Version classiqueVersion mobile

La Bande noire (1855-1862)

 | 
Laure Didier

Conclusion générale

Texte intégral

1Les archives judiciaires de l’instruction ainsi que celles du parquet général, le tout combiné aux articles de presse, ont permis de retravailler les faits avec un regard nouveau et distant d’un siècle et demi. De l’exposé des faits analysés parallèlement au contexte de l’époque, nous sommes passés à la représentation de la Bande noire transmise par les sources, ainsi qu’aux impacts que l’affaire eut sur le cours plus large des évènements.

2À partir de 1856, la Bande noire sillonne la région de l’Entre-Sambre-Meuse et pille les populations rurales les plus nanties. De leur propre aveu cinquante-cinq vols leurs sont imputés entre 1856 et avril 1861. Plusieurs victimes ont été blessées suite à des coups, des lancers de projectiles ou des tirs et trois personnes sont décédées des suites de leurs blessures : Maximilien Quairiat, la veuve Dubois ainsi que la veuve Ranwet. Les quatorze malfrats, dont sept sont plus impliqués (les autres, n’intervenant que de manière sporadique) usent d’un mode opératoire rôdé et récurent. Ils choisissent majoritairement des maisons habitées par de riches personnes âgées, représentantes de l’élite rurale, qui constituent des proies faciles. Après avoir repéré les lieux ils s’introduisent la nuit tombée dans l’habitation par la fenêtre et surprennent les habitants en les menaçant de mort s’ils n’avouent pas la cachette de leur argent. Tout est bon pour être dérobé. Si à l’évidence, c’est de l’argent qu’ils recherchent, ils peuvent aussi partir avec nourriture, tissus, armes et bijoux. Les vols sont le plus souvent accompagnés de menaces ou de violences sur les victimes, et les auteurs sont fréquemment armés. À chaque coup, ce sont des villageois terrorisés qu’ils laissent derrière eux. Au départ ces faits sont considérés comme isolés. Mais progressivement les autorités judiciaires, suivies de près par la presse, réalisent qu’il existe une cohérence dans le type de personnes agressées et dans le mode opératoire utilisé. Néanmoins cette association de malfaiteurs arrive pendant plus de cinq ans à échapper à la justice. Une des particularités de la Bande noire est de s’être constituée en association de malfaiteurs. Cette structure du banditisme est nouvelle pour l’époque et elle est d’autant plus particulière que l’association n’est pas originaire d’une localité particulière puisque certains membres habitent Gembloux, d’autres Chastre, et d’autres enfin, Sombreffe.

  • 520 Hobsbawm, Les bandits…, p. 31.
  • 521 Pour rappel, la nuit du crime de Couillet, Coucke a affirmé avoir logé un père et son fils qui arp (...)

3L’époque où sévit la Bande noire est une période de transition entre le monde rural traditionnel et le monde moderne caractérisé par Eric Hobsbawm par un intense développement économique, de nouveaux moyens de communication et une administration publique performante520. La Belgique compte à cette époque parmi les puissances les plus industrialisées d’Europe et le paysage social du pays va évoluer parallèlement à cette nouvelle économie. Au point de vue de l’environnement direct de la Bande noire, la région de l’Entre-Sambre-et-Meuse est traversée de part et d’autre par une population « flottante » qui va de chantiers en chantiers de courte durée et dont l’activité est directement liée à la nouvelle industrialisation du milieu de siècle. Beaucoup de ruraux se rendent dans des zones plus urbanisées en vue de travailler dans les mines de charbon ou pour la construction du nouveau chemin de fer wallon. Sans compter que la Flandre qui n’a pu faire face aux nouvelles contraintes économiques sort à peine, en 1860 d’une crise de subsistance sans précédent. La province du Hainaut, voisine de la Flandre, est donc littéralement envahie par des Flamands en quête d’une situation meilleure. Plus personne ne s’étonne que des inconnus sillonnent les routes et traversent les villages. Aussi, les logements ruraux sont souvent occupés par des inconnus qui louent une chambre le temps d’accomplir le travail pour lequel ils sont engagés et s’en vont une fois la tâche achevée. Ce qui a d’ailleurs été le cas pour bon nombre d’individus suspectés pour certains vols et surtout pour les fameux vendeurs de graisse logeant chez Coucke et qui se sont évanouis dans la nature pour n’être retrouvés qu’un an plus tard521. Cette migration de la population est un atout pour la Bande noire qui a pu voyager dans de nombreuses communes sans attirer l’attention des villageois des hameaux qu’ils traversaient. Beaucoup de témoins ont admis avoir croisé les voleurs sur tel ou tel chemin mais sans y avoir attaché la moindre importance. De plus, c’est précisément grâce à la migration voulue par leurs différents métiers que les brigands ont été en mesure de découvrir et repérer un grand nombre de maisons à cambrioler.

