Version classiqueVersion mobile

Morale et religions à l'École ?

 | 
Jean Leclercq

États des lieux

Religions et morale non confessionnelle

Jean De Brueker

Texte intégral

1Sans intention de hiérarchisation, le CAL a toujours souligné que le cadre, le contenu, la logique, des cours de religion et du cours de morale non confessionnelle n’étaient pas de même nature. La morale et la religion ont certes des points de convergence, mais ne sont pas superposables ; cette dernière hypothèse présente par ailleurs deux dérives potentielles : d’une part penser qu’on n’a pas besoin de morale puisqu’on a une religion ou, d’autre part, concevoir la morale comme la simple déclinaison dogmatique d’une religion. Alors qu’il est fondamental de partager un bagage commun de valeurs, de comportements centrés sur les droits de l’Homme, de respect et d’égale dignité, en dehors ou en plus d’une éventuelle croyance, pratique, référence culturelle ou option non confessionnelle.

2Comment faire cohabiter la libre pensée et la libre croyance ? Comment permettre l’épanouissement de chacun au bénéfice de la collectivité tout entière ? Comment faire de ces différences une force, comment faire pour que chacun apporte sa pierre identitaire à l’édifice si ce n’est en favorisant la confection d’un mortier commun qui solidifie la structure sociétale ? Il en va de la connaissance comme du bonheur : elle ne s’affaiblit pas lorsqu’elle est partagée. L’ambition d’un cours commun remplaçant les actuels cours dits philosophiques, c’est la connaissance partagée du fait religieux, de la liberté de croire ou de ne pas croire, le doute, l’esprit critique, le choix, la possibilité de modifier un choix, l’écoute de l’autre, l’expression de son vécu, de son ressenti au sein d’une école de toutes et de tous, avec des enseignements communs où les différences sont sujets d’attention, de débat et non d’exclusion.

3Comment dégager des alternatives aux cours de religions et de morale non confessionnelle ? Pour changer, le principe est simple : on envisage du nouveau et on fait une « croix » sur l’ancien. Cette perspective, qui est devenue pour le mouvement laïque une revendication réfléchie et argumentée, ne s’est pas dégagée du jour au lendemain : elle est le résultat d’une longue maturation qui a conduit à une position qui compte sa part de renoncement. En effet, pendant de nombreuses années, le cours de morale a été la vitrine, la tête de pont de la laïcité. Le flambeau était identifié NON comme celui du CAL, mais comme on disait, et l’on dit encore, « celui de la morale laïque », voire des services d’incendie pour les personnes moins bien informées. Cette morale laïque, cette morale non confessionnelle, est à géométrie variable.

4Quand on veut assimiler le cours de morale au cours d’un culte de plus, la morale devient laïque avec le parfum sectaire que d’aucuns y insufflent. Quand on veut être défendu par la laïcité organisée, le cours reste laïque. Quand on met en cause sa neutralité, il est baptisé laïque et la ministre en exercice recherche désespérément « un vrai cours de morale ». Quand certains aspects du programme sont en lien avec des activités du mouvement laïque, il devient non confessionnel. Quand la structure laïque émet le souhait de participer à la désignation et au suivi des enseignants, le cours est plus que jamais non confessionnel. Pour sortir de tout cela par le haut, le CAL a marqué, en concertation et en accord avec son réseau associatif, un intérêt croissant pour une modification de la place, des spécificités, du cours de morale et dans la foulée des cours de religion, en parallèle à un investissement dans le secteur de la philo pour enfants.

5C’est ainsi que depuis 2010, le CAL, conjointement avec les 12 associations d’enseignants, de directeurs d’écoles, de pouvoirs organisateurs, de parents et de sympathisants de l’école publique, fédérées au sein du Centre d’étude et de défense de l’école publique (CEDEP), revendiquent la création dans tout l’enseignement obligatoire d’un cours commun de formation citoyenne qui se fonde sur une approche philosophique et sur une connaissance historique des religions et des mouvements de pensée non confessionnels, permettant aux élèves d’exercer librement leur esprit critique. Le nouveau cours commun devra s’adresser à tous les élèves, quelles que soient leurs convictions philosophiques ou religieuses ; il porte sur ce qui unit et non sur ce qui divise.

6Pour ce faire, le CAL revendique à la fois :

  • La suppression du caractère obligatoire des cours dits philosophiques et un renforcement de la formation citoyenne, destinée à tous les élèves et vécue en commun. Formation regroupant cette trilogie : éducation à la citoyenneté, histoire des religions et de la libre pensée et questionnement philosophique.
  • Certes, ces vastes parts du marché de la formation doivent être précisées et enrichies de contenus, éclairées par des méthodes d’approche, mais elles constituent un socle rassembleur ayant pour but de connaître, de comprendre, de s’interroger, de douter, de choisir, de partager… bref, un socle à même de donner de bons outils pour construire une citoyenneté partagée.

7Cette revendication, pour aboutir, devra surmonter les obstacles des corporatismes, des résistances aux changements, des craintes de diminution des parts de marché, des zones d’influences, de l’ascendance sur un public captif. Pour relever ces défis, il faudra bien sûr envisager les aspects concrets, pratiques, liés à une semblable réforme. Passer de l’obligation au facultatif, construire un contenu – des contenus – à la hauteur des ambitions, assurer la formation des enseignants, prendre des mesures pour sauvegarder les intérêts des actuels enseignants des cours dits philosophiques, renforcer l’efficacité de ce nouveau cours en l’inscrivant de manière transversale dans une école de tous, pour tous, à terme dans un réseau unique d’enseignement. Le monde ne s’est pas fait en un ni en sept jours ; l’école non plus. Alors allions volonté et réalisme pour changer, évaluer les pratiques et cadres actuels à l’aune de nos ambitions pour l’avenir.

Auteur

Diplômé en anthropologie sociale de l’Université libre de Bruxelles. Il est Secrétaire général du Centre d’Action Laïque

© Presses universitaires de Louvain, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search