Version classiqueVersion mobile

La Bande noire (1855-1862)

 | 
Laure Didier

Introduction

Texte intégral

  • 9 L’Ami de l’Ordre, 24 décembre 1861, p. 2.

1« Vola tos les voleurs, waito les bin ! ». Voici les paroles prononcées par Philippe Boucher, un des malfrats de la fameuse Bande noire qui a attaqué le sillon de l’Entre-Sambre-Meuse entre 1856 et 18619. Lorsqu’il prononce ces paroles en wallon « Les voilà, les voleurs, regardez les bien ! », il s’adresse à la foule curieuse qui s’agglutine dans le box du public lors du procès en cour d’assises de Mons dans l’espoir d’apercevoir ceux qui vont être jugés après avoir semé une réelle terreur dans toute la région…

  • 10 Charlotte Vanneste, « L’exécution des peines. L’usage des prisons en Belgique de 1830 à nos jours  (...)
  • 11 Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, « Criminalité féminine – Justice masculine. Les femmes devant la just (...)
  • 12 Dominique Kalifa, L’encre et le sang. Récits de crimes et société à la belle époque, Paris, Fayard (...)

2Depuis une vingtaine d’années, l’historiographie francophone en sciences humaines connait un engouement nouveau pour la thématique de la déviance et surtout de la délinquance en général. Au sein de la production francophone paraissent des articles et études sur des thèmes nouveaux tels que celui des prisons10, de la délinquance juvénile11, du fait divers12, et enfin, du banditisme. L’objectif est souvent de mettre le doigt d’une part, sur une population déviante, représentative des failles d’une organisation sociétale et d’autre part, sur la réponse pénale et sécuritaire de l’État. En ce qui concerne le banditisme, puisque c’est de ce type de délinquance dont il s’agira tout au long de cette étude, les analyses et colloques sont de plus en plus nombreux. À partir de cas particuliers, ces recherches visent à dégager des aspects plus généraux souvent spécifiques à une période ou à une région. La période révolutionnaire française et ses suites (du milieu du XVIIIe siècle au milieu du XIXe siècle) sont d’ailleurs fortement étudiées et particulièrement les régions de France, Belgique et Hollande car le climat marqué par le passage d’une société traditionnelle à un État moderne y présente un environnement propice à ce genre de criminalité. Quelques plus rares essais tendent à généraliser et à définir le banditisme au sens large du terme.

  • 13 Eric Hobsbawm, Les bandits, nouvelle édition revue et commentée par l’auteur, Paris, Zones, 2008.

3Eric Hobsbawm est un des précurseurs de ce type de démarche plus générale. À partir d’un grand nombre d’études ponctuelles, il est parvenu en 1969 à publier une théorie générale du banditisme, axée sur des facteurs historiques et sociologiques13.

  • 14 Anton Blok a majoritairement travaillé, à partir des années 1960, sur l’histoire de la mafia sicil (...)

4Cet ouvrage – réédité – est encore plus riche par le débat qu’il a suscité que par la théorie proprement dite, déjà très précieuse. Un des plus grands critiques de la théorie d’Hobsbawm est l’anthropologue Anton Blok14. Les deux intellectuels ont échangé leurs arguments de discorde par articles de revues et chapitres d’ouvrages interposés. Depuis lors, le jeu des historiens qui traitent de faits de banditisme est de se positionner par rapport à l’une ou l’autre des deux théories.

  • 15 Hobsbawm, Les bandits…, p. 31.

5La théorie d’Eric Hobsbawm s’inscrit dans un champ d’action universel d’un point de vue géographique, pour autant que la situation se passe dans une communauté de type agraire ou pastoral (la situation urbaine étant une réalité totalement différente). Quant au champ chronologique, il est moins précis puisque la théorie s’applique pour toute société en mutation, passant d’un système traditionnel à un système de capitalisme moderne. Autrement dit, d’une économie agraire à une économie industrielle caractérisée par un développement économique intense ainsi que par un système de communication et d’administration publique performant15. Un des points communs à ces périodes est le fait que dans cette transition, les paysans sont désormais considérés comme dépassés, voir même inférieurs. Ils sont à la fois rejetés et dépendants des riches qu’ils côtoient. Hobsbawm affirme que le bandit appartient aujourd’hui au passé puisque la modernisation au sens large est d’une façon ou d’une autre, mondialement présente.

  • 16 Ibidem, p. 24.

