Version classiqueVersion mobile

« Pour nous servir en l'armée »

 | 
Quentin Verreycken

Deuxième partie. Violence et protagonistes

Chapitre 4. Les violences pardonnées

Texte intégral

  • 1 Xavier Rousseaux, « Politiques judiciaires et résolution des conflits dans les villes de l’Occident (...)
  • 2 Claude Gauvard, « Discipliner la violence dans le royaume de France aux XIVe et XVe siècles : une a (...)

1On s’étonnera peut-être que nous abordions, dans une partie consacrée essentiellement à l’incrimination primaire, les violences décrites dans les lettres de rémission. Il est vrai que la violence remise est, par définition, une violence ayant déjà été traitée par la justice retenue du prince. Elle est donc le résultat d’une pratique effective du pouvoir. La grâce constitue pourtant, aux mains des autorités, un acte de « politique criminelle » et un instrument de propagande1 : c’est à travers elle que se définit, en premier, la violence licite2. À ce titre, on peut considérer que la pratique de la grâce dispose d’une forte dimension normative, car elle envoie un signal fort au justiciable sur les comportements qui sont excusables et ceux qui ne le sont pas. Étudier la violence remise, c’est donc étudier une certaine forme de violence stéréotypée, vue comme acceptable par le souverain.

2Dans la première partie de ce chapitre, nous privilégierons une approche quantitative de la violence remise afin d’en retirer les caractères généraux. Nous attirons cependant l’attention du lecteur sur le fait que certains résultats obtenus doivent être considérés avec prudence, car la modestie de notre corpus entraîne une grande variabilité du pourcentage des petites occurrences. La seconde partie du présent chapitre sera consacrée à une approche qualitative des violences remises. Au travers d’une grille de lecture basée sur l’analyse des tensions sociales sous-jacentes aux crimes pardonnés, nous tâcherons de valoriser certains extraits des récits de rémissions que nous avons retranscrits, afin de mettre en évidence la pluralité de renseignements relatifs à la vie et aux comportements des soldats qu’ils contiennent.

1. Caractères généraux

1.1. L’homicide, crime gracié par excellence

  • 3 Pierre Charbonnier, « Les limites du pardon des violences dans les lettres de rémission du XVe sièc (...)
  • 4 Quant au vol, certes sérieux mais souvent difficile à prouver, il n’est rencontré qu’à une occasion (...)
  • 5 Bertrand Schnerb, « L’honneur de la maréchaussée ». Maréchalat et maréchaux en Bourgogne des origin (...)
  • 6 Claude Gauvard, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, 2e é (...)
  • 7 Id., « Grâce et exécution capitale : les deux aspects d’un même pouvoir », in BEC, n° 153-2, 1995, (...)
  • 8 ADN, B, 1695 f° 38 r°-v°.
  • 9 Chrétien Dehaisnes, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790, t. III : N (...)
  • 10 Hubert Nelis, Chambre des comptes de Lille : catalogue des chartes du Sceau de l’Audience, t. I (se (...)

3Selon Pierre Charbonnier, il existe une double limite à l’octroi d’une rémission : d’une part, une limite inférieure, selon laquelle l’infraction est trop légère pour nécessiter une grâce, et d’autre part une limite supérieure, à partir de laquelle l’infraction est au contraire considérée comme trop grave pour être pardonnée3. Ainsi, si on ne trouve par exemple pas de lettres de rémission accordées pour une injure faite à l’un de ses semblables, les grâces accordées pour un viol ou un meurtre qualifié sont tout aussi rares, car ces actes étaient considérés comme des pratiques impardonnables menaçant l’ordre social4. Dans cette optique, l’ordonnance du prévôt des maréchaux, promulguée à une date inconnue à la fin du XVe siècle, produisit une liste des crimes irrémissibles aux sujets du duc de Bourgogne, sauf le bon plaisir de ce dernier : l’incendie volontaire, le viol, la trahison, le meurtre et la lèse-majesté5. Car comme le note C. Gauvard, aucun crime n’était alors véritablement irrémissible pour le souverain6. Celui-ci pouvait toujours, et notamment lors de Joyeuses Entrées, gracier de façon exceptionnelle le coupable d’un crime théoriquement irrémissible afin de mettre en scène son propre pouvoir de vie et de mort sur ses sujets7. Et effectivement, nous avons relevé parmi nos sources une lettre octroyée pour viol en août 14738. De plus, C. Dehaisnes mentionne une lettre de rémission octroyée en 1477 par Marie de Bourgogne à deux soldats incendiaires9. Enfin, nous avions évoqué dans notre premier chapitre l’existence d’une cédule, conservée aux Archives générales du Royaume, dans le fonds des chartes du sceau de l’audience de la Chambre des comptes de Lille10. Le document est malheureusement difficilement lisible sur sa partie droite du fait de l’humidité et de l’encre en partie effacée. Dans celui-ci, le duc donne l’ordre à son audiencier de délivrer, à la requête du duc de Gueldre, une lettre d’abolition à deux hommes de guerre coupables d’avoir malmené les habitants d’un village et incendié le lieu :

  • 11 AGR, CC, Chartes du sceau de l’audience, cédule 1158 (retranscrite en annexe).

[...] avons a la requeste [d’Adolf, duc de Gheldres] aboly, pardonné et remis entierement a ses gens de g[uerre] l’offense par eulx comise d’estre venuz a main armee du temps et au vivant de feu notre tres chier [seigneur et pere], que Dieu absoille, ou villaige d’Iselstein assiz en notre pays de Hollande et icelui ars brul[é] […] prisonnier mis a mort pluseurs des subgetz dudit lieu, etc. [...]11.

4Entre les deux bornes décrites par P. Charbonnier se situe la violence rémissible. Dans la majorité des cas, les crimes remis sont des homicides. Sur les 293 lettres de pardon conservées dans les registres d’audience, 26 ont été accordées à des gens de guerre en exercice au moment de leur crime, et toutes concernent effectivement ce type de violence mortelle.

  • 12 Xavier Rousseaux, « Civilisation des mœurs et/ou déplacement de l’insécurité ? La violence à l’épre (...)
  • 13 Aude Musin, Sociabilité urbaine et criminalisation étatique : la justice namuroise face à la violen (...)

5Sous l’ancien régime, l’homicide peut désigner « tout acte violent tendant à la mort d’un individu [...] quelle que soit l’intention de l’agresseur »12. Cette définition englobe donc l’homicide volontaire et involontaire, le suicide ou l’infanticide. Certaines circonstances étaient en outre susceptibles de transformer l’homicide en meurtre, ou « vilain cas » : la préméditation, le caractère caché du crime ou, dans certaines villes, l’absence d’autodénonciation du coupable dans un délai raisonnable (pratique du « fait mandé »)13.

  • 14 Ibid.
  • 15 Sur le concept de « norme », voir Claude Gauvard, Alain Boureau, Robert Jacob, Charles de Miramon, (...)
  • 16 Gerd Schwerhoff, « Justice et honneur. Interpréter la violence à Cologne (XVe-XVIIIe siècle) », in (...)
  • 17 Xavier Rousseaux, « La répression de l’homicide en Europe occidentale (Moyen Âge et Temps Modernes) (...)
  • 18 Cité par Ibid.
  • 19 Cité par Jean-Marie Carbasse, Introduction historique au droit pénal, Paris, PUF, 1990, p. 273.

6À l’inverse du meurtre, rendu irrémissible par l’ordonnance du prévôt des maréchaux, l’homicide, s’il était commis dans le respect des règles traditionnelles de l’honneur, de la vengeance ou de la légitime défense, relevait alors du « beau fait », soit une forme de violence licite susceptible de faire l’objet d’une conciliation ou d’une rémission plutôt que d’une condamnation pénale14. En d’autres termes, c’est bien la culture de la violence d’une époque donnée, englobant les champs de la norme juridique et de la norme sociale, qui établit si l’homicide paraissait excusable ou non15. « Communication agonale » pour G. Schwerhoff16, continuum pour X. Rousseaux17, la violence médiévale apparaît avant tout comme un processus d’escalade dont l’un des aboutissements possibles était l’homicide. Ainsi le juriste Philippe de Beaumanoir (XIIIe siècle) écrit-il « Homicide, si est quant aucuns tue autrui en chaude mellée, si comme il avient que tençon nest, et de la tençon vient laide parole, et de la laide parole la meslée, par laquele aucuns reçoit mort souventes fois »18. Comme le fait remarquer Jean-Marie Carbasse, cette définition trouve encore son écho au XVIIIe siècle sous la plume du juriste Daniel Jousse : « L’homicide volontaire simple est celui qui se commet dans la chaleur d’une rixe et dans un premier mouvement de colère »19.

  • 20 Musin, Sociabilité urbaine…, p. 95. Voir aussi Clémentine Mertens de Wilmars, « Ordonner, punir et (...)

7Au contraire des coutumes locales, la législation princière traite encore peu de la mort d’homme au XVe siècle. Les ordonnances militaires de 1471-1476 elles-mêmes ne font pas mention de l’homicide en tant qu’infraction, tout au plus précisent-elles que tout cas criminel commis par un homme de guerre relève soit des autorités locales si le crime est commis en ville, soit du prince et de ses officiers militaires (voir infra, chapitre 6). Il faudra attendre le siècle suivant pour que l’homicide soit abordé par la législation princière et singulièrement par celle relative à la rémission, puisqu’il en constitue alors le principal objet d’application20.

  • 21 Musin, Sociabilité urbaine…, p. 93.
  • 22 Philippe Contamine, « L’armement des populations urbaines à la fin du Moyen Âge : l’exemple de Troy (...)
  • 23 Claude Gauvard, « La justice pénale du roi de France à la fin du Moyen Âge », in Xavier Rousseaux, (...)
  • 24 Musin, Sociabilité urbaine…, p. 94.
  • 25 Claude Gaier, L’industrie et le commerce des armes dans les anciennes principautés belges du XIIIe (...)
  • 26 Id., « Liste chronologique des ordonnances de Charles le Hardi, Marie de Bourgogne, Maximilien d’Au (...)
  • 27 Élise Mertens de Wilmars, Entre privilège et procédure. Droit et lettres de grâce en Roman Pays de (...)
  • 28 Robert Muchembled, La violence au village. Sociabilité et comportements populaires en Artois du XVe(...)

8Les principales, sinon les seules dispositions princières concernant la mort d’homme au XVe siècle, relèvent de la législation sur le port d’armes21. Sans cesse répétée, rarement efficace, la législation sur le port d’armes ne visait pas tant, selon P. Contamine, à désarmer la population entière qu’à limiter les violences quotidiennes22. Pour C. Gauvard, cette répétition constitue plutôt une forme de rituel de pouvoir : « les répétitions des défenses qui sont faites et des peines qui les accompagnent ont un sens incantatoire qui les lie au divin puisque le législateur n’agit, à chaque fois, qu’en ayant Dieu devant les yeux »23. Toujours est-il que cette législation sur le port d’armes fournit généralement une liste d’armes prohibées, dont l’usage peut être un argument pour qualifier une mort violente de meurtre plutôt que d’homicide24. Elle est cependant trop vaste pour que nous puissions l’aborder ici en détail25. Tout au plus relèvera-t-on l’existence d’une ordonnance pour le comté de Hainaut, datée du 13 mai 1470 et interdisant tout port d’armes durant la nuit et ce, y compris pour les gens de guerre26. La nuit, temps de dissimulation et de guet-apens, fait en effet traditionnellement partie des circonstances aggravantes susceptibles de mener à la requalification d’une mort violente en meurtre27. Elle relève également d’un temps de détente, d’oisiveté voire de beuverie, durant lequel « la violence envahit la scène plus aisément qu’à d’autres moments »28. Limiter le port d’armes durant cette période apparaît donc comme un moyen de diminuer les risques de blessures mortelles au cours d’une dispute ou une rixe de taverne.

1.2. Une violence intergroupe ou intragroupe, solitaire ou collective ?

  • 29 Gauvard, « De grace especial »..., p. 536.
  • 30 Ibid., p. 528.
  • 31 ADN, B, 1695 f° 13 v°-14 r°, 17 v°-18 r°.
  • 32 Dans trois cas, la profession de la victime (autre que soldat) est précisée : maire (ADN, B, 1695 f (...)
  • 33 ADN, B, 1693 f° 57 r°-v° et B 1694 f° 76 v°-77 r°.

