Version classiqueVersion mobile

« Pour nous servir en l'armée »

 | 
Quentin Verreycken

Deuxième partie. Violence et protagonistes

Chapitre 3. L’homme de guerre, acteur de la violence

Texte intégral

1Afin de mieux saisir ce que représentait la condition de « soldat » au XVe siècle, nous entamerons ce chapitre par une réflexion anthropologique sur l’état d’homme de guerre, les stéréotypes qu’il devait représenter pour la population et ceux que tentait de forger le prince. Au travers de quelques concepts-clés tels que celui de la « brutalisation » de l’homme ou la « culture de guerre », nous tâcherons de souligner que l’identité de combattant était d’abord une construction sociale aux origines multiples, avant de devenir un instrument de la construction de l’État en même temps qu’un terrain d’application de son pouvoir : au service du prince, les gens de guerre pouvaient dans une certaine mesure exercer la violence légitime de l’État, mais devaient en même temps faire l’objet d’une politique législative et judiciaire afin de définir les cadres de leur fonction, une politique qui sera par ailleurs examinée plus en détail aux chapitres 6 et 7.

2À côté de cette réflexion générale sur la fonction et l’identité du soldat, nous tâcherons dans la seconde partie de ce chapitre d’observer sous quelle forme était décrit le combattant dans les lettres de rémission, que ce soit en tant que suppliant ou en tant que victime. Au travers de cette source judiciaire singulière, nous pourrons ainsi observer directement quelle image était donnée de l’homme de guerre, que ce soit par lui-même ou par la population.

1. L’homme de guerre au XVe siècle

1.1. Pour une anthropologie du soldat médiéval

  • 1 Philippe Contamine, Guerre, État et Société à la fin du Moyen Âge. Études sur les armées des rois d (...)
  • 2 Ibid., p. 476-481.
  • 3 Id., « L’écrit et l’oral en France à la fin du Moyen Âge. Note sur l’“alphabétisme” de l’encadremen (...)
  • 4 Bertrand Schnerb, « Le recrutement social et géographique des armées des ducs de Bourgogne (1340-14 (...)
  • 5 Ibid., p. 66.
  • 6 Ibid.

3Dans l’historiographie francophone, et singulièrement dans l’historiographie française, les travaux dits de la « nouvelle histoire militaire » du dernier quart du XXe siècle s’intéressèrent d’abord aux aspects économiques et sociaux des armées. Dans son incontournable thèse consacrée aux armées françaises de 1337 à 1494, Philippe Contamine se livre à une étude sociale approfondie des gens de guerre des compagnies françaises. Il y souligne, pour la seconde moitié du XVe siècle, la grande disparité des carrières et des conditions des combattants1. Ainsi, à côté des archers d’origine modeste, les pages et les hommes d’armes appartenaient généralement à la petite ou moyenne noblesse. Ces derniers paraissaient également poursuivre des carrières de longue durée (entre 12 et 33 ans)2. Enfin, les capitaines, en grande majorité d’origine noble, bénéficiaient généralement d’une bonne éducation, là où l’analphabétisme était monnaie courante dans le reste des armées3. Face au cas français, Bertrand Schnerb s’est également intéressé aux armées bourguignonnes et notamment à leurs conditions de recrutement4. En se basant sur les comptes du trésorier général de guerre pour l’année 1472, il observe que la levée féodale fournissait 67,5 % de combattants issus des anciens Pays-Bas, pour 32,5 % des deux Bourgognes, de Haute-Alsace, de Savoie et de Picardie5. Il montre également que malgré la variété des conditions des gens de guerre, l’encadrement des armées du Téméraire restait essentiellement aristocratique : sur les 92 compagnies levées dans les anciens Pays-Bas, 84 étaient commandées par un chevalier, 8 par un écuyer. Hommes d’armes et coutilliers devaient eux-mêmes être pour la plupart d’origine noble, mais ils ne représentaient ensemble que 26,1 % des troupes6.

  • 7 André Corvisier, « La mort du soldat depuis la fin du Moyen Âge », in Id., Les hommes, la guerre et (...)
  • 8 Claude Gaier, « La cavalerie lourde en Europe occidentale du XIIe au XVIe siècle. Un problème de me (...)
  • 9 George Mosse, Fallen Soldiers. Reshaping the Memory of the world wars, Oxford, Oxford University pr (...)
  • 10 Valérie Toureille, Vol et brigandage au Moyen Âge, Paris, PUF, 2006, p. 156-160. Même utilisation d (...)

4À côté de ces différentes études sociales, d’autres historiens ont également tenté une approche anthropologique de l’étude des gens de guerre. André Corvisier, par exemple, s’est livré à une recherche sur la représentation de la mort chez les soldats médiévaux et modernes, notamment au travers de l’apparition à la Renaissance d’une sorte de culte du héros chevaleresque ayant accompli prouesses et devoir7. Claude Gaier, quant à lui, s’est intéressé aux « mentalités » de la cavalerie lourde médiévale et de l’infanterie communale liégeoise8. Pour sa part, Valérie Toureille a étudié les carrières des soldats au bas Moyen Âge, et a particulièrement observé le passage chez certains d’entre eux de la vie de combattants à celle de brigands. L’originalité de ce travail réside dans l’emploi qui y est fait de concepts élaborés par des historiens spécialisés dans les Première et Seconde Guerres mondiales. En reprenant le concept de « brutalisation », énoncée pour la première fois par George Mosse9, V. Toureille conclut que les combattants médiévaux, habitués à la violence durant le service, étaient en cela victimes d’une forme de « désocialisation » et peinaient par la suite à se réinsérer dans la société, qui refusait leur présence. Aussi, une fois démobilisés, les gens de guerre d’origine modeste n’avaient plus qu’à se livrer à des activités criminelles s’ils voulaient survivre10.

  • 11 À ne pas confondre avec la « culture de la guerre », c’est-à-dire l’ensemble des conceptions (jurid (...)
  • 12 Stéphane Audouin-Rouzeau, Annette Becker, 14-18, retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000, p. 12 (...)
  • 13 Voir sur ce point Ibid., p. 5-6 ; Laurence van Ypersele, « L’appel à la mémoire et ses dérives », i (...)

5Malgré ces quelques travaux fondamentaux, il demeure qu’une étude d’anthropologie historique du soldat à la fin du Moyen Âge reste à mener. Pour ce faire, il nous semble qu’un autre concept issu des travaux des historiens contemporanéistes mérite d’être mis en avant : celui de la « culture de guerre »11. Élaboré par les historiens du centre de recherche de l’Historial de Péronne, il désigne un « corpus de représentations du conflit cristallisé en un véritable système donnant à la guerre sa signification profonde »12. En d’autres termes, il s’agit d’un ensemble de représentations permettant de supporter et de donner sens aux violences vécues durant la guerre, non seulement par les combattants, mais également par l’ensemble de la population. Pour la Première Guerre mondiale, les historiens considèrent que la culture de guerre prenait la forme d’une opposition fondamentale entre une Patrie glorifiée et un Ennemi haï, soit le combat de la Nation Civilisée face à la Barbarie13. Mais qu’en est-il alors au début de l’ère moderne, à une époque où une identité nationale ne s’était pas encore formée et où les guerres opposaient davantage des personnalités plutôt que des Nations ou des États ?

6Au Moyen Âge, la nécessité d’une justification des violences guerrières poussa les juristes et canonistes à développer la notion de guerre juste et légitime. Alors qu’aux XIIe-XIIIe siècles, on insistait sur les causes de la guerre juste et les autorités légitimes pour les diriger (les princes), à partir du XIVe siècle, c’est davantage la façon dont cette guerre était menée qui importait, ce qui incluait le maintien de la discipline des soldats.

  • 14 Philippe Contamine, « L’idée de guerre à la fin du Moyen Âge : aspects juridiques et éthiques », in(...)

Plus encore : l’affirmation du pouvoir du prince, jointe à une évidente laïcisation de la pensée politique, tend à réduire à néant la responsabilité morale des sujets qui suivent ses guerres. Le bien commun du royaume, ou de la principauté, vient, à la limite, tout justifier, la mort au champ d’honneur tout racheter14.

  • 15 Elisabeth Balancy, « L’honneur militaire en Espagne et en France aux XVIe et XVIIe siècles : une mu (...)
  • 16 Malcom Vale, War and Chivalry. Warfare and Aristocratic Culture in England, France and Burgundy at (...)
  • 17 Éric Bousmar, « Pasos de armas, justas y torneos en la corte de Borgoña (siglo XV y principios del (...)
  • 18 Pierre Chaunu, « Violence, guerre et paix », in Politique étrangère, n° 61-4, 1996, p. 892 ; André (...)
  • 19 Claude Gaier, « La nostalgie de l’armement ancien à la fin du Moyen Âge : un indicateur social ? », (...)
  • 20 Bousmar, « Pasos de armas… », p. 599 note 75.
  • 21 Charles Brusten, « Charles le Téméraire au camp de Lausanne », in PCEEBM, n° 14, 1972, p. 78.
  • 22 Michael Depreter, De Gavre à Nancy (1453-1477) : l’artillerie bourguignonne sur la voie de la « mod (...)

7D’après Elisabeth Balancy, « l’honneur militaire » était le principal moteur du combattant et sa source de promotion sociale. Encore fortement imprégné, aux XIVe-XVe siècles, d’un individualisme favorisant l’exploit personnel, cet honneur se serait progressivement transféré, au début de l’ère moderne, dans la valorisation du sacrifice au service du souverain et la défense du pays15. Historiquement, l’honneur militaire est d’abord apparu comme un apanage de la noblesse qui s’épanouissait depuis la fin du haut Moyen Âge dans des valeurs chevaleresques alliant maîtrise de soi quotidienne et violence à la guerre16. Placées au cœur de l’éducation du jeune noble, ces valeurs chevaleresques furent progressivement orientées vers le service du prince en même temps que se déroulait l’intégration de la noblesse au sein des structures de l’État en construction17. Il convient en outre de différencier la guerre « guerrable » fortement codifiée et pratiquée par la noblesse, de la guerre « mortelle » nettement plus dangereuse, que connaissaient les soldats de basse extraction18. Pourtant, le XVe siècle voit la guerre mortelle devenir de plus en plus systématique au travers de la professionnalisation des armées et l’emploi de nouvelles technologies, parfois au grand dam de certains nostalgiques des temps anciens19. Mais qu’on ne s’y trompe pas : la vision héritée des écrits de J. Huizinga, voyant dans les pratiques chevaleresques de la noblesse une forme d’illusion conservatrice, n’est aujourd’hui plus à l’ordre du jour20, et les considérations de C. Brusten, faisant de Charles le Hardi un chevalier perdu dans une période trop moderne pour lui21, sont en totale contradiction avec la politique ducale de modernisation des armées et des institutions et le rôle donné à l’artillerie nouvelle22.

  • 23 Colette Beaune, « Mourir noblement à la fin du Moyen Âge », in Actes des congrès de la SHMESP. 6e c (...)
  • 24 Gaier, « Mentalité collective… ».
  • 25 Philippe Contamine, « L’armée de Charles le Téméraire : expression d’un État en devenir ou instrume (...)
  • 26 Jean-François Bergier, « Vie matérielle et politiques économiques au temps des guerres de Bourgogne (...)
  • 27 Jean Delumeau, La peur en Occident, Paris, Fayard, 1980, p. 209-213.
  • 28 Contamine, « L’idée de guerre… » ; Id., « Le combattant dans l’Occident Médiéval », in Le combattan (...)
  • 29 Id., « L’idée de guerre… », p. 79-80.
  • 30 Isabelle Paresys, Aux marges du royaume. Violence, justice et société en Picardie sous François Ier(...)
  • 31 F. Vrancken, « Qui étaient les compagnons de la Verte Tente ? », in RBPH, n° 59-2, 1981, p. 314-324

8Face à la culture de guerre de la noblesse, empreinte d’une éthique chevaleresque et de pratiques guerrières codifiées, valorisant le service du prince jusque dans la mort23, il faut s’interroger sur la culture de guerre des troupes d’origine modeste et de la population ordinaire, d’où étaient issus la majorité des combattants des armées bourguignonnes. Du côté des soldats, C. Gaier a souligné la vulnérabilité des fantassins médiévaux, sorte de « souffre-douleurs » de la guerre, qui compensaient leur relative faiblesse en matière d’équipement et d’entraînement par un fort esprit de cohésion24. Selon P. Contamine, cet esprit de cohésion était justement ce qui manquait aux armées de Charles le Hardi, composées de combattants d’origines géographiques trop diverses pour qu’une véritable identité commune puisse se créer25. Du côté du peuple, si, selon Jean-François Bergier, la guerre médiévale n’était qu’une cause mineure de mortalité, comparée aux carences de nourriture et d’hygiène26, il n’empêche que l’homme de guerre et ses ravages apparaissent comme l’une des grandes peurs de la population à la fin du Moyen Âge (voir ci-après)27. Cependant, bien qu’on ne puisse remettre en cause l’existence de la condition de « non-combattant » à cette époque, on soulignera tout du moins, avec P. Contamine, le caractère flottant de celle-ci28. La distinction entre la « population civile » et les « militaires » n’existait alors pas, les gens étaient souvent armés et prêts à défendre leurs biens contre les agressions d’une armée ennemie et tout homme était susceptible, à un moment ou un autre, de servir dans l’armée féodale ou dans la milice communale. Il y avait donc une forme d’implication totale de la population dans le processus de guerre médiéval, même si le peuple ne se sentait pas directement concerné par cette dernière et la considérait comme une calamité29. Sans doute, les disparités géographiques ont également joué : R. Muchembled et I. Paresys ont largement insisté sur le fait que des principautés frontalières comme l’Artois ou la Picardie connaissaient des cultures de la violence et de la guerre exacerbées par la proximité avec des territoires étrangers, les troubles en temps de guerre et la forte circulation des armes30. De même, dans des principautés entretenant depuis plusieurs décennies des relations difficiles avec l’autorité princière, les actions de rébellion et de brigandage paraissaient plus courantes31.

