Version classiqueVersion mobile

Justices militaires et guerres mondiales

 | 
Jean-Marc Berlière
, 
Jonas Campion
, 
Luigi Lacchè
, 
et al.

Criminels impunis

L’absence d’un « Nuremberg italien »

Filippo Focardi

Texte intégral

  • 1 Nous n’aborderons pas les crimes de guerre commis par l’Italie libérale, comme ceux qui ont été pe (...)
  • 2 Sur les crimes italiens en Éthiopie cf. Del Boca 1996 ; Dominioni 2003, 2006, 2008a. Ces dernières (...)
  • 3 Pour une évaluation des violences italiennes dans les Balkans (Yougoslavie, Albanie et Grèce) cf. (...)
  • 4 Sur l’occupation italienne de la France cf. Rodogno 2003 : 260-277, 303-312, 392-396, 467-476 ; Em (...)

1En tant que puissance occupante, l’Italie a été responsable durant le régime fasciste de nombreux crimes de guerre1, que ce soit avant le second conflit mondial en Libye, en Somalie et en Éthiopie (Del Boca 2005 : 145-227 ; Labanca 2007)2, ou au cours de la guerre en Albanie, en Grèce (Santarelli 2002, 2004a, 2004b), en Yougoslavie3 et en Union Soviétique (Schlemmer 2005, 2009) ; les mauvais traitements et les sévices qualifiables de crimes de guerre ont été fréquents y compris dans la France méridionale et en Corse (Focardi 2005 : 209)4. Les forces militaires et de police italiennes se sont déshonorées – surtout en Afrique et dans les Balkans – par de nombreux délits de typologie comparable à ceux commis, certes sur une plus vaste échelle, par ses alliés allemands et japonais : tortures et violences généralisées, pillages, bombardements et incendies de villages avec assassinats de femmes et d’enfants, exécutions indiscriminées de résistants, enlèvement et exécution d’otages en représailles, déportation de milliers de civils dans les camps de concentration. Si l’Italie ne s’est pas rendue responsable d’autres crimes exécrables comme l’extermination allemande des gitans et des juifs (mais la République sociale italienne participa activement à leur capture et à leur déportation) ou l’exploitation systématique de la force de travail étrangère organisée par les Allemands et les Japonais, elle n’a cependant pas hésité à recourir dans ses territoires africains – en Libye et surtout en Éthiopie – à l’usage sur une grande échelle d’agents chimiques (interdits par les conventions internationales), soit contre les troupes ennemies, soit contre les civils, avec des résultats dévastateurs (Del Boca 1996).

  • 5 Le chiffre comprend toutes les victimes entre 1911 et 1943, la plupart concernant de toute façon l (...)
  • 6 À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement éthiopien accusa l’Italie d’avoir été resp (...)
  • 7 Grâce aux recherches menées à New York dans les fonds de la Commission des Nations Unies pour les (...)
  • 8 Dont une grande part due à la famine qui a frappé le pays après l’occupation italienne, allemande (...)
  • 9 Il convient d’ajouter à ces chiffres les nombreux résistants morts au combat.
  • 10 Nous nous référons respectivement à celle que vient de terminer Thomas Schlemmer (2005) et à celle (...)

2L’historiographie n’a pas encore fourni d’évaluations fiables sur les victimes de toutes ces actions criminelles. Les plus crédibles comme échelle de grandeur – à considérer avec quelque précaution – concernent les colonies en Afrique : selon Angelo Del Boca il y eut 100 000 Libyens (sur une population de 800 000) victimes de la conquête et de l’occupation italiennes5 ; alors que pour l’Éthiopie, Matteo Dominioni a récemment indiqué le chiffre de 200 à 250 000 morts « de privations, au combat ou par représailles » durant la période de l’occupation italienne (1936-1941) (Dominioni 2006 : 31-32)6, chiffre qui à son avis devrait être doublé si l’on y ajoute les pertes subies par l’Éthiopie durant la guerre d’agression de 1935-1936 (Dominioni 2008a : 57). Pour ce qui concerne les Balkans, Brunello Mantelli – sur la base des recherches effectuées aux archives des Nations Unies par le journaliste américain Michael Palumbo7 – a indiqué le chiffre de 100 000 victimes pour la Grèce8 et de 250 000 pour la Yougoslavie (Mantelli 2002a : 19, ou précédemment publié en allemand, Mantelli 2000). Ces données reposent sur les rapports transmis par les deux pays à la Commission des crimes de guerre des Nations Unies de Londres et doivent être probablement redimensionnées pour ce qui concerne la Yougoslavie et de toutes façons déchiffrées et analysées avec soin. Le nombre de Grecs victimes de l’occupation dépasse en réalité le chiffre de cent mille si l’on prend également en compte les victimes de la grande famine qui a frappé le pays durant l’hiver 1941. Mais dans ce cas, la responsabilité des Italiens est partagée avec leurs alliés allemands et bulgares. Le décompte des victimes de l’occupation italienne en Yougoslavie (Slovénie, Dalmatie, Croatie, Monténégro) apparaît assez ardu, sinon impossible. Leur nombre oscille d’ailleurs considérablement selon que l’on tient plus ou moins compte des meurtres commis par les diverses formations collaboratrices créées ou soutenues par les Italiens. En réalité, les seules données fiables dont nous disposons concernent les victimes de l’occupation italienne de la Slovénie, dont une partie, avec la capitale Ljubljana, fut annexée en 1941 par le royaume d’Italie (Cuzzi 1998). Sur une population d’environ 330 000 habitants, 1 569 exécutions capitales de Slovènes (avec ou sans procès) ont été dénombrées par Tone Ferenc et 1 376 décès dans les camps de concentration italiens (Ferenc 1999 : 27)9, où furent déportées 25 000 personnes, soit pratiquement 8 % de la population totale (Capogreco 2001 : 112). Nous n’avons en revanche aucune estimation pour l’Union Soviétique et l’Albanie, sur lesquelles nous disposons cependant de recherches10 qui confirment pour les deux pays la responsabilité italienne dans la répression violente du mouvement de résistance, avec des actions de représailles contre les civils (sans parler de l’implication italienne dans la persécution des Juifs en Russie). Comme on le voit, l’historiographie présente encore un cadre lacunaire, mais duquel émerge – surtout pour les crimes commis en Afrique et dans les Balkans – l’indication d’un phénomène dont les dimensions sont loin d’être négligeables.

