Version classiqueVersion mobile

Morale et religions à l'École ?

 | 
Jean Leclercq

Points de vue des acteurs

Le cours de religion islamique au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles : organisation, contenu et éducation à la citoyenneté

Salah Echallaoui

Note de l’auteur

Je tiens à remercier Nathalie Raes pour avoir effectué une synthèse de l’exposé présenté à l’ULB le 29 janvier 2014 et d’une interview accordée le 11 février 2015. Celle-ci a servi de base à la préparation de ce texte.

Texte intégral

Introduction

1Le présent exposé a pour objectif d'expliciter le cadre juridique dans lequel s'inscrit le cours de religion islamique en Fédération Wallonie-Bruxelles. Il revient notamment sur le référentiel des compétences du cours de religion islamique, et sur les différents aménagements institutionnels qui ont eu lieu depuis la création de ce cours.

2Soulignons d'emblée que la gestion du temporel du culte islamique a été reconnu par l’adoption de la loi du 19 juillet 1974. Par celle-ci, le culte islamique acquit un statut juridique de droit public. Les premiers cours de religion islamique s’organiseront à partir de 1975. Il fallut attendre la loi du 20 février 1978 modifiant la législation du 29 mai 1959 et celle du 11 juillet 1973, dite du « Pacte scolaire », reconnaissant ainsi l’organisation du cours dans l'enseignement officiel. Ce texte insiste par ailleurs sur le débat actuel autour de la réorganisation des cours philosophiques à l'école et sur l'intérêt d'instaurer un cours commun qui rassemblerait tous les élèves, quelle que soit leur conviction. Il n'est toutefois pas question ici de prôner la suppression des cours philosophiques, mais bien de réfléchir à la manière d'envisager des activités communes ayant trait à la citoyenneté.

3La proposition de la dernière coalition PS-CDH de développer un cours d'éducation à la citoyenneté en disposant d'une des deux heures accordées aux cours philosophiques à l'école nous semble être une solution envisageable. Si nous partageons ce souhait sur le fond, nous nous interrogeons toutefois sur les modalités de sa mise en œuvre. Tout dépendra en effet de ce que nous souhaitons développer comme compétences à l'intérieur de ce cursus commun.

1. Cadre légal et institutionnel du cours de religion islamique et son contenu

4Officialisé en 1978, l'enseignement de la religion islamique dans l'enseignement officiel a demandé une certaine adaptation en ce qui concerne l'encadrement des professeurs, puisqu'au départ, il n'y avait pas d'autorité du culte reconnue, mais uniquement une autorité provisoire confiée par les autorités belges fédérales au Centre islamique du Cinquantenaire, sans que cette gestion ne soit encadrée par un statut. Notons également l'absence de programme et d'inspection.

5Ce n'est qu'en 1999 que la ministre de l'enseignement, Laurette Onkelinx, a mis en place un cadre légal autour des titres requis pour les professeurs de religion islamique, dans le cadre de l'arrêté royal du 25 octobre 1971, les assurant ainsi de leur fonction. Toutefois, cette liste de titres requis ne tenait pas compte de la situation des enseignants qui avaient une vingtaine d'années d'ancienneté. Il a donc fallu renégocier un nouveau décret, celui du 27 mars 2002, qui établit les règles de nomination à titre définitif et qui complète la liste des titres requis pour les professeurs de religion islamique. L'enseignement de la religion islamique est ainsi pleinement entré dans un cadre légal, notamment aussi par la désignation en septembre 2002 de deux inspecteurs pour la religion islamique.

  • 413 Sur 450 enseignants en fonction à l'époque.

6La première tâche de l'inspection a comporté deux aspects essentiels : la régularisation de la situation des enseignants sur le plan légal statutaire et la régularisation du contenu du programme de cours. En ce qui concerne le premier aspect, la difficulté concernait essentiellement la condition linguistique puisqu'une centaine d'enseignants de religion islamique ne répondaient pas à cette condition413. Dans l'enseignement des trois communautés, la loi linguistique du 30 juillet 1963 exige en effet qu'un enseignant apporte la preuve de sa connaissance approfondie de la langue de l'enseignement, s’il a obtenu dans cette langue le diplôme qui est à la base de son recrutement ou s'il produit un certificat constatant qu'il a réussi un examen sur la connaissance approfondie de cette langue, devant une commission d'examen constituée par arrêté royal, modifié par le décret du 23-01-2009 avec cet ajout « ou le certificat d'enseignement secondaire supérieur ». La situation s'est pleinement régularisée en 2005 avec comme conséquence le départ d'une soixantaine d'enseignants qui n'ont pas pu satisfaire à cette condition linguistique. Depuis, seuls les enseignants qui ont eu leur titre en Belgique sont en principe recrutés. Une procédure d'équivalence est obligatoire pour ceux qui auraient un diplôme étranger. Ces derniers doivent également apporter la preuve de leur connaissance approfondie de la langue française.

