Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Justices militaires et guerres mondiales

 | 
Jean-Marc Berlière
, 
Jonas Campion
, 
Luigi Lacchè
, 
et al.

Crimes des officiers italiens et condamnations infligées pendant la Première Guerre mondiale1

Bruna Bianchi

Texte intégral

1. Sentences et condamnations

  • 1 Cette intervention expose les résultats d’une recherche en cours depuis quelques années (Bianchi 2 (...)
  • 2 Le volume de l’ouvrage de Mortara porte la mention « Réservé. Brouillons d’imprimerie ». J’ai util (...)

1Durant la Première Guerre mondiale, un profond mécontentement contre la conduite de la guerre, ainsi qu’un malaise par rapport à leur propre rôle se répandit parmi les officiers, en particulier ceux de réserve. Les données dont nous disposons sur la justice militaire ne le reflètent pas pleinement (Mortara2 1927). Dans l’ensemble, en effet, le nombre des procès concernant les officiers paraît très modeste (2 680) comparé au nombre des procès de soldats (289 343). Si 6 % des soldats furent soumis à un procès pénal, seulement 1,3 % de tous les officiers mobilisés au cours du conflit comparurent devant les juges. De plus, pour les soldats, le pourcentage des condamnés sur la totalité des jugés fut de 68 %, alors que le pourcentage concernant les officiers fut tout juste supérieur à 35 % (voir le tableau 1).

  • 3 ACS, Tribunale supremo (TS), atti diversi (AD), processi ufficiali (PU).

2À la différence des données statistiques touchant les soldats, celles qui concernent les officiers ne donnent aucune information sur les condamnations. Sur ce point, j’ai consulté le fonds d’archives dans lequel sont conservés les dossiers des procès d’officiers3. L’analyse de ces dossiers révèle d’abord que le nombre inférieur de déférés s’explique par la réticence des commandements à recourir à la dénonciation ; en effet, même des manquements d’une certaine gravité se terminèrent par un simple rappel disciplinaire.

3Ainsi, la documentation des procès pour désertion à l’intérieur – crime le plus répandu chez les officiers – est particulièrement intéressante. Pendant les interrogatoires, les accusés et leurs supérieurs déclarèrent fréquemment que de brefs éloignements pour raisons familiales étaient habituels et constituaient une pratique autorisée, ou tout au plus punie d’un reproche. Il y eut même des cas où les juges déplorèrent ouvertement le zèle excessif à dénoncer des officiers pour leurs brèves absences. Afin de nier le crime, on invoqua la raison valable, la bonne foi, l’intention de revenir, les qualités personnelles et la condition sociale. Dans le cas des officiers, les juges ne se conformèrent donc pas rigoureusement aux prescriptions de la norme du Code de justice militaire, qui définissait le crime de désertion comme un crime formel, où l’intentionnalité devait être considérée comme inhérente au fait accompli.

4Tandis qu’à l’égard des soldats, la tendance prédominante des collèges de juges fut d’inspirer le sentiment d’inéluctabilité de la punition – à l’égard des officiers, le souci le plus important fut de minimiser et d’occulter les faits, en particulier les manquements individuels et les infractions à la discipline qui n’impliquaient pas les soldats. Cette tendance fut commune à la plupart des tribunaux, d’une façon plus ou moins accentuée, tout au long du conflit et pour la majorité des crimes. L’expédient le plus répandu pour atténuer les responsabilités des officiers fut d’alléguer la débilité mentale, ou la débilité mentale partielle. Les conseillers psychiatriques considérèrent les souffrances dues à la guerre, les privations, la tension continuelle de la vie dans les tranchées comme des conditions beaucoup plus épuisantes pour les officiers que pour les simples soldats, à cause de leur niveau de culture plus élevé, d’une plus grande sensibilité que les simples soldats, et du plus grand poids de responsabilités qu’ils devaient assumer. Ainsi, de nombreux officiers accusés de désertion en présence de l’ennemi ou d’abandon de commandement furent acquittés à l’issue du procès, ou obtinrent des peines fortement réduites.

