Version classiqueVersion mobile

Morale et religions à l'École ?

 | 
Jean Leclercq

Propositions politiques

Écolo propose des cours philosophiques pour former les citoyens du 21e siècle

Yves Reinkin

Texte intégral

1. Contexte : un statu quo qui n’a que trop duré

1Le compartimentage actuel des élèves entre cours de religion et de morale pose problème dans la société interculturelle et citoyenne qui doit être la nôtre. Le décret précisant les missions de l’enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles stipule pourtant que celui-ci « prépare tous les élèves à être des citoyens responsables, capables de contribuer au développement d'une société démocratique, solidaire, pluraliste et ouverte aux autres cultures ». Depuis de longues années, la question de l’évolution des cours de religion et de morale fait l’objet de discussions, de débats et de propositions. Si le débat a été ouvert à de multiples reprises (plan Hasquin, rapport de la Députée Écolo Bernadette Wynants, etc.) et revient à intervalles réguliers en débat au Parlement depuis la communautarisation de l’enseignement, celui-ci n’a jamais débouché sur un changement concret dans les écoles dès lors qu’on touche en cette matière à des compromis historiques inscrits dans la Constitution. Sur le terrain, les enseignants des cours de religion et de morale n’ont pas attendu le politique pour intégrer ces enjeux de société dans leurs cours mais ils se heurtent aux limites du cadre organisationnel existant. Une enquête menée récemment auprès de professeurs de religion a d’ailleurs révélé que ceux-ci ne se sentent pas reconnus dans leur travail et qu’ils sont demandeurs d’espaces de dialogue.

2. Proposition : une volonté d’être aussi ambitieux que pragmatiques

2Pour Écolo, ces cours dits « philosophiques » doivent favoriser le « ensemble » des jeunes, quel que soit leur âge et l’école fréquentée, en les rassemblant pour traiter des questions de sens. En ce sens, il convient de les faire évoluer peu à peu vers des cours de philosophie et d’histoire des religions qui seraient construits et donnés notamment par les actuels maîtres de religion et de morale. Un des moyens d’y parvenir serait d’organiser à côté des cours de religion et de morale existants, un cours qui initie tous les élèves au questionnement philosophique, qui favorise une citoyenneté active et qui donne des clés de compréhension des différentes religions et de la morale. L’insertion de ce cours dans la grille horaire (qui ne serait pas alourdie) serait rendue possible par une diminution à raison d’une heure du volume horaire des actuels cours de religion et de morale. Pour des raisons organisationnelles, Écolo propose que les modalités pratiques de ce nouveau cours soient laissées à l’appréciation des écoles (blocs de 2h un semestre sur deux ou une semaine sur deux par exemple). Si Écolo défend cette piste c’est parce qu’elle permet d’introduire sans plus attendre un changement ambitieux tout en étant pragmatique – pas besoin de changer une virgule à la constitution – et indolore, tant budgétairement qu’en termes d’emploi (grâce à un régime transitoire). En outre, elle représente en quelque sorte une réponse à l’opposition stérile entre ceux qui ne voudraient organiser qu’un seul cours commun pour tous en lieu et place des actuels cours de religion et de morale et ceux qui voudraient que surtout rien ne bouge et que chacun reste dans son « pré carré ». On répond donc ainsi à un enjeu de société qui est la nécessité de renforcer le dialogue et la réflexion critique tout en rappelant que les cours de religion et de morale gardent leur pertinence et leur place dans la grille horaire.

3. Champ d’application : le nouveau cours doit concerner tous les niveaux et réseaux d’enseignement

3La proposition qu’Écolo soumet au débat concerne 100 % des élèves alors que d’autres propositions émises au sein de la Commission de l’éducation du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles ne concernent que les élèves du troisième degré secondaire de l’enseignement officiel (soit moins de 10 % des élèves) et auront un coût non-négligeable en période de disette budgétaire. Pour Écolo, réfléchir à des questions de sens ne doit pas concerner que les élèves en fin de parcours scolaire mais peut se faire dès le plus jeune âge et dans tous les réseaux. Si la proposition de la ministre Simonet (remplacée par Marie-Martine Schyns) va assurément dans le bon sens et garde le soutien d’Écolo, force est de constater qu’elle demeure encore très vague et assez peu ambitieuse. Rien ne garantit en effet, qu’il s’agira bien d’un cours à part entière, qui concerne tous les réseaux d’enseignement et qui permet de sortir du compartimentage actuel des élèves entre les différents cours de religion et de morale.

4. Mise en œuvre : une nécessaire phase transitoire et une attention particulière aux enseignants

4L’urgence est de définir, dès aujourd’hui, un cap pour l’avenir de ces cours philosophiques. L’évolution que nous souhaitons ne se fera pas du jour au lendemain mais il convient dès à présent de préciser ce que nous voulons, à quelle échéance et selon quels moyens. À ce sujet, Écolo propose qu’on fixe l’entrée en vigueur dans le courant de la législature prochaine afin de consulter les enseignants pour qu’ils puissent être partie prenante aux changements, de préciser le programme de ces nouveaux cours, de permettre aux écoles de s’y préparer et mettre en place une formation initiale et continue en inter-réseaux pour les enseignants. Cette évolution devra se faire de manière transitoire de façon à garantir l’emploi, tout en permettant aux enseignants qui abordent déjà souvent ces contenus dans leurs cours d’être formés à cet effet.

5. Conclusion : une question de volonté politique !

5C’est avec cette proposition ambitieuse et volontariste qu’Écolo a participé aux débats en Commission de l’éducation du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Nous espérons que les auditions menées en Commission depuis de longs mois ne l’auront pas été en vain et que le débat permettra enfin de faire émerger un cap clair et ambitieux qui soit à la hauteur de ce défi de société majeur. Nous devons néanmoins constater que d’autres au Parlement ne partagent pas notre volonté d’avancer de manière pragmatique et ambitieuse dans ce dossier. Celui-ci risque donc d’être reporté à la législature suivante alors qu’il y a pourtant urgence à répondre aux défis de notre enseignement en la matière.

Auteur

Licencié et agrégé en sciences religieuses de l’Université catholique de Louvain. Homme politique belge, il est membre du parti Écolo. Actuellement conseiller communal à Stavelot, il est député honoraire du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles et ancien vice-président de la Commission Éducation et culture de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie

© Presses universitaires de Louvain, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search