Version classiqueVersion mobile

La Bande noire (1855-1862)

 | 
Laure Didier

Première partie. Contexte d'un fait divers en Wallonie au milieu du XIXe siècle

La Belgique, une terre de criminalité ?

Criminalité et réponse judiciaire au milieu du XIXe siècle

Texte intégral

  • 70 À la moitié du XIXe siècle, la France est fortement troublée par une grande instabilité politique (...)
  • 71 Vesentini, Pratiques pénales et structures sociales…, p. 211.
  • 72 Guillaume Jacquemyns, Histoire de la crise économique des Flandres (1845-1850), Bruxelles, Lamerti (...)

1Le désordre rencontré après l’indépendance et le renforcement des inégalités sociales dues en grande partie au libéralisme économique n’arrangent en rien la situation de criminalité aux antécédents français déjà lourds. En outre, la Belgique a toujours été connue pour être, au XIXe siècle, un refuge apprécié par les criminels et les repris de justice qui profitent du caractère perméable de la frontière avec la France pour passer de l’autre côté. Beaucoup de contestataires politiques des pays voisins se réfugient également en Belgique70. Dès la moitié du XIXe siècle, la criminalité est en augmentation suite à la catastrophe qui assaillit la Flandre. Les villes sont touchées par une délinquance importante. Il en est de même pour les campagnes où le vagabondage, la mendicité, les délits forestiers et ruraux, ainsi que les délits de chasse y constituent le principal des affaires allant au pénal. Cette augmentation est qualifiée par Frédéric Vesentini comme une « criminalité de crise »71. Ce type de délinquance consiste essentiellement en une activité engendrée par la misère et est essentiellement constituée de vols, maraudages, vagabondage et mendicité. Lors de la crise de 1845, la mendicité est omniprésente. Certaines communes ont d’ailleurs accordé un jour par semaine pour mendier de façon à rendre le phénomène plus gérable72.

  • 73 Axel Tixhon, « La statistique de la peur : les enquêtes sur la criminalité en Belgique (1830-1914) (...)
  • 74 Delfosse, La politique agricole de l’État belge…, p. 19.
  • 75 À entendre comme sans domicile fixe, profession, ni moyens de subsistance.
  • 76 Jean Neuville, La condition ouvrière au XIXesiècle, t. 2 : l’ouvrier suspect, Bruxelles, Vie ouvri (...)

2La Flandre et le Hainaut méridional sont les régions les plus touchées par la famine et la criminalité qui en découle73. Dans certaines régions, des bandes se créent afin de piller ceux qui seraient encore en mesure de leur fournir de la nourriture, ce qui ne laisse aucun répit aux tribunaux locaux74. Certaines sources vont jusqu’à parler de « bandes de mendiants » qui sillonnent les routes rurales du pays et effrayent les populations. En Hainaut, la peur de ces « groupes de pauvres » est telle qu’en 1849, le gouverneur de la province demande qu’une circulaire datant de 1847 soit exécutée avec une plus grande rigueur, et ceci, afin de « débarrasser les campagnes surtout de ces gens sans aveu75, dont la présence y répand l’inquiétude76 ». Malgré tout, très peu de soulèvements sociaux tels que ceux qu’on pourrait attendre en temps de crise ne sont apparus, la population étant trop affaiblie pour contester.

  • 77 Tixhon, « La statistique de la peur… », p. 286.
  • 78 La Gazette de Mons, 5 mars 1859, p. 2.

3Au XIXe siècle, les sources spécifiques offrent une ouverture sur la criminalité. Parmi celles-ci, mettons en avant, d’abord, la statistique criminelle, fruit de l’État rationnel qu’est devenu la Belgique, et surtout, la presse, désormais accessible à un nombre croissant d’individus77. Cette nouvelle presse bourgeoise dépeint une société où les horreurs criminelles et accidentelles sont fréquentes, la décrivant avec beaucoup de sensationnalisme. D’ailleurs, les faits divers qui ont été dépouillés pour les recherches sur l’histoire de la Bande noire en sont un parfait exemple puisque les journaux traités consacrent une rubrique entière à ces évènements malheureux qui touchent majoritairement les classes moins fortunées et où ceux-ci sont décrits avec beaucoup de sensationnalisme. Ces quotidiens se plaignent également de la présence de bandes de voleurs dans les régions rurales au milieu du siècle. Selon ces sources, ce phénomène a l’air récurrent et anormalement imposant. La Gazette de Mons va même jusqu’à dire que la présence des Flamands en territoire industriel wallon n’y est pas étrangère78.

