Version classiqueVersion mobile

Morale et religions à l'École ?

 | 
Jean Leclercq

Points de vue des acteurs

Le cours de religion catholique

Pascale Tuerlinck Otten

Texte intégral

1. Qu’est-ce que le cours de religion catholique ?

  • 410 Décret mission de la communauté française, 1997.

1C’est une discipline scolaire à part entière qui déploie les missions précisées notamment dans l’article 6 du décret « Missions »410 :

La communauté française, pour l’enseignement qu’elle organise et tout pouvoir organisateur, pour l’enseignement subventionné, poursuivent simultanément les objectifs suivants :

  1. Promouvoir la confiance en soi et le développement de la personne de chacun des élèves ;
  2. amener tous les élèves à s’approprier des savoirs et à acquérir des compétences qui les rendent aptes à apprendre toute leur vie et à prendre une place active dans la vie économique, sociale et culturelle ;
  3. préparer les élèves à être des citoyens responsables, capables de contribuer au développement d’une société démocratique, solidaire, pluraliste et ouverte aux autres cultures ;
  4. assurer à tous les élèves des chances égales d’émancipation sociale.
  • 411 Programme de religion catholique – enseignement secondaire, Licap, 2001.

2Il permet de penser et de travailler avec rigueur des problématiques aux enjeux porteurs de sens pour l’existence411. Un nouveau programme précis pour l’enseignement primaire (publié en 2001 par le ministère de la communauté française) et pour l’enseignement secondaire (2001 édité par LICAP) balise le travail des enseignants. En mai 2012, toutes les religions ont présenté un référentiel commun qui s’ajoute à cela et développe questionnement philosophique, citoyenneté et dialogue interconvictionnel. Ce programme – comme les autres disciplines scolaires – est articulé autour de compétences à mettre en œuvre. Plusieurs manuels chez divers éditeurs ont été réalisés pour soutenir le travail des enseignants et leur donner des documents et mises en œuvre concrètes du cours. Ce travail fait sur le programme et les programmations montre que le cours est en continuelle évolution et ce en phase avec l’évolution sociétale. Des formations sont dispensées chaque année pour la formation continuée des enseignants. Un corps d’inspection propre à chaque religion est présent et agissant. Vous l’avez compris, ce cours n’est ni une catéchèse, ni un cours visant à l’endoctrinement ou au prosélytisme.

2. Sur le terrain

3Même si tout n’est pas toujours optimal, sur le terrain ce cours est souvent un espace de dialogue, de respiration pour les élèves où les questions d’existence, de spiritualité, d’émotions peuvent être envisagées. Des mots sont mis sur les ressentis, une pensée rationnelle peut s’élaborer sur ces questions. Ce type de travail ne serait peut-être pas fait dans d’autres lieux et il peut désamorcer notamment les fondamentalismes. Sur le terrain aussi, dans les écoles officielles où se proposent les cours de plusieurs religions et de morale laïque, de nombreux projets interconvictionnels sont créés à tous les niveaux du primaire et du secondaire. Je garde encore ce souvenir précis d’une école primaire d’enseignement spécialisé où morale et religion ont créé ensemble une journée appelée « Théolérance » centrée sur la connaissance et respect de chaque conviction.

3. Diversité

4Nous vivons dans une société aux convictions multiples. Nous sommes confrontés à des discours, des prises de position diversifiées. Un travail de réflexion, de compréhension, d’explicitation de ces sujets est de mise au cours de religion. Or, des propositions sont faites pour mettre en place un seul cours sur les religions. En « neutralisant » les convictions par un seul cours, ne risque-t-on pas de faire taire cette diversité vécue par les citoyens ? Comment alors faire vivre un dialogue vrai avec les élèves dans lequel la conviction resterait permise, acceptable ?

Notes

410 Décret mission de la communauté française, 1997.

411 Programme de religion catholique – enseignement secondaire, Licap, 2001.

Auteur

Licenciée et agrégée en archéologie et histoire de l'art de l'Université libre de Bruxelles. Elle a suivi une formation pédagogique complémentaire à l'Institut Lumen Vitae de Bruxelles. Maître de religion, puis professeur d'histoire de l'art et de religion catholique dans l'enseignement secondaire supérieur, elle est actuellement inspectrice pour le cours de religion catholique

© Presses universitaires de Louvain, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search