7Le deuxième aspect consistait à régler l'encadrement des contenus de la religion islamique, à savoir le programme et le référentiel de compétences. Le cours de religion islamique a bien entendu été inscrit dans le cadre légal (décret Missions du 24 juillet 1997, décrets Neutralité du 31 mars 1994 et du 17 décembre 2003), en fixant les objectifs de cet enseignement, en mettant en place un référentiel de compétences déterminant des compétences terminales, des compétences socles, des compétences disciplinaires et transversales, etc. Par la suite, nous avons travaillé avec d'autres cultes et cours philosophiques pour la mise en place d'un référentiel de compétences communes.

  • 414 Cf. Les cours de morale et de religion : des lieux d’éducation. Document consultable en ligne sur w (...)

8L'enseignement de l'islam tel qu'il est aujourd'hui envisagé dans le programme et le référentiel de compétences vise un islam citoyen intégré à notre pays. Devenu l'une des composantes du paysage culturel et religieux de la Belgique, l'enseignement de l'islam et de la morale qui s'en inspire est mis au service de l'élève en dehors de toute tutelle ou démarche d'instrumentalisation de quelque bord que ce soit. L'approche proposée prend ainsi en considération la manière dont les nouvelles générations vivent leur appartenance philosophique dans une société plurielle. À cet égard, toutes les religions monothéistes, le judaïsme, le christianisme et l'islam, s'accordent sur le fait que « la religiosité n'empêche aucunement l'individu de vivre son époque tout en observant les principes de sa propre religion »414. C'est dans cette perspective d'adaptation contextuelle que s'inscrit le cours de religion islamique. Le cours privilégie une approche axée sur une volonté du vivre-ensemble. Celle-ci passe nécessairement par la voie d'une démarche qui prend en compte les valeurs d'échange et de respect mutuel dans une société plurielle.

9En ce qui concerne les enjeux du cours de religion islamique, ce dernier propose à l’élève, au même titre que l'ensemble des cours philosophiques :

  • 415 Idem.

« des points de repère pour son devenir personnel, des grilles d'analyse pour ses choix quotidiens, ces cours permettent aux jeunes de se structurer et de vivre de manière réfléchie et responsable. Ils mettent en œuvre une éducation globale qui est avant tout une recherche de sens et une interpellation en référence aux textes, aux héritages et aux contextes culturels, qu'ils soient religieux ou laïques. Ces derniers constituent des sources d'inspiration et de créativité philosophique et spirituelle. […] Les cours de morale et de religion stimulent des démarches qui développent une approche cohérente des valeurs. »415

10Soulignons enfin les points communs qui rassemblent les différents cours philosophiques. En effet, quelles que soient les valeurs que chacun peut évoquer dans sa différence, les inspecteurs des cours philosophiques et les membres du corps professoral partagent les mêmes idéaux :

  • la dynamique de la libération, y compris la libération de la pensée, là où se produisent des phénomènes de réduction, d'appauvrissement, d'oppression et de négation de l'humain ;

  • la recherche infatigable de la paix, de la fraternité, de la justice, de l'amitié et de l'amour ;

  • le développement de l'engagement démocratique par l'apprentissage du dialogue et de la tolérance dans l'estime des différences et le respect mutuel ;

    • 416 Idem.

    l'éducation à la citoyenneté par la reconnaissance et le respect des Droits de l'Homme et des libertés fondamentales.416