  • 79 La bande des Chauffeurs du Nord, aussi appelée « la bande à Moneuse » du nom de leur chef, a attaq (...)
  • 80 Ibid., p. 89.
  • 81 François Soudoyer, dit Pérou, et son comparse, Nicolas Strebelle, dit Seigneur, décident de rallie (...)

4Les prémices de cette hausse de la violence se sont manifestées bien avant 1845. Déjà sous le Directoire, les bourgeois se plaignent du « banditisme de grand chemin » qui est croissant dans les milieux ruraux. Les bien connus « chauffeurs de pieds » qui ont notamment frappé les régions de Mons et Tournai, entre 1794 et 1797, en sont l’exemple79. Mais ils ne sont certainement pas les seuls. Dans son ouvrage sur les brigands dans le département de Jemappes, Roger Darquenne expose en détail la vie de bandes de brigands qui ont attaqué le sillon hennuyer. Elles sont nombreuses. Selon lui, seize grandes bandes sont identifiées pendant la période française dans le département de Jemappes80. Parmi les plus connues, outre la bande à Moneuse, citons par exemple, Seigneurs et Pérou, la bande de treize malfrats, « noyautée par deux familles » (les Soudoyer, dits Pérou et les Strebelle, dits Seigneurs) qui ont un nombre impressionnant de méfaits à leur actif81.

  • 82 Tixhon, « La statistique de la peur… », p. 286.
  • 83 Axel Tixhon, « L’essor de la gendarmerie belge et la mesure de la criminalité », in Jean-Noël Luc (...)

5À partir de 1860, les sources statistiques attestent d’une perte de vitesse de l’action criminelle et l’on note par conséquent un certain adoucissement des mesures répressives82. Cette période qui commence en 1860 correspond à une lente reprise de l’activité économique. Mais celle-ci est caractérisée par un autre type d’instabilité. La délinquance due à la crise économique décline et une forme nouvelle d’instabilité axée sur le politique prend sa place. Celle-ci est davantage motivée par de nouvelles revendications sociales contre le système établi83.

  • 84 Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, « Stratégie du maintien de l’ordre en Belgique et en France au XIXe s (...)
  • 85 Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, « Réformes et révolutions pénales (XVIIIe-XIXe siècle), La révolution (...)
  • 86 Axel Tixhon, « Les acteurs de la police judiciaire belge au XIXe siècle », in Jean-Claude Farcy, D (...)
  • 87 Christian Debuyst, Françoise Digneffe, Alvaro Pires (ed.), Histoire des savoirs sur le crime et la (...)

6Au XIXe siècle, plus que la criminalité en elle-même, c’est la manière dont la criminalité est perçue par la population qui a évolué. La grande époque du banditisme a décliné par rapport au Directoire mais les peurs sont plus tenaces et persistent dans les esprits du XIXe siècle. La criminalité y est vue d’une toute autre façon par rapport aux siècles qui ont précédé les progrès récents. L’essor industriel de la Belgique est accompagné – nous l’avons dit – par l’émergence d’une classe prolétaire de grande ampleur. De cette nouvelle perception de la misère nait du même coup, une représentation différente du crime et une personnification du criminel. Ainsi, le « gentil homme » a vite fait l’assimilation bien connue entre classes laborieuses et classes dangereuses84. La violence devient alors synonyme de pauvreté et le concept de « dangerosité » s’élargit, englobant des catégories plus larges de marginaux85. Celui qui représente la plus grande menace est désormais le vagabond, le mendiant, le journalier, le domestique et l’errant à la recherche d’un travail86. L’homme criminel n’est plus un marginal, mais un membre d’une masse « pauvre, vicieuse et dangereuse », faisant l’objet d’une angoisse sociale nouvelle parce qu’il représente un danger pour l’ordre économique et politique si cher à la société libérale du XIXe siècle. Désormais, la délinquance n’est plus le fait de l’immoralité, comme c’était le cas dans les études du XVIIIe siècle qui traduisaient l’esprit d’alors, mais de l’environnement dans lequel l’individu délinquant évolue87. De plus, de cette classe pauvre, il existe une représentation différente si le pauvre est flamand ou wallon : le Flamand qui arpente la Wallonie en quête d’un travail devient une cible facile pour le bourgeois craintif. Et face à cette nouvelle inquiétude, entretenue notamment grâce aux statistiques criminelles, répondent des débats nouveaux ainsi qu’une adaptation de la répression par les pouvoirs en place.