9Dans sa thèse, C. Gauvard a souligné le caractère collectif des violences commises par les gens de guerre : à la communauté sociale ordinaire s’oppose celle, soudée, des gens de guerre, qui agissent selon leurs propres règles29. Elle remarquait également que les crimes dans lesquels étaient impliqués des gens de guerre les opposaient pour la plupart à des non-combattants30. Si la première affirmation de l’auteure semble se vérifier dans notre corpus, il n’en est pas de même pour la seconde : au contraire, dans la moitié des cas (13 lettres sur 26), le crime commis par l’homme de guerre s’est porté sur l’un de ses semblables. En outre, dans deux cas, suppliant et victime appartenaient à la même compagnie31. L’image des soldats en tant que groupe soudé et solidaire doit donc être nuancée. Comme nous l’avons dit au chapitre précédent, l’identité de la victime reste plus floue, même si cette dernière, peu importe sa condition, est toujours tenue comme étant la véritable responsable du conflit32. En revanche, il apparaît effectivement qu’un nombre important des violences perpétrées par les gens de guerre implique plusieurs suppliants et/ou des complices qui eux-mêmes ne font pas de demande de grâce (13 cas). La victime elle-même, qu’elle soit combattante ou non, est accompagnée de comparses dans au minimum 7 cas (environ 27 %). Enfin, des témoins extérieurs ou qui tentent de mettre fin à la mêlée sont mentionnés dans 11 cas. Au total, 92 % des homicides (24 cas) impliquent plus de deux personnes (coupables, victimes, complices, témoins, etc.). Seules deux lettres ne mentionnent explicitement aucun intervenant extérieur33.

1.3. L’espace de la violence

  • 34 Terme employé par Emmanuel Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, 2e éd., Pari (...)

10La connaissance de l’espace du crime présente plusieurs avantages. Elle permet, d’une part, de déterminer dans une certaine mesure s’il existe des périodes ou des lieux favorables au crime, et d’autre part d’appréhender une partie de « l’outillage mental »34 du suppliant : sa façon de se repérer dans le temps et l’espace.

  • 35 ADN, B, 1693 f° 43 r°-v°.
  • 36 ADN, B, 1698 f° 10 r°-11 r°.
  • 37 ADN, B, 1695 f° 52 v°-53 r°.
  • 38 ADN, B, 1693 f° 51 r°-52 v°.
  • 39 Dans les études d’Amandine De Burchgraeve, Les pratiques de grâce du Conseil Privé dans le Cercle d (...)

11Dans un récit de rémission, le premier temps auquel se réfère le suppliant est destiné à situer chronologiquement son crime. D’après le tableau suivant, la plupart des coupables datent leur crime de façon relativement précise, soit en donnant une date exacte (« le sabmedi VIeme jour d’aoust derrenierement passé »35), ou au moins le mois et l’année (« ou mois de fevrier mil IIIIc LXXIII »36). Dans quelques cas, ils se réfèrent à une fête religieuse (« environ le lundi de Pasques closes derrain passé eust ung an »37), ou, ce qui n’a rien d’étonnant étant donné la condition de combattant des suppliants, à un événement militaire (« le jour que fut prinse d’assault la cité de Liege »38). Le jour de la semaine où le crime se déroule exactement est mentionné dans 6 cas au total et il s’agit le plus souvent non pas du dimanche (1 cas), mais du lundi (3 cas)39. Cependant, étant donné la modestie de notre corpus, on ne se permettra pas d’en tirer trop de conclusions.

Tableau 6 : Datation du crime

Mode de datation

Occurrence

Pourcentage

Date précise

7

26,92 %

Mois et année

6

23,07 %

Fête

3

11,54 %

Évènement militaire

3

11,54 %

Année seule

3

11,54 %

Saison et année

1

3,84 %

Sans réponse

3

11,53 %

Total

26

100 %

Source : ADN, B, 1693 ; 1694 ; 1695 ; 1698

  • 40 Paresys, Aux marges du royaume..., p. 54.
  • 41 ADN, B, 1694 f° 76 v°-77 r°.
  • 42 ADN, B, 1695 f° 17 v°-18 r°.
  • 43 ADN, B, 1695 f° 75 r°.
  • 44 ADN, B, 1695 f° 40 r°-41 r°.
  • 45 ADN, B, 1693 f° 43 r°-v°.

12Le second temps auquel se réfère le suppliant pour situer son crime est celui du moment de la journée. Si la mi-journée et l’après-midi sont mentionnées dans 3 cas, c’est majoritairement le soir, pendant ou après le souper, que le crime a lieu (11 cas). Le matin n’est mentionné qu’une fois. À une époque où l’horloge reste encore relativement rare et que le meilleur moyen pour connaître l’heure reste la cloche de l’église40, il est intéressant de relever quels sont les repères chronologiques employés pour déterminer le temps du crime. Le suppliant ne mentionne un moment vague (« de soir »41) que deux fois. Au contraire, il se réfère souvent au repas (« environ l’après disner »42, « après ce qu’ilz eurent souppé »43), à la prière des vêpres (« le meisme jour environ heure de vespres »44), voire donne l’heure précise (« environ sept heures avant midi »45).

Tableau 7 : Mode de calcul de l’heure du crime

Référent

Occurrence

Pourcentage

Repas

7

26,92 %

Vêpres

3

11,54 %

Heure précise

2

7,69 %

Moment

2

7,69 %

Sans réponse

12

46,15 %

Total

26

100 %

Source : ADN, B, 1693 ; 1694 ; 1695 ; 1698

  • 46 ADN, B, 1695 f° 75 r° : le suppliant est originaire de Lisbourg (comté de Saint Pol), mais le crime (...)
  • 47 Gauvard, « De grace especial »…, p. 536.

13À l’espace chronologique succède l’espace géographique. Le lieu du crime s’avère également instructif du contexte dans lequel ce dernier se déroule. 8 cas, soit près de 31 % des crimes, se déroulent à bonne distance du domicile du suppliant, c’est-à-dire de trente jusqu’à plusieurs centaines de kilomètres46. Cela s’explique naturellement par la condition de soldat en campagne de ce dernier, amené à suivre les longs déplacements des armées du duc47. Quand, au contraire, dans 6 cas (23 %), le suppliant commet un crime au sein ou à proximité de son domicile (à moins d’une trentaine de kilomètres), c’est souvent parce qu’il a obtenu un congé de son chef de chambre (3 cas sur les 7).

  • 48 Pour une plus grande facilité d’interprétation, nous avons assimilé les homicides commis au sein mê (...)
  • 49 Par « maison », nous entendons le domicile du suppliant, de la victime ou d’un tiers.
  • 50 Même si par « nature », on peut entendre un champ ayant un propriétaire.

14Comme le résume le tableau suivant, une majorité des crimes se déroule au sein de ce que nous avons appelé le « logis militaire », c’est-à-dire le logement attribué au soldat sans qu’il s’agisse de son domicile à proprement parler. Arrivent ex æquo la taverne et ses abords48. Viennent ensuite la rue, ainsi que les maisons ou leur jardin49. Un homicide, enfin est commis dans la « nature », c’est-à-dire dans un champ. Au total, s’il l’on assimile la taverne, la rue et la nature à l’espace « public »50 et le logis et la maison à l’espace « privé », on constate une quasi-égalité entre les deux (11 occurrences pour 10 autres).

Tableau 8 : Lieu du crime

Lieu

Occurrence

Pourcentage

Logis

6

23,07 %

Taverne

6

23,07 %

Maison

4

15,38 %

Rue

4

15,38 %

Nature

1

3,85 %

Sans réponse

5

19,23 %

Total

26

100 %

Source : ADN, B, 1693 ; 1694 ; 1695 ; 1698

  • 51 Gauvard, « De grace especial »…, p. 538.
  • 52 Par exemple, ADN, B, 1693 f° 20 v°-21 r° : le suppliant « rancontra en chemin » sa victime.
  • 53 De Burchgraeve, Les pratiques de grâce…, p. 88.

15Le logis et la taverne apparaissent pour l’homme de guerre les principaux lieux du conflit : c’est là que l’on se rencontre, c’est là que l’on s’invite, mais c’est également là que l’on se dispute et se combat (nous y reviendrons plus avant). Comme l’avait déjà observé C. Gauvard dans sa thèse, les gens de guerre dont le crime est gracié tuent rarement à l’écart, dans la pénombre des bois, mais au contraire au sein des lieux de sociabilité traditionnelle51. La rue est un espace où l’on se croise et se dispute52. Que les crimes des gens de guerre soient commis de façon pratiquement égale au sein de l’espace public et de l’espace privé semble cependant être une originalité de notre corpus, car l’auteure de De grace especial constate au contraire dans ses recherches une prééminence de l’espace public (61 %) et particulièrement de la rue (33 %). Dans l’étude menée pour le XVIe siècle par A. De Burchgraeve, qui tient compte des crimes commis par l’ensemble des catégories socioprofessionnelles, la prééminence de l’espace public se marque encore davantage (90 % des cas)53.

  • 54 Paresys, Aux marges du royaume..., p. 321.
  • 55 De Burchgraeve, Les pratiques de grâce…, p. 83 ; Muchembled, La violence au village…, p. 119.

16Quoi qu’il en soit, bien que le suppliant commette son crime souvent loin de chez lui, c’est majoritairement au sein d’un espace familier que la violence prend place. L’homme de guerre tue le plus souvent au sein d’un lieu de sociabilité traditionnelle, au cours d’un moment d’oisiveté et de détente souvent proche du repas : « Dans ses loisirs, le soldat ne se distingue guère de ses contemporains qu’il fréquente dans les fêtes de villages ou à la taverne. Mais son comportement, décrit comme bien particulier, le met aux marges de la communauté qui s’en méfie »54. Les crimes commis le matin sont rares, et ceux exécutés au-delà de minuit sont inexistants. Les premiers correspondent à des moments de travail, les seconds à un temps d’insécurité et de danger55 qui est susceptible de constituer une circonstance aggravante. Le suppliant a alors tout intérêt à ne pas la mentionner.

1.4. Le passage à l’acte : une violence intentionnelle ?

17Gardons-nous de toute prétention à une étude de la notion du « passage à l’acte » au sens d’une étiologie criminelle : nous n’aborderons ici que les circonstances invoquées par les suppliants dans leurs récits de rémission pour justifier leurs actes.

  • 56 Sur cette question, voir Carbasse, Introduction historique..., p. 184-188 ; André Laingui, La respo (...)
  • 57 ADN, B, 1695 f° 36 r°-v° (arquebuse) et 69 v°-70 r° (arc).
  • 58 ADN, B, 1695 f° 80 v°-81 r° : le suppliant a agi en ayant souvenance d’anciennes « injurieuses et d (...)
  • 59 ADN, B, 1695 f° 52 v°-53 r°.

18Le récit des circonstances de l’homicide dans les lettres de rémission est étroitement lié aux stratégies narratives destinées à attirer un regard positif sur le suppliant, ce dernier se devant de correspondre autant que possible à l’image du sujet idéal et, en ce qui concerne les gens de guerre, du soldat idéal. Ces stratégies seront discutées plus en détail dans le septième chapitre de cette étude, mais nous pouvons dès à présent évoquer le caractère intentionnel ou non de l’homicide (le « dol »), tel qu’il est revendiqué par les suppliants. Il s’agit là d’un élément essentiel du récit de rémission, puisqu’il définit en partie la responsabilité pénale du coupable56. Sans surprise, la légitime défense apparaît comme la motivation la plus courante du passage à l’acte, puisqu’elle est avancée dans 16 lettres. Le suppliant a été agressé plus ou moins sans raison par la victime et n’a fait que se défendre. Dans 6 cas, c’est la colère, ou « chaude colle » du suppliant face au comportement de la victime qui provoque principalement le geste homicide. Viennent encore deux lettres dans lesquelles l’homicide est tout simplement un accident malheureux provoqué par un mauvais maniement d’un arc ou d’une arquebuse57. La vengeance, mêlée à la colère58, est également invoquée dans un cas. Enfin, dans une dernière lettre, les suppliants se décrivent comme innocents, n’ayant porté de coup à la victime et l’ayant même défendue contre ses agresseurs59.

