Version classiqueVersion mobile

« Pour nous servir en l'armée »

 | 
Quentin Verreycken

Conclusion générale

Texte intégral

  • 1 ADN, B, 1695 f° 17 v°-18 r°.

« [...] [ils] nous ont servy en pluiseurs noz guerres et armees et esperons que encore faire doyent ou temps a venir »1.

  • 2 Jean de Dadizeele, Mémoires de Jean de Dadizeele, éd. Joseph Kervyn de Lettenhove, Bruges, Imprime (...)

« [...] tant que en eulx est, de nostre personne et de nostre armée, ne nous pourroit jamais ensuir aucun bon fruit de service, et par ce n’avons vouloir, ne besoing de nous en servir »2.

1Tout comme Joos de Damhouder et Jan Willot offraient deux regards différents sur les soldats, les deux présentes citations restituent deux visions stéréotypées du combattant, à ceci près que celles-ci émanent d’une même autorité : le duc de Bourgogne Charles le Hardi.

  • 3 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, p. 36.

2On ne s’étonnera guère qu’une étude basée sur l’exploitation de sources de nature judiciaire débouche sur un constat selon lequel au sein du triangle relationnel « État-soldat-population », c’est d’abord le premier qui transparaît. Comme l’affirmait jadis Michel Foucault, l’activité étatique est productrice d’un savoir concernant les sujets sur lesquels elle s’exerce3, et c’est d’abord ce savoir qui nous est saisissable au travers de nos sources. D’où l’intérêt de diversifier les points de vue en traitant non seulement un corpus de lettres de rémission, mais également la législation ducale, les comptes d’un officier de justice ainsi que les écrits de certains témoins du temps, certes au service de l’autorité princière. On le voit, la présence de cette dernière restait tout de même inévitable, bien qu’elle puisse se situer à différents niveaux dans les textes.

3Quoi qu’il en soit, ces deux regards portés par le duc de Bourgogne sur ses gens de guerre ont d’abord en commun le souci du service au prince. Ainsi que nous avons tenté de le démontrer dans le présent ouvrage, cette question devint centrale à partir du XVe siècle et contribua à la professionnalisation des armées : dorénavant, le « bon soldat » fut d’abord celui qui servait bien et loyalement son prince en n’agissant avec violence que dans le cadre strict de ses fonctions. Le « mauvais soldat », au contraire, était celui qui ne respectait pas les ordres et employait à des fins personnelles la force dont il disposait en tant que serviteur du prince et dépositaire de la force publique. Il ne faut pas pour autant en conclure que les comportements des gens de guerre puissent être simplement divisés entre, d’une part, une « violence publique », guerrière et légitime, et d’autre part une « violence privée », interdite et réprimée. La présence dans les registres de l’audience de lettres de rémission graciant des soldats pour avoir commis un homicide sur l’un ou l’autre individu en dehors du contexte de l’affrontement militaire démontre qu’il pouvait exister une forme de violence excusable qui n’était pas indigne du bon soldat, sans pour autant être assimilée à la violence guerrière entrant dans le cadre de ses fonctions. Nous avons pu établir que cette violence licite ne différait pas de celle de l’ensemble de la population : au même titre que n’importe quel autre suppliant, les gens de guerre étaient essentiellement graciés par Charles le Téméraire pour des cas de légitime défense ou de défense de l’honneur. Une analyse approfondie des récits de crimes contenus dans les lettres de rémission montre bien entendu des singularités propres aux actes commis par les gens de guerre, à commencer par les tensions internes au sein des armées ou les difficultés liées aux logements, mais pour l’essentiel, si le contexte diffère, les gestes restent les mêmes et se déroulent selon un scénario prédéfini bien connu grâce aux différentes études sur la rémission qui ont déjà pu être menées.

  • 4 Nous songeons naturellement aux traités de chevalerie et aux œuvres politiques des XIVe-XVIe siècl (...)

4Or, cette similarité entre les crimes graciés des gens de guerre et ceux du reste des sujets de Charles le Hardi n’allait pas de soi. À l’origine, nous pensions rencontrer dans les registres des lettres couvrant toute la gamme de crimes auxquels on associe habituellement les combattants, à commencer par le pillage ou le brigandage. Ce ne fut pas le cas. L’absence de tels documents suggère donc que ce type de violences n’était pas accepté par le duc de Bourgogne, ce que semble confirmer l’analyse de la législation princière. Cette dernière se montra en effet de plus en plus sévère de 1471 à 1476 à l’égard des soldats infracteurs et particulièrement envers les déserteurs qui, plus que tout autre, déshonoraient le service du prince et atteignaient à son autorité. La violence pardonnée de l’homme de guerre n’était donc pas la même que celle qui était activement incriminée dans les ordonnances et les mandements ducaux, et ceci nous semble étroitement lié au rôle nouveau dévolu au soldat à la fin du Moyen Âge. Sans doute ces considérations auraient mérité davantage de développements que ceux que nous avons pu apporter ici. Les lettres de rémission forment un corpus de sources suffisamment uniformes pour qu’on puisse y traquer, du début du XVe siècle jusqu’à la fin de l’ancien régime, les traces de la moindre grâce accordée à un homme de guerre. Singulièrement, le concept du « bon soldat » à lui seul mériterait une étude sur la longue durée, sur base bien entendu de sources législatives et judiciaires, mais également littéraires4.