  • 32 Paravicini, « Structure et fonctionnement… », p. 69, voir aussi Id., « Ordre et règle. Charles le T (...)
  • 33 Contamine, « L’idée de guerre… », p. 85 ; Vale, War and Chivalry…, p. 167. On rejoint également ici (...)

9En définitive, on ne saurait ici creuser davantage les questions que souligne l’emploi du concept de « culture de guerre » pour la période médiévale. Si celui-ci montre bien certaines fractures existant entre une culture des élites et une culture populaire, il en souligne également les points de rencontre : la population n’est jamais totalement désarmée au XVe siècle, tandis que les valeurs des élites se diffusent progressivement. Face à une « militarisation » de plus en plus poussée de la noblesse, particulièrement sous Charles le Hardi32, il se serait ainsi opéré, selon Philippe Contamine et Malcolm Vale, un glissement progressif de la « discipline de chevalerie », réservée à la noblesse, vers une « discipline militaire » moderne, s’appliquant à l’ensemble des combattants, quelle que soit leur condition33. Cet argument pose naturellement la question de la volonté du prince ou de l’État dans la détermination de la fonction de soldat. C’est ce que nous examinerons un peu plus loin.

1.2. L’« opinion publique » : les fondements du stéréotype du mauvais soldat

  • 34 Claude Gauvard, « Rumeur et gens de guerre dans le royaume de France au milieu du XVe siècle », in (...)
  • 35 Séverine Fargette, « Rumeurs, propagande et opinion publique au temps de la guerre civile (1407-142 (...)
  • 36 Ibid., p. 309.
  • 37 Claude Gauvard, « La Fama, une parole fondatrice », in Médiévales, n° 24, 1993, p. 6. Par oppositio (...)
  • 38 Claude Gauvard, « Rumeurs et stéréotypes à la fin du Moyen Âge », in Actes des congrès de la SHMESP (...)
  • 39 Jean Pirotte, « L’histoire des violences guerrières à la croisée des réalités tangibles et de la pe (...)
  • 40 Gauvard, « Rumeur et gens de guerre… », p. 287. Voir aussi Jean-Marie Cauchies, « Le processus de l (...)
  • 41 Gauvard, « Rumeurs et stéréotypes… », p. 161.
  • 42 Fargette, « Rumeurs, propagande et opinion publique… », p. 328.
  • 43 Gauvard, « Rumeurs et stéréotypes… », p. 175.
  • 44 Ibid., p. 169.
  • 45 Id., « Rumeur et gens de guerre… », p. 291 ; Toureille, Vol et brigandage…, p. 166.

10D’après les travaux de C. Gauvard34 et S. Fargette35, les XIVe-XVe siècles voient la formation, dans le chef des populations, d’un stéréotype foncièrement négatif de l’homme de guerre : le « mauvais soldat » brigand et pilleur. « Dans l’imaginaire collectif, les gens de guerre sont toujours auteurs des crimes les plus abominables »36. Il faut dès lors s’interroger sur les fondements de ce stéréotype. Cette question pose d’emblée le problème de l’origine de l’« opinion publique » : dans quelle mesure celle-ci est-elle le reflet d’une réalité vécue, l’expression d’un fantasme collectif ou le fruit d’une propagande publique ? Terme anachronique employé à dessein par les historiens, l’opinion publique, au Moyen Âge, prend essentiellement la forme du « bruit » qui court, la fama au sens de rumeur qui diffuse des informations plus vite que les canaux officiels (le « cri public »)37. Cette rumeur, qu’elle soit fondée ou non, trouve écho dans les esprits parce qu’elle renvoie à des données immuables de la mémoire collective et porte des informations qui touchent aux valeurs essentielles de la société38. Pour l’historien, la rumeur est non seulement une fenêtre ouverte sur l’histoire des représentations populaires, mais elle peut également être un facteur explicatif de certains événements historiques : « Sur un mode mineur en apparence, enraciné dans la familiarité du quotidien, la rumeur apparaît comme une redoutable éveilleuse de suspicion et provocatrice de calamités »39. On ne saurait de fait dénier à cette forme d’opinion publique une importance politique effective. En effet, d’après C. Gauvard, en « cette fin de Moyen Âge, l’action de l’opinion est indispensable à la prise de décision [du pouvoir] »40. Le souverain légiférait en se fondant sur la rumeur qui lui parvenait, c’est-à-dire l’information qui courait sous forme de « bruits »41, et « ces bruits correspondent à la fois aux rumeurs et aux plaintes déposées en justice. Il apparaît alors un consensus entre le pouvoir et l’opinion publique pour condamner les abus »42. Car « la rumeur, par les thèmes qu’elle colporte, contribue aussi à dénoncer le désordre. Son action ne se fait pas alors contre les autorités, mais avec elle »43. C’est ainsi que s’élaborait une dialectique entre pouvoir et population, dialectique contribuant à élaborer le « stéréotype englobant les méfaits des hommes d’armes, si bien que toute rumeur concernant leur arrivée menaçante se trouve traduite en des termes simplificateurs »44. Le stéréotype du mauvais soldat devint l’incarnation de la menace envers l’ordre social et les valeurs communes : tout homme de guerre était potentiellement un « larron » (combattant se livrant à des actes de violence illicites)45.

  • 46 Gaëlle Charon, Les manifestations des « soldats-brigands » en Hainaut sous le règne de Philippe le (...)
  • 47 Philippe Contamine, « Les compagnies d’aventure en France pendant la guerre de Cent Ans », in Mélan (...)
  • 48 B. Prost, Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne de la maison de Valoi (...)
  • 49 Monique Bourin, Bernard Chevalier, « Le comportement criminel dans les pays de la Loire moyenne, d’ (...)
  • 50 ADN, B, 1695 f° 70 r° - 70 v°.
  • 51 ADN, B, 1693 f° 62 r°-63 r°.
  • 52 Toureille, De la guerre au brigandage…, p. 32.
  • 53 Claude Gauvard, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, 2e é (...)
  • 54 Id., « Rumeur et gens de guerre… », p. 289.
  • 55 Toureille, « Vol et brigandage… », p. 158.

11Craints, les gens de guerre l’étaient. La peur de ce que G. Charon nomme le « soldat-brigand »46 semble trouver son origine au cours de la guerre de Cent Ans, au travers de l’apparition des « Grandes Compagnies » et des « routiers », ces mercenaires (souvent d’origine étrangère) qui, une fois démobilisés et privés de revenus, vivaient sur le pays en rançonnant et pillant47. Outre ces hommes vivant du métier des armes et engagés de façon ponctuelle, les combattant réguliers, nobles ou non-nobles, levés au travers du service féodal, n’étaient guère mieux considérés par la population, comme l’exprima un jour un bourguignon anonyme : « pour les sains Dieus, je ne say quelx gens d’armes ce sont, quar les gens de monseigneur de ce pais et les gens des compaignes sont tuit uns, et ne feroient jay maul li uns a l’autre »48. Dans les lettres de rémission, on observe fréquemment l’hostilité marquée à l’égard des soldats49. Celles accordées par Charles le Hardi ne font pas exception. Il apparaît qu’au moins dans certaines régions, la population entretenait une peur constante du soldat hantant le pays, comme le témoigne la lettre de rémission de Colin Heunel, de Saint-Martin (Picardie), qui mentionne sa peur du « robement des larrons y hantans »50. Un autre suppliant, George Desgardins, s’en prend à sept compagnons de guerre en craignant qu’ils ne « tiroient et ne fourrageassent » la demeure de son maître51. Y-a-t-il eu une véritable inflation du nombre de bandes d’aventuriers au lendemain de la guerre de Cent Ans ? Comme le souligne V. Toureille, les informations que peuvent nous livrer les sources traduisent, plus que la réalité elle-même, le sentiment de peur et d’insécurité éprouvé, aboutissant à la formation de ce qu’elle appelle la « mythologie des bandes de brigands »52. Il semble en effet que, comme le dit à ce sujet C. Gauvard, « le stéréotype qui classe les crimes des hommes d’armes se nourrit de la crainte d’une guerre stérilisante autant que de la méfiance vis-à-vis d’une catégorie socioprofessionnelle »53 qui attire la peur des crimes les plus horribles, comme le meurtre de la femme enceinte54. Ces rumeurs ne doivent cependant pas nous amener à minimiser les ravages, bien réels, commis par les hommes de guerre : « amplifiée par la rumeur, la violence héritée de la guerre n’est pas pour autant fictive »55, comme nous aurons l’occasion de le voir dans les chapitres suivants.

  • 56 Jean-Michel Bessette, « La fabrication du criminel : entre contingences de carrière et réaction soc (...)
  • 57 Gauvard, « Rumeurs et stéréotypes… », p. 176.
  • 58 Walter Prévenier (ed.), Le prince et le peuple. Images de la société du temps des ducs de Bourgogne (...)
  • 59 Toureille, « Vol et brigandage… », p. 150 et 156-160.
  • 60 ADN, B, 1698, f° 1 r°-3 v°.

12Les chercheurs en sciences sociales connaissent bien l’importance de la stigmatisation et de l’étiquetage dans la fabrication du criminel56. Devenir homme de guerre, par obligation féodale ou pour vivre du métier des armes, c’était prendre le risque d’entrer dans cette catégorie d’individus désignés à la vindicte par la rumeur57. Habitué à mener une vie dangereuse, le soldat démobilisé peinait à reprendre une vie ordinaire, d’autant qu’il lui était difficile de se départir de son image d’homme de guerre dans une société où la réputation, la « bonne fame et renommée », était le facteur primordial d’intégration sociale58. En d’autres termes, l’entrée dans l’armée signifiait l’entrée dans ce que V. Toureille nomme un « processus de désocialisation », synonyme de rupture avec l’ordre social établi et susceptible même de pousser l’ancien soldat sur la voie de la misère et du crime59. Ainsi, ce n’est pas un hasard si, dans sa lettre de rémission, le procureur Phelippe de Chubeauville, coupable d’avoir tué un certain Jacques de Hainout, ne manque pas de préciser que sa victime « estoit homme hautain et qui autreffoy avoit suy les guerres et batu gens »60 : même des années après le service, la mauvaise réputation du soldat le suit.

  • 61 Vale, War and Chivalry…, p. 157 : « Their experiences in these punitive wars affected the later con (...)

13Au-delà du stéréotype, l’accoutumance des gens de guerre à la violence semble avoir été une réalité. Nous avons déjà évoqué ci-dessus le phénomène de la « brutalisation » des soldats, qui justifiait par la suite leurs violences sur les populations par leur habitude du métier des armes. Pour M. Vale, certains épisodes de la répression des rébellions bourguignonnes, telle la prise de Gand (1451) ou de Liège (1468), affectèrent par la suite la conduite des combattants et particulièrement de la noblesse qui, lors des guerres contre les Suisses, se montra sans pitié61.

  • 62 Gauvard, « Rumeur et gens de guerre… », p. 288 ; Id., « Rumeurs et stéréotypes… », p. 176.
  • 63 ADN, B, 1695 f° 12 v°-13 r°.
  • 64 ADN, B, 1695 f° 38 r°-38 v°.
  • 65 Dépêches des ambassadeurs milanais sur les campagnes de Charles-le-Hardi, duc de Bourgogne, de 1474 (...)
  • 66 « Item, quant de pourveoir à noz despens notredit pays de Haynnau de chief acompagniés de gens de l (...)

14Un dernier facteur joua un rôle important dans cette peur de l’homme de guerre et le comportement de ce dernier : la xénophobie, la peur de l’étranger toujours considéré comme suspect et finalement peu différent du vagabond ou du brigand, puisque non intégré à la communauté62. Le soldat, quand il n’était pas du pays, était également souvent associé à l’ennemi63. Et quand bien même il était identifié comme au service du duc de Bourgogne, l’homme de guerre restait défini par sa « nationalité » : « Les Picars tiennent ma mere, s’elle n’a secours il la destruirons », s’exclame dans une lettre de rémission un garçon de Zutphen alors que trois soldats au service du duc de Bourgogne s’en prennent à sa famille64. En mars 1476, sous prétexte qu’ils étaient déjà assez nombreux, les bourgeois de la ville de Romont refusèrent de laisser entrer deux cents soldats, mercenaires italiens venus en renfort, mais traînant une réputation de brigands et querelleurs65. Le même mois, les états de Hainaut obtinrent qu’une ordonnance soit promulguée par Charles le Hardi, dans laquelle ce dernier promit qu’en temps de guerre, la défense du comté serait assurée autant que possible par des gens du pays66. Ce dernier cas démontre, sinon le poids de l’opinion publique sur la prise de décision du législateur, au moins la dialectique qui s’instaure entre les justiciables et lui.

1.3. Le bon soldat, un agent de l’État ?

  • 67 Joël Cornette, « La révolution militaire et l’État moderne », in Revue d’histoire moderne et contem (...)

15En vis-à-vis d’une opinion publique apparemment défavorable à l’homme de guerre, plusieurs historiens ont souligné l’importance de la transformation du statut du soldat à la fin du Moyen Âge, en lien avec les innovations technologiques, la professionnalisation des armées ainsi que la progressive construction de l’État67. Sous Charles le Hardi, entrer au service du prince signifiait rejoindre une catégorie d’individus à part que le duc de Bourgogne savait valoriser : dans sa remontrance du 12 juillet 1475 aux États de Flandre, il compare les efforts accomplis par lui-même et ses gens face au train de vie confortable de ses sujets flamands :

  • 68 Collection de documents inédits concernant l’histoire de la Belgique, éd. Louis-Prosper Gachard, vo (...)