  • 522 Hobsbawm considérait comme étant une économie industrielle, un système économique caractérisée par (...)
  • 523 Voir infra : Annexes, Zone d'activité criminelle de la Bande noire.

4On l’a dit, l’environnement dans lequel évolue la bande de l’Entre-Sambre-et-Meuse correspond en tous points avec la période de transition entre le passage d’une économie agraire à une économie industrielle qui est décrite par Hobsbawm comme étant propice au banditisme522. Mais force est de constater que cette transition touche à sa fin dans la Belgique de 1860 puisque l’État moderne qui annonce la fin de ce type de criminalité est déjà fort présent. Les nouveaux moyens de communication dont parle Hobsbawm ont plus que jamais leur importance dans l’affaire de la Bande noire. L’époque où sévissent ces malfrats est caractérisée par un chemin de fer en plein essor. Depuis 1830, un grand nombre de voies ont été construites ou sont en cours de construction entre 1856 et 1860. Les quatorze bandits ont d’ailleurs presque systématiquement utilisé ce mode de communication nouvellement installé pour perpétrer leurs vols. Il est manifeste qu’ils choisissaient des villages et des maisons, notamment parce qu’ils étaient situés à proximité d’une gare523. Cet aspect du mode opératoire est totalement nouveau pour l’époque et fait de ces bandits des « brigands typiques du XIXe siècle ». L’utilisation nouvelle des chemins de fer, couplée au manque d’effectifs et à la mauvaise organisation judiciaire de l’époque a d’ailleurs été leur force et a permis leur pérennité pendant six longues années. Les différents convois qu’ils ont utilisés leur ont permis de se rendre très rapidement à plusieurs kilomètres de leur lieu de domicile. Les quatre arrondissements judiciaires concernés n’ont pas été en mesure de faire face à ce type de banditisme nouveau à grande échelle. Le manque d’échanges entre les différents parquets, révélateur d’une organisation fragile du système judiciaire, n’a pas non plus permis de constater avec certitude des analogies entre les vols avant l’arrestation de la Bande noire en 1861.

  • 524 À noter que ce terme de « rumeur publique » recèle probablement une dénonciation non avouée.

5Cette affaire criminelle a révélé les failles d’un système bourgeois établi depuis 1830. Certes la réforme du système judiciaire est déjà enclenchée depuis avant l’indépendance belge mais l’affaire de la Bande noire a confirmé la nécessité de l’adapter aux nouvelles réalités de la Belgique. L’inefficacité du système policier et judiciaire d’alors réside principalement dans le manque d’effectifs et la mauvaise organisation. Et ce, malgré les quelques réformes effectuées depuis le début du XIXe siècle en vue d’améliorer la situation. La réforme de 1849 est la plus importante. Les gendarmes et les bourgmestres restent les principaux agents judiciaires en milieu rural si bien que le contrôle de la population s’avère trop faible. Quant aux régions plus urbanisées, il arrive qu’il y ait un commissaire de police, comme à Gilly ou à Couillet mais c’est assez rare. Lorsqu’un délit est commis, le juge d’instruction du parquet de l’arrondissement compétent est chargé de mener une enquête. Son intervention dépend toutefois de la gravité du délit. Dans certains cas, notamment lorsqu’il n’y a pas eu de confrontation entre la victime et ses voleurs, c’est l’agent local qui effectue les recherches et, le cas échéant clôt l’enquête faute de preuves. Généralement, les recherches pour retrouver le coupable mêlent rumeur et témoignage. C’est d’ailleurs la rumeur publique qui a amené le gendarme de Sombreffe sur la piste de Rabet, le dénonciateur de la bande524.

6Alors que les autorités judiciaires deviennent, au fur et à mesure des vols, plus promptes à enquêter, la presse, de son côté, est plus attentive à couvrir les vols dans sa rubrique de faits divers. D’un côté, le contrôle de la population et les enquêtes s’intensifient ; de l’autre, les mises en garde de la population et la description sensationnelle des faits de la bande se multiplient. Il est clair que ces deux mises en alerte auront pour effet de créer une inquiétude croissante au sein de la population rurale celle-ci participera à l’engouement public pour cette affaire.

