Version classiqueVersion mobile

Morale et religions à l'École ?

 | 
Jean Leclercq

Points de vue des acteurs

Un point de vue protestant

Guy Rainotte

Texte intégral

1J’aimerais focaliser ma courte intervention sur un point assez particulier. Permettez-moi, pour ce faire, de parler en « je ». Je suis protestant réformé et je me suis construit dans la ligne du protestantisme libéral. Engagé dans diverses responsabilités depuis plus de quarante ans, j’ai vu la réalité sociologique du protestantisme belge grandement évoluer au fil de ces quatre décennies. Le protestantisme, et le protestantisme belge en particulier, est profondément marqué par la montée des courants évangéliques et pentecôtistes. Notons que ces deux courants, toutes confessions chrétiennes confondues, connaissent la progression numérique la plus nette. Il serait caricatural de taxer, sans discernement, ces deux courants d’intégristes, tant les tendances qui les composent sont variées. Mais, pour faire bref, le dénominateur commun de ces mouvements reste l’affirmation de convictions fortes.

2Avant de préciser mon idée, permettez-moi de vous poser une question : Pour quelle raison, pensez-vous, les familles des témoins de Jéhovah inscrivent-ils majoritairement leurs enfants au cours de morale non confessionnelle ? Le mouvement des témoins de Jéhovah a été fondé fin du 21e siècle par un pasteur protestant américain (Charles Taze Russell, 1852-1916). Même si divers points de doctrine opposent les témoins de Jéhovah aux évangéliques, leurs modes de fonctionnement sont proches en bien des points. On pourrait donc s’attendre à ce que les enfants des témoins de Jéhovah fréquentent les cours de religion protestante. Or il n’en est rien. Pourquoi ? Parce que, précisément, en fréquentant un cours de religion protestante, ces jeunes témoins, aux convictions fortes encore insuffisamment ancrées, pourraient se voir influencés par certaines idées protestantes. Alors qu’au cours de morale, la distance convictionnelle étant telle, une contamination par apparentement est peu probable. Et le danger de voir ces jeunes ébranlés dans leurs convictions encore fragiles est bien moindre.

3Bon nombre des enseignant(e)s de mon secteur d’inspection se voient régulièrement confrontés à des jeunes protestant(e)s qui proviennent de familles se réclamant des tendances les plus conservatrices des courants évangéliques et pentecôtistes. Ces élèves défendent donc des convictions fortes. J’observe ceci. C’est parce que leurs enseignants partagent avec eux un terreau culturel protestant commun – à la fois cognitif et affectif – que ces jeunes élèves leur donnent progressivement la légitimité d’interroger leurs convictions. Ces enseignants parviennent ainsi, étape par étape, à faire prendre conscience à ces jeunes que leurs convictions fortes ne sont pas, de facto, universalisables mais s’inscrivent dans une pluralité convictionnelle. Et, par une éducation à plus d’objectivité et d’esprit critique, ils les amènent, fréquemment, à les nuancer.

4Permettez-moi donc, à la lumière de mon expérience de plus de vingt ans au service de l’inspection, de défendre cet énoncé du 4e avis, de mars 2011, du Conseil consultatif supérieur des cours philosophiques et qui dit ceci :

Les responsables des cours de religion estiment d’expérience qu’on ne lutte pas contre les intégrismes convictionnels par un enseignement purement cognitif du fait religieux. Un tel enseignement ne pourrait prendre en compte les composantes psychoaffectives liées au radicalisme convictionnel. Il favoriserait bien au contraire leur radicalisation.
Ils estiment que c’est avec la légitimité de celui qui partage une conviction et la vit, qu’on lutte le plus efficacement contre les courants fondamentalistes et intégristes ; c’est parce que les enseignants partagent la même identité religieuse, les mêmes référents culturels et théologiques que leurs élèves, qu’ils peuvent se faire accepter par les plus radicaux d’entre eux pour les amener à nuancer leurs convictions et à prendre conscience de la légitime diversité convictionnelle. Ces mêmes responsables pensent que l’organisation parallèle des cours de morale et de religion peut offrir, par l’approche existentielle – et non purement cognitive – du fait religieux, un des meilleurs remparts contre l’intégrisme.

5Je ne pense pas que c’est en renvoyant le religieux à la sphère privée qu’on résoudra les problèmes liés à la montée des intégrismes convictionnels. Je ne pense pas non plus que les plus convaincus parmi les jeunes laisseront un cours plus « neutre » questionner leurs convictions, ni que ce cours les aidera à s’ouvrir au dialogue et au vivre ensemble. Je défendrai ainsi le devoir, pour un État démocratique, d’inscrire dans son programme d’enseignement l’éducation à un regard critique et documenté sur le religieux mais sans sous-estimer l’importance et la prise en compte du rapport affectif à l’univers convictionnel. Un rapport d’autant plus fort que la conviction est forte.

6Les cours de religion et morale, tels qu’ils sont organisés aujourd’hui, évolueront peut-être vers un cours « dé-confessionnalisé »… La dimension religieuse et, au-delà de celle-ci, les questions liées à l’identité culturelle et convictionnelle ne pourront être évacuées d’un cours qui aurait pour vocation de préparer les enfants et les ados au vivre-ensemble. Il est très difficile de parler de la conviction de l’autre sans tomber dans des schémas réducteurs, des caricatures, voire des stigmatisations. Et j’ai la conviction qu’un catalogue comparatif des doctrines et des rites n’apporterait pas grand-chose à l’éducation vers une citoyenneté ouverte à la diversité et au dialogue interconvictionnel.

7Voici pourquoi, je reste attaché au maintien, dans les équipes pédagogiques, d’enseignant(e)s qui reflètent une certaine pluralité convictionnelle. Des enseignant(e)s qui puissent non seulement jouer un rôle éducatif, auprès des jeunes, sur le terrain de la connaissance, mais surtout jouer un rôle éducatif sur ce que ces jeunes vivent et la manière dont ils le vivent, parce que certain(e)s de ces enseignant(e)s connaissent leurs codes, ceux d’un terreau culturel partagé. Le défi majeur d’un cours commun est, à mon sens, la prise en compte effective des particularismes – en ce compris les plus radicaux d’entre eux – pour les éduquer au respect de la diversité. Ce ne sera pas facile de l’organiser mais c’est là un enjeu réel pour une éducation à nos valeurs démocratiques.

Auteur

Agrégé en théologie et sciences religieuses, de la Faculté Universitaire de Théologie protestante de Bruxelles et diplômé en théologie du McCormick Theological Seminary de Chicago. Protestant réformé, il est inspecteur pour les cours de religion protestante, dans l’enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles. Il est également chargé de cours à la Faculté Universitaire de Théologie protestante de Bruxelles

© Presses universitaires de Louvain, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search