Tableau 9 : L’intention du coupable

Intention

Occurrence

Pourcentage

Légitime défense

16

61,54 %

Colère

6

23,08 %

Accident

2

7,69 %

Vengeance

1

3,85 %

Innocence

1

3,85 %

Total

26

100 %

Source : ADN, B, 1693 ; 1694 ; 1695 ; 1698

  • 60 Mertens de Wilmars, Entre privilège et procédure..., p. 208.
  • 61 ADN, B, 1693 f° 20 v°-21 r°.
  • 62 ADN, B, 1695 f° 67 r°-v°.
  • 63 ADN, B, 1695 f° 40 r°-41 r°.
  • 64 ADN, B, 1695 f° 69 v°-70 r°.
  • 65 ADN, B, 1695 f° 36 r°-v°.

19L’arme employée pour blesser, voire tuer sa victime est également un élément intéressant à mentionner. Elle permet de déterminer si le suppliant était oui ou non lourdement armé (ce qui de prime abord n’aurait rien d’étonnant pour un soldat), voire s’il employait une arme proscrite par la législation sur le port d’arme. Le tableau suivant montre cependant que la dague reste l’arme la plus utilisée par les suppliants, qu’ils portent toujours sur eux. Son usage n’est normalement pas prohibé, pas plus que celui du bâton60 et renforce l’idée d’une violence spontanée et non planifiée, réponse à une provocation de la victime. L’usage de l’épée, normalement proscrit, s’explique principalement par le contexte de guerre dans lequel le crime s’inscrit. Dans les trois cas où l’emploi d’une javeline est mentionné, le suppliant précise être retourné chez lui la chercher ou se l’est fait expressément prêter par un ami : Jehan de Guimgier « se parti de sondit loigiz avec aucuns de ses serviteurs, print en sa main une javeline » pour faire remontrance au maître de Laurens Raguelet, la victime, mais il croise ce dernier sur son chemin et le tue61. Cela n’empêche pas le suppliant de suggérer un usage de la légitime défense lorsqu’il déclare que Laurens Raguelet le frappe le premier. Colinet De Beauval, lui, ne cache pas ses intentions belliqueuses : « [...] quant il fust en sadite maison prinst le hault d’une cuirasse et une javeline et issit hors de sa maison et vint a l’encontre d’eulx, et après aucunes parolles vouli frapper d’une javeline qu’il tenoit en sa main ledit [Jehan] Lohier ». Le suppliant justifie cependant son geste en expliquant qu’il craignait d’être appréhendé par Jehan Lohier, lieutenant du bailli, de terminer en prison et de ne pouvoir revenir dans l’armée avant l’expiration de son congé62. Wiart Poitevin, persécuté plusieurs fois par un certain Lansman, « frappa iceluy Lansman Suychois ung cop d’une javeline que par avant luy avoit esté baillee par ung nommé Le Pippeur »63. Les deux cas perpétrés avec une arme à distance (un arc et une arquebuse), sont justifiés par le suppliant comme étant un accident : soit la victime s’est malencontreusement placée sur la trajectoire de la flèche64, soit le coup de feu est parti tout seul et a touché un passant65.

Tableau 10 : L’arme du crime

Arme à distance

Occurrence

Pourcentage

Dague

6

23,08 %

Bâton

4

15,38 %

Épée

3

11,54 %

Javeline

3

11,54 %

Lance, épieu, hallebarde

3

11,54 %

Arme à distance

2

7,69 %

Sans réponse

5

19,23 %

Total

26

100 %

Source : ADN, B, 1693 ; 1694 ; 1695 ; 1698

  • 66 ADN, B, 1695 f° 2 v°-3 v°.
  • 67 ADN, B, 1698 f° 10 r°-11 r°.
  • 68 ADN, B, 1693 f° 23 v°-24 r°.
  • 69 ADN, B, 1693 f° 86 v°-88 r°.
  • 70 ADN, B, 1693 f° 43 r°-v°.

20Si les armes employées par les gens de guerre semblent relativement conventionnelles, leur utilisation est-elle différente ? À la lecture des récits de rémission, les crimes remis des soldats ne semblent pas plus violents que ceux commis par le reste de la population. Dans la majorité des cas (15, soit environ 58 %), un seul coup suffit pour blesser mortellement la victime. Les suppliants ne mentionnent explicitement avoir frappé plusieurs fois leur victime que dans six cas (23 %). La tête et/ou le tronc sont les plus communément touchés. Quand il le peut et afin de diminuer sa responsabilité, le suppliant ne manque pas de préciser que son geste homicide fut accidentel (« il cuida ferir ledit feu es cuisses, mais iceluy feu Guille se baissa, par quoy contre l’intencion, propos et volenté dudit suppliant, le cop chey en l’ayne dudit feu Guille »66), que la blessure a fait perdre peu de sang (« [...] de laquelle bature dont ne sourdist gaires d’effusion de sang »67), que celle-ci a été mal soignée (« par faulte de cure et gouvernement »68) ou que des blessures infligées par d’autres peuvent être la cause de sa mort (« [...] ilz ne scevent au vray se ledit feu François termina vie par mort du cop que ledit Charles lui donna par ce qu’il en y avoit des autres qui frapperent sur icellui feu François »69). La victime elle-même décède dans la majorité des cas « incontinent après », le jour même ou le lendemain. Dans un seul cas, le blessé « a esté malade par l’espasse de deux mois et aprez est alé de vie a trespas »70.

Tableau 11 : Délais du décès de la victime

Délais

Occurrence

Pourcentage

« Tantôt après »

13

50 %

Le jour même

1

3,85 %

Le lendemain

2

7,69 %

2-7 jours

2

7,69 %

8-15 jours

3

11,54 %

Plus d’un mois

1

3,85 %

Sans réponse

4

15,38 %

Total

26

100 %

Source : ADN, B, 1693 ; 1694 ; 1695 ; 1698

1.5. Une violence stéréotypée ?

  • 71 Rousseaux, « La répression de l’homicide… », p. 125.

21Au terme de ce survol des caractéristiques générales des crimes remis des gens de guerre, il apparaît que ceux-ci ne diffèrent pas fondamentalement de ceux du reste de la population. Bien loin d’être cette sorte de croquemitaine désigné par la rumeur publique, le soldat paraît au contraire entrer dans les cadres sociaux de son temps. Tel qu’il est décrit dans les lettres de rémission, l’homicide commis par le combattant apparaît comme un acte spontané, accompli durant un moment de détente, en groupe ou devant témoins, dans un lieu relativement fréquenté, au travers d’un échange social ordinaire ayant subitement dégénéré du fait d’un désaccord dont le responsable est le plus souvent la victime. Cette description stéréotypée renvoie aux cadres traditionnels des crimes rémissibles : rixe à la taverne, dispute qui tourne mal, vengeance, etc. Les homicides ne semblent pas plus violents, et ni les armes utilisées, ni les lieux du crime ne sortent de l’ordinaire (à l’exception peut-être des « logis militaires »). Ce constat, à première vue négatif, de l’étude des crimes remis des gens de guerre, nous semble finalement riche en enseignements sur la façon dont le pouvoir entendait encadrer les comportements des soldats et définir le champ de la violence licite. On ne pourrait trouver, ou très peu, de lettres accordées à des crimes normalement irrémissibles, tels que le meurtre, le viol ou l’incendie volontaire. Du reste, le nombre de lettres accordées aux gens de guerre s’avère trop restreint pour qu’une approche quantitative du contexte du crime soit concluante. En revanche, la modestie de ce corpus nous permet une approche qualitative plus poussée du récit de rémission et du contexte du crime. C’est que les rémissions aux soldats ne sont pas dépourvues d’éléments intéressants en ce qui concerne les antagonismes qui pouvaient se développer au sein ou au dehors des armées. Comme le rappelle X. Rousseaux, « l’homicide était un puissant révélateur des tensions sociales et des représentations collectives »71. Cette affirmation se révèle d’autant plus exacte que nous avons relevé six lettres octroyées à des non-combattants pour l’homicide de gens de guerre, lettres dans lesquelles les conflits entre soldats et population s’avèrent plus prégnants. Ces différents éléments doivent donc être évoqués, aussi on s’attachera dans les pages suivantes à traiter de l’origine sociale et relationnelle de l’homicide plutôt que de son expression formelle.

2. La violence comme révélateur des tensions sociales

2.1. Logement et cohabitation des soldats

  • 72 Sur ce point, voir également Franck Viltart, « “Exploitiez la guerre par tous les moyens !” Pillage (...)
  • 73 Gaëlle Charon, Les manifestations des « soldats-brigands » en Hainaut sous le règne de Philippe le (...)

22La logistique du logement des gens de guerre devait constituer une difficulté majeure pour les autorités militaires autant que pour les autorités locales72. Dans son mémoire, G. Charon relève que, dans les comptes du grand bailli de Hainaut relatifs au règne de Philippe le Bon, environ la moitié des notices consacrées aux gens de guerre bourguignons traitent de questions de logement73. Il semble que la perspective de la venue dans le pays de combattants cherchant à se loger constituait une peur récurrente pour les habitants, car elle était synonyme d’exactions : pillages, vols, maltraitance, etc. En outre, la question du logement des gens de guerre ne pose pas seulement la question des rapports entre combattants et non-combattants, mais également celle de la cohabitation entre soldats. Dans les lettres de rémission accordées aux gens de guerre par Charles le Hardi, on a pu observer que dans 24 % des cas, l’homicide se déroule au sein du logis d’un homme de guerre. Lieu d’échanges et de sociabilité, le logis peut également être le théâtre de l’expression de la violence.

  • 74 L’ordonnance de 1471 prescrit, pour le logement d’une lance de neufs personne, la somme de 34 patar (...)
  • 75 Sur les commissaires aux montres, voir Schnerb, « L’honneur de la maréchaussée »…, p. 122-125.
  • 76 Sur les maréchaux de l’hôtel et des logis, voir Ibid., p. 126-132 ; Charles Brusten, L’armée bourgu (...)
  • 77 Sur le maréchal de l’ost, voir Schnerb, « L’honneur de la maréchaussée »…, p. 116-122.
  • 78 Olivier de La Marche, « Estat de la Maison du duc Charles de Bourgogne », in Id., Mémoires d’Olivie (...)
  • 79 Jules de La Chauvelay, « Mémoires sur la composition des armées de Charles le Téméraire dans les de (...)

23Là où l’ordonnance de 1468 adressée au maréchal de Bourgogne sanctionnait de mort tout pillage, rançonnement et violence faite à la population, les règles quant à l’attribution de logements aux soldats furent fixées par les ordonnances de 1471-1473. Lorsqu’ils étaient établis en garnisons, les gens de guerre pouvaient se loger librement dans toutes les hôtelleries, qui avaient l’obligation de les accueillir et de leur fournir vivres et équipements contre une somme déterminée qui varia de 1471 à 147374. Les soldats étaient également libres de se loger chez des particuliers, pour peu que ces derniers soient d’accord. Il était interdit pour les soldats de rançonner leurs hôtes, les dommages qu’ils provoquaient devaient être retenus sur leur solde après information faite aux commissaires aux montres75, et les crimes qu’ils pouvaient commettre relevaient de la justice du lieu. La procédure différait lorsque l’armée stationnait à titre temporaire, que ce soit dans une ville ou plus fréquemment dans un camp. La tâche d’attribuer un logis revenait aux maréchaux des logis (ou « grands fourriers ») et aux maréchaux de l’hôtel du duc, chargés respectivement du logement des troupes et des gens de l’hôtel ducal76 : « sont soubz le mareschal ou son lieutenant [le maréchal de l’ost77] les mareschaulx du logiz et de l’hostel, et par iceluy mareschal du logiz est logée toute ceste grant armée »78. D’après l’ordonnance de Lausanne de 1476, ils disposaient du pouvoir coercitif et devaient veiller au respect dans l’organisation du logement des troupes79. Au cours du processus d’attribution des logements, les maréchaux des logis et de l’hôtel étaient assistés de « fourriers » (ou « logeurs »), attachés aux conducteurs et qui probablement, en l’absence de ceux-ci, assuraient seuls la charge du logement, comme le suggère la lettre de rémission de Jehan Ganart Du Fay :

  • 80 ADN, B, 1693 f° 43 r°-v°. Voir aussi ADN, B, 1693 f° 20 v°-21 r° : « ledit suppliant fut loigié par (...)

