Version classiqueVersion mobile

La Bande noire (1855-1862)

 | 
Laure Didier

Première partie. Contexte d'un fait divers en Wallonie au milieu du XIXe siècle

La crise économique des Flandres

Texte intégral

  • 56 Éliane Gubin, « L’industrie linière à domicile dans les Flandres en 1840-1850, problèmes de méthod (...)
  • 57 Witte, « La construction de la Belgique… », p. 12.
  • 58 Éliane Gubin, Peter Scholliers, « La crise linière des Flandres. Ouvriers à domicile et prolétaria (...)
  • 59 Paul Leuilliot, « Houille et coton en Belgique », in Annales. Economies, sociétés, civilisations, (...)
  • 60 Ibid, p. 366.
  • 61 Pascale Delfosse, La politique agricole de l’État belge en période de crise au XIXesiècle : les ra (...)
  • 62 Witte, « La construction de la Belgique… », p. 142.
  • 63 Despy-Meyer, La Belgique au temps…, p. 35.
  • 64 Witte, « La construction de la Belgique… », p. 12.
  • 65 Despy-Meyer, La Belgique au temps…, p. 142.
  • 66 Witte, « La construction de la Belgique… », p. 142.

1Alors que la Wallonie est entrainée dans cette nouvelle industrialisation, la Flandre reste de manière générale attachée à la production traditionnelle agricole du tissu de lin et de coton qui fait sa réputation depuis le XVIe siècle. Depuis cette époque et jusqu’au premier tiers du XIXe siècle, cette industrie à domicile est généralement complétée par une activité aux champs56. Ce système économique semble être la solution toute trouvée pour compléter les « temps morts » de l’agriculture flamande basée sur l’exploitation intensive de petites parcelles et qui requiert par conséquent peu de main d’œuvre57. Mais cet équilibre fragile qui fait vivre des centaines de milliers d’individus et sur lequel se base la majeure partie de l’économie rurale des deux Flandres et d’une partie du Hainaut va être bousculé par l’arrivée de la machine à filer le lin. Ce procédé totalement nouveau et dont les débouchés en terme d’emploi sont beaucoup moins importants – les femmes et les enfants étant les travailleurs privilégiés – va être installé dans les centres industriels urbains délaissant ainsi les campagnes58. Dépassés par la mécanisation, les tisserands de lin des campagnes ne gagnent plus que 50 à 60 centimes de franc belge par jour, et encore, irrégulièrement ce qui ne leur permet plus de faire vivre leur foyer59. Ces difficultés engendrées par le passage trop brutal d’une économie agricole à une économie industrielle est un cap dévastateur pour les paysans flamands qui vont connaître deux grandes crises successives60. Alors que l’industrie linière est en difficulté, en 1845-1846, une crise agricole importante aggrave la situation61. Les aliments de base de la classe prolétaire et paysanne que sont la pomme de terre et les céréales sont successivement touchés par des maladies et champignons. La maladie de la pomme de terre provoque une chute de 90 % de la production totale tandis que la récolte de seigle diminue de moitié62. Les récoltes sont détruites et les emplois agricoles se raréfient tandis que le prix du pain s’envole. Au milieu de l’année 1844, le pourcentage de personnes sans travail atteint un seuil de 60 % dans les deux provinces thioises. Le taux de mortalité est en nette augmentation. La crise redouble d’intensité lorsque le typhus et le choléra font leur apparition, se propageant rapidement dans une population déjà affaiblie par la faim63. La situation devient alors catastrophique. Si cette crise de 1847-1848 est ressentie par l’ensemble de la Belgique, on l’a dit, les campagnes flamandes sont sans conteste les plus touchées. Les paysans wallons en difficulté trouvent assez facilement un nouvel emploi dans les nouveaux centres industriels, voire dans les travaux ferroviaires64. En effet, les difficultés qui se sont fait sentir sont rapidement palliées par l’arrivée du chemin de fer qui a fourni de nouveaux débouchés aux matières premières produites dans le bassin hennuyer65. Pour échapper à cette famine des Flandres, beaucoup n’hésitent pas à tout abandonner en espérant trouver mieux en ville. Malheureusement, les cités flamandes sont trop faibles pour pouvoir accueillir la population rurale poussée à l’exode. Ils doivent par conséquent aller plus loin : en Wallonie ou de l’autre côté de la frontière française, dans des centres textiles du Nord tels que Lille ou Roubaix66.