5Le dépouillement des dossiers de procès révèle qu’à 67 % des officiers condamnés pour abandon du commandement, reddition ou débandade – crimes les plus graves, et qui relèvent de la condamnation à mort –, on infligea des peines qui n’allèrent pas au-delà des 7 ans de détention. En outre, c’étaient principalement des officiers inférieurs qui étaient déférés devant les tribunaux militaires ; en effet, 78 % des individus jugés étaient titulaires d’un grade militaire inférieur à celui de capitaine.

  • 4 En France, les exécutions furent au nombre de 2, en 1914, et en Grande-Bretagne au nombre de 3 (Of (...)

6Pourtant, il ne faut pas oublier que certains officiers furent victimes d’exécutions sommaires et abattus par les pelotons d’exécution. Les condamnations à mort d’officiers représentent 3 des condamnations à mort exécutées dont il reste des traces dans la documentation judiciaire (sur 20 condamnations à la fusillade prescrites au cours du conflit). Cette quantité à première vue négligeable est cependant proportionnellement plus élevée que celle que l’on peut relever dans les armées alliées, compte tenu du nombre beaucoup plus élevé des mobilisés4.

7De plus, il est significatif que ceux qui furent fusillés appartenaient au grade le plus bas du corps des officiers : c’étaient de très jeunes aspirants, dont l’un avait à peine 19 ans. Les exécutions, qui eurent lieu entre octobre et novembre 1917, étaient destinées à faire croire que la justice militaire, dans les moments les plus difficiles pour l’armée, pouvait être sévère même à l’égard des officiers (voir le tableau 2).

2. L’opposition à la conduite de la guerre

8La plupart des crimes commis par les officiers qui arrivèrent jusqu’aux salles des tribunaux ont à voir avec la conduite des actions de guerre. Le principe de l’offensive à outrance, la conviction que l’action offensive « n’était qu’un problème de supériorité numérique et de discipline des unités et des particuliers » (Stefani 1984 : 631-633), exposa les armées à des pertes énormes, et exacerba progressivement le contrôle et la répression des militaires manquant de zèle ou d’efficacité. La perte d’une petite portion de terrain ou d’un étroit segment de tranchée, le fait de manifester des doutes sur la possibilité de réussite d’une action pouvaient conduire à la destitution ou au transfert devant le tribunal.

  • 5 Archives de l’hôpital psychiatrique de Trévise, fiche médicale 3489 (de Francesco D. P., septembre (...)

9Au cours d’un conflit aussi sanglant, les méthodes de commandement brutales, les décimations, l’obligation d’exécuter des actions impossibles et d’imposer une discipline féroce ne pouvaient pas ne pas susciter la résistance et l’opposition ouverte de nombreux officiers intermédiaires et subalternes, qui étaient en contact direct avec la troupe. En effet, les affects qui touchent le plus souvent les officiers, selon les statistiques des hôpitaux psychiatriques, sont le sentiment de culpabilité pour avoir conduit les compagnies au massacre et le refus d’assumer plus longtemps leur part de responsabilités dans la guerre. Après des actions qui anéantirent des compagnies entières, on hospitalisa beaucoup d’officiers dans un état de trouble mental. L’exemple d’un sous-lieutenant hospitalisé à l’hôpital psychiatrique de Trévise vaudra pour tous. Lors d’une action sur la Bainsizza, il s’était trouvé seul sous la tranchée ennemie ; depuis lors, il avait perdu la mémoire ; à l’hôpital, il entendait le crépitement de la mitrailleuse ; en un soliloque continuel, il évoquait les moments les plus terribles de l’assaut, voyait tous ses soldats mourir et en répétait les noms d’une manière monotone5.

10En analysant les sentences prononcées pour crimes de lâcheté, de reddition et fuite, de négligence, et de manquement à l’exécution des ordres, on s’aperçoit rapidement du malaise que ressentent les officiers par rapport à leur rôle. De la reconstitution des circonstances des crimes, il ressort qu’il s’agit dans certains cas d’officiers qui s’opposèrent à la façon de décider et de conduire les opérations. Ceux-ci, considérant toute résistance comme impossible, refusèrent d’exposer leurs soldats à une mort certaine et dénoncèrent les pertes dues aux tirs courts des artilleries italiennes, à la fatigue des soldats, au manque de vivres, de ravitaillement et de renforts. Dans les autres cas, il s’agit d’officiers qui ne se sentaient pas à même d’affronter le combat, car ils ne connaissaient ni le terrain, ni leur soldats.

