Version classiqueVersion mobile

Un commissaire de police à Namur sous Napoléon

 | 
Antoine Renglet
, 
Axel Tixhon

Préface

Catherine Denys

Texte intégral

  • 1 Pour le contexte général, voir l’ouvrage collectif dirigé par Hervé Hasquin, La Belgique française (...)

1À rebours des fantasmes d’espionnage international ou de complot d’État qui naissent volontiers à l’évocation de la police napoléonienne, Antoine Renglet et Axel Tixhon nous proposent de suivre dans ce livre le détail prosaïque du quotidien d’un commissaire de police à Namur entre 1804 et 1807. La ville est alors chef-lieu du département de Sambre-et-Meuse, département créé puis « réuni » à la France par les vainqueurs de Fleurus et doté d’un préfet à partir de 18001. Après les difficultés de la conquête sous le Directoire, le passage du Consulat à l’Empire napoléonien se déroule sans opposition majeure dans les départements belges et, à Namur même, rien ne vient troubler sérieusement les représentants civils ou militaires de l’État français. L’« esprit public » namurois, comme disent les rapports du temps, est neutre : le nouveau régime ne suscite ni adhésion spontanée ni rejet massif, chacun s’en accommode, probablement satisfait d’avoir vu s’éloigner du pays les désordres révolutionnaires et les guerres. La prospérité économique est revenue et les tensions entre l’Empereur et le Pape ne sont pas encore parvenues à troubler la paix religieuse rétablie par le Concordat.

  • 2 Pour reprendre l’expression d’Arlette Farge, Le cours ordinaire des choses dans la cité du XVIIIes (...)
  • 3 Pour la période 1802-1805, les archives de la ville de Bruxelles recèlent, par exemple, des corres (...)

2Dans ce contexte apaisé et dans cette ville tranquille, que fait la police ? Le journal tenu par le commissaire Mathieu de Nantes entre 1804 et 1807 nous livre une réponse d’autant plus précieuse qu’elle est extrêmement rare. Tout historien sait à quel point le quotidien des temps passés se dérobe à sa connaissance, limitée par les archives qui, par nature, consignent bien plus volontiers la mémoire de l’extraordinaire. À l’instar des journaux qui ne parlent jamais des trains qui arrivent à l’heure, nos ancêtres écrivaient rarement pour décrire le « cours ordinaire des choses »2. Dans l’état actuel des sondages menés par Antoine Renglet dans les dépôts d’archives des principales villes belges, aucun des collègues de Mathieu de Nantes n’a tenu un registre comparable. À Bruxelles même, où les archives de la pratique policière de l’époque française ne manquent pas et où officiaient huit commissaires de police, aucun document équivalent n’existe3. Bien sûr, nous ne saurons jamais si le commissaire notait toutes ses activités ou s’il choisissait de n’inscrire que ce qui lui paraissait le plus important, mais même en ce cas, le nombre et la régularité des mentions, plus de 350, prouve le sérieux – on doit dire ici le professionnalisme – avec lequel Mathieu de Nantes remplissait sa fonction. C’est dire tout l’intérêt, à la fois de ce registre et de la transcription fidèle, complète et commentée, que nous offrent aujourd’hui Antoine Renglet et Axel Tixhon.

3Sorti des archives et accessible désormais à chacun grâce à cette édition exhaustive, le registre du commissaire Mathieu de Nantes peut se lire de diverses manières. L’historien de la police et du premier Empire y trouvera matière à consolider ou infirmer ses thèses, dans les champs aujourd’hui bien ouverts de la continuité des pratiques policières ou de l’intégration des espaces périphériques. Prudence ou légalisme des Namurois en ce début de nouveau régime, les traces d’un sentiment anti-français ou anti-impérial sont très ténues ici. Ainsi, le blanchisseur Veborgne après avoir mis en doute la véracité des victoires de l’armée française publiées par les gazettes, revient bien vite sur des invectives peut-être dues essentiellement à l’alcool (f° 101). Il est vrai qu’en dehors du contrôle du remplacement des poids et mesures locales au profit du système métrique, le commissaire français pratique une police en tout point semblable à celle de l’Ancien régime autrichien. À l’instar de l’ancien Mayeur et de ses sergents, Mathieu de Nantes et ses agents veillent à la légalité des transactions au marché, à la liberté de circulation dans les rues, s’interposent dans les bagarres fréquentes entre les habitants de la ville, intiment aux propriétaires de chiens dangereux d’attacher leurs bêtes, reçoivent les plaintes des victimes de vol ou d’injures. La nuit, ils parcourent les rues pour faire respecter l’horaire de fermeture des cabarets, noter les réverbères éteints, mettre fin aux tapages et attroupements bruyants qui troublent le repos des habitants, toutes tâches qui traversent les époques et les régimes.

