Version classiqueVersion mobile

Un commissaire de police à Namur sous Napoléon

 | 
Antoine Renglet
, 
Axel Tixhon

Avertissement

Texte intégral

  • 71 http://www.kcgeschiedenis.be/fr/commission/reglesEdition/reglesEdition_fr.html, consulté le 6 mai (...)

1La transcription du registre aux actes de police de Mathieu de Nantes se veut avant tout scientifique. Même si le français utilisé par les auteurs est très proche du nôtre, certaines formes anciennes subsistent et nécessitent donc l’emploi de règles de transcription. Nous nous sommes principalement inspirés des conventions établies par la Commission royale d’histoire pour l’édition de textes anciens71, en gardant comme but ultime de rendre le texte compréhensible pour le lecteur tout en restant au plus près du texte original et en y apportant le moins de modifications possibles. Outre les instructions préconisées par la Commission, les règles suivantes ont été observées plus spécifiquement.

  • 72 Lire idem.

2La mise en page, la graphie et la langue de l’époque ont été conservées pour rester fidèle au manuscrit. Ainsi, les formes anciennes (verbes en « oit » par exemple) et l’emploi aléatoire des consonnes doubles, dès lors qu’elles n’empêchaient pas la compréhension du texte, ont été maintenus. L’organisation des paragraphes a été maintenue à l’exception des retours à la ligne intervenant au milieu d’une phrase. Dans la même logique, les passages barrés ou raturés ont également été retranscrits lorsqu’ils étaient lisibles. Les passages soulignés dans le texte manuscrit l’ont aussi été dans l’édition. Dans un souci de clarté et afin de faciliter la lecture du texte, les abréviations, généralement encore en usage de nos jours, ont été résolues à l’exception de id.72, mr, sr, & et etc. Si la partie manquante d’un mot ou d’une phrase a été ajoutée et intégrée afin de rendre compréhensible le texte, celle-ci figure entre crochets. Le terme [sic] a été employé pour indiquer les formulations maladroites de l’auteur ou pour les graphies très éloignées de leur forme actuelle. Nous avons harmonisé l’usage de la ponctuation. Ainsi, lorsque cela s’avérait possible, nous avons choisi de scinder les phrases pour les rendre plus courtes. Les accents et les cédilles ont été ajoutés. L’emploi des majuscules a été normalisé selon l’usage actuel. Les traits d’union d’ordinaire placés entre les différents prénoms d’un même individu ont été abandonnés, car ils apparaissaient de manière aléatoire.

3N’étant pas nécessairement fixées à l’époque, les différentes formes d’un même nom propre ont été conservées (Winants, Wynant, Wynants, etc.). Lorsqu’il s’agit d’un nom de lieu mal orthographié, nous avons introduit son appellation actuelle. En outre, les numéros indiqués entre deux traits obliques signalent le début d’une page dans le document original.

4Les mots de vocabulaire encore employés de nos jours, même s’ils sont rares, ne font pas l’objet d’une notice explicative. Par contre, si ceux-ci sont sortis de l’usage contemporain, ils sont expliqués en note. Pour définir et expliciter ce vocabulaire, des dictionnaires des XVIIIe et XIXe siècles, de même que des dictionnaires wallons ont été mobilisés.

5L’édition du texte est suivie d’annexes comprenant une reproduction d’une page du registre, une table de concordance du calendrier républicain, un tableau des objets traités dans chaque procès-verbal, un index des noms propres ainsi qu’une bibliographie.

Notes

71 http://www.kcgeschiedenis.be/fr/commission/reglesEdition/reglesEdition_fr.html, consulté le 6 mai 2013.

72 Lire idem.

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search