Version classiqueVersion mobile

Espérer

 | 
Jean Leclercq
, 
Jean-François Lavigne

Attendre, prévoir, espérer : modalités de la présomption intentionnelle

Délia Popa

Texte intégral

  • 1 M. Blanchot, L’attente, l’oubli, Paris, Gallimard, 1962, p. 42.

C’étaient les battements du cœur, l’agitation de l’espérance, l’anxiété de l’illusion.1

Introduction : espérance et présomption

  • 2 Cf. A. Schnell, Husserl et les fondements de la phénoménologie constructive, Grenoble, Millon, 200 (...)
  • 3 J.-L. Marion, « La percée et l’élargissement (1) » in Philosophie, n° 2, 1984, p. 77.
  • 4 E. Husserl, Recherches logiques, tr. fr. H. Elie avec la collaboration de L. Kelkel et R. Schérer, (...)
  • 5 J.-L. Marion, op. cit., (1), p. 76.
  • 6 J.-L. Marion, « La percée et l’élargissement (2) » in Philosophie, n° 3, 1984, p. 70.

1La question de la présomption intentionnelle est davantage mise en lumière par le travail méthodique d’une phénoménologie constructive2 que par une description du fonctionnement de l’intentionnalité. Néanmoins, au niveau de la simple description, privilégié par Husserl, il est possible également de rendre compte de la présomption, comme de cette dimension de l’intention qui ignore son remplissement, solidaire d’une objectivité qui « outrepasse le mode d’être de la chose, se libère de la réalité (Realität) »3, bénéficiant ainsi d’un élargissement qui s’opère au niveau de l’intentionnalité. Son noyau se trouverait dans l’aperception que Husserl met en évidence, au sein de l’intention, comme cet excès (Überschuss) sur l’intuition proprement dite qui nous permet d’en identifier le sens, la teneur spécifique et la valeur objective4. Etant donné qu’« il apparaît plus qu’il n’y paraît »5, le regard phénoménologique cherche à déceler une phénoménalisation qui se déploie en-deçà de ce que les phénomènes offrent d’immédiatement apparent, dans les actes noétiques, parmi lesquels la signification se démarque comme celui qui bénéficie d’une autonomie spéciale. Fonctionnant « à vide » (leer), la signification est porteuse à la fois de la plus grande liberté de la conscience quant à la phénoménalité qu’elle vise, et de ses limites, un remplissement intuitif étant nécessaire pour en réaliser l’intention au sein de l’expérience. Mais en elle-même, la signification entretient une forme d’évidence qui se passe de l’intuition, à savoir une évidence idéelle et intentionnelle6. À ce titre, la signification est dépositaire d’une connaissance purement présomptive, bénéficiant de sa propre efficacité, mais qui ne dépend pas de l’expérience dans son déroulement sensible concret : une connaissance pour laquelle l’intentionnalité est le lieu sûr, que nulle instance non-intentionnelle ne saurait ébranler ou changer — qu’elle provienne du flux hylétique de la vie subjective ou de la phénoménalité qu’elle vise sans pouvoir la saisir dans sa réalité.

  • 7 Pour cette question voir J. F. Lavigne, Accéder au transcendantal ? Réduction et idéalisme transce (...)
  • 8 L. Binswanger, Mélancolie et manie, tr. J.-M. Azorin et Y. Totoyan, Paris, PUF, 1987, p. 120.
  • 9 Ibid.
  • 10 E. Husserl, Idées directrices pour une philosophie et une phénoménologie pure, tr. fr. Paul Ricœur (...)
  • 11 L. Binswanger, op. cit. p. 120. Cette perplexité atteint les motivations de l’ego, étant « l’origi (...)
  • 12 Ibid., p. 122.

2À la lumière du tournant transcendantal de la phénoménologie husserlienne7, l’affranchissement de l’intentionnalité par rapport au champ de l’expérience réelle s’atteste dans le travail régulateur de l’ego transcendantal, qui assure dernièrement l’unité de l’expérience transcendantale décrite par Husserl. Cette unité repose sur la cohérence qui s’établit entre les diverses intentionnalités qui y sont en jeu, elles-mêmes fondées dans l’adéquation entre les noèses signifiantes et le remplissement intuitif qu’elles appellent, qu’il soit perceptif ou imageant. Mais les actes intuitifs, qui font partie de ce que Ludwig Binswanger a nommé « les instances inférieures de l’expérience »8 peuvent refuser aux visées préalables le remplissement attendu, plongeant l’ego dans une situation de désarroi et de contrainte où « sa constitution n’est pas seulement mise en danger, mais largement remise en question »9. Ce que Husserl a dépeint sous les espèces de la déception (Enttäuschung) — cette inadéquation entre l’intention et l’intuition qui travaille immanquablement la perception sensible spatialisée10 — se traduit au niveau de l’expérience égologique par un état de perplexité « qui réside dans le défaut d’une pleine réalisation de la possibilité d’expérience, dans le défaut de remplissement de son but ou de son sens »11. Ainsi le caractère purement présomptif des intentionnalités engagées dans cette réalisation est-il dénoncé par une expérience qui ne correspond pas à ce qui était visé, qu’elle soit autre, différente ou absente. Mais ce qui peut apparaître comme une simple défaillance de l’expérience empirique, dans la contingence de ses réalisations, cache souvent, selon Binswanger, une défaillance de l’expérience transcendantale, dont la temporalisation est brouillée12. L’ordre des protentions se trouve ici absorbé dans l’ordre des rétentions, qui restent elles-mêmes attachées à certaines expériences passées indépassables. Toute projection en avant de la vie subjective s’abîme dès lors dans les reflets ce qui a été et qui persiste, d’un passé qui « ne passe pas » et s’impose jusqu’à faire sombrer la présence.

