Version classiqueVersion mobile

Morale et religions à l'École ?

 | 
Jean Leclercq

Points de vue des acteurs

Quels cours pour quelles religions ?

Thomas Gergely

Note de l’auteur

Cette contribution n’engage que l’avis de l’auteur qui ne représente aucune instance officielle du judaïsme belge.

Texte intégral

1En ce début de 21e siècle, il n’aura échappé ni aux parents ni aux enseignants à quel point beaucoup de jeunes étaient en quête de « spiritualité », même s’ils cernaient mal ce que recouvre exactement leur attente. Les adultes non plus ne savent pas trop, tant est diffus le spectre de cette notion de « spiritualité », toujours recherchée comme une voie de dépassement de soi et du matériel mais, par nature, impossible à définir. Est-ce à dire que, face à cette difficulté, il faille faire table rase de ce que les spiritualités classiques (juive, chrétienne, musulmane, laïque… pour les citer dans un ordre chronologique) ont pu, jusqu’à ce jour, apporter au monde, fût-ce de façon (très) imparfaite ? Rien n’est moins assuré.

2Certes, on a pu, à raison, objecter aux cours de religion (et de morale), ainsi qu’ils s’enseignent en Belgique, leur caractère cloisonné, chaque appartenance se limitant, sauf exception, à exposer un être au monde façonné au gabarit de sa propre tradition. Et, partant, d’entretenir ainsi l’inculture quant aux valeurs des autres. À cet égard, l’expérience quotidienne montre d’ailleurs nettement l’ignorance de la majorité des chrétiens et des musulmans à l’égard des fondements du judaïsme ; la méconnaissance des juifs et des chrétiens touchant aux valeurs de l’islam ; l’absence de savoir des juifs face aux valeurs du christianisme, etc.

3D’où l’idée, généreuse certes, avancée par d’aucuns, soucieux de faire tomber les œillères, de supprimer des enseignements perçus comme quasiment sectaires. Mais pourrait-on agir de la sorte dans un monde où l’interrogation de type religieux s’accentue en proportion inverse du déclin des pratiques ? Ce n’est pas certain. L’alternative proposée voudrait alors que l’on crée, outre un cours de philosophie générale – toujours souhaitable – un enseignement où les différentes religions soient présentées à tous, de manière comparatiste. Soit. Reste à voir comment opérer dans la pratique.

4À moins de trouver le professeur, quasi inexistant, riche de l’expérience vécue des trois religions actuellement enseignées, on se réduirait, nécessairement, à une pédagogie livresque qui, par nature, passerait à côté des véritables dimensions de deux spiritualités sur trois. Comment, en effet, un juif ou un musulman qui n’y croient pas, exposeraient-ils de façon constructive des mystères de la foi chrétienne, comme l’Incarnation ou la Trinité ? Comment un chrétien ou un juif, qui n’en croient rien, approcheraient-ils avec le respect qui convient, ce que représente la figure de Mohamed, considéré par un milliard et demi de fidèles comme le plus grand et dernier prophète (de la lignée d’Israël !), porteur du sceau de la vérité ultime (le Coran) ? Comment encore un musulman expliquerait-il sans réticence le mystère de la Croix salvifique, raison de vivre et d’espérer de deux milliards et demi de chrétiens, alors que le Coran affirme que Jésus n’a jamais été crucifié ?

5Confronté aux importantes difficultés de ce genre, à ne pas en douter, l’enseignant se réfugiera dans ce que permet la description anthropologique et réductrice des rites et coutumes – souvent perçues comme bizarres – des milieux qu’il sera appelé à décrire, au risque permanent de se tromper. Bien sûr, nous n’en sommes plus au Moyen Âge où tel ecclésiastique écrivait sans frémir : « Ut dixit Rabbinus Talmud », « comme le dit le Rabbin Talmud », parce que, en effet, on écrit : « Le Talmud dit que… » Il est moins loin le temps où, entre les deux Guerres, un officier supérieur de l’armée française, pourtant homme instruit, écrivait au Grand Rabbin en l’appelant : « Monsieur le Grand Sacrificateur », oubliant sans doute que le judaïsme avait aboli les sacrifices en l’an 70 !

