix-Rouge, etc.).

12À côté de la sphère politique, du monde de la recherche et des pratiques sociales, une ultime manière d’identifier ce que peut signifier le « vieillissement actif » consiste à questionner l’expérience des individus. Les rares travaux – uniquement anglo-saxons – qui mettent en place une telle démarche montrent que les personnes vieillissantes ont une vision beaucoup plus pragmatique du « vieillissement actif ». Amanda Clarke et Lorna Warren expliquent par exemple que cela peut « simplement » signifier le fait de faire des mots croisés, de regarder la télévision ou d’aller rouler à vélo. De son côté, Ann Bowling identifie l’activité physique et la « bonne santé physique » comme étant les deux principales représentations rattachées au vieillissement actif.

Un questionnement et une proposition

13Au regard de ces quatre sphères, il ressort que la notion de « vieillissement actif » n’est pas homogène et qu’il existe une pluralité de domaines et de valeurs qui y sont liés. Dès lors, on peut s’interroger, de manière structurée et diversifiée, sur ce que produit et signifie l’ajout de l’adjectif « actif » au mot « vieillissement ». Ces deux notions doivent-elles nécessairement aller de pair ? N’induisent-elles pas des sous-entendus excessivement positifs en faveur d’une nouvelle image de l’avancée en âge qui serait nécessairement plus impliquée, épanouissante, etc. ? L’ensemble des citoyens peut-il tirer un bénéfice de l’appel à cette notion ?

14Pour répondre à ces questions, différentes positions épistémologiques à l’égard de la notion de « vieillissement actif » peuvent être adoptées. Des chercheurs, des praticiens de l’action sociale ou des citoyens peuvent soutenir ou privilégier une perspective aux dépens d’une autre (soutenir « l’emploi des seniors », « la participation sociale », etc.). À l’inverse, on peut utiliser le « vieillissement actif » comme un objet extérieur et refuser, en conséquence, d’en privilégier une déclinaison.

15Si les contributeurs du présent ouvrage se situent sur un continuum entre ces deux positions extrêmes (l’engagement ou la distanciation), la perspective adoptée est néanmoins de considérer la notion de « vieillissement actif » comme un seul point de départ à partir duquel chaque auteur développe une perspective propre ; à tel point que certains n’y font pas référence en tant que tel, alors que d’autres en font le cœur de leur argument. En résumé, moins que la défense et l’illustration d’une position (ceci pouvant être le choix raisonné de certains contributeurs), c’est véritablement à l’exploration des différents sens du « vieillissement actif » que le lecteur est invité.

  • 6 « Le vieillissement actif. Notion singulière, parcours pluriels », colloque international organisé (...)

16Cette exploration s’appuie et prolonge un colloque6 organisé par Braises, réseau interdisciplinaire francophone d’expertise en vieillissement, à l’occasion de l’Année européenne 2012 précédemment citée qui fut consacrée au vieillissement actif et à la solidarité entre les générations.

Une notion, cinq perspectives

17Pour débuter notre parcours sur le vieillissement actif, une première partie pose un cadre général qui offre, grâce à des regards interdisciplinaires, une vue globale de quelques thèmes clés touchant au vieillissement et à l’activité.

18La question « Pourquoi vieillir ? », titre du premier chapitre et prémices à la réflexion, est aussi ancienne que la philosophie occidentale elle-même. C’est ce que développe avec pédagogie Pierre-Henri Tavoillot. Si le vieillissement de la population est entré au cœur des inquiétudes contemporaines, la vieillesse, elle, a toujours suscité des réflexions paradoxales, contradictoires, oscillant entre sublimation et répulsion. Progrès ou déclin ? Chance ou misère ? Accomplissement en beauté de la vie vécue ou achèvement en disgrâce ? Le philosophe retrace les discours qui, depuis l’Antiquité, s’opposent ou se conjuguent pour appréhender ce temps particulier de la vie marqué pour les uns par l’usure, le dérèglement – du corps, de l’esprit –, et pour les autres par une lucidité et une liberté gagnée au fil de l’expérience acquise. Il souligne ensuite la démultiplication actuelle, par comparaison aux temps passés, de cet âge de la vie qu’est la vieillesse, en rappelant d’une part qu’elle ne se réduit plus à la dernière phase de l’existence, mais constitue, pour beaucoup, l’amorce d’une nouvelle trajectoire. En indiquant d’autre part que ce temps de vie gagné, loin de se métamorphoser en un inéluctable processus de déclin physique et de pertes, se présente pour la plupart comme un temps de progressive transformation des liens sociaux, familiaux et des rapports au monde, à son histoire et à soi.

