Version classiqueVersion mobile

La Bande noire (1855-1862)

 | 
Laure Didier

Deuxième partie. L'instruction de l'affaire de la Bande noire

Identité et structure de la Bande noire

Un bande familiale : quand le banditisme devient une tradition

Texte intégral

  • 249 Voir infra : Annexes, Les liens familiaux et la structure de la Bande.
  • 250 L’Ami de l’Ordre, 7 janvier 1862, p. 3.

1Une des particularités de la Bande noire est de faire intervenir parmi ses acteurs des membres de deux familles différentes249. Il apparaît que parmi les quatorze accusés, onze d’entre eux sont « unis par les liens de la plus proche parenté, de la plus intime alliance250 ».

2D’un côté, il y a la famille Boucher. Le plus illustre représentant est Jean-Baptiste Boucher qui est considéré comme le chef de la bande et qui est, rappelons-le, avec Auguste Leclercq, à l’origine du lien entre les deux familles. Jean-Baptiste a 43 ans en 1861. Il est marié à Hortense Préyat qui est elle-même la cousine germaine de Léopold Rabet. Philippe Boucher – 36 ans en 1861 – est le frère de Jean-Baptiste. Il a également eu un rôle important dans l’association de malfaiteurs. L’entièreté de la famille Boucher est originaire de Gembloux. Ils y ont vécu toute leur enfance et Philippe y est encore domicilié en 1861.

  • 251 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 52/22, 1861, Interrogatoire d’Alexandre Leclercq, 16 août 1861, (...)

3De l’autre côté, il y a la famille Leclercq, pour ne pas parler d’un réel « clan Leclercq ». Ce cas-ci est plus complexe puisque le nombre d’individus ayant été impliqué dans les vols est plus important. Au cœur de l’affaire il y a les trois frères Leclercq. Joseph, l’aîné, Auguste, le second, et Alexandre, le dernier fils d’Hubert et de Marie Leclercq. Marie-Josèphe Leclercq, la sœur, n’a participé qu’à quelques vols avant de partir vivre en France avec son mari Xavier Camay. Quant au petit dernier, Xavier Hubinon, il est le fils utérin que la veuve Leclercq, née Marie Hubinon, eut avec un certain Xavier Thomas. Cet enfant, mieux connu sous le nom du petit Thomas, n’a que 17 ans lors du procès et a trouvé sa place au sein de la famille Leclercq qui le protègera et l’hébergera à plusieurs reprises251. Les Leclercq sont, pour la plupart, originaires de Sombreffe.

  • 252 Signalons également que le registre des affaires judiciaires des Archives de l’État à Mons nous in (...)

4Le banditisme familial de la Bande noire a ceci de particulier qu’il est, dans le cas des Leclercq, intergénérationnel. Le vieil oncle Hubinon, frère de Marie Hubinon, était également présent dès les premiers vols. Celui-ci est d’ailleurs soupçonné d’avoir participé à une ancienne bande de voleurs en 1849, avec Auguste Leclercq qui ne devait avoir alors que 21 ans. En outre, un certain Désiré Hubinon fait également partie des suspects de cette ancienne bande mais son lien avec la famille Hubinon n’est pas précisé. Quant au père et au fils Vanderavero, qui ont rejoint la bande pour le vol commis à Gilly, ils sont liés aux Leclercq par leur tante, la sœur de Marie et François Hubinon. Pour comprendre ces liens de sang, les enquêteurs, à la demande du juge d’instruction Aulit, ont beaucoup investigué sur la question. Des recherches approfondies sur les antécédents familiaux des familles Boucher et Leclercq ont été menées et plusieurs individus nommés Boucher ont été interrogés mais la plupart n’appartenaient pas à la même famille que Philippe et Jean-Baptiste252.

  • 253 Cette information est étrange puisque la galère est une peine qui est appliquée en France durant l (...)
  • 254 AÉA, Parquet général près la cour d’appel de Bruxelles, Investigations du parquet de la cour d’app (...)