[...] environ deux heures aprez midi dudit jour vindrent environ quarante chevaulx des gens du sir de Belvoir pour logier oudit vilaige ouquel ledit suppliant estoit logiez et y estoit ung nommé Jehan Jaquemart, fourrier dudit sir de Belvoir qui demanda logiz oudit vilaige, lequel logiz ledit suppliant lui accorda80.

24Le déroulement de l’attribution des logements est brièvement décrit dans les ordonnances de 1472-1473, qui ne mentionnent pas le rôle du maréchal des logis :

  • 81 Loys Gollut, Les mémoires historiques de la république séquanoise et des princes de la Franche-Comt (...)

La maniére de prendre logis serat que le conducteur ferat arrester son enseigne au dehors du logis, et icelle arrestée, mettrat hors son logeur, accompagné d’un home d’armes de chacune dizaine [...], lequel logeur départirat les quartiers aux homes d’armes des dizeniers, tant pour lesdicts dizeniers comme pour les homes d’armes et archers de leurs dizaines [...]81.

25Dans son Estat de la Maison du duc Charles de Bourgoingne, Olivier de la Marche offre une description plus complète de la procédure :

  • 82 La Marche, « Estat de la Maison du duc… », p. 91-92. La mise en ordre de bataille des troupes avant (...)

Le mareschal du logiz, quant le prince doit prendre logiz nouveau, il doit faire sonner sa trompette, et doit avoir enseigne desployée ; et à luy se doivent assembler le mareschal de l’hostel, et tous les fourriers de toutes les compaignies, soit de pié ou de cheval ; et doivent chevaucher en ordre et en bataille soubz la conduite dudit mareschal ; et quant ils sont prestz à logier, il peut faire arrester les compaignies avec son enseigne, et prent avec luy le mareschal ceulx qu’il luy plaist, et là advise le pays et le logiz ; et départ les quartiers pour l’avant garde, pour la bataille et pour l’arriére garde ; et ainsi conclud, assiet l’artillerie et luy baille place82.

  • 83 Anne Curry, « Les “gens vivans sur le païs” pendant l’occupation anglaise de la Normandie (1417-145 (...)
  • 84 Gollut, Les mémoires historiques…

26Dans la pratique, cette machinerie d’attribution des logements n’était pas sans connaître des dysfonctionnements. Selon Anne Curry, « la réussite du système exigeait la concentration des soldats dans un endroit où ils pouvaient être soumis au contrôle militaire, et sous le commandement d’un capitaine dont ils acceptaient l’autorité »83. Mais il est difficile d’évaluer l’efficacité de ce contrôle. Les ordonnances de 1472 et 1473 envisageaient qu’en cas de mécontentement, les dizainiers puissent se plaindre à leur conducteur, qui se devait de régler la question84. Dans les villes, également, les soldats en garnisons pouvaient se disputer leurs quartiers avec la population. Ainsi en fut-il pour les suppliants Jehan Chocquel, dit Haneque, et Casin son fils, laboureurs de la ville de Morlay (comté de Ponthieu), qui logeaient dans leur maison le soldat Jehan Plommart (également suppliant), lorsque le 26 novembre 1474 survinrent

[...] quatre compaignons de guerre qu’ilz ne cognoissoient, embastonnez tant de arcs, flesques, picques et javelines, entre lesquelz en y avoit ung qu’ilz ouyrent depuis nommer Micquelot Le Cocq, lesquelx compaignons de prime face commencerent a dire audit Haneque qu’il convenoit qu’ilz feussent logiez en son hostel, ausquelx ledit Haneque respondit que le logiz estoit despieca prins et le gardoit pour ung des archiers du seigneur de l’Isques, le quel il avoit logié et gouverné en sondit hostel trois ou quatre mois et plus.

  • 85 ADN, B, 1695 f° 77 v°-78 r°.

27Malheureusement pour Haneque et Casin, les quatre soldats prennent mal leur refus, « et prestement commencerent tous ensemble a approchier près d’iceluy Haneque a tous leurs bastons, disant qu’ilz auroient la vie de son corps et tellement qu’il fut contraint soy retraire et saulver en ung petit solier ». L’arrivée de Jehan Plommart, « lequel blasma iceulx gens de guerre de tel oultrage », fait sortir Jehan de sa retraite, mais ce dernier se fait saisir par ses agresseurs « et entre les autres iceluy Micquelot Le Cocq le fery d’une dague qu’il avoit tellement qui luy coppa le nez au travers au près de ses yeulx ». L’intervention de Plommart permet finalement à Haneque Choquel de se dégager, de prendre une dague appartenant à son compagnon et à tuer Micquelot Le Cocq85.

  • 86 ADN, B, 1693 f° 23 v°-24 r°.

28Autre lieu, autre temps, autres protagonistes : lors de l’entrée du duc à Liège en 1467, l’écuyer et soldat Gautier Doye « feust mis et logié avec ses gens a l’ostel du Faulcon en ladite cité, lequel logiz lui avoit esté delivré par notre mareschal des logiz ». Quelques temps après, le bailli du Roman Pays de Brabant y descendit également, « auquel icellui suppliant ce veant dist que ce n’estoit point son logiz et n’y avoit que faire, a quoy notredit bailli respondi que il y avoit sa fille bastarde mariee et la vouloit veoir ». Le soir même, et après avoir exigé plusieurs fois et sans succès que le bailli et ses gens quittent son logis, le suppliant se fit railler et insulter par l’un des compagnons du bailli, « [...] tellement que ledit suppliant fu contraint de widier hors dudit logiz [...] et incontinent s’en ala ledit suppliant s’en ala querir de ses gens et autres jusques au nombre de neuf ou dix compaignons, et les amena avec lui audit logiz et plait ou il avoit laissié les gens dudit bailli, ausquelz il demanda s’il estoit point temps qu’ilz deslogeassent ». Les intrus expriment un nouveau refus et une mêlée s’ensuit, au cours de laquelle l’un des hommes du bailli fut tué86.

  • 87 ADN, B, 1694 f° 76 v°-77 r° : « [...] feu Jehan d’Armeries vint d’aventure de soir en ung logiz ou (...)
  • 88 ADN, B, 1693 f° 51 r°-52 v°.
  • 89 ADN, B, 1695 f° 17 v°-18 r°.

29Lieu de résidence plus ou moins temporaire pour le soldat, le logis est également lieu de cohabitation avec les siens. S’il arrive, comme pour le suppliant Loysse Espesart, que l’homme de guerre puisse s’y faire agresser sans raison donnée par une personne extérieure, dans d’autres cas, le logis peut être le théâtre d’une sociabilité traditionnelle qui dégénère87. Du fait du rassemblement au même endroit de combattants, des tensions et des rivalités peuvent s’exprimer au sein du logis. Lorsque Jaques Anthoine invite le soldat Jaques De Chautemelle et Perrenet Coffineau à venir dîner à son logis dans une étable, ceux-ci refusent, « doubtant qu’il n’y eust debat ». Finissant par accepter, ils virent Jaques Anthoine s’y faire apostropher, insulter et menacer par un serviteur au nom inconnu, au point qu’une mêlée s’ensuivit et s’acheva par la mort de l’agresseur88. Parfois, c’est au sein ou à proximité d’un logis que l’on croise une connaissance avec laquelle les tensions sont vives, et c’est alors que le combat s’engage : « [...] le dimenche ensuivant environ l’après disner ledit Bernard alla en notredite artillerie assez près de la tente de Peter Dionghe, maistre charpentier d’icelle notre artillerie, ou il trouva ledit maistre Bauduyn suppliant, le quel, doubtant le dangier de sa personne, de chaudecole tira sa daghe [...] »89.

  • 90 Philippe Contamine, Guerre, État et Société à la fin du Moyen Âge. Études sur les armées des rois d (...)
  • 91 ADN, B, 1695 f° 84 r°-85 r°.
  • 92 Charon, Les manifestations des « soldats-brigands »…, p. 135.
  • 93 Contamine, Guerre, État et Société…, p. 528.

30Quand les soldats étaient logés dans ou à proximité d’une localité, se posait également la question des rapports entre gens de guerre et population. L’établissement en cantonnement ou garnison des gens de guerre imposait l’entretien de rapports plus ou moins cordiaux avec les habitants, passant parfois par l’achat de terres ou le mariage90. Quand la garnison était elle-même située à une distance raisonnable de son lieu de naissance, le soldat pouvait régulièrement y retourner91. Pourtant, les relations entre combattants et locaux n’étaient pas toujours amicales, car dans le chef de la population, la venue de soldats s’accompagnait de violences et de pillages. Difficile pourtant de mesurer l’étendue réelle de ces exactions, normalement théoriquement punissables. Pour la période du règne de Philippe le Bon, G. Charon relève dans les comptes hainuyers 42 notices touchant au logement des soldats, dont 9 (soit 21 %) témoignent de dommages réels causés à la population92. En outre, selon P. Contamine, le logement chez les particuliers constituait l’une des faiblesses majeures de la gestion des armées médiévales, faisant obstacle à la discipline, à la vie en commun des soldats et aux exercices collectifs93. Le comportement de certains hommes de guerre, violentant la population, était susceptible d’attirer la désapprobation de leurs semblables et provoquer une dispute, voire une rixe et un homicide, comme le laisse entendre la lettre de Philipe Deschamps :

  • 94 ADN, B, 1693 f° 57 r°-v°.

[...] comme ledit suppliant, en retournant de notre derreniere armee de Liege soubz et en la compaignie de notre gouverneur de Masconnois, feust passé le jour de Noel au lieu de Toillon, ausquelx jours et lieu vint devers ledit suppliant ung autre homme de guerre nommé estre Bouquelet qui aussi avoit esté en notredite armee, lui dist qu’il rançonnoit les hostes la ou ilz estoient logiez et qu’il faisoit repiner les vivres, dont leurs maistres ne seroient pas contens, a quoy icellui suppliant repondy par telle ou semblable maniere en substance « Il faiz voz fievres certaines ». Et lors ledit Estienne dit audit suppliant qu’il ne le mauldist point car il lui monstreroit qu’il lui en desplairoit, lequel suppliant ce oyant print ung pot estant sur la table et le jecta contre icellui Estienne sans l’assever [...]94.

  • 95 ADN, B, 1693 f° 20 v°-21 r°.

31La protection du logement d’un particulier par un homme de guerre contre rétribution pouvait être une façon de limiter les risques de dommages : Jehan Guimgier, écuyer et soldat, est logé le samedi 22 novembre 1467 dans les faubourgs de la ville de Saint Gengou. Afin de « trouver maniere de vivre », il est engagé par le clerc Jehan Chantereaul pour veiller sur ses biens, afin de s’assurer qu’« aucun dommage ne devoit estre fait par les gens de guerre de ladite compaignie ». Pourtant, le lundi suivant, un nommé Laurens Raguelet s’en prit aux porcs de Jehan Chauterel et le menaça de mettre le feu à sa maison, ce dont le clerc vint se plaindre au suppliant, lequel parti faire remontrance à Laurens Raguelet. Une fois de plus, la dispute dégénéra en mêlée et l’agresseur fut tué95. Du reste, les soldats, tels le suppliant Jehan Ganart Du Fay, ne semblaient eux-mêmes pas à l’abri des rapines de leurs semblables :

  • 96 ADN, B, 1693 f° 43 r°-v°.

[...] vindrent environ quarante chevaulx des gens du seigneur de Belvoir pour logier oudit vilaige ouquel ledit suppliant estoit logiez et y estoit ung nommé Jehan Jaquemart, fourrier dudit sir de Belvoir qui demanda logiz oudit vilaige, lequel logiz ledit suppliant lui accorda, et aprez qu’ilz furent tous logiez ledit Jaquemart et ses compaignons voulsirent fourragier le logiz dudit suppliant [...]96.