19En proposant au lecteur un passage sans transition de la philosophie à la biologie, le neurobiologiste Philippe van den Bosch de Aguilar nous convie à comprendre le processus cellulaire qui régit la vie, et dès lors, le vieillissement. Il se penche en particulier sur le vieillissement du cerveau en montrant que contrairement à celles des autres organes subissant successivement altération, destruction et renouvellement, les cellules cérébrales (neurones), organisées en réseaux, présentent une résistance exceptionnelle. Si la plasticité cérébrale, sculptée par les expériences du sujet et ses interactions avec l’environnement, est à l’origine des performances extraordinaires du cerveau, il n’en reste pas moins qu’une moindre activité du réseau neuronal réduit les stimulations des organes et que, par effet retour, l’altération de ceux-ci conduit à une disparition des stimulations nerveuses, amenant à terme une perte de certains neurones. Ainsi, d’un point de vue biologique, le maintien de l’activité est vu comme doublement nécessaire : d’une part, pour freiner les dégradations inhérentes au processus de vieillissement du système nerveux, et d’autre part, pour maintenir ses potentialités de restauration. Des stimulations appropriées d’organes, en induisant la libération de substances trophiques, permettent non seulement d’entretenir le cerveau, mais surtout de maintenir l’ensemble des fonctions vitales précieuses à l’épanouissement humain. L’activité et les interactions entre l’homme et son environnement physique et social tout au long de l’avancée en âge constituent dès lors pour les biologistes des facteurs essentiels de longévité.

20Retour à la philosophie, pour interroger l’association du vieillissement et de l’activité. Catherine Bert questionne tout d’abord les relations étroites entre spiritualité, passivité et activité. Elle interroge ensuite, grâce au concept d’agentivité, l’intentionnalité de toute action humaine, indiquant que cette dernière est aussi le produit de circonstances externes. L’agentivité permet de dépasser ce constat, en montrant que l’intention nécessite la confiance en soi (en ses compétences et ses désirs), elle-même rendue possible par la relation à l’autre (c’est dans le regard de l’autre que l’individu construit sa relation à lui-même). Montrant l’interdépendance entre acte et puissance d’agir, elle invite finalement à « penser l’actif indissociablement du passif qui en est sa condition de possibilité », et à voir dans cette tension entre puissance et acte une des ressources de l’élan vital, de l’« en-vie ».

21La deuxième partie de l’ouvrage plonge le lecteur au cœur du « vieillissement actif ». Terme, expression, notion, concept, il s’agit d’en fournir quelques repères institutionnels et théoriques, tout en gardant une certaine distance critique propre à la discipline sociologique.

22Thibauld Moulaert commence par retracer les origines et le développement historique de la notion, dénommée en anglais active ageing. À l’issue de l’analyse approfondie d’un corpus de publications scientifiques et politiques internationales, il montre que les discours liés à cette notion oscillent entre deux perspectives caractéristiques, l’une visant l’ensemble du parcours de vie (en promouvant une approche intersectorielle des politiques publiques) et l’autre ciblant distinctement les travailleurs âgés (en encourageant des politiques d’emploi et de retraite favorables à « l’emploi des seniors »). Il met dès lors en évidence la grande malléabilité d’une notion devenue prédominante face à l’émergence des défis nouveaux lancés par l’accession à la retraite des nombreux baby-boomers. Son analyse comparative des littératures francophone et anglophone souligne également le hiatus entre une conception du vieillissement actif qui se focaliserait quasi exclusivement sur la prolongation des carrières et une autre, minoritaire, qui engloberait parmi ses préoccupations des dimensions de l’existence telles que la santé et le bien-être ou la qualité de vie. L’auteur se demande enfin si ces approches à haute teneur normative ne risquent pas, au-delà des bonnes intentions qui peuvent animer les chercheurs ou les hommes politiques, de produire des effets délétères sur les solidarités, en ravivant sans cesse la responsabilité des individus quant à une avancée en âge « réussie ».