  • 525 Ce terme « Outsiders » est utilisé par Howard Becker dans son analyse sociologique sur la déviance (...)

7Au terme de cette analyse sur l’activité criminelle de la Bande noire, il nous est permis d’affirmer que les brigands qui constituent la bande ne sont pas des bandits sociaux tels que les définit Hobsbawm. Le bandit social agit en tant que – ou se présente comme – contestataire contre le pouvoir local oppresseur. Il attaque de préférence les représentants du pouvoir et les riches. Par conséquent, il est adulé et protégé par la population locale la plus faible. Ce qui n’est pas le cas ici. La Bande noire incarne le banditisme commun laissé de côté dans la théorie de l’historien. Leurs actes ne relèvent pas d’une volonté de contester à proprement parler le système puisqu’ils ont agi dans leur propre intérêt et ont laissé derrière eux une population à chaque fois plus effrayée. Cette conclusion n’est pas uniquement tirée de la presse de l’époque qui représente pour l’essentiel l’avis de la bourgeoisie, mais bien du dossier de l’instruction qui contient un grand nombre de témoignages de ruraux qui attestent de cette peur de la bande. Il est donc évident qu’ils ne jouissent aucunement d’une admiration ni d’une protection de la part de la population, bien au contraire. Le banditisme représenté par la Bande noire est avant tout un « banditisme crapuleux », descendant de celui qui a frappé la Belgique à plus grande échelle lors de la crise des Flandres durant la décennie de 1840. Depuis lors, la population belge est parvenue à se relever et l’économie connait une croissance nouvelle. Les membres de la Bande noire sont les représentants de toute une population qui n’est pas parvenue à s’adapter aux évolutions des années 1850-1860. Et si l’on en croit la presse et d’autres témoignages de l’époque, ce genre d’« outsiders », tels que sont les vagabonds et mendiants qui sillonnent la région de l’Entre-Sambre-et-Meuse ne sont pas rares525. Par contre, s’il est évident que les vols commis par la Bande noire ne sont en aucun cas voulus comme étant une forme de contestation contre le pouvoir établi, il n’en est pas moins vrai que cette criminalité est révélatrice d’un problème sociétal. Dans le cas de ces bandits, il s’agit avant tout d’une avidité née d’une grande pauvreté, d’une vie difficile confrontée à des inégalités sociales criantes : une bourgeoisie rurale propriétaire et riche face à un prolétariat broyé par l’industrialisation et un manque total de perspectives de croître dans l’échelle sociale. Sans le vouloir ni en être consciente, la Bande noire est parvenue, de par les tourments causés aux strates les plus hautes du pouvoir, à faire apparaître ces déséquilibres sur la place publique. Ils seront d’ailleurs longuement exposés lors des plaidoyers des avocats au procès qui insisteront sur plusieurs problèmes tels que le manque d’éducation et la trop grande pauvreté.

8Ce n’est que le 26 avril 1861, soit six ans après le début de leurs activités en 1855, que la bande est finalement arrêtée. Ceci grâce à Léopold Rabet qui, plus honnête en amour qu’il ne l’a été dans la vie, avoue à sa promise la provenance suspecte de ses richesses. Rabet est arrêté le 9 avril 1861 et dénonce ses complices le 26 avril après une série d’interrogatoires. Immédiatement, les principaux membres de la Bande noire sont arrêtés. Le soulagement général est immédiat. Une longue série de dépositions, d’interrogatoires, et de perquisitions seront menées par le juge d’instruction de Charleroi, Félicien Aulit, sous l’œil attentif de Charles-Victor de Bavay, Procureur général près de la Cour d’appel de Bruxelles.

9On apprend que la bande est en réalité constituée principalement de deux familles : les Boucher et les Leclercq et que les deux principaux protagonistes – Jean-Baptiste Boucher et Auguste Leclercq – se sont rencontrés à la prison de Namur, lieu qu’ils occupent chacun déjà pour vol. Jean-Baptiste rallie son frère à la cause, et Auguste fait de même avec ses frères et sœurs. De manière générale, les membres de la bande vivent dans une grande précarité et la plupart ont femme et enfants. Ils sont tous intégrés dans la communauté dans laquelle ils vivent et s’ils travaillent, c’est principalement dans le but d’entretenir une image sociale et de ne pas attirer les soupçons de leurs voisins sur leurs activités nocturnes.