11Notre référentiel de compétences dans le cadre du cours de religion islamique a été aussi une révolution, parce qu'il n’y a pas eu de questions taboues (éducation affective et sexuelle, égalité hommes-femmes, l'apport des juifs à la civilisation musulmane). Les cours de religion islamique à l'école s'inscrivent ainsi dans un cadre légal et sont spécifiques au milieu scolaire. De la sorte, ils nous semblent constituer un rempart contre les extrémismes, le radicalisme et le communautarisme. Le fait qu'ils soient encadrés institutionnellement leur confère en effet un « arsenal » juridique et statutaire légal qui permet de lutter contre tout dérapage idéologique. Parallèlement, l'enseignement de la religion islamique qui est dispensé dans ce cadre légal offre aux élèves des outils qui leur permettent de se remettre en question, de prendre de la distance par rapport à un discours susceptible d'être entendu à l'extérieur de l'école, dans des lieux de culte ou ailleurs. La crainte serait, si on touche à cet enseignement organisé dans un cadre officiel, d'ouvrir la porte à un enseignement privé qui échapperait à tout contrôle et qui malheureusement pourrait répandre des idées extrémistes et des idées radicalisées. En d'autres termes, les cours de religion islamique contribuent à déconstruire un éventuel discours radicalisé.

2. Une éducation à la citoyenneté

12Dans la DPC, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles envisage d'introduire un cours de citoyenneté destiné à tous les élèves de l'enseignement officiel, en remplacement d'une des deux heures octroyées aux cours de religion et au cours de morale non confessionnelle. Nous sommes bien évidemment favorables à l'organisation d'un tel cours, tout en nous interrogeant sur les modalités de sa mise en œuvre. Au-delà de notre souhait de maintenir en place les cours philosophiques à l'école, cette idée rejoint notre ambition d'introduire dans le cursus des élèves un cours de philosophie, pas en tant que matière proprement dite mais en tant que questionnement philosophique susceptible de développer chez les élèves des habiletés de pensée, de leur apprendre à argumenter, à raisonner, à synthétiser, à prendre de la distance, à critiquer, etc. Il n’est pas question, dans le cadre scolaire, que l’élève au cours de religion islamique se mette devant un professeur, comme devant un religieux ou un imam, en train de faire de la catéchèse. Donc le questionnement philosophique est absolument nécessaire et c'est pour cela que nous l'avons inclus dans le référentiel de compétences du cours de religion islamique, mais nous souhaitons que l'enseignement de religion continue en parallèle avec tous les aspects qui concernent le questionnement philosophique et l’éducation à la citoyenneté.

13Nous partageons l'idée de la ministre de développer une éducation à la citoyenneté. Il est certain que pour pouvoir construire un vivre-ensemble, il est grand temps d'éduquer nos élèves au pluralisme de notre société, aux valeurs humaines et aux droits de l'homme. Compte tenu du climat sociétal actuel, en particulier les attentats de Paris de ce début d’année 2015, il est impératif de dégager du temps afin d'ancrer ces valeurs dans l'espace scolaire. Ces concepts sont malheureusement la plupart du temps abordés de manière rapide et superficielle. Nous sommes également convaincus qu'une heure hebdomadaire d'éducation à la citoyenneté n'est pas suffisante. Cette manière d'envisager la citoyenneté nous fait penser à une discipline qui serait enseignée comme un cours de français ou de mathématiques.

14Or, nous ne sommes pas favorables à l'idée que cette matière fasse l'objet d'un cours en particulier mais bien qu'il soit donné de manière transversale. En effet, de notre point de vue, l'éducation à la citoyenneté n'est pas une discipline qui doit être confiée à un seul professeur. Elle est au contraire une discipline qui traverse toutes les disciplines et toutes les matières. Tous les professeurs, quelle que soit leur discipline (français, histoire, religion, éducation physique, etc.), le monde scolaire dans son entièreté, et même toute la société, nous semblent être concernés par l'éducation à la citoyenneté. En outre, cette idée ne remettrait dès lors aucunement en question le maintien des cours de morale et de religion et ne touche pas aux emplois des professeurs en fonction.

15Quant au fait que des professeurs de religion et de morale donnent un cours de citoyenneté, tout dépendra du contenu du cours. Avant de définir ce paramètre, il importe de déterminer au préalable les référentiels de compétences de ce nouveau cours de citoyenneté. C'est ce qui permettra de voir qui peut donner ce cours. La question du budget est évidemment centrale puisqu'il s'agirait d'une opération « blanche ». Le gouvernement veut diminuer d'une heure les cours philosophiques pour créer un nouveau cours mais n'a en effet pas les moyens d'investir dans cette nouvelle discipline. Il est donc indispensable de maintenir les enseignants qui sont en place.

  • 417 Cf. Article 2 de l’AR du 25/10/1971.

