Version classiqueVersion mobile

La Bande noire (1855-1862)

 | 
Laure Didier

Troisième partie. Le temps du procès

Le procès en cours d’assises

Texte intégral

1. Ouverture des portes du tribunal de Mons

  • 369 L’Ami de l’Ordre, 24 décembre 1861, p. 2.

L’attention publique est excitée au plus haut point pour ce mémorable procès. Depuis plusieurs jours, c’est le sujet de toutes les conversations à Mons. Une foule énorme, avant l’ouverture de l’audience, se pressait aux abords du Palais de Justice et dans les rues environnantes…369

  • 370 Ibid.

1La première session extraordinaire du procès de la Bande de l’Entre-Sambre-et-Meuse ouvre ses portes le 23 décembre 1861 à neuf heures trente. Toutes les séances du procès se dérouleront au Palais de Justice de Mons, chef-lieu de la province du Hainaut. Un peu plus tôt, les quatorze accusés se sont rendus de la prison de Charleroi à celle de Mons en deux voitures attelées chacune par deux chevaux et escortées d’une vingtaine de gendarmes. Ils sont placés dans une salle à part en attendant l’ouverture de la séance370.

  • 371 Ibid.
  • 372 L’Indépendance Belge, 24 décembre 1861, p. 3.

2Quant aux spectateurs, ils sont déjà présents dans la salle et attendent l’ouverture des débats avec impatience. La tension est presque palpable et les gendarmes ont grande peine à maintenir le calme et l’ordre d’usage pour ce type de séances. La salle qui est malheureusement trop exigüe n’a pas été en mesure d’accueillir tous les curieux et seuls les plus rapides sont assis371. Même en cette veille de Noël, nombreux sont les habitants des environs de Mons qui ont parcouru de longues distances en vue de voir Boucher et ses complices et n’ont pu entrer dans la salle, devant pour l’heure se tenir dans la salle des pas-perdus et dans la cour du Palais372.

  • 373 L’Ami de l’Ordre, 24 décembre 1861, p. 2.

3À l’avant, s’amoncèle le nombre impressionnant de pièces à conviction. Ce tableau macabre rassemble des pistolets, coutres de charrue, bâtons, et autres armes qui ont été retrouvées sur les différents lieux attaqués ; de même que des coffres fracturés, des lanternes, des haches, et des tissus ensanglantés. Certaines pièces à conviction ayant déjà été utilisées au procès de Coucke et Goethals en 1860 font également partie du lot : la pioche avec laquelle la veuve aurait été frappée, ainsi que, comble du macabre, un bocal en verre contenant l’omoplate fracturée de feu la veuve Dubois. Deux grandes échelles en bois sont adossées contre le mur derrière les jurés373.

  • 374 L’Indépendance Belge, 24 décembre 1861, p. 3.
  • 375 A. De Marbaix est conseiller de la cour d’Appel de Bruxelles depuis 1854.
  • 376 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 45, 1860, Procès-verbal des séances de la cour d’assises du Hai (...)
  • 377 CIC, art. 267.
  • 378 La Gazette de Mons, 2 décembre 1861, p 2.
  • 379 L’Indépendance Belge, 24 décembre 1861, p. 3.
  • 380 Ont été conservés dans la liste des 30 jurés, deux avocats, aucun médecin ni ingénieur, quatre con (...)
  • 381 Il a notamment été l’avocat de Mme de Bocarmé dans l’affaire très médiatisée du Comte de Bocarmé q (...)
  • 382 AÉA, Parquet général près la cour d’appel de Bruxelles, 1861-1862.

4Le procès commence par l’intervention de l’huissier audiencier qui fait l’appel des jurés et des témoins374. Conformément à l’article 267 du code d’instruction criminelle, le président de la cour d’assises, de Marbaix375, ou un de ses délégués, est chargé de tirer au sort les membres du jury parmi la population censitaire de Belgique et de constituer ce qu’on appelle le « tableau du jury »376. La population est choisie parmi les Belges payant le cens et acquérant, par conséquent, des droits et devoirs de citoyenneté tels que le vote et la participation à un jury populaire. Le président de Marbaix veillera, tout au long du procès, à guider les jurés dans l’exercice de leurs fonctions377. La liste des jurés fournie par La Gazette de Mons du 2 décembre 1861 propose 30 jurés effectifs et quatre jurés supplémentaires. Parmi ces 30 jurés, on compte notamment quatre juristes, huit propriétaires, sept conseillers communaux, trois médecins, trois brasseurs, un rentier et un ingénieur civil378. Plusieurs viennent de Mons ou Tournai mais pour le reste, certains habitent des villages qui ont été attaqués par la Bande noire tels qu’Aiseau, Courcelles ou Roux. Sont proposés sur cette liste également Basile Mantia et Augustin Colinet qui sont eux-mêmes témoins dans l’affaire. Ils seront retirés de la liste immédiatement après l’ouverture de l’audience379. Il va de soi que ce groupe de citoyens appelé à décider du sort des brigands de la Bande noire n’appartient pas à la même classe sociale que la population jugée. Au contraire, leur mode de vie est très probablement bien plus proche de celui des victimes qui sont elles aussi rentières, propriétaires, médecins, etc. Parmi ces trente jurés, douze seulement, ainsi que deux suppléants ont été désignés au sort pour participer aux débats380. Le chef du jury est un avocat, Me Harmignie, déjà réputé pour avoir joué un rôle important dans de grands procès d’assises montois381. Ce personnage prend la parole au cours des débats au nom de l’ensemble des jurés. Durant les séances, il intervient souvent pour demander certaines précisions quant aux points évoqués. En ce qui concerne les témoins à charge, ils sont au nombre de 158 et sont tous assignés à comparaître par une requête du ministère public. Si l’on en croit les archives du Parquet général, une vingtaine de témoins ont fourni une déclaration d’incapacité à aller témoigner382. Il n’existe par contre aucun témoin à décharge.

  • 383 Généralement, la cour d’assises siège de manière intermittente tous les trois mois mais il arrive (...)
  • 384 Pouvoir ordonné par une ordonnance du premier président de la dite cour d’appel de Bruxelles datan (...)

5À dix heures, la cour entre dans la salle avec à sa tête le président de Marbaix383 qui, en tant que conseiller de la cour d’appel de Bruxelles va mener les discussions384. Il est accompagné de ses deux assesseurs : Me de Rasse, le président du tribunal de première instance de Mons ainsi que de Me Petit, le second juge du tribunal de première instance de Mons. Habillé d’une élégante toge rouge brodée d’hermine, Charles-Victor de Bavay, le Procureur général près de la cour d’appel de Bruxelles est également prêt à remplir la fonction d’« avocat de la société ». Tout le monde sait qu’il a occupé cette même fonction lors du procès de Coucke et Goethals qui a mené les deux Flamands à l’échafaud.