  • 11 Sur l’affaire de l’absence de punition des criminels de guerre italiens cf. Pankhurst 1999 ; Focar (...)
  • 12 729 criminels de guerre italiens dénoncés par la Yougoslavie furent inscrits sur les listes de cri (...)
  • 13 Les idées recueillies auprès de l’Internationales Forschungs und Dokumentationszentrum Kriegsverbr (...)
  • 14 On peut citer les cas du lieutenant-colonel Vincenzo Serrentino et du lieutenant Giovanni Ravalli. (...)
  • 15 Il s’agissait de sept personnes (Bigazzi et Zhirnov 2002).

3Comme l’Allemagne et le Japon, l’Italie fut appelée à rendre compte des crimes commis11. Aussi bien l’article 29 du « long armistice », signé le 29 septembre 1943 par le gouvernement monarchique de Badoglio que l’article 45 du traité de paix, signé par l’Italie républicaine le 10 février 1947, avaient imposé au pays de livrer les exécuteurs et les commanditaires des crimes aux nations agressées par l’Italie fasciste qui en avaient demandé l’extradition ; à commencer par la Yougoslavie, qui avait subi durant la Seconde Guerre mondiale les délits les plus nombreux et les plus graves. Environ 750 criminels de guerre italiens furent réclamés par Belgrade12, entre 110 et 180 le furent par la Grèce, 142 par l’Albanie, 30 par la France, 12 par l’Union Soviétique, 10 par l’Éthiopie – qui finalement limita ses prétentions à Pietro Badoglio et à Rodolfo Graziani (Focardi et Klinkhammer 2001 : 526-527). À ceux-ci, il faut ajouter environ 800 militaires italiens (responsables directs et témoins) recherchés par les Anglais et les Américains pour violences et meurtres commis contre leurs propres prisonniers de guerre. Les autorités alliées – surtout les britanniques – organisèrent une série de procès en Italie entre 1945 et 1946, déférant sur le banc des accusés une centaine de militaires italiens, dont certains finirent devant un peloton d’exécution, tel le général Nicola Bellomo13. Cependant, aucun parmi les centaines d’Italiens accusés de crimes contre les civils ne fut jamais livré aux autorités des pays où ils avaient commis leurs méfaits pour y être jugés conformément aux accords internationaux. Seuls quelques malchanceux – arrêtés en Yougoslavie, en Grèce ou en Albanie après l’armistice de septembre 194314, ou tombés entre les mains des Soviétiques après la déroute de l’armée italienne en Russie durant l’hiver 1942/194315 – ont fini par être jugés et ont payé leurs fautes (réelles ou supposées) de leur vie ou de condamnations en détention. Tous les autres – la grande majorité – y échappèrent. L’Italie, en effet, à la différence de ses alliés du Pacte Tripartite qui subirent de nombreux procès pour leurs crimes de guerre, réussit à garantir l’impunité presque totale à ses criminels de guerre en leur évitant l’extradition. Comment cela fut-il possible ?

4Le premier point à souligner concerne le statut international de l’Italie, différent de ceux de l’Allemagne et du Japon. Si d’une part en effet l’Italie se trouva à partir de septembre 1943 dans la situation de puissance ennemie vaincue et soumise à une occupation militaire alliée avec toutes les obligations prévues par l’armistice (dont la remise des criminels de guerre), elle a d’autre part, toujours conservé son gouvernement légitime qui, après la déclaration de guerre à l’Allemagne d’octobre 1943, fut reconnu par les Alliés comme co-belligérant. Une situation hybride donc, qui offrait quelques marges de manœuvre au gouvernement italien. Et en effet, à partir d’octobre-novembre 1943 le gouvernement Badoglio développa une ligne défensive précise en faveur des militaires et civils italiens accusés de crimes de guerre (Focardi 2006 : 137-158). Rappelons que parmi ceux-ci figuraient de brillants personnages de l’establishment militaire resté fidèle au roi Victor Emmanuel III, à commencer par les généraux Vittorio Ambrosio et Mario Roatta, respectivement chef d’état-major des Forces armées et chef d’état-major de l’armée, lesquels – comme ex-commandants de la seconde armée en Yougoslavie – étaient considérés par les Yougoslaves parmi les pires criminels de guerre (Roatta figurait sans aucun doute au premier rang).

5Ce furent surtout le ministre de la Guerre et le ministre des Affaires étrangères, conseillés par leurs chefs de cabinets qui avaient fait carrière durant le fascisme et avaient été directement associés aux politiques d’occupation de Mussolini, qui développèrent une action concertée destinée à éluder la remise des criminels de guerre. Celle-ci se basait sur quelques lignes de fond : 1) la revendication du droit de juger les criminels de guerre devant les tribunaux italiens ; 2) la revendication du caractère humanitaire de l’occupation italienne et des mérites acquis dans la protection des populations civiles, en particulier des juifs ; 3) la distinction nette établie entre le comportement italien et celui plus brutal des ex-alliés allemands, associée à la revendication de la contribution apportée dans la lutte contre l’Allemagne après le 8 septembre 1943 ; 4) la culpabilisation des résistants dans la dérive barbare de la guerre (ce point concerne surtout les résistants communistes yougoslaves).

  • 16 Pour une relecture critique du stéréotype des Italiens comme « sauveurs des juifs » (Rodogno 2003  (...)

6Comme on le voit, l’un des principaux piliers de cette stratégie défensive résidait dans la création et la revendication diplomatique de l’image auto-absolutoire du soi-disant « bon Italien » (Focardi 1996, 2000b ; Focardi et Klinkhammer 2006). Même si elle s’appuyait sur quelques éléments de vérité (comme l’aide apportée aux juifs en diverses circonstances)16, cette stratégie avait pour fonction de masquer un autre aspect de la réalité : celui des Italiens dans le rôle d’agresseurs, d’occupants indésirables, d’oppresseurs et de bourreaux.

7Les deux lignes directrices principales sur lesquelles reposait l’action italienne furent la préparation d’une « contre-documentation » pour répondre aux accusations de crimes de guerre (en premier lieu celles émises par la Yougoslavie, l’accusateur le plus tenace) et la revendication du droit de juger les prévenus de crimes de guerre en Italie.

  • 17 Certains de ces dossiers sont publiés dans Di Sante (2005 : 111-211).
  • 18 Nous disposons de deux listes italiennes de criminels de guerre yougoslaves : l’une concerne 153 p (...)

