Version classiqueVersion mobile

Morale et religions à l'École ?

 | 
Jean Leclercq

Points de vue des acteurs

Le cours de morale non confessionnelle. Un cours de philosophie pour tous : devoir de réserve et liberté pédagogique

Pascal Piraux

Texte intégral

1. Un cours ouvert à tous et toutes

  • 395 Loi du 29-05-1959 dite du Pacte scolaire, Moniteur belge, 19-06-1959.

1Le cours de morale non confessionnelle sous sa forme actuelle trouve son origine dans le Pacte scolaire395. Il est défini négativement non confessionnel par opposition aux cours de religions et de morales inspirées de ces religions.

  • 396 Les religions reconnues par l’État belge sont les religions catholique, protestante, orthodoxe, an (...)
  • 397 Il s’agit de l’enseignement officiel, organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles (ex enseigneme (...)

2Le cours de morale non confessionnelle est ouvert à tous les élèves sans aucune distinction de croyance ou de non croyance. Les enfants de parents athées, agnostiques, croyants de religions agréées ou non par l’État, dont les cours sont ou non organisés396 dans les écoles publiques397 en Communauté française peuvent le suivre librement. L’élève du cours de morale non confessionnelle peut ne s’inquiéter d’aucune croyance ou non croyance ! Le cours de morale non confessionnelle est ouvert à tout le monde, il ne s’adresse à aucune catégorie particulière. Ce faisant, il présente la même universalité que les cours généraux, techniques ou de pratiques professionnelles.

2. Des enseignants et un cours comme les autres

  • 398 Les titres requis pour enseigner la Morale non confessionnelle sont repris dans l’Arrêté de l'Exéc (...)
  • 399 Enseignement fondamental : Programme de Morale pour les Trois cycles, MCF, AGERS, 2005 (2e édition (...)
  • 400 Les Commissions des programmes sont installées auprès du Service de pilotage de l’enseignement de (...)
  • 401 Les inspections de morale dépendent respectivement des Services de l’inspection primaire, secondai (...)
  • 402 Décret de la Communauté française définissant les missions prioritaires de l'enseignement fondamen (...)
  • 403 L’enseignement libre non confessionnel subventionné en Communauté française comprend 60 pouvoirs o (...)

3Les titres des professeurs qui dispensent le cours de morale non confessionnelle sont réglés par la loi et le décret : Instituteur primaire pour les Maîtres de Morale, AESI option morale ou en français-morale ou en mathématiques-morale ou français et morale pour le secondaire inférieur, AESS en philosophie pour le secondaire supérieur398. Les programmes399 de ces cours doivent être agréés par les Commissions des programmes400 au même titre que les programmes des cours généraux (mathématiques, français, histoire, biologie, p. ex.), techniques (électromécanique, p. ex.) ou de pratique professionnelle (pratique horticole, p. ex.) L’inspection de morale non confessionnelle fait partie du Service général de l’Inspection au même titre que les inspections des cours généraux, techniques et de pratique professionnelle401. Le programme de morale non confessionnelle se réfère au Décret « Missions » et aux Décrets « neutralité » tout comme c’est le cas pour les cours généraux, techniques et de pratique professionnelle organisés dans l’enseignement officiel402. Les professeurs de morale non confessionnelle, l’inspection de morale non confessionnelle ne dépendent d’aucune autre autorité que les autorités scolaires (Pouvoirs organisateurs officiels ou non confessionnels403, Service général de l’Inspection de la Fédération Wallonie-Bruxelles).

3. Devoir de réserve et liberté pédagogique

4La position de l’Inspection de morale non confessionnelle quant au sujet de la journée d’études « Les cours de religions/morale non confessionnelle et leurs alternatives » n’existe pas en tant que telle. Les inspecteurs et inspectrices de morale peuvent avoir des avis personnels, des positions convergentes ou divergentes en tant que personnes privées. De même, les professeurs de morale non confessionnelle ont chacun leur position, leur liberté pédagogique, leur conception du cours dans le cadre du programme en tant que référentiel des compétences spécifiques et transversales qui y sont développées.

4. Un cours de philosophie non doctrinaire

  • 404 Programme d’études du cours de morale, MCF, AGERS, 2002 (181/2002/240), p. 95-97.