[...] pour ladite deffence, il n’avoit espargné son corps, ses armes et sa chevanche, laquelle il y avoit premierement employee, ne aussi ses gens et ses subgectz [nous soulignons], et que ce qu’il faisoit ou fait de ladite deffence servoit plus pour sesdits subgetz de Flandres, leurs femmes, biens et enffans, que pour lui, qui se trouve en continuelle sollicitude et labeur : car, quand ilz dorment, il veille ; quant ilz sont ou chault, il est ou froit ; quant ilz sont en leurs hostelz, il est en pleuve et ou vent, et, quant il jueune, ilz sont en leurs maisons, buvant, menguant, eulx tenant bien aises68.

16Jean Molinet ne disait pas autre chose lorsque, dans son œuvre, il opposait le bourgeois dilettante au noble chevalier :

  • 69 Jean Molinet, Chroniques de Jean Molinet (1474-1506), éd. Georges Doutrepont, Omer Jodogne, vol. 1, (...)

Pensez ung petit, vous, rices bourgois et aultres hongnars qui murmurez sur l’estat de noblesse, qui vivez en transquilité pacifique et repos delitable, avironnéz de tours murées et de fors propunacles, pensez ung petit et considerez que les nobles chevalereux n’ont pas tout d’avantage. [...] vous menez le bon temps en paisible asseurance et ilz sont aux hutins en mortelle souffrance, vous dormes èz cités, bien couvers ès reps, et ilz couchent aux champs tousjours le fer au dos, vous vivez en espoir d’augmenter vostre estage et ilz meurent pour vous et pour vostre heritage69.

17On remarquera cependant que dans son écrit, Jean Molinet reste attaché aux valeurs traditionnelles de la chevalerie et ne valorise ici que le combattant d’origine noble.

  • 70 Christopher T. Allmand, « Changing views of the soldier in late medieval France », in Philippe Cont (...)
  • 71 Loys Gollut, Les mémoires historiques de la république séquanoise et des princes de la Franche-Comt (...)
  • 72 Contamine, « Le combattant dans l’Occident Médiéval », p. 23. On verra également, pour le XVIIe siè (...)
  • 73 Maurice Hugh Keen, « Chivalry, nobility and the man-at-arms », in Christopher T. Allmand (ed.), War (...)
  • 74 Ibid., p. 147.
  • 75 Ibid., p. 162.
  • 76 Ibid., p. 168.
  • 77 Henri Louis Gustave Guillaume, Histoire de l’organisation militaire sous les ducs de Bourgogne, Bru (...)

18Selon C. Allmand, à la fin du Moyen Âge, l’idéal de l’homme de guerre, développé par les théoriciens politiques, est à l’opposé de l’image du soldat dans l’opinion publique : le « bon soldat » se doit de combattre pour le bien public, de servir loyalement le prince et si nécessaire, de mourir avec honneur pour lui70. Ainsi, dans l’ordonnance de Bohain de novembre 1472, Charles introduisit pour la première fois l’obligation pour ses gens de guerre passés à montre de prêter serment « d’estre bons et loïaux à mondict seigneur, et qu’ilz le serviront envers et contre tous »71. Le prototype du soldat moderne, s’il est engagé dans une relation strictement personnelle avec son souverain, se voit de fait associé avec ce qui s’apparente à l’État en construction. Inséré dans les structures étatiques, il en devient l’instrument, le bras armé et le gardien, tandis que le pouvoir centralisateur monopolise et canalise la violence légitime72. Il y a donc élaboration d’un « new concept of the role of the man-at-arms and indeed of nobility [...] as the state’s servant, not called to seek wars by birth and vocation, but licensed to fight them by his sovereign »73. Pour M. Vale, la fin du Moyen Âge rend la guerre de plus en plus « impersonnelle » du fait de la centralisation étatique et de la spécialisation des armées, et l’efficience à la guerre n’est plus l’attitude d’une classe, mais d’une profession74. Pourtant, selon cet auteur, il n’existait pas un si grand contraste entre les armées médiévales et les premières armées modernes, car la noblesse sut s’adapter aux nouvelles techniques de guerre et de nombreux nobles devenir des soldats professionnels75. L’honneur militaire reste une valeur importante, même s’il est progressivement orienté vers le service du souverain. Ainsi, toujours selon cet auteur, Charles le Hardi parvint à réutiliser des concepts issus de la chevalerie pour les diffuser à l’ensemble de ses soldats76. L’ordonnance de 1473, dans son article consacré à l’entraînement des troupes et aux valeurs à inculquer aux gens de guerre, impose aux compagnies d’ordonnance « [...] amour et obéissance qu’ils [les gens de guerre] doibvent avoir envers mondit seigneur et à l’exaltation de sa maison, et aussi leur propre honneur et renommée, qui consiste en ce que mondit seigneur, par le moyen de leur bon service, puisse parvenir au reboutement de ses ennemis »77. Telle est, tout du moins, la théorie. Car comme le fait remarquer F. Cardini :

  • 78 Cardini, La culture de la guerre…, p. 392.

À leurs débuts, ces innovations visant à rationaliser la vie militaire eurent du mal à s’imposer dans cet agrégat chaotique de mercenaires, de serviteurs, d’entrepreneurs, de marchands, de parasites et autres acolytes, et de prostituées qu’étaient alors les armées, et qu’elles restèrent plus ou moins, tentatives de réformes mises à part, jusqu’au milieu du XVIIe siècle78.

19Il reste encore au duc à trouver les moyens de mise en œuvre de sa politique nouvelle. C’est que nous aurons l’occasion d’étudier dans les chapitres suivants.

2. L’homme de guerre dans les lettres de rémission

2.1. L’homme de guerre suppliant

  • 79 ADN, B, 1695 f° 13 v°-14 r°.
  • 80 ADN, B, 1698 f° 84 r°-85 r°.
  • 81 ADN, B, 1693 f° 82 r°-v°.
  • 82 ADN, B, 1695 70 v°-71 r°.
  • 83 ADN, B, 1695 f° 12 v°-13 r°.

20Toute lettre de rémission fournit un certain nombre d’informations sur son ou ses bénéficiaires. Premièrement, l’exposé des motifs de chaque lettre débute par l’énonciation de l’identité du suppliant : « Guillame de le Cournece, dit l’Abateur, lieutenant de notre amé et feal escuier George Daurs, dixainier de notre ordonnance en la compaignie de notre amé et feal chevalier et conducteur de cent lances le seigneur de Mont Sorel »79. Nom, âge, domicile et profession sont les données les plus souvent évoquées. À l’instar du susnommé Guillant de le Cournece, certains combattants étaient porteurs d’un surnom belliqueux, tel Massin Angot, dit « Le Bracque », ou au contraire moins élogieux, tel Regnault Houllier, dit « Fillecte »80. Deuxièmement, le récit du crime en lui-même peut apporter des renseignements supplémentaires, par exemple sur l’âge (« environ l’an cinquante sept que ledit suppliant n’estoit eaigié que de dix huit ans ou environ »81) ou la condition du suppliant au moment du crime (« environ l’an LXVI ledit suppliant qui lors demouroit en notre ville d’Amiens, faisant illec son mestier de cordonnainer »82. Troisièmement, les différentes motivations de grâce déployées à la fin de l’exposé des motifs contiennent parfois quelques informations, telle que la situation familiale du suppliant (« ains l’en commendroit estre absent y de laisser ses femme, enffans et maisnage »83).

  • 84 Contamine, Guerre, État et Société…, p. 317-318.
  • 85 Constat également effectué par Gauvard, « De grace especial »…, p. 533.

21Comme nous l’avons évoqué au premier chapitre, le dépouillement des registres de l’audience de la Chambre des comptes de Lille nous a permis de sélectionner 60 lettres dont les suppliants ont exercé à un moment donné le métier des armes, soit 20,48 % du total des 293 lettres conservées pour le règne de Charles le Hardi. Ce nombre est significatif si l’on se fie aux calculs effectués par Philippe Contamine qui avance que pour la France du dernier quart du XVe siècle, le nombre total de gens de guerre ne devait jamais représenter que 0,1 à 0,2 % de la population totale et 0,6 à 1,2 % de la population masculine active, avec d’éventuels pics éphémères à 4 % lors de levées exceptionnelles de troupes84. Il y a donc une indéniable surreprésentation des combattants parmi les lettres de rémission85.

22Bien que tous aient à un moment donné servi le duc dans ses armées, les différents suppliants présentent des profils différents : certains sont des anciens combattants, d’autres servent encore le duc au moment de recevoir rémission, d’autres encore peuvent être des déserteurs. Afin de mieux saisir quelle était l’identité de ces personnes et ainsi d’autant mieux comprendre le contexte dans lequel se déroulait le crime pour lequel ils demandaient grâce, il nous a d’abord fallu faire la distinction entre des individus ayant agi en n’étant plus au service du duc, de ceux qui étaient effectivement soldats au moment du crime ou qui ont rejoint les armées ducales juste après.

Des soldats avant, pendant et après le crime

  • 86 ADN, B, 1698 f° 22 v°-24 r°.
  • 87 Trois cas de coups et blessures (dont deux avec rupture de paix) et un enlèvement.
  • 88 ADN, B, 1694 f° 73 r°-74 r° (archers) et 1698 68 v°-69 v° (homme d’armes).
  • 89 ADN, B, 1693 f° 84 bis v°-85 v° : « [...] lui ait esté remis et pardonné par feu notre tres chier s (...)
  • 90 ADN, B, 1698 f° 68 v°-69 v° : « [...] comme durant le voiage et armee par nous fait au Mont Le Hery (...)

23Parmi les 60 lettres formant notre corpus, 17 ont été octroyées à des individus ayant commis un crime postérieurement à leur service de guerre. Certaines de ces lettres, telle celle de Mathieu Cricke, ancien soldat qui s’est fait acteur pour gagner sa vie et qui avait pour compagne une ancienne prostituée86, peuvent témoigner des difficultés rencontrées par les anciens combattants plus ou moins marginaux pour se réinsérer dans la société. Cependant, dans la plupart des cas, les crimes commis par ces derniers87 n’ont pas de lien explicite avec leur vie passée et peuvent avoir été commis des années après le service de guerre, celui-ci n’étant mentionné dans la lettre qu’à titre de motivation de grâce et non pour expliquer les conditions du crime. En outre, les lettres d’anciens combattants sont pour la plupart avares de détails sur les circonstances du service passé de ceux-ci, seules deux nous informant que les suppliants étaient archers ou hommes d’armes88. Pourtant, dans quelques cas, les actes et les profils du ou des suppliants peuvent se révéler intéressants. Certains individus semblent être de véritables vétérans, tel Jaquotin De Bayonne, qui servit à la fois sous Philippe le Bon et Charles le Hardi89. D’autres, dans leur façon de se présenter et de narrer leur crime, donnent une image assez claire des valeurs qu’ils tentent de mettre en avant : ainsi l’écuyer Loys de Sempy semble accorder une place importante à sa condition de noble, puisqu’il souligne comment il servit loyalement et à grand prix le duc90, tandis que dans le récit qu’il fait de son crime (une mêlée avec un certain Pierrot Le Druon suite à une dispute au sujet de la probité morale et sexuelle de ce dernier), il témoigne également de son mépris envers les individus non-nobles (« ledit suppliant respondit qu’il n’entendoit point que ung homme non noble eust graigié [...] ung homme noble en camp »).

24Les 26 lettres accordées à des suppliants exerçant le métier des armes pendant leur crime (tous des homicides) forment le noyau de notre étude, puisque ce sont elles qui permettent de déterminer quelle violence exercée par un homme de guerre pouvait faire l’objet d’une rémission (voir le chapitre suivant). Ce sont encore elles qui donnent le plus d’informations sur la fonction et le statut militaire du suppliant, puisqu’il est mentionné dans près de 58 % d’entre-elles (15 cas) la compagnie dans laquelle servait le suppliant, tandis que 46 % (12 cas) fournissent également la fonction qu’occupait ce dernier dans l’armée (homme d’armes, archer, etc.). Elles permettent également de saisir, dans une certaine mesure, quelles étaient les autorités compétentes pour juger le crime en première instance (le supérieur du suppliant, un officier de justice militaire comme le prévôt des maréchaux, ou encore la justice ordinaire de la localité) et quel pouvait être le destin d’un homme de guerre homicide (désertion, emprisonnement ou simplement continuation du service sans être inquiété).

  • 91 Gauvard, « De grace especial »…, p. 166.
  • 92 André Corvisier, « Recrutement », in Id (ed.), Dictionnaire d’art…, p. 718. Voir également les term (...)
  • 93 Charles Brusten, « L’armée bourguignonne de 1465 à 1477 », in RIHM, 1959, p. 459.
  • 94 Corvisier, « Recrutement », p. 718.
  • 95 ADN, B, 1695 f° 39 v°-40 r°.
  • 96 Voir sur ce point le chapitre 7.

25Enfin, nous avons déterminé que 17 lettres furent accordées à des individus s’étant faits soldats après avoir perpétré un crime. Dans 47 % d’entre elles (8 cas), la compagnie du suppliant est connue et son statut militaire dans 35 % des cas (6 lettres). Au XVe siècle, fuir la localité dans laquelle il avait commis un crime était, pour le coupable, la meilleure façon d’échapper à la justice locale91. Mais ce faisant, l’individu s’exposait à une forme de déracinement social et, à moins qu’il ne parvienne à s’intégrer rapidement ailleurs, il risquait de se condamner lui-même à l’errance. Aussi rejoindre les armées du duc permettait d’éviter la misère, l’enrôlement fournissant des revenus ainsi qu’une vie mobile, loin des juridictions compétentes pour l’appréhender. Ceci doit nous amener à nous interroger sur les critères de recrutement des soldats. D’après l’ordonnance de Saint-Maximin de 1473, les conducteurs étaient compétents pour proposer une nouvelle recrue à une place laissée vacante dans la compagnie. Une fois engagée et ayant prêté serment de servir loyalement au duc, elle était définitivement incorporée sitôt l’inspection passée devant les commissaires aux revues, chargés également d’inscrire son nom sur les registres au rôle de la compagnie (d’où le terme d’« enrôlement »)92. Eût égard au manque constant de candidats93, on peut supposer que les autorités militaires étaient peu regardantes sur le passé d’une recrue. Seul importait que celle-ci soit en état de porter les armes94. Ainsi, malgré sa condition de clerc qui devrait lui interdire le port d’armes, le suppliant Vincent Mallot n’eut visiblement aucune peine à rejoindre les armées de Charles le Hardi après avoir assisté à un homicide et fui le lieu95. Que les armées recrutent des individus homicides et en fuite ne semblait pas poser problème, au contraire, car dans certains cas, le service armé pouvait devenir une condition à l’octroi de la grâce96.