  • 6 Les officiers supérieurs poursuivis en justice pour ces crimes sont au moins 61.

11Parmi les accusés, les officiers professionnels de grade élevé furent nombreux6 – commandants-majors, colonels, lieutenants colonels, qui abandonnèrent leur poste car ils ne se sentaient pas capables d’assumer le commandement dans une guerre qu’ils n’étaient pas préparés à affronter, et qui furent désespérés et honteux de leurs propres manquements. Ce sont des cas que l’on rencontre surtout pendant la première année de guerre.

  • 7 ACS, TS, AD, PU, boîte 2, dossier 149, Giovanni V., major ; procédure pénale pour abandon de comma (...)

12En 1915, un exemple dramatique concerne un commandant-major. Avec quatre compagnies, il avait pour mission d’occuper la colline du Ravelnik près de Plezzo, un objectif à atteindre à tout prix, quelles que soient les pertes : « La première compagnie se lança au-delà des barbelés et fut tuée, détruite, blessée ; la quatrième compagnie resta dans le fossé devant les barbelés, battue par le feu ennemi ; et les autres aussi subirent des pertes énormes et s’enfuirent7 ». Le commandant se cacha dans un fossé sans diriger l’action. Une fois dénoncé, il se tua avant même que le procès ne commence. En 1915 et en 1916, la tendance des tribunaux fut d’absoudre et de faire retomber sur les hauts commandements les plus grandes responsabilités, à cause des ordres incertains qu’ils donnaient et de la préparation insuffisante des actions.

13La critique ouverte contre la façon de conduire les opérations est beaucoup plus rare pendant les deux dernières années de guerre. La progressive exacerbation de la discipline, les invitations continuelles à la fermeté et la série de protestations contre les sentences absolutoires durcirent l’attitude des collèges de juges, même à l’égard des officiers.

  • 8 ACS, TS, AD, PU, boîte 20, dossier 1907, Francesco A., sous-lieutenant, condamné à 7 ans par le tr (...)
  • 9 ACS, TS, AD, PU, boîte 17, dossier 1613, Andrea M., lieutenant ; sentence promulguée par le tribun (...)
  • 10 ACS, TS, AD, PU, boîte 17, dossier 1613, Andrea M., lieutenant ; sentence promulguée par le tribun (...)
  • 11 ACS, TS, AD, PU, dossier 1245, Ettore C., lieutenant de 21 ans, condamné à 6 mois par le tribunal (...)

14On montra une plus grande sévérité envers les officiers inférieurs qui avaient désobéi aux ordres, qui s’étaient soustraits avec leurs hommes à un service de patrouille, avaient prononcé des phrases de dissidence ouverte, ou avaient fraternisé avec les soldats. En avril 1918, on condamna à 7 ans de prison militaire un sous-lieutenant qui s’était réjoui de l’augmentation des cas de maladie dans son peloton, en ajoutant que si tout le monde s’était déclaré malade, ils auraient nécessairement obtenu la relève qui leur était due8. En janvier 1918, un lieutenant de Sassari fut condamné à 20 ans, parce qu’à Col Beretta, à un sergent qui cherchait à rassembler les fuyards, il avait crié : « Sergent, vous voulez emmener ces hommes à l’abattoir9 ? ». Dénonçant les tirs courts de l’artillerie italienne, un jeune officier qui avait déclaré à son supérieur : « Non, je ne vous obéis plus à vous, vous tuez nos soldats10 », ne rencontra pas plus de clémence11.

15L’indignation face à l’incompétence, l’arrogance, l’ambition, le mépris pour la vie des soldats accompagnaient un sentiment croissant de malaise à l’égard de leur propre rôle et parfois un refus explicite de partager les responsabilités de la conduite de la guerre. Un jeune lieutenant de Naples écrivait en août 1916 :

  • 12 ACS, TS, AD, PU, boîte 7, dossier 643 ; lieutenant condamné à 3 mois de réclusion ; sentence promu (...)