6Dans les sociétés agricoles présentées par le théoricien, le pouvoir est principalement local ou régional. L’autorité nationale, pour autant qu’elle existe, n’agit que par actions sporadiques et, par conséquent superficielles, sur une population anonyme. Si les autorités locales sont plus proches, elles rencontrent également de grandes difficultés de contrôle, l’existence de polices rurales étant trop rare16. En outre, les premiers moyens modernes de communication – chemin de fer, télégraphes, etc. – ne faisant leur apparition générale qu’à la moitié du XIXe siècle, l’État se voyait auparavant dans l’impossibilité d’avoir un œil attentif sur certaines régions moins centrales du territoire.

  • 17 Hobsbawm, Les bandits…, p. 15.
  • 18 Ibid., p. 29.
  • 19 Amy Gilman-Srebnik, René Levy, Crime and Culture : an historical perspective, Aldershot, Ashgate, (...)

7Hobsbawm définit les bandits qui évoluent dans une société de classe comme des individus, principalement de sexe masculin (les femmes se livrant rarement à ce type d’activités criminelles), qui « ne reconnaissent ni la loi, ni l’autorité. Ils sont armés et utilisent la violence, soumettent leurs victimes par l’extorsion, le vol ou de quelque autre façon. Ils défient ainsi ceux qui détiennent le pouvoir, le droit et l’accès aux ressources17 ». Enfin, l’auteur précise que l’aventure de ces hommes se termine toujours d’une manière tragique. Parmi ces bandits ruraux, Hobsbawm relève trois catégories différentes, définies en fonction de leurs intentions, activités ainsi que de l’image qu’ils véhiculent auprès du pouvoir et de la population. Selon lui, il y a parmi les brigands : les voleurs ordinaires généralement recrutés parmi les professionnels du crime, les communautés telles que les Bédouins qui font du vol un mode de vie, et les bandits sociaux. Hobsbawm s’intéresse uniquement à ceux qui ne sont pas considérés par l’opinion publique comme de simples criminels18. Ainsi, il a fait du banditisme social la condition d’existence de sa pensée sur le brigandage. Pour lui, le bandit social est un paysan qui vole les riches pour survivre. Ce « Robin des Bois des campagnes » est de ce fait condamné par les représentants locaux du pouvoir mais idolâtré par l’ensemble de la société paysanne dans laquelle il évolue puisqu’il s’oppose au système établi et représente l’expression d’un mécontentement populaire19.

8Cette reconnaissance attribuée au bandit social par la population paysanne lui confère un statut différent des deux autres types de bandits cités précédemment. Dans le cas d’un banditisme criminel, la victime et l’agresseur sont des ennemis qui ne se connaissent pas. Ces pillards considèrent le paysan comme une proie et sont conscients de l’hostilité que ces victimes potentielles ont à leur égard. De son côté, le paysan voit son agresseur comme un criminel, vision qui est différente dans le cas du bandit social puisque le paysan ne le considère pas comme une menace. Cependant, il faut être conscient que dans la réalité, cette distinction est souvent moins nette.

  • 20 L’auteur se base sur un exemple de banditisme en Grèce pour attester que la population rurale est (...)
  • 21 Blok, « The Peasant and the Brigand… », p. 17.

9La vision d’Eric Hobsbawm est considérée par beaucoup comme stéréotypée et extrêmement romantique. Anton Blok de son côté, se refuse à considérer les brigands comme les défenseurs des pauvres puisqu’ils laissent derrière eux une population terrorisée et contribuent à l’oppression de cette dernière20. Bien au contraire, l’image du bandit théorisée par Hobsbawm et vue comme un vengeur de la justice sociale est selon lui beaucoup trop générale et idéalisée. Hobsbawm considère comme dominante une catégorie de bandits qui est minoritaire dans la réalité. Les bandits qui sont laissés pour compte par Hobsbawm sont notamment les voleurs urbains, équivalence urbaine du bandit paysan, les « desperados ruraux » qui ne sont pas des paysans, de même que les pillards qui forment une communauté entre eux, tout comme les bédouins, ainsi que les gangs mafieux21. Selon lui, les sources littéraires telles qu’utilisées par Hobsbawm, révèlent bien plus l’existence d’une mystification du bandit qu’une réelle adoration populaire. De plus, Blok maintient qu’il est difficile de placer chaque bandit dans une catégorie puisque son activité criminelle peut être évolutive en fonction du lieu et/ou de l’époque où les crimes sont commis.