16Ce cours serait-il dès lors organisé sous le cadre de la neutralité ou alors de la déontologie des enseignants ? Si on inscrit ce cours dans le cadre de la neutralité, est-il possible qu'un professeur de religion islamique ou qu'un professeur de religion catholique ou orthodoxe ou même de morale non confessionnelle puisse à un moment sortir de son engagement de professeur de religion et être neutre dans une autre discipline ? Il importe donc d'examiner le cadre dans lequel on va pouvoir inscrire ce cours. Tous les professeurs sont concernés par la neutralité et l’article 8 de l’AR du 22 mars 1969 s’applique à tous les enseignants y compris les maîtres et professeurs de religion417 : « Ils doivent observer, dans l'exercice de leurs fonctions, les principes de neutralité de l'enseignement de l'État. Ils ne peuvent utiliser les élèves à des fins de propagande politique. » De toute manière, en partant du principe qu'il faut maintenir les emplois des enseignants, il sera nécessaire d'organiser une formation pour ces enseignants. Parce qu'il est certain qu'on ne devient pas du jour au lendemain professeur de citoyenneté. Si l'on veut former les élèves du primaire et du secondaire, une formation continuée pour les professeurs déjà en fonction et une formation initiale en hautes écoles et à l'université pour les futurs enseignants sera évidemment indispensable et devra être mise en place.

17Il sera important aussi de définir ce que l’on entend par citoyenneté. Même aujourd'hui, en Europe, il y a des nuances dans la citoyenneté. Elle n'a pas la même définition pour chacun. Par exemple, dans les pays anglo-saxons où l'on favorise le communautarisme, on vit les uns à côté des autres et pas les uns avec les autres. Ce système-là ne nous convient pas. Je pense que nous, citoyens belges de confession musulmane, nous sommes d'abord citoyens belges avant d'être musulmans. C'est d'abord notre appartenance à un pays, notre appartenance à un système qui détermine notre citoyenneté, avant de parler de la religion. C’est la neutralité de notre État qui permet à toutes les convictions de coexister. On sait ce que l’on risque lorsqu’une religion majoritaire domine. La laïcité politique est une garantie de l'expression des différentes convictions. Je suis un défenseur farouche de la laïcité politique qui signifie, dans notre pays, la neutralité de l’État parce que c'est grâce à ce système que nos différentes convictions peuvent s'exprimer et exister. Ce pluralisme et cette éducation à la citoyenneté et aux droits de l'homme doivent donc être promus partout, c’est ainsi que notre société trouvera son salut.

  • 418 Référentiel de compétences du cours de religion islamique, p. 29. Document consultable en ligne sur (...)

Le rôle positif de l’interaction sociale dans une société d’individus est conjointement lié à leurs indépendances et leurs libertés. Devant les droits que garantit la société, chaque citoyen est investi d’une responsabilité individuelle et collective. Ce que d’aucuns nomme citoyenneté connaît différentes déclinaisons en fonction des contextes socio-historiques. Toutefois, les débats de cette dernière décennie autour de la question de l’éducation à la citoyenneté montrent à quel point le registre du pathos l’emporte malheureusement sur celui de la raison.
Dans le sillage de la pensée de Ibn khaldoun qui stipulait que « l’homme ne peut exister que parmi les siens », Françoise Héritier affirmera bien plus tard que « par essence, chaque individu est un mixte ». Cependant, bons nombres de discours politiques et de représentations collectives trouvent un grand creux dans ces vérités anthropologiques.
Inévitablement, toute citoyenneté pose la question du sacré dans la cité, mais aussi du culturel et du politique. Pacifier la société de ses tentations sectaristes est dès lors un défi de chaque instant. Et toute éducation à la citoyenneté ne peut faire l’économie de l’affirmation lévi-straussienne : « la diversité des cultures humaines est derrière nous, autour de nous et devant nous. »418

18Sur le plan pédagogique, il nous semble que l'éducation à la citoyenneté doit être envisagée au travers d'activités concrètes organisées pour tous les élèves quelle que soit leur conviction religieuse, et non pas par le biais d'un cours ex cathedra. Parallèlement aux notions de liberté individuelle, de liberté d'expression et aux droits de l'homme, il serait également indispensable de montrer aux élèves que quand on parle de civilisation, on parle de civilisation humaine, pas seulement islamique ou judéo-chrétienne. Il faut leur apprendre que tous les êtres humains, quelle que soit leur conviction ou leur culture, ont contribué à un moment donné de l'histoire à cette seule civilisation humaine, universelle, à laquelle ont contribué les grecs, les chinois, les arabes, les juifs ou encore les laïcs et les athées, malgré des cultures et des parcours différents.