  • 385 L’Indépendance Belge, 24 décembre 1861, p. 3.
  • 386 Qualificatif qui sera utilisé par la presse tout au long du procès. La Gazette de Mons, 3-4 décemb (...)
  • 387 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 45, 1860, Procès-verbal des séances de la cour d’assises du Hai (...)
  • 388 Cette description est en accord avec la théorie phrénologique de l’époque. L’Ami de l’Ordre, 24 dé (...)
  • 389 L’Ami de l’Ordre, 24 décembre 1861, p. 2.
  • 390 L’Indépendance Belge, 24 décembre 1861, p. 3.

6Une fois installé, le Président de la cour ordonne l’entrée des accusés. La tension qui envahit le public présent dans la salle est presque palpable385. Tous les regards se portent vers le banc des accusés où prennent place alors les quatorze individus. Ils sont placés sur deux rangées dans l’ordre prévu par l’acte d’accusation : à l’arrière, Jean-Baptiste est placé à côté d’Auguste, suivi de Joseph Leclercq, et d’Alexandre, puis de Philippe, et ainsi de suite. Seul Rabet, l’« amoureux dénonciateur386 » a été placé plus loin des principaux protagonistes par peur d’éventuelles représailles. La rangée la plus à l’avant réunit Pierre Vanderavero, Chavée, Arvicius et les autres. Les accusés ne sont pas attachés lorsqu’ils sont à la barre mais sont malgré tout gardés par douze gendarmes postés derrière eux et attentifs à d’éventuelles tentatives d’évasion387. Chacun à son tour dévoile son nom, prénom, âge, profession, domicile et lieu de naissance. Plusieurs journaux s’accordent à dire que « la physionomie [des accusés] ne dénote pas des instincts aussi criminels qu’on l’aurait supposé388 ». Selon les dires de certains témoins, ils ont l’air amaigri et pâle. Seul Jean-Baptiste Boucher diffère du reste de ses comparses avec d’épais sourcils noirs et des traits extrêmement rudes389 qui lui donnent un air de « brigand hypocrite390 ». L’attitude des quatorze est dans l’ensemble très calme. Rabet ne cesse de verser d’abondantes larmes et se cache la figure dans un mouchoir. Tous portent une blouse bleue déjà usée.

  • 391 CIC, art. 293.

7Le banc de la défense, qui est disposé devant les accusés, est constitué de dix avocats, tous commis d’office par le président de la cour391. Me Deprez représente Jean-Baptiste Boucher, Me Piquet (fils), représente Auguste Leclercq, Me Toussaint, Joseph Leclercq, et son oncle, François Hubinon, Me Laisné (fils) a été remplacé par Me Charles de Barolet pour défendre Alexandre Leclercq à sa demande, Me Huart défend Philippe Boucher et est assisté dans sa tâche de Me Boulard (fils). Me Halbrecq (fils) défend Léopold Rabet après avoir défendu un an plus tôt Goethals devant la même cour, Me François de Barolet défend Auguste Vanderavero, Me Masquelier (fils) représente Xavier Hubinon et enfin, Me Boulanger assure la défense de Pierre Vanderavero, Chavée, Arvicius, Gobert et Marie-Josèphe Leclercq.

  • 392 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 45, 1860, Procès-verbal des séances de la cour d’assises du Hai (...)

8Puisque les membres de la cour, l’officier du ministère public, le greffier, les jurés, les accusés et les témoins sont tous à la place qui leur est destinée, le Président peut désormais déclarer la première séance ouverte. Le président ordonne alors au greffier de lire « les arrêts de la cour d’appel de Bruxelles des six juillets et douze novembre 1861, portant renvoi des dits accusés à la cour d’assises du Hainaut, et les actes d’accusation dressés en conséquence de ces arrêts les 8 et 25 novembre dernier392 ». Une fois la lecture des dits arrêts faite, il est temps de procéder à celle de l’acte d’accusation.

2. La lecture de l’acte d’accusation

  • 393 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 45, 1860, Procès-verbal des séances de la cour d’assises du Hai (...)

9Le greffier lit l’acte d’accusation à voix haute. Cette lecture prend environ six heures, étalées sur deux séances393. La Gazette de Mons décrit celui-ci comme étant sous la forme d’un gros volume imprimé, de près de 200 pages,

[…] sur les marges desquelles sont rappelés, en forme de notes, les différents crimes commis et le nom des accusés qui sont présumés avoir pris part à leur perpétration. Sur la couverture du volume, on lit : Association contre les personnes et les propriétés. – Crimes commis dans les arrondissements de Charleroy, Nivelles, Dinant et Namur. – Acte d’accusation.

  • 394 La Gazette de Mons, 28 novembre 1861, p. 2-3.

10Un exemplaire du document a été distribué aux membres de la cour et aux jurés afin de leur permettre de suivre les débats394.

  • 395 À l’exception du Journal de Bruxelles qui ne publie que la partie finale de l’acte.

11L’exposé de cet acte a été rédigé par le Procureur général de Bavay en novembre 1861. La lecture en est une étape capitale dans un procès d’assises. Il a pour objectif d’exposer les faits de la façon la plus complète possible et dans un langage accessible à l’ensemble de l’assistance. Comme cela a déjà été signalé dans l’exposé des sources, l’acte d’accusation n’est pas contenu dans le dossier d’instruction de la Bande noire qui se trouve à Mons. Le seul témoignage que l’on ait du document nous est transmis grâce au résumé qui est publié dans les journaux. Il n’existe qu’une seule version de ce document qui sera publiée de manière identique par l’ensemble des quotidiens avant l’ouverture du procès395. Cette version ne peut qu’avoir été fournie par la justice à la presse.

  • 396 L’Indépendance Belge a consacré un supplément à l’acte d’accusation de la Bande noire et celui-ci (...)
  • 397 « Acte d’accusation. Cour d’assises du Hainaut. Association de malfaiteurs... », in L’Indépendance (...)

12Celui-ci se présente sous la forme d’un récit assez long396. Il revêt une forme très narrative, un texte accrocheur, proche de l’écriture journalistique. En guise d’introduction, l’acte d’accusation expose que des vols sont commis à répétition depuis plusieurs années, effrayant nos populations397. Plusieurs des agressions les plus violentes sont rapidement évoquées. Puis, la circonstance fortuite – « habilement utilisée par un officier de gendarmerie et par les magistrats de la localité » – qui mène à l’arrestation de Rabet et à ses aveux est, elle-aussi, racontée. Les différents membres de la bande ainsi que leurs antécédents avec la justice sont évoqués. Suit l’introduction, l’exposé détaillé de chacun des crimes et agressions perpétrés par la Bande de l’Entre-Sambre-et-Meuse. Chaque récit est précédé d’un titre exposant le numéro qui lui est attribué, le lieu, l’arrondissement, la date à laquelle celui-ci a été commis ainsi que les auteurs.

  • 398 Et cela, soit parce que les aveux sont contradictoires, parce que les accusés mentent ou refusent (...)
  • 399 Par exemple : « Le vol de Silenrieux est le premier que Boucher ait commis dans l’arrondissement d (...)