  • 97 ADN, B, 1694 f° 73 r°-74 r°.
  • 98 ADN, B, 1698 f° 15 r°-16 v°.

26Remarquons également l’existence de certains cas-limites qui pourraient être classés dans plusieurs catégories à la fois, tels Jehan Wambegue et Jehan de Harde, deux anciens soldats qui obtiennent de l’écuyer George Descornay de les prendre comme archers au service du prince, mais qui commettent un homicide quelques heures plus tard97. Nous aurions pu classer ces individus dans la catégorie des « soldats pendant le crime », d’autant que l’un d’eux déclare s’être absenté du service immédiatement après le crime, mais parce qu’ils n’avaient pas encore matériellement rejoint les armées du duc au moment des faits, qu’ils ne s’étaient pas mis en route à cette fin et qu’ils ne l’ont pas fait par la suite (et ne sont donc jamais passés à montre), nous avons préféré les faire figurer dans la première catégorie, à savoir celle des anciens soldats. Un autre exemple de cas-limite est celui de Daniel Hallewin : dans sa lettre, le suppliant, homme d’armes et écuyer, raconte comment, entre deux campagnes militaires, il est parti délivrer l’un de ses anciens serviteurs et archers détenu prisonnier du bailli de Thielt, avant de rejoindre à nouveau le service du duc pour mener la guerre contre Liège98. Bien que n’étant pas au service du duc durant son crime, le statut et le passé du suppliant a un indéniable impact sur ses actes. De même, sitôt son compagnon délivré, le suppliant a rejoint les armées ducales. En définitive, du fait que le suppliant n’était pas en service au moment des faits, nous avons fait le choix, certes discutable, de classer cette lettre dans la catégorie des « soldats après le crime ».

Déclinaison de l’identité et informations personnelles

27Ayant établi les trois grandes catégories de suppliants combattants de notre corpus, il nous faut revenir plus en détail sur les informations que l’on peut trouver sur eux dans les lettres de rémission et qui sont reprises dans le tableau suivant :

Tableau 1 : Informations sur les gens de guerre suppliants

Information

Occurrence

Pourcentage

Nom et prénom seuls

2

3,33 %

Pauvreté

6

10 %

Âge

14

23,33 %

Domicile/lieu de naissance

37

61,66 %

Statut civil

8

13,33 %

Statut social

7

11,67 %

Situation familiale

8

13,33 %

Profession « civile »

14

23,33 %

Statut militaire

20

33,33 %

Compagnie

24

40 %

Total des lettres

60

100 %

Source : ADN, B, 1693 ; 1694 ; 1695 ; 1698

  • 99 ADN, B, 1693 f° 73 v°-74 r°.
  • 100 Claude Gauvard, « Le roi de France et le gouvernement par la grâce à la fin du Moyen Âge : genèse e (...)

28Pour le chercheur en histoire médiévale et moderne confronté à une source telle que les lettres de rémission, les informations à glaner sur le coupable sont peu nombreuses et doivent être considérées avec prudence. Car il ne faut pas négliger le fait que la déclinaison de son identité par un suppliant fait partie intégrante des stratégies narratives employées par ce dernier pour espérer être gracié : adressant une « umble supplicacion » au prince, le demandeur doit pareillement se présenter de la façon la plus humble possible. Les différentes informations que l’on peut recueillir à la lecture doivent donc être considérées avec la plus grande prudence. Par exemple, la pauvreté du suppliant, citée dans six lettres en début d’exposé des motifs (« Guille Esquignet poure ancien homme »99), peut correspondre à sa condition financière, mais également spirituelle et morale, préfigurant la transfiguration par la grâce du « criminel » en bon sujet100.

  • 101 Contamine, Guerre, État et Société…, p. 456.
  • 102 Aude Musin, Élise Mertens de Wilmars, « “Consideré son joesne eaige…” Jeunesse, violence et précari (...)
  • 103 Sans compter les difficultés de vocabulaire lié à la jeunesse, cf. Musin, Élise Mertens de Wilmars, (...)
  • 104 Jules de La Chauvelay, « Mémoires sur la composition des armées de Charles le Téméraire dans les de (...)
  • 105 Pour un document semblable, voir Gabriel Dumay, « État militaire et féodal des bailliages d’Autun, (...)

29La mention par le suppliant de son âge est également une information loin d’être neutre. Dans notre corpus, 13 lettres fournissent des renseignements à ce propos : dans 4 cas, l’âge chiffré des suppliants est donné (60 ans pour un ancien combattant, 25 ans pour un soldat en service durant le crime, une trentaine d’années pour deux soldats après le crime) et dans 9 autres cas, sous forme qualifiée (des « jeunes », respectivement quatre lettres d’anciens combattants et six de soldats après le crime). Au final, quand l’âge du suppliant est mentionné, c’est donc bien la jeunesse qui prédomine. Ceci semble concorder avec les résultats obtenus dans sa thèse par Philippe Contamine qui détermine, sur base de 130 indications fournies dans les lettres de rémission octroyées par le roi de France, que 78 % des combattants dans les armées françaises au XVe siècle avaient entre 20 et 30 ans101. Néanmoins, s’il l’on peut effectivement supposer qu’il était nécessaire que les armées médiévales soient composées de troupes relativement jeunes et bien portantes, il ne faut pas pour autant négliger que la jeunesse était souvent surreprésentée dans les rémissions françaises ou bourguignonnes car elle constituait à l’époque une circonstance atténuante à la violence102. La déclinaison de son âge par le suppliant servait donc un but, celui d’attirer les faveurs du souverain dans l’espoir d’être gracié, et ceci explique pourquoi la majorité des individus mentionnant leur âge soit des « jeunes »103. Dans cette optique, sans doute les chiffres de P. Contamine doivent-ils être nuancés. Si l’état de la documentation exploitée ne nous permet pas de fournir de véritable estimation de l’âge moyen des combattants bourguignons de 1465 à 1477, nous pouvons tout du moins nous référer à un document cité par J. de la Chauvelay dans son étude sur les armées de Charles le Hardi104. Il s’agit d’une pièce datée de 1469, dans laquelle le procureur du baillage de Dôle Jean de Quarillon informe le duc de Bourgogne de l’état et du nombre de vassaux du baillage aptes à servir dans les armées105. Au total, le procureur donne les noms et âge de 197 individus qu’il classe en huit catégories basées sur des critères physiques, des « hommes forts et vites ou quelquefois forts et adroits » aux « hommes débiles et âgés ». 132, soit 67 %, sont considérés comme bons pour le service.

Tableau 2 : L’âge des recrues potentielles dans le baillage de Dôle en 1469

Âge

Occurrence

Pourcentage

Moins de 20 ans

1

0,76 %

20-30 ans

56

42,42 %

31-40 ans

52

39,39 %

41-50 ans

20

15,15 %

51-60 ans

2

1,51 %

Inconnu

1

0,76 %

Total des recrues

132

100 %

Source : LA CHAUVELAY, « Mémoires sur la composition des armées… », p. 149-153

  • 106 Voir les mises en garde de Claude Gauvard, « Les sources judiciaires de la fin du Moyen Âge peuvent (...)

30Avant de tirer toute conclusion, rappelons que nous sommes ici en train de comparer des chiffres issus d’une part de lettres de rémission, d’autre part d’une enquête sur la levée de troupes, soit des sources de natures totalement différentes, exercice au demeurant périlleux pour le chercheur et qui peut mener à des interprétations abusives106. Tout du moins peut-on remarquer que, dans la lettre du procureur de Dôle, la répartition en pourcentage des tranches d’âge des différents candidats au service est moins marquée que dans les chiffres avancés par P. Contamine, puisque seulement environ 42 % des recrues potentielles ont entre 20 et 30 ans. Bien qu’au final, on ne sache pas qui, de ces 132 individus, servira par la suite le duc dans ses armées, ce document permet en tout cas de montrer qu’au-delà de 30 ans, la plupart des sujets étaient encore considérés comme aptes à manier les armes. La relative jeunesse des gens de guerre constatée par P. Contamine pourrait donc bien s’expliquer par la surreprésentation de cette catégorie d’âge dans les lettres de rémission.

31Le domicile du suppliant, ou tout du moins son lieu de naissance, est mentionné dans 62 % des lettres de notre corpus (37 cas). Parmi celles-ci, environ 76 % se contentent de citer la principauté d’origine ou de domicile du suppliant, tandis que dans 24 % d’entre-elles, la localité est également précisée. Le tableau suivant reprend la répartition géographique des différents suppliants en fonction de leur localité d’origine ou de leur domicile, et l’on peut observer une très nette prévalence du comté de Flandre, particulièrement parmi les soldats avant le crime, puisque cette seule catégorie représente plus de la moitié des lettres adressées à des individus originaires du comté (5 lettres sur 9).

Tableau 3 : Domicile/lieu de naissance des suppliants

Principauté

Occurrence

Pourcentage

Flandre

10

27,03 %

Duché et comté Bourgogne

5

13,51 %

Comté de Boulogne

4

10,81 %

Comté de Namur

3

8,11 %

Artois

2

5,40 %

Brabant (ville de Malines)

2

5,40 %

Hainaut

2

5,40 %

Picardie

2

5,40 %

Comté de Ponthieu

2

5,40 %

Allemagne

1

2,70 %

Gueldre

1

2,70 %

Hollande

1

2,70 %

Marquenterre

1

2,70 %

Saint-Pol

1

2,70 %

Total

37

100 %

Source : ADN, B, 1693 ; 1694 ; 1695 ; 1698

  • 107 Michel Nassiet, Aude Musin, « L’exercice de la rémission et la construction étatique (France, Pays- (...)

32Cette prééminence de suppliants d’origine flamande a également été remarquée par Aude Musin qui, sur base du travail de Jean-Luc Carton, avance le chiffre de 55,2 % pour l’ensemble de la période 1438-1476 et l’explique notamment par la proximité géographique avec la chancellerie de Bourgogne-Flandre, à Lille107. Cet argument nous semble également valable pour les lettres accordées aux anciens combattants : au contraire des individus demandant grâce alors qu’ils sont encore en service et bénéficient dès lors d’une certaine proximité avec le prince, peu importe leur région d’origine, les anciens combattants sont davantage fixés à la terre où ils résident et ont quant à eux plus de chances d’obtenir une rémission s’ils sont eux-mêmes à proximité des institutions ducales.

  • 108 ADN, B, 1695 f° 46 r°-v°, 77 r°-v°.
  • 109 ADN, B, 1694 f° 2 v°-3 v° ; 1695 f° 4 r°-v°, 13 r°-v°, 18 r°-v°, 80 v°-81 r° ; 1698 f° 10 r° - 11 r (...)
  • 110 Louis de Vienne, seigneur de Ruffey, qui dirigea une compagnie en 1470. Cf. La Chauvelay, « Mémoire (...)
  • 111 ADN, B, 1695 f° 13 r°-v°.
  • 112 Charon, Les manifestations des « soldats-brigands »…, p. 120. Pour un exemple de carrière de bâtard (...)
  • 113 Gauvard, « Le roi de France… », p. 387.
  • 114 Ce point sera abordé plus en détails au septième chapitre en ce qui concerne les motivations de grâ (...)

33Le « statut civil » du suppliant, nous entendons ici sa filiation, est mentionné dans 8 cas, respectivement 2 « fils de »108 et 6 enfants illégitimes109, parmi lesquels Katherin, bâtard de Louis de Vienne110, homme d’armes et lieutenant de dizainier111. En effet, au XVe siècle, l’armée était un cadre où pouvaient s’élever les enfants illégitimes issus de la noblesse112. À côté du statut civil, le « statut social » est également une information intéressante : on trouve un clerc parmi nos suppliants (le susnommé Vincent Mallot), ainsi que 6 individus revendiquant leur qualité de noble (cinq écuyers et un seigneur). La surreprésentation de la noblesse dans les lettres de rémission est un phénomène bien connu des historiens, bien qu’il s’agisse essentiellement de la petite noblesse, la grande bénéficiant au contraire d’une relative impunité113. De la même façon, la noblesse était également très présente dans les armées, aussi sa surreprésentation au sein du corpus ne doit pas étonner. À cela, il faut encore considérer que beaucoup des hommes d’armes présents dans le corpus pouvaient probablement prétendre à l’état de noblesse, même s’ils n’en font pas mention dans leur lettre114.

  • 115 Contamine, Guerre, État, Société…, p. 457.
  • 116 Gauvard, « De grace especial »…, p. 574 ; Élise Mertens de Wilmars, Entre privilège et procédure. D (...)

34Les gens de guerre, bien que susceptibles d’être fréquemment en déplacement, n’étaient pas nécessairement sans foyer : « beaucoup d’hommes d’armes et surtout beaucoup d’archers étaient mariés, avaient des enfants, partageaient leur vie, selon un rythme préjudiciable aux besoins militaires [...], entre leur garnison et la résidence de leur famille »115. Aussi, la situation familiale du suppliant est une autre information importante qui est en outre susceptible de lui être favorable : d’une part, elle enracine l’individu dans la norme du corps social116, d’autre part elle figure parmi les motivations de grâce traditionnelles, au sens où le suppliant, pour échapper à la justice, a dû fuir son domicile en laissant sa famille dans le besoin :

  • 117 ADN, B, 1693 30 v°-31 v°.