  • 22 Séminaire d’Histoire du Droit et de la Justice, niveau maîtrise, X. Rousseaux (titulaire), année 2 (...)

10En 2007, un séminaire en histoire du droit et de la justice à l’UCL s’est intéressé à la thématique du banditisme22. L’objectif était alors, par groupes, d’analyser un cas de banditisme et de le confronter avec les théories d’Hobsbawm et de Blok. L’affaire de la Bande noire, célèbres bandits wallons du XIXe siècle, était parmi les sujets proposés et cinq étudiants ont travaillé sur ce cas. Constituée de quatorze individus issus majoritairement de deux familles, la bande a semé la panique dans la campagne wallonne entre 1856 et 1861, en attaquant en particulier des maisons habitées par des personnes âgées. En avril 1861, après cinquante-cinq vols effectués dans la région de l’Entre-Sambre-et-Meuse, elle est arrêtée et jugée aux Assises de Mons, dans le cadre d’un procès qui fera grand bruit. Au terme de l’exercice par groupe, il est apparu que l’analyse de l’histoire de la bande et des sources qui y sont liées, étaient restées en friche et que bien des recherches supplémentaires étaient nécessaires pour « rendre justice » à ces bandits. Nous avons donc pris le parti de reprendre le dossier de l’instruction, de le compléter par d’autres documents d’archives et d’éclairer l’activité criminelle des individus de la Bande noire et ses conséquences. La complexité de ces faits nous oblige à nous concentrer presque exclusivement sur l’affaire en elle-même. Une analyse plus approfondie de comparaison avec d’autres cas exemplaires de criminalité, en accord avec l’historiographie actuelle, serait d’une toute autre ampleur.

11Dans cette logique, cette étude a donc pour but, premièrement, d’examiner et d’analyser les activités criminelles, l’arrestation et la condamnation de la Bande noire. Par conséquent, au cours de cette analyse, nous allons répondre à des questions telles que : qui sont les membres de cette association de malfaiteurs et comment est-elle organisée ? Qu’ont-ils fait ? Qui sont les victimes ? Nous nous intéresserons également au contexte politique, économique et social qui a rendu possible l’émergence de cette association de malfaiteurs en milieu rural ainsi que sa durée.

12Deuxièmement, à travers cette recherche, nous avons voulu poser un regard analytique sur les structures sociales du banditisme représenté par la Bande noire, de même que souligner l’impact éventuel que cette affaire a pu avoir sur la société belge. Par conséquent, nous allons, parallèlement au premier point d’analyse, aborder le climat social dans lequel la bande évolue. Par « climat social », nous entendons d’abord le lien qui existe entre les bandits et les acteurs judiciaires qui les traquent pendant plus de cinq ans, et ensuite le rapport entretenu avec la communauté rurale qui, d’une part, coexiste sans le savoir avec les malfrats et, d’autre part qui est en même temps victime de leurs agissements. Enfin, le dernier acteur à avoir un rôle significatif dans l’affaire est bien entendu la presse, qui fera le lien entre les faits et leur publicité. Acteurs judiciaires, victimes et Presse vont connaître une évolution dans leur rapport à la bande et dans la représentation qu’ils vont s’en faire.

13Dans cette optique, la phrase prononcée par Philippe Boucher, « … Regardez-les bien ! » prend tout son sens parce que nous souhaitons à travers cette monographie, non seulement observer et analyser ces bandits avec leurs spécificités, mais également, comprendre le regard qu’ont posé sur eux les différents acteurs qui les ont côtoyés.

14L’affaire de la Bande noire est directement liée au contexte de la Belgique entre 1856 et 1862 et de la province hennuyère en particulier. À cette époque, la nation belge n’a que trente ans et l’organisation bourgeoise de l’indépendance commence à faire apparaître ses premières failles. La bourgeoisie qui tient les rênes du pouvoir est essentiellement libérale et prône un libéralisme économique, qui se reflète dans le secteur industriel belge, alors en plein essor. Au XIXe siècle, les pauvres, ruraux et urbains, sont les premiers touchés par les effets néfastes de l’industrialisation, le paternalisme bourgeois ainsi que par l’organisation de cet État nouveau et encore fragile. D’autant plus qu’au milieu du XIXe siècle, une crise économique sans précédent frappe la Belgique – la Flandre et le Hainaut étant en première ligne – et place la population prolétaire dans un désarroi encore plus important. Cette époque de criminalité croissante liée à la crise coïncide avec plusieurs projets de réforme pénale en vue d’adapter les codes pénaux et d’instructions criminelles napoléoniens aux nouvelles mentalités du XIXe siècle. Les objectifs sont de viser, à travers ces réformes, un plus grand contrôle judiciaire de la population ainsi que de promouvoir des peines plus fréquentes mais moins lourdes.