10La complexité de l’affaire de la Bande noire ne s’arrête pas aux vols et au procès proprement-dit puisque l’arrestation des bandits fait resurgir le procès criminel de l’Affaire Coucke et Goethals qui passa devant la justice un an plus tôt et qui a été elle aussi très médiatisée. En effet, les deux Flamands, Jan Coucke et Peter Goethals, ont péri sur l’échafaud le 16 novembre 1860, accusés d’avoir attaqué et volé la veuve Dubois qui décéda quelques jours plus tard des suites de ses blessures. Une fois arrêtés, certains membres de la Bande noire ont revendiqué ce crime. Personne ne sait avec certitude où se trouve la vérité. Est-ce Coucke et Goethals qui ont commis le vol chez la veuve ? Est-il le fruit d’une association entre les Flamands et la Bande noire ? On l’a vu, certains membres de la Bande noire ont eu tendance à s’associer avec des individus qui n’ont participé qu’à l’un ou l’autre vol sans pour autant faire partie de l’association de malfaiteurs. De plus, on sait avec certitude que la Bande noire comptait se rendre chez la veuve et avait déjà remis le vol à plusieurs reprises. Sans compter que le récit de la soirée de Coucke et Goethals est plus que décousu et contradictoire. Les recherches effectuées dans cette présente étude penchent pour une association entre certains membres de la Bande et Coucke et Goethals, sans savoir dire avec exactitude qui était impliqué. La justice n’a donc pas fait d’erreur quant à leur culpabilité et ce, d’autant plus qu’en 1860, Rabet n’était pas encore connu des services de police. Cependant, n’a-t’elle pas été trop hâtive en les condamnant à la peine capitale alors que des zones d’ombre planaient encore sur l’enquête ? Certainement. De plus, si le jury bourgeois a condamné Coucke et Goethals à la peine de mort, il est plus étonnant encore qu’ils n’aient pas été graciés, lorsque l’on sait que la grâce royale était fréquemment de mise à cette époque et que sept des neuf condamnés à mort de la Bande noire en ont profité ensuite.

11Les recherches et enquêtes faites pendant autant d’années, entre 1855 et 1861, feront du procès une sorte de « consécration » pour les acteurs judiciaires et la population. Désormais, les représentations et les jeux de pouvoir s’inversent. La justice qui était, depuis 1855, l’éternelle impuissante face à ces criminels, montrera que nul crime ne reste impuni. Le procès de la Bande de l’Entre-Sambre-et-Meuse débute le 23 décembre 1861. Dès son ouverture à la cour d’assises de Mons, l’affaire fait grand bruit, ne laissant d’autre choix à la presse, régionale et locale, de s’en emparer, donnant ainsi des descriptions théâtralisées et dramatisées. Jugements de valeurs, imaginaire et interprétations hantent ces récits qui, inéluctablement, viennent s’imposer aux esprits des bourgeois influençables. Mais en plus du jeu de pouvoir, c’est également les représentations faites des malfrats dans la presse et dans les argumentations des magistrats qui s’inversent. Au travers des écrits fournis par les sources judiciaires et journalistiques, nous avons par ailleurs cherché à percevoir, non plus les faits et les acteurs eux-mêmes, mais leurs multiples perceptions qui se sont avérées typiques de cette mentalité de milieu de siècle. On parle de moralité et de physionomie criminelle autant de thèmes chers aux théories criminelles d’alors. En tout, 158 témoins passent à la barre afin de parler de ce dont ils savent et de ce dont ils ont « ouï-dire ». Ainsi, rumeurs et réputations se mêlent aux faits. Viennent ensuite les plaidoyers des avocats. Chacun à son tour va jouer de son argumentation afin de sensibiliser le jury à une cause qui, pour beaucoup, semble déjà perdue. Le jury, tiré au sort parmi les notables, a désormais toutes les cartes en main lui permettant de décider du sort de ceux qui ont dévié. Le 8 janvier 1862, le verdict tombe tel le couperet qui aurait dû trancher la tête de neuf des quatorze bandits condamnés à la peine de mort. Les autres, plus chanceux parce que moins impliqués, seront condamnés à la prison ou même, seront acquittés. Finalement, seuls Jean-Baptiste Boucher et Auguste Leclercq ont finalement été guillotinés le 29 mars 1862, « payant de leur tête les crimes de la Bande noire et la terreur qu’elle avait semée ».