23Kim Boudiny formule un constat similaire. En montrant que les discours sur le vieillissement – actif, productif, en santé – ont peu à peu occupé le devant de la scène depuis une vingtaine d’années, avec pour objectif exprimé d’encourager la continuité de la participation des aînés dans la société, elle indique cependant à quel point le concept même manque de clarté et fait l’objet d’une grande diversité d’interprétations. Au-delà de cette analyse, l’auteure examine de façon critique et détaillée les multiples approches et conceptions concurrentes du vieillissement actif. Elle met en évidence une des limites récurrentes à leur sujet, à savoir qu’il s’agit essentiellement d’approches « en extériorité », construites la plupart du temps sans tenir compte de la perception des acteurs eux-mêmes sur leur propre avancée en âge. Elle plaide au contraire pour une meilleure prise en considération de l’expérience des personnes concernées et suggère le développement d’une perspective davantage « compréhensive » du vieillissement actif. Elle souligne enfin que la promotion d’un vieillissement actif, en se focalisant sur certains groupes sociaux, a tendance à exclure en ne les considérant pas même dans le spectre d’analyse une variété d’aînés et tout particulièrement les plus vulnérables d’entre eux.

24Une fois ce cadre posé, la troisième partie invite à s’interroger sur les déclinaisons du vieillissement, de l’activité, et du vieillissement actif dans le champ du social. Le premier terrain exploré est celui de l’engagement dans la cité. Trois auteurs questionnent ainsi la place que la société donne aux aînés et la place qu’ils prennent dans l’économie des relations sociales.

25Si le vieillissement actif est souvent présenté sous son versant responsabilisant – l’individu acteur de son bien vieillir –, Pierre-Marie Chapon, en exposant la politique des « Villes amies des aînés » de l’OMS, attire notre attention sur les conditions structurelles de cette activation. Il décrit la diffusion de cette démarche dans le monde, puis s’intéresse à sa mise en œuvre en France. Bien davantage, il s’interroge sur les problèmes concrets – quelle représentativité des personnes prises en compte, quelles méthodes de récolte et d’analyse des avis ? – et les réalisations qu’elle entraîne – quelles propositions concrètes, comment permettre leur appropriation par l’ensemble des aînés ? À l’heure où certaines villes belges, après Bruxelles, souhaiteraient s’engager dans cette démarche, l’éclairage de l’auteur apparaît particulièrement pertinent.

26Suivent deux contributions sur le terrain belge, l’une néerlandophone, l’autre francophone, qui interrogent la place prise par les aînés dans la vie collective. C’est ainsi que Sarah Dury et ses collègues, par une méthode de recherche originale impliquant les aînés à la fois comme objet et comme acteurs de la démarche – les Belgian Ageing Studies –, dénombrent les aînés qui maintiennent une participation sociale, qu’elle se concrétise dans des projets associatifs, collectifs voire d’aide informelle. Ils démontrent ainsi qu’à l’exception d’une forme particulière (les associations pour le 3e âge, qui présentent des particularités historiques), la participation sociale reste plutôt l’apanage d’un public privilégié (plutôt masculin, de moins de 80 ans, avec un niveau d’éducation et un niveau de revenus plus élevés et en bonne santé) : le vieillissement actif n’atteint donc pas l’entièreté de sa cible. Les auteurs s’intéressent également aux conditions matérielles de cette activité, notamment aux caractéristiques du quartier et aux possibilités de mobilité.

27Lucie Dugardin et Amandine Tiberghien, au départ de diverses études, pour la plupart menées sur le terrain belge francophone, brossent un portrait du volontaire âgé et renouvellent le constat des contributeurs néerlandophones. Dans une acception proche de celle de leurs collègues flamands, mais restreinte au volontariat (excluant ainsi l’aide informelle), elles constatent un investissement plus grand de la part des personnes bénéficiant d’un niveau d’éducation élevé et d’une carrière professionnelle plus complète. Elles détaillent ensuite finement les raisons de leur engagement et l’évolution de celui-ci au cours de l’avancée en âge. Enfin, elles mettent en lien les freins à l’engagement des aînés et les possibilités, pour les associations, d’y parer afin de créer les conditions favorisant la participation sociale. De leur apport, nous retiendrons surtout que l’investissement associatif permet l’interrelation, l’interdépendance, la reconnaissance et, in fine, l’épanouissement personnel des individus qui s’y prêtent.