5Actuellement, le cours de morale non confessionnelle comprend des aspects philosophiques, développés en secondaire supérieur404, où le titre requis pour l’enseignant est celui d’AESS en philosophie. Mais ces aspects sont déjà abordés en secondaire inférieur voire en primaire par l’utilisation de la philosophie pour enfants et adolescents. Les professeurs de morale, de par leur formation, sont déjà dans les conditions pour donner un cours de philosophie et/ou d’éthique (l’éthique en tant que science de la morale est une partie de la philosophie, à savoir la philosophie morale).

  • 405 Ibid., p. 1.

6Le cours de morale non confessionnelle, dans sa méthode, ne se réfère pas plus que les cours de français ou de biologie à une puissance transcendante ou un fondement absolu405. Il utilise la méthode scientifique – primauté de faits et de la raison pour établir des vérités qui peuvent être provisoires – et il accepte le pluralisme des valeurs. Chaque élève se construit ses propres valeurs et sa propre morale. Le cours refuse cependant le dogmatisme et le relativisme absolu. Ainsi, il refuse l’argument d’autorité auquel tout le monde devrait se plier parce que c’est ainsi, c’est donné, c’est écrit, parce que les autres auraient tort et seraient dans le faux. Mais il n’accepte pas non plus toutes les opinions parce que certaines d’entre elles, confrontées à l’aune de la critique, ne sont pas tolérables, comme c’est le cas du racisme, de l’homophobie, du sexisme, des intolérances et des fanatismes quels qu’ils soient…

7Le cours de morale non confessionnelle vise à développer l’autonomie, l’esprit critique, le choix individuel et l’engagement dans la société. Les objectifs majeurs de ce cours sont d’amener les élèves à se situer par rapport à la société, l’autonomie morale, l’engagement social. Il tient compte du vécu et du ressenti des élèves, leur apprend à manier la connaissance, à choisir et à agir.

5. Un cours basé sur l’élève

8Le cours comprend dans son programme la réflexion critique quant à la transcendance et l’immanence et quant à la citoyenneté et la vie sociopolitique, au même titre que la réflexion critique sur l’individualité, la connaissance de soi, l’humanité, l’art, la science, les relations avec autrui, les relations affectives et sexuelles, etc. Bref, on y parle de tout, on y pratique la philosophie : épistémologie, éthique, sens de la vie, anthropologie sous toutes ses formes, problèmes bioéthiques, sans a priori, dans le respect des convictions et opinions individuelles à condition que ces dernières reconnaissent cette réciprocité à leurs alter ego.

  • 406 Module 5.2, Ibid., pp. 111-125.
  • 407 Module 6.1, Ibid., pp. 126-138.
  • 408 Module 6.2, Ibid., pp. 139-153.

9Dans « Dans quelle société je veux vivre ? »406 en cinquième, le cours aborde la légitimité du pouvoir politique, les droits des citoyens, le contrat social, l’universalité des droits, la justice, etc. Dans « Qu’est-ce que je tiens pour vrai ? »407 et « Dans quel sens je donne à ma vie ? »408 en sixième, le cours s’intéresse, notamment, aux vérités révélées, aux métaphysiques, aux dogmatismes, à la finitude, à la transcendance et à l’immanence, mais c’est toujours de manière critique en tenant compte des individus, non d’une transmission de connaissances doctrinales et doctrinaires. Le « je » est toujours présent, comme les titres des modules l’indiquent.

6. Une matière particulière

10Au cours de morale non confessionnelle, on ne pratique pas l’histoire des religions, dans la mesure où cette matière fait partie du cours d’histoire ou d’autres cours généraux au même titre que l’histoire politique, économique, sociale, artistique, littéraire. On n’y pratique pas l’éducation civique en tant que description des institutions, dans la mesure où cette matière fait partie des cours de géographie, d’histoire, de sciences sociales et de sciences humaines. Mais on y pratique la réflexion critique sur n’importe quelle matière : épistémologie et théorie de la connaissance, éthique et philosophie morale, esthétique et philosophie de l’art et de la littérature, philosophie politique, questionnement sur le sens de la vie, etc.

Notes

395 Loi du 29-05-1959 dite du Pacte scolaire, Moniteur belge, 19-06-1959.

396 Les religions reconnues par l’État belge sont les religions catholique, protestante, orthodoxe, anglicane, israélite et musulmane. En Fédération Wallonie-Bruxelles, des cours correspondant à ces religions, à l’exception de la religion anglicane, doivent être organisés, à la demande des parents ou des élèves majeurs, dans l’enseignement officiel ou officiel subventionné. Quant aux autres religions, non agréées par l’État, elles ne reçoivent aucun subside, ne peuvent organiser un enseignement subventionné par les communautés et aucun cours leur correspondant n’est organisé dans une école officielle et/ou subventionnée.