8Dès le printemps 1944, le ministère des Affaires étrangères, sur indication du secrétaire général Renato Prunas, avait commencé à recueillir de la documentation sur les crimes commis en Italie centro-méridionale par les troupes (la plupart marocaines) appartenant au corps expéditionnaire français, responsables de milliers de viols contre des femmes, mais aussi contre des hommes italiens (Baris 2003). Dans les intentions de Prunas, un tel dossier pouvait devenir utile pour répondre aux accusations de crimes de guerre lancées à l’Italie par de nombreux États étrangers (Documenti Diplomatici Italiani 1992 : 284-285). Quelques mois plus tard, en octobre 1944, ayant appris par les services de renseignement que la Yougoslavie avait commencé à préparer des listes de criminels de guerre italiens, Prunas décida de rassembler une « contre-documentation » ciblée, dont la préparation fut confiée au service secret militaire. Le but principal de la documentation ne fut pas d’établir les éventuelles responsabilités des personnes accusées par la Yougoslavie mais de recueillir des preuves de leur innocence et de retourner les accusations sur les résistants yougoslaves. Au cours des mois suivants, des dossiers sur l’occupation de la Yougoslavie furent préparés par le ministère de la Guerre sur base de la documentation recueillie, que le ministère des Affaires étrangères se chargea d’envoyer aux trois grandes puissances occidentales, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France, dans le but d’en obtenir l’appui politico-diplomatique sur la question de la livraison des criminels de guerre17. Dans ces dossiers, les occupants italiens étaient représentés comme des soldats débonnaires et pacifiques, sollicités à défendre les populations civiles contre les vexations et les violences perpétrées par les résistants communistes et par les rebelles croates. On y affirmait, au mépris de la réalité, que les troupes italiennes n’avaient jamais violé les règles internationales dans leur comportement opérationnel, sauf dans des cas sporadiques où cela s’était produit comme une réaction naturelle aux actes de barbarie perpétrés par les « rebelles communistes », décrits comme de cruels tortionnaires des soldats italiens qui étaient leurs prisonniers. Ces accusations relatives à la période d’occupation 1941-1943 ont été rapidement complétées par une grande masse de documents sur les massacres de civils et militaires italiens commis par des yougoslaves après septembre 1943, et surtout après la fin de la guerre, en mai-juin 1945. Nous nous référons aux massacres dans les Foibe, qui – selon les estimations les plus fiables – concernent environ 5 000 Italiens (Matta 2001). Cette « contre-documentation » fut même utilisée comme arme diplomatique. Elle servit en outre à alimenter une intense campagne de presse contre les crimes yougoslaves, qui connut son apogée au cours de l’année 1946, au moment des discussions sur le traité de paix. Enfin, se basant sur le matériel recueilli, le ministère des Affaires étrangères prépara une « contre-liste » de criminels de guerre yougoslaves qui comprenait environ 200 noms. La tête de liste était le maréchal Tito. Les crimes imputés allaient des sévices jusqu’aux meurtres indiscriminés, du carnage des cadavres au cannibalisme18. Les accusateurs étaient ainsi placés sur le banc des accusés.

9La seconde voie choisie par l’Italie pour s’opposer aux demandes de livraison de ses propres criminels de guerre fut, comme déjà mentionné, la revendication du droit italien à juger les responsables (Focardi 2006 : 146 et suivantes, 2005 : 191-196). Cette prétention, contraire aux dispositions de l’armistice et du traité de paix, s’appuyait sur la revendication des mérites de la co-belligérance et sur une interprétation complaisante de la déclaration sur les criminels de guerre faite par les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Union Soviétique à la conférence de Moscou le 30 octobre 1943 (Cialdea et Vismara 1947 : 17-19). La position italienne avait été définie en 1944 par Giovanni Messe, le nouveau chef d’état-major des Forces armées (remplaçant le général Ambrosio, contraint comme Roatta à la démission à la suite des protestations yougoslaves). Messe observa que si, dans le cas de l’Allemagne, la possibilité de poursuivre tous les responsables de crimes de guerre avait été prévue à Moscou, dans le cas de l’Italie il avait été prévu au contraire de poursuivre seulement « les chefs fascistes et les généraux de l’armée », c’est-à-dire ceux qui avaient donné les ordres, et non les exécuteurs (Focardi 2006 : 147). En second lieu – et c’était le point le plus important – alors que la déclaration de Moscou avait prévu à propos des criminels allemands que ceux-ci seraient ramenés dans les lieux où ils avaient commis leurs crimes pour y être jugés selon les lois locales, elle affirmait simplement que dans le cas des criminels italiens ceux-ci devaient être « arrêtés et livrés à la justice ». L’expression était générique, mais Messe n’avait aucun doute sur sa signification : il fallait l’entendre dans le sens de « justice italienne ». C’est seulement ainsi que s’expliquerait le choix d’une formulation différente pour les Italiens et pour les Allemands. À son avis, la déclaration de Moscou aurait été une prime des Alliés à l’Italie co-belligérante et aurait eu un caractère « modificatif » de l’article 29 de l’armistice.

10La position italienne fut précisée ultérieurement durant l’été 1945 quand furent connues les nouvelles catégories de « crimes contre la paix » et de « crimes contre l’humanité » prévues pour le procès de Nuremberg. Selon les experts juridiques du ministère des Affaires étrangères, la catégorie de « crimes contre l’humanité » ne pouvait être appliquée aux « bons Italiens » ; les « crimes contre la paix » ne pouvaient être reprochés qu’à Mussolini et à ses plus proches collaborateurs, lesquels avaient cependant déjà été punis par le peuple italien (Focardi 2005 : 196). Restaient les criminels de guerre au sens traditionnel du terme, sur lesquels l’Italie prétendait avoir la juridiction exclusive en se basant sur l’interprétation de la déclaration de Moscou de 1943 rappelée supra (en réalité une interprétation détournée puisque les Alliés n’avaient eu aucune intention d’établir en termes juridiques une distinction entre les criminels allemands et les criminels italiens).

  • 19 La tentative se concrétisa surtout à l’automne 1944 dans le cadre de la politique d’épuration du H (...)
  • 20 Le parti communiste revendiqua occasionnellement dans la presse la nécessité d’extrader les crimin (...)

11Il est important de souligner que cette ligne défensive fut partagée par tous les gouvernements qui dirigèrent le pays après l’armistice. Il y eut en effet une convergence de fond entre les différentes forces politiques, de la monarchie aux partis antifascistes modérés jusqu’à la gauche antifasciste – communistes, socialistes, azionisti – (Focardi 2002, 2006 : 166-176). Il y eut naturellement des positions différentes au sein de ce front : tandis que la monarchie, l’armée, l’appareil du ministère des Affaires étrangères, la démocratie chrétienne et le parti libéral visaient à garantir l’impunité aux accusés, les formations de gauche s’efforçaient au contraire – sans succès – d’amener effectivement sur le banc des accusés les responsables des crimes de guerre, en particulier les responsables civils et militaires impliqués dans les occupations19. Le résultat en fut cependant l’hostilité à l’égard d’une extradition des accusés, laquelle fut combattue par tous les moyens20.