[...] iceulx supplians, doubtant rigueur de justice, se sont absentez et ont delaissié leurs habitacions et demourances et les commendra habandonner noz pays et seignouries et aller user leurs jours en grant poureté et misere en loingtains pays et contree, delaissans ledit Perrenin Burcauldet sa poure femme chargee de six petiz enfans se notre boingne grace ne leur est sur ce impartie117.

  • 118 ADN, B, 1695 70 v°-71 r°.
  • 119 ADN, B, 1694 f° 63 v°-64 v°.
  • 120 ADN, B, 1693 f° 51 r°-52 r°.
  • 121 ADN, B, 1695 f° 36 r°-v° (serviteur du maréchal des logis) et 67 r°-v° (serviteurs de l’homme d’arm (...)
  • 122 Il nous semble en effet délicat, étant donné le contexte de la guerre médiévale, d’assimiler le « s (...)

35Nous avons également relevé que dans 13 lettres, au moins l’un des suppliants combattants évoque une profession « civile », nous entendons ici un métier différent de celui des armes : Jehan De Biauvel a été cordonnier avant d’être soldat118, Guillaume de Beere est « poure compaignon de mestier »119, Jaques De Chautemelle est sergent du baillage de Chalon120, etc. En revanche, nous n’avons pas repris dans cette catégorie les différents individus se déclarant serviteurs d’un homme de guerre (2 cas121), du fait de l’imprécision de ce vocable122.

  • 123 ADN, B, 1693 30 v°-31 r°.
  • 124 Contamine, Guerre, État, Société…, p. 465.
  • 125 ADN, B, 1693 f° 82 r°-v°.

36Le dernier type d’informations importantes que nous avons relevé a trait à la fonction et à la place du ou des suppliants dans les armées du duc. Dans 40 cas, aucune indication précise n’est donnée sur le statut du suppliant, sinon qu’il est ou a été « compaignon de guerre » ou au service du prince. À l’inverse, dans 24 cas au total (soit 40 %), la compagnie dans laquelle il a servi est mentionnée (« lesdits supplians, eulx estans en notre derreniere armee de Bourgoingne soubz et en la compaignie de notre bailli d’Amont »)123 et dans 20 cas (soit 33 %), sa fonction dans l’armée est donnée : 8 lettres ont été accordées à des hommes d’armes (dont 2 lieutenants de dizainiers), 11 à des archers, 1 à des canonniers. En outre, si l’on part de l’hypothèse que tous les suppliants mentionnant leur état de noblesse avaient le statut d’hommes d’armes, ceci doit amener à 11 le nombre total de lettres octroyées à cette catégorie de combattants. Enfin, nous avons rencontré un unique cas où le suppliant est désigné comme archer puis homme d’armes, ce qui constitue une promotion de carrière, particulièrement rare selon Philippe Contamine124 : « ledit suppliant se absenta lors de nosdits pais, doubtant rigueur de justice, et depuis fut en notre service a Mont le Hery soubz notre tres chier et feal cousin Messire Jaques de Luxembourg en estat d’archier, a Dynant, a Liege et derrainement en Liege en estat d’homme d’armes »125. Si l’on se réfère aux chiffres de l’étude menée par Bertrand Schnerb à partir des comptes du trésorier général de guerre de Charles pour l’année 1472, il faut constater une légère surreprésentation des hommes d’armes, puisqu’ils sont présents dans 18 % des lettres de rémission (20 % si l’on compte le cas de promotion ci-dessus), alors qu’ils n’auraient constitué dans la réalité que 13 % des effectifs militaires des armées de fieffés (l’auteur n’avance pas de chiffres pour les compagnies d’ordonnance en elles-mêmes).

Tableau 4 : Les differents types de combattants dans l’armée ducale en 1472 (fieffés uniquement)

Type de combattants

Pourcentage

Homme d’armes

13 %

Gens de trait à cheval

31,10 %

Demi-lances et coutilliers

13,10 %

Gens de pied

42, 8 %

Total

100 %

Source : SCHNERB, « Le recrutement social et géographique… », p. 66

  • 126 ADN, B, 1695 f° 36 r°-v° : « Rancquin Vandenberghe natif de Lubecque ou pays d’Alemaigne ».
  • 127 Claude Gauvard, « La justice pénale du roi de France à la fin du Moyen Âge », in Xavier Rousseaux, (...)

37Pour terminer ce survol des informations générales que l’on peut trouver sur les suppliants, et avant de nous intéresser de façon plus précise aux différents profils de ces derniers, il nous faut faire le constat de l’absence de certaines catégories d’individus dans les lettres de rémission : d’une part, on ne trouve aucun capitaine ou conducteur parmi les suppliants (sans doute parce que ces derniers, étant donné leur importance et leur fréquente appartenance à la haute noblesse, parvenaient à échapper à la justice par d’autres moyens), mais également aucun des « petits grades » qui formaient l’essentiel des troupes, à l’exception des archers, fort représentés : nul « coutillier » ou arbalétrier n’est mentionné dans nos lettres, peut-être parce que ces différentes catégories de combattants étaient désignées par le vocable générique de « compaignon de guerre » ? Enfin, on remarquera également qu’à l’exception d’un unique suppliant, serviteur du maréchal des logis et se disant originaire d’Allemagne126, aucun mercenaire étranger, anglais ou italien, ne figure parmi les suppliants, malgré le nombre important de ces individus dans les armées. Il faut donc en déduire que soit les étrangers n’avaient pas pour habitude de recourir à la grâce princière, soit seuls les gens de guerre qui étaient également sujets du duc de Bourgogne obtenaient rémission127.

Le sort des suppliants après le crime

38L’extrême majorité des lettres de rémission fournissent quelques renseignements sur la situation du suppliant après son crime. Le but, encore une fois, est de s’attirer les faveurs du souverain, en soulignant les conséquences désastreuses de ce crime pour le coupable.

Tableau 5 : Le sort des suppliants après leur crime

Situation

Occurrence

Pourcentage

Absenté

31

50,82 %

En service

13

21,31 %

En prison

10

16,39 %

Désertion ou menace de déserter

6

9,84 %

Sans réponse

1

1,64 %

Total

61

100 %

Condamnation en sus au bannissement

15

24,59 %

  • 128 Le total (alors que nous n’avons que 60 lettres), s’explique par un unique cas (ADN, B, 1694 f° 73 (...)

Source : ADN, B, 1693 ; 1694 ; 1695 ; 1698128

  • 129 ADN, B, 1698 f° 10 r°-11 r°.
  • 130 Gauvard, « De grace especial »…, p. 163 ; Paresys, Aux marges du royaume…, p. 288.
  • 131 ADN, B, 1693 f° 76 v°-77 r°.
  • 132 Gauvard, « De grace especial »…, p. 168-169.

39Comme on peut l’observer sur le tableau ci-dessus, la fuite apparaît comme la meilleure option après le crime : dans la majorité des cas, les suppliants déclarent qu’ils se sont « absentez hors de noz pays et seignouries »129, signifiant ainsi qu’ils ont quitté la localité voire la principauté où ils avaient commis leur crime afin d’échapper à la punition de la justice ordinaire (« doubtant rigueur de justice »). Cette fuite ne signifiait pas pour autant la fin de toute justice : elle pouvait être perçue comme un aveu et entraîner une condamnation par contumace, généralement un bannissement130 : « [...] ledit suppliant, doubtant rigueur de justice, s’absenta de noz pais et seigneuries desquelx a ceste cause, a la requeste de notre bailli de Cassel il a esté banniz a tousjours par ceulx de notre court dudit Cassel »131. Dans certains cas, cette peine de bannissement précédait elle-même le départ du suppliant de la localité, ce dernier ne quittant alors la région que dans le cadre de sa peine. La fuite du suppliant peut enfin être interprétée sur un autre plan, celui de l’infrajudiciaire : en s’éloignant du lieu de son crime, le coupable accomplissait une étape nécessaire au processus de résolution des conflits, permettant ainsi aux tensions de s’apaiser et ouvrant la voie aux négociations de paix132.

  • 133 ADN, B, 1695 f° 36 r°-v°.
  • 134 ADN, B, 1695 f° 13 v°-14 r°.

40Treize lettres, soit près de 22 %, laissent suffisamment d’indices pour supposer que le ou les suppliants sont encore dans l’armée au moment de demander grâce, que ce soit via la déclinaison de l’identité (« Rancquin Vandenberghe natif de Lubecque ou pays d’Alemaigne, a present serviteur de notre amé et feal escuier mareschal du logiz de notre hostel Guille de Ternay »133) ou via la mention de leur service de guerre comme motivation de grâce (« [...] il nous a par cy devant servy en noz guerres et armees comme il fait encore de present [...] »134). Dans 7 cas sur treize, le suppliant est un fugitif, car il a fui les lieux du crime pour rejoindre les armées ducales, où il se trouve toujours. Dans les 6 autres cas, au contraire, le suppliant, qui était déjà dans l’armée au moment des faits et n’a pas quitté son poste après son crime, déclare même devoir toujours se tenir hors des « pays et seignouries » du prince afin d’échapper à la justice ordinaire.

  • 135 ADN, B, 1693 f° 57 r°-v°.
  • 136 ADN, B, 1695 f° 40 r°-41 r°.
  • 137 ADN, B, 1693 f° 20 v°-21 r°. Nous avons relevé une autre lettre de rémission dans laquelle le suppl (...)

41Tout comme certaines lettres permettent de déterminer que le suppliant était au service du duc au moment de sa supplication, une dizaine d’autres nous apprennent que le suppliant est au contraire emprisonné et généralement en attente de jugement (« nous avoir receu l’umble supplicacion de Noel de l’Espault, poure jeune compaignon a present prisonnier es prisons de notre ville de Lille »). En effet, mentionner sa condition de prisonnier et sa crainte de « finer ses jours miserablement et que l’on ne procede a l’encontre de lui rigoureusement jusques au derrenier suplice »135 fait partie de l’arsenal traditionnel de motivations de grâces pour un suppliant. Les gens de guerre ne s’en privent donc pas. Dans 10 cas (deux soldats en service avant le crime, six pendant et deux après), ceux-ci ont été pris par la juridiction ordinaire locale, tel l’archer Wiart Poitevin, « constitué prisonnier es prisons de notredite ville d’Abbeville »136. Dans un seul cas, celui de l’écuyer Jehan de Guimgier, le suppliant est fait prisonnier par son conducteur : « ledit sir de Coulches son capitaine notre cousin l’a fait prisonnier et a fait prendre ses chevaulx et harnoix »137. Enfin, il faut remarquer le cas déjà cité ci-dessus de Noel de l’Espault qui est appréhendé par une juridiction locale alors qu’il était pourtant au service du duc :

  • 138 ADN, B, 1693 f° 25 r°-v°.

[...] ledit suppliant, doubtant rigueur de justice, s’est absenté de notredit pays et conté de Flandres et s’en est a tousiours tenu absent jusques en nagaires que lui estant en notre service soubz le sir de Rombais auquel avons mandé soy tirer avec certain nombre de gens de guerre entour la ville de Saint Quentin, ainsi qu’il passoit parmy ladit chastellenie de Lille, il a esté par aucuns sergens de ladite gouvernance prins et constitué prisonnier la ou il est encores de present [...]138.

  • 139 Voir chapitre 6 pour plus de détails sur les juridictions ordinaires.

42Ceci démontre qu’un combattant passant par une localité où il avait jadis commis un crime était susceptible d’être appréhendé par les autorités, quand bien même il était au service du duc et revenait dans la région sur ordre du prince139.

  • 140 ADN, B, 1695 f° 75 r°.
  • 141 ADN, B, 1695 f° 2 v°-3 r° : « il delaissa et a dellaissié ses chevaulx, harnois et habillemens de g (...)
  • 142 Cf. l’ordonnance de Saint-Maximin de 1473 dans Guillaume, Histoire de l’organisation militaire…, p. (...)
  • 143 ADN, B, 1694 f° 76 v°-77 r°.
  • 144 ADN, B, 1695 f° 70 v°-71 r°, 72 r°-v°, 74 v°.

43Trois suppliants s’étant absentés des « pays et seigneuries » du duc de Bourgogne apportent également une nuance importante dans leur déclaration. Ils ont non seulement fui les lieux de leur crime, mais également le service du prince : « Pour lequel cas ledit Jehannin suppliant, doubtant rigeur de justice, s’est absenté de notre service et de noz pays et seigneuries ou il n’oseroit jamais retourner comme il dit se notre grace et misericorde ne luy estoit sur ce impartie »140. Ce sont donc des déserteurs. Certains, tel l’homme d’armes Emond de Thubeauvile141, prennent soin d’abandonner leur équipement (« il delaissa et a dellaissié ses chevaulx, harnois et habillemens de guerre en assez bonne valeur et estimacion et s’est absenté de notredit service »), sans doute pour travestir la désertion en prise de congé142. La désertion permettant d’échapper à la répression des autorités militaires, ce sont essentiellement les suppliants ayant commis un crime en étant au service du duc qui choisissent de déserter immédiatement après leur forfait. Ceux n’ayant pas fui pouvaient éventuellement s’en vanter dans leur supplique : ainsi Loysset Espessart déclare-t-il que son capitaine « fut content que ledit suppliant demourast en notredit service durant ladicte armee comme il fist »143. Nous avons également relevé trois lettres quasiment successives, octroyées à Neuss entre décembre 1474 et janvier 1475 (n. st.)144, dans lesquelles les différents suppliants semblent encore au service du duc, mais laissent entendre qu’ils n’auraient d’autre choix que de déserter s’ils n’obtiennent pas grâce :

  • 145 ADN, B, 1695 f° 74 v°.

