Version classiqueVersion mobile

La Bande noire (1855-1862)

 | 
Laure Didier

Troisième partie. Le temps du procès

Introduction

Texte intégral

1Ce chapitre est consacré au second temps de l’histoire de la Bande noire : le temps du procès. Maintenant que l’ensemble de la bande est sous les verrous, le rapport de force entre bandits et justice s’est inversé. Ils doivent rendre des comptes et la justice entend bien établir publiquement la culpabilité de ces hommes qui ont bafoué l’autorité du nouvel État. Par la même occasion, la population dont la peur est jusque-là croissante, peut enfin souffler : ces bandits ne leur feront plus aucun mal.

  • 356 AÉA, Parquet général près la cour d’appel de Bruxelles, 1861-1862.

2Le chapitre qui va suivre à pour fil conducteur la chronologique des évènements qui se déroulent à la cour d’assises du Hainaut entre le 23 décembre 1861 et le 8 janvier 1862. Il se base sur des informations en grande partie recueillies dans la presse qui a très largement couvert l’affaire mais également dans les archives du Parquet général qui sont conservées à Anderlecht356. En ce qui concerne la presse, la qualité et le point de vue des différents résumés fournis par les journaux varie parfois d’un journal à l’autre. C’est pourquoi nous avons dû varier les sources journalistiques et procéder au dépouillement de six journaux.

3L’ouverture du procès et la première séance en cour d’assises, nous permet de présenter les différents acteurs et intervenants dans un procès en assises ainsi que plus particulièrement, l’attitude de la justice, des accusés et de la population lors de cette première séance. Ainsi, il est plus facile de mettre en exergue l’aspect ritualisé d’une séance en cour d’assises où le public a l’occasion d’assister au ballet des magistrats et où chacun a son rôle, son ordre d’intervention, le tout orchestré par le président de la cour. À l’ouverture du procès, suit la lecture de l’acte d’accusation, ainsi que les arguments apportés par les différentes parties tout au long des différentes séances : ministère public d’une part et avocats de la défense d’autre part ainsi que la réaction du public et l’attitude de la presse lors du procès.

Notes

356 AÉA, Parquet général près la cour d’appel de Bruxelles, 1861-1862.

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search