5En ce qui concerne les Leclercq, leurs antécédents familiaux sont plus flous. Des recherches menées par les officiers judiciaires de l’époque ont amené à retrouver un certain Leclercq lié à leur famille, et qui est mort aux galères, signe que l’illégalité remonterait à plus loin253. Par contre, une recherche a permis d’identifier le père des enfants Leclercq comme étant Hubert Leclercq, décédé en 1829 alors qu’il était marchand de chiffons « bien famé » dans le village de Céroux-Mousty. Mais là encore, l’information semble fragile puisque la date de mort qui est signalée aboutirait à la conclusion qu’Hubert Leclercq ne soit pas le père d’Alexandre et Marie-Josèphe Leclercq puisqu’ils ont respectivement 26 et 28 ans en 1861, et seraient par conséquent nés après son décès254. Si l’on en croit l’âge de ses deux enfants, il ne peut être décédé avant 1835.

  • 255 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 55/9, 1861, Interrogatoire de Joseph Leclercq, 3 août 1861, Gil (...)

6Seuls trois individus sont considérés comme ne faisant pas partie de l’une des deux familles. Or malgré tout, Arvicius, qui est un enfant trouvé, a été élevé à Sombreffe par Gabriel Lecocq qui pourrait être un membre de la famille de Marie Lecocq, épouse de Joseph Leclercq mais aucun document n’a pu le confirmer255. Ces trois voleurs, dont l’implication est bien moins importante, sont des amis d’enfance de l’une ou l’autre famille, habitant soit Sombreffe pour Arvicius et Gobert, soit Gembloux pour Chavée.

  • 256 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 32/36, 1861, Audition de témoin, Marie-Josephe Hincq, 12 août 1 (...)
  • 257 « Il y a deux ans, à la Noël, Chavée est venu chez moi à Gembloux, dans la soirée et je n’étais pa (...)
  • 258 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 31/2, 1861, Interrogatoire de Léopold Rabet, 1er mai 1861, Coui (...)
  • 259 Ibid.

7Quant aux épouses des bandits, il semblerait qu’elles soient au courant des activités de leur mari, sans pour autant en connaître les détails. La femme d’Auguste Leclercq sait ouvertement ce que fait son mari lorsqu’il ne rentre pas la nuit, et une déposition atteste qu’elle s’est opposée à ses agissements, sans pour autant être en mesure de l’en empêcher256. Il en est de même pour les épouses de Jean-Baptiste et Philippe Boucher257. Leur rôle se limite à dissimuler quelques objets et à transformer des vêtements volés afin qu’ils ne puissent être identifiables. Quant à la mère de Léopold Rabet, Lucie Bouteille, il est avéré qu’elle connait les activités illégales de son fils. Elle a même aidé son garçon en allant voler le butin de Jean-Baptiste Boucher, alors qu’il l’a dissimulé dans un champ après le vol de Wanfercée-Baulet commis dans la nuit du 12 au 13 juillet 1860258. Elle a d’ailleurs plusieurs fois mis son fils en garde, lui disant : « prenez garde Léopold, prenez garde d’être connu, car vous iriez sur l’échafaud !259 ».

1. La Bande noire, un héritage ?

  • 260 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 4/13, 1861, Correspondance du juge d’instruction, tribunal de p (...)

8Avant toute chose, il est important de signaler que l’utilisation du terme Bande noire est une construction médiatique qui est apparue relativement tard par rapport au début des activités de la bande. Ce nom fait référence tant au cirage que les quatorze brigands ont quelques fois appliqué sur leur visage pour éviter d’être reconnus qu’au climat de terreur dans laquelle ils ont plongé la population pendant plusieurs années. La référence à une réelle association n’est pas présente dans les journaux avant 1860. Plus tôt, des similitudes sont trouvées de temps à autre entre certains vols mais sans réellement affirmer qu’il s’agit là d’une bande organisée qui sévit dans la province du Hainaut. Quant aux archives de l’instruction, la première référence à la présence d’une bande dans la région est déjà faite à partir de 1857 mais ce n’est pas pour autant à partir de cette époque que les autorités sont à la recherche d’une bande commettant des vols à répétition260.

  • 261 L’Indépendance Belge, 9 mars 1857, p. 2.
  • 262 Il est à noter que le journal ne contient aucun article en mars 1854 sur cette affaire. De plus, l (...)