Notes

70 À la moitié du XIXe siècle, la France est fortement troublée par une grande instabilité politique qui obligera un grand nombre d’opposants au pouvoir et d’intellectuels aux idées dérangeantes à fuir leur pays. Van Outrive, Cartuyvels, Ponsaers, Les polices en Belgique,…, p. 27.

71 Vesentini, Pratiques pénales et structures sociales…, p. 211.

72 Guillaume Jacquemyns, Histoire de la crise économique des Flandres (1845-1850), Bruxelles, Lamertin, 1929, p. 314.

73 Axel Tixhon, « La statistique de la peur : les enquêtes sur la criminalité en Belgique (1830-1914) », in Albert Bastenier, Fabienne Brion, Marie-Sylvie Dupont-Bouchat (ed.), Mon délit ? Mon origine. Criminalité et criminalisation de l’immigration, Bruxelles, De Boeck, 2001, p. 285.

74 Delfosse, La politique agricole de l’État belge…, p. 19.

75 À entendre comme sans domicile fixe, profession, ni moyens de subsistance.

76 Jean Neuville, La condition ouvrière au XIXe siècle, t. 2 : l’ouvrier suspect, Bruxelles, Vie ouvrière, 1977, p. 111.

77 Tixhon, « La statistique de la peur… », p. 286.

78 La Gazette de Mons, 5 mars 1859, p. 2.

79 La bande des Chauffeurs du Nord, aussi appelée « la bande à Moneuse » du nom de leur chef, a attaqué les départements du Nord et de Jemappes sous le Directoire. Entre les débuts de leur activité et la date d’arrestation de Moneuse, « la bande a commis vingt assassinats, sept tentatives de meurtre, quinze attaques nocturnes d’habitations avec chauffage de pieds, et pas moins de 160 vols ». Dans leurs attaques, les bandits usaient d’une grande violence, et n’ont pas hésité, lors de l’attaque de l’auberge « La Houlette », en 1795, à poignarder et battre à mort neuf personnes, parmi lesquelles des femmes et enfants. Moneuse et un de ses complices seront guillotinés à Douai le 18 juin 1798. Roger Darquenne, Brigands et larrons dans le département de Jemappes (1794-1814), Haine-Saint-Pierre, Cercle d'Histoire et de Folklore Henri Guillemin, Vol. 30, 1994, p. 85.

80 Ibid., p. 89.

81 François Soudoyer, dit Pérou, et son comparse, Nicolas Strebelle, dit Seigneur, décident de rallier leur famille à leurs faits de banditisme. Ensemble, ils commettront de nombreux vols avec effraction. Huit des treize bandits ont péri sur l’échafaud dressé sur la Grand place de Mons. Ibid., p. 87.

82 Tixhon, « La statistique de la peur… », p. 286.

83 Axel Tixhon, « L’essor de la gendarmerie belge et la mesure de la criminalité », in Jean-Noël Luc (ed.), Gendarmerie, État et Société, au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 461.

84 Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, « Stratégie du maintien de l’ordre en Belgique et en France au XIXe siècle : la doctrine de la défense sociale », in Erk-Volkmar Heyen (ed.), Historische Sociologie der Rechtswissenschaft, n° 6, Francfort, Vittorio Klostermann, 1986, p. 267.

85 Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, « Réformes et révolutions pénales (XVIIIe-XIXe siècle), La révolution pénale de la fin du XVIIIe siècle et ses prolongations en Belgique au XIXe siècle », in Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, Xavier Rousseaux, Geoffroy Le Clercq (ed.), La Belgique criminelle : droit, justice, société (14e -20e siècle), Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 2006, p. 164 (Temps et Espaces n° 5).

86 Axel Tixhon, « Les acteurs de la police judiciaire belge au XIXe siècle », in Jean-Claude Farcy, Dominique Kalifa, Jean-Noël Luc (ed.), L’enquête judiciaire en Europe au XIXe siècle, Paris, Créaphis, 2007, p. 99.

87 Christian Debuyst, Françoise Digneffe, Alvaro Pires (ed.), Histoire des savoirs sur le crime et la peine, t. 1. Des savoirs diffus à la notion de criminel-né, Bruxelles, Larcier, 2008, p. 139.

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search