32Nous l’avons déjà dit, les lettres de rémission accordées à des non-combattants pour l’homicide de soldats peuvent être révélatrices des violences particulièrement rudes dont étaient capables les gens de guerre. Ainsi, comme le montre la lettre accordée au maçon Simon Platot pour avoir tué l’écuyer et soldat Claude Lonnat, une simple dispute entre un homme de guerre et un autochtone peut entraîner la fureur de l’ensemble des soldats logés dans un même lieu :

  • 97 ADN, B, 1693 f° 46 r°-47r°.

[...] ainsi que ledit suppliant aloit jouer a ung villaige près du lieu ou il faisoit sa residence et demeure avec ses pere et freres, icellui esté rencontré par ung nommé George Regnaulde de Sonnent qui est compaignon de guerre, lequel assailly et envahy ledit suppliant de pluiseurs menasses et parolles iniurieuses a l’occasion desquelles debat se meut entre eulx deux tellement que ledit Regnaulde, estant lors a cheval, ala querir deux de ses compaignons qui ensemble poursuirent icellui suppliant et lui escrierent par pluiseurs fois qu’il demeurast. Quoy veant ledit suppliant et soy doubtant que ilz ne lui voulsissent faire aucun grief en sa personne benda une arbalestre que il pourtoit et s’en retourna au lieu dont il c’estoit party afin de eviter plus gros inconvenient. Or advint que en son chemin il rencontra ung sien frere qui s’en aloit ailleurs pour ses besoignes et lequel lui tint compaignie et demoura avec lui pour le secourir et aidier se mestier estoit. Et veans que ledit Regnaulde et ses complices qu’ilz ne povoient executer leur maulvaise intencion precogitee, ilz firent assez près du villaige ung grand cry. Auquel cry se assemblerent pluiseurs autres compaignons de guerre lors estans loigier en icellui villaige jusques au nombre de dix huit, lesquelz ensemble assaillirent icellui suppliant, ses peres et freres et frapperent sur l’un d’eulx tellement que ledit suppliant fu meu par chaude colle et pour deffendre sondit frere de tirer ung coup de materat dont il assena ung nommé Claude Lonnat, escuier, [...]. Toutes lesquelles choses ainsi faictes et advenues, environ XXII jours après, ledit Claude Lonnat ala de vie a trespas [...]97.

33Le récit ne s’arrête pourtant pas là, car malgré la blessure mortelle de Claude Bonnat, ses compagnons poursuivirent Simon Platot et ses parents jusqu’à leur demeure où ils s’étaient réfugiés et les battirent violemment, y compris la femme enceinte de l’un des frères du suppliant.

  • 98 Haynin, Mémoires de Jean…, p. 24-25.

34Outre les tensions interpersonnelles entre soldats, entre combattants et non-combattants, la logistique du logement pose enfin une dernière difficulté, celle de la cohabitation de groupes de soldats ayant des origines différentes. Loin de former un ensemble compact et homogène, les armées de Charles le Hardi étaient au contraire composées du rassemblement de combattants de « nationalités » différentes, chacun partageant une identité propre et ne s’entendant pas nécessairement entre elles : Picards, Brabançons, Hainuyers, Flamands, Italiens, Anglais, etc. Jean de Haynin apporte un témoignage des difficultés pouvant naître de la promiscuité de ces combattants. La scène se déroule lors de la Guerre du Bien Public, en mai 1465. Une partie de l’armée de Charles, alors comte de Charolais, tente de se loger dans le village Mouchy-la-Gache, dans le comté de Péronne : « [...] il y eut ung tres grant remous entre leur gens, chest asavoir entre les Hainuiers et les Flamens, et y eut ung archier tué, noumé Didier, lequel estoit de Mons en Haynau, et s’en y eut pluseurs bleschies [...] ». Leurs maîtres parviennent finalement, à grand peine, à mettre fin à l’émeute et à rapporter l’affaire à leur capitaine, qui n’entreprend aucune mesure répressive, « conbien que le sieur de Drinquant i fut bleschiet d’un tret en la janbe, mes il ne seut qi ch’avoit fet ». Il y eut encore une échauffourée à Athies, « entre un gentil conpaignon crennequier, noumé Jhan de le Haie, estant au Liégois de Humierres, de la conpagnie du sieur de Fiennes, a un des gens de Gillecon d’Eve ». Leurs maîtres n’interviennent pas, à raison selon Haynin, sinon pour apaiser le conflit, et aucune mesure de répression ne semble avoir été prise98.

  • 99 Dépêches des ambassadeurs milanais sur les campagnes de Charles-le-Hardi, duc de Bourgogne, de 1474 (...)
  • 100 Dépêches des ambassadeurs milanais…, lettre CXLIX, p. 17-19.

35L’un des pires incidents survint le dimanche 21 avril 1476 au camp de Lausanne, où le duc reconstituait son armée après la défaite de Grandson. Cet événement nous est rapporté au travers des dépêches de l’ambassadeur Antoine d’Appiano99. Ce dernier avait déjà prêté, en mars 1476, à Antoine, grand bâtard de Bourgogne, des paroles peu élogieuses envers les mercenaires italiens qui se querellaient quotidiennement avec les troupes picardes au cours de rixes mortelles ayant lieu en ville et au camp100. Ce soir du 21 avril, c’était après les Anglais que les Lombards en avaient. Un certain nombre de combattants lombards se rassemblèrent en vue de mener une expédition punitive contre les archers anglais, qu’ils rendaient responsables de la mort d’un des leurs lors d’une rixe. Les Italiens quittèrent « furtivement » le camp pour se diriger vers l’abbaye de Hautcrêt, près de Palézieux, où plusieurs Anglais étaient logés. Au terme de l’escarmouche qui s’ensuivit, sept Anglais et deux moines furent tués. Apprenant la nouvelle, le duc de Bourgogne ordonna que les coupables soient saisis à leur retour, battus puis exécutés. Mais cette mesure, bien loin de rétablir l’ordre, provoqua une émeute qui entraîna toutes les troupes étrangères. Lombards et Anglais quittèrent le camp pour se mettre en ordre de bataille en vue de s’affronter. Le duc en personne, bien que souffrant de fièvre, monta à cheval, se rendit sur place et parvint à contenir les Anglais. Au même moment, les gens de guerre se trouvant à Lausanne s’empressèrent de rentrer au camp afin de défendre le duc et de mater les Lombards séditieux. Après deux heures d’émeute, les troupes se calmèrent et rentrèrent dans leurs quartiers respectifs, vers minuit. Deux jours plus tard, le 23 avril, Appiano écrit encore dans sa dépêche qu’il ne se sent pas en sécurité au camp. Il rend responsable les Anglais d’une série d’agressions contre les soldats lombards, aussi bien en ville qu’au camp, peu importe la condition de la personne. Enfin, l’ambassadeur rapporte que le duc, en représailles des événements des derniers jours, a fait trancher la tête d’un gentilhomme lombard nommé Marco de Ferrera, homme d’armes de la compagnie du capitaine Troylo da Rossano qui s’était rendu coupable d’avoir voulu délivrer l’un des soldats assaillants de Haucrêt mené devant le duc pour être puni.

  • 101 Voir les remarques de Roulet, « Présence et engagement… », p. 108-109.
  • 102 Id., « Le Téméraire à Morat. Plaidoyer pour une réhabilitation », in PCEEBM, n° 26, 1986, p. 45.

36Si l’on suit le raisonnement de L. -E Roulet, les événements survenus en 1465 et 1476 confirment par leur rapidité et leur ampleur l’existence de tensions sous-jacentes entre des combattants de « nationalités » différentes. Ils révèlent également un certain effacement des officiers qui, soit ne mènent aucune action répressive, soit disparaissent devant la figure du duc, qui préfère régler la question par lui-même101. Au final, Charles tirera leçon de ces incidents et veillera par la suite à séparer Anglais et Lombards afin d’éviter de nouvelles rixes102.

2.2. Des loisirs qui tournent mal

37Là où les problèmes liés au logement soulignent certaines spécificités de la vie militaire, les homicides se déroulant dans un cadre de loisir et de détente rappellent qu’une part importante des crimes remis des soldats relève d’une sociabilité traditionnelle.

  • 103 Marc Russon, Hervé Martin, Vivre sous la tente au Moyen Âge (Ve-XVe siècle), Rennes, Ouest-France, (...)
  • 104 Cité par Henri Dubois, Charles le Téméraire, Paris, Fayard, 2004, p. 347.
  • 105 ADN, B, 1495 f° 75 r°. Cf. Jean Molinet, Chroniques de Jean Molinet (1474-1506), éd. Georges Doutre (...)
  • 106 ADN, B, 1695 f° 74 v°.
  • 107 ADN, B, 1695 f° 57 r°-v°.

38Lors qu’il est en garnison, l’homme de guerre a la possibilité de se mêler à la population et de se joindre à elle dans les lieux publics tels que la taverne. Au camp, le soldat n’est pas non plus privé de loisirs. Selon Marc Russon, au contraire, maintenir un espace de divertissement au cours d’un cantonnement de longue durée était nécessaire pour assurer le moral de troupes disparates103. Ainsi, on sait par Olivier de la Marche qu’au camp bourguignon devant Neuss « il y avoit hosteleries, jeux de paulmes et de billes, cabaretz, tavernes et toutes choses que l’on peut demander »104. De fait, 6 homicides graciés commis par des gens de guerre prennent place dans une taverne, dont deux au cours du siège de Neuss, en novembre et décembre 1474. L’un d’eux se déroule plus précisément dans une taverne située sur la Grande Île devant Neuss105. Un peu plus tôt, en septembre, un autre homicide eut lieu également sur la Grande Île, sans que l’on sache s’il eût lieu ou non dans une taverne106. On possède enfin une lettre de rémission octroyée à deux non-combattants pour l’homicide en juillet 1474 d’un soldat suite à un problème d’argent né au sein d’une taverne107.

  • 108 ADN, B, 1695 f° 75 r°.
  • 109 ADN, B, 1695 f° 72 r°-v°.
  • 110 ADN, B, 1698 f° 21 r°-22 v°.

39Pour la plupart, les différents récits de ces homicides suivent un scénario stéréotypé et répété : un repas qui dégénère subitement, généralement au moment de payer l’écot (c’est-à-dire sa part), lorsque l’un des attablés s’en prend au suppliant sans avertissement, avec pour résultat un combat, arme au poing, s’achevant par la mort de l’un des intervenants. Ainsi l’archer Jehan Carpentier se fit-il agresser par Momo D’Arques, Jeunet et Denis Louvel lorsqu’il proposa de payer la part de son ami Bauduyn Meurisse, lequel tenta alors de s’interposer et fut accidentellement tué par le suppliant108. Pour Jehan Tapinot, la rixe éclata lorsque vint le moment de partager le prix d’un poisson que lui et ses compagnons avaient mangé ensemble, l’un d’eux, Pierret Boucquel, prétextant que le suppliant n’avait pas payé sa part109. Dans le cas de l’archer Jehan De Lommel, c’est au terme d’une partie de cartes, quand l’un des joueurs est remplacé par un autre et que le nouveau participant réclame de l’argent pour payer l’écot, que la mêlée se déclenche110. Enfin, en ce qui concerne la lettre d’Hubert Van Oy, la cause du conflit n’est pas l’écot, mais un problème de perte d’équipement survenu quelques jours plus tôt :

  • 111 ADN, B, 1698 f° 12 v°-13 r°.