« Le commandant-major est un irresponsable et il envoie les Bersaglieri à l’abattoir. Et tu sais, on parle d’une nouvelle attaque. Moi, comme j’avais déjà décidé, pour le matin du 16 je devrais me faire tuer, mais je n’emmènerai pas mes Bersaglieri à l’ignoble abattoir12. »

16Les cas d’officiers dénoncés pour avoir déclaré partager le malaise des soldats devinrent de plus en plus fréquents au cours des années suivantes :

  • 13 ACS, tribunaux militaires (TM), Sentences contre des officiers, 1918, vol. 2 ; sentence promulguée (...)

« Je parlerai aux soldats et je leur dirai que personne lors de la prochaine action ne devra sortir des tranchées avant tous ceux qui en ont donné l’ordre. La nouvelle action est due au caprice des chefs, parce que beaucoup d’intérêts sont en jeu. Quelle espèce d’armée est la nôtre, où des hommes mûrs de 32 ans doivent obéir à de jeunes hommes sans expérience, où la liberté de parole n’est pas permise, et où des choses aussi importantes que les opérations sont entreprises ainsi à l’aveuglette, sans avoir été suffisamment discutées avant13 ? »

  • 14 ACS, TS, AD, PU, boîte 12, dossier 1137, Raffaele D., aspirant de 24 ans condamné à 6 mois par le (...)

17En septembre 1917, un aspirant comparut devant les juges militaires car, dans les locaux du mess des officiers – où nombre d’entre eux se laissaient aller aux déclarations les plus enflammées – il avait affirmé partager l’état d’esprit des soldats, ajoutant qu’en cas de mutinerie, de révolte ou d’autres manifestations d’indiscipline, non seulement il ne prendrait aucune mesure de répression, mais serait à la tête de la rébellion, son revolver à la main14.

3. Connivence dans la révolte et défaitisme

  • 15 Selon les statistiques de Giorgio Mortara (Mortara 1927) les officiers jugés pour ce crime furent (...)

18La réticence à intervenir avec violence pour réprimer une protestation collective se reflète dans l’augmentation des procès pour non-répression de mutinerie15. La plupart des officiers déférés devant les tribunaux militaires pour non-répression de révolte furent accusés d’avoir hésité à faire intervenir les carabiniers ; d’avoir explicitement refusé d’intervenir ; de ne pas avoir tiré eux-mêmes sur les soldats ; de ne pas avoir isolé les coupables ; ou d’avoir enregistré la demande des soldats de parler avec le commandant de bataillon ou de brigade.

19Dans la plupart des cas, les procès pour non-répression de révolte se terminèrent par l’acquittement. Les tribunaux prirent en compte les raisons pour lesquelles les officiers n’avaient pas fait usage d’armes, et crurent aux déclarations des accusés disant avoir fait tout ce qui était en leur pouvoir pour faire revenir le calme dans les sous-divisions révoltées.

  • 16 ACS, TS, AD, PU, boîte 17, dossier 1631, Pericle P., capitaine ; Giovanni G., lieutenant ; Angelo (...)
  • 17 ACS, TS, AD, PU, boîte 13, dossier 1208, Antonio V., lieutenant, condamné à 1 an par le tribunal d (...)
  • 18 Bataille du Monte San Michele : deuxième bataille de l’Isonzo, juillet 1915.
  • 19 ACS, TS, AD, PU, boîte 2, dossiers 103, 104 et 105.

20Toutefois, les accusés qui gardèrent une attitude réticente pendant les audiences ne manquèrent pas16. Ceux qui n’intervinrent aucunement au cours de protestations et de révoltes, ou déclarèrent explicitement ne pas avoir voulu recourir aux armes, furent accusés de connivence avec les soldats et condamnés17. La condamnation la plus grave, à 3 ans (peine maximale prévue par le Code), fut infligée à un capitaine qui avait refusé d’obliger ses soldats à se diriger vers les tranchées du Monte San Michele18. Les soldats, parmi lesquels il y avait quelques malades, s’étaient montrés « hésitants », certains « pleurant et désespérés », convaincus d’être envoyés à une mort certaine de par leur infériorité numérique19.