  • 13 R. Bernet, « Le sujet traumatisé » in Revue de Métaphysique et de Morale, n° 2, 2000, p. 141-161.

3Le noyau névralgique de cette inhibition de tendance se trouve dans des expériences singulières qui ont marqué l’histoire de la conscience, événements bouleversants à teneur traumatique. De telles expériences indépassables — auxquelles la mémoire rend hommage et dont l’affectivité porte l’empreinte indélébile — se font jour dans toute vie subjective, pour autant qu’elle implique la confrontation avec une réalité qui dépasse ou contrarie ses attentes. Cette inadéquation entre l’ordre des attentes subjectives et l’ordre de la réalité de l’expérience ne signifie pas pour autant une simple éviction des prétentions de la subjectivité et une suspension de l’ordre de son intelligence. Bien au contraire, elle peut être comprise comme un lieu de la renaissance, voire de la naissance de la subjectivité13, pour laquelle le traumatisme ne serait pas seulement une épreuve destructrice, mais aussi l’initiation d’un nouveau rapport au possible de son expérience. Dès lors, loin d’exalter simplement l’ambition folle d’une vie subjective ignorant ce qu’elle peut réaliser, ces moments où la valeur purement présomptive des visées noétiques ressort négativement — sur fond de l’impossibilité d’en assurer un remplissement adéquat — laissent voir le risque nécessaire pour aborder pratiquement le monde de l’expérience, dans lequel la subjectivité éprouve et découvre ses possibilités.

  • 14 E. Husserl, Méditations cartésiennes, tr. fr. E. Lévinas, G. Peiffer, Paris, Vrin, 1986, § 25.

4L’espoir vient investir ces moments cruciaux de la subjectivation, cherchant à rallier l’ordre des attentes à l’ordre de ce qui est éprouvé, de manière à obtenir de l’expérience ce que le sujet prévoyait d’y rencontrer, mais aussi de manière à modifier l’attente en fonction de ce qui est éprouvé. S’interroger sur ce qu’il nous est permis d’espérer nous invite à prendre la mesure non seulement d’une réalité qui trouverait dans l’intentionnalité sa logicité intrinsèque, mais aussi et surtout, de la modificabilité indéfinie que l’expérience impose à l’intentionnalité, pour autant que cette dernière cherche à s’y fonder. Une négativité profonde, abyssale, travaille l’espoir, qui loin de se complaire dans le possible, en cherche la réalisation difficile, parfois impensable. Mobilisant un possible dont l’avènement n’est assuré par aucune certitude, l’espoir loge au cœur de l’attente dans ce qu’elle a de plus indéterminé et de plus persévérant. Dans l’espoir, l’attente cristallise son côté tragique, non abouti, mais c’est toujours dans l’espoir que l’attente se réconforte, afin d’apprendre à attendre encore, avec patience et persévérance. L’espoir se présente ainsi comme une orientation du possible vers la réalité de l’expérience, qui lui permet de se modifier sans renoncer à ses exigences de transformer le réel ; à ce titre, l’espoir est complémentaire de l’imagination, qui, comme Husserl nous l’a enseigné, a pour tâche de rapporter l’effectivité de l’expérience à ses possibilités14. Plus précisément, l’espoir pourrait incarner le mouvement descendant de l’imagination, lorsqu’elle cherche à s’ancrer dans le réel, à transformer les modes d’existence et à modifier les attentes.

1/ La conscience anticipatrice et la nouveauté

  • 15 Cf. E. Husserl, Phantasia, conscience d’image, souvenir. De la phénoménologie des présentification (...)
  • 16 E. Husserl, Idées directrices, op. cit. § 111, p. 371 ; souligné dans le texte.
  • 17 Ibid., § 112, p. 374-375.

5À côté du souvenir, l’attente et l’imagination appartiennent à la famille des actes que Husserl a qualifié de présentifiants15, regroupés ensemble parce qu’ils donnent tous à expérimenter un objet en son absence. Dans chacun de ces actes se joue un rapport spécifique au temps, dont la présence simple est dépassée, modifiée ou « enjambée » pour que nous puissions nous mettre en rapport avec ce qu’elle nous refuse, soit parce qu’il s’agit de quelque chose de révolu, soit parce qu’il s’agit d’un objet non encore advenu. Si l’attente et le souvenir se différencient par l’orientation de la direction temporelle qu’ils embrassent, l’imagination semble de prime abord se fonder dans le souvenir. Ainsi Husserl définit-il l’imagination comme « la modification de neutralité appliquée à la présentification “positionnelle”, donc au souvenir au sens le plus large qu’on puisse concevoir »16. C’est précisément parce que l’imagination s’appuie sur le souvenir entendu comme acte positionnel qu’elle peut être redoublée17, à la différence des autres modifications de la conscience qui ne connaissent pas d’itération, s’appliquant aux vécus présents. Cependant, qu’en est-il de la dimension de l’imagination qui ne saurait se répéter, cette imagination qui n’est pas la simple conscience d’image et qui jouit d’une spontanéité spécifique ? Qu’en est-il, en d’autres termes, de la créativité de l’imagination ? Pour comprendre cette dimension de l’imagination où quelque chose de nouveau est accueilli et produit dans la vie de la conscience, un rapprochement avec l’autre principal acte de présentification, l’attente, semble nécessaire.