13Mais l’acte ne se limite pas à la description brute et objective des faits puisqu’il met en avant certaines déductions et remarques de type qualitatives. Ce texte ne laisse aucun doute quant à la vérité qu’il expose, alors que les documents de l’instruction, base probable de la rédaction de l’acte d’accusation, laissent beaucoup de questions de détails non élucidées398. La démarche du Procureur général est également analytique. Il parle du mode opératoire des bandits, des raisons pour lesquelles la justice a eu autant de mal à les arrêter, et suggère quelques hypothèses quant aux causes de participations ou d’absences de certains bandits à tel ou tel vol399.

  • 400 L’Ami de l’Ordre, 24 décembre 1861, p. 2.
  • 401 Ibid.
  • 402 Ibid.
  • 403 Ibid.

14La lecture de cet acte d’accusation a suscité de multiples réactions auprès de la foule ainsi qu’auprès des bandits. L’attitude de ces derniers fait l’objet d’une grande curiosité auprès de la presse qui dépeint leurs faits et gestes dans les détails. Jean-Baptiste Boucher a toujours été décrit par la presse d’une façon beaucoup plus sévère que les autres. Son attitude dérange. Il est critiqué pour son cynique et l’air de fierté qu’il arbore. Alors que les autres semblent larmoyants et parfois repentants, Boucher écoute avec « le plus vif intérêt » la lecture faite par l’acte et paraît même prendre du plaisir au récit de tous ses crimes400. Il est décrit comme « promenant sur la foule son ignoble regard401 ». D’après L’Ami de l’Ordre, Il a une vraie tête de brigand qui rappelle les « grands scélérats dont parlent les légendes402 ». Rabet aussi a changé d’attitude. Alors qu’au début, il est larmoyant, voir même repentant, au beau milieu de la lecture, « il est parti en un éclat de rire fou (peut-être songeait-il qu’il avait joué un bon tour à ses camarades)403 ».

3. Un procès-spectacle

15La lecture de l’acte d’accusation est achevée et les débats peuvent alors commencer. Cette étape est cruciale puisqu’elle est l’occasion pour la justice de donner publiquement la parole aux accusés et aux témoins et de les confronter entre eux. Le président mène l’entièreté des débats. C’est lui qui octroie la parole à chacun, Procureur général, avocats, témoins, et accusés.

  • 404 L’Ami de l’Ordre, 30 décembre 1861, p. 3.

16Il est difficile de savoir avec exactitude dans quelle langue se déroulent les discussions. Il est certain que l’utilisation du wallon est fréquente puisque beaucoup de phrases dites par les accusés et les témoins sont rapportées par plusieurs journaux dans cette langue, mais cela, uniquement dans La Gazette de Mons et L’Ami de l’Ordre, quotidiens locaux, alors que L’Indépendance Belge et Le Journal de Bruxelles (journaux à champ d’action national) ne rapportent pas d’informations en wallon. Mais nous ne sommes pas en mesure de dire si les témoins ou les accusés ont fait leurs déclarations en français, cela n’étant pas précisé par les quotidiens dépouillés. Nous savons par contre que deux témoins sont intervenus en flamand, ce qui a été traduit par un gendarme étant auparavant traducteur à Tournai404.

  • 405 Suite au témoignage de Félicité Hubert, Rabet déclare : « Je dis que lorsque quelqu’un est noir, i (...)
  • 406 L’Ami de l’Ordre, 26-27 décembre 1861, p. 2.

17Tous les témoins qui n’ont pas été exemptés vont défiler et répondre aux questions du président et du Procureur général. La séance est scrupuleusement organisée et chaque « acteur » judiciaire connait son rôle et s’y tient avec le plus grand sérieux. Dès qu’un individu prend la parole, il doit se lever. Sa parole est très souvent confrontée à celle des accusés, pouvant, parfois, le mettre dans une position délicate. Félicité Hubert, par exemple, qui est l’ancienne maîtresse de Rabet et première témoin du procès, a été impliquée dans les crimes par Rabet. Le bandit a prétendu qu’elle connaissait l’origine de ses activités depuis bien avant l’arrestation et qu’elle a même profité sans remord de la nourriture et de l’argent volé que lui ramenait son fiancé de ses expéditions405. Mais ses accusations n’ont pas été prises au sérieux par les autorités. Il en est de même pour Riquette, un voisin des Leclercq qu’ils ont accusé d’être venu voler avec eux406.

  • 407 L’Ami de l’Ordre, 11 janvier 1862, p. 2.
  • 408 L’Ami de l’Ordre, 10 janvier 1862.

18À l’occasion de ces débats, l’espace réservé au public est très rapidement rempli par la foule. À chaque journée entamée aux assises, la foule est plus nombreuse. Il y a ceux à l’extérieur du Palais, qui espèrent apercevoir les brigands entrer dans la voiture qui les mène à la prison et les autres, plus téméraires, qui tentent d’assister aux séances. Durant les sessions, le public est très attentif à ce qui se passe devant ses yeux. Tantôt riant, tantôt sous tension, il est décrit dans les journaux comme participant à un réel spectacle où se joue le sort de quatorze acteurs. Souvent les journaux décrivent les réactions de la foule par rapport à l’arrivée d’individus importants (les prisonniers, Félicité Hubert, le juge d’instruction Aulit qui est amené à témoigner à propos de son enquête, etc.). Du côté du public, chacun cherche à apercevoir ces assassins qui ont semé la terreur dans les campagnes hennuyères pendant aussi longtemps. Le président de la cour a même mis une partie du public à la porte de son tribunal pour un acte qu’il a désigné comme étant d’une « insolence inqualifiable ». L’acte en question a été causé par le public à l’arrière qui a crié « assis, assis ! » aux rangs de devant qui les empêchaient de voir les accusés407. Tout au long du procès, le public trop curieux profite des pauses pour se précipiter vers l’avant où sont placés les prisonniers afin de les apercevoir de plus près. Certains accusés jouent d’ailleurs de cette situation, preuve que la pression des premiers jours est quelque peu retombée. Pour l’anecdote, Rabet ne cesse de se dissimuler dans sa chemise afin de cacher son visage des curieux. Lorsque le public s’approche du banc des accusés et témoigne du désir de le voir, Auguste Vanderavero se charge d’exaucer leurs souhaits : il tire son voisin par les cheveux de façon à lui faire redresser la tête et être aperçu. « Cette manœuvre, qu'arrêtent aussitôt les gendarmes, se renouvelle plusieurs fois par jour »408.

  • 409 La Gazette de Mons, 24 décembre 1861, p. 2.
  • 410 Cette affirmation ne peut que mettre le quotidien en valeur, attendu que L’Ami de l’Ordre dispose (...)
  • 411 L’Ami de l’Ordre, 10 janvier 1862, p. 2.