21Mais c’est l’analyse de la correspondance censurée qui nous donne d’emblée l’état d’esprit de nombreux officiers pendant la dernière année de guerre. Désillusion, dégoût, rage et désir de rébellion ouverte abondent dans leurs lettres. Le 23 juillet 1917, un sous-lieutenant de 20 ans écrivit :

  • 20 ACS, TS, AD, PU, dossier 1189, Paolo G., lieutenant de 24 ans, condamné à 13 mois et à 100 lires p (...)

« Du grade je m’en fous parce que désormais je hais tellement la vie militaire que tout ce qui a odeur de discipline et de militarisme me donne la nausée […] Or, après deux ans de fatigues, de rages, de sacrifices non récompensés je crierais : Vive la révolution ! Nous avons l’Émilie et la Romagne qui bouillent ! À Milan on travaille en sous-main. Les déserteurs augmentent chaque jour. Les mutineries et les révoltes dans les régiments sont chaque jour de plus en plus fréquentes20 ! »

  • 21 ACS, TM, Sentences contre des officiers, vol. 4 : 144 ; sentence promulguée par le tribunal milita (...)

22Après la bataille de Caporetto, de nombreux officiers furent envoyés en procès pour défaitisme. Dans les bistrots, à la cantine, dans les salles d’attente des gares, collègues ou passants prononcèrent des phrases exprimant une franche satisfaction de la défaite militaire : « Mais oui ! Laissez donc les Allemands venir ! Au moins, quand ils seront à Padoue nous aurons la paix21. »

  • 22 Ibid.

23Les condamnations furent infligées de façon très discrétionnaire : de 1 à 10 ans. Dans un cas, les juges voulurent discerner dans les mots d’un jeune officier un crime de trahison ; il s’agit d’une des 3 condamnations exécutées dont j’ai trouvé des traces dans la documentation des procès. Le 6 novembre 1917, tandis qu’il se trouvait avec d’autres collègues à la cantine des officiers, il avait affirmé : « Mais que les Allemands viennent donc eux aussi ! ». Ensuite il avait ajouté que la guerre était « injuste », que l’armée italienne se trouvait en condition d’absolue infériorité, « qu’il lui faisait plaisir que l’armée ennemie se trouve sur le territoire national et que son désir était le suivant : que les Austro-Allemands arrivent aux portes de Milan et au cœur de la Patrie pour la forcer à la paix par de durs pactes22 ».

  • 23 Ibid.
  • 24 ACS, TM, Sentences contre des officiers ; Francesco B. ; procès suspendu pour amnistie le 23 novem (...)

24Le jeune homme, né à Altona, appartenait à une famille originaire de Piacenza émigrée en Allemagne ; et il avait travaillé comme garçon de cabine sur les paquebots qui de Hambourg partaient en Amérique. Bien que revenu en Italie au début des hostilités pour s’enrôler, on ne considéra pas qu’il méritât les circonstances atténuantes, car ses affirmations furent prononcées dans un moment d’« anxieux recueillement », lorsque la retraite à la hauteur du Piave n’était pas encore terminée. À l’aube du 12 décembre 1917, la condamnation fut exécutée23. Condamnation exemplaire, volonté de frapper l’expression d’une hostilité à la guerre dont on connaissait la diffusion parmi les officiers de réserve, et qui au cours de 1918 ne cessa de s’amplifier. En effet, dans les lettres écrites pendant la dernière année de guerre, on est confronté à un ton de plus en plus exaspéré, à l’expression d’une rancune de plus en plus violente : « Nom de Dieu, ils font bien de donner du pain moisi, ainsi la guerre terminera tôt ! Et moi, je me réjouis ! Peuple cocu et battu, tu veux continuer à faire la guerre ? Mais rebellez-vous enfin, tuez tous les officiers et que tout soit terminé24 ! »

  • 25 ACS, Présidence du conseil des ministres (PC), Guerre européenne, dossier 50. 19. 48, lettre de Vi (...)

25Le président du Conseil, Vittorio Emanuele Orlando, était bien conscient du mécontentement diffus parmi les officiers. En avril 1918, il écrivit à Armando Diaz : « […] une pensée que j’ai toujours eue et que j’ai aussi manifestée à E. V. [est] que, s’il y a dans notre armée une baisse de moral, et si celle-ci est forte, c’est beaucoup plus dans le corps des officiers de réserve que parmi les soldats25 ».