  • 18 C. Romano, « Attendre », dans Conférence, n° 25, automne 2007, p. 529.
  • 19 Ibid., p. 530.

6En effet, si le souvenir se rapporte à ce qui a déjà été vécu, pour en faire rejouer l’affect dans le présent, l’attente ignore tout de l’apparition concrète de son objet, misant toujours sur une part de nouveauté. Par le simple fait qu’il n’appartient pas à la présence, l’objet de l’attente échappe à la connaissance immédiate, gardant une part d’imprédictibilité. Or, étant donné que « ce dont je fais l’expérience est toujours en un certain sens inédit, surprenant »18, l’attente comme accueil de la nouveauté régit notre expérience de la phénoménalité, et semble articuler nos moindres rapports à la réalité de notre expérience. Si l’on définit très généralement l’attente comme « aptitude à l’anticipation »19, elle couvre une palette qui va de la prévoyance sûre de ce qu’elle va découvrir jusqu’à la surprise et à l’étonnement. Elle semble ainsi soutenir nos habitudes, comprises comme répétition de gestes identiques, et en même temps miser sur ce qui les bouleverse, les obligeant à se modifier. Comment s’établit dès lors cette relation entre l’attente et l’inattendu ? Quelle est la ligne qui sépare la dimension rituelle, prévisionnelle, de l’attente, de son aspect imprévu, aventureux ? La question intéresse notre problème, car l’espoir semble s’engendrer sur cette frontière entre ce que l’attente constitue et ce qu’elle découvre, dans la tension entre ce qu’elle sait attendre et ce qu’elle sait devoir accueillir comme inconnu.

  • 20 E. Husserl, Expérience et jugement, tr. fr. D. Souche-Dague, Paris, PUF, 1970, § 81, a), p. 391.
  • 21 E. Husserl, De la synthèse passive, tr. fr. B. Bégout et J. Kessler, Grenoble, J. Millon, 1998, p. (...)
  • 22 Husserl, La crise, op. cit., § 9, h), p. 59.

7Husserl a souligné à plusieurs reprises que, de même que toute nouveauté se découpe sur le fond d’une familiarité, la surprise est impossible sans une anticipation préalable qu’elle vienne contrarier : c’est parce que je prévois quelque chose que je peux être surpris. Prévoir est constitutif du monde de notre perception, qui se déroule selon un style spécifique établi. Ainsi la perception avance-t-elle en transformant les apprésentations en présentations : le cube dévoile ses faces cachées, le chemin continue au-delà de ce qui s’offre à un premier coup d’œil, l’autre côté de la montagne se révèle au randonneur persévérant. Ce style typique, progressivement réalisé, de la perception est soutenu temporellement par les protentions que le présent engendre, de même qu’il transporte une traînée de rétentions, s’élargissant ainsi à la fois vers le passé et vers l’avenir, et faisant résonner entre eux des moments différents du courant de la conscience20. Au niveau des synthèses passives, des associations et des fusionnements assurent le lien entre des éléments de l’expérience qui sont considérés et mobilisés ensemble, comme des unités de base de la cohérence de la vie sensible21. A ces éléments constitutifs de l’expérience sensible s’ajoute l’identification noématique qui fait correspondre au pôle sujet un pôle objet visé comme noyau des esquisses (Abschattungen) que la perception recueille. L’objet de la perception est visé d’avance, ce qui fait que nous en possédons le sens avant d’en vérifier la teneur concrète : c’est un Vor-haben rendu possible par un Vor-meinen, pré-avoir solidaire d’un « viser d’avance »22. C’est la raison pour laquelle, à ce niveau, ce qui déstabilise l’attente semble seulement en corriger de manière infime la direction, sans reconduire son intention et sans susciter de réflexion supplémentaire dans l’économie de l’intentionnalité.

  • 23 M. Blanchot, L’attente, l’oubli, op. cit., p. 36.
  • 24 Ibid., p. 45.
  • 25 Ibid., p. 75.
  • 26 Pour la question de l’attraction voir M. Foucault, La pensée et le dehors, Montpellier, Fata Morga (...)