5Toujours est-il que si nous restons au niveau du règne du Téméraire, il nous faut encore constater ce qui semble être un profond contraste entre la sévérité de la législation et son application effective : la multiplication de textes répressifs, l’aggravation graduelle des peines et les nombreuses réprimandes du duc à l’égard des autorités militaires et judiciaires laissent entendre qu’à plus d’un titre, la poursuite et la condamnation des violences incriminées des soldats étaient insatisfaisantes aux yeux du prince.

6En vis-à-vis de cette répression apparemment insuffisante, l’étude des lettres de rémission accordées par Charles le Hardi nous a finalement permis de relever l’existence d’une pratique particulière du pardon à l’égard des gens de guerre. D’une part, celle-ci s’observe au travers de la promotion du nouveau modèle de combattant voulu par le prince, qui s’exprime non seulement, comme nous l’avons dit, via une politique de grâce proscrivant toute rémission pour des actes de maltraitance à l’égard de la population, mais également via la systématisation de la mention du service de guerre comme motivation de grâce. D’autre part, cette pratique est également le fruit des circonstances et d’un certain pragmatisme de la part des autorités. Ainsi, l’accessibilité du prince pour ses soldats, due à l’investissement permanent de Charles dans les activités militaires, garantissait une certaine facilité pour les gens de guerre d’obtenir une lettre de rémission dans un délai réduit. En outre, malgré l’intransigeance de la législation à l’égard de crimes tels que celui de la désertion, le duc tenta de compenser l’inefficacité de la répression en promettant occasionnellement des pardons aux soldats infracteurs qui retourneraient immédiatement dans l’armée.

7Si l’historiographie actuelle tend à considérer la fin du XVe siècle comme une période de transition du système judiciaire dans le nord-ouest de l’Europe et singulièrement dans les anciens Pays-Bas, passant d’un modèle taxatoire à un modèle punitif du fait de l’affirmation de l’État moderne, entraînant par là même des changements dans la perception et l’encadrement de la violence, cette époque est également celle de bouleversements (voire de révolutions) dans le monde militaire : non seulement les armées se professionnalisent de plus en plus, mais la justice militaire s’organise également, et le rôle dévolu au soldat quitte les cadres stricts de la chevalerie et de la féodalité au profit de considérations centrées sur le service du prince dans une dimension non plus simplement interpersonnelle, mais également publique, voire « étatique ». Dans cette perspective, les violences collatérales habituellement associées à la guerre sont de moins en moins tolérées, autant par la population que par les autorités, aussi les moyens de traitement de la violence sont-ils ajustés avec plus ou moins de succès. Parmi ceux-ci, nous trouvons la pratique de la grâce, qui contribua à définir le rôle dévolu au soldat et à assurer le bon ordre parmi les troupes.

  • 5 Henri Louis Gustave Guillaume, Histoire de l’organisation militaire sous les ducs de Bourgogne, Br (...)

8Ainsi que nous l’avons écrit précédemment, en novembre 1473, dans le préambule de l’ordonnance de Saint-Maximin, Charles le Hardi déclara que ses armées, « à l’exemple de toutes autres sociétés humaines », ne pouvaient être gouvernées sans loi5. Nous serions tenté de rajouter qu’à la fin du Moyen Âge, les sociétés humaines ne pouvaient non plus être gouvernées sans une justice tour à tour punitive et miséricordieuse. Dans cette perspective, les armées du duc de Bourgogne ne faisaient pas exception : y exercer le pouvoir signifiait alors ordonner et punir, mais aussi pardonner.

Notes

1 ADN, B, 1695 f° 17 v°-18 r°.

2 Jean de Dadizeele, Mémoires de Jean de Dadizeele, éd. Joseph Kervyn de Lettenhove, Bruges, Imprimerie de Vandecasteele-Werbrouck, 1850, p. 53.

3 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, p. 36.

4 Nous songeons naturellement aux traités de chevalerie et aux œuvres politiques des XIVe-XVIe siècle (sur ce point, on pourra voir l’exemple de l’exploitation des écrits de Christine de Pizan, Honoré Bouvet et autres Jean de Bueil par Christopher T. Allmand, « Changing views of the soldier in late medieval France », in Philippe Contamine, Charles Giry-Deloisson [ed.], Guerre et société en France, en Angleterre et en Bourgogne, XIVe-XVe siècle, Lille, Université Charles de Gaulle. Centre d’histoire de la région du Nord et de l’Europe du Nord-Ouest, 1991, p. 171-188), mais également aux petits manuels sur la bonne conduite des soldats qui ont commencé à fleurir au début du XVIIe siècle, cf. Georges Minois, L’Église et la guerre : de la Bible à l’ère atomique, Paris, Fayard, 1994, p. 261-263. On verra également J. Schoonjans, « “Castra Dei”. L’organisation religieuse des armées d’Alexandre Farnèse », in Miscellanea historica in honorem Leonis van der Essen, Universitatis Catholicae in oppido Lovaniensi iam annos XXXV professoris, vol. 1, Bruxelles, Éditions universitaires (Université de Louvain. Recueil de travaux d’histoire et de philologie. Série 3, 28-29), 1947, p. 523-540.

5 Henri Louis Gustave Guillaume, Histoire de l’organisation militaire sous les ducs de Bourgogne, Bruxelles, Hayez (Mémoires couronnés et mémoires des savants étrangers, publiés par l’ARSLBA de Belgique, 22), 1848, p. 191.

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search