[...] lesdits suppliants [ici Wyrken Maessen, Dierick Hurwerts et Henry Van Oey], doubtant rigeur de justice, ne pourroient ne oseroient retourner, estre converser ne demourer en noz pays et seignouries, ne aussy nous servir en arme comme ils ont fait et ont bien vouloir de faire, ains les en commendroit a tousjours estre absens de nosdits pays et seignouries, habandonner notredit service et vivre ailleurz en estranges marches et contrees en grant poureté et misere se notre grace et misericorde ne leur estoit sur ce impartie [...]145.

44Dans une autre de ces lettres, l’archer Jehan De Biannel, qui n’a rejoint les armées qu’environ sept années après avoir commis son crime, demande grâce et menace visiblement de déserter, apparemment parce que le service armé le contraint à retourner dans la juridiction compétente pour juger son crime et qu’il craint d’être appréhendé :

  • 146 ADN, B, 1695 f° 70 v°-71 r°.

[...] ledit suppliant, doubtant rigeur de justice, s’est tousjours depuis tenu absent de noz pays de Picardie jusques a environ a ung an qu’il a esté receu en nosdites ordonnances en estat d’archier, mais il n’oseroit continuer en notredit service au moins il ne oseroit trouvier, venir ne demourer en nosdits pays et seignouries de doubte qu’il ne fut prins et apprehendé pour ledit cas, et a ceste cause luy commendra habandonner notredit service et soy retraire en autres marches et contrees se notre grace et misericorde ne luy estoit sur ce impartie [...]146.

  • 147 ADN, B, 1695 f° 74 v°.
  • 148 Sur la désertion, voir le chapitre 5.

45Comment interpréter ces différentes déclarations ? Si les suppliants ont déjà déserté, la situation paraît claire : ils obtiennent la grâce en échange de leur retour dans l’armée (cf. les motivations de grâce employées par le prince dans la lettre de Wyerken Maessen, Dierick Hurwerts et Henry Van Oey : « pour consideracion de bons services d’armes qu’ilz nous ont fait en notredit present siege a tres grant peril et dangier de leurs personnes, et esperons que encore faire nous doivent de bien en mieulx ou temps avenir »147). Mais si l’on considère que les suppliants n’ont pas encore déserté, comme le laisse entendre l’emploi d’une formulation conditionnelle (« ne pourroient ne oseroient [...] nous servir en arme comme ils ont fait et ont bien vouloir de faire, ains les en commendroit [...] habandonner notredit service ») plutôt que passée, alors s’agit-il de leur part d’une sorte de « chantage à la désertion » exercé envers Charles le Hardi ? Ceci nous semble peu crédible, car cela reviendrait à avouer à la plus haute autorité militaire son intention de commettre un crime particulièrement grave148. Nous envisageons plutôt l’hypothèse de considérer ce passage comme l’expression de l’aspect contractuel de la rémission : les suppliants auraient pu immédiatement déserter après leur crime, et ils le peuvent encore, mais ils préfèrent pourtant s’en remettre à la miséricorde princière, qui leur fournit rémission en échange de l’assurance de leur loyauté.

2.2. L’homme de guerre comme victime

  • 149 Mertens de Wilmars, Entre privilège et procédure…, p. 188-194.
  • 150 ADN, B, 1693 f° 51 r°-52 v°.
  • 151 Cf. chapitre 7.
  • 152 ADN, B, 1693 f° 20 v°-21 r°.
  • 153 ADN, B, 1693 f° 95 v°-96 v°.
  • 154 ADN, B, 1693 f° 23 v°-34 r°, 51 r°-52 r°, 95 v°-96 v° ; 1698 f° 68 v°-69 v°.
  • 155 ADN, B, 1693 f° 23 v°-24 r°.
  • 156 Mertens de Wilmars, Entre privilège et procédure…, p. 194.

46Tel que l’a déjà démontré la littérature scientifique consacrée aux lettres de rémission, celles-ci contiennent généralement très peu d’informations sur l’identité de la victime149. « L’effacement » de cette dernière dans les récits de rémission (elle est parfois même dépourvue de nom : « le serviteur de Pierre Du Prey, de Conliege en notre conté de Bourgoingne, le nom duquel ledit suppliant ignore »150) constitue une stratégie narrative employée par les suppliants afin de concentrer l’attention sur eux-mêmes et sur leur sort et s’attirer ainsi les bonnes grâces du souverain. En outre, la victime est également le plus possible tenue pour responsable de ce qui lui est arrivé et les suppliants n’ont de cesse d’invoquer la légitime défense pour expliquer leur crime151. Dans cinq cas, nous avons également relevé que la victime est décrite comme mauvaise et peu fréquentable (« ledit feu Laurens estoit ung homme de petit estat, noiseux et rotturier »152 ; « ung nommé Thomas Vander Cekt, homme noiseux et de mauvaise vie »153, etc.). Afin d’autant plus diminuer sa responsabilité dans la mort de sa victime, le suppliant avance dans quatre cas que le manque de soins et la mauvaise vie que cette dernière aurait menée après avoir été blessée seraient en partie responsables de sa mort154 : « duquel coup environ neuf jours après ledit supliant, par faulte de cure et gouvernement comme l’on dist, termina vie par mort »155. Transparente ou foncièrement mauvaise, la victime est vidée de toute identité positive, ce afin de servir la logique du récit de rémission, qui cherche à disculper le suppliant afin d’obtenir la grâce. Il n’y a guère que lorsque le suppliant insiste sur le caractère accidentel de son crime qu’il peut se permettre de donner une image favorable à sa victime, afin d’éviter toute contradiction laissant entendre qu’il existerait un conflit antérieur et que son geste était intentionnel156.

  • 157 ADN, B, 1695 f° 72 r°-v°.
  • 158 Nous renvoyons le lecteur au chapitre suivant pour plus de détails et d’exemples.
  • 159 ADN, B, 1693 f° 62 r°-63 r°.
  • 160 ADN, B, 1693 f° 46 r°-47 r° ; B 1695 f° 12 v°-13 r°.
  • 161 ADN, B, 1693 f° 46 r°-47 r°. Voir aussi B 1695 f° 38 r°-v°.

47Si, comme nous venons de l’énoncer, la plupart des lettres de rémission ne renseignent pas sur le statut de la victime, nous avons cependant relevé une exception notable : parmi les 26 lettres accordées aux gens de guerre ayant commis un crime pendant leur service, pas moins de la moitié, soit 13, signalent que la victime exerçait également le métier des armes, dont 8 précisent même le statut (4 archers, 3 serviteurs, 1 canonnier) : « feu Pierret Boucquel, en son vivant aussy archier de notre ordonnance »157. Comme nous y reviendrons au chapitre 4, il s’agit là d’une information capitale pour comprendre le contexte de la violence exercée par les gens de guerre, car cela montre qu’elle n’était pas dirigée uniquement vers la population ordinaire, mais également vers les autres combattants. Rappelons également qu’à côté des 60 lettres octroyées à des individus ayant un jour exercé le métier des armes, nous avons également retenu sept lettres délivrées à des gens du commun ayant tué des soldats. Nous disposons donc au total d’une vingtaine de lettres dans lesquelles la victime est identifiée comme combattant. Or, nous avons constaté que le portrait de la victime variait selon la condition du suppliant : s’il est lui-même homme de guerre, le suppliant a tendance à dépeindre sa victime comme un individu indiscipliné et un mauvais élément des armées du duc158. S’il est au contraire un individu du commun, nous avons pu observer dans quatre cas sur sept que le suppliant cherche plutôt à rapprocher la figure de sa victime du stéréotype du larron : un individu violent et dangereux, pilleur159, agressant sur le chemin160, commettant des crimes abominables envers la population, n’hésitant pas par exemple à s’en prendre à des femmes enceintes : « [...] et avec ce bouterent la femme de l’un desdits freres qui estoit grosse d’enfant si rudement par terre que son fruit n’a peu avoir le sacrement du fons de baptesme fors seulement par [vudacion] sur l’une des mains dudit enfant qui apparoit ung peu dehors »161.

2.3. Autres interventions des gens de guerre dans les récits de rémission

48Dans les lettres de rémission, les gens de guerre ne sont pas cantonnés au rôle du coupable ou de la victime. On peut aussi trouver, dans certaines lettres, de brèves mentions de la présence de combattants sur le lieu du conflit ou accompagnant l’un des protagonistes :

  • 162 ADN, B, 1695 f° 37 r°-v°.

[...] a cause de sadite cense ou contempt de laquelle pousuite ledit Clau a concheut haynne mortelle a l’encontre dudit supliant en le menaçant de le tuer, et en voulant mectre lesdits menasses a execution et effect iceluy Le Clau, acompaignié de cincq compaignon de guerre fort embastonnez de bastons invasibles, vindrent en la court de ladite maison dudit supliant [...]162.

49Malheureusement, les détails sur l’identité de ces intervenants extérieurs sont généralement encore plus minces que ceux concernant la victime. Le seul cas où le suppliant donne quelques informations plus précises sur l’identité de ces combattants peut s’expliquer par le fait que, dans ce récit, ce sont les gens de guerre qui sont les agresseurs à l’origine du conflit. Le suppliant a dès lors tout intérêt à donner quelques détails sur eux afin d’autant mieux pouvoir les charger de la véritable responsabilité du crime :

  • 163 ADN, B, 1695 f° 48 v°-49 r°.

[...] ledit Adam se trouva en la maison d’une nommée Maigete [...], survidrent illec quatre ou cincq compaignons de la compaignie de Jacques Compigny, hommes d’armes de notre ordonnance soubz notre amé et feal chevalier, conseiller, chambellan et conducteur de cent lances le seigneur de Montsorel, lesquel quatre ou cincq compaigons hurterent impetueusement de leurs bastons a l’uys et fenestres de ladite Maigne ou estoit ledit Adam, et en jurant et renyant Dieu dirent « Ouvrez l’uys faulse paillarde, widé hors le ribault y demourra ! », ou parolles en substance, desquelles choses iceluy Adam [...] ne scet se aucuns desdits compaignons estoit amoureulx de ladite Maigne, fut moult esbahy [...]. Et firent illec telle friente et noise que ledit Jacques et autres qui estoient en la taverne assés près de ladite maison y acouruent et frapperent lesdits compaignons tous ensemble, sur ce après ledit Adam en l’escriant « A la mort ! », lequel Adam d’un baston qu’il trouva d’aventure en ladite maison se mist a deffence au mieulx qu’il peut pour preserver son corps. Et comme ilz frapperent l’un après l’autre, est assavoir lesdits compaignons et ledit Adam, ung nommé Jehan Bontemye qui estoit desdits assayllans fut actaint d’un cop par ledit Adam sur la teste, du quel cop il chey par terre, dont le lendemain par faulte de vivre, bon gouvernement ou autrement il alla de vie a trespas [...]163.

50Ce texte reste cependant une exception, car dans la majorité des cas, seuls le suppliant et sa victime sont les véritables protagonistes du récit, les autres intervenants n’occupant qu’une place figurative, quasiment effacée, c’est pourquoi les informations que l’on peut trouver sur eux ne constituent le plus souvent qu’une simple mention.

51Mis en perspective par les apports de la nouvelle histoire militaire et l’anthropologie historique, le statut d’homme de guerre était loin de désigner une réalité uniforme à la fin du Moyen Âge, du fait de la variété de milieux dont étaient issus les combattants. Il apparaît également comme le résultat d’interactions, de jeux de pouvoir et de rapports de force à plusieurs niveaux : décrit comme une calamité publique par la rumeur, le soldat devait, au contraire, aux yeux du prince et de l’État, se conduire comme un individu discipliné et loyal. Dans les lettres de rémission, les suppliants, selon leur condition et leurs objectifs, n’ont de cesse de jouer avec ces deux images opposées. Car la façon dont le coupable décline son identité et celle des autres n’est pas une donnée neutre et cherche au contraire à favoriser au maximum le suppliant au détriment de sa victime au travers d’un argumentaire conforme aux normes voulues par l’État.

Notes

1 Philippe Contamine, Guerre, État et Société à la fin du Moyen Âge. Études sur les armées des rois de France. 1337-1494, Paris-La Haye, Mouton, 1972, p. 451-487.

2 Ibid., p. 476-481.

3 Id., « L’écrit et l’oral en France à la fin du Moyen Âge. Note sur l’“alphabétisme” de l’encadrement militaire », in Werner Paravicini, Karl Ferdinand Werner (ed.), Histoire comparée de l’administration (IVe-XVIIIe siècles). Actes du XIVe colloque historique franco-allemand, Tours, 27 mars-1er avril 1977, organisé en collaboration avec le Centre d’études supérieures de la Renaissance par l’Institut historique allemand de Paris, Zürich, Artemis, 1980, p. 102-113.

4 Bertrand Schnerb, « Le recrutement social et géographique des armées des ducs de Bourgogne (1340-1477) », in Jean-Marie Cauchies (ed.), Guerre, pouvoir, principauté, Bruxelles, FUSL (Cahiers du CRHIDI, 18), 2002, p. 53-67.

5 Ibid., p. 66.

6 Ibid.

7 André Corvisier, « La mort du soldat depuis la fin du Moyen Âge », in Id., Les hommes, la guerre et la mort, Paris, Economica, 1985, p. 367-394.

8 Claude Gaier, « La cavalerie lourde en Europe occidentale du XIIe au XVIe siècle. Un problème de mentalité », in Id., Armes et combats dans l’univers médiéval, t. I, Bruxelles, De Boeck (Bibliothèque du Moyen Âge, 5), 1995, p. 299-310 ; Id., « Mentalité collective de l’infanterie communale liégeoise au Moyen Âge », in Ibid., p. 311-317.

9 George Mosse, Fallen Soldiers. Reshaping the Memory of the world wars, Oxford, Oxford University press, 1990.

10 Valérie Toureille, Vol et brigandage au Moyen Âge, Paris, PUF, 2006, p. 156-160. Même utilisation du concept de brutalisation par Michel Nassiet, La violence, une histoire sociale : France, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Champ Vallon, 2011, p. 47-52 (à propos des violences guerrières et nobiliaires).