4Les historiens des sociétés urbaines tout comme les amateurs éclairés et curieux y découvriront, à travers le style simple et percutant du commissaire et de son agent, les manières de vivre, de travailler et de se distraire des hommes et des femmes du début du XIXe siècle. L’œil de la police, en se portant partout, dessine une image en miroir de la société qu’il observe et les traces que les policiers nous ont laissées fourmillent de petites scènes qui sont autant de témoignages parfois amusants, souvent émouvants. On n’oubliera pas de sitôt la triste fin de Jean Hurquin, mort dans d’atroces souffrances après être tombé du rempart qu’il a escaladé, avec ses camarades ouvriers bateliers, pour rentrer dormir chez lui dans le faubourg après la fermeture des portes de la ville (f° 34). Sans Mathieu de Nantes, nous n’aurions pu entendre le cri désespéré de la « nommée Damoiseau » à qui on vient d’enlever son bébé et qui proclame : « que si elle était putain, cela ne foutait rien à personne, qu’elle aimait mieux être putain & faire la putain que de faire la voleuse » (f° 65). Enfin, on laisse au lecteur découvrir la révoltante « punition » infligée par les hussards de la garnison à la pauvre Marie Hanset (f° 184-189). D’autres passages sont heureusement plus gais, tels l’interrogatoire de Ferdinand Dubois, allumeur de réverbère bien peu consciencieux (f° 132) ou le récit des démêlés de l’aubergiste de l’hôtel du Luxembourg avec sa voisine qui envoie ses enfants « satisfaire à leurs besoins naturels » sous ses fenêtres (f° 89).

5Les Namurois d’aujourd’hui prendront certainement plaisir à reconnaître les patronymes de leurs ancêtres et à retrouver des lieux toujours familiers. Avec les autres lecteurs, ils pourront constater que la violence interpersonnelle, dont on imagine volontiers qu’elle marque notre époque, était bien plus élevée il y a deux siècles et qu’en dépit de liens sociaux plus étroits, la vie était certainement plus précaire alors. Les archives de la police ne nous éclairent pas seulement sur l’évolution historique des mécanismes qui lient les forces politiques et sociales, les grandes entités que sont l’État, la puissance publique, la Nation, la société ; elles aident également à remettre dans une perspective longue des phénomènes sociaux que l’actualité tend naturellement à présenter comme nouveaux. À ce titre, l’édition du registre de police de Mathieu de Nantes que proposent ici Antoine Renglet et Axel Tixhon contribue au maintien d’une mémoire nécessaire à une meilleure compréhension des enjeux du présent et intéressent donc autant le citoyen que l’historien.

Notes

1 Pour le contexte général, voir l’ouvrage collectif dirigé par Hervé Hasquin, La Belgique française, 1792-1815, Bruxelles, Crédit communal, 1993.

2 Pour reprendre l’expression d’Arlette Farge, Le cours ordinaire des choses dans la cité du XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 1994.

3 Pour la période 1802-1805, les archives de la ville de Bruxelles recèlent, par exemple, des correspondances très intéressantes entre l’adjoint au maire chargé de la police et les commissaires et agents, voir Catherine Denys, « La police napoléonienne était-elle vraiment le pilier de l’Empire ? L’expérience bruxelloise de 1802-1804 », communication au symposium international L’Empire : une expérience de construction européenne ?, Bruxelles, 20-22 octobre 2011, à paraître.

Auteur

Professeur en histoire moderne à l’Université Lille 3, Vice-présidente Recherche de l’Université Lille 3, Institut de Recherches Historiques du Septentrion (IRHiS)

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search