  • 21 Trente-quatre personnes étaient accusées de crimes commis en Yougoslavie, une seule – le général G (...)
  • 22 Nous devons au journaliste Franco Giustolisi la découverte du jugement du Tribunal militaire suprê (...)
  • 23 Cf. Archives de la Chambre des Députés, Actes de la « Commissionne parlamentare d’inchiesta sulle (...)
  • 24 En mars 2008, l’ex-procureur militaire de Padoue, Sergio Dini, a officiellement demandé au Conseil (...)

12Pour démontrer le sérieux de la proposition de rendre justice « à domicile », une commission d’enquête fut instituée en mai 1946 auprès du ministère de la Guerre avec pour mission d’établir les responsabilités des militaires et civils italiens accusés de crimes de guerre et de déférer les éventuels coupables devant la justice militaire afin qu’ils fussent jugés selon le droit italien (Focardi et Klinkhammer 2001). La commission se révéla être en réalité un excellent instrument pour renvoyer sine die la livraison des criminels de guerre et pour préparer leur sauvetage complet. Étant entendu que, malgré son parti pris pour l’innocence, la commission déféra une quarantaine de personnes à la justice militaire, contre lesquelles de nombreuses preuves de culpabilité étaient déposées21. Parmi ces personnes figuraient les chefs de l’armée et de l’administration fascistes en Yougoslavie, tels Mario Roatta, Mario Robotti et Alessandro Pirzio Biroli – généraux –, Emilio Grazioli – déjà Haut commissaire de la province de Ljubljana – ou Francesco Giunta et Giuseppe Bastianini – ex-gouverneurs de la Dalmatie. De 1946 à 1947, le ministère des Affaires étrangères, dirigé par deux figures d’antifascistes irréprochables comme Pietro Nenni et Carlo Sforza, demanda l’ouverture des procès. Puis en 1948, après l’éviction des formations de gauche du gouvernement (mai 1947) et dans le climat naissant de la guerre froide, le ministère des Affaires étrangères finit par s’aligner sur la position du ministère de la Défense et du procureur général militaire, décidés à différer indéfiniment l’ouverture des procédures judiciaires. Le gouvernement De Gasperi avalisa pleinement cette décision (Focardi 2005 : 206). Après la rupture entre Staline et Tito, en juin 1948, la Yougoslavie, privée de l’appui soviétique, renonça à demander la livraison des criminels de guerre italiens. Et les autres pays firent de même. Seule l’Éthiopie fit une ultime tentative infructueuse en 1949 pour réclamer la livraison du maréchal Badoglio et du général Graziani (Focardi 2005 : 210). De son côté, l’Italie évita de poursuivre les criminels de guerre déférés à la justice militaire par la commission d’enquête – comme elle aurait dû le faire selon la loi – (Focardi 2005 : 208-214). En juillet 1951, la magistrature militaire classa toutes les instructions en recourant à une astuce juridique basée sur le manque de réciprocité de la partie yougoslave : en bref, comme Belgrade ne poursuivait pas les responsables des crimes des Foibe, Rome en faisait autant avec ses citoyens responsables de crimes de guerre en Yougoslavie (Focardi 2005 : 213-214)22. Enfin, en novembre 1952, le gouvernement grec fit une démarche pour régler définitivement la question des criminels de guerre. Athènes transmit aux autorités italiennes 19 plaintes pour crimes de guerre qui concernaient environ cinquante militaires italiens, avec la proposition que l’Italie procède à l’organisation des procès devant ses tribunaux compétents. Les jugements, quel qu’en ait pu être le verdict, seraient reconnus comme valides par la Grèce. Pourtant, le ministère des Affaires étrangères refusa d’accepter la proposition23. Aucune procédure ne fut donc engagée à l’encontre des cinquante présumés criminels de guerre italiens signalés par les autorités grecques, qui les avaient sélectionnés parmi les responsables des pires crimes commis durant l’Occupation24.

  • 25 Il manque encore une reconstitution définitive du rôle joué par les États-Unis et par la Grande-Br (...)
  • 26 Je me réfère par exemple au fameux, et par ailleurs méritoire, documentaire Fascist Legacy, réalis (...)

13En conclusion, il est important de mentionner le rôle joué par la Grande-Bretagne et les États-Unis (Pedaliu 2004 ; Focardi 2006 : 159-166)25. Du fait de leur présence en Italie, les deux puissances étaient en effet les seules en mesure d’assurer l’arrestation et l’extradition des criminels de guerre italiens. Le gouvernement britannique fit preuve d’un fort intérêt à protéger la position de Badoglio et celle de quelques officiers supérieurs des forces armées restés au côté du roi, engagés dans la lutte contre l’Allemagne (parmi ceux-ci le chef d’état-major de l’armée Paolo Berardi et le général Taddeo Orlando, d’abord ministre de la Guerre puis commandant du corps des carabiniers). Contrairement à une conviction journalistique répandue26, Londres était pourtant décidée à poursuivre les autres criminels de guerre italiens, que ce soient les responsables de crimes commis aux dépens des prisonniers alliés – qu’elle traqua effectivement –, ou qu’il s’agisse des responsables de crimes contre les civils (à l’exclusion de Badoglio et de son entourage). La politique dite d’« accomplissement » des engagements pris en la matière avec la Yougoslavie et les autres pays victimes de l’Axe se renforça après la victoire travailliste de juillet 1945 (Pedaliu 2004 : 510-511). L’opinion publique britannique exerça aussi une forte pression afin que les criminels de guerre italiens soient livrés à la justice.