19D’après La Gazette de Mons, les femmes semblent particulièrement friandes de ce genre de scène409. L’Ami de l’Ordre affirme que pour le procès, plus de vingt-neuf sténographes en provenance de tous les pays se sont rendus à Mons dans le but de décrire le procès. Seulement quatre d’entre eux ont pu trouver place dans l’enceinte du tribunal, ce qui explique probablement pourquoi les récits des journaux sont souvent très proches410. S’il n’est pas possible d’évaluer le nombre de personnes qui sont rassemblées dans l’auditoire destiné au public, il est certain que cet espace est beaucoup trop rempli. Les comptes-rendus des débats témoignent de fréquents rappels à l’ordre du président de la cour. Il a d’ailleurs ordonné à trois reprises de faire sortir une partie du public. Il semblerait même que pour la fin du procès, des cartes d’accès aux enceintes privilégiées aient été distribuées de façon à éviter la cohue de début du procès. Pour en disposer, chaque personne a dû en faire la demande bien à l’avance au Président de Marbaix ou au second Président de Rasse. Ces autorisations spéciales sont valables pour une demi-journée et les séances plus importantes, telles que celle du verdict qui se déroule en soirée, sont les plus prisées411.

  • 412 L’Ami de l’Ordre, 2-3 janvier 1862, p. 2.
  • 413 L’Indépendance Belge, 2-3 janvier 1862, p. 2.
  • 414 Plus précisément, Rabet maintient que le vol a été organisé par Jean-Baptiste Boucher et perpétré (...)

20Lorsque le crime de Couillet est abordé dans les débats, la tension est encore plus importante. Devant le Palais, l’affluence des jours précédents n’est en rien comparable à celle du 2 janvier 1862. Les gendarmes sont obligés de faire de véritables charges pour repousser la foule. À l’intérieur de la salle également, c’est devant un public très tendu que Léopold Rabet, Joseph Leclercq et les autres sont interrogés. D’ailleurs, à l’évocation du crime et des blessures de la veuve Dubois, une personne s’est même évanouie dans l’assistance, ce qui a obligé le président à exiger la sortie d’une quarantaine de personnes412. L’affaire de Couillet est longuement abordée. Plusieurs témoins ont comparu à la barre mais les échanges principaux ont été effectués entre le Procureur général de Bavay et Léopold Rabet, le seul à avoir remis en doute l’intervention de Coucke et Goethals dans l’agression de Couillet413. Il tient à cœur au Procureur général de déceler le mensonge du détenu, si mensonge il y a. Sitôt que Rabet argumente, sitôt que de Bavay démonte son raisonnement. Léopold Rabet maintient tout ce qu’il a dit à Charleroi : que les deux Flamands sont totalement innocents au vol commis chez Dubois, qu’il n’a jamais rencontré Goethals et que la Bande noire a utilisé un coutre de charrue et une chandelle pour voler chez la veuve414. Or, les indices et témoignages vont dans un autre sens puisqu’ils privilégient une pioche et une lanterne, outils qui ont été retrouvés chez le piocheur Goethals. Joseph Leclercq confirme la version de la police. Quant à Jean-Baptiste Boucher, il confirme que le coup a été remis à deux fois et qu’il l’avait lui-même organisé. Cependant, il dit ne pas savoir quand celui-ci a été commis, et ne pas avoir connaissance de la présence de Flamands. Il dit également qu’Auguste Leclercq lui aurait avoué qu’il a été à Couillet. Mais il ne sait rien concernant la présence du Crollé, Joseph et de l’oncle. Par la suite, le président évoque plusieurs attitudes des voleurs de Couillet qui s’écartent du modus operandi de la Bande noire. Parmi ceux-ci, il y a le fait que les voleurs de Couillet aient frappé sans que la victime n’ait représenté une réelle menace, fait qui ne fait pas partie des habitudes de la Bande noire.

  • 415 L’Indépendance Belge, 2-3 janvier 1862, p. 2.
  • 416 L’Ami de l’Ordre, 2-3 janvier 1862, p. 2.
  • 417 Ibid.

21Durant tous ces échanges, le Président et le Procureur général tentent de faire avouer Rabet. Ils vont lui prouver que ses affirmations sont contredites par tous, témoins et coaccusés. Rapidement, la promesse de commutation de peines est évoquée par le Président. La justice craint que Rabet ne souhaite la tromper pour s’assurer d’échapper à la peine de mort. En avouant en avril 1861, Rabet a fait référence à un dénommé Janssens qui a vu sa peine commuée à trois ans d’emprisonnement parce qu’il a avoué un crime qu’il avait commis et pour lequel d’autres avaient été condamnés auparavant415. D’après eux, Rabet pourrait à son tour souhaiter jouir de cette même « grâce inespérée »416. Le Procureur général, quant à lui, soutient la théorie selon laquelle Rabet et Auguste étaient les deux Wallons de Couillet ; qu’ils faisaient tous deux le guet et que les trois Flamands sont entrés dans la maison. D’après lui, Boucher n’aurait pas commandité un vol sans y envoyer une personne en qui il avait entièrement confiance : Auguste (sachant que Rabet était encore novice à cette époque). Mais les autorités ne sont pas au bout de leurs surprises avec Léopold Rabet. L’Ami de l’Ordre déclare dans son compte-rendu de la séance du 2 janvier 1862, que celle-ci a débuté dans l’après-midi par le témoignage du gendarme André qui a affirmé avoir entendu Rabet annoncer à un codétenu, dans la cour de la prison, qu’il avait déjà fait avaler des « couyonnades » au Procureur général la veille et qu’il ne s’en priverait pas aujourd’hui non plus417. Cependant, le quotidien est le seul à rendre compte de ce témoignage, ce qui rend l’information plus fragile. Cette anecdote relèverait plus d’une manière pour le journal catholique de défendre de Bavay en décrédibilisant totalement Rabet. Face aux nombreuses accusations de mensonges et aux versions qui démentent ses assertions, Rabet se positionne comme un martyr face à tous :

  • 418 Phrase éloquente qui est elle aussi critiquée par le Procureur général puisque chacun sait que Rab (...)

C'est parce que le public, la justice et mes complices sont contre moi. Je suis comme un homme crucifié pour les autres. Je ne demande rien que d'être exécuté le premier418.

22Les interrogatoires sont clôturés le 6 janvier à 12h.

4. Le réquisitoire du Procureur de Bavay

  • 419 L’Indépendance Belge, 7 janvier 1862, p. 4.

Messieurs, vous êtes appelés à juger quatorze accusés composant deux familles de malfaiteurs, à l’exception de Chavée, d’Arvicius et de Gobert Lefèvre. Quelques-uns de ces accusés n’ont pris part qu’à des faits isolés […]. Les autres, n’ont pas seulement à répondre de cinquante-deux crimes, mais encore ils ont à répondre d’un crime assez rare dans nos faits criminels, celui d’association419.

  • 420 Ibid.
  • 421 Ibid.