  • 67 Despy-Meyer, La Belgique au temps…, p. 142.
  • 68 Il est à noter que les Wallons, au XIXe siècle ne font pas usage du français comme langue maternel (...)

2Cependant, en ce milieu de XIXe siècle, le marasme économique qui entraine la Flandre voisine, ne sera pas sans effet sur le Hainaut. Plusieurs cas de choléra ont été détectés et de nombreuses exploitations agricoles connaissent des difficultés. Bien que nettement moins touché, il est envahi par une population nouvelle de Flamands – des jeunes hommes en particulier – à la recherche d’un emploi67. Beaucoup d’hommes, ne parlant ni le wallon, ni le français, sillonnent alors les campagnes et les villes dans l’espoir de se faire engager pour une tâche tout au plus quotidienne, dans une région où beaucoup ne parlent que le wallon68.

  • 69 Jeanne Lothe, Paupérisme et bienfaisance à Namur au XIXesiècle (1815-1914), Bruxelles, Crédit comm (...)

3La deuxième période de crise économique (1853-1855) semble être un dernier soubresaut de la catastrophe commencée dans les années 1840. Les caprices du climat qui s’ajoutent à une nouvelle maladie de la pomme de terre sont tels que la population rurale, encore affaiblie, est soumise à des difficultés continues69.

Notes

56 Éliane Gubin, « L’industrie linière à domicile dans les Flandres en 1840-1850, problèmes de méthode », in Revue belge d’histoire contemporaine, t. 14, n° 3-4, p. 369.

57 Witte, « La construction de la Belgique… », p. 12.

58 Éliane Gubin, Peter Scholliers, « La crise linière des Flandres. Ouvriers à domicile et prolétariat urbain (1840-1900) », in Revue belge de philologie et d’histoire, vol. 74, n° 74-2, 1996, p. 365.

59 Paul Leuilliot, « Houille et coton en Belgique », in Annales. Economies, sociétés, civilisations, vol. 7, n° 2, 1952, p. 199-209.

60 Ibid, p. 366.

61 Pascale Delfosse, La politique agricole de l’État belge en période de crise au XIXe siècle : les rapports de force dans une société en transition vers le capitalisme industriel, Louvain-la-Neuve, Crehides, 1983, p. 18.

62 Witte, « La construction de la Belgique… », p. 142.

63 Despy-Meyer, La Belgique au temps…, p. 35.

64 Witte, « La construction de la Belgique… », p. 12.

65 Despy-Meyer, La Belgique au temps…, p. 142.

66 Witte, « La construction de la Belgique… », p. 142.

67 Despy-Meyer, La Belgique au temps…, p. 142.

68 Il est à noter que les Wallons, au XIXe siècle ne font pas usage du français comme langue maternelle mais bien du wallon. La langue française est généralement utilisée dans l’administration belge et parmi les classes plus hautes de la société. Une grande majorité des Wallons, à l’exception de quelques habitants, la parlent ou du moins la comprennent. Cette complexité linguistique entre Wallons, Francophones (de Bruxelles, Wallonie ou Flandre) et Flamands est souvent abordée dans l’affaire de la Bande noire. D’abord parce que le procès mêle à la fois une bourgeoisie et une organisation judiciaire qui parlent le français, des témoins qui parlent le wallon, pour la plupart, ainsi que quelques témoins parlant le flamand. Ensuite, parce que, comme cela sera vu plus en détail par la suite, les bandits ont tenté de se faire passer pour « de pauvres Flamands ». Emmanuel Laurent, Coucke et Goethals étaient-ils innocents ? La Bande noire de l’Entre-Sambre-et-Meuse, Bruxelles, Print Express, 1971, p. 12.

69 Jeanne Lothe, Paupérisme et bienfaisance à Namur au XIXe siècle (1815-1914), Bruxelles, Crédit communal, 1978, p. 134 (Histoire, Pro Civitate, série in-8).

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search