8Mais y a-t-il véritablement attente lorsque l’on sait exactement ce que l’on attend ? Si quelque chose semble éloigner toujours l’attente de l’attendu, c’est parce qu’en elle s’esquisse non seulement la visée d’une chose future non encore advenue (que nous pouvons identifier comme telle ou telle), mais aussi une « approche de l’irréalisable »23, un jeu avec le possible en tant qu’il résiste au présent effectif et en tant qu’il refuse de s’assimiler à lui. Ainsi le temps de l’attente peut-il apparaître tout simplement comme un temps vide, dépourvu du projet, allant s’abîmer dans l’ennui, cette « attente qui se prend de complaisance pour elle-même »24. Mais il est peut-être plus juste encore de considérer dans l’attente un décalage du temps par rapport à lui-même, se traduisant par un excès du temps sur le temps qui va de pair avec un manque à soi du temps. Difficile à fixer, la source de cette excroissance de la temporalité qui la soustrait à elle-même est affective. C’est peut-être une spatialisation outrancière de la durée, qui provoque un éloignement quant à soi du temps, où le temps est de trop parce que le temps manque, où le temps manque précisément parce qu’il est de trop. C’est ce que Maurice Blanchot appelle « le manque surabondant du temps »25, où s’engendre cependant une attention quant à ce qui apparaît dans son écoulement devenu hardi, heurté, difficile. Ainsi, dans un temps qui se refuse à l’écoulement qui rend les instants identiques, s’esquisse la réception de ce qui s’affirme comme unique et qui toujours nous attire26.

  • 27 M. Blanchot, L’attente, l’oubli, op. cit., p. 36.
  • 28 Ibid.

9Nous soustrayant à l’identification dans laquelle la perception s’inscrit avant de se déployer, l’attente nous oriente vers ce qui n’y est pas identifié, mais qui accompagne nécessairement l’ordre des concordances. S’il en est ainsi, c’est parce que, comme Blanchot le remarque, « l’attente seule donne l’attention »27. Plus précisément, « l’attente donne l’attention en retirant ce qui est attendu »28. Le sacrifice de l’objet de l’attente ouvre la disponibilité de l’attente à accueillir ce qui d’habitude passe inaperçu, que l’identification noématique gomme à son passage, à savoir une structure d’horizon où des possibilités inédites de l’expérience gisent en latence. L’attention vient dès lors prendre en charge cette dimension négligée de l’expérience perceptive, nous attirant auprès de ce que nous n’étions pas initialement disposés à prendre en compte ou à examiner. Dès lors, l’attention est à comprendre comme le mode de la conscience intentionnelle par lequel l’on découvre dans le champ de l’expérience des aspects que l’identification noématique nous force à minimiser, voire à considérer comme inexistants.

10Exhibant les apprésentations comme structures essentielles de la perception, l’attention fait jouer au sein de l’attente une tension où sa temporalité spécifique se dessine. Le manque qui agit l’attente n’est nul autre que celui de son objet, dont l’apparition est à la fois ajournée et intempestive, objet dont la présence est pour ainsi dire impossible à réaliser, ratée. Cependant, l’échec à atteindre son objet nourrit la richesse de la patience de l’attente, où sont révélés des aspects de l’expérience que la perception, dans son déroulement concordant, néglige. Ce sont des aspects sur lesquels la prévoyance bute, à l’instar des « simples apparences » qui refusent de se convertir en apparitions, dérangeant les typiques de la perception et infirmant leurs conjectures ; ou tout simplement les aspects insignifiants de tout déroulement d’esquisses, découverts pour être aussitôt oubliés, sans qu’un sens s’y rattache et sans qu’ils engagent une véritable connaissance.

  • 29 C. Romano, « Attendre », op. cit., p. 539.

11Le rapport au nouveau semble s’engendrer dans ce heurt de la temporalisation de l’attente, qui loin de nous attirer uniquement vers les zones obscures de la vie perceptive, nous soustrait à l’horizon des protentions et des rétentions pour nous projeter sur le fond d’une passivité plus profonde et indiscernable, sorte de « mémoire active qui vit d’inconscience et d’oubli »29. Cette latence profonde de la vie sensible la propulse vers la configuration de nouvelles formes et de nouveaux sens. Ainsi, l’inconnu qui se fait jour dans la nouveauté semble répondre à un autre inconnu profond de notre être, qui recueille ce que la perception ne saurait identifier, sorte d’inconscient phénoménologique qui réunit ce que l’expérience a d’implicite, mais qui est néanmoins nécessaire à tout ce qui est solidement posé en elle et prêt à être explicité. Il y a lieu de penser que la fonction de cet inconscient des synthèses passives n’est pas uniquement de soutenir et de préparer les unités de sens identifiées par les actes intentionnels. Dans les marges invisibles de la vie intentionnelle se joue également une possibilité toujours patente de déstabiliser l’ordre de ses cohérences, et de destituer l’ordre de ses positions. Ainsi, c’est un dynamisme de notre être à considérer à partir de lui, qui procède à partir de ce qui échappe à l’intention et qui s’affirme parfois contre elle.