6Et de nos jours ? Pour ne prendre qu’un seul exemple, parmi des dizaines d’autres, et qui mériteraient, un jour, une étude systématique, que dire de la grande maison d’édition Gründ qui a publié, en 2009, un remarquable guide des religions, admirablement illustré, très respectueux de toutes les convictions et de leurs pratiques, mais entaché d’approximations ? En voici un échantillon relatif au judaïsme. Une photo montre un juif sonnant du Shofar, la corne de bélier. La légende dit : « Homme jouant du shofar, corne sculptée dans une corne de bélier. » On ne joue pas du shofar ; et l’instrument n’est pas sculpté. Une maquette représente le Second Temple de Jérusalem, construit par Hérode le Grand. Il est confondu, dans les explications, avec le Premier Temple, reconstruit au retour de l’Exil à Babylone en-538, ce qui correspond à la seconde édification du Premier Temple, et nullement à l’élévation du Second. Hérode le Grand, né en-73, est présenté comme mort en-34 au lieu de 4. Ailleurs, on parle de « synagogue des juifs », comme s’il existait des synagogues chrétiennes, même si les termes grecs synagogê et ekklesia sont synonymes. Plus bas, on lit que la Torah comporte 613 « instructions » : il s’agit, en fait, des Commandements. La nuance n’est pas anodine. Quelques pages plus loin, on découvre : « Au temps d’Abraham, déjà les juifs… » Mais les juifs, en tant que tels, n’apparaissent sur la scène de l’histoire qu’au 5e siècle avant l’ère commune. À l’époque d’Abraham (vers-1800), il convient de parler des Hébreux. Ce qui évite de confondre les us et coutumes de populations distantes de 1500 ans.

7L’illustration d’une des pages montre les étudiants d’une yeshiva, une école talmudique. La légende désigne la yeshiva comme « groupe d’étude religieuse… » Un groupe n’est pas une école. Une photo montre un juif portant au front et au bras gauche, lors de la prière du matin, ses phylactères (tefilin en hébreu). Ce sont deux boîtiers en cuir contenant des versets de la Torah. Le commentaire explique : « Un fidèle porte les tefilin (étuis contenant des versets sacrés) pour conserver les écritures près de lui ». C’est n’avoir rien compris à l’usage des phylactères. Ces approximations, et beaucoup d’autres, peu graves en soi, qui n’entament en rien le respect de l’auteur, non-juif, pour la religion qu’il décrit, montrent les limites d’une approche extérieure de la spiritualité d’autrui et des instruments qui l’expriment.

8Il me semble donc que la prudence s’impose. Si vraiment on désire abolir les cloisons – et la démarche est souhaitable pour obtenir un meilleur vivre ensemble – le moins que l’on pourrait faire serait de confier ce type d’enseignement à des représentants de chacune des spiritualités en cause, qui viendraient ensemble expliquer les pourquoi et les comment de leurs religions respectives, sans prosélytisme possible parce qu’ils s’exprimeraient sous le regard de leurs collègues.

9Camus n’écrivait-il pas qu’à « mal nommer les choses, on augmentait le malheur du monde » ? Il serait regrettable qu’au fil d’un projet de qualité, destiné à améliorer la compréhension mutuelle, on aboutisse au résultat inverse en raison d’une mise en œuvre irréaliste.

Auteur

est diplômé en philologie. Professeur au département de philosophie de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université libre de Bruxelles, il est également professeur d’histoire juive à l’Institut d’Études du Judaïsme à l’ULB, dont il est directeur depuis 2001. Il a été professeur invité à la Faculté de théologie de l’Université catholique de Louvain.

© Presses universitaires de Louvain, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search