4. Abus d’autorité

26S’il ne fait aucun doute que durant le conflit, le désaccord avec la conduite de la guerre rapprocha certains des officiers subalternes des soldats, de nombreux motifs de profonde rupture persistèrent entre les diverses couches de l’armée. Chez bon nombre d’officiers enorgueillis du nouveau prestige social acquis grâce à l’uniforme, la récente acquisition du grade, le désir de se distinguer et de faire carrière entraînèrent des comportements hautains et suffisants.

27Ces officiers n’avaient aucune consigne de comportement à l’égard de leurs subordonnés : le seul principe qu’ils devaient appliquer était le maintien de la discipline coûte que coûte et par tous les moyens. Les commandements supérieurs encourageaient l’arrogance et l’insolence, et bien des officiers se sentaient autorisés à exercer une autorité à peu près absolue sur la troupe. De simples règles hiérarchiques et des soucis d’ordre social forgèrent une structure de commandement rigide et centralisée, accentuant la distance et l’incommunicabilité avec les soldats.

28Les méthodes de commandement, l’insécurité dans laquelle vivait une majorité d’officiers subalternes et les pressions continuelles du Commandement suprême pour le maintien d’une discipline inspirée par des principes d’extrême rigueur encouragèrent les mauvais traitements et les abus à l’égard des soldats. Ils conduisirent aussi des officiers (340 selon la statistique de Giorgio Mortara : Mortara 1927) de différents grades à comparaître devant les juges militaires en tant qu’auteurs du crime d’abus d’autorité.

29Le nombre relativement faible de procès qui eurent lieu pour ce crime ne doit pas nous faire croire que les épisodes sérieux de mauvais traitements aient été dans l’ensemble peu fréquents. Le rapport entre officiers et soldats n’était pas empreint d’honnêteté et de respect : au contraire. Ce qui doit être considéré comme insignifiant, parmi les mauvais traitements et les humiliations de soldats, c’est le petit nombre de ces violences qui ont atteint les salles des tribunaux. En effet, il était difficile pour le soldat d’entreprendre un procès criminel contre son propre supérieur, sans qu’il soit lui aussi cité en justice et accusé de refus d’obéissance ou d’insubordination, délits qui impliquaient des peines beaucoup plus lourdes que celles prévues pour l’abus d’autorité.

  • 26 Le Code pénal militaire prévoyait des peines de 3 à 7 ans pour l’insulte ou la menace envers son s (...)

30De fait, la plupart des procès de ce type impliquèrent aussi bien l’officier que le soldat ; mais tandis que les responsabilités des officiers furent presque toujours atténuées ou annulées par les juges (dans la plupart des cas, les peines infligées, de 2 à 5 ans, furent inférieures au minimum prévu par le Code pénal), de la part du soldat, le retournement d’une insulte ou une attitude de défi, la rébellion ou la passivité à la suite des coups ou des mauvais traitements furent punis par des condamnations de 1 à 20 ans, et il y eut même un cas d’insubordination puni par la peine de mort26.

31Dans la tension de la vie de guerre, la prédominance d’une attitude agressive aussi bien à l’égard de l’ennemi que de la troupe, les recommandations de ne pas hésiter à recourir aux armes, et la crainte de la destitution conduisirent certains officiers à des états de véritable altération mentale où l’idée de la discipline devenait obsessionnelle. Conscients de ne pas jouir d’une réelle estime, de nombreux officiers percevaient des rires moqueurs chez leurs soldats, entendaient des murmures railleurs dans l’écho de leurs mots et soupçonnaient toujours des intentions de défi et de menace. Alors, pour imposer leur autorité, ils recouraient aux violences et aux humiliations.

32Par ailleurs, les soldats exprimaient leur propre intolérance vis-à-vis de la discipline et de la hiérarchie militaires et leur aversion pour la rhétorique de guerre par la passivité et le faible empressement à obéir aux exigences de déférence – comme le salut au drapeau et le fait de se figer au garde-à-vous devant les supérieurs. Il arrivait que certains saluent en gardant les mains dans les poches ou la cigarette entre les lèvres, ou qu’ils fassent semblant de ne pas s’apercevoir de la présence du supérieur.