28Si le vieillissement actif ne se matérialise pas uniquement dans l’emploi, il ne se limite pas davantage à l’investissement dans des démarches associatives, voire politiques. Il s’inscrit également dans les relations familiales, amicales et de voisinage comme le suggère la quatrième partie. Deux auteures se sont plus particulièrement intéressées à ces domaines connus et reconnus des relations informelles mais jusqu’ici rarement reliés au thème du vieillissement actif.

29Blanche Leider se penche ainsi sur les relations d’aide : non pas les aides que les aînés procureraient aux autres générations, mais celles qu’ils reçoivent de leur parentèle, et plus particulièrement d’un ou plusieurs de leurs enfants. Elle étudie ensuite la manière dont ils les négocient. Au départ d’une analyse des aides reçues selon différentes dimensions telles que la nature de l’aide, sa temporalité ou sa redéfinition en période de crise, l’auteure questionne la notion même d’aide et l’élargit tout d’abord à ses formes non instrumentales – mais affectives – et ensuite à son essence, non mesurable et non saisissable – le souci de l’autre. Ce souci, nous dit-elle, est encore à l’heure actuelle une conséquence statutaire de la relation de filiation (contrairement à d’autres relations qui sont, elles, à l’origine de modalités affinitaires de l’aide). Pour les bénéficiaires de l’aide, au-delà de ses formes instrumentales ou affectives, l’aide peut prendre la forme de la reconnaissance envers l’aidant (par la manifestation de sa satisfaction, ou par un remerciement explicite). À mesure que l’individu vieillit, son activité peut se poursuivre par la préservation de l’autonomie décisionnelle. L’auteure conclut en indiquant les modalités que celle-ci est susceptible d’adopter.

30Eugénie de Renesse réfléchit quant à elle aux dynamiques de construction des solidarités de voisinage. En faisant appel à un protocole d’étude quantitatif, elle s’intéresse aux déterminants individuels, contextuels et relationnels de l’aide pour en éclairer les dimensions psychologiques. C’est ainsi qu’elle constate que la concrétisation d’une aide (lors de la chute d’un voisin par exemple) a un impact sur le degré d’empathie de l’aidant, et que cet accroissement de l’empathie conduit par la suite au développement d’autres comportements de solidarité (sous la forme d’aides, de manifestations de soutien ou de simples contacts). Plus encore, les individus se définissent à partir de tels événements comme des aidants. Si elle s’attarde peu sur les déterminants contextuels de l’aide (les dimensions structurelles et relationnelles du quartier), l’auteure s’intéresse davantage aux déterminants relationnels de cette forme de relation. Elle montre ainsi que pour se perpétuer, une relation d’aide impose une réciprocité. Celle-ci peut prendre la forme de la reconnaissance, d’une réciprocité instrumentale – laquelle n’est pas toujours possible dans ce contexte précis où le bénéficiaire a moins de pouvoir d’agir – ou encore d’une réciprocité émotionnelle, c’est-à-dire le fait, pour la personne aidée, de s’intéresser à l’aidant et de le soutenir de la sorte.

31La cinquième partie de l’ouvrage regroupe trois contributions qui s’intéressent au sens donné au vieillissement lui-même à travers l’activité – fût-elle envisagée via la spiritualité – lorsqu’arrive la dernière étape de la vie. Ces trois textes présentent des perspectives croisées : expériences institutionnelles versus personnelles et, pour les deux derniers, perspective chrétienne versus laïque.

  • 7 Institution d’hébergement et de soins destinée aux personnes âgées comparable aux EPHAD français.

32Valentine Charlot commence par s’interroger sur la signification du vieillissement actif dans un contexte institutionnel comme la maison de repos7. L’auteure est en effet frappée par « l’activisme » des établissements envers les personnes âgées. En effet, si ce dynamisme est désormais devenu une manière de se présenter et se distinguer pour attirer la « clientèle », la fonction et le sens même des activités proposées lui semblent rarement questionnés. Pour situer sa réflexion, elle pose les éléments du contexte sociétal ambiant qui lui semblent orienter ces nouvelles pratiques et souligne au passage qu’elles sont parfois légitimées par l’argument thérapeutique. En se penchant ensuite sur les études qui ont été consacrées à l’animation en institution, elle ouvre une perspective qui fait davantage de place au point de vue du sujet, à sa relation aux autres et au monde. Ce positionnement permet alors à l’auteure de proposer quelques balises à l’attention des concepteurs de projets pour qu’ils connectent davantage leurs activités aux dynamiques propres de celles et ceux à qui elles s’adressent afin de s’ajuster au mieux à leurs souhaits et désirs.