[...] en devisant de pluiseurs journees pendant lesquelles ilz avoient esté aux champs les ungs avec les autres, ledit feu [Jehan Nirchemle, la victime] dist que une fois il avoit esté en la compaignie d’un nommé Gaudeffroy Turch avec lequel il avoit perdu chevaulx et harnois, et lors ledit supliant luy respondy qu’ilz avoient esté gens d’armes ensemble et qu’il avoit semblablement perdu chevaulx et harnoix, [...]. Ledit supliant dit que puis qu’il avoit esté trahy qu’il le deist audit Godeffroy, non point a luy car jamais il n’avoit amé traistres et que plus il ne luy en parlast. Ledit feu de rechief veant ledit supliant non content d’oyr telles parolles que disoit ledit deffunct qui disoit que jusques avant qu’il fust recompensé de sesdites pertes ne cesseroit d’en parler et l’oyt qui vouldroit qu’il monsteroit qu’il luy en deplairoit, oyt laquelle chose ledit feu se leva de la table et vint a tout ung coustel et en bailla audit supliant en l’espaule, et comme iceluy supliant se retourna, soy sentant navré, et en son corps deffendant dudit feu frappa icelui feu d’un bracquemart [...]111.

  • 112 Muchembled, La violence au village…, p. 43.
  • 113 Monique Bourin, Bernard Chevalier, « Le comportement criminel dans les pays de la Loire moyenne, d’ (...)
  • 114 La sociabilité et la violence à la taverne ont fait l’objet d’une étude de Kévin Troch, « “Plein co (...)
  • 115 Claude Gauvard, « L’image du roi justicier en France à la fin du Moyen Âge, d’après les lettres de (...)
  • 116 Id., « Grâce et exécution capitale… », p. 281.

40La « rixe à la taverne » fait partie des grands stéréotypes de sociabilité conflictuelle que l’on peut retrouver dans les lettres de rémission112. La taverne est un « lieu de rencontre privilégié où se heurtent les vieilles animosités et où naissent de nouvelles querelles. [...] On a à la taverne mille raisons de se quereller. D’abord le verbe haut de l’ébriété ; la rencontre en un lieu resserré de vieux ennemis ; et puis tous les problèmes d’argent qui se découvrent ou se règlent là »113. La boisson et le jeu aidant, le conflit n’a pas de mal à éclore à la taverne114. On comprend mieux, dès lors, la volonté du duc de limiter la consommation de vin et interdire les jeux de dés en 1476 (voir le chapitre suivant). Les rixes de taverne inscrivent l’homicide commis dans le cadre des valeurs sociétales acceptables : « la rixe est donc présentée comme un crime qui ne remet pas en cause la personnalité du coupable, mais comme un crime social, perturbateur de l’ordre établi »115, un crime donnant lieu à l’homicide de l’un des participants ce qui, par là même, met fin à cette perturbation116.

  • 117 Robert Muchembled, « Les jeunes, les jeux et la violence en Artois au XVIe siècle », in Philippe Ar (...)

41Il n’y a pas que les homicides à la taverne qui témoignent que les loisirs pratiqués par les hommes de guerre peuvent mal tourner. Pour Robert Muchembled, le jeu est « l’antichambre de la violence » : il permet, d’une part, de sociabiliser en fournissant un code de conduite, d’autre part, de relever les tensions internes à la société. Dans certains cas, le jeu suffit à résoudre les conflits latents, dans d’autres, il ne fait que favoriser l’émergence de la violence117. Dans sa lettre de rémission, l’homme d’armes Emond de Thubeauvile raconte comment, en mai 1473,

[...] un compaignon dit et surnommé le seigneur de Malgouverne, [...] fist par esbattement audit suppliant desvetir robe, la quelle il donna a Jehan de Nempole, et ce fait rencontra feu Guillement de Senecourt au quel il fist pareillement desvetir sa robe et la donner audit suppliant, et samblablement fist devestir ung nommé Le Beghe de Caumousson et donna sa robe audit feu Guillement de Senecourt, disant ledit de Malgouverne que tous estoient ses subgects et devoient obeir a luy.

  • 118 ADN, B, 1695 f° 2 v°-3 r° : « [Guillement de Senecourt] marchant vers ledit suppliant atout une cug (...)

42Le jeu dégénéra lorsque le suppliant prétendit, « par joyeuseté », élargir la robe de Guillement de Senecourt. Ce dernier prit mal la plaisanterie et se mit à « a dire et profferer pluiseurs parolles injurieuses et minatoires audit suppliant ». En réponse, le suppliant sermonna son interlocuteur, disant « qu’il estoit bien folastre de soy courouchier quant on se jouoit alors ». La dispute se poursuivit, jusqu’à ce que Guillement de Senecourt brandisse une hachette et que le suppliant soit contraint de se défendre118. En définitive, bien qu’aucune information supplémentaire ne soit donnée dans la lettre, la réaction spontanée, rapide et relativement violente de la victime pourrait laisser entendre l’existence de tensions précédentes avec le suppliant, dont le jeu aurait favorisé la résurgence.

  • 119 Louis W. Burgener, « Les jeux et les exercices physiques en Suisse aux XVe et XVIe siècles », in Ar (...)
  • 120 ADN, B, 1695 f° 69 v°-70 r°.
  • 121 ADN, B, 1695 f° 36 r°-v°.

43Des accidents peuvent également survenir lors d’un loisir. Le tir à l’arc, exercice nécessaire au bon maintien du corps et de la discipline des troupes119, mais également occasion pour les archers de se mesurer au cours d’une compétition amicale, en est un bon exemple. Jehan Bruguelman, roi de la confrérie des archers de Malines, s’en va au service du prince, lorsqu’il est invité par des confrères d’une autre ville à une compétition de tir à l’arc. Acceptant volontiers, le suppliant se joint à eux. L’accident survient lorsque Jehan Bruguelman décoche une flèche et que « feu Heyne De Bourguenar, l’un de sesdits confreres, vint traverser son cop dont il fut feru et actaint en son corps, en telle manière que de iceluy cop brief après il termina vie par mort »120. Dans une dernière lettre, le suppliant Rancquin Vandenberghe, serviteur du maréchal de l’hôtel Guille de Ternay, expose comment en juin 1474, « se feust transporté avec autres au lieu que l’on dit Petit Fret en notredite ville de Lille pour veoir certain jeux de personnages que faisoient illec sur eschauffaulx ». Au terme de la représentation, le suppliant « estoit descendu sur l’ung des chariotz [...] en intencion de s’en aller a livrer les chevaulx de sondit maistre », mais l’un des acteurs l’interpelle et lui propose bouter le feu à l’arquebuse qu’il utilise sur scène, « a quoy ledit supliant luy demanda s’il n’y avoit point de dangier et s’il ne povoit mal faire a personne, lequel bastard luy respondit que non et qu’il oseroit bien tenir sa main au devant car il n’y avoit que papier ». Malheureusement, les choses ne se passent pas comme prévu car « au deschargier [du bâton] il blessa en la main et ou ventre ung nommé Jacotin De Beaumaers tellement que la nuit ensuivante il termina vie par mort »121.

2.3. Indiscipline, rancœurs et conflits hiérarchiques

  • 122 Contamine, Guerre, État et Société…, p. 527.
  • 123 Claude Gaier, « La cavalerie lourde en Europe occidentale du XIIe au XVIe siècle. Un problème de me (...)
  • 124 ADN, B, 1698 f° 15 r°-16 v°.
  • 125 ADN, B, 1695 f° 40 r°-41 r°.

44Au cours des pages précédentes, il a été souligné que les gens de guerre, au-delà d’un stéréotype premier, étaient loin de constituer une fraternité unie et solidaire : « [...] entre ces hommes que relient une expérience, une mentalité, une conduite identique, que d’oppositions et de rivalités ! On saisit mal les tensions sociales qui divisaient les compagnies d’ordonnances »122. Outre les différences de nationalités, il convient également de souligner les disparités de statut entre soldats, nobles ou non-nobles, mais également les rivalités entre combattants à cheval ou à pied123. Il est certes possible de trouver des témoignages d’une réelle solidarité entre combattants, tel cet ancien homme d’armes qui n’hésite pas à faire évader son serviteur pour ensuite aller servir le duc contre Liège124, mais on trouve également des traces de rivalités, de conflits et de mésentente pour des raisons variées. Il n’y a pas qu’à la taverne que des conflits d’argent peuvent survenir. L’archer Wiart Poitevin, par exemple, était harcelé depuis plusieurs jours par un certain Lansman, Suisse membre de la garnison d’Abbeville, pour qu’il lui paye le butin de guerre acheté à un certain Robert Henart, lequel l’avait lui-même acheté à Lansman et ses compagnons. Menacé à plusieurs reprises (« ilz luy osterent sa daghe disant que s’il ne les paioit ilz luy trancheroient les jambes »), l’archer refuse à chaque fois de payer, considérant qu’il ne doit de l’argent qu’à Robert Henart. Il est finalement pris en embuscade au sortir d’une église par Lansman et ses hommes, et contraint de se défendre et de tuer le Suisse125.

  • 126 Il dit que « cestoit bien fait d’un garçon qu’il ne povoit tant faire pour ledit bastard qui estoit (...)
  • 127 ADN, B, 1695 f° 13 v°-14 r°.
  • 128 ADN, B, 1695 f° 12 v°-13 r°. Cf. chapitre suivant.

45L’argent n’est pas la seule source de conflit. Les confrontations de hiérarchie en sont une autre. Il est difficile d’évaluer les tensions pouvant exister entre gens de guerre dirigeants et subalternes, nobles et non-nobles. Quelques indications sont cependant fournies dans les lettres de rémission. Voyons par exemple la lettre de Guillame de le Cournece, lieutenant de dizainier : faisant remontrance avec condescendance126 à un archer, Pierot Urbain, pour son comportement paresseux et indiscipliné (à savoir s’être plaint d’avoir à porter le harnois d’un homme d’armes malade), le suppliant est insulté et frappé par ce dernier, ce qu’il ne peut supporter : « dont ledit suppliant, ayant vergoingne d’estre ainsy feru dudit deffunct, au quel en absence dudit Ieorge Daurs [le dizainier] il estoit dixainier comme dist est [...] ». En réponse, il frappa mortellement l’archer d’un bâton127. Dans une autre lettre de rémission, cette fois-ci accordée à un homme du commun, Blaise Lamrot, ce dernier déclencha l’ire de sa victime, homme d’armes au service du duc, en mettant en doute sa qualité de noble128. Dans les deux cas, c’est donc l’atteinte au statut du combattant qui déclenche sa colère.

  • 129 ADN, B, 1695 f° 17 v°-18 r°.

46Qu’une rixe naisse d’une remarque faite par un homme de guerre à un subalterne, comme c’est le cas avec Guillame de le Cournece, n’est pas unique dans notre corpus. Dans le récit de Bauduyn Daublain129, maître de l’artillerie, ce dernier « se apperceut que ledit maistre Bernard [Wastellet, la victime] ne faisoit point son devoir en la charge qui luy avoit esté ordonnee et que aucuneffoit il estoit deux jours sans venir devers les bastons de la pourre servans a ladite bombarde et les tirer comme faire devoit ». Pour y remédier, le suppliant en remontra au fautif, ce que ce dernier pris mal, aussi injuria-t-il Bauduyn Daublain, lequel le punit en suspendant sa solde. Lorsque quelque temps après Bernard Wastellet croisa à nouveau le suppliant, il fit mine de l’attaquer, ce pourquoi celui-ci dû se défendre et de tuer le canonnier colérique.

3. Conclusion

47Au premier abord, les violences remises des gens de guerre apparaissent comme peu différenciées de celles des autres catégories socioprofessionnelles. Une analyse quantitative superficielle ne fait pas ressortir de données exceptionnelles. À contrario, une analyse qualitative, rendue possible par le petit nombre de lettres retenues, permet de souligner certaines spécificités des contextes dans lesquels cette violence s’exprime. Les gens de guerre apparaissent comme des groupes beaucoup moins soudés que l’on ne pourrait imaginer de prime abord, et les sources de dissensions au sein des armées semblent nombreuses : difficultés dans le partage de logement et la cohabitation, disputes à propos d’argent, conflits de hiérarchie… La victime de l’homme de guerre n’est pas spécialement l’homme du peuple sans défense, mais au contraire un confrère indiscipliné et belliqueux, qui ne rend pas service au prince en agissant de la sorte.