12Faut-il en déduire que l’apparition du nouveau dépend d’un empiètement des temporalités multiples de la passivité, d’un pli entre le passé perdu, irrécupérable dans le souvenir, et un « passé qui ne passe pas », temps des blocages et des répétitions qui se rappellent sans cesse à la mémoire ? Si tel était le cas, le nouveau serait le produit en nous de la rencontre de deux types de passé, sans qu’une quelconque dimension d’avenir y soit mobilisée. Or, s’il est certain que la nouveauté se détermine à partir de ce qui a été déjà connu, il n’est pas pour autant nécessaire qu’elle s’y ramène entièrement, par l’effet d’un simple contraste. C’est plutôt un possible dont l’origine n’est pas passive mais active qui semble présider au rapport que nous entretenons avec la nouveauté, si du moins nous acceptons de voir en elle non seulement l’inédit ou l’exotique, mais aussi, et surtout, ce qui nous renouvelle, ce qui fait évoluer nos prises sur le réel et ainsi nous transforme.

2/ Imagination et espoir

  • 30 Ibid., p. 530 sq.

13En remarquant le double usage du verbe « attendre » — « attendre quelque chose ou quelqu’un » et « s’attendre à » — on a pu souligner au sein de l’attente le contraste entre la dimension de la nouveauté et la dimension de la prévision30. Les deux semblent nécessaires pour qu’il y ait attente. Il est intéressant de noter que ce dédoublement de la conscience anticipante se répercute sur le présent, qui se conforme aux typiques qui le régissent tout en apportant du nouveau. Comment le présent peut-il être à chaque fois le même, tout en étant autre ? Il est possible de répondre en soulignant le fait que le présent n’est pas visé comme identique et comme différent sous le même rapport : il est le même en ce qu’en lui s’actualise, nécessairement, le flux de la conscience ; il est nouveau en ce que, en s’actualisant, ce flux comporte toujours d’autres éléments, qui n’étaient pas pris en compte dans ses phases précédentes. Cependant, toute nouvelle apparition n’est pas nécessairement considérée comme telle : la nouveauté dépend de notre disponibilité à nous laisser surprendre, qui elle-même varie et change. Pour que l’altérité du nouveau nous surprenne, toujours faut-il qu’il y ait une conscience pour l’accueillir, c’est-à-dire une conscience prête à se laisser déstabiliser et à modifier ses positions. De manière analogue, ce qui est anticipé peut surprendre lorsqu’il arrive tel qu’il était anticipé, en partie parce que la conscience de l’attente se perd parfois dans les méandres de sa propre patience et ne croit plus voir son objet se réaliser. Il y aurait ainsi un désespoir propre à la persévérance de l’attente, qui perd de vue son objet en renforçant la patience de son accueil. Et c’est à partir de ce désespoir que l’espoir serait à penser, comme passage à l’impossible qui continue à chercher ce qui n’est plus attendu.

  • 31 M. Blanchot, L’attente, l’oubli, op. cit., p. 78.
  • 32 E. Bloch, Le principe espérance, tr. fr. F. Wuilmart, Paris, Gallimard, 1976, I, p. 140.
  • 33 Ibid., p. 141.

14Mais le principal problème posé à une analyse de la conscience de l’attente vient surtout de ce que la prévision tend à englober la nouveauté, alors qu’il y a une nouveauté qui échappe à la prévision. Entre ces deux dimensions extrêmes de l’attente, le rapport n’est pas de complémentarité, mais de tension. Comment comprendre dès lors leur articulation au sein de la conscience anticipatrice, en sachant qu’il n’y a nouveauté que parce qu’il y a prévision et qu’il n’y a prévision que parce qu’il y a nouveauté ? Avant d’en déduire une dialectique irréductible de l’attente, il y aurait lieu d’examiner le passage du prévu au contenu nouveau par lequel l’attente se détermine — passage où l’espoir intervient. Pour cela, l’importance du décalage entre ce qui est saisi et ce qui est présumé dans l’attente ne doit pas être minimisée. En effet, ce décalage recèle non seulement ce qui échappe aux prises directes de la conscience, ouvrant la voie à une approche indirecte ; mais aussi, un halo de potentialités qui accompagne nécessairement tout acte. Dans cette sphère non encore déterminée, la saisie intentionnelle peut déterminer progressivement des objectités, tout comme elle peut aussi se modifier en rapport avec ce qu’elle découvre. En d’autres termes, la conscience est également à même de s’autodéterminer réflexivement à partir de ce qu’elle détermine. La structure d’horizon comprise comme sphère de déterminabilité est le lieu de l’attente, qui se rapporte à ce qui demeure dans la latence de la présence, nourrissant en elle une zone d’indiscernabilité, une indifférence où la présence peut se préciser progressivement plutôt que de se prédéterminer instamment31. Cependant, s’il n’y avait l’espoir, l’attente s’engouffrerait dans cette latence d’horizon dont rien de nouveau ne surgirait, prisonnière d’une indétermination que rien ne viendrait jamais déterminer. L’espoir désigne ainsi ce point de basculement où l’attente, quittant la prévision, s’aventure vers le côté imprévisible de ce qui advient, misant sur sa possible détermination. Comme Ernst Bloch le notait dans Le principe espérance, l’espoir « ne perd jamais de vue qu’il y a encore une issue »32, même si cette issue devait rester inconnue pour toujours. L’espoir concentre la persévérance de l’attente, mais en lui ajoutant une dimension de foi en l’avenir du possible qui s’y esquisse, ce qui lui permet d’échapper à l’ennui, où l’attente s’abîme. C’est ce qui fait écrire à Bloch que l’espoir est « un affect pratique »33 qui affirme notre engagement dans le devenir, même si ses conditions concrètes de déploiement font défaut. Car il s’agit d’un devenir que nulle projection ne peut tracer d’avance, qui est à découvrir en le forgeant et à assurer en le construisant. Aussi l’espoir comporte-t-il une dimension d’épreuve, où l’orientation pratique de la vie subjective se décide et se module.