14Si cela ne s’est pas produit, ce fut surtout à cause de l’opposition américaine (Pedaliu 2004 : 511 et suivantes). Celle-ci apparut après l’occupation yougoslave temporaire de Trieste et de la Vénétie-Julienne en mai-juin 1945, qui provoqua un raidissement de Washington envers Tito, perçu comme un dangereux pion de Moscou. Depuis lors, les États-Unis appuyèrent de fait la ligne italienne de résistance passive face aux requêtes d’extradition des criminels de guerre. La position américaine rendait vaine toute possibilité concrète des autorités alliées en Italie de poursuivre les criminels de guerre italiens. Dès octobre-novembre 1945, le ministère de la Guerre britannique se rallia à la position américaine, craignant moins pour le sort de quelques officiers supérieurs italiens, réclamés par Belgrade comme présumés criminels de guerre, sur lesquels la Grande-Bretagne comptait pour la reconstitution des forces armées italiennes, que pour les garanties qu’ils apportaient dans une optique anticommuniste (Pedaliu 2004 : 515). Jusqu’à l’été 1946 on observa un bras de fer entre le Foreign Office, dirigé par Ernest Bevin, favorable à la punition des criminels de guerre italiens et le War Office, qui y était en revanche opposé. Ce fut le point de vue de ce dernier qui prévalut. Donc, Londres s’aligna finalement sur Washington en faveur d’une politique « de stalle » sur la question des criminels italiens qui facilita les intentions du gouvernement de Rome de se soustraire à l’obligation d’extradition des accusés (Pedaliu 2004 : 526). En octobre 1946, les gouvernements anglais et américain remirent la question de la livraison des criminels de guerre italiens entre les mains des intéressés directs, l’Italie et la Yougoslavie. Washington (en août 1947), puis Londres (en avril 1948) reconnurent successivement le droit à l’Italie de juger les criminels de guerre, renonçant ainsi unilatéralement à l’application de l’article 45 du traité de paix.

  • 27 Cette vague de recherches se situe dans la continuité de la voie ouverte dans les années 1960 et 1 (...)
  • 28 Pour une tentative de réaction, sur le plan culturel, des milieux militaires, voir l’essai de Fili (...)

15L’absence d’une action judiciaire qui établisse les crimes commis durant les occupations fascistes et en punisse les responsables – en somme l’absence de ce que nous pourrions appeler un « Nuremberg italien » – a eu de profonds effets sur la mémoire nationale de la guerre, permettant l’assertion de l’image partiale et auto-absolutoire du soldat italien humain et débonnaire. Cela a servi à cacher le visage des Italiens envahisseurs et oppresseurs, responsables d’actes de violences sur des milliers de personnes, des milliers de victimes à qui justice n’a jamais été rendue. Ce n’est qu’au cours de ces dernières années qu’une nouvelle vague d’études27 met en lumière le « côté obscur » des occupations italiennes, rompant ainsi le mur de silence édifié jusqu’alors dans l’intérêt des institutions du pays28, gardiennes du mythe commode du « bon italien ».

Bibliographie

Bibliographie

Asserate, Asfa-Wossen et Mattioli, Aram (eds), 2006. Der erste faschistische Vernichtungskrieg. Die italienische Agression gegen Äthiopien 1935-1941. Köln, SH-Verlag.

Baris, Tommaso, 2003. Tra due fuochi. Esperienza e memoria della guerra lungo la linea Gustav. Roma-Bari, Laterza.

Beuttler, Ulrich, 2004. « Über den Dokumentarfilm “Fascist Legacy” von Ken Kirby. Ein Betrag zur längst fällingen Diskussion über italienischen Kriegsverbrechen », Storia e Regione, a. XIII, 2 : 175-188.

Bigazzi, Francesco ; Zhirnov, Evgenij, 2002. Gli ultimi 28. La storia incredibile dei prigionieri italiani dimenticati in Russia. Milano, Mondadori.

Brogini Künzi, Giulia, 2006. Italien und der Abessinienkrieg 1935-36 : Kolonialkrieg oder Totaler Krieg ?. Paderborn, Schöningh.

Bovio, O., 1987. « Il generale Nicola Bellomo », Studi storico militari : 363-428.

Burgwyn, H. James, 2006 (édition originale 2005). L’impero sull’Adriatico. Mussolini e la conquista della Jugoslavia 1941-1943. Gorizia, LEG.

Capogreco, Carlo S., 2001. « Una storia rimossa dell’Italia fascista. L’internamento dei civili jugoslavi (1941-1943) », Studi storici, a. XLII, 1, janvier-mars.

Cappellano, Filippo, 2008. « Un dibattito venuto dal passato. Le truppe italiane e la questione dei crimini di guerra (Jugoslavia, Albania, Grecia, Russia). Nuove scoperte e vecchie testimonianze », I Quaderni della Rivista Aeronautica, a. III, 3 : 1-24.

Cialdea, Basilio ; Vismara, Maria, 1947. Documenti della pace italiana. Roma, Edizioni Politica estera.

Collotti, Enzo, 1997. « Sulla politica di repressionne italiana nei Balcani », in L. Paggi, La memoria del nazismo nell’Europa di oggi. Firenze, La Nuova Italia : 181-208.

— 2002. L’Europa nazista. Il progetto di nuovo ordine europeo (1939-1945). Firenze, Giunti.

Conti, Davide, 2008. L’occupazione italiana dei Balcani. Crimini di guerra e mito della « brava gente » (1940-1943). Roma, Odradek.

— 2011. Criminali di guerra italiani. Accuse, processi e impunità nel secondo dopoguerra. Roma, Odradek.

Cuzzi, Marco, 1998. L’occupazione italiana della Slovenia (1941-1943). Roma, Ufficio storico dello Stato maggiore dell’Esercito.

Del Boca, Angelo, 1992. L’Africa nella coscienza degli Italiani. Roma-Bari, Laterza.

— 1996. I gas di Mussolini. Il fascismo e la guerra di Etiopia. Roma, Editori Riuniti (avec des contributions d’Angelo Del Boca, Giorgio Rochat, Ferdinando Pedriali et Roberto Gentili).

— 2005. Italiani brava gente ? Un mito duro a morire. Vicenza, Neri Pozza.

Di Sante, Costantino, 2005. Italiani senza onore. I crimini in Jugoslavia e i processi negati (1941-1951). Verona, Ombre corte.

Documenti Diplomatici Italiani, 1992. Decima serie, I, Roma, Istituto poligrafico e Zecca dello Stato, doc. 232 : 284-285.

Dominioni, Matteo, 2003. « La repressionne italiana nella regione di Bahar Dar », Studi Piacentini, 33 : 159-170.

— 2006. « La repressionne di ribellismo e dissentismo in Etiopia, 1936-1941 », in L. Borgomaneri (ed.), Crimini di guerra. Il mito del bravo italiano tra repressionne del ribellismo e guerra ai civili nei territori occupati. Milano, Guerini : 15-32.