48Il n’en demeure pas moins que cette violence remise reste bornée aux cadres voulus par le pouvoir : spontanée, réactionnelle voire involontaire, l’action homicide de l’homme de guerre découle d’échanges sociaux fondamentalement ordinaires dont la violence n’est qu’un prolongement malheureux. Or, il convient de s’interroger. La violence remise n’est pas représentative de l’ensemble des pratiques et ne fait que refléter une certaine catégorie de comportements considérés comme licites par le pouvoir princier. Quid, dès lors, des violences irrémissibles ou des actes qui n’appellent pas une rémission ? L’homme de guerre bourguignon est-il réellement ce combattant discipliné qui ne fait usage de la violence en dehors du champ de bataille que lorsqu’il y est contraint et forcé ? C’est ce que nous verrons au chapitre suivant.

Notes

1 Xavier Rousseaux, « Politiques judiciaires et résolution des conflits dans les villes de l’Occident à la fin du Moyen Âge. Quelques hypothèses de recherche », in Jacques Chiffoleau, Claude Gauvard, Andrea Zorzi (ed.), Pratiques sociales et politiques judiciaires dans les villes d’Occident à la fin du Moyen Âge, Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 385), 2007, p. 512-513.

2 Claude Gauvard, « Discipliner la violence dans le royaume de France aux XIVe et XVe siècles : une affaire d’État ? », in G. Jaritz (ed.), Disziplinierung im Alltag des Mittelalters und der frühen Neuzeit (Krems, 1996), Vienne, Österreichische Akademie der Wissenschaften, 1999, p. 173-204 ; Id., « Violence licite et violence illicite », in Id., Violence et ordre public au Moyen Âge, Paris, Picard, 2005, p. 264-282 ; Aude Musin, Michel Nassiet, « Les récits de rémission dans la longue durée. Le cas de l’Anjou du XVe au XVIIIe siècle », in Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 57-4, 2010, p. 51-71. La portée politique de cette violence remise sera abordée dans le septième chapitre.

3 Pierre Charbonnier, « Les limites du pardon des violences dans les lettres de rémission du XVe siècle », in Antoine Follain e. a. (ed.), La violence et le judiciaire. Discours, perceptions, pratiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 64-67.

4 Quant au vol, certes sérieux mais souvent difficile à prouver, il n’est rencontré qu’à une occasion au sein des lettres octroyées par Charles le Hardi : ADN, B, 1693 f° 6 r°-v°.

5 Bertrand Schnerb, « L’honneur de la maréchaussée ». Maréchalat et maréchaux en Bourgogne des origines à la fin du XVe siècle, Turnhout, Brepols (Burgundica, 3), 2000, p. 213. Certes, il est peu probable que cette ordonnance ait été d’application sous Charles le Hardi, mais elle officialise probablement une pratique déjà en vigueur antérieurement.

6 Claude Gauvard, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, 2e éd., Paris, Publications de la Sorbonne, 2010, p. 75.

7 Id., « Grâce et exécution capitale : les deux aspects d’un même pouvoir », in BEC, n° 153-2, 1995, p. 275-290.

8 ADN, B, 1695 f° 38 r°-v°.

9 Chrétien Dehaisnes, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790, t. III : Nord. Chambre des Comptes de Lille, n° 1681-1841, Lille, Danel, 1877, p. 29 (lettre de la boîte B 1699) : « à Jean Sceubekin, de Douai, à Wallerand de Stainbourg, écuyer, qui a été mis en prison pour avoir dit, étant à Orchies, lors d’une course faite aux environs par la garnison de Tournai, que la ville n’était pas tenable “si que en vérité elle n’estoit, et qu’il vauldroit mieulx y bouter le feu que soy y laissier enclorre et y estre prins”, It propos qui avait été entendu par deux soldats qui, “pensans de deux maulx éviter le pire, boutèrent le feu en leurs logiz, télement que partie de ladite villena esté arse et bruslée” ». Voir aussi Id., « Étude sur les registres des chartes de l’Audience conservées dans l’ancienne Chambre des Comptes de Lille. Guerres et pillages, crimes et malheurs, mœurs et malheurs dans les Pays Bas du XIVe et du XVe siècle », in Mémoires de la société des sciences, de l’agriculture et des arts de Lille, 4e série, t. I, 1876, p. 347.

10 Hubert Nelis, Chambre des comptes de Lille : catalogue des chartes du Sceau de l’Audience, t. I (seul paru), Bruxelles, Goemaere, 1915, p. 95 : « Deux lettres de rémission, données à la requête d’Adolphe, duc de Gueldres, pour deux de ses hommes, coupables d’avoir incendié au village d’Yselstein, en Hollande ».

11 AGR, CC, Chartes du sceau de l’audience, cédule 1158 (retranscrite en annexe).

12 Xavier Rousseaux, « Civilisation des mœurs et/ou déplacement de l’insécurité ? La violence à l’épreuve du temps », in Déviance et société, n° 17-3, 1993, p. 294.

13 Aude Musin, Sociabilité urbaine et criminalisation étatique : la justice namuroise face à la violence de 1363 à 1555, Louvain-la-Neuve, 2008 (Université catholique de Louvain, Thèse de doctorat en histoire, inédite), p. 100.

14 Ibid.

15 Sur le concept de « norme », voir Claude Gauvard, Alain Boureau, Robert Jacob, Charles de Miramon, « Normes, droit, rituel et pouvoir », in Jean-Claude Schmitt, Otto Gerhard Oexle (ed.), Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 460-482.

16 Gerd Schwerhoff, « Justice et honneur. Interpréter la violence à Cologne (XVe-XVIIIe siècle) », in Annales. HSS, n° 62-5, 2007, p. 1040.

17 Xavier Rousseaux, « La répression de l’homicide en Europe occidentale (Moyen Âge et Temps Modernes) », in Genèses, n° 19, 1995, p. 126.

18 Cité par Ibid.

19 Cité par Jean-Marie Carbasse, Introduction historique au droit pénal, Paris, PUF, 1990, p. 273.

20 Musin, Sociabilité urbaine…, p. 95. Voir aussi Clémentine Mertens de Wilmars, « Ordonner, punir et pardonner » : la justice criminelle en roman pays de Brabant de 1552 à 1594 : d’après les comptes du grand Bailli de Nivelles et les lettres de rémission, Louvain-la-Neuve, 2002 (Université catholique de Louvain, Mémoire de licence en histoire, inédit).

21 Musin, Sociabilité urbaine…, p. 93.

22 Philippe Contamine, « L’armement des populations urbaines à la fin du Moyen Âge : l’exemple de Troyes (1474) », in Philippe Contamine, Olivier Guyotjeannin (ed.), La guerre, la violence et les gens au Moyen Âge, vol. 2 : La violence et les gens, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1996, p. 59-72, ici p. 70.

23 Claude Gauvard, « La justice pénale du roi de France à la fin du Moyen Âge », in Xavier Rousseaux, René Lévy (ed.), Le pénal dans tous ses États. Justice. État et société en Europe (XIIe-XXe siècles), Bruxelles, FUSL (Publications des FUSL, 74), 1997, p. 88.

24 Musin, Sociabilité urbaine…, p. 94.

25 Claude Gaier, L’industrie et le commerce des armes dans les anciennes principautés belges du XIIIe à la fin du XVe siècle, Paris, Les Belles Lettres (Bibliothèque de la Faculté de philosophie et lettres de l’Université de Liège, 202) 1973, p. 61-70, en offre un aperçu. Voir aussi Jean-Marie Cauchies, La législation princière pour le comté de Hainaut : ducs de Bourgogne et premiers Habsbourg (1427-1506). Contribution à l’étude des rapports entre gouvernants et gouvernés dans les Pays-Bas à l’aube des Temps modernes, Bruxelles, FUSL (Publications des FUSL, 24), 1982, p. 496-502 (qui cite C. Gaier avant nous).

26 Id., « Liste chronologique des ordonnances de Charles le Hardi, Marie de Bourgogne, Maximilien d’Autriche et Philippe le Beau pour le comté de Hainaut (1467-1506) », in Bulletin de la Commission Royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances de Belgique, n° 31, 1986, p. 23 ; Id., La législation princière…, p. 498. Cette ordonnance sera encore suivie d’une dernière, datée du 4 août 1470. Passée cette date, on ne trouve plus d’ordonnances relatives au port d’arme en Hainaut sous Charles le Hardi. Ce phénomène s’explique sans doute par la situation frontalière du Hainaut.

27 Élise Mertens de Wilmars, Entre privilège et procédure. Droit et lettres de grâce en Roman Pays de Brabant de 1404 à 1555, Louvain-la-Neuve, 1997 (Université catholique de Louvain, Mémoire de licence en histoire, inédit), p. 199.

28 Robert Muchembled, La violence au village. Sociabilité et comportements populaires en Artois du XVe au XVIIe siècle, Turnhout, Brepols, 1989, p. 31.

29 Gauvard, « De grace especial »..., p. 536.

30 Ibid., p. 528.

31 ADN, B, 1695 f° 13 v°-14 r°, 17 v°-18 r°.

32 Dans trois cas, la profession de la victime (autre que soldat) est précisée : maire (ADN, B, 1695 f° 52 v°-53 r°), sergent du bailli (Ibid., f° 67 r°-v°) et prévôt (Ibid., f° 80 v°-81 r°).

33 ADN, B, 1693 f° 57 r°-v° et B 1694 f° 76 v°-77 r°.

34 Terme employé par Emmanuel Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, 2e éd., Paris, Gallimard, 1982, p. 419. Sur l’analyse pluridisciplinaire de l’espace, Monique Bourin, « Analyses de l’espace », in Schmitt, Oexle (ed.), Les tendances actuelles…, p. 493-510, n’aborde malheureusement pas l’apport possible de l’anthropologie historique à ce champ d’étude.

35 ADN, B, 1693 f° 43 r°-v°.

36 ADN, B, 1698 f° 10 r°-11 r°.

37 ADN, B, 1695 f° 52 v°-53 r°.

38 ADN, B, 1693 f° 51 r°-52 v°.

39 Dans les études d’Amandine De Burchgraeve, Les pratiques de grâce du Conseil Privé dans le Cercle de Bourgogne entre 1540 et 1555, Louvain-la-Neuve, 2011 (Université catholique de Louvain, Mémoire de master en histoire, inédit), p. 82 et Isabelle Paresys, Aux marges du royaume. Violence, justice et société en Picardie sous François Ier, Paris, Publications de la Sorbonne (Histoire moderne, 40), 1998, p. 60, le jour du crime le plus souvent mentionné est le dimanche. La chose peut s’expliquer d’une part parce qu’il s’agit d’un temps de détente et d’autre part parce que c’est un jour de la semaine facilement mémorisable.

40 Paresys, Aux marges du royaume..., p. 54.

41 ADN, B, 1694 f° 76 v°-77 r°.

42 ADN, B, 1695 f° 17 v°-18 r°.

43 ADN, B, 1695 f° 75 r°.

44 ADN, B, 1695 f° 40 r°-41 r°.

45 ADN, B, 1693 f° 43 r°-v°.

46 ADN, B, 1695 f° 75 r° : le suppliant est originaire de Lisbourg (comté de Saint Pol), mais le crime est commis à Neuss.

47 Gauvard, « De grace especial »…, p. 536.

48 Pour une plus grande facilité d’interprétation, nous avons assimilé les homicides commis au sein même de la taverne à ceux commis « au sortir », c’est-à-dire lorsque le conflit débute dans la taverne et s’achève à l’extérieur. Cf. par exemple ADN, B, 1695 f° 75 r° : « [...] ledit suppliant issist hors de ladite taverne ou lesdits freres et Momo de suyvrent, le cuidant tousjours oultragier [...] ».