  • 419 Conseil de l’Europe, Livre blanc sur le dialogue interculturel, Strasbourg, 2008.

19Et il faut mettre en place des projets qui nous permettent de vivre ensemble, pas vivre les uns à côté des autres, chaque communauté dans son coin. Il est nécessaire que les gens se mélangent, célèbrent des fêtes ensemble, aillent chez les voisins. Il faut ouvrir les lieux de culte, les centres d'action laïque, que tout citoyen belge non musulman qui passe devant une mosquée, s'il a envie d’entrer, qu’il puisse le faire pour voir ce qui s’y passe. Il ne faut pas considérer ces lieux comme des chasses gardées, cela alimente la peur. J'appelle les musulmans eux-mêmes à ouvrir leurs portes et à organiser des journées portes ouvertes de tous les lieux de culte de la Belgique. Les musulmans sont des citoyens belges, il ne faut plus discuter de cela. Il existe encore quelques petits problèmes d’ordre culturel ou même d’ordre religieux qui doivent trouver une solution. Tout le monde doit faire des efforts, les musulmans et les non musulmans, tous les citoyens dans leur grande diversité sont concernés pour construire « un vivre ensemble dans l’égale dignité »419.

3. Mois de la tolérance dans l’enseignement organisé et subventionné par la FWB

20Si nous mettons en œuvre un projet de tolérance (respect mutuel) comme le souhaite Madame Milquet, tout le monde doit s'y engager. Notre société a besoin de cela. Si chacun éduque à la tolérance, autant le faire ensemble. C’est le cas notamment pour la commémoration des événements liés à la première guerre mondiale, comme l’ont fait des professeurs des cours philosophiques à Dinant, où il y a eu beaucoup de victimes. Il est important d’amener les élèves à ces endroits, visiter l'histoire de la première guerre mondiale, apprendre pourquoi cela s'est déclenché, quelles ont été les conséquences. En parlant de la deuxième guerre mondiale, il faut leur expliquer qu'il y a eu des musulmans qui sont venus, qui se sont battus contre la barbarie et qui sont morts. Et ce n'est absolument pas valorisé dans l'enseignement, on n’en parle pas ! On ne parle jamais de la participation des musulmans dans les programmes scolaires, alors qu'à Chastre, à Gembloux, dans les cimetières, il y a au moins mille tombes de soldats marocains qui sont tombés lors de la bataille de Gembloux. Ces soldats avaient été envoyés par le roi Mohammed V qui avait d'ailleurs refusé de livrer les juifs au gouvernement de Vichy. Les juifs et les musulmans vivaient et vivent encore en harmonie. C'est très important de mettre cela en valeur, que les jeunes sachent ce qu'ont fait leurs ancêtres. De même, montrer l'apport de la civilisation musulmane aux sciences. L'âge d'or de l'islam, cela a existé. Ces jeunes musulmans européens et qui sont nés en Europe ne connaissent pas ce passé, cette civilisation des lumières qui a beaucoup apporté à l’humanité. Je souhaite qu’ils s'identifient à Averroès, à Avicenne... Or, ceci n'est pas mis en valeur. Combien de jeunes musulmans savent-ils qu’Averroès et Maïmonide ont travaillé à la même époque ? Si on réservait au moins quelques heures d’un cours commun pour parler de cela, ce serait déjà contribuer à l’éducation à la citoyenneté.

21Après les attentats de Charlie Hebdo, beaucoup d'initiatives ont été prises sur le terrain, afin de rassembler les élèves, de les mettre ensemble sur des projets communs. Quelques difficultés sont rencontrées dans les grandes villes, liées surtout aux événements du Moyen-Orient. Il est important de ne pas importer le conflit ici. Chacun a le droit de s'exprimer, mais dans le respect des lois. Face à ce type de problèmes, il est important d’amener les élèves à discuter, à dialoguer. J’ai proposé par exemple de faire des jumelages entre des écoles bruxelloises de l’enseignement officiel et des écoles juives afin que les élèves se rencontrent, qu'ils puissent faire des voyages ensemble, aller visiter des musées juifs, musulmans, des synagogues, des mosquées, participer à des fêtes ensemble. Il y a quelques petites initiatives qui se font, mais pas assez. Dans le même ordre d’idée, je suis aussi occupé à travailler à la rédaction d'un outil pédagogique destiné aux enseignants, à tous, pas seulement aux professeurs de religion islamique. Il a pour objectif de déconstruire les discours radicalisés qui se répandent sur Internet. Il faut pouvoir contrer ces discours par l’argumentation et par une éducation aux medias.