— 2008a. « Il sistema di occupazione politico-militare dell’Etiopia », in Istituto romano per la storia d’Italia dal fascismo alla Resistenza, Politiche di occupazione dell’Italia fascista, Annale Irsifar. Milano, Angeli.

— 2008b. Lo sfascio dell’impero. Gli Italiani in Etiopia 1936-1941. Roma-Bari, Laterza.

Etmektsoglou, Gabriella, 1997. « Gli Alleati dissonanti. L’Asse e i costi dell’occupazione della Grecia », Italia Contemporanea, 209-210, décembre 1997-mars 1998 : 109-142.

Emprin, Gil, 2006. « L’esercito italiano in Francia : una occupazione paradossale », in L. Borgomaneri (ed.), Crimini di guerra. Il mito del bravo italiano tra repressione del ribellismo e guerra ai civili nei territori occupati. Milano, Guerini : 75-86.

Fabre, Giorgio, 1992. « Come trucidavamo », Panorama, 12 avril : 114-117.

Ferenc, Tone, 1999. « Si ammazza troppo poco ». Condannati a morte-Ostaggi-Passati per le armi nella Provincia di Lubiana 1941-1943. Ljubljana, Narodna in univerzitetna knjižnica.

Fiori, Simonetta, 1992. « Quel libro non si stampi ! », La Repubblica, 17 avril.

Focardi, Filippo, 1996. « “Bravo italiano”‘ e “cattivo tedesco” : riflessioni sulla genesi di due immagini incrociate », Storia e Memoria, a. V, 1, premier semestre : 55-83.

— 2000a. « La questione della punizione dei criminali di guerra in Italia dopo la fine del secondo conflitto mondiale », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 80 : 543-624.

— 2000b. « La memoria della guerra e il mito del “bravo italiano” : origine e affermazione di un autoritratto collettivo », Italia Contemporanea, 220-221, septembre-décembre : 393-399.

— 2002. « L’Italia fascista come potenza occupante nel giudizio dell’opinione pubblica italiana : la questione dei criminali di guerra (1943-1948) », Qualestoria, 1, juin : 157-183.

— 2005. « I mancati processi ai criminali di guerra italiani », in L. Baldissara et P. Pezzino, Giudicare e punire. I processi per crimini di guerra fra diritto e politica. Napoli, L’ancora del Mediterraneo : 185-214.

— 2006. « Criminali impuniti. Cause e responsabilità della mancata Norimberga italiana », in L. Borgomaneri (ed.), Crimini di guerra. Milano, Guerini e Associati : 133-178.

— 2007. « Italien als Besatzungsmacht auf dem Balkan : Der Umgang mit Kriegserinnerung und Kriegsverbrechen », in J. Echternkamp et S. Martens, Der Zweite Weltkrieg in Europa. Erfahrung und Erinnerung. Paderborn/München/Wien/Zürich, Schöningh : 163-174.

Focardi, Filippo ; Klinkhammer, Lutz, 2001. « La questione dei “criminali di guerra” italiani e una Commissione di inchiesta dimenticata », Contemporanea, a. IV, 3, juillet : 497-528.

— 2006. « La difficile transizione : l’Italia e il peso del passato », in F. Romero et A. Varsori, Nazione, interdependenza, integrazione. Le relazioni internazionali dell’Italia (1917-1989). Roma, Carocci : 113-129.

— 2008. « Italia potenza occupante : una nuova frontiera storiografica », in Istituto romano per la storia d’Italia dal fascismo alla Resistenza, Politiche di occupazione dell’Italia facista : 21-27.

Giustolisi, Franco, 2008a. « Armadio della vergogna 2, arrivano le prime prove. La documentazione nel palazzo dove fu occultato per 60 anni il primo », Il manifesto, 12 août.

— 2008b. « L’armadio della vergogna 2 », Il manifesto, 27 juin.

Kersevan, Alessandra, 2008. Lager italiani. Pulizia etnica e campi di concentramento fascisti per civili jugoslavi 1941-1943. Roma, Nutrimenti.

Kochavi, Arieh J., 1998. Prelude to Nuremberg. Allied War Crimes Policy and the Question of Punishment. Berkeley, The University of North Carolina Press.

Labanca, Nicolas, 2004. « Colonial Rule, Colonial Repression and War Crimes in the Italian Colonies », Journal of Modern Italian Studies, 9, 3 : 300-313.

Mantelli, Brunello, 2000. « Die italiener auf dem Balkan 1941-1943 », in C. Dipper, L. Klinkhammer et A. Nützenadel, Europäische Sozialgeschichte Festschrift für Wolfgang Schieder zum 65. Geburstag. Berlin, Duncker & Humblot : 57-74.

— 2002a. « L’Italia fascista potenza occupante : lo scacchiere balcanico », numéro monographique de la revue Qualestoria, a. XXX, 1, juin.

— 2002b. « Gli Italiani nei Balcani 1941-1943 : occupazione militare, politiche persecutorie e crimini di guerra, » in B. Mantelli, L’Italia fascista potenza occupante : lo scacchiere balcanico, numéro monographique de la revue Qualestoria, a. XXX, 1, juin.

Matta, Tristano, 2001. « Foibe », in E. Collotti, R. Sandri et F. Sessi (eds), Dizionario della Resistenza, II, Luoghi, formazioni, protagonisti. Torino, Einaudi : 377-380.

Mattioli, Aram, 2005. Experimentierfeld der Gewalt. Der Abessinienkrieg und seine internationale Bedeutung 1935-1941. Zurich, Orell Füssli Verlag.

Mazower, Mark, 2001 (1ère édition 1993). Inside Hitler’s Greece. New Haven and London, Yale Nota Bene/Yale University Press.

Oliva, Gianni, 2006. « Si ammazza troppo poco ». I crimini di guerra italiani 1940-43. Milano, Mondadori.

Pankhurst, Richard, 1999. « Italian Fascist War Crimes in Ethiopia : a History of their Discussion, from the League of Nations to the United Nations (1936-1949) », Northeast African Studies, a. VI, 1-2 : 83-140.

Pedaliu, Effie G. H., 2004. « Britain and the “Hand-over” of Italian War Criminals to Yugoslavia, 1945-48 », Journal of Contemporary History, 39, 4 : 503-529.

Rodogno, Davide, 2003. Il nuovo ordine mediterraneo. Le politiche di occupazione dell’Italia fascista in Europa (1940-1943). Torino, Bollatti Boringhieri.

Santarelli, Lidia, 2002. « Fra coabitazione e conflitto : invasione italiana e popolazione civile nella Grecia occupata (primavera-estate 1941) », Qualestoria, a. XXX, 1, juin : 143-155.

