Version classiqueVersion mobile

La Bande noire (1855-1862)

 | 
Laure Didier

Deuxième partie. L'instruction de l'affaire de la Bande noire

Les forces de l’ordre sont sur leurs traces

Texte intégral

1. Des individus suspects

1La Bande noire a passé six ans à commettre des vols dans plusieurs arrondissements avant qu’elle n’ait pu enfin être arrêtée. Cependant, si elle n’a pas été découverte, c’est surtout grâce à l’intelligence et l’astuce de ses acteurs qui sont parvenus à éloigner les soupçons qui ont pesé sur eux. Toutes les astuces ont été utilisées pour ne pas se faire identifier : faux alibi, mensonges, caches, etc. Or, des soupçons, la police en a eu. Et ce, relativement tôt.

2Les premiers indices qui sont trouvés dans le dossier d’instruction ou dans l’acte d’accusation (pour les crimes commis entre mai 1856 et novembre 1858, dont, rappelons-le, le dossier d’instruction est exempt) datent déjà de 1857, soit plus de trois ans avant que la bande ne soit arrêtée. Mais ces informations témoignent d’épisodes ponctuels de surveillances qu’il est intéressant de détailler. Par contre, les sources ne permettent pas de retracer une datation exacte quant à l’évolution de ce contrôle policier sur la bande.

3Comme renseigné dans l’acte d’accusation, Philippe Boucher est soupçonné en septembre 1857, pour le vol commis à Grand-Leez. L’acte ne détaille ni les auteurs, ni les raisons de ces soupçons. À l’époque du vol, la victime est d’ailleurs confrontée à Philippe et elle reconnait des ressemblances entre sa figure, sa taille, le ton de sa voix et ceux d’un de ses agresseurs sans toutefois pouvoir l’affirmer avec certitude. Devant ce manque de conviction, la police n’a d’autre choix que de relâcher le suspect. À partir de cette période, Philippe et son frère sont sous la surveillance attentive et croissante des officiers judiciaires locaux. Et ce, à tel point que Philippe, qui a participé à de nombreux vols entre 1856 et 1857, va se limiter, pendant presque une année, à ne plus être qu’un informateur de la bande afin de se faire oublier quelque peu.

4La seconde fois que l’association de malfaiteurs est menacée, c’est à la suite du vol de Corroy-le-Château commis en janvier 1858 chez Henricot. Cette fois ce sont les frères Leclercq qui n’échappent pas à l’enquête des forces de l’ordre. Une visite domiciliaire est effectuée chez Alexandre Leclercq où de la laine Zéphir, semblable à celle retrouvée chez la victime, est découverte. Grâce à un tour de passe-passe bien pensé et rapidement exécuté, Auguste Leclercq arrive à fournir une explication et à dissiper les soupçons qui pèsent sur son frère.

  • 326 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 26-27/2, 1861, Procès-verbal de recherche concernant le vol de (...)
  • 327 « Acte d’accusation. Cour d’assises du Hainaut. Association de malfaiteurs... », in L’Indépendance (...)
  • 328 Ibid.
  • 329 Ibid.

5À partir de 1859, des documents attestent que les deux Boucher font l’objet d’une surveillance importante. Lors du vol de Renlies, l’étau commence à se resserrer sur Jean-Baptiste. Un témoin dit l’avoir vu sur la route en revenant de Renlies et le brigadier de Chastre le décrit déjà comme un « repris de justice de la plus dangereuse espèce326 ». Plusieurs visites domiciliaires sont effectuées à son domicile et les interrogatoires vont bon train. Cette enquête lui a valu une arrestation de six semaines ainsi que de huit jours pour son frère, Philippe327. À partir de ce moment-là, la surveillance envers Jean-Baptiste et son frère ne cessera de se renforcer. Le principal suspect va d’ailleurs se plaindre à ce sujet, « de ce qu’il suffisait maintenant de citer son nom pour l’exposer à de nouvelles poursuites328 ». C’est d’ailleurs à la suite d’une de ces nouvelles visites domiciliaires au cours de laquelle la police a saisi cinq cent francs chez Boucher, qu’il entreprend d’organiser le vol de Couillet, sans y participer afin d’être en mesure de prouver qu’il ne fait pas partie de cette fameuse bande de voleurs qui rôde dans la région. Et comme le dit le Procureur général dans son acte d’accusation, « Boucher a réellement atteint son double but, puisqu’on n’a plus songé à lui en 1861, lorsqu’il s’est agi des crimes de Gozée, de Gilly et d’Aiseau, et qu’on lui a restitué son argent, quelques jours après le crime de Couillet329 ».

6Quant au second frère Boucher, le commissaire de police de Gembloux est également attentif à son mode de vie suspect. Lorsqu’il est interrogé à propos de Philippe par le Procureur du Roi de Namur suite aux suspicions qui pèsent sur lui après le vol de Couillet, il répond :

  • 330 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 241, 1860, Correspondance du commissaire de police de Chastre a (...)

Je dois vous dire, Monsieur le juge, que j’exerce une surveillance toute spéciale à l’égard de cet individu depuis quelques temps, il ne travaille plus et bien souvent il fait des absences de la commune de 2, 3 et 4 jours. Je crois cet homme très dangereux330.

2. Les fausses pistes

7Avant 1861, il y a eu bien plus de fausses pistes que de soupçons envers des individus pouvant être des membres de la Bande noire. Beaucoup ont mené à des arrestations, et interrogatoires sérieux. Le plus souvent, ces soupçons sont basés sur les affirmations du bourgmestre de la commune dans laquelle le vol a été commis. « Mettre la police sur une piste » est finalement la tâche la plus importante qui incombe à un bourgmestre dans une instruction. Dans certains cas, il se peut que la gendarmerie ou la police fasse également part de ses soupçons auprès du juge d’instruction. Cette méfiance est généralement basée sur la réputation, la fama, que certaines personnes ont au sein de la communauté. Ainsi, sont généralement suspectés, les vagabonds, les anciens repris de justice et les domestiques en fonction ou ayant servi chez les victimes. Dans ce contexte de grande pauvreté en Flandres, les Flamands travaillant en Hainaut n’échappent pas non plus à ces suspicions. Tout ceci, partant du postulat que les voleurs évoluent dans la communauté proche de leur victime. Cependant, les malfaiteurs de la Bande noire n’ont justement pas agi en fonction de cette logique et c’est d’ailleurs ce qui leur a permis de rester libres jusqu’en 1861.

8Au total, le dossier de l’instruction de la Bande noire comprend vingt-trois arrestations de suspects, et cela sans compter les suspects qui ont été longuement interrogés sans avoir été arrêtés. Tous les renseignements ne sont pas réunis pour être en mesure de détailler systématiquement la durée de ces arrestations mais il y a tout de même certaines constatations à faire à ce sujet. À quelques exceptions près, un plus grand nombre de personnes – à savoir, dix-sept sur les vingt-trois – ont été arrêtées pour des vols commis après 1859, période à partir de laquelle la police commence à être sérieusement en alerte. En ce qui concerne l’aspect géographique, il n’existe pas de cohérence qui pourrait amener à dire qu’un arrondissement soit, de manière générale, plus prompt à trouver des suspects qu’un autre, avant de classer l’affaire sans suite.

  • 331 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 45, 1861, Poursuite contre les frères Vanderspiegelen et autres (...)
  • 332 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 45/3, 1861, Procès-verbal d’audition des témoins, Ferdinand Han (...)
  • 333 Les membres de la Bande noire entouraient leurs semelles de tissus et chaussettes afin d’éviter de (...)
  • 334 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 303 bis, 1861, Procès-verbal d’arrestation du nommé Pius Vander (...)
  • 335 Voir Plaidoyer de l’avocat de Léopold Rabet, Me Halbrecq. Le Journal de Bruxelles, 9 janvier 1861, (...)
  • 336 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, 1861, Ordonnance de mise en liberté, 2 mai 1861, Gilly-Hanoteau (I (...)

9Une accusation a été bien plus sérieuse que les autres et constitue une partie entière dans le dossier des pièces inutiles de Gilly. Celle-ci est nommée « Poursuite contre les frères Vanderspiegelen et autres331 ». Pierre-François Vanderspiegelen est l’ancien domestique de chez le docteur Hanoteau. Selon les dires du docteur, Vanderspiegelen a l’habitude de sortir souvent le soir, surtout les dimanches, pour revenir tard dans la soirée. Il est d’origine brabançonne332. Depuis qu’il a quitté Hanoteau, il travaille à la fosse Saint-Bernard de Gilly. Ce qui l’accuse, c’est qu’il n’a justement pas travaillé la nuit du 15 au 16 janvier, date à laquelle le docteur Hanoteau se fait attaquer. De plus, la servante de chez Hanoteau atteste qu’une chaussette laissée sur les lieux par les voleurs appartient au Flamand333. Ses deux frères deviennent également suspects. Tous trois n’ont pas d’alibi valable pour la nuit de l’attaque et ils ont déjà été en contact avec la justice. Les deux premiers – Pius et François Vanderspiegelen – sont arrêtés les 18 et 19 janvier 1861. Quant au troisième, Charles-Louis, il est arrêté deux semaines plus tard, soit le 15 février 1861334. Heureusement pour eux, la bande a été arrêtée quelques mois après les faits de Gilly puisqu’il a même été question de les envoyer en cour d’assises si l’aveu de Rabet ne les avait pas lavés de tout soupçon avant que la chambre des mises en accusation n’ait eu le temps de se prononcer335. Ils passeront tout de même trois mois en prison et ne seront libérés que le 2 mai 1861336.

3. Une arrestation tardive

10Le 9 avril 1861, Léopold Rabet est arrêté par la police. C’est le mélange de l’imprudence et de l’amour qui a valu au criminel, suivi de ses treize complices, leur face à face avec la justice.

  • 337 Accessoire en fonte ou en fer, en forme de cercle qui, lorsqu’il est placé sur l'ouverture du four (...)
  • 338 Tous les renseignements quant à l’arrestation de Rabet nous sont connus uniquement grâce à l’acte (...)

11Félicitée Hubert, veuve Poncelet, est mère de trois enfants et habite Philippeville. La dame est depuis quelque temps courtisée par Léopold Rabet qu’elle envisage d’épouser. Un soir, alors qu’elle recherche le cercle de poêle337 qu’elle a l’habitude de ranger sous un coffre, elle retire de l’emplacement, non pas l’outil espéré mais un pistolet à deux coups, armé et chargé338. Effrayée par sa découverte, elle interroge son fiancé, seul susceptible d’avoir apporté une arme dans son foyer. Rabet se justifie en prétextant que c’est pour la protéger, elle et sa famille, des voleurs qui parcourent les campagnes en ce moment. Cependant, la veuve n’est pas satisfaite de l’explication que lui donne Léopold. Et ce, d’autant plus qu’elle aperçoit fréquemment son amant avec des pièces d’or en main. Elle continue de l’interroger. Celui-ci cède à la pression et lui dit qu’il a effectivement un secret. Ce secret, il n’est prêt à le lui révéler qu’une fois marié. Mais la veuve refuse. Elle ne saurait s’unir à un homme qui lui cache un secret qu’elle sent aussi lourd. Alors, Rabet lui avoue qu’il fait partie d’une bande de voleurs, qu’ils commettent des vols à main armée mais se refuse à lui préciser le nom de ses complices. La veuve effrayée, rompt ses fiançailles sur le champ. Ne sachant que faire de cette trop lourde révélation, elle se confie à une amie. Et ainsi de suite. La rumeur publique chère à cette époque, aura raison de la Bande noire. Elle arrive aux oreilles du lieutenant de la gendarmerie de Philippeville qui entreprend d’interroger la veuve Poncelet et son amie. Celles-ci avouent tout et Léopold Rabet est arrêté le 9 avril 1861 alors qu’il tente de passer la frontière vers la France.

  • 339 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 52/14, 1861, Interrogatoire Jean-Baptiste Boucher, 21 mai 1861, (...)
  • 340 Le Petpet est le surnom donné à Rabet par le reste de la bande.
  • 341 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 52/14, 1861, Interrogatoire de Jean-Baptiste Boucher, 21 mai 18 (...)
  • 342 Il serait surprenant qu’aucune autre entrevue n’ait été faite entre le juge d’instruction et le pr (...)
  • 343 « Acte d’accusation. Cour d’assises du Hainaut. Association de malfaiteurs... », in L’Indépendance (...)

12La nouvelle de l’arrestation de Rabet a fort impressionné les autres de la bande. Ils n’ont pas confiance en lui et savent qu’il risque d’avouer tôt ou tard. Auguste a d’ailleurs dit qu’« il aimerait beaucoup mieux être arrêté que Rabet, car lui, était bien décidé à ne jamais avouer339 ». Chacun sait que si le Petpet avoue, ils seront tous arrêtés « avant la huitaine »340. Auguste, le Crollé et Jean-Baptiste se sont réunis pour en parler mais nul ne sait ce qui est ressorti de ces discussions. Par contre, les objets provenant des vols ainsi que les pistolets sont mieux cachés voir même jetés dans la Sambre, cela pour prévenir d’éventuelles visites domiciliaires341. Les malfaiteurs ont probablement raison lorsqu’ils prévoient leur arrestation rapide après l’aveu de Rabet. Nous avons connaissance, via l’acte d’accusation, de l’existence de trois interrogatoires après l’arrestation du Petpet du 9 avril mais leur contenu est inconnu. Cependant, Le premier étant effectué le 10 avril, et le second, seulement le 24 avril 1861, soit quatorze jours plus tard342. Enfin, toujours d’après l’acte d’accusation, le troisième interrogatoire effectué le 26 avril est celui de la dénonciation. Les principaux membres de la Bande noire – Jean-Baptiste, Auguste, Joseph, et le vieil oncle – sont arrêtés le jour-même343. Mais les autorités judiciaires n’en restent pas là. Philippe est incarcéré le 1er mai, ainsi que les deux Vanderavero.

  • 344 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 26-27/54, 1861, Procès-verbal, 6 juin 1861, Renlies.
  • 345 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 26-27/60, 1861, Ordonnance de la chambre du Conseil de Charlero (...)
  • 346 AÉA, Parquet général près la cour d’appel de Bruxelles, 1861, Ordre d’arrestation de Xavier Hubino (...)

13Le 6 juin 1861, un mandat d’extradition est rédigé contre Alexandre, résidant alors à Chavigny, dans le nord-ouest de la France, depuis octobre 1860344. Il est rapatrié le 2 juillet de la prison d’Amiens à la prison de Charleroi345. Celui qui a causé le plus de soucis à la police quant à son arrestation est le petit Thomas puisqu’il était en fuite et travaillait en tant que journalier, ce qui lui a permis d’être en mouvement permanent. Il est arrêté le 16 décembre 1861 alors qu’il tente à son tour de rejoindre la France. Il a joint le reste de la bande sur le banc des accusés le 23 décembre, date d’ouverture du procès346.

4. Fin juillet 1861 : les interrogatoires de fin d’instruction

14Une fois la bande arrêtée, il ne reste plus qu’à faire parler les futurs accusés. C’est en grande partie au juge d’instruction Félicien Aulit que cette importante tâche est assignée. Comme cela a déjà été dit, c’est Léopold Rabet qui « ouvre le bal » des interrogatoires le 10 avril 1861. Le dernier interrogatoire, contenu dans le dossier d’instruction, date du 6 novembre 1861 et consiste en des compléments d’information quant au vol de Couillet, auprès de Jean-Baptiste Boucher. Le nombre total d’interrogatoires contenus dans le dossier de Mons s’élève à 136 (entre avril et novembre 1861). En théorie, à chaque interrogatoire correspond un vol bien précis. Cependant, il arrive souvent que les bandits fassent référence à plusieurs vols dans un même interrogatoire. Ceux-ci consistent en questions (souvent précises) et réponses, ainsi qu’en de fréquentes confrontations. Il y a généralement trois interrogatoires par jour. Mais il n’est pas rare qu’une journée n’en compte qu’un seul. Ces variations pourraient par exemple être dues aux révélations qui ont été faites et qui sont presque systématiquement vérifiées par des témoignages de victimes ou autres recherches complémentaires. Pour ce faire, le juge d’instruction doit donc envoyer, par missive, un ordre d’information à un subordonné judiciaire qui se trouve sur les lieux où l’information doit être prélevée.

  • 347 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, Affaire Coucke et Goethals, 1860, Correspondance du Procureur du R (...)

15Comme cela a déjà été signalé, il n’est pas possible de savoir dans quelles conditions se sont passés les aveux. Nous savons qu’en ce qui concerne le vol de Couillet, Rabet s’est vu proposer la promesse d’échapper à la peine de mort. Ce à quoi il refuse de croire pour finalement céder face à l’insistance du Procureur du Roi de Dinant347. Pour le reste, aucun renseignement n’a été donné quant à un éventuel « marchandage ». Nous ne savons pas non plus s’il a été question de pressions diverses qui auraient pu les amener aux aveux. Le seul constat qui peut être fait, c’est qu’ils nient d’abord et qu’ils avouent tous par la suite. Les Leclercq sont ceux qui nient généralement le plus. Auguste a nié l’entièreté des vols et en a finalement avoué la plupart. Ce qui est certain c’est que les dénonciations sont fréquentes, ce qui, une fois les complices confrontés, pousse les réfractaires à parler. En outre, il est souvent arrivé qu’un des quatorze accusés demande à parler au directeur de la prison afin de lui faire des révélations importantes. Ces cas sont généralement mis en évidence dans les documents, preuve évidente de la réussite de la justice sur les bandits.

Notes

326 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 26-27/2, 1861, Procès-verbal de recherche concernant le vol de Renlies, 30 avril 1859, Renlies.

327 « Acte d’accusation. Cour d’assises du Hainaut. Association de malfaiteurs... », in L’Indépendance Belge (supplément), 13 décembre 1861, p. 2.

328 Ibid.

329 Ibid.

330 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 241, 1860, Correspondance du commissaire de police de Chastre au juge d’instruction de Namur, 28 mars 1860.

331 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 45, 1861, Poursuite contre les frères Vanderspiegelen et autres, Gilly – Hanoteau (Inutile).

332 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 45/3, 1861, Procès-verbal d’audition des témoins, Ferdinand Hanoteau, 22 février 1861, Gilly.

333 Les membres de la Bande noire entouraient leurs semelles de tissus et chaussettes afin d’éviter de faire du bruit et de laisser des empreintes de chaussure qui pourraient fournir des indices supplémentaires à la police.

334 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 303 bis, 1861, Procès-verbal d’arrestation du nommé Pius Vanderspiegelen, 19 janvier 1861, Gilly-Hanoteau (Inutile) ; AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 302 bis, 1861, Procès-verbal d’arrestation du nommé François Vanderspiegelen, 18 janvier 1861, Gilly-Hanoteau (Inutile) ; AÉM, Cour d’assises du Hainaut, 1861, Correspondance du Colonel commandant la 6e ligne au juge d’instruction, Aulit, Charleroi, 15 février 1861, Gilly-Hanoteau (Inutile).

335 Voir Plaidoyer de l’avocat de Léopold Rabet, Me Halbrecq. Le Journal de Bruxelles, 9 janvier 1861, p. 3.

336 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, 1861, Ordonnance de mise en liberté, 2 mai 1861, Gilly-Hanoteau (Inutile).

337 Accessoire en fonte ou en fer, en forme de cercle qui, lorsqu’il est placé sur l'ouverture du fourneau, offre un rétrécissement et peut, de cette manière, supporter un récipient de cuisson.

338 Tous les renseignements quant à l’arrestation de Rabet nous sont connus uniquement grâce à l’acte d’accusation qui se trouve dans les journaux. Le dossier d’instruction ne contient pas les interrogatoires de Rabet qui datent d’avant l’arrestation de toute la bande, ni les auditions de Félicitée Hubert et de son amie, ni l’annonce que la gendarmerie a dû faire au Procureur du Roi de Dinant quant aux révélations de la veuve et du dénonciateur. « Acte d’accusation. Cour d’assises du Hainaut. Association de malfaiteurs... », in L’Indépendance Belge (supplément), 13 décembre 1861, p. 1.

339 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 52/14, 1861, Interrogatoire Jean-Baptiste Boucher, 21 mai 1861, Gozée.

340 Le Petpet est le surnom donné à Rabet par le reste de la bande.

341 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 52/14, 1861, Interrogatoire de Jean-Baptiste Boucher, 21 mai 1861, Gozée.

342 Il serait surprenant qu’aucune autre entrevue n’ait été faite entre le juge d’instruction et le prévenu dans l’intervalle.

343 « Acte d’accusation. Cour d’assises du Hainaut. Association de malfaiteurs... », in L’Indépendance Belge (supplément), 13 décembre 1861, p. 1.

344 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 26-27/54, 1861, Procès-verbal, 6 juin 1861, Renlies.

345 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 26-27/60, 1861, Ordonnance de la chambre du Conseil de Charleroi, 2 juillet 1861, Renlies.

346 AÉA, Parquet général près la cour d’appel de Bruxelles, 1861, Ordre d’arrestation de Xavier Hubinon, 16 décembre 1861.

347 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, Affaire Coucke et Goethals, 1860, Correspondance du Procureur du Roi de Dinant au Procureur général près de la cour d’appel de Bruxelles, 30 avril 1861.

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search