12C’est une alchimie entre les faits de banditisme, la peur éprouvée par la population avant l’arrestation des bandits et l’emprise de la presse sur l’affaire, le tout saupoudré d’affaire Coucke et Goethals, qui donna comme résultat un procès d’une telle ampleur pour l’époque. Celui-ci n’aurait probablement pu avoir le même impact si un des ingrédients était manquant. Mais l’affaire de la Bande noire ne s’est pas tue au dernier tranchant de guillotine. Le doute pesant sur l’exécution de Coucke et Goethals alimente le débat sur la peine de mort et les abolitionnistes, des libéraux pour la plupart, exprimeront à travers la presse l’écœurement que suscite chez eux cette justice de sang, ouvrant un débat passionné avec les journaux catholiques. Par ailleurs, des questions linguistiques sont soulevées par l’affaire, les patois wallons et la langue flamande résonnant dans l’enceinte d’un tribunal ne reconnaissant que le français. Coucke et Goethals deviendront un des symboles de l’oppression de la bourgeoisie francophone sur les Flamands et leur histoire sera souvent reprise par les défenseurs de la cause flamande et les partis d’extrême droite néerlandophone. En outre, la question de l’instruction obligatoire sera également abordée par un des avocats et sera reprise ensuite par certains intellectuels.

  • 526 La Gazette de Mons, 10-11 décembre 1861, p. 2.

13Cette étude sur les membres de la Bande noire nous a permis de faire revivre pour un temps l’histoire de ces quatorze bandits qui, à leur manière, ont laissé une trace dans d’importants débats qui ont marqué l’histoire de la Belgique. En somme, le procès de la Bande noire introduit déjà les grandes tensions qui vont miner la Belgique à la fin du XIXe siècle et au début du XXe : Le débat en faveur de l’abolition de la peine de mort, la restructuration de la justice pénale, la question sociale et l’instruction scolaire, et enfin, la question flamande. Peut-être Jean-Baptiste Boucher serait-il heureux d’apprendre aujourd’hui l’existence de cette publication qui relate son histoire et celle de ses complices puisque La Gazette de Mons lui prête ces mots : « très bien, voici mon histoire, j’avais toujours dit qu’elle serait imprimée526 ». Ce cas excepté, très probablement aucun des autres malfrats n’aurait supposé l’écho qu’ont eu leurs actions alors qu’ils agissaient par pure individualisme. Cette démarche constitue à notre sens, le plus grand intérêt de l’analyse historique : tenter de comprendre de quelle façon l’action de personnes ordinaires peut agir sur le cours plus large des évènements d’un pays tout entier.

14Le thème de la Bande noire reste un sujet qui offre encore de nombreuses possibilités de recherche et d’analyse. Cette thématique pourrait, par exemple, être confrontée aux sources littéraires dont nous connaissons l’existence, sans avoir pu les localiser. Ces dernières pourraient à l’évidence apporter un point de vue supplémentaire à l’affaire. De plus, cet exemple de banditisme pourrait être enrichi par la confrontation avec d’autres cas qui comportent des similitudes par la période étudiée, le lieu où la structure de banditisme.

Notes

520 Hobsbawm, Les bandits…, p. 31.

521 Pour rappel, la nuit du crime de Couillet, Coucke a affirmé avoir logé un père et son fils qui arpentaient les villages de Wallonie pour vendre de la graisse. Ceux-ci ont été recherchés par la police parce qu’ils auraient pu, selon la version des enquêteurs, être les complices de Coucke et Goethals à Couillet, voire des témoins de première importance.

522 Hobsbawm considérait comme étant une économie industrielle, un système économique caractérisée par un développement économique important, des systèmes de communication performants et une administration publique performante et dans laquelle les paysans sont désormais considérés comme dépassés, voir même inférieurs. Hobsbawm, Les bandits…, p. 31.

523 Voir infra : Annexes, Zone d'activité criminelle de la Bande noire.

524 À noter que ce terme de « rumeur publique » recèle probablement une dénonciation non avouée.

525 Ce terme « Outsiders » est utilisé par Howard Becker dans son analyse sociologique sur la déviance. Howard Becker, Outsiders. Étude de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985.

526 La Gazette de Mons, 10-11 décembre 1861, p. 2.

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search