23Le Procureur général représente le ministère public dans ce procès en assises. De ce chef, il s’adresse publiquement au jury afin de développer les charges d’accusation contre les prévenus et de requérir l’application de la loi en conséquence. Deux heures durant, il commente le cas des membres de la Bande noire. Il rappelle qu’il s’agit de deux familles – Les Leclercq, d’un côté, et les Boucher de l’autre – que Jean-Baptiste et Auguste sont les chefs de la bande420. Charles-Victor de Bavay précise que le crime d’association de malfaiteurs est durement puni par les articles 265 et 266 du code pénal et que la loi est encore plus sévère avec les organisateurs et les directeurs de l’association. Cependant, tous ne font pas partie de cette association de malfaiteurs. Marie-Josèphe Leclercq, Chavée et Vanderavero père n’ont suivi les autres bandits qu’à une seule occasion qui varie de l’un à l’autre. En conséquence de quoi, ils doivent être punis pour ces seuls faits. Il parle également du fait que les bandits de l’association sont des voleurs émérites, mal équipés, certes, mais armés et préparés. Ils ont d’ailleurs disposé d’atouts importants tels que le chemin de fer qu’ils prenaient pour se rendre dans les villages d’autres arrondissements que les leurs421.

  • 422 Le Journal de Bruxelles, 8 janvier 1862, p. 3.
  • 423 L’Indépendance Belge, 7 janvier 1862, p. 4.

24Le cas de Rabet est encore différent. S’il n’a joint la bande qu’en 1860, force est de constater qu’il n’en est pas moins un grand voleur. « Et qui dit voleur, dit aussi menteur », précise-t-il. Sans son intervention, personne en Belgique, n’aurait remis en question la culpabilité des deux Flamands et « le bien jugé du verdict du jury du Hainaut ». Cependant, il en est autrement. Mais Rabet, soutient le Procureur, ment et « jamais, les assertions d’un voleur aussi notoire que Rabet ne parviendront à contredire les renseignements recueillis par la justice et ne jetteront le doute dans les esprits422 ». Selon de Bavay, Jean-Baptiste, Rabet et Auguste sont les seuls à connaître la vérité. Il va même spéculer sur l’avenir en imaginant que Boucher, pour qui l’issue est déjà connue puisqu’il a avoué de son propre chef quarante des crimes, monnaiera une remise de peine par la dénonciation des marchands de graisse. L’avenir nous montrera qu’il a tort423.

5. La réponse des avocats de la défense

  • 424 « Le Procureur général n’a pas le droit de diviser les aveux, de les admettre lorsqu’ils sont favo (...)
  • 425 Le Journal de Bruxelles, 9 janvier 1862, p. 3.

25Les avocats de la défense plaident chacun oralement devant les jurés en faveur de leur client. Plusieurs d’entre eux usent d’arguments de poids et font appel à la sensibilité du jury afin de demander sa clémence. Mais il est certain que la défense de l’un ou l’autre accusé n’a pas le même enjeu puisqu’ils n’ont pas tous été impliqués de la même manière dans les vols et que les arguments qui ont été avancés n’ont pas non plus la même valeur. Beaucoup de ces défenseurs ont essayé de démontrer que les accusations du Procureur général ne sont pas toujours aussi fondées qu’il voudrait le faire croire puisque les preuves sont trop fragiles et qu’il considère certaines informations comme étant des faits avérés alors qu’il n’en est rien. Par exemple, aucun témoin n’a déclaré avoir reconnu les accusés comme étant ceux qui les avaient agressés. Ces critiques ont généralement été faites avec réserve par les avocats, à l’exception des propos de Me Masquelier, le défenseur du petit Thomas. Il a reproché au Procureur général de considérer à son gré les aveux des accusés comme étant des vérités ou des mensonges424. Cette accusation a été mal prise par le Procureur général qui s’est défendu de n’avoir jamais tronqué des faits pour les besoins de sa cause425. À la suite de quoi, l’avocat de la défense n’a eu d’autre choix que de s’excuser. À noter qu’à la suite de cette accusation, il est impossible de savoir si celle-ci a eu un quelconque écho au sein du Jury.

  • 426 Ibid.
  • 427 Ibid.

26Mais ici, l’objectif des avocats n’est pas de prouver l’innocence des accusés parce qu’ils ont, pour la plupart, avoué. Et si les auteurs des vols ont été démasqués, ce n’est que grâce à l’aveu et l’auto-dénonciation de chacun d’entre eux, et cela – à l’exception de Rabet – sans aucun marchandage. L’idée est donc, bien plus, de trouver des arguments qui vont permettre de justifier ou d’« excuser » leurs actes et donc, de limiter la peine qui leur sera infligée. L’argument récurrent qui est employé dans ces différents plaidoyers est celui selon lequel l’environnement des malfrats, en plus de l’inefficacité de la justice, seraient la cause de l’activité criminelle des quatorze accusés. Cependant, cet environnement revêt une importance différente selon l’approche choisie par chacun des représentants de la défense. Pour plusieurs avocats, l’environnement qui a poussé leur client dans la carrière du crime est la famille. Des accusés tels qu’Alexandre Leclercq, et Philippe Boucher ont avoué s’être sentis pris au piège de la bande criminelle de laquelle ils n’ont pas osé s’extraire, par peur des représailles de la part de leurs complices426. Le petit Thomas est également considéré comme une victime de son frère Auguste aux instincts pervers qui l’a amené dans la carrière du crime427.

27La misère et le manque d’éducation en tant qu’environnements néfastes sont également évoqués. Le manque d’éducation, d’abord, a été exposé par l’avocat de Joseph Leclercq et de François Hubinon, l’oncle des Leclercq dans son plaidoyer. Il y aborde une certaine critique de la société qui est conforme aux théories sociales encore embryonnaires pour l’époque. Pour lui, si ces criminels avaient reçu une meilleure instruction, et si leur sens moral avait été plus développé, ils n’auraient très probablement pas glissé sur la pente raide de la criminalité. Et il poursuit en disant :

  • 428 Ce à quoi le Procureur général a rétorqué : « Je suppose que l’instruction obligatoire était un mo (...)

Je crois, messieurs, que nous touchons au jour où la société comprendra qu’elle doit l’instruction à tous ses membres et que nous touchons au jour où la loi proclamera l’instruction gratuite et obligatoire. Ce jour-là, la société aura le droit d’être sévère et inexorable pour le crime428.

  • 429 Le cas de Philippe Boucher a été abordé par Me Boulard, de Rabet, par Me Halbrecq, et d’Arvicius p (...)

28Quant à l’argument de la misère qui a poussé les individus de la Bande noire à agir, il est récurrent dans les exposés. La « corde sensible » des jurés est sollicitée lorsque les avocats de la défense décrivent les accusés comme étant d’honnêtes travailleurs jusque passés l’âge de trente ans, au moment où ils ont eu la responsabilité d’un foyer, responsabilité qu’ils n’ont pu assumer autrement que par le vol429.

29Deux avocats ont abordé l’effet néfaste que la presse a sur l’image des membres de la Bande noire mais cette question importante sera abordée plus longuement par la suite.

6. Le verdict du jury

  • 430 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 45, 1860, Procès-verbal des séances de la cour d’assises du Hai (...)
  • 431 L’Ami de l’Ordre, 10 janvier 1862, p. 2.