33Poursuivant l’examen des pratiques en maison de repos, Albert Evrard, juriste et jésuite, s’attache à investiguer la manière dont ces institutions, dans le cadre des réglementations qui les régissent, tiennent compte, s’organisent et répondent aux préoccupations d’ordre spirituel des personnes hébergées. Les activités spirituelles ont-elles une place en un tel lieu ? Relèvent-elles d’une organisation formelle et de professionnels spécifiques ? Les institutions se soucient-elles de la dimension spirituelle de l’existence en fin de parcours ? Sont-elles à l’écoute des souhaits des personnes en cette matière, et en particulier des chrétiens dans leur relation à Dieu ? L’auteur constate dans les législations propres à la Région wallonne que si le respect de la dignité humaine inclut explicitement le « respect de l’organisation de la vie spirituelle des résidents », ce n’est pas pour autant que les institutions sont tenues de consacrer des moyens pour leur permettre de cultiver leur spiritualité, qu’elle soit religieuse ou non. En se référant à un modèle développé en Suisse en milieu hospitalier gériatrique (le modèle sens-transcendance-identité-valeurs), l’auteur suggère alors une voie d’extension de la conception actuelle de la spiritualité en maison de repos.

34Le troisième et ultime chapitre de cette partie se situe quant à lui totalement « hors les murs », c’est-à-dire hors du contexte institutionnel, mais s’inscrit cependant très à propos à la fin du parcours. Le témoignage personnel de Marcel Bolle De Bal (franc-maçon, homme en réflexion, âgé de plus de quatre-vingts ans) au sujet de la spiritualité – laïque – établit un fil existentiellement concret entre les idées de « bien vivre, bien vieillir et bien mourir ». Le témoignage livré donne à lire une éthique de vie marquée par un optimisme et des convictions forgés au cours du temps et malgré les épreuves de perte de proches.

Deux pistes de lecture

  • 8 Par exemple, les domaines de la formation ou des activités physiques et sportives sont des axes qu (...)

35On l’aura compris, cet ouvrage ambitionne d’explorer une diversité de pistes, parfois originales à l’instar des questionnements autour de la spiritualité, ou moins connues à l’instar de l’approche des « Villes amies des aînés » de l’OMS. Les choix posés ne brassent cependant pas l’ensemble des thématiques8 qui font écho à la notion de « vieillissement actif ». Par choix, en tant que coordinateurs de publication, nous avons privilégié une logique destinée à mettre en dialogue des perspectives et des regards trop souvent clos sur eux-mêmes. Les assemblages et correspondances se sont formés au fur et à mesure de la mise en dialogue des différents textes. De cette logique, deux voies se dégagent.

36La première a trait aux disciplines convoquées. La réunion de contributions d’un biologiste, de philosophes, de sociologues, de psychologues, d’un juriste parmi d’autres encore, invite à découvrir des facettes du vieillissement généralement isolées les unes des autres. De ces expertises, il se dégage une lecture certes polysémique mais dont les dimensions s’articulent du global au local, du biologiquement déterminé au socialement construit, et se complètent. Elles dessinent un individu dont l’activité passe autant par l’insertion associative que par l’entraide intergénérationnelle, par le partage des subjectivités que par l’intimité spirituelle.

  • 9 À l’inverse par exemple de la démarche de Burawoy qui, malgré ses affirmations en faveur d’une con (...)
  • 10 Le réseau propose d’« être un interlocuteur privilégié entre la communauté scientifique et la soci (...)

