Version classiqueVersion mobile

La Bande noire (1855-1862)

 | 
Laure Didier

Première partie. Contexte d'un fait divers en Wallonie au milieu du XIXe siècle

La situation sociale en Wallonie entre 1845 et 1865

Texte intégral

  • 46 Serge Jaumain, Industrialisation et société : la Belgique, Paris, Ellipses, 1998, p. 21.
  • 47 À noter que la population totale du Hainaut va doubler entre 1831 (613 179 habitants) et 1910 (1 2 (...)
  • 48 Henneaux-Depooter, Misères et luttes sociales dans le Hainaut…, p. 16.
  • 49 Witte, « La construction de la Belgique… », p. 101.
  • 50 Henneaux-Depooter, Misères et luttes sociales dans le Hainaut…, p. 43.
  • 51 Jaumain, Industrialisation et société…, p. 21.
  • 52 Witte, « La construction de la Belgique… », p. 141.

1Nous l’avons dit, l’industrialisation bourgeoise permet à la Belgique d’acquérir une place de première importance au sein des puissances européennes du XIXe siècle. Mais cette réussite n’est pas uniquement le fait des grands financiers, industriels, ingénieurs et politiciens qui détiennent les rênes des villes, du pouvoir et de l’économie belge. La révolution industrielle belge n’aurait pu connaître une telle ampleur sans l’émergence de la classe ouvrière. En effet, avec ces jeunes industries, un besoin nouveau et important en main d’œuvre est né. Une nouvelle classe va répondre à ce besoin : les ouvriers industriels46. À l’heure où la Belgique est en pleine transition démographique, de plus en plus nombreux sont les hommes, femmes et enfants qui vont délaisser la vie agricole pour les zones industrielles naissantes47. À l’instar de La Louvière, Gilly ou Couillet, de nouveaux villages industriels vont apparaître ou se développer aux abords des sites industriels et miniers wallons48. Mais ce nouveau type d’activité a un prix car l’envers du libéralisme économique révèle une situation précaire et misérable des classes laborieuses49. Les conditions de travail de cette partie de la population sont déplorables, forçant l’ouvrier à travailler des heures durant dans des conditions difficiles et ce, pour un salaire de misère. Pour donner une idée, le salaire moyen d’un mineur journalier en Hainaut est de 1,72 franc environ en 1847 et l’on sait que 60 % de son budget est consacré à l’alimentation dont la base est le pain50. La Belgique se distingue parmi les grandes puissances industrielles d’Europe pour les mauvaises conditions de travail et les salaires particulièrement bas qu’elle impose à ses travailleurs les plus pauvres51. Parallèlement à une riche bourgeoisie urbaine et à ses travailleurs miséreux, évolue, au cœur de la Belgique francophone et flamande, une noblesse au pouvoir restreint qui choisit la terre de ses domaines familiaux pour retrouver une société rurale où son autorité sociale et économique n’est plus contestée52.

  • 53 Ibid., p. 144.
  • 54 Situation professionnelle qui joue également sur le flux migratoire puisque la construction du che (...)

2D’autre part, dans les campagnes évolue la classe paysanne. Majoritaire en nombre, elle se consacre à des activités agricoles déclinantes. Si l’agriculture reste l’occupation principale d’une grande majorité de la population belge, elle rencontre des difficultés structurelles aggravées par des pratiques agricoles anciennes ainsi que par un protectionnisme exercé par l’aristocratie foncière53. De plus, la mécanisation qui se développe aggrave, elle aussi, la crise des activités artisanales. Les ateliers ruraux de petite envergure sont les premiers touchés. Pour pallier à ces difficultés, la population rurale traditionnelle n’a d’autre choix que d’alterner les activités agricoles et manufacturières en fonction des saisons. Une grande partie de la population rurale est en mouvements fréquents. L’affaire de la Bande noire et le procès qui y est lié sont d’ailleurs au cœur de cette problématique de mobilité de la population rurale du milieu du XIXe siècle et des difficultés que cela peut engendrer pour les populations locales. Les intervenants ruraux les plus pauvres de l’affaire de la Bande noire – cobandits, victimes et témoins – sont journaliers, vendeurs ambulants ou travailleurs au chemin de fer54. Aussi, les journaux dépouillés ainsi que les archives judiciaires témoignent de la fréquence des vagabonds et autres errants sur les routes et de la non-considération dont ils souffrent.

  • 55 Witte, « La construction de la Belgique… », p. 142.

3Ainsi, les paysans belges mènent dans l’ensemble une vie précaire, sont pour la plupart analphabètes et doivent voir leurs ainés partir pour de grands centres industriels où la situation n’est guère plus enviable. Cependant, si beaucoup d’aspects sont communs à l’ensemble du territoire, la situation paysanne n’est pas forcément identique que l’on soit d’un côté ou de l’autre de la frontière linguistique. La Wallonie est en grande partie composée d’exploitations agricoles plus grandes et souvent plus rentables qu’en Flandre où les terrains cultivables sont généralement morcelés et moins fertiles, rendant la situation encore plus difficile55. Face à ces difficultés, l’État est peu présent. Il limite son intervention à la formation de quelques rares « conseils de l’agriculture » qui ne donneront que peu de résultats. Les actions sociales, elles, sont négligées, ou laissées à l’initiative privée lorsqu’elle existe.

Notes

46 Serge Jaumain, Industrialisation et société : la Belgique, Paris, Ellipses, 1998, p. 21.

47 À noter que la population totale du Hainaut va doubler entre 1831 (613 179 habitants) et 1910 (1 232 687 habitants), elle connaîtra donc un taux d’accroissement annuel moyen de 8,9 %. Les zones industrielles naissantes ont un grand impact démographique sur les zones essentiellement rurales du Hainaut. Luc-Francis Genicot e. a. (ed.), Hainaut central, Architecture rurale de Wallonie, Liège, P. Mardaga, 1990, p. 58.

48 Henneaux-Depooter, Misères et luttes sociales dans le Hainaut…, p. 16.

49 Witte, « La construction de la Belgique… », p. 101.

50 Henneaux-Depooter, Misères et luttes sociales dans le Hainaut…, p. 43.

51 Jaumain, Industrialisation et société…, p. 21.

52 Witte, « La construction de la Belgique… », p. 141.

53 Ibid., p. 144.

54 Situation professionnelle qui joue également sur le flux migratoire puisque la construction du chemin de fer revêt la forme de chantiers qui, une fois achevés, forcent les nombreux ouvriers à trouver du travail ailleurs.

55 Witte, « La construction de la Belgique… », p. 142.

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search