Version classiqueVersion mobile

La Bande noire (1855-1862)

 | 
Laure Didier

Deuxième partie. L'instruction de l'affaire de la Bande noire

Conclusion

Texte intégral

  • 348 Claude Bottamedi, La Mafia en Belgique, lutter contre le crime organisé, Gerpinnes, Quorum, 1997, (...)
  • 349 Qualificatif repris par la presse pour désigner également Auguste Leclercq dans son rapport à Jean (...)
  • 350 Albert Jottrand, Moneuse, un chef de bandits sous le Directoire, Mons, La Province, 1933, p. 90.

1Cette première partie a été l’occasion, dans un premier temps, de détailler les cinquante-cinq actions criminelles commises par la bande de malfaiteurs dans les arrondissements de Dinant, Namur, Nivelles et Charleroi entre 1856 et avril 1861. Ces actes ont fait appel à énormément de témérité, de violence et d’astuce pour être perpétrés pendant une si longue période sans que les auteurs n’aient été arrêtés malgré les soupçons. Pour ce faire, les bandits ont fait appel à un mode opératoire bien rôdé, qui a d’ailleurs été considéré comme étant leur « marque de fabrique » par les journaux qui, déjà à partir de 1860, parlent d’une association de malfaiteurs. Bien que certains aspects de leur organisation leurs soient aujourd’hui reconnus comme étant spécifiques – l’usage du chemin de fer étant de ceux-là – leur mode opératoire compte bon nombre de caractéristiques communes à d’autres bandes de voleurs agissant à la même époque. Les bandes de malfrats de l’époque sont généralement organisées, à l’instar de la Bande noire, selon un principe d’organisation familiale, de complicité ou de hiérarchie. Les repérages des maisons à cambrioler sont également reconnus comme étant généralement utilisés par les groupes de voleurs. Il arrive d’ailleurs que certains bandits soient familiers avec leurs victimes. Pour ne pas se faire reconnaître, ils font, eux aussi, l’usage de postiches, bonnets, fausses barbes, et autres travestissements348. Par exemple, Moneuse, chef de bandits français sous le Directoire, réalise des randonnées afin de repérer des endroits intéressant. Quand son choix est fixé, il réunit ses « lieutenants »349, distribue les rôles, arrête les détails de l’opération et pendant ce temps, il s’arrange un alibi en se rendant dans un endroit public, avant de finalement rejoindre ses hommes350. Il est important de signaler que l’organisation de la bande à Moneuse est quelque peu différente de celle de la Bande noire puisque Jean-Baptiste, celui qui est considéré comme le chef de l’association de malfaiteurs, n’organise pas ni n’impose de rôle à quiconque, cela se faisant au moment même.

  • 351 Paul Cassia, « Banditry », in David Levinson (ed.), Encyclopedia of Crime and Punishment, Massachu (...)

2Dans un second temps, la structure ainsi que l’identité de la bande ont été exposées en détails. Cela a été l’occasion de rappeler qu’il s’agit de deux familles émanant d’un milieu rural relativement pauvre. La criminalité familiale n’est pas rare dans les cas de banditisme – laquelle reste malgré tout relative. En effet, le lien sanguin renforce la confiance au sein de l’association criminelle351. Ces hommes sont pour la plupart des récidivistes, voire même – pour les trois frères Leclercq – probablement les « dignes descendants » d’une bande précédente. De plus, c’est en prison que les deux principaux protagonistes, Auguste et Jean-Baptiste, pour ne plus les nommer, se sont rencontrés en 1856.

  • 352 « Les régions les plus propices au banditisme sont, c’est bien connu, les régions reculées et inac (...)

3L’analyse du banditisme en général permet de dégager une particularité supplémentaire de la bande de l’Entre-Sambre-et-Meuse. Tous les théoriciens du banditisme – Hobsbawm, Blok, Levinson, etc. – s’accordent à dire que le banditisme a particulièrement émergé, pour l’ensemble des sociétés, lors d’une période de passage d’une société traditionnelle à un état moderne, industriel. Cette période correspond à la moitié du XIXe siècle en Belgique, époque précise d’activité de la Bande noire. De plus, Hobsbawm et Levinson en particulier, considèrent que le banditisme est un phénomène social qui est plus répandu en milieu rural isolé, voire même dans des régions montagneuses et plus difficiles à contrôler352.

  • 353 Cette information n’est aucunement fournie par la presse, et encore moins par le dossier d’instruc (...)

4Ce qui ressort de cette analyse des individus de la Bande noire et de leurs crimes, c’est surtout un sentiment de grande liberté et de puissance par rapport à la vie précaire et difficile qu’ils mènent au quotidien353. Lors de leurs expéditions, ils sont les seuls maîtres du jeu. Lorsqu’ils sont dans le besoin, il leur suffit d’aller se servir chez un plus riche. Leurs activités nocturnes leur ont permis de créer une petite communauté exclusivement masculine dont les membres se réunissent généralement la nuit, dans un cabaret, un hangar ou dans un champ pour parler, partager la goutte et jouer aux cartes. Une fois l’heure venue, ils s’en vont perpétrer leurs crimes, unique occasion pour eux d’avoir une emprise sur ceux qui les emploient en tant que journaliers, domestiques, etc. qu’ils sont ou ont étés.