30Le temps des auditions, du réquisitoire et des plaidoiries est à présent terminé. Après les avoir écoutés avec la plus grande attention, il est l’heure pour les douze membres du jury de se retirer pour délibérer430. Huit-cent-septante-six questions lui sont posées et il devra, en huis-clos, y répondre par l’affirmative ou par la négative. Ces questions sont d’abord lues par l’huissier devant toute l’assemblée et sont soumises au président du jury. Les premières questions ont été publiées dans L’Ami de l’Ordre qui reste très attentif à donner une description des plus complètes des débats431. En voici quelques-unes :

1. Jean-Baptiste Boucher est-il coupable, d’avoir en Belgique, depuis moins de dix ans, fait partie d’une association de malfaiteurs contre les personnes et les propriétés ? (les sept questions suivantes reprennent le même intitulé en substituant le nom de Boucher par ses complices.)

9. Jean-Baptiste Boucher est-il coupable d’avoir été l’auteur de cette association ?

10. Jean-Baptiste Boucher est-il coupable d’avoir été le directeur de cette association ?

  • 432 L’Indépendance Belge, 10 janvier 1862, p. 3.
  • 433 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 45, 1860, Procès-verbal des séances de la cour d’assises du Hai (...)
  • 434 L’Ami de l’Ordre, le 10 janvier 1862, p. 2.
  • 435 Ibid.
  • 436 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 45, 1860, Procès-verbal des séances de la cour d’assises du Hai (...)

31Les huit cent soixante autres questions concernent les cinquante-cinq vols repris dans l’acte d’accusation. Celles-ci sont particulièrement axées sur les circonstances aggravantes des faits commis. L’audience est levée à une heure de l’après midi, heure à laquelle commence la délibération432. La réponse des jurés est rédigée sur douze fois huit-cent-septante six bulletins marqués du timbre de la cour d’assises433. Chacune des réponses – oui/non – sera réunie et comptabilisée par le président du jury. Les décisions sont prises à la majorité et le nombre de voix ne doit être signalé à la cour que dans le cas où il y a une majorité simple (soit sept voix contre cinq). Dans ce cas, l’article 2 de la loi du 5 mai 1849 prévoit que ce soit la cour qui délibère définitivement434. Ces 10 512 bulletins sont brulés après chaque scrutin. La chambre de délibération est sous haute surveillance et nul ne peut en sortir tant que les questions ne sont pas toutes traitées. Seul le président de la cour est autorisé à pénétrer dans la salle, et ce, uniquement sur demande écrite435. Quant aux deux jurés suppléants, ils ont assisté à tout le procès au côté des autres mais sont appelés à se retirer avant la délibération436.

32À sept heures et demie, les accusés sont ramenés de la prison au Palais pour entendre leur sentence.

  • 437 L’Ami de l’Ordre, 11 janvier 1862, p. 2.

Le triste cortège se déroule lentement dans les rues et s'engouffre dans la cour intérieure dont les portes se referment sur lui. Les accusés descendent un à un. Le gendarme chargé de la garde de chacun d'eux, prend le bras du prisonnier qui lui est confié, l'aide à gravir les marches étroites du perron, le conduit dans la salle où pénètrent seuls ceux que poursuit la loi, et où il attend le cœur rongé d'angoisses que la question de vie ou de mort, impénétrable encore, soit résolue dans la chambre voisine437.

33La délibération du jury n’a pas duré longtemps puisqu’à huit heures précises, la sonnette annonçant que le travail est terminé se fait entendre. « La cour, messieurs, chapeau bas ! ». Tous les acteurs du procès ont repris leur place et un calme surprenant envahit la salle. Le chef du jury se lève et, la main placée sur le cœur, déclare : « sur mon honneur et ma conscience, devant Dieu et devant les hommes, la déclaration du jury est… ». Alors commence la lecture des réponses. Chaque question est reprise une par une, suivie de sa réponse. Il est établi que les huit principaux accusés que sont les deux frères Boucher, les trois frères Leclercq, Rabet, François Hubinon et Auguste Vanderavero ont fait partie d’une « association de malfaiteurs contre les personnes et les propriétés ». Par contre, il est établi à sept voix contre cinq que Jean-Baptiste Boucher est l’auteur et le directeur de l’association en question. Ce résultat a amené par la suite la cour à se retirer pour délibérer sur cette question, ce à quoi elle rend la réponse affirmative : Boucher est considéré comme le directeur de l’association devant la loi. En outre, le jury se refuse à confirmer la théorie du Procureur général selon laquelle Auguste Leclercq est présent au crime de Couillet. Au total, Jean-Baptiste Boucher doit répondre de 40 vols, les Leclercq de 45, Rabet de 15, et enfin, François Hubinon en a 7 à sa charge. Parmi leurs nombreux crimes, il y en a 17 qui réunissent les circonstances aggravantes prévues par le code pénal : la nuit, le nombre de voleurs, l’usage des armes, l’effraction intérieure ou extérieure et les violences ou menaces.

  • 438 Le Courrier de l’Escaut, 10 janvier 1862, p. 2.
  • 439 L’Ami de l’Ordre, 11 janvier 1862, p. 2.

34Les sentences qui ont été prises par la cour sont conformes à la requête faite par le Procureur général dans son réquisitoire quant à l’application de la loi pénale : tous, en plus du fils Vanderavero sont condamnés à la peine de mort et l’ordonnance de la cour prévoit qu’ils soient guillotinés sur la place de Charleroi. Quant aux autres, Arvicius est condamné à 5 ans de réclusion, le petit Thomas, à 15 ans de correction, et Gobert, Chavée et la sœur Leclercq sont acquittés d’après l’article 358 du code d’instruction criminelle438. L’ordonnance de la cour prévoit également que tous les objets volés soient restitués et que l’arrêt de condamnation soit affiché dans « les villes de Mons, Charleroi et dans les communes de Warêt-la-Chaussée, Montignysur-Sambre, Erpion, Corroy-le-Château, Malèves-Ste-Marie-Wastines, Renlies, Obaix, Couillet, Jemelle, Villers-le-Gambon, Cerfontaine, Gilly, Aiseau, Gozée, Chastre, Sombreffe et Gembloux439 ».

7. Neuf condamnés à mort

35Le verdict des condamnations a été rendu le 9 janvier à onze heures du soir. Dès le lendemain, chaque journal y va déjà de ses commentaires sur cette très impressionnante condamnation qui a frappé neuf individus. Les arguments en défaveur de leur peine de mort font déjà couler beaucoup d’encre. Des doutes sont émis par L’Indépendance Belge quant à la mort effective des neuf condamnés sur l’échafaud. Et le quotidien d’avoir raison puisqu’en Belgique à cette époque, la sévérité d’un jury populaire n’a d’égal que la grâce du souverain.

  • 440 Les plaignants avaient introduit un pourvoi en cassation en rapport à deux points de procédure qui (...)
  • 441 AÉM, Cour d’assises du Hainaut (rôles), 1860-1891, p. 10.