37La seconde voie concerne la position des auteurs (du professeur d’université au chercheur engagé sur le terrain associatif en passant par le citoyen d’âge mûr). Leur contribution collective souligne qu’il n’existe pas une seule manière de « faire de la recherche ». Certes, l’espace académique est vital pour donner un sens à la recherche, les débats de la sociologie autour de la « sociologie publique » de Michael Burawoy l’ayant rappelé. Les auteurs se répartissent sur un continuum tendu entre deux pôles relativement compréhensibles pour le grand public. D’un côté, certains textes illustrent la position du chercheur-expert en relative extériorité avec son objet ; à l’opposé de cette démarche, d’autres textes font figure de corps à corps littéral entre le chercheur et son objet (si une telle distinction a encore un sens, l’auteur devenant lui-même objet de sa réflexivité) ; entre ces pôles extrêmes viennent alors s’agencer les autres contributions. En effet, cette bipolarité ne doit pas faire illusion : il serait plus juste de dire que l’ensemble des textes se nourrissent, chacun à leur manière, d’une perspective plus distanciée et d’une démarche plus engagée. Souci de la sociologie depuis Norbert Elias, elle a le mérite de ne pas introduire de hiérarchie entre les acteurs qui la pratiquent ou entre les pôles qui sont en jeu9. Ceci correspond, selon nous, à l’esprit qui anime le réseau Braises10 dans son projet de « travailler à mieux comprendre le vieillissement, individuel et collectif, et d’associer pour cela l’ensemble des forces vives et volontaires de la recherche sur l’avancée en âge, au-delà des barrières disciplinaires, avec la société ». En participant d’un objectif de mise à disposition du public de connaissances pluridisciplinaires sur le vieillissement, via l’angle particulier du « vieillissement actif », nous formulons le souhait que la mise en débats fasse éclater les définitions statiques et que de cet éclairage émerge une compréhension plus étoffée de l’avancée en âge.

Anmerkungen

1 Pour une critique de la notion de « vieillissement de la population », basée sur des taux liés à des seuils d’âge fixe (60 ou 65 ans), voir les travaux d’Hervé Le Bras, Patrice Bourdelais, etc.

2 Nous soulignons.

3 On peut néanmoins constater que suite aux travaux de cette année, un indice du vieillissement actif a été mis en place pour « pour évaluer le potentiel inexploité des personnes âgées » dans les différents pays européens : <http://www1.unece.org/stat/platform/display/AAI/Active+Ageing+Index+Home>, site visité le 20 novembre 2013.

4 La notion « d’emploi des seniors » est apparue au milieu des années 2000 dans le cadre des politiques publiques en faveur du maintien au travail jusqu’à des âges plus avancés. Constituant à l’origine une cible marketing, la catégorie de senior quant à elle « recouvre l’ensemble des personnes de plus de 50 ans – ce qui constitue un marché énorme – tout en se focalisant sur la partie la plus jeune et la plus aisée de cette population ». Source : Caradec V., 2001, Sociologie de la vieillesse et du vieillissement, Paris, Nathan, p. 27.

5 Entre les « discours » et les « pratiques » liés à « l’emploi des seniors », signalons aussi les campagnes d’information (presse papier et numérique, télévision, radio) qui visent à changer le regard de la société sur la place des plus âgés dans le monde du travail.

6 « Le vieillissement actif. Notion singulière, parcours pluriels », colloque international organisé le 11 décembre 2012 à l’Université libre de Bruxelles par le réseau Braises.

7 Institution d’hébergement et de soins destinée aux personnes âgées comparable aux EPHAD français.

8 Par exemple, les domaines de la formation ou des activités physiques et sportives sont des axes qui auraient pu également être étudiés. Sur la formation, nous renvoyons le lecteur aux travaux d’Aline Chamahian et sur les activités physiques et sportives à ceux de Pia-Caroline Henaff-Pineau. Nous pensons également à la participation citoyenne des aînés au sein de dispositifs politiques. En Belgique, les Conseils consultatifs communaux des aînés (Lokale ouderenadviesraden) représentent la voix des aînés au niveau communal ; au niveau des Communautés et des Régions, leur voix est portée par la Confédération des associations seniors (CAS) et par le Vlaamse Ouderenraad ; rappelons que ceux-ci ont servi de soutien pour la création du Conseil consultatif fédéral des aînés lors de la clôture de la déclinaison belge de l’Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations en octobre 2012.

9 À l’inverse par exemple de la démarche de Burawoy qui, malgré ses affirmations en faveur d’une connectivité entre les quatre manières de « faire de la sociologie » qu’il a dégagées, a pu être perçue comme une réaffirmation de la primauté de la « sociologie académique » (professional sociology).

10 Le réseau propose d’« être un interlocuteur privilégié entre la communauté scientifique et la société civile (autorités politiques, secteurs des soins et des services, de l’éducation et de la formation, associatif, monde du travail, etc.) ». Source : <www.braises.be>, site visité le 10 novembre 2013 ; la mise en gras provient du site.

Autoren

Sociologue, maître de conférences et coordinateur du Panel démographie familiale à l’Institut des sciences humaines et sociales (ISHS) de l’Université de Liège

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search