11 À ne pas confondre avec la « culture de la guerre », c’est-à-dire l’ensemble des conceptions (juridiques, intellectuelles, éthiques, littéraires, techniques, économiques, politiques, sociales, etc.) entourant la guerre, étudiée en profondeur par Franco Cardini, La culture de la guerre, Xe-XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1992.

12 Stéphane Audouin-Rouzeau, Annette Becker, 14-18, retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000, p. 122, cité par Nicolas Évrard, La représentation du héros belge de 14-18 face à l’envahisseur : évolution d’un mythe, Louvain-la-Neuve, 2006 (Université catholique de Louvain, Mémoire de maîtrise en histoire, inédit), p. 4.

13 Voir sur ce point Ibid., p. 5-6 ; Laurence van Ypersele, « L’appel à la mémoire et ses dérives », in Xavier Rousseaux, Laurence van Ypersele (ed.), La patrie crie vengeance ! La répression des « inciviques » belges au sortir de la guerre 1914-1918, Bruxelles, Le Cri, 2008, p. 147-157 ainsi que Id., « Héros, martyrs et traîtres : les fractures de la Belgique libérée », in Stéphane Audoin-Rouzeau, Christophe Prochasson (ed.), Sortir de la Grande Guerre : le monde et l’après-1918, Paris, Tallandier, 2008, p. 213-236.

14 Philippe Contamine, « L’idée de guerre à la fin du Moyen Âge : aspects juridiques et éthiques », in Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Comptes rendus des séances, n° 123-1, 1979, p. 85.

15 Elisabeth Balancy, « L’honneur militaire en Espagne et en France aux XVIe et XVIIe siècles : une mutation idéologique », in Annales du Midi, n° 113-233, 2001, p. 23-37.

16 Malcom Vale, War and Chivalry. Warfare and Aristocratic Culture in England, France and Burgundy at the End of the Middle Ages, Londres, Duckworth, 1981, p. 6. Cette dichotomie a bien été mise en avant par Camille Tihon, « Le défi de trois chevaliers hennuyers à trois chevaliers brabançons en 1400 », in Bulletin de la Commission royale d’histoire, n° 125, 1959, p. 613-642 dans son analyse de la culture du défi chevaleresque, où des combats extrêmement violents se déroulent de façon très codifiée dans un souci d’entretien de l’honneur réciproque des différents participants.

17 Éric Bousmar, « Pasos de armas, justas y torneos en la corte de Borgoña (siglo XV y principios del XVI). Imaginario caballeresco, rituales e implicaciones socio-políticas », in Bernardo García García, Alicia Esteban Estringana, Krista De Jonge (ed.), El legado de Borgoña. Fiesta y ceremonia cortesana en la Europa de los Austrias (1454-1648), Madrid, Fundación Carlos Amberes : Marcial Pons Ediciones de Historia, 2010, p. 561-605 ; Werner Paravicini, « Structure et fonctionnement de la cour bourguignonne au XVe siècle », in PCEEB, n° 28, 1988, p. 67-74.

18 Pierre Chaunu, « Violence, guerre et paix », in Politique étrangère, n° 61-4, 1996, p. 892 ; André Corvisier, « Droit de la guerre », in ID (ed.), Dictionnaire d’art et d’histoire militaires, Paris, PUF, 1988, p. 248.

19 Claude Gaier, « La nostalgie de l’armement ancien à la fin du Moyen Âge : un indicateur social ? », in Id., Armes et combats…, t. I, p. 319-326 ; VALE, War and Chivalry…, p. 157.

20 Bousmar, « Pasos de armas… », p. 599 note 75.

21 Charles Brusten, « Charles le Téméraire au camp de Lausanne », in PCEEBM, n° 14, 1972, p. 78.

22 Michael Depreter, De Gavre à Nancy (1453-1477) : l’artillerie bourguignonne sur la voie de la « modernité », Turnhout, Brepols (Burgundica, 18), 2011.

23 Colette Beaune, « Mourir noblement à la fin du Moyen Âge », in Actes des congrès de la SHMESP. 6e congrès, Strasbourg, 1975. La mort au Moyen Âge, Strasbourg, Istra, 1977, p. 125-144.

24 Gaier, « Mentalité collective… ».

25 Philippe Contamine, « L’armée de Charles le Téméraire : expression d’un État en devenir ou instrument d’un conquérant ? », in Maurice Vaïsse (ed.), Aux armes, citoyens ! Conscription et armée de métier des Grecs à nos jours, Paris, Colin, 1998, p. 70.

26 Jean-François Bergier, « Vie matérielle et politiques économiques au temps des guerres de Bourgogne », in Grandson 1476. Essai d’approche pluridisciplinaire d’une action militaire du XVe siècle, Lausanne, Centre d’histoire, 1976, p. 30.

27 Jean Delumeau, La peur en Occident, Paris, Fayard, 1980, p. 209-213.

28 Contamine, « L’idée de guerre… » ; Id., « Le combattant dans l’Occident Médiéval », in Le combattant au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1991, p. 15-23.

29 Id., « L’idée de guerre… », p. 79-80.

30 Isabelle Paresys, Aux marges du royaume. Violence, justice et société en Picardie sous François Ier, Paris, Publications de la Sorbonne (Histoire moderne, 40), 1998, p. 45. Voir aussi Claude Gauvard, « L’opinion publique aux confins des états et des principautés au début du XVe siècle », in Actes des congrès de la SHMESP. 4e congrès, Bordeaux, 1973. Les Principautés au Moyen Âge, Bordeaux, Société des historiens médiévistes, 1979, p. 127-152.

31 F. Vrancken, « Qui étaient les compagnons de la Verte Tente ? », in RBPH, n° 59-2, 1981, p. 314-324.

32 Paravicini, « Structure et fonctionnement… », p. 69, voir aussi Id., « Ordre et règle. Charles le Téméraire en ses ordonnances de l’hôtel », in Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, n° 143-1, 1999, p. 311-359.

33 Contamine, « L’idée de guerre… », p. 85 ; Vale, War and Chivalry…, p. 167. On rejoint également ici la vision défendue par Cardini, La culture de la guerre…, p. 388-393, déjà évoquées au premier chapitre.

34 Claude Gauvard, « Rumeur et gens de guerre dans le royaume de France au milieu du XVe siècle », in Hypothèses, n° 1, 2000, p. 281-292.

35 Séverine Fargette, « Rumeurs, propagande et opinion publique au temps de la guerre civile (1407-1420) », in MA, n° 113-2, 2007, p. 309-334.

36 Ibid., p. 309.

37 Claude Gauvard, « La Fama, une parole fondatrice », in Médiévales, n° 24, 1993, p. 6. Par opposition au « murmure », on lira sur le cri public : Thierry Dutour, « L’élaboration, la publication et la diffusion de l’information à la fin du Moyen Âge (Bourgogne ducale et France royale) », in Didier Lett, Nicolas Offenstadt (ed.), Haro ! Noêl ! Oyé ! Pratiques du cri au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne (Histoire ancienne et médiévale, 75), 2003, p. 141-155.

38 Claude Gauvard, « Rumeurs et stéréotypes à la fin du Moyen Âge », in Actes des congrès de la SHMESP. 24e congrès, Avignon 1993. La circulation des nouvelles au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 171.

39 Jean Pirotte, « L’histoire des violences guerrières à la croisée des réalités tangibles et de la pensée mythique », in Laurence van Ypersele (ed.), Imaginaire de guerre : l’histoire entre mythe et réalité : actes du colloque, Louvain-la-Neuve, 3-5 mai 2001, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain (Bibliothèque de la Faculté de philosophie et lettres. Transversalités, 3), 2003, p. 16. L’auteur donne ainsi l’exemple de la « légende des francs-tireurs », au début de la Première Guerre mondiale, selon laquelle des civils belges embusqués faisaient feu sur les militaires allemands isolés, ce qui justifia certaines des atrocités commises par ces soldats sur la population. Dans le même ordre d’idée, certains affrontements, au Moyen Âge, entre gens de guerre et gens du commun, ne trouveraient-ils pas leur source dans cet imaginaire du soldat-prédateur ?

40 Gauvard, « Rumeur et gens de guerre… », p. 287. Voir aussi Jean-Marie Cauchies, « Le processus de la décision politique à travers quelques actes des ducs de Bourgogne (1429-1472) », in PCEEB, n° 24, 1984, p. 39.

41 Gauvard, « Rumeurs et stéréotypes… », p. 161.

42 Fargette, « Rumeurs, propagande et opinion publique… », p. 328.

43 Gauvard, « Rumeurs et stéréotypes… », p. 175.

44 Ibid., p. 169.

45 Id., « Rumeur et gens de guerre… », p. 291 ; Toureille, Vol et brigandage…, p. 166.

46 Gaëlle Charon, Les manifestations des « soldats-brigands » en Hainaut sous le règne de Philippe le Bon à travers les comptes des officiers de justice hainuyers et les chroniques du temps, Louvain-la-Neuve, 1997 (Université catholique de Louvain, Mémoire de licence en histoire, inédit).

47 Philippe Contamine, « Les compagnies d’aventure en France pendant la guerre de Cent Ans », in Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, Temps modernes, n° 87, 1975, p. 365-396 ; Jacqueline Hoareau-Dodinau, « La vengeance du paysan », in Jacqueline Hoareau-Dodinau, Pascal Texier (ed.), Anthropologies juridiques. Mélanges Pierre Braun, Limoges, Presses universitaires de Limoges (Cahiers de l’Institut d’anthropologie juridique), 1998, p. 385-423, particulièrement p. 387-389 ; Valérie Toureille, « De la guerre au brigandage : les soldats de la guerre de Cent Ans ou l’impossible retour », in Sorties de guerre. Cahiers du Centre d’études d’histoire de la Défense, n° 24, 2005, p. 29-42.

48 B. Prost, Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne de la maison de Valois (1363-1477), t. I : Philippe le Hardi, Paris, 1902, p. 173 n° 968, cité par Hoareau-Dodinau, « La vengeance du paysan », p. 389 note 11.

49 Monique Bourin, Bernard Chevalier, « Le comportement criminel dans les pays de la Loire moyenne, d’après les lettres de rémission (vers 1380 - vers 1450) », in Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, n° 88-3 : Criminalité et répression (XIVe-XIXe siècles), 1981, p. 259.

50 ADN, B, 1695 f° 70 r° - 70 v°.

51 ADN, B, 1693 f° 62 r°-63 r°.

52 Toureille, De la guerre au brigandage…, p. 32.

53 Claude Gauvard, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, 2e éd., Paris, Publications de la Sorbonne, 2010, p. 540.

54 Id., « Rumeur et gens de guerre… », p. 289.

55 Toureille, « Vol et brigandage… », p. 158.

56 Jean-Michel Bessette, « La fabrication du criminel : entre contingences de carrière et réaction sociale », in Benoît Garnot (ed.), De la déviance à la délinquance XVe-XXe siècle, Dijon, Éditions universitaires de Dijon (Publications de l’Université de Bourgogne, 98. Série du Centre d’études historiques, 9), 1999, p. 133-146. Sur la théorie de l’étiquetage («  labeling theory ») d’Howard Becker, l’interactionnisme symbolique et leur impact historique sur l’interprétation de la déviance et la recherche scientifique, on lira Lionel Lacaze, « La théorie de l’étiquetage modifiée, ou l’“analyse stigmatique” revisitée », in Nouvelle revue de psychosociologie, n° 5-1, 2008, p. 183-199, particulièrement p. 183-186.

57 Gauvard, « Rumeurs et stéréotypes… », p. 176.

58 Walter Prévenier (ed.), Le prince et le peuple. Images de la société du temps des ducs de Bourgogne, 1384-1530, Anvers, Fonds Mercator, 1998, p. 274-275.

59 Toureille, « Vol et brigandage… », p. 150 et 156-160.

60 ADN, B, 1698, f° 1 r°-3 v°.

61 Vale, War and Chivalry…, p. 157 : « Their experiences in these punitive wars affected the later conduct of their wars with the Swiss, where quarter was not given, nor prisoners taken ».

62 Gauvard, « Rumeur et gens de guerre… », p. 288 ; Id., « Rumeurs et stéréotypes… », p. 176.

63 ADN, B, 1695 f° 12 v°-13 r°.

64 ADN, B, 1695 f° 38 r°-38 v°.

65 Dépêches des ambassadeurs milanais sur les campagnes de Charles-le-Hardi, duc de Bourgogne, de 1474 à 1477, éd. Frédéric de Gigins La Sarra, vol. 2, Paris, Cherbuliez, 1858, lettre CXLIX, p. 17-19.

66 « Item, quant de pourveoir à noz despens notredit pays de Haynnau de chief acompagniés de gens de la nation d’icelui pays pour y tenir frontier et le garder s’il advient que nous allons en guerre, notre intention est touttes les fois que le cas adviendra et que besoing sera de mettre et ordonner bonne et sceure provision pour le garde et deffense de notredit pays plus que par aultres si avant que faire le pourront ». Texte édité par Bertrand Schnerb, « Une ordonnance militaire inédite de Charles le Téméraire (26 mars 1473) », in RBHM, n° 29-1, 1991, p. 10.

67 Joël Cornette, « La révolution militaire et l’État moderne », in Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 41-4, 1994, p. 696-709.

68 Collection de documents inédits concernant l’histoire de la Belgique, éd. Louis-Prosper Gachard, vol. 1, Bruxelles, Hauman, 1833, p. 252. Également cité par Contamine, Guerre, État, Société…, p. 526, note 211.

69 Jean Molinet, Chroniques de Jean Molinet (1474-1506), éd. Georges Doutrepont, Omer Jodogne, vol. 1, Bruxelles, Palais des Académies, 1935, p. 68-69. Également cité par Contamine, Guerre, État, Société…, p. 526, note 211.