  • 34 Cf. F. Ravaisson, De l’habitude, Paris, Allia, 2007, p. 7.

15Ces précisions invitent à considérer l’hypothèse selon laquelle l’imagination n’est pas fondée dans le souvenir, mais dans l’attente, et plus précisément dans cette dimension de la conscience anticipatrice où l’attente se risque : à savoir l’espoir. L’espoir peut être défini, en effet, comme cette dimension de nos anticipations qui puise ses motivations non pas dans les certitudes acquises de la connaissance, ou dans les typiques que l’expérience vient confirmer, mais dans ce qui échappe à la répétabilité, dans ce qui brise le cercle des habitudes pour en révéler l’attachement au changement34 et la solidarité avec un devenir imprédictible. Cependant, l’engagement de l’espoir n’est pas entièrement dépourvu d’assises : il repose sur un rapport au possible qui attire le possible auprès de la concrétude du réel. C’est pourquoi l’espoir peut fonder un certain exercice pratique de l’imagination, par lequel elle investit la réalité de l’expérience.

  • 35 Ibid., p. 124.

16Mais quel est ici le possible en question ? Il est évident qu’il ne saurait s’agir d’un possible eidétique, qui caractériserait les essences se dégageant des faits, ni simplement d’un possible passif, propre aux potentialités implicites qui forment l’horizon de l’expérience actuelle. Il s’agit d’un possible qui participe au réel, engagé dans les orientations que son devenir embrasse, et qui soutient non seulement ce qui est posé et institué, mais aussi et surtout ce qui est en passe de changer. Pour comprendre le statut de cette possibilité, que Bloch définit comme « latence d’un autre côté à venir »35, l’analyse des apprésentations susceptibles d’être converties en présentations est à reprendre. Il apparaît qu’avant qu’elles ne se convertissent en véritables apparitions, leur statut est celui d’un « non-encore-advenu » suspendu entre présomption et réalité.

  • 36 Pour cette question voir C. Romano, L’aventure temporelle, Paris, PUF, 2010, p. 107 sq.

17De prime abord, ce qui fait participer l’apprésentation à la réalité, c’est son inclusion dans une expérience concordante au sein de laquelle elle se relie à d’autres esquisses perceptives, afin de confirmer l’identité de l’objet visé et d’intégrer une typique déterminée de l’expérience. Son caractère d’apparition est assuré par son appartenance à un domaine déterminé de l’expérience, voire à sa totalité36. Ainsi, c’est finalement son appartenance au monde qui fera que le côté caché d’une maison sera vu comme appartenant à la maison que je perçois. C’est en effet l’ensemble de l’expérience engagée qui détermine si telle impression restera au stade de simple apparence, ou si elle investira le registre de la réalité.

  • 37 E. Husserl, Phantasia, conscience d’image, souvenir, op. cit., n° 1, § 19, p. 80-81.
  • 38 Cf. C. Romano, op. cit., p. 102-108.

18Mais que se passe-t-il lorsque le style entier d’une expérience est dérangé, nous laissant voir que ses certitudes n’étaient qu’apparentes (tel homme vu de loin est un mannequin, telle forme aperçue n’est qu’un trompe-l’œil etc.) ? Si le monde est l’horizon d’attestabilité de la réalité des présomptions, que se passe-t-il lorsque ce monde même s’avère illusoire, comme par exemple dans l’expérience onirique, ou flottant, comme dans la rêverie ? Il n’y a nul doute que, jusqu’à un certain seuil, toute concordance perceptive peut être faussée par une illusion qui se fait passer pour vraie. L’exemple des leurres et des illusions optiques illustre cette situation où l’illusion se fait dénoncer dans son ambition de se faire passer pour une perception, où la réalité du perçu s’établit en distinguant la conscience perceptive de la conscience imageante37. Mais si Husserl a insisté sur le rôle des concordances dans la fondation de l’unité et de l’harmonie de l’expérience, il est possible de souligner le rôle critique que jouent ces expériences de destitution de ce qui se présentait de prime abord comme concordant, révélant ainsi la fragilité du lien qui fonde notre expérience du réel. Dans ces expériences disjonctives38, le rôle de l’illusion est ambigu, en ce qu’elle prétend être autre chose qu’une illusion, à savoir une perception. Dès que l’illusion est démasquée et ramenée à son statut d’illusion, la concordance originale de l’expérience est réinstaurée, à l’écart des effets initialement dévastateurs de son intervention.

  • 39 Cf. Ibid., p. 108 sq.
  • 40 E. Husserl, Expérience et jugement, op. cit., § 39.