36Philippe Boucher et le petit Thomas se pourvoient en cassation le 11 janvier 1862, arrêt qui est rejeté le 17 février suivant, confirmant ainsi l’arrêt de la cour d’assises440. Quant aux autres, ils font appel à la clémence royale et tous, à l’exception de Jean-Baptiste Boucher et Auguste Leclercq ont vu leur peine commuée en travaux forcés à perpétuité, d’après un arrêté royal du 26 mars 1862441.

8. Le supplice de la guillotine

  • 442 L’Indépendance Belge fait un récit très détaillé de cette annonce et des instants qui y ont succéd (...)

37Le rejet de leur demande de grâce, Jean-Baptiste et Auguste l’apprennent le 28 mars 1862 à dix-neuf heures de la bouche du directeur de la prison de Charleroi et de l’aumônier. Leur exécution est prévue pour le lendemain, à neuf heures du matin442. Très tôt, le 29 mars, les deux condamnés assistent à la messe et se rendent à confesse. Ils ont, par la suite, été autorisés à rendre visite à leurs anciens complices et à leur famille. Le journal témoigne d’une vive émotion. Vient alors le temps du dernier tabac, de la toilette et des tout derniers préparatifs.

  • 443 Notons que dans la description de ce jour funeste, L’Indépendance Belge évalue le nombre de person (...)
  • 444 À noter que le spectacle d’une femme assistant à ce genre de scène choque plus mais ce n’est pas p (...)

38À l’extérieur, la nouvelle macabre s’est répandue avec une très grande rapidité dans la ville de Charleroi et dans toutes les communes voisines. Avant même que le jour ne se soit levé, la foule arrive déjà de tous coins. L’instrument du supplice est dressé et attend l’arrivée des condamnés pour accomplir son travail de mort. Le Journal de Bruxelles estime la foule présente sur les lieux à 20 000 personnes443. Les femmes y figurent d’ailleurs en grand nombre. Il y a même « de jeunes enfants que des parents barbares portaient sur leurs bras pour les faire jouir du sanglant spectacle qui allait se dérouler sous leurs yeux444 ».

39Le bourreau et ses deux aides sont venus chercher les deux accusés et leur confesseur à la prison. Ils ont été emportés vers la Grand-Place de Charleroi dans la charrette des condamnés entourée d’un important peloton de gendarmes. La voiture a eu beaucoup de peine à traverser la foule. Il y avait du monde à toutes les fenêtres.

  • 445 Article tiré du Journal de Charleroi, in L’Indépendance Belge, 30 mars 1862, p. 2.

En descendant de la charrette, Boucher a pour la dernière fois embrassé étroitement le Christ, puis il a été livré aux exécuteurs. Il a gravi courageusement les degrés, et les aides du bourreau se sont emparés de lui, l’ont couché sur la fatale planchette, un grincement s’est fait entendre, la tête de Boucher a roulé dans le panier, son corps a été précipité sous la guillotine et son âme a été lancée dans l’éternité ! Une minute après, Leclercq montait à son tour sur l’échafaud. Un nouveau grincement s’est fait entendre et la vindicte publique était satisfaite. La foule s’est écoulée lentement, vivement impressionnée par le spectacle terrible auquel elle venait d’assister…445

Notes

369 L’Ami de l’Ordre, 24 décembre 1861, p. 2.

370 Ibid.

371 Ibid.

372 L’Indépendance Belge, 24 décembre 1861, p. 3.

373 L’Ami de l’Ordre, 24 décembre 1861, p. 2.

374 L’Indépendance Belge, 24 décembre 1861, p. 3.

375 A. De Marbaix est conseiller de la cour d’Appel de Bruxelles depuis 1854.

376 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 45, 1860, Procès-verbal des séances de la cour d’assises du Hainaut, 24 décembre 1861-9 janvier 1861.

377 CIC, art. 267.

378 La Gazette de Mons, 2 décembre 1861, p 2.

379 L’Indépendance Belge, 24 décembre 1861, p. 3.

380 Ont été conservés dans la liste des 30 jurés, deux avocats, aucun médecin ni ingénieur, quatre conseillers communaux, trois propriétaires, un marchand et deux aubergistes. AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 45, 1860, Procès-verbal des séances de la cour d’assises du Hainaut, 22 aout 1860-25 aout 1860.

381 Il a notamment été l’avocat de Mme de Bocarmé dans l’affaire très médiatisée du Comte de Bocarmé qui a été accusé d’avoir assassiné son beau-frère en vue de toucher la totalité de l’héritage de son épouse. Le comte a été guillotiné à Mons en 1851. L’Indépendance Belge, 24 décembre 1861, p. 3.

382 AÉA, Parquet général près la cour d’appel de Bruxelles, 1861-1862.

383 Généralement, la cour d’assises siège de manière intermittente tous les trois mois mais il arrive que des sessions extraordinaires soient organisées. Dans ce cas, la date de début d’une session extraordinaire a été décidée par le Premier Président près de la cour d’appel. CIC, art. 261.

384 Pouvoir ordonné par une ordonnance du premier président de la dite cour d’appel de Bruxelles datant du 26 novembre 1861. AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 45, 1860, Procès-verbal des séances de la cour d’assises du Hainaut, 24 décembre 1861-9 janvier 1861.

385 L’Indépendance Belge, 24 décembre 1861, p. 3.

386 Qualificatif qui sera utilisé par la presse tout au long du procès. La Gazette de Mons, 3-4 décembre 1861, p. 2.

387 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 45, 1860, Procès-verbal des séances de la cour d’assises du Hainaut, 24 décembre 1861-9 janvier 1861.

388 Cette description est en accord avec la théorie phrénologique de l’époque. L’Ami de l’Ordre, 24 décembre 1861, p. 2 (Voir infra).

389 L’Ami de l’Ordre, 24 décembre 1861, p. 2.

390 L’Indépendance Belge, 24 décembre 1861, p. 3.

391 CIC, art. 293.

392 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 45, 1860, Procès-verbal des séances de la cour d’assises du Hainaut, 24 décembre 1861-9 janvier 1861.

393 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 45, 1860, Procès-verbal des séances de la cour d’assises du Hainaut, 24 décembre 1861-9 janvier 1861.

394 La Gazette de Mons, 28 novembre 1861, p. 2-3.

395 À l’exception du Journal de Bruxelles qui ne publie que la partie finale de l’acte.

396 L’Indépendance Belge a consacré un supplément à l’acte d’accusation de la Bande noire et celui-ci couvre quatre faces du quotidien qui lui sont exclusivement réservées. « Acte d’accusation. Cour d’assises du Hainaut. Association de malfaiteurs... », in L’Indépendance Belge, 13 décembre 1861 (supplément), p. 1-4.

397 « Acte d’accusation. Cour d’assises du Hainaut. Association de malfaiteurs... », in L’Indépendance Belge, 13 décembre 1861 (supplément), p. 1.