33En majorité (58 %), les officiers accusés d’abus d’autorité furent acquittés. Les peines infligées à ceux qui furent reconnus coupables furent assez légères : dans 94 % des cas, les peines ne dépassèrent pas 1 an et furent au-dessous des limites de la loi. Seules 3 sentences infligèrent des peines supérieures à 3 ans.

34Au contraire, les manquements des soldats furent punis avec une grande sévérité. En effet, le pourcentage des condamnés pour des infractions à la discipline fut très élevé : 79,4 % des individus jugés – ce pourcentage est bien supérieur à la moyenne de 64,7 % (Mortara 1927).

35Face au suprême devoir de maintenir la discipline, la dignité du soldat perdait toute valeur, tandis que l’offense à un officier transcendait toujours sa personne pour devenir l’offense au grade. Et la plupart des collèges de juges voulurent réaffirmer le principe de la discipline et de l’inéluctabilité de la punition : le manque de respect pour les rapports hiérarchiques ne devait en aucun cas bénéficier des circonstances atténuantes.

Tableau 1 : Officiers jugés, répartis par crime

Crimes

Acquittés

Condamnés

Total

Désertion avec passage à l’ennemi

18

9

27

Désertion en présence de l’ennemi

28

6

34

Désertion autre qu'en présence de l’ennemi

304

136

440

Reddition et fuite

243

74

317

Mutilation

33

10

43

Indiscipline

147

107

254

Convoitise

284

208

492

Violence

30

13

43

Crimes sexuels

14

13

27

Abus d’autorité

212

128

340

Non-Répression

36

8

44

Trahison

41

17

58

Mauvais traitements

-

1

1

Autres

343

217

560

Total

1733

947

2680

Source : Mortara 1927.

Tableau 2 : Procès menés pendant le conflit et qui se terminèrent par une condamnation à mort

Tableau 2 : Procès menés pendant le conflit et qui se terminèrent par une condamnation à mort

Bibliographie

Bibliographie

Bianchi, Bruna, 2001. « Il disagio del commando : ufficiali e giustizia militare », in B. Bianchi, La follia e la fuga. Nevrosi di guerra, diserzione e disobbedienza nell’esercito italiano (1915-1918). Roma, Bulzoni : 383-524.

— 2005. « Exécutions sommaires et condamnations à mort au sein de l’armée italienne pendant la Grande Guerre », in R. Cazals et al. (eds), La Grande Guerre : pratiques et expériences. Toulouse, Privat : 237-246.

Mortara, Giorgio, 1927. Statistica dello sforzo militare italiano nella guerra mondiale : dati sulla giustizia e disciplina militare. Rome, ministère de la Guerre, bureau statistique, vol. 21.

Offenstadt, Nicolas, 1999. Les fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective (1919-1999). Paris, Odile Jacob.

Stefani, Filippo, 1984. La storia della dottrina e degli ordinamenti dell’esercito italiano, vol. 1 : Dall’esercito piemontese all’esercito di Vittorio Veneto. Rome, Stato maggiore dell’esercito, Ufficio storico : 631-633.

Notes

1 Cette intervention expose les résultats d’une recherche en cours depuis quelques années (Bianchi 2001 ; 2005).

2 Le volume de l’ouvrage de Mortara porte la mention « Réservé. Brouillons d’imprimerie ». J’ai utilisé la copie conservée à la bibliothèque des archives centrales de l’État, Archivio centrale dello Stato, (ACS).

3 ACS, Tribunale supremo (TS), atti diversi (AD), processi ufficiali (PU).

4 En France, les exécutions furent au nombre de 2, en 1914, et en Grande-Bretagne au nombre de 3 (Offenstadt 1999 : 22-23).

5 Archives de l’hôpital psychiatrique de Trévise, fiche médicale 3489 (de Francesco D. P., septembre 1917).

6 Les officiers supérieurs poursuivis en justice pour ces crimes sont au moins 61.

7 ACS, TS, AD, PU, boîte 2, dossier 149, Giovanni V., major ; procédure pénale pour abandon de commandement commencé le 25 mai 1915 auprès du tribunal du IVe corps d’armée.

8 ACS, TS, AD, PU, boîte 20, dossier 1907, Francesco A., sous-lieutenant, condamné à 7 ans par le tribunal du XXe corps d’armée le 1er mai 1918.