19Quels sont les enseignements à tirer de cette situation, où nos expériences sensibles éprouvent leur solidité ? Il est possible d’avancer39 que la réalité de l’expérience ne dépend pas de la cohésion ponctuelle de ce qui s’affirme dans des vécus différents, mais qu’inversement, toute cohésion expérientielle dépend de la réalité dernière de l’expérience, que les perceptions viennent toujours confirmer en fin de compte, par-delà toute illusion. Dans cette perspective, le pouvoir de l’imagination est dérisoire, car la réalité de l’éprouvé finit toujours pas l’emporter sur ce qui la fait chanceler dans ses positions. Rappelant l’argument de Husserl, selon lequel il n’existe pas de monde de l’imagination, seule la perception participant à un monde40, cette position s’appuie sur une conception de la réalité que l’effectivité intentionnelle affirme en confirmant. Il en ressort qu’entre présomption et réalité l’écart est minime et accidentel, toute anticipation étant vouée à se résorber, tôt ou tard, dans l’effectivité d’une présence annoncée dans la visée intentionnelle.

  • 41 Cf. S. Ferenczi, Le traumatisme, tr. équipe du Coq Héron, Paris, Payot et Rivage, 2006. Voir égale (...)

20Cependant cette perspective, qui rabat l’œuvre de la conscience présomptive sur la réalité dont elle cherche à anticiper le devenir, ne rend pas compte de la nécessité de la distance critique que nous prenons pas rapport à ce qui est solidement fixé dans l’ordre de l’expérience et des variations diverses que nous faisons subir à ce qui s’y affirme comme réel. La modification de l’imagination sous ses diverses formes, mais aussi les autres modes de neutralisation de l’expérience, montrent que le sens de ce qui est vécu ne peut être saisi que lorsque son caractère réel a été mis entre parenthèses, laissant à la conscience la liberté d’en comprendre la genèse. L’argument qui exalte la force ultime de la réalité de l’expérience perceptive oublie ainsi que cette réalité s’engendre précisément dans l’expérience se faisant, et ne saurait s’affirmer indépendamment d’elle. Or, si l’on tient compte de cette relation de coappartenance, la réalité apparaît comme surgissant à l’intention d’une subjectivité, plus proche en cela de ce que la psychanalyse a décrit sous les espèces de « l’épreuve du réel »41, à laquelle la subjectivité est appelée à répondre en bouleversant de fond en comble ses certitudes et en reconfigurant ses attentes.

3/ Nouveauté et événement

  • 42 C. Romano, « Attendre » dans Conférence, n° 25, automne 2007, p. 550.
  • 43 Ibid.
  • 44 Pour cette question voir également R. Barbaras, La vie lacunaire, Paris, Vrin, 2011, p. 124-125.
  • 45 Pour cette question, nous nous permettons de renvoyer à notre ouvrage Apparence et réalité. Phénom (...)

21Pour comprendre ce qui se joue dans la déstabilisation de l’ordre de l’expérience à laquelle l’imagination participe, il convient de s’arrêter sur le rapport que l’attente entretient avec ce qui renouvelle l’ordre d’une existence. En nous advenant, le nouveau réalise une possibilité inattendue, insoupçonnée, oubliée ou inaperçue de l’expérience. Il semble s’esquisser ainsi depuis ce que nous n’avons pas pu prévoir à partir de ce que nous avons vécu, exigeant une mobilisation de notre être qui nous fait sortir de nos certitudes et qui bouleverse nos habitudes. Mais quelle est la nouveauté qui peut produire un semblable impact ? Et d’où tire-t-elle le pouvoir de nous changer de la sorte ? Dans ses analyses de l’attente, Claude Romano distingue trois types de nouveauté auxquels le style constitutif de l’expérience est confronté : la nouveauté de ce qui est irréductible à une attente déterminée (l’inattendu), la nouveauté de ce qui frappe d’impuissance la totalité de nos pouvoirs de représentation (le sidérant) et la nouveauté de ce qui met en crise l’ensemble de notre existence, l’obligeant à se modifier de fond en comble (l’événement). Parmi ces trois conceptions de la nouveauté, seul l’événement compris comme « l’indéfiniment surprenant »42 transforme le rapport que nous avons avec nous-mêmes, mettant en avant ce que nous pouvons en comprendre « à la lumière de nos possibles »43, où la réalité de notre expérience se définit en se reconfigurant. La nouveauté ainsi comprise affecte non seulement notre capacité de nous représenter notre expérience et nos attentes ponctuelles, mais aussi leurs possibilités, qui se trouvent métamorphosées. Dès lors, un déplacement s’infiltre dans les moindres actes et gestes, faisant que le monde ne pourra plus être regardé ni habité de la même manière, nos expériences futures portant à jamais le sceau de l’événement qui nous a traversés. Or, il apparaît que si l’événement a bien sa provenance dans une discordance de l’expérience, cette discordance n’est pas due nécessairement à une contrainte venue de l’extérieur, espèce d’altérité contrariante, dont la forme et le nom nous resteraient inconnus. Ce sont les lacunes de la phénoménalité44 — ses manques et ses défauts par rapport à ce qui y est visé — qui produisent les événements à partir desquels la réalité de notre expérience s’affirme. Ainsi, plutôt que de se dégager des synthèses concordantes de la conscience, la réalité est à comprendre comme ce qui dérange l’ordre noétique de la conscience, non pas en vertu d’une négativité qui en brouillerait accidentellement les projets, mais du fait que l’ordre de l’intentionnalité ne saurait saisir tel quel l’ordre de la phénoménalité sans chercher à se modifier45. Compromettant la présomption intentionnelle, la réalité est ce qui déclenche au sein de la subjectivité une réflexivité nourrie et guidée par l’expérience. Dès lors, c’est précisément là où le phénomène échappe à l’identification noématique qu’il nous apparaît comme réel, porté par une apparence dont le caractère d’apparition préserve toujours une part instable, qui peut nous surprendre ou nous désarçonner. Il en ressort que, plutôt que de s’inscrire en porte-à-faux par rapport à la réalité de l’expérience, l’illusion qui menace la cohérence des synthèses intentionnelles est porteuse d’un autre rapport au réel, qui s’esquisse à partir d’une phénoménalité qui nous interpelle et nous incite à modifier nos attentes. L’illusion permet ainsi de comprendre le réel comme instance déstabilisatrice des directions noétiques de la conscience, sans toutefois en annuler totalement la pertinence.

