Version classiqueVersion mobile

La Bande noire (1855-1862)

 | 
Laure Didier

Première partie. Contexte d'un fait divers en Wallonie au milieu du XIXe siècle

La situation politique entre 1845 et 1865

Un esprit libéral nouveau

Texte intégral

  • 25 Els Witte, « La construction de la Belgique. 1828-1847 », in Michel Dumoulin, Vincent Dujardin e. (...)
  • 26 Georges-Henri Dumont, Histoire de Bruxelles, Biographie d’une capitale des origines à nos jours, B (...)
  • 27 Marie-Thérèse Bitsch, Histoire de la Belgique de l’Antiquité à nos jours, Bruxelles, Complexe, 200 (...)
  • 28 Guy Vanthemsche, La Belgique et le Congo. Nouvelle Histoire de Belgique, vol. 4, Bruxelles, Le Cri (...)
  • 29 Andrée Despy-Meyer, La Belgique au temps de Frère-Orban, Bruxelles, Crédit communal, 1996, p. 23.
  • 30 Ibid.

1En 1847, le premier gouvernement libéral homogène arrive au pouvoir après la succession de gouvernements unionistes aux influences libérales qui ont gouverné depuis l’indépendance de 1830. En effet, la pensée libérale est dominante en Europe depuis le début du XIXe siècle. Elle est principalement axée sur le pan économique de la société, visant une intervention moins importante de l’État dans les sphères économiques et sociales, tout en assurant la sécurité du concitoyen afin qu’il puisse produire et commercer en toute liberté. En cohérence avec cette pensée libérale, les unionistes ont mis en place différentes lois organiques et économiques consolidant les assises du nouvel état bourgeois25. Mais à partir des années 1840, le clivage entre catholiques et libéraux se fait de plus en plus pesant. Les libéraux veulent un État basé sur une indépendance réelle du pouvoir civil par rapport au pouvoir religieux, une organisation laïque de l’enseignement ainsi qu’une amélioration des conditions de vie des classes ouvrières et indigentes26. En effet, au cœur de la révolution industrielle d’alors, la Wallonie est la deuxième région industrielle du monde après l’Angleterre27. Cette place de choix a un prix qui est lourdement payé par la classe prolétaire dont la pauvreté et les conditions de vie sont de plus en plus contestées28. Le parti libéral, qui est créé en 1847, est particulièrement soutenu en milieu urbain wallon et devient le porte-parole de la bourgeoisie anticléricale. Des villes influentes telles que Bruxelles et Mons lui sont majoritairement acquises29. Quant à la pensée catholique, bien qu’elle reste influente durant toute la seconde moitié du XIXe siècle sur la scène politique puisqu’elle attire entre autre la majeure partie de la masse paysanne, elle ne se muera pas en un parti politique avant 188430.

Notes

25 Els Witte, « La construction de la Belgique. 1828-1847 », in Michel Dumoulin, Vincent Dujardin e. a. (ed.), Nouvelle Histoire de Belgique, vol 1 : 1830-1905, Bruxelles, Complexe, 2005, p. 101.

26 Georges-Henri Dumont, Histoire de Bruxelles, Biographie d’une capitale des origines à nos jours, Bruxelles, Le Cri, 2005, p. 308.

27 Marie-Thérèse Bitsch, Histoire de la Belgique de l’Antiquité à nos jours, Bruxelles, Complexe, 2004, p. 75.

28 Guy Vanthemsche, La Belgique et le Congo. Nouvelle Histoire de Belgique, vol. 4, Bruxelles, Le Cri, 2007, p. 29.

29 Andrée Despy-Meyer, La Belgique au temps de Frère-Orban, Bruxelles, Crédit communal, 1996, p. 23.

30 Ibid.

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search