49 Par « maison », nous entendons le domicile du suppliant, de la victime ou d’un tiers.

50 Même si par « nature », on peut entendre un champ ayant un propriétaire.

51 Gauvard, « De grace especial »…, p. 538.

52 Par exemple, ADN, B, 1693 f° 20 v°-21 r° : le suppliant « rancontra en chemin » sa victime.

53 De Burchgraeve, Les pratiques de grâce…, p. 88.

54 Paresys, Aux marges du royaume..., p. 321.

55 De Burchgraeve, Les pratiques de grâce…, p. 83 ; Muchembled, La violence au village…, p. 119.

56 Sur cette question, voir Carbasse, Introduction historique..., p. 184-188 ; André Laingui, La responsabilité pénale dans l’ancien droit (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1970 ; Pascal Texier, « “Doulant et courroucié” : les avatars de la culpabilité dans les lettres de rémission du XIVe siècle », in Jacqueline Hoareau-Dodinau e. a. (ed.), La culpabilité : actes des XXe Journées d’histoire du droit (de l’Institut d’anthropologie juridique de Limoges), Limoges, Presses universitaires de Limoges (Cahiers de l’Institut d’Anthropologie Juridique de Limoges, 6), 2001, p. 481-493.

57 ADN, B, 1695 f° 36 r°-v° (arquebuse) et 69 v°-70 r° (arc).

58 ADN, B, 1695 f° 80 v°-81 r° : le suppliant a agi en ayant souvenance d’anciennes « injurieuses et detestables parolles contre l’onneur » mais également « par la temptation de l’Ennemy ».

59 ADN, B, 1695 f° 52 v°-53 r°.

60 Mertens de Wilmars, Entre privilège et procédure..., p. 208.

61 ADN, B, 1693 f° 20 v°-21 r°.

62 ADN, B, 1695 f° 67 r°-v°.

63 ADN, B, 1695 f° 40 r°-41 r°.

64 ADN, B, 1695 f° 69 v°-70 r°.

65 ADN, B, 1695 f° 36 r°-v°.

66 ADN, B, 1695 f° 2 v°-3 v°.

67 ADN, B, 1698 f° 10 r°-11 r°.

68 ADN, B, 1693 f° 23 v°-24 r°.

69 ADN, B, 1693 f° 86 v°-88 r°.

70 ADN, B, 1693 f° 43 r°-v°.

71 Rousseaux, « La répression de l’homicide… », p. 125.

72 Sur ce point, voir également Franck Viltart, « “Exploitiez la guerre par tous les moyens !” Pillages et violences dans les campagnes militaires de Charles le Téméraire (1466-1476) », in RN, n° 380-2, 2009, p. 480-486.

73 Gaëlle Charon, Les manifestations des « soldats-brigands » en Hainaut sous le règne de Philippe le Bon à travers les comptes des officiers de justice hainuyers et les chroniques du temps, Louvain-la-Neuve, 1997 (Université catholique de Louvain, Mémoire de licence en histoire, inédit), p. 135.

74 L’ordonnance de 1471 prescrit, pour le logement d’une lance de neufs personne, la somme de 34 patards. Cette somme passe à 30 dans l’ordonnance de 1472. Pour une lance de six personnes (l’homme d’arme, son page, le coutillier et les trois archers), la somme variait entre 24 (ordonnances de 1472 et 1473) à 27 patards (ordonnance de 1471).

75 Sur les commissaires aux montres, voir Schnerb, « L’honneur de la maréchaussée »…, p. 122-125.

76 Sur les maréchaux de l’hôtel et des logis, voir Ibid., p. 126-132 ; Charles Brusten, L’armée bourguignonne de 1465 à 1468, Bruxelles, Éditions Fr. van Muysewinkel, 1953, p. 140-141.

77 Sur le maréchal de l’ost, voir Schnerb, « L’honneur de la maréchaussée »…, p. 116-122.

78 Olivier de La Marche, « Estat de la Maison du duc Charles de Bourgogne », in Id., Mémoires d’Olivier de la Marche, éd. Henri Beaune ; J. d’Arbaumont, t. IV, Paris, Renouard (Société de l’Histoire de France, 72) 1888, p. 91.

79 Jules de La Chauvelay, « Mémoires sur la composition des armées de Charles le Téméraire dans les deux Bourgognes », in Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, 3e série, n° 5, 1878-1879, p. 323-324.

80 ADN, B, 1693 f° 43 r°-v°. Voir aussi ADN, B, 1693 f° 20 v°-21 r° : « ledit suppliant fut loigié par fourrier ».

81 Loys Gollut, Les mémoires historiques de la république séquanoise et des princes de la Franche-Comté de Bourgogne, éd. C. Duvernoy, E. Bousson DE Mairet, nouv. éd., Arbois, Auguste Javel, 1846, col. 1251.

82 La Marche, « Estat de la Maison du duc… », p. 91-92. La mise en ordre de bataille des troupes avant l’attribution des logements est attestée par Jean de Haynin, Mémoires de Jean, Sire de Haynin et de Louvignies 1465-1477, éd. Dieudonné Brouwers, nouv. éd., vol. 1, Liège, Chez Denis Cormaux (Société des Bibliophiles Liégeois. Publications in-8°, 37-38), 1905, p. 23.

83 Anne Curry, « Les “gens vivans sur le païs” pendant l’occupation anglaise de la Normandie (1417-1450) », in Philippe Contamine, Olivier Guyotjeannin (ed.), La guerre, la violence et les gens au Moyen Âge, vol. 1 : Guerre et violence, Paris, Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, 1996, p. 211.

84 Gollut, Les mémoires historiques…

85 ADN, B, 1695 f° 77 v°-78 r°.

86 ADN, B, 1693 f° 23 v°-24 r°.

87 ADN, B, 1694 f° 76 v°-77 r° : « [...] feu Jehan d’Armeries vint d’aventure de soir en ung logiz ou ledit suppliant estoit tout deshabillié pour alez couchier et de fait sans cause raisonnable s’avença de vouloir courir sus ledit suppliant tellement que forcé estoit a icellui suppliant pour garandir sa vie de soy mectre a deffense ».

88 ADN, B, 1693 f° 51 r°-52 v°.

89 ADN, B, 1695 f° 17 v°-18 r°.

90 Philippe Contamine, Guerre, État et Société à la fin du Moyen Âge. Études sur les armées des rois de France. 1337-1494, Paris-La Haye, Mouton, 1972, p. 528.

91 ADN, B, 1695 f° 84 r°-85 r°.

92 Charon, Les manifestations des « soldats-brigands »…, p. 135.

93 Contamine, Guerre, État et Société…, p. 528.

94 ADN, B, 1693 f° 57 r°-v°.

95 ADN, B, 1693 f° 20 v°-21 r°.

96 ADN, B, 1693 f° 43 r°-v°.

97 ADN, B, 1693 f° 46 r°-47r°.

98 Haynin, Mémoires de Jean…, p. 24-25.

99 Dépêches des ambassadeurs milanais sur les campagnes de Charles-le-Hardi, duc de Bourgogne, de 1474 à 1477, éd. Frédéric de Gigins la Sarra, vol. 2, Paris, Cherbuliez, 1858, lettres CLXXIX et CLXXX, p. 83-92. Voir aussi Louis-Édouard Roulet, « Présence et engagement des combattants anglais à Grandson et à Morat », in PCEEB, n° 35, 1995, p. 107-109.

100 Dépêches des ambassadeurs milanais…, lettre CXLIX, p. 17-19.

101 Voir les remarques de Roulet, « Présence et engagement… », p. 108-109.

102 Id., « Le Téméraire à Morat. Plaidoyer pour une réhabilitation », in PCEEBM, n° 26, 1986, p. 45.

103 Marc Russon, Hervé Martin, Vivre sous la tente au Moyen Âge (Ve-XVe siècle), Rennes, Ouest-France, 2010, p. 233.

104 Cité par Henri Dubois, Charles le Téméraire, Paris, Fayard, 2004, p. 347.

105 ADN, B, 1495 f° 75 r°. Cf. Jean Molinet, Chroniques de Jean Molinet (1474-1506), éd. Georges Doutrepont, Omer Jodogne, vol 1, Bruxelles, Palais des Académies, 1935, p. 37 : « [...] il y avoit une ysle environ d’une lieue franchoise en rondeur qui fortiffioit la ville merveilleusement [...] ». Cette île fut prise et occupée par les troupes bourguignonnes.

106 ADN, B, 1695 f° 74 v°.

107 ADN, B, 1695 f° 57 r°-v°.

108 ADN, B, 1695 f° 75 r°.

109 ADN, B, 1695 f° 72 r°-v°.

110 ADN, B, 1698 f° 21 r°-22 v°.

111 ADN, B, 1698 f° 12 v°-13 r°.

112 Muchembled, La violence au village…, p. 43.

113 Monique Bourin, Bernard Chevalier, « Le comportement criminel dans les pays de la Loire moyenne, d’après les lettres de rémission (vers 1380 - vers 1450) », in Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, n° 88-3 : Criminalité et répression (XIVe-XIXe siècles), 1981, p. 255.

114 La sociabilité et la violence à la taverne ont fait l’objet d’une étude de Kévin Troch, « “Plein comme un pot !” Les cabarets et la boisson à Namur durant la première moitié du XVIIIe siècle », in Isabelle Parmentier, Xavier Rousseaux, Sarah Auspert (ed.), Buveurs, voleuses, insensés et prisonniers à Namur au XVIIIe siècle : Déviance, justice et régulation sociale au temps des Lumières, Namur, Presses Universitaires de Namur (Histoire, Art et Archéologie, 14), 2012, p. 15-46. On lira également Pieter Spierenburg (ed.), Men and violence : gender, honor and rituals in modern Europe and America, s. l. (Colombus), Ohio State University press, 1998, p. 108-110 ; Milan Vulic, « Le Débit de boissons, le cabaret, le bistrot dans le bassin houiller du Nord-Pas-de-Calais, témoins de la sociabilité populaire », in RN, n° 70-279, 1988, p. 771-787.

115 Claude Gauvard, « L’image du roi justicier en France à la fin du Moyen Âge, d’après les lettres de rémission », in La faute, la répression et le pardon. Actes du 107e congrès national des sociétés savantes, section de philologie et d’histoire jusqu’à 1610 (Brest, 1982), Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1984, p. 181.

116 Id., « Grâce et exécution capitale… », p. 281.

117 Robert Muchembled, « Les jeunes, les jeux et la violence en Artois au XVIe siècle », in Philippe Ariès, Jean-Claude Margolin (ed.), Les jeux à la Renaissance, Paris, Vrin, 1982, p. 563-578.

118 ADN, B, 1695 f° 2 v°-3 r° : « [Guillement de Senecourt] marchant vers ledit suppliant atout une cugniecte en sa main hauchee et entesee, lequel suppliant doubtant vray samblablement la malvaise volenté que ledit feu Guille se demonstroit avoir contre luy et pour soy preserver et defendre [...], tira sa daghe ».

119 Louis W. Burgener, « Les jeux et les exercices physiques en Suisse aux XVe et XVIe siècles », in Ariès, Margolin (ed.), Les jeux à la Renaissance …, p. 109-118 ; Jean-Michel Mehl, « Une éducation du corps à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance : le tir à l’arc en France et en Angleterre », in Pierre Lévêque (ed.), Éducation et hygiène du corps à travers l’histoire, Dijon, Éditions de l’université de Dijon (Publications de l’Association interuniversitaire de l’Est, 25), 1991, p. 17-27 ; Russon, Martin, Vivre sous la tente…, p. 234.

120 ADN, B, 1695 f° 69 v°-70 r°.

121 ADN, B, 1695 f° 36 r°-v°.

122 Contamine, Guerre, État et Société…, p. 527.

123 Claude Gaier, « La cavalerie lourde en Europe occidentale du XIIe au XVIe siècle. Un problème de mentalité », in Id., Armes et combats dans l’univers médiéval, t. I, Bruxelles, De Boeck (Bibliothèque du Moyen Âge, 5), 1995, p. 304.

124 ADN, B, 1698 f° 15 r°-16 v°.

125 ADN, B, 1695 f° 40 r°-41 r°.

126 Il dit que « cestoit bien fait d’un garçon qu’il ne povoit tant faire pour ledit bastard qui estoit bien fort malade, [...] lors ledit deffunct luy respondit qu’il n’estoit point garçon et qu’il aimeroit mieulx que iceluy suppliant eust le harnas au ventre que plus le portast en revoyant Dieu son createur ».

127 ADN, B, 1695 f° 13 v°-14 r°.

128 ADN, B, 1695 f° 12 v°-13 r°. Cf. chapitre suivant.

129 ADN, B, 1695 f° 17 v°-18 r°.

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search