Conclusion : la réalité de l’espérance.

  • 46 Cf. E. Husserl, La Crise, op. cit., § 68.
  • 47 J. -L. Marion, « La percée et l’élargissement (2) » in Philosophie, n° 3, 1984, p. 86.
  • 48 Cf. E. Bloch, Le principe espérance, op. cit., p. 23 et 74.

22Si l’évidence a été libérée comme problème par la phénoménologie46, c’est parce qu’à l’élargissement du domaine de la signification correspond un élargissement de l’intuition, induisant un « élargissement du concept de réalité »47. Cependant, comment faut-il comprendre cette réalité à laquelle la phénoménologie ménage l’accès ? Il ne saurait s’agir d’une réalité qui précède l’œuvre de l’intentionnalité, et sur laquelle elle viendrait se greffer artificiellement, ni d’une réalité qui serait entièrement engendrée dans les corrélations intentionnelles, mais d’une réalité pour la compréhension de laquelle l’expérience de la déception (Enttäuschung) serait paradigmatique. Toutefois, le biffage du sens intentionnel ne doit pas nous conduire à supposer une teneur foncièrement négative du réel, qui condamnerait la subjectivité à ne jamais vivre adéquatement dans un monde. Une réalité comprise comme altérité qui contrarie « positivement » les visées intentionnelles serait également à considérer, les orientant vers ces lieux de la phénoménalité qui leur échappent et où elles sont susceptibles de se réfléchir de manière nouvelle. Au pré-avoir (Vor-haben) et au prévisé (Vor-meinen) intentionnels, il y aurait lieu d’opposer alors, avec Bloch, un préparaître (Vor-schein) axé sur le réel, qui guide les déplacements que nous opérons dans ce qui se répète au sein de l’expérience et qui inspire nos initiatives de changement48. Telle serait la réalité visée par l’espoir, par-delà toute intention consciente et par-delà toute représentation : une réalité qui compte sur notre attention et sur notre disponibilité avant de compter sur notre intelligence, et pour laquelle l’affect n’est l’épreuve que parce qu’il est le signe d’une transformation.

Notes

1 M. Blanchot, L’attente, l’oubli, Paris, Gallimard, 1962, p. 42.

2 Cf. A. Schnell, Husserl et les fondements de la phénoménologie constructive, Grenoble, Millon, 2007, surtout p. 66-78.

3 J.-L. Marion, « La percée et l’élargissement (1) » in Philosophie, n° 2, 1984, p. 77.

4 E. Husserl, Recherches logiques, tr. fr. H. Elie avec la collaboration de L. Kelkel et R. Schérer, PUF, « Epiméthée », 1959, II, 5, § 14, p. 188.

5 J.-L. Marion, op. cit., (1), p. 76.

6 J.-L. Marion, « La percée et l’élargissement (2) » in Philosophie, n° 3, 1984, p. 70.

7 Pour cette question voir J. F. Lavigne, Accéder au transcendantal ? Réduction et idéalisme transcendantal dans les Idées directrices pour une phénoménologie pure et une philosophie phénoménologique de Husserl, Paris, Vrin, 2009, p. 155 sq.

8 L. Binswanger, Mélancolie et manie, tr. J.-M. Azorin et Y. Totoyan, Paris, PUF, 1987, p. 120.

9 Ibid.

10 E. Husserl, Idées directrices pour une philosophie et une phénoménologie pure, tr. fr. Paul Ricœur, Paris, Gallimard, 1950, § 133 et § 138, p. 447 et 465

11 L. Binswanger, op. cit. p. 120. Cette perplexité atteint les motivations de l’ego, étant « l’origine phénoménologique de la dysthymie mélancolique » (Ibid., p. 122).

12 Ibid., p. 122.

13 R. Bernet, « Le sujet traumatisé » in Revue de Métaphysique et de Morale, n° 2, 2000, p. 141-161.

14 E. Husserl, Méditations cartésiennes, tr. fr. E. Lévinas, G. Peiffer, Paris, Vrin, 1986, § 25.

15 Cf. E. Husserl, Phantasia, conscience d’image, souvenir. De la phénoménologie des présentifications intuitives. Textes posthumes (1898-1925), tr. fr.. R. