Version classiqueVersion mobile

La Bande noire (1855-1862)

 | 
Laure Didier

Quatrième Partie. Les bandits en images et en mémoire

Introduction

Texte intégral

1Les sources journalistiques qui ont été utilisées pour cette présente publication, qu’elles soient contemporaines aux faits (1856-1861) ou contemporaines à l’écriture des faits (2013), s’avèrent être un outil précieux puisqu’elles représentent une excellente opportunité d’obtenir un regard sur l’affaire de la Bande l’Entre-Sambre-et-Meuse différent de l’axe judiciaire. Ainsi, d’autres aspects de l’affaire doivent être traités. Non plus les faits bruts à proprement parler, mais également les réactions, impressions et rumeurs qui sont liées à l’affaire. Tout au long de l’analyse qui a précédé ce chapitre, nous avons tenté de nous détacher au maximum de cette subjectivité. Mais voilà, la représentation des malfaiteurs qui est faite en grande partie au travers de quotidiens belges et également, l’utilisation qui sera faite de cette représentation de la Bande noire par la suite, a son importance. En effet, les différentes sources journalistiques dépouillées font véhiculer une image très précise des bandits, quant à ce qu’ils sont, quant à leur attitude, leur apparence physique et l’impression qu’ils laissent sur le reste de la société. Ces différentes représentations sont amenées à évoluer. Non seulement, cette image des bandits qui est véhiculée dans la presse au moment des faits permet d’établir quelques conclusions sur le rapport à la violence et à la criminalité en Belgique au milieu du XIXe siècle, mais aussi, cette image est utilisée par la suite dans plusieurs débats qui ont marqué l’histoire de la Belgique tel que ceux de l’abolition de la peine de mort, de l’affirmation du mouvement flamand, et du droit à l’instruction.

2C’est donc bien d’image et de mémoire dont il s’agit ici puisque nous allons traiter de l’image de la Bande noire qui a été véhiculée et de la façon dont cette image est utilisée et transformée dans plusieurs grands débats. Cependant, la thématique de ce chapitre est ambitieuse et pourrait, en tant que telle, faire l’objet d’un travail d’une beaucoup plus grande ampleur, ce qui ne sera pas le cas ici. Mais l’histoire de la Bande noire est une affaire qui a marqué les esprits pendant longtemps et il nous a semblé important de rendre justice à l’intérêt porté par certains citoyens belges à l’affaire en donnant quelques balises sur les problématiques soulevées par les procès de la Bande noire et Coucke et Goethals.

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search