— 2004a. « La violenza taciuta. I crimini degli italiani nella Grecia occupata », in L. Baldissara et P. Pezzino, Crimini e memorie di guerra. Violenze contro le popolazioni e politiche del ricordo. Napoli, L’ancora del Mediterraneo : 271-291.

— 2004b. « Muted violence : Italian War Crimes in Occupied Greece », Journal of Modern Italian Studies, 9, 3 : 280-299.

Schlemmer, Thomas, 2005. Die Italiener an der Ostfront. Dokumente zu Mussolinis Krieg gegen die Sowjetunion. München, Oldenbourg.

— 2009. Invasori, non vittime : la campagna italiana in Russia. Roma-Bari, Laterza.

Villari, Giovanni, 2002. « L’Albania tra protettorato e occupazione (1935-1943) », in B. Mantelli, L’Italia fascista potenza occupante : lo scacchiere balcanico, numéro monographique de la revue Qualestoria, a. XXX, 1, juin : 117-127.

Notes

1 Nous n’aborderons pas les crimes de guerre commis par l’Italie libérale, comme ceux qui ont été perpétrés en Érythrée ou au moment de la conquête de la Libye.

2 Sur les crimes italiens en Éthiopie cf. Del Boca 1996 ; Dominioni 2003, 2006, 2008a. Ces dernières années, les historiographies suisse et allemande ont insisté sur le caractère de « guerre totale » et de « guerre d’anéantissement » de l’occupation italienne de l’Éthiopie (Mattioli 2005 ; Asserate, Mattioli 2006 ; Brogini Künzi 2006).

3 Pour une évaluation des violences italiennes dans les Balkans (Yougoslavie, Albanie et Grèce) cf. en général Collotti 1997, 2002 : 257-292 ; Conti 2008 ; Mantelli 2002a, 2002b ; Rodogno 2003. Sur le thème du châtiment des criminels de guerre et celui de la mémoire de l’Occupation, voir Focardi 2007. S’agissant en particulier de la Yougoslavie, cf. Burgwyn 2006 : 123 et suivantes ; Kersevan 2008. Comme ouvrage de synthèse de large diffusion cf. Oliva 2006.

4 Sur l’occupation italienne de la France cf. Rodogno 2003 : 260-277, 303-312, 392-396, 467-476 ; Emprin 2006.

5 Le chiffre comprend toutes les victimes entre 1911 et 1943, la plupart concernant de toute façon la période de la « reconquête » fasciste du territoire (Del Boca 1992 : 113).

6 À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement éthiopien accusa l’Italie d’avoir été responsable de la mort d’environ 750 000 personnes, dont 275 000 durant la guerre d’agression de 1935-1936. Dominioni cite un document provenant du ministère de l’Afrique Italienne qui évalue les pertes éthiopiennes durant la période suivant la conquête (mai 1936-juin 1940) à 76 906 morts, 4 437 blessés et 2 847 prisonniers. Ces chiffres résultent de la collecte des informations journalières reçues par les autorités italiennes, mais ne tiennent pas compte des signalements génériques concernant des groupes d’ennemis tués sans davantage de précision numérique. Enfin, les chiffres mentionnés concernent uniquement les pertes au combat et non celles qui ont été provoquées par les privations à la suite de la destruction des villages et des champs ou du prélèvement du bétail.

7 Grâce aux recherches menées à New York dans les fonds de la Commission des Nations Unies pour les crimes de guerre, active de 1943 à 1948, Palumbo avait réalisé une monographie sur les crimes de guerre italiens, qui devait donner lieu en 1992 à l’annonce anticipée de la sortie du livre chez Rizzoli sous le titre L’Olocausto rimosso. Toutefois, suite aux polémiques provoquées par des annonces de presse, la maison d’édition décida de ne pas publier le livre. À la lecture des épreuves du volume que j’ai eu l’occasion d’effectuer il y a quelques années, j’ai acquis la conviction d’un usage scientifiquement non rigoureux du matériel pourtant important rassemblé par l’auteur. Sur cette affaire, cf. Fabre 1992 ; Fiori 1992.

8 Dont une grande part due à la famine qui a frappé le pays après l’occupation italienne, allemande et bulgare (Etmektsoglou 1997 ; Mazower 2001 : 23-64).

9 Il convient d’ajouter à ces chiffres les nombreux résistants morts au combat.

10 Nous nous référons respectivement à celle que vient de terminer Thomas Schlemmer (2005) et à celle en cours d’achèvement de Giovanni Villari (2002 : 117-127).

11 Sur l’affaire de l’absence de punition des criminels de guerre italiens cf. Pankhurst 1999 ; Focardi 2000a ; Focardi, Klinkhammer 2001 ; Focardi 2005 ; Di Sante 2005 ; Pedaliu 2004 ; Focardi 2006, Conti 2011.

12 729 criminels de guerre italiens dénoncés par la Yougoslavie furent inscrits sur les listes de criminels de guerre établies par la Commission des Nations Unies pour les crimes de guerre de Londres. Belgrade demanda par la suite directement à l’Italie, au moyen de notes diplomatiques, la remise de 45 criminels de guerre, déjà inscrits pour la plupart sur les listes de la UNWCC (United Nations War Crimes Commission). Rappelons que cette commission fut constituée à Londres en octobre 1943 afin d’établir les accusations et de dresser les listes des criminels de guerre. Dix-sept États y avaient adhéré (États-Unis d’Amérique, Australie, Canada, Belgique, Grande-Bretagne, Chine, Tchécoslovaquie, France, Danemark, Grèce, Norvège, Inde, Luxembourg, Hollande, Nouvelle-Zélande, Pologne et Yougoslavie). L’URSS ne participa pas directement à cet organisme, préférant les accords directs avec les grandes puissances alliées, comme celui qui fut paraphé à la Conférence de Moscou en octobre 1943 (Kochavi 1998).

13 Les idées recueillies auprès de l’Internationales Forschungs und Dokumentationszentrum Kriegsverbrecherprozesse de Marburg, aimablement mises à ma disposition par Wolfgang Form, permettent d’établir que 96 Italiens ont subi un procès et qu’au total quatre condamnations capitales ont été exécutées contre des criminels de guerre italiens par les Britanniques. Une étude complète sur les procès conduits en Italie par des tribunaux alliés, britanniques et américains, contre des militaires italiens accusés de crimes de guerre fait défaut. Sur le cas Bellomo, le seul étudié jusqu’à présent est celui de Bovio (1987). On trouve des indications sur les criminels de guerre italiens condamnés par des tribunaux britanniques dans Focardi 2005 : 211-212.