70 Christopher T. Allmand, « Changing views of the soldier in late medieval France », in Philippe Contamine, Charles Giry-Deloisson (ed.), Guerre et société en France, en Angleterre et en Bourgogne, XIVe-XVe siècle, Lille, Université Charles de Gaulle. Centre d’histoire de la région du Nord et de l’Europe du Nord-Ouest, 1991, p. 171-188 ; Contamine, « Le combattant dans l’Occident Médiéval ».

71 Loys Gollut, Les mémoires historiques de la république séquanoise et des princes de la Franche-Comté de Bourgogne, éd. C. Duvernoy, E. Bousson de Mairet, nouv. éd., Arbois, Auguste Javel, 1846, col. 1256.

72 Contamine, « Le combattant dans l’Occident Médiéval », p. 23. On verra également, pour le XVIIe siècle, le point de vue des protestants sur le rôle du soldat dans Pieter Spierenburg, « Protestant attitudes to violence : the early Dutch Republic », in Crime, Histoire & Sociétés, n° 10-2, 2006, p. 4-5. En effet, selon Cardini, La culture de la guerre…, p. 391, on trouve dans la discipline militaire « les maximes stoïciennes relatives à l’abnégation, à l’autocontrôle, à la maîtrise des passions, à la soumission aux autorités constituées, au culte du sacrifice de la personne : tous préceptes en parfait accord avec l’éthique protestante ».

73 Maurice Hugh Keen, « Chivalry, nobility and the man-at-arms », in Christopher T. Allmand (ed.), War, Literature and Politics in the Late Middle Age, Liverpool, 1976, p. 45, cité par Vale, War and Chivalry…, p. 9.

74 Ibid., p. 147.

75 Ibid., p. 162.

76 Ibid., p. 168.

77 Henri Louis Gustave Guillaume, Histoire de l’organisation militaire sous les ducs de Bourgogne, Bruxelles, Hayez (Mémoires couronnés et mémoires des savants étrangers, publiés par l’ARSLBA de Belgique, 22), 1848, p. 201. Sur ce point, voir également Vale, War and Chivalry…, p. 168.

78 Cardini, La culture de la guerre…, p. 392.

79 ADN, B, 1695 f° 13 v°-14 r°.

80 ADN, B, 1698 f° 84 r°-85 r°.

81 ADN, B, 1693 f° 82 r°-v°.

82 ADN, B, 1695 70 v°-71 r°.

83 ADN, B, 1695 f° 12 v°-13 r°.

84 Contamine, Guerre, État et Société…, p. 317-318.

85 Constat également effectué par Gauvard, « De grace especial »…, p. 533.

86 ADN, B, 1698 f° 22 v°-24 r°.

87 Trois cas de coups et blessures (dont deux avec rupture de paix) et un enlèvement.

88 ADN, B, 1694 f° 73 r°-74 r° (archers) et 1698 68 v°-69 v° (homme d’armes).

89 ADN, B, 1693 f° 84 bis v°-85 v° : « [...] lui ait esté remis et pardonné par feu notre tres chier seigneur et père, que Dieu absoille, en faveur du voiaige de Turquie ou ledit suppliant fut soubz notre amé et feal chevalier, conseiller et chambellan messire Simon de Lalaing, et aussi des services qu’il fist a notredit feu seigneur et père et a nous aussi en noz voiaiges et armees ou il offre encoires de nous servir ».

90 ADN, B, 1698 f° 68 v°-69 v° : « [...] comme durant le voiage et armee par nous fait au Mont Le Hery et tousjours depuis en tous noz autres voiages et armees il nous ait servy bien et diligemment en estat d’homme d’arme a ses grans fraiz et despens et tellement qu’il est fort diminué ».

91 Gauvard, « De grace especial »…, p. 166.

92 André Corvisier, « Recrutement », in Id (ed.), Dictionnaire d’art…, p. 718. Voir également les termes de l’ordonnance de 1473 dans Guillaume, Histoire de l’organisation militaire…, p. 199.

93 Charles Brusten, « L’armée bourguignonne de 1465 à 1477 », in RIHM, 1959, p. 459.

94 Corvisier, « Recrutement », p. 718.

95 ADN, B, 1695 f° 39 v°-40 r°.

96 Voir sur ce point le chapitre 7.

97 ADN, B, 1694 f° 73 r°-74 r°.

98 ADN, B, 1698 f° 15 r°-16 v°.

99 ADN, B, 1693 f° 73 v°-74 r°.

100 Claude Gauvard, « Le roi de France et le gouvernement par la grâce à la fin du Moyen Âge : genèse et développement d’une politique judiciaire », in Hélène Millet (ed.), Suppliques et requêtes : le gouvernement par la grâce en Occident (XIIe-XVe siècle), Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 310), 2003, p. 377.

101 Contamine, Guerre, État et Société…, p. 456.

102 Aude Musin, Élise Mertens de Wilmars, « “Consideré son joesne eaige…” Jeunesse, violence et précarité sociale dans les Pays-Bas bourguignons et habsbourgeois (XIVe-XVIe siècles) », in Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », n° 9, 2007, p. 32.

103 Sans compter les difficultés de vocabulaire lié à la jeunesse, cf. Musin, Élise Mertens de Wilmars, « “Consideré son joesne eaige…”… », p. 33-36. Voir aussi Claude Gauvard, « Les jeunes à la fin du Moyen Âge : une classe d’âge ? », in Actes des congrès de la SHMESP. 12e congrès, Nancy, 1981. Les entrées dans la vie. Initiations et apprentissages, Nancy, Presses universitaires, 1982, p. 225-244.

104 Jules de La Chauvelay, « Mémoires sur la composition des armées de Charles le Téméraire dans les deux Bourgognes », in Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, 3e série, n° 5, 1878-1879, p. 149-153.

105 Pour un document semblable, voir Gabriel Dumay, « État militaire et féodal des bailliages d’Autun, Montcenis, Bourbon-Lancy et Semur-en-Brionnais en 1474, d’après un procès-verbal de convocation du ban et de l’arrière-ban », in Mémoires de la Société Éduenne, nouv. série, n° 11, 1881 (publié en 1882), p. 75-163.

106 Voir les mises en garde de Claude Gauvard, « Les sources judiciaires de la fin du Moyen Âge peuvent-elles permettre une approche statistique du crime ? », in Philippe Contamine, Thierry Dufour, Bertrand Schnerb (ed.), Commerce, finances et société (XIe-XVIe siècles) : recueil de travaux d’histoire médiévale offert à M. le professeur Henri Dubois, Paris, Université de Paris-Sorbonne (Cultures et civilisations médiévales, 9), 1993, p. 468-488.

107 Michel Nassiet, Aude Musin, « L’exercice de la rémission et la construction étatique (France, Pays-Bas) », in RH, n° 661-1, 2012, p. 11. Jean-Luc Carton, La lettre de rémission : substance et rhétorique, d’après les lettres de rémission accordées aux Pays-Bas par Philippe le Bon et Charles le Téméraire (1438-1476), Lille, 1973 (Université Lille III, Mémoire de licence en histoire, inédit), p. 76.

108 ADN, B, 1695 f° 46 r°-v°, 77 r°-v°.

109 ADN, B, 1694 f° 2 v°-3 v° ; 1695 f° 4 r°-v°, 13 r°-v°, 18 r°-v°, 80 v°-81 r° ; 1698 f° 10 r° - 11 r°.

110 Louis de Vienne, seigneur de Ruffey, qui dirigea une compagnie en 1470. Cf. La Chauvelay, « Mémoires sur la composition des armées… », p. 162.

111 ADN, B, 1695 f° 13 r°-v°.

112 Charon, Les manifestations des « soldats-brigands »…, p. 120. Pour un exemple de carrière de bâtard, on pourra consulter Jean-Marie Cauchies, « Baudouin de Bourgogne (v. 1446-1508), bâtard, militaire et diplomate ? Une carrière exemplaire ? », in RN, n° 77-310, 1995, p. 257-281.

113 Gauvard, « Le roi de France… », p. 387.

114 Ce point sera abordé plus en détails au septième chapitre en ce qui concerne les motivations de grâce invoquées par le suppliant.

115 Contamine, Guerre, État, Société…, p. 457.

116 Gauvard, « De grace especial »…, p. 574 ; Élise Mertens de Wilmars, Entre privilège et procédure. Droit et lettres de grâce en Roman Pays de Brabant de 1404 à 1555, Louvain-la-Neuve, 1997 (Université catholique de Louvain, Mémoire de licence, inédit), p. 179.

117 ADN, B, 1693 30 v°-31 v°.

118 ADN, B, 1695 70 v°-71 r°.

119 ADN, B, 1694 f° 63 v°-64 v°.

120 ADN, B, 1693 f° 51 r°-52 r°.

121 ADN, B, 1695 f° 36 r°-v° (serviteur du maréchal des logis) et 67 r°-v° (serviteurs de l’homme d’armes Colinet De Beauval, lui-même suppliant).

122 Il nous semble en effet délicat, étant donné le contexte de la guerre médiévale, d’assimiler le « serviteur » d’un homme de guerre (simple domestique, page de l’homme d’armes, ou peut-être même membre de la lance placé sous l’autorité de celui-ci ?) à un non-combattant.

123 ADN, B, 1693 30 v°-31 r°.

124 Contamine, Guerre, État, Société…, p. 465.

125 ADN, B, 1693 f° 82 r°-v°.

126 ADN, B, 1695 f° 36 r°-v° : « Rancquin Vandenberghe natif de Lubecque ou pays d’Alemaigne ».

127 Claude Gauvard, « La justice pénale du roi de France à la fin du Moyen Âge », in Xavier Rousseaux, René Lévy (ed.), Le pénal dans tous ses États. Justice, État et société en Europe (XIIe-XXe siècles), Bruxelles, FUSL (Publications des FUSL, 74), 1997, p. 99. Sur les désavantages du statut de l’étranger dans les anciens Pays-Bas, aussi bien sur le plan civil que pénal, on se réfèrera à John Gilissen, « Le statut des étrangers en Belgique du XIIIe au XXe siècle », in L’étranger, vol. 2, Bruxelles, Éditions de la librairie encyclopédique (Recueils de la Société Jean Bodin pour l’histoire comparative des institutions, 9-10), 1984, p. 231-331. Malheureusement, si cette étude aborde, p. 239-244, quelques catégories d’étrangers privilégiés (marchands Anglais ou Lombards, Juifs), elle ne traite pas des soldats mercenaires venus d’Italie ou d’Angleterre.

128 Le total (alors que nous n’avons que 60 lettres), s’explique par un unique cas (ADN, B, 1694 f° 73 r°-74 r°) où les deux suppliants connaissent un sort différent : l’emprisonnement pour l’un, la désertion pour l’autre.

129 ADN, B, 1698 f° 10 r°-11 r°.

130 Gauvard, « De grace especial »…, p. 163 ; Paresys, Aux marges du royaume…, p. 288.

131 ADN, B, 1693 f° 76 v°-77 r°.

132 Gauvard, « De grace especial »…, p. 168-169.

133 ADN, B, 1695 f° 36 r°-v°.

134 ADN, B, 1695 f° 13 v°-14 r°.

135 ADN, B, 1693 f° 57 r°-v°.

136 ADN, B, 1695 f° 40 r°-41 r°.

137 ADN, B, 1693 f° 20 v°-21 r°. Nous avons relevé une autre lettre de rémission dans laquelle le suppliant est fait prisonnier par le prévôt des maréchaux (ADN, B, 1695 48 r°-v°), mais comme il n’est pas spécifié si le suppliant ou la victime étaient effectivement gens de guerre, nous ne l’avons pas incluse dans notre corpus.

138 ADN, B, 1693 f° 25 r°-v°.

139 Voir chapitre 6 pour plus de détails sur les juridictions ordinaires.

140 ADN, B, 1695 f° 75 r°.

141 ADN, B, 1695 f° 2 v°-3 r° : « il delaissa et a dellaissié ses chevaulx, harnois et habillemens de guerre en assez bonne valeur et estimacion et s’est absenté de notredit service ».

142 Cf. l’ordonnance de Saint-Maximin de 1473 dans Guillaume, Histoire de l’organisation militaire…, p. 197 : « [...] ceux qui auront lesdits congés soient tenus de laisser, à savoir l’homme d’armes, son meilleur cheval, avec son harnais et habillement de guerre, et l’archier, tout son habillement de guerre ». Pour plus de détails sur la procédure de congé, nous renvoyons le lecteur au chapitre 5.

143 ADN, B, 1694 f° 76 v°-77 r°.

144 ADN, B, 1695 f° 70 v°-71 r°, 72 r°-v°, 74 v°.

145 ADN, B, 1695 f° 74 v°.

146 ADN, B, 1695 f° 70 v°-71 r°.

147 ADN, B, 1695 f° 74 v°.

148 Sur la désertion, voir le chapitre 5.

149 Mertens de Wilmars, Entre privilège et procédure…, p. 188-194.

150 ADN, B, 1693 f° 51 r°-52 v°.

151 Cf. chapitre 7.

152 ADN, B, 1693 f° 20 v°-21 r°.

153 ADN, B, 1693 f° 95 v°-96 v°.

154 ADN, B, 1693 f° 23 v°-34 r°, 51 r°-52 r°, 95 v°-96 v° ; 1698 f° 68 v°-69 v°.

155 ADN, B, 1693 f° 23 v°-24 r°.

156 Mertens de Wilmars, Entre privilège et procédure…, p. 194.

157 ADN, B, 1695 f° 72 r°-v°.

158 Nous renvoyons le lecteur au chapitre suivant pour plus de détails et d’exemples.

159 ADN, B, 1693 f° 62 r°-63 r°.

160 ADN, B, 1693 f° 46 r°-47 r° ; B 1695 f° 12 v°-13 r°.

161 ADN, B, 1693 f° 46 r°-47 r°. Voir aussi B 1695 f° 38 r°-v°.

162 ADN, B, 1695 f° 37 r°-v°.

163 ADN, B, 1695 f° 48 v°-49 r°.

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search