398 Et cela, soit parce que les aveux sont contradictoires, parce que les accusés mentent ou refusent d’avouer, ou soit parce que les témoignages sont trop flous. À l’occasion du vol de Temploux, par exemple, l’acte d’accusation avoue que les trois frères Leclercq qui sont les seuls à être accusés du vol chez Quairiat ont tous nié l’avoir commis mais que ce ne pouvait être qu’eux puisque le mode opératoire utilisé à Temploux revêt des caractéristiques semblables à d’autres crimes reconnus par la bande. « Acte d’accusation. Cour d’assises du Hainaut. Association de malfaiteurs... », in L’Indépendance Belge (supplément), 13 décembre 1861, p. 4.

399 Par exemple : « Le vol de Silenrieux est le premier que Boucher ait commis dans l’arrondissement de Dinant. Comme on ne le soupçonnait pas à cette époque, et qu’on ne l’avait pas inquiété de ce chef, il reparut dans une commune voisine… ». « Acte d’accusation. Cour d’assises du Hainaut. Association de malfaiteurs... », in L’Indépendance Belge (supplément), 13 décembre 1861, p. 2.

400 L’Ami de l’Ordre, 24 décembre 1861, p. 2.

401 Ibid.

402 Ibid.

403 Ibid.

404 L’Ami de l’Ordre, 30 décembre 1861, p. 3.

405 Suite au témoignage de Félicité Hubert, Rabet déclare : « Je dis que lorsque quelqu’un est noir, il noircit les autres. Il y a du vrai dans ce qu’elle dit, mais il y a aussi des menteries ». L’Indépendance Belge, 25 décembre 1861, p. 2-3.

406 L’Ami de l’Ordre, 26-27 décembre 1861, p. 2.

407 L’Ami de l’Ordre, 11 janvier 1862, p. 2.

408 L’Ami de l’Ordre, 10 janvier 1862.

409 La Gazette de Mons, 24 décembre 1861, p. 2.

410 Cette affirmation ne peut que mettre le quotidien en valeur, attendu que L’Ami de l’Ordre dispose probablement d’un des quatre envoyés spéciaux privilégiés qui sont parvenus à ramener des nouvelles inédites. Notons que les autres quotidiens dépouillés – L’Indépendance Belge, La Gazette de Mons, Le Courrier de l’Escaut et Le Journal de Bruxelles ont tous une version différente des débats. Quelques détails varient sensiblement et laissent entendre qu’ils auraient disposé également d’une sténographe dans la salle. L’Ami de l’Ordre, 26-27 décembre 1861, p. 2.

411 L’Ami de l’Ordre, 10 janvier 1862, p. 2.

412 L’Ami de l’Ordre, 2-3 janvier 1862, p. 2.

413 L’Indépendance Belge, 2-3 janvier 1862, p. 2.

414 Plus précisément, Rabet maintient que le vol a été organisé par Jean-Baptiste Boucher et perpétré par Auguste Leclercq, le Crollé, l’oncle Hubinon et lui-même. Il affirme qu’il faisait le guet sous un charriot alors que les autres sont entrés dans la maison et y sont restés une vingtaine de minutes avant de revenir le chercher et qu’il a entendu deux coups de feu.

415 L’Indépendance Belge, 2-3 janvier 1862, p. 2.

416 L’Ami de l’Ordre, 2-3 janvier 1862, p. 2.

417 Ibid.

418 Phrase éloquente qui est elle aussi critiquée par le Procureur général puisque chacun sait que Rabet est protégé de la peine de mort par l’accord qu’il a fait le 25 avril 1861 avec le juge d’instruction Aulit en échange de la dénonciation de ses complices. L’Ami de l’Ordre, 2-3 janvier 1862, p. 2.

419 L’Indépendance Belge, 7 janvier 1862, p. 4.

420 Ibid.

421 Ibid.

422 Le Journal de Bruxelles, 8 janvier 1862, p. 3.

423 L’Indépendance Belge, 7 janvier 1862, p. 4.

424 « Le Procureur général n’a pas le droit de diviser les aveux, de les admettre lorsqu’ils sont favorables à l’accusation, de les repousser lorsqu’ils sont favorables aux accusés », Le Courrier de l’Escaut, 9 janvier 1862, p. 2.

425 Le Journal de Bruxelles, 9 janvier 1862, p. 3.

426 Ibid.

427 Ibid.

428 Ce à quoi le Procureur général a rétorqué : « Je suppose que l’instruction obligatoire était un moyen de plaidoirie car nous ne sommes pas ici à la chambre des représentants (hilarité dans la salle) ». Ibid. ; Le Courrier de l’Escaut, 9 janvier 1862, p. 2.

429 Le cas de Philippe Boucher a été abordé par Me Boulard, de Rabet, par Me Halbrecq, et d’Arvicius par Me Boulenger. Le Journal de Bruxelles, 9 janvier 1862, p. 3.

430 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 45, 1860, Procès-verbal des séances de la cour d’assises du Hainaut, 24 décembre 1861-9 janvier 1861.

431 L’Ami de l’Ordre, 10 janvier 1862, p. 2.

432 L’Indépendance Belge, 10 janvier 1862, p. 3.

433 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 45, 1860, Procès-verbal des séances de la cour d’assises du Hainaut, 24 décembre 1861-9 janvier 1861.

434 L’Ami de l’Ordre, le 10 janvier 1862, p. 2.

435 Ibid.

436 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 45, 1860, Procès-verbal des séances de la cour d’assises du Hainaut, 24 décembre 1861-9 janvier 1861.

437 L’Ami de l’Ordre, 11 janvier 1862, p. 2.

438 Le Courrier de l’Escaut, 10 janvier 1862, p. 2.

439 L’Ami de l’Ordre, 11 janvier 1862, p. 2.

440 Les plaignants avaient introduit un pourvoi en cassation en rapport à deux points de procédure qui avaient été jugés non conformes par l’avocat de Philippe Boucher et de Xavier Hubinon. Ce pourvoi a été rejeté le 17 février 1862 et les demandeurs ont été « condamnés aux dépends ». Recueil général de la jurisprudence des Cours et Tribunaux et du Conseil d’État de Belgique. Pasicrisie belge contenant les arrêts rendus par la Cour de cassation, Bruxelles, 1862.

441 AÉM, Cour d’assises du Hainaut (rôles), 1860-1891, p. 10.

442 L’Indépendance Belge fait un récit très détaillé de cette annonce et des instants qui y ont succédé : la discussion entre le directeur, l’aumônier et les deux accusés, ainsi que l’heure d’après durant laquelle Boucher et Leclercq ont discuté tranquillement, se rappelant « leur triste passé ». L’Indépendance Belge, 30 mars 1862, p. 2.

443 Notons que dans la description de ce jour funeste, L’Indépendance Belge évalue le nombre de personnes présentes à pas moins de 30 000. L’Indépendance Belge, 30 mars 1862, p. 2.

444 À noter que le spectacle d’une femme assistant à ce genre de scène choque plus mais ce n’est pas pour autant qu’elles soient effectivement en plus grand nombre. Le Journal de Bruxelles, 30 mars 1862, p. 3.

445 Article tiré du Journal de Charleroi, in L’Indépendance Belge, 30 mars 1862, p. 2.

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search