14 On peut citer les cas du lieutenant-colonel Vincenzo Serrentino et du lieutenant Giovanni Ravalli. Serrentino avait fait partie du tribunal extraordinaire de Sebenico. Arrêté après le 8 septembre par les Yougoslaves, il fut jugé pour crimes de guerre, condamné à mort et fusillé. Ravalli fut en revanche condamné à perpétuité pour crimes de guerre par le tribunal d’Athènes en 1946, mais à la suite d’une intervention du gouvernement De Gasperi, il réussit à obtenir une mesure de grâce et à revenir en Italie en 1950, où il mena une brillante carrière de préfet (Focardi 2006 : 158).

15 Il s’agissait de sept personnes (Bigazzi et Zhirnov 2002).

16 Pour une relecture critique du stéréotype des Italiens comme « sauveurs des juifs » (Rodogno 2003 : 432-484).

17 Certains de ces dossiers sont publiés dans Di Sante (2005 : 111-211).

18 Nous disposons de deux listes italiennes de criminels de guerre yougoslaves : l’une concerne 153 personnes, dont 37 ne sont pas identifiées ; une seconde contient en revanche 83 noms, en partie déjà présents sur la première liste (Focardi 2006 : 144-145).

19 La tentative se concrétisa surtout à l’automne 1944 dans le cadre de la politique d’épuration du Haut commissariat pour les sanctions contre le fascisme dirigé par Carlo Sforza. Sur les raisons de l’échec (Focardi 2002 : 159-161).

20 Le parti communiste revendiqua occasionnellement dans la presse la nécessité d’extrader les criminels de guerre italiens. Comme les autres cependant, il œuvra dans les institutions pour en éviter la livraison (Focardi 2006 : 166-176).

21 Trente-quatre personnes étaient accusées de crimes commis en Yougoslavie, une seule – le général Gherardo Magaldi – pour crimes commis en Grèce. On y trouvait également sept militaires italiens accusés de crimes contre des soldats britanniques, insérés dans la liste sur pression de la Grande-Bretagne qui avait remis aux autorités italiennes les dossiers respectifs des enquêtes déjà conduites par la justice militaire anglaise. Cf. le rapport final sur l’activité de la « Commission d’Enquête sur les criminels de guerre italiens selon certains États étrangers », datée du 30 juin 1951, signée par le président de la commission, le sénateur Luigi Gasparotto. Le document se trouve aux archives de la chambre des députés, dans les actes de la « Commission d’enquête parlementaire sur les causes de la dissimulation de dossiers relatifs à des crimes nazi-fascistes », doc. 94/1, 57-62.

22 Nous devons au journaliste Franco Giustolisi la découverte du jugement du Tribunal militaire suprême de Rome, rendu le 30 juillet 1951, qui affirmait la non-punissabilité des accusés « par manque de parité en matière de tutelle pénale de la part de l’État ennemi » (Giustolisi 2008a).

23 Cf. Archives de la Chambre des Députés, Actes de la « Commissionne parlamentare d’inchiesta sulle cause dell’occultamento di fascicoli relativi a crimini nazifascisti », doc. 94/1, 73-86.

24 En mars 2008, l’ex-procureur militaire de Padoue, Sergio Dini, a officiellement demandé au Conseil de la magistrature militaire d’enquêter sur les motifs du non-déroulement des procès contre les criminels de guerre italiens, y compris ceux qui avaient été réclamés par la Grèce (Giustolisi 2008b).

25 Il manque encore une reconstitution définitive du rôle joué par les États-Unis et par la Grande-Bretagne. En effet, les archives américaines ne sont pas encore exploitées.

26 Je me réfère par exemple au fameux, et par ailleurs méritoire, documentaire Fascist Legacy, réalisé par Ken Kirby avec le concours de Michael Palumbo, diffusé à l’antenne en 1989 par la BBC anglaise, qui a immédiatement entraîné une protestation diplomatique italienne. Ce documentaire fut acheté par la RAI mais jamais diffusé par la télévision d’État (Beuttler 2004).

27 Cette vague de recherches se situe dans la continuité de la voie ouverte dans les années 1960 et 1970 par des chercheurs comme Angelo Del Boca, Teodoro Sala, Enzo Collotti, Giorgio Rochat (Focardi et Klinkhammer 2008 : 21-27).

28 Pour une tentative de réaction, sur le plan culturel, des milieux militaires, voir l’essai de Filippo Cappellano (Cappellano 2008 : 1-24). L’ouvrage a la prétention de proposer une analyse rigoureuse de la question des crimes de guerre italiens durant le second conflit mondial, opposée aux reconstitutions « partiales » de l’historiographie la plus récente, accusée d’un présumé « a priori idéologique ». En réalité, l’essai ne fait que reproposer le point de vue élaboré dans l’immédiat après-guerre par les autorités militaires italiennes dans un but d’auto-absolution. Il se base sur la documentation déposée aux Archives du Bureau historique de l’état-major de l’armée à Rome (surtout le fonds H-8), qui est inaccessible aux chercheurs depuis plus de trois ans, parce qu’officiellement en réorganisation.

Auteur

Chercheur et professeur agrégé d'histoire contemporaine au Département de sciences politiques, droit et études internationales de l'Université de Padoue (Dipartimento di scienze politiche, giuridiche e studi internazionali, Università di Padova). Ses principaux domaines de recherche sont : la mémoire de la Deuxième Guerre mondiale, du fascisme et de la Résistance en Italie ; les politiques de la mémoire en Europe après 1989 ; le châtiment des criminels de guerre allemands et italiens ; l'indemnisation des victimes du national-socialisme en Italie ; les relations politiques et culturelles entre l'Allemagne et l'Italie depuis le XIXe siècle, avec une attention particulière à leurs perceptions réciproques. Parmi ses principales publications : La guerra della memoria. La Resistenza nel dibattito politico italiano dal 1945 a oggi, Roma-Bari, Laterza, 2005 ; Criminali di guerra in libertà. Un accordo segreto tra Italia e Repubblica federale tedesca, 1949-1955, Rome, Carocci, 2008, Il cattivo tedesco e il bravo italiano. La rimozione delle colpe della Seconda Guerra mondiale, Rome-Bari, Laterza, 2013. Avec G. Contini et M. Petricioli il a dirigé le volume, Memoria e Rimozione. I crimini di guerra del Giappone e dell’Italia, Rome, Viella, 2010

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search