9 ACS, TS, AD, PU, boîte 17, dossier 1613, Andrea M., lieutenant ; sentence promulguée par le tribunal du XXVIIe corps d’armée le 12 janvier 1918.

10 ACS, TS, AD, PU, boîte 17, dossier 1613, Andrea M., lieutenant ; sentence promulguée par le tribunal du XXVIIe corps d’armée le 12 janvier 1918.

11 ACS, TS, AD, PU, dossier 1245, Ettore C., lieutenant de 21 ans, condamné à 6 mois par le tribunal du XXIIIe corps d’armée.

12 ACS, TS, AD, PU, boîte 7, dossier 643 ; lieutenant condamné à 3 mois de réclusion ; sentence promulguée le 28 juillet 1915 par le tribunal du Ier corps d’armée.

13 ACS, tribunaux militaires (TM), Sentences contre des officiers, 1918, vol. 2 ; sentence promulguée contre Sulpizio C. le 28 janvier 1918 ; condamnation à 8 ans et au paiement de 8 000 lires.

14 ACS, TS, AD, PU, boîte 12, dossier 1137, Raffaele D., aspirant de 24 ans condamné à 6 mois par le tribunal du VIIe corps d’armée le 17 septembre 1917.

15 Selon les statistiques de Giorgio Mortara (Mortara 1927) les officiers jugés pour ce crime furent au nombre de 44 ; du dépouillement de la documentation des procès, quoiqu’elle soit incomplète, il résulte qu'ils auraient été 46.

16 ACS, TS, AD, PU, boîte 17, dossier 1631, Pericle P., capitaine ; Giovanni G., lieutenant ; Angelo T., aspirant, condamnés chacun à 1 an par le tribunal du VIIIe corps d’armée le 16 janvier 1918.

17 ACS, TS, AD, PU, boîte 13, dossier 1208, Antonio V., lieutenant, condamné à 1 an par le tribunal du IXe corps d’armée le 24 septembre 1917.

18 Bataille du Monte San Michele : deuxième bataille de l’Isonzo, juillet 1915.

19 ACS, TS, AD, PU, boîte 2, dossiers 103, 104 et 105.

20 ACS, TS, AD, PU, dossier 1189, Paolo G., lieutenant de 24 ans, condamné à 13 mois et à 100 lires par le tribunal du XIIIe corps d’armée le 3 septembre 1917.

21 ACS, TM, Sentences contre des officiers, vol. 4 : 144 ; sentence promulguée par le tribunal militaire du XXe corps d’armée le 11 novembre 1917.

22 Ibid.

23 Ibid.

24 ACS, TM, Sentences contre des officiers ; Francesco B. ; procès suspendu pour amnistie le 23 novembre 1918.

25 ACS, Présidence du conseil des ministres (PC), Guerre européenne, dossier 50. 19. 48, lettre de Vittorio Emanuele Orlando à Armando Diaz, 28 avril 1918.

26 Le Code pénal militaire prévoyait des peines de 3 à 7 ans pour l’insulte ou la menace envers son supérieur et punissait par la mort les voies de fait contre l’officier supérieur.

Table des illustrations

Titre Tableau 2 : Procès menés pendant le conflit et qui se terminèrent par une condamnation à mort
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/2968/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 431k

Auteur

Enseigne l’histoire des femmes et l’étude du genre ainsi que l’histoire de la pensée politique contemporaine à l’Université de Venise (Università Ca'Foscari Venezia). Spécialiste du pacifisme et du féminisme, elle a publié plusieurs ouvrages sur les expériences des civils et des soldats durant la Première Guerre mondiale et sur la pensée d’Engels, Tolstoi et Jane Addams. Depuis 2004 elle est éditrice en chef du journal en ligne DEP. Deportate, esuli, profughe (Déportées, exilées, réfugiées). Parmi ses principales publications : La follia e la fuga. Nevrosi di guerra, diserzione e disobbedienza nell’esercito italiano 1915-1918 (2001) ; La violenza contro la popolazione civile nella Grande guerra (2006) ; Crimini di guerra e contro l’umanità. Le violenze ai civili sul fronte orientale (1914-1919) (2012)

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par