4. Conclusion

22La religion islamique fait aujourd'hui partie intégrante du paysage culturel de la Belgique, même si, nous en sommes conscients, elle présente un statut particulier par rapport aux autres cultes puisqu'elle est aujourd'hui au centre de tous les débats. Dans ce contexte, il nous apparaît indispensable de maintenir l'organisation des cours philosophiques à l'école, peut-être davantage dans le contexte actuel car ces cours permettent dans une certaine mesure de lutter contre les tentatives de radicalisation qui n’est pas propre à une conviction ou à une philosophie.

  • 420 « Fédérer pour réussir. 2014-2019 », Fédération Wallonie-Bruxelles, p. 10, 1.3.

23Toutefois, malgré notre souhait de continuer à assurer une éducation religieuse à l'école, exempte de tout prosélytisme, ouverte au contraire au pluralisme des valeurs, nous sommes plus que favorables à l'introduction d'un cours d'éducation à la citoyenneté qui rassemblerait tous les élèves quelles que soient leurs convictions. Tout dépend cependant de ce qu'on entend par « citoyenneté ». En quoi consiste au juste la citoyenneté ? La déclaration de politique communautaire du Gouvernement parle « de référentiels spécifiques, incluant un apprentissage des valeurs démocratiques, des valeurs des droits de l’Homme, des valeurs du vivre-ensemble et une approche historique des philosophies des religions et de la pensée laïque »420. Ces matières ont bien sûr toute leur place à l'école mais sont-elles réellement toutes enseignables par les professeurs des cours de religion ou encore de morale non confessionnelle ? En ce qui concerne des matières comme les droits de l'homme et la démocratie, ne serait-il pas préférable que ce type d'enseignement soit dispensé par un enseignant d’une autre discipline, par exemple dans le cours d’histoire ? De même, lorsque l’on parle d'histoire des religions, des faits religieux, ces matières doivent-elles être abordées par quelqu'un qui est au-dessus de toute conviction, qui est « neutre » et qui parlerait de ces différentes convictions ? Ou bien serait-ce plus intéressant que ce soit quelqu'un qui viendrait parler de sa conviction comme un témoin vivant, qui parlerait de sa conviction de l'intérieur, en tant que musulman, en tant que juif, en tant que chrétien, en tant que laïque, etc. ? Tout dépend bien sûr de ce qui va être conçu comme projet.

24Plutôt qu’un cours spécifique comme toutes les autres disciplines, avec un contenu, avec des chapitres, avec un professeur qui serait chargé de donner ce cours, nous pensons au contraire qu’il faut des projets concrets sur le terrain. Il faut débattre avec les élèves, déconstruire leurs représentations, à la fois donner des savoirs, mais aussi les mettre en projet, par une pédagogie active.

Notes

413 Sur 450 enseignants en fonction à l'époque.

414 Cf. Les cours de morale et de religion : des lieux d’éducation. Document consultable en ligne sur www.religion-islamique.be.

415 Idem.

416 Idem.

417 Cf. Article 2 de l’AR du 25/10/1971.

418 Référentiel de compétences du cours de religion islamique, p. 29. Document consultable en ligne sur www.religion-islamique.be.

419 Conseil de l’Europe, Livre blanc sur le dialogue interculturel, Strasbourg, 2008.

420 « Fédérer pour réussir. 2014-2019 », Fédération Wallonie-Bruxelles, p. 10, 1.3.

Auteur

Licencié en théologie islamique, diplômé en pédagogie, en sciences agronomiques et en sciences de l’environnement. Il est inspecteur en Fédération Wallonie-Bruxelles pour les cours de religion islamique dans l’enseignement secondaire et dans l’enseignement fondamental (Administration générale de l’enseignement et de la recherche scientifique - Service général de l’Inspection). Il est responsable de la commission programme des cours de religion islamique, directeur de l’Institut supérieur des études et de recherches « Averroès », vice-président de l’Assemblée générale de l’exécutif des musulmans de Belgique, membre du Conseil consultatif supérieur des cours philosophiques dont il fut le président de 2008 à 2010

© Presses universitaires de Louvain, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search