Version classiqueVersion mobile

Lectures de Michel Henry

 | 
Grégori Jean
, 
Jean Leclercq

Avant-propos

Grégori Jean et Jean Leclercq

Texte intégral

1« Lectures de Michel Henry ». Sous ce titre principal, nous avons souhaité offrir au lecteur deux types de contributions relatives à la pensée henryenne.

2D’une part, une série d’études que nous pourrions qualifier d’« historiques », portant sur tel ou tel aspect de la pensée henryenne. Historiques parce que leurs auteurs se proposent, au prisme d’un problème précis — son sens et de sa portée phénoménologiques, son lien problématique avec la « métaphysique » ou la psychanalyse, ses interprétations plus ciblées de la politique, de l’esthétique ou de la religion — de lire Henry en historiens de la philosophie, marquant par conséquent chaque fois sa place dans une histoire des problèmes hors de laquelle elle ne peut être reçue qu’abstraitement et dans une fidélité ou une méfiance inconditionnées. Ces études sont également historiques parce que, composées pour partie de textes inédits prenant actes des dernières avancées des études henryennes, elles regroupent également quelques grands textes, ici réédités et parfois réactualisés, ayant marqué la réception de l’œuvre du philosophe. Aussi permettent-elles déjà de voir se dessiner une certaine histoire de cette réception, et dès lors d’éclairer d’une lumière nouvelle la place occupée par la pensée henryenne dans l’espace de la philosophie française contemporaine.

3Mais il ne s’agit pas seulement ici pour les contributeurs de lire Michel Henry en historiens de la philosophie ; il est d’autre part question de prendre acte de ses propres « lectures » et de leurs propres portées « historiques ». Car s’il ne se présenta jamais lui-même comme un tel « historien », force est de constater qu’il aura, dans une série d’études fulgurantes que les meilleurs spécialistes se proposent ici d’analyser et d’évaluer de manière rigoureuse, renouvelé en profondeur la compréhension de quelques grands auteurs de la tradition — Maître Eckhart, Descartes, Kant, Biran, Kierkegaard, Hegel et Marx, Schopenhauer et Nietzsche notamment. Et si, comme l’on s’en convaincra, il ne s’agit pas à proprement parler d’études « historiques », si les « lectures de Michel Henry » — les siennes — se trouvent chaque fois orientées par un projet philosophique de plus vaste amplitude, c’est parce que son histoire de la philosophie — ou sa « contre-histoire » — se trouve elle-même philosophiquement guidée par le souhait de mettre en question « l’histoire de la métaphysique » — celle de Heidegger bien sûr, et de tous ceux qui, sur ce point, auront tâché d’en hériter — au nom d’une pensée tout autre qui en déjouerait a priori l’ensemble des structures constitutives et qui, dans son historialité même, coexisterait avec elle comme ce « courant souterrain » des « philosophies de la vie » se donnant « la main à travers le temps et l’espace de leurs problématiques respectives » (Ms A 19250).

4L’enjeu par conséquent des « lectures de Michel Henry » — au double sens, on l’aura compris, du génitif — que nous offrons ici au lecteur est, si ce n’est de révéler l’existence d’un « système » henryen ou d’une vision totalisante voire totalisatrice, du moins de manifester la grande cohérence de son geste, et la prégnance d’une « intuition philosophique » se répétant sur différents plans et se saisissant elle-même dans une histoire dont il contribue à circonscrire la teneur et qu’il pourvoit dès lors de son intelligibilité propre.

5Et de cette cohérence, nul texte ne donne à nos yeux une meilleure image que la première version inédite de l’article fameux intitulé « Phénoménologie de la naissance », texte que nous avons donc placé en tête de ce volume et accompagné d’une présentation substantielle destinée à en révéler le contexte et les enjeux. Au prisme d’une question qui, pour cruciale qu’elle soit, n’en semble pas moins d’abord « régionale », on y voit en effet Henry ressaisir lui-même l’unité de ce geste et dégager avec autant de finesse que de force l’unité de sa pensée et de ses propres « lectures ».

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search