9Les recherches effectuées dans la presse quant à la Bande de l’Entre-Sambre-et-Meuse, ont permis de découvrir dans L’Indépendance Belge du 9 mars 1857, un fait divers qui n’est pas sans importance. Celui-ci parle de l’arrestation d’« un des membres les plus connus de la Bande noire qui donna, il y a un couple d’années, tant de besogne à la justice261 ». Le bandit en question se nomme François Decrehen, et a été condamné par défaut en mars 1854 à cinq années d’emprisonnement262. Tout porte à croire que cette bande de criminels, également appelée Bande noire, n’a aucun lien avec l’association de malfaiteurs traitée dans le présent ouvrage puisque l’article laisse entendre que les méfaits ont été commis dans la périphérie de Bruxelles. Tout laisse à penser que celle-ci aurait été moins active et sanglante que la Bande noire de Charleroi puisque les condamnations ont été bien moins lourdes.

  • 263 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 55/20, 1861, Interrogatoire de François Hubinon, 8 août 1861, G (...)

10En revanche, plusieurs dépositions attestent de l’existence d’une bande de voleurs liée directement à notre affaire puisque quelques membres de notre Bande noire sont impliqués. Cette première bande n’aurait impliqué que le « clan Leclercq ». Rabet est le premier à parler de l’existence d’une bande antérieure à celle à laquelle il appartient. L’interrogatoire de l’oncle Hubinon effectué par la suite, rend compte de la lecture d’une lettre qui a été rédigée en 1850 par le brigadier de Sombreffe au Procureur du Roi de Namur263. Celle-ci signale au magistrat la présence, dans sa commune, d’une bande de neuf malfaiteurs qui, selon le gendarme, est composée entre autres de François Hubinon, Pierre Vanderavero (Vanderavero Père), d’un certain Désiré Hubinon, des deux frères, Auguste et Joseph Leclercq, ainsi que de François Arvicius. Ces voleurs, originaires pour la plupart de Sombreffe, auraient commis de nombreux méfaits dans le courant des années 1849 et 1850. Ladite lettre signale également différents vols en les attribuant à la bande et qui semblent utiliser un mode opératoire semblable à celui de la Bande noire puisqu’ils attaquaient également les maisons la nuit, sans réellement tenir compte d’une présence ou non dans l’habitation et utilisant à l’occasion un pistolet contre les personnes qui ont appelé au secours.

2. Sociologie de la Bande noire et antécédents avec la justice

11Une fois avoir expliqué la dimension familiale qui existe au sein de la Bande noire, il semble logique d’exposer la vie que la bande mène au quotidien ainsi que la place que peuvent avoir ces individus au sein de la communauté dans laquelle ils évoluent. Les renseignements apportés par les sources sont souvent trop peu précis pour permettre de dresser une typologie complète des quatorze bandits ainsi qu’un détail de la vie de chacun et des rapports qu’ils entretiennent avec la communauté villageoise qui les entoure. Cependant, nous avons pu obtenir quelques renseignements précieux sur leur mode de vie quotidien, sur qui ils sont et comment ils vivent lorsqu’ils ne sont pas en train de voler.

  • 264 Ces constatations sont faites à partir de l’année 1861, année durant laquelle la Bande noire est a (...)
  • 265 La moyenne générale nous amène à un âge moyen de 37 ans pour les quatorze individus.

12La Bande noire est, à une exception près, entièrement masculine et est composée d’individus d’une tranche d’âge moyen264. Les bandits ont principalement entre 28 et 44 ans265. Le plus jeune est le petit Thomas, qui est âgé de 17 ans au moment du procès, et les deux plus âgés sont Pierre Vanderavero (67 ans) et François Hubinon (58 ans).

  • 266 Philippe Vandermaelen, François-Joseph Meisser, Dictionnaire géographique : Province de Namur, vol (...)

13Les membres de la Bande noire vivent généralement dans des villages non loin de Sombreffe, pour les Leclercq, ou de Gembloux pour les Boucher et leurs proches. Tous ont un domicile fixe, et ne font par conséquent pas partie de la population vagabonde que les journaux condamnent avec hargne. Du côté des Leclercq, il n’est pas rare que les membres soient même voisins. Joseph Leclercq, le vieil oncle Hubinon et Auguste Vanderavero habitent près du domicile que Marie Hubinon, la veuve Leclercq, partage avec son fils, le etit Thomas, au hameau du Scourmau à Sombreffe. Le village de Sombreffe est, tout du moins en 1830, spécialisé dans le commerce du lin266. Il est par conséquent très probable que ce village, encore plus que d’autres communautés hennuyères, ait connu de très grandes difficultés lors de la crise du lin qui frappe les Flandres et le Hainaut dans les années 1840-1850.

  • 267 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 55/18, 1861, Interrogatoire de François Arvicius, 5 août 1861, (...)

14La plupart des voleurs sont mariés et beaucoup ont des enfants. Jean-Baptiste Boucher a six enfants et Arvicius en a sept. Les individus qui constituent la Bande noire, sans exception, vivent dans une grande précarité. Beaucoup gagnent très peu d’argent avec leur activité professionnelle, leur salaire allant de un franc et demi à maximum trois francs par jour pour les plus chanceux. Dans une de ses dépositions, le vieil oncle Hubinon avoue qu’il n’était pas rare que lui et quelques-uns de ses comparses se rendent dans des jardins afin d’y voler des choux et autres légumes lui permettant de faire face aux coups durs. C’est d’ailleurs en s’y rencontrant que les Leclercq ont proposé à François Arvicius de se joindre à eux267. Ces brigands appartiennent à ce qui est qualifié péjorativement de « prolétariat » du milieu rural. Même dans leur activité criminelle, on retrouve la preuve de cette grande précarité puisqu’il est très fréquent de constater parmi les objets volés aux victimes de la nourriture et des vêtements.

  • 268 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 52/22, 1861, Interrogatoire d’Alexandre Leclercq, 16 août 1861, (...)

15Il est rare que les quatorze individus aient un travail fixe conservé pendant plusieurs années. Nous savons qu’Alexandre Leclercq a commencé à gagner sa vie à l’âge de 12 ans comme ouvrier minier à Ligny268. Il y a de grandes chances pour que le reste des enfants Leclercq ait connu un sort semblable. La majorité d’entre eux ont, à un moment ou à un autre, travaillé à la construction du chemin de fer. Parmi les métiers récurrents que les membres de la Bande noire ont exercés, citons en premier lieu ceux de domestique ou journalier, comme Jean-Baptiste, et marchand, comme Auguste. Il n’est pas rare qu’ils restent quelques mois seulement sur un chantier, pour en changer par la suite. Beaucoup ont travaillé sur les chantiers du nouveau chemin de fer qui arrive en Wallonie. De plus, ces métiers nécessitent pour la plupart de nombreux mouvements dans des villages voisins, ce qui entraine une bonne connaissance du réseau routier, des chemins et des zones ferroviaires.

  • 269 Nous ne sommes pas en mesure de savoir si Gobert Lefèvre sait écrire, quant au petit Thomas, n’éta (...)

16En outre, les membres de la bande n’ont que peu ou pas de formation scolaire. Sur douze d’entre eux, quatre seulement sont en mesure de signer les interrogatoires de leur nom et parmi ces quatre-là, seul Alexandre Leclercq a une écriture nette et assurée269.

  • 270 Chavée a lui-même témoigné qu’avant qu’il ne se trouve dans une trop grande précarité, il n’aurait (...)

17Les contacts avec la population rurale doivent inévitablement être fréquents puisque les individus étudiés sont, de par leur travail, en mouvement constant et ont souvent une profession qui favorise les contacts. D’ailleurs, les enquêteurs ont interrogé 150 témoins pour réunir tous les renseignements nécessaires à la résolution de l’affaire. Parmi eux, il n’y avait à l’évidence pas que des victimes de leurs vols mais aussi un grand nombre de personnes qu’ils avaient croisées lors de leurs expéditions diurnes ou nocturnes, ainsi qu’un nombre non négligeable d’individus susceptibles de témoigner de leurs habitudes de vie, réputations et activités diverses. Malgré tous ces témoignages, il est difficile de savoir si les malfaiteurs de la Bande noire étaient réellement intégrés à la société rurale qui les a vus naître. Ils n’en étaient certainement pas rejetés, c’est un fait. Mais il ressort surtout de l’analyse des différentes auditions de témoins une impression de grande ignorance ou de « crainte de l’étranger qui rôde ». C’est d’ailleurs ce « chacun pour soi » qui a contribué à laisser la bande agir dans l’illégalité pendant autant d’années malgré la connaissance, bien souvent avouée par après de la réputation de voleurs dont étaient dotés certains individus de la Bande noire270.

  • 271 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 52/22, 1861, Interrogatoire d’Alexandre Leclercq, 16 août 1861, (...)
  • 272 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 51/5, 1861, Interrogatoire de Jean-Baptiste Boucher, 30 avril 1 (...)
  • 273 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 53/14, 1861, Interrogatoire de Pierre Chavée, 20 juillet 1861, (...)

18Si « grands voleurs », ils le sont d’après la rumeur, dans les faits les acteurs principaux de la bande sont régulièrement en contact avec les autorités policières. Plusieurs d’entre eux, à savoir, Auguste et Alexandre Leclercq, ainsi qu’Arvicius, ont été condamnés pour violence. Arvicius a été condamné à des amendes et les deux autres à au moins une peine de prison qui a pu durer jusqu’à trois mois271. Jean-Baptiste Boucher a déjà été condamné pour vol à deux reprises. La première fois, le tribunal de Dinant le condamne pour vol de charbon à un mois d’emprisonnement. Quant à la seconde fois, cette sanction est la « fameuse » condamnation de 1856 durant laquelle il fait la connaissance d’Auguste Leclercq et de François Hubinon. La rencontre entre les trois brigands se déroule à la prison de Namur où Jean-Baptiste fait six mois de détention pour vol de colza avec son complice Pierre Chavée272. Ce même Pierre Chavée qui est sous contrôle judiciaire durant la période des faits et qui ne peut, de ce fait, pas sortir de sa commune sans autorisation. Chavée a été condamné à cinq reprises avant 1861273.

  • 274 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 51/5, 1861, Interrogatoire de Jean-Baptiste Boucher, 30 avril 1 (...)

19Le dossier ne contient aucun renseignement supplémentaire sur les autres membres de la bande. Cependant, un interrogatoire de Jean-Baptiste Boucher atteste qu’il s’est trouvé avec François Hubinon en prison en 1856274. Cette information est la preuve que d’autres membres de la bande ont également été condamnés par la justice sans que ce ne soit pour autant indiqué clairement dans le dossier d’instruction.

3. Les surnoms

  • 275 Le Courrier de l’Escaut, 25 décembre 1861, p. 2.

20Les bandits de la Bande de l’Entre-Sambre-et-Meuse sont au nombre de quatorze. Parmi eux, dix ont un surnom qui est renseigné dans le dossier d’instruction. Dans certains cas, il est difficile de savoir si ce sobriquet leur est attribué par l’ensemble de la communauté dans laquelle ils évoluent ou si c’est un signe de camaraderie et d’appartenance réservée à la Bande noire. Jean-Baptiste Boucher est surnommé par les autres membres de la bande le Colonel, en référence à son statut au sein de l’association de malfaiteurs. Il en est de même pour Auguste Leclercq qu’ils appellent le Lieutenant. Joseph Leclercq est appelé le Crollé, qualificatif qui rappelle son immense chevelure bouclée275. Il sera toujours qualifié ainsi par les membres de la bande et les officiers judiciaires dans le dossier d’instruction. Le troisième frère Leclercq, Alexandre, est surnommé par tous le papa, surnom qui ne trouve pas d’explication totalement valable a priori. Alexandre est un des plus jeunes et on ne peut pas dire qu’il s’agisse là d’une référence à son autorité ou à son expérience au sein de la bande. Peut-être est-ce parce qu’il s’est occupé pendant un temps de son plus jeune frère, Xavier, mais rien n’est moins sûr. Jean-Hubert Lefèvre est appelé Gobert, diminutif de son prénom. Quant à Arvicius, son surnom est le Caty, et enfin, Rabet, le dénonciateur de la bande, est appelé le Petpet. Ces deux derniers pour des raisons inconnues.

  • 276 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 31/38, 1861, Procès-verbal d’audition. Jean-Baptiste Lebrun, 24 (...)
  • 277 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 54/7, 1861, Procès-verbal d’audition de témoin, Thérèse Mervait (...)
  • 278 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 51/7, 1861, Procès-verbal d’audition de témoin, Lucie Bouteille (...)
  • 279 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, 1861, Mandat de dépôt. Pierre Vanderspiegelen, Gilly (Hanoteau) – (...)

21La population paysanne de cette moitié du XIXe siècle accorde une grande importance aux surnoms. Très nombreux sont les documents officiels du dossier d’instruction qui y font référence lorsqu’un individu est nommé. Dans les dépositions de témoins, le nom est toujours accompagné du surnom, s’il en est. Ainsi, l’ancien domestique de la veuve Dubois, Jean-Baptiste Lebrun, est surnommé Bastoche276. Notons que ces qualificatifs font généralement référence à l’état de la personne ou au diminutif de son prénom. Ainsi, Maximilien Quairiat, la victime du vol de Temploux, est appelé par la communauté le vieux277, la mère de Léopold Rabet, Lucie Bouteille, est surnommée la veuve278 et Pierre Vanderspiegelen, qui fut suspecté dans le vol de Gilly chez Hanoteau, est surnommé Pius279.

4. Une bande hiérarchisée

  • 280 L’Ami de l’Ordre, 24 décembre 1861, p. 2.

22Le fait que Jean-Baptiste Boucher soit surnommé le Colonel et son plus proche complice, le Lieutenant, n’est pas un hasard. Au sein de la bande, il existe une hiérarchie qui s’est installée en 1856 et sera respectée jusqu’à la fin du procès de la Bande noire. Ce sont les bandits entre eux d’abord qui vont attribuer aux deux comparses leurs statuts de chefs. Cette question reviendra d’ailleurs plusieurs fois lors de l’audience du procès. Lorsque les bandits sont interrogés sur cette question, ils vont tous confirmer les accusations du Procureur général. L’envoyé spécial de L’Ami de l’Ordre va d’ailleurs dire à son propos qu’il semble fier du titre de chef de la bande que lui donne l'acte d'accusation. Il a presque l'air de narguer ceux qui le regardent280. Cette question de savoir si Boucher est, ou non, le chef de la bande a son importance puisque la loi applique des peines particulières à ceux qui ont organisé ou dirigé une association de malfaiteurs. Ce n’est donc pas pour rien que l’avocat de Jean-Baptiste Boucher, Maître Deprez, a passé une grande partie de son plaidoyer à tenter d’éviter à son client d’être inculpé pour ce chef d’accusation-là. Selon lui, Boucher ne peut être le chef de l’association de malfaiteurs parce qu’il n’a pas exercé d’autorité particulière sur ses compagnons et qu’il n’a pas non plus eu de part du butin plus grande, légitimée par son statut de chef.

23Par contre, la logique hiérarchique ne va pas officiellement au-delà de ces deux individus. Si échelle d’autorité il y a, cela est plus lié à l’expérience du crime plutôt qu’à un réel ordre institué. Par exemple, le petit Thomas, Rabet ou la sœur, Marie-Josèphe Leclercq, ont toujours reçu le rôle de guetteur dans les premiers temps de leur arrivée dans la bande.

Notes

249 Voir infra : Annexes, Les liens familiaux et la structure de la Bande.

250 L’Ami de l’Ordre, 7 janvier 1862, p. 3.

251 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 52/22, 1861, Interrogatoire d’Alexandre Leclercq, 16 août 1861, Gozée.

252 Signalons également que le registre des affaires judiciaires des Archives de l’État à Mons nous informe qu’en 1825, un dénommé Jean-Baptiste Boucher, âgé de 43 ans, charbonnier, demeurant à Pâturages, a été condamné par la cour d’assises du Hainaut à 4 mois d’emprisonnement pour sévices envers sa mère. Nous savons qu’il ne s’agit pas du membre de la Bande noire mais aucun lien de parenté n’a pu être établi. AÉM, Registre de la cour d’assises du Hainaut, Rôles 1823-1840, affaire n° 126.

253 Cette information est étrange puisque la galère est une peine qui est appliquée en France durant l’Ancien Régime.

254 AÉA, Parquet général près la cour d’appel de Bruxelles, Investigations du parquet de la cour d’appel de Bruxelles, s. d., 1861.

255 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 55/9, 1861, Interrogatoire de Joseph Leclercq, 3 août 1861, Gilly (Trieu-Kaisin).

256 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 32/36, 1861, Audition de témoin, Marie-Josephe Hincq, 12 août 1861, Couillet.

257 « Il y a deux ans, à la Noël, Chavée est venu chez moi à Gembloux, dans la soirée et je n’étais pas à ma maison, et il a parlé à ma femme. Il a dit à celle-ci qu’il venait me chercher pour aller voler une remontrance de quarante mille francs, et qu’il regrettait de ne pas me trouver. Ma femme s’est fâchée, lui a fait des observations et il est parti. ». AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 53/12, 1861, Interrogatoire de Philippe Boucher, 2 août 1861.

258 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 31/2, 1861, Interrogatoire de Léopold Rabet, 1er mai 1861, Couillet.

259 Ibid.

260 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 4/13, 1861, Correspondance du juge d’instruction, tribunal de première instance de Namur au Procureur du Roi, 31 mars 1857, Jambes.

261 L’Indépendance Belge, 9 mars 1857, p. 2.

262 Il est à noter que le journal ne contient aucun article en mars 1854 sur cette affaire. De plus, lorsqu’il parle d’un couple d’années, le journal fait une erreur puisqu’il situe le jugement à 1854, ce qui fait trois années.

263 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 55/20, 1861, Interrogatoire de François Hubinon, 8 août 1861, Gilly (Trieu-Kaisin).

264 Ces constatations sont faites à partir de l’année 1861, année durant laquelle la Bande noire est arrêtée.

265 La moyenne générale nous amène à un âge moyen de 37 ans pour les quatorze individus.

266 Philippe Vandermaelen, François-Joseph Meisser, Dictionnaire géographique : Province de Namur, vol. 2, Namur, L’Établissement géographique, 1832.

267 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 55/18, 1861, Interrogatoire de François Arvicius, 5 août 1861, Gilly (Trieu-Kaisin).

268 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 52/22, 1861, Interrogatoire d’Alexandre Leclercq, 16 août 1861, Gozée.

269 Nous ne sommes pas en mesure de savoir si Gobert Lefèvre sait écrire, quant au petit Thomas, n’étant pas majeur, les déclarations qu’il a faites ne nécessitent pas de signature, son niveau d’éducation nous est par conséquent totalement inconnu.

270 Chavée a lui-même témoigné qu’avant qu’il ne se trouve dans une trop grande précarité, il n’aurait « pas voulu causer avec lui [Jean-Baptiste Boucher], parce qu’il criait beaucoup, qu’on disait que c’était un grand voleur et que tout le monde en avait peur ». AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 53/4, 1861, Interrogatoire de Pierre Chavée, 20 juillet 1861, Tourinnes-Saint-Lambert.

271 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 52/22, 1861, Interrogatoire d’Alexandre Leclercq, 16 août 1861, Gozée.

272 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 51/5, 1861, Interrogatoire de Jean-Baptiste Boucher, 30 avril 1861, Hanzinne.

273 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 53/14, 1861, Interrogatoire de Pierre Chavée, 20 juillet 1861, Tourinnes-Saint-Lambert.

274 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 51/5, 1861, Interrogatoire de Jean-Baptiste Boucher, 30 avril 1861, Hanzinne.

275 Le Courrier de l’Escaut, 25 décembre 1861, p. 2.

276 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 31/38, 1861, Procès-verbal d’audition. Jean-Baptiste Lebrun, 24 août 1861, Couillet.

277 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 54/7, 1861, Procès-verbal d’audition de témoin, Thérèse Mervait, 11 octobre 1855, Temploux.

278 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, n° 51/7, 1861, Procès-verbal d’audition de témoin, Lucie Bouteille, 31 mai 1861, Hanzinne.

279 AÉM, Cour d’assises du Hainaut, 1861, Mandat de dépôt. Pierre Vanderspiegelen, Gilly (Hanoteau) – (Inutile).

280 L’Ami de l’Ordre, 24 décembre 1861, p. 2.

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search