15Les principales archives qui ont permis de réaliser le présent ouvrage sont de natures diverses. En premier lieu, nous citerons le dossier de l’instruction de la Bande noire, conservé aux Archives de l’État à Mons. Pour les sources judiciaires, ce fonds est complété par le dossier d’instruction de l’affaire Coucke et Goethals, également conservé à Mons, ainsi que par le dossier du parquet général de la cour d’appel de Bruxelles, conservé aux Archives d’Anderlecht. De plus, six journaux ont été dépouillés entre 1856 et 1862. En revanche, il nous faut signaler que les sources utilisées ne représentent pas l’ensemble des archives disponibles en Belgique. Nous avons la connaissance de plusieurs documents existants mais qui n’ont pu être localisés.

16Le présent travail est divisé en quatre parties. En première lieu, il a paru indispensable de dresser le contexte général de la situation économique et sociale du Hainaut entre 1845 à 1865 ainsi que le contexte de la justice et du banditisme durant cette période.

17Ensuite, nous allons analyser l’histoire des membres de la Bande noire en retraçant les faits avant leur arrestation et en s’attachant à décrire la vie criminelle de ces bandits. Cette partie s’intéresse successivement aux sources utilisées, à un exposé des vols commis par la bande, à sa structure sociale, aux pratiques criminelles et enfin, à ses rapports avec la police judiciaire. Le second temps de l’histoire de la bande est exposé dans la troisième partie : celui du procès en assises.

18Enfin, la dernière partie s’intéresse à l’image qui a été véhiculée sur la Bande noire et aux discours de la presse. Elle traite également des polémiques entourant cette affaire, à l’époque des faits, durant le procès ou encore à la fin du XIXe siècle et même au XXe siècle.

Notes

9 L’Ami de l’Ordre, 24 décembre 1861, p. 2.

10 Charlotte Vanneste, « L’exécution des peines. L’usage des prisons en Belgique de 1830 à nos jours », in Dirk Heirbaut, Xavier Rousseaux, Karel Velle (ed.), Histoire politique et sociale de la justice en Belgique de 1830 à nos jours/Politieke en sociale geschiedenis van justitie in belgië van 1830 tot heden, Bruges, La Charte, 2004, p. 103-124.

11 Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, « Criminalité féminine – Justice masculine. Les femmes devant la justice des hommes en Belgique au 19e siècle. Discours et pratiques », in Luc Courtois, Jean Pirotte, Françoise Rosart (ed.), Femmes et pouvoirs : flux et reflux de l’émancipation féminine depuis un siècle, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 1992.

12 Dominique Kalifa, L’encre et le sang. Récits de crimes et société à la belle époque, Paris, Fayard, 1995.

13 Eric Hobsbawm, Les bandits, nouvelle édition revue et commentée par l’auteur, Paris, Zones, 2008.

14 Anton Blok a majoritairement travaillé, à partir des années 1960, sur l’histoire de la mafia sicilienne ainsi que sur les bandes de voleurs hollandais au XVIIIe siècle. Anton Blok, « The Peasant and the Brigand : Social Banditry Reconsidered », in Comparative Studies in Society and History, 1972, n° 14, p. 494-503.

15 Hobsbawm, Les bandits…, p. 31.

16 Ibidem, p. 24.

17 Hobsbawm, Les bandits…, p. 15.

18 Ibid., p. 29.

19 Amy Gilman-Srebnik, René Levy, Crime and Culture : an historical perspective, Aldershot, Ashgate, 2005.

20 L’auteur se base sur un exemple de banditisme en Grèce pour attester que la population rurale est bien plus dérangée par les bandits que le pouvoir. Anton Blok, Honour and Violence, Oxford/Cambridge, Polity Press, 2001, p. 25.

21 Blok, « The Peasant and the Brigand… », p. 17.

22 Séminaire d’Histoire du Droit et de la Justice, niveau maîtrise, X. Rousseaux (titulaire), année 2007-2008.

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search