397 Il s’agit de l’enseignement officiel, organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles (ex enseignement de l’État), et de l’enseignement officiel subventionné, organisé par la Commission communautaire française de la Région bruxelloise (COCOF), les provinces wallonnes et les communes en Communauté française, représentées par le Conseil de l’Enseignement des Communes et des Provinces (CECP) et le Conseil des Pouvoirs Organisateurs de l’Enseignement Officiel Neutre Subventionné (CEPEONS).

398 Les titres requis pour enseigner la Morale non confessionnelle sont repris dans l’Arrêté de l'Exécutif de la Communauté française du 22-04-1969 Moniteur belge du 01-05-1969. AESI signifie agrégé de l’enseignement secondaire inférieur, AESS agrégé de l’enseignement secondaire supérieur. Il semblerait que, pour l’enseignement secondaire inférieur, seul le titre d’AESI français-morale soit encore délivré. Pour occuper la fonction de maître de morale, il faut disposer d’un diplôme d'instituteur primaire délivré par un établissement d'enseignement officiel (option : morale non confessionnelle), par priorité. Pour être professeur de morale dans l’enseignement secondaire supérieur, il faut disposer du diplôme d'agrégé de l'enseignement secondaire supérieur (philosophie), délivré par un établissement non confessionnel, (par priorité).

399 Enseignement fondamental : Programme de Morale pour les Trois cycles, MCF, AGERS, 2005 (2e édition, 512/14) : http://www.restode.cfwb.be/download/programmes/512-14.pdf. Enseignement secondaire ordinaire de plein exercice. Premier Degré. Humanités générales et technologiques. Humanités professionnelles et techniques. Programme d’études du cours de morale, MCF, AGERS, 2002 (181/2002/240) :http://www.restode.cfwb.be/download/programmes/181-2002-240.pdf.

400 Les Commissions des programmes sont installées auprès du Service de pilotage de l’enseignement de l’Administration générale de l’enseignement et de la recherche scientifique (AGERS).

401 Les inspections de morale dépendent respectivement des Services de l’inspection primaire, secondaire, ordinaire et spécialisé. Ce n’est pas le cas des inspections des cours de religion qui dépendent des autorités religieuses de leurs confessions.

402 Décret de la Communauté française définissant les missions prioritaires de l'enseignement fondamental et de l'enseignement secondaire et organisant les structures propres à les atteindre du 24-07-1997, Moniteur belge, 23-09-1997. Décret de la Communauté française définissant la neutralité de l'enseignement de la Communauté du 31-03-1994, Moniteur belge, 18-06-1994. Décret de la Communauté française organisant la neutralité inhérente à l'enseignement officiel subventionné et portant diverses mesures en matière d'enseignement du 17-12-2003, Moniteur belge, 21-01-2004. Programme d’études du cours de morale, MCF, AGERS, 2002 (181/2002/240), p. 3.

403 L’enseignement libre non confessionnel subventionné en Communauté française comprend 60 pouvoirs organisateurs organisant 90 écoles et représentés par la Fédération des Établissements Libres Subventionnés Indépendants (FELSI). Les différents pouvoirs organisateurs de ce réseau ont le choix soit d’organiser tous les cours de religion et de morale comme dans l’enseignement officiel organisé ou subventionné soit de n’organiser que le cours de morale non confessionnelle.

404 Programme d’études du cours de morale, MCF, AGERS, 2002 (181/2002/240), p. 95-97.

405 Ibid., p. 1.

406 Module 5.2, Ibid., pp. 111-125.

407 Module 6.1, Ibid., pp. 126-138.

408 Module 6.2, Ibid., pp. 139-153.

Auteur

Licencié en philosophie, agrégé de l’enseignement secondaire supérieur en philosophie et licencié spécial en philosophie et culture (DEA) de l’Université libre de Bruxelles. Il est inspecteur inter-réseau des cours de morale non confessionnelle de l’enseignement secondaire ordinaire et spécialisé en Fédération Wallonie-Bruxelles (Administration générale de l’enseignement et de la recherche scientifique - Service général de l’Inspection)

© Presses universitaires de Louvain, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search