  • 354 Axel Tixhon, « Police and Social Control in the Belgian Country Areas (1840-1885) », in Maria Ågre (...)
  • 355 Voir supra : Première partie. Contexte d’un fait divers en Wallonie au milieu du XIXesiècle.

5L’emprise qu’ils ont lorsqu’ils volent, ils l’ont aussi sur la police. La justice repose sur un réseau hétéroclite d’agents du maintien de l’ordre et s’avère être trop inefficace dans le contrôle de la criminalité et l’arrestation des criminels en milieu rural. Les bourgmestres et leurs délégués sont les principaux officiers présents dans les communes rurales354. Ils sont ceux qui connaissent le mieux la population et, nous l’avons vu, font fréquemment des rapports sur les rumeurs ou les impressions qui traversent les populations locales concernées aux Procureurs du Roi compétents. Les gendarmes sont également fort présents en matière de contrôle judiciaire des régions rurales. Malgré tout, ces deux agents sont souvent critiqués pour leur inefficacité et leur manque de professionnalisme. Quant aux commissaires de police, ils travaillent dans des brigades presque exclusivement urbaines en 1860 et interviennent par conséquent peu dans notre affaire. À partir des années 1860, le rôle des gendarmes et des commissaires de police sera croissant. Ce sont précisément des affaires telles que celle de la Bande noire qui ont amené le gouvernement à réagir par rapport au contrôle de la population et à la poursuite trop limitée de la criminalité355.

6Pour en revenir aux bandits, les membres de la Bande noire volent par besoin, certes, puisqu’ils attendent souvent une période importante entre deux vols, ce qui laisse supposer qu’ils attendent d’une part de ne plus avoir d’argent avant de recommencer, et d’autre part que la police ait relâché son attention sur les méfaits précédents. Cependant, les objets volés le sont souvent pour leur usage personnel, éventuellement à consommer sur place tels que la nourriture ou le vin qu’ils ont emportés. Ils ont aussi souvent laissé de l’argent, soit des pièces qui sont tombées et qu’ils n’ont pas ramassées, soit des billets de banque qu’ils n’ont pas pris. Preuve que leur besoin pourrait être quelque peu secondaire par rapport à l’activité criminelle en elle-même.

7Dans le cas de la Bande noire, on pourrait parler d’un « banditisme résiduel » qui fait suite à la grande vague de banditisme présente lors de la crise économique des Flandres à la fin des années 1840. Tous ont connu cette période. Certains ont grandi à ce moment-là tandis que d’autres sont déjà adultes. En 1855, soit moins de dix ans plus tard, la Belgique est en passe à un nouvel enrichissement et les membres qui constituent la Bande noire – individus parmi les plus pauvres de la population rurale d’Entre-Sambre-et-Meuse – n’arrivent pas à s’adapter.

8Le mois d’avril 1861 sonne la fin de leur liberté. Léopold Rabet est le premier à tomber. Semblable à un domino, il entraine dans sa chute le reste de la bande. La première arrestation signifie une nouvelle étape pour l’affaire. Les crimes de la bande ainsi que l’impact qu’ils ont eu sur la population ont, en grande partie, participé à la mise en place d’un procès d’une telle ampleur. Sans compter la presse, témoin de son temps qui couvre l’affaire et participe à créer l’image des bandits.

Notes

348 Claude Bottamedi, La Mafia en Belgique, lutter contre le crime organisé, Gerpinnes, Quorum, 1997, p. 25.

349 Qualificatif repris par la presse pour désigner également Auguste Leclercq dans son rapport à Jean-Baptiste Boucher, le chef de la bande.

350 Albert Jottrand, Moneuse, un chef de bandits sous le Directoire, Mons, La Province, 1933, p. 90.

351 Paul Cassia, « Banditry », in David Levinson (ed.), Encyclopedia of Crime and Punishment, Massachusetts, Sage, 2002, vol. 3, p. 97.

352 « Les régions les plus propices au banditisme sont, c’est bien connu, les régions reculées et inaccessibles, comme les montagnes plaines vierges, landes forêts ou estuaires avec leur dédale de criques et de cours d’eau ». Hobsbawm, Les bandits…, p. 34 ; Cassia, « Banditry… », p. 97.

353 Cette information n’est aucunement fournie par la presse, et encore moins par le dossier d’instruction, mais relève d’une impression générale une fois l’analyse approfondie des faits et des individus effectuée.

354 Axel Tixhon, « Police and Social Control in the Belgian Country Areas (1840-1885) », in Maria Ågren, Åsa Karlsson, Xavier Rousseaux (ed.), Guises of Power. Integration of Society and Legitimation of Power in Sweden and the Southern Low Countries ca 1500-1900, Uppsala, Opuscula, 2001.

355 Voir supra : Première partie. Contexte d’un fait divers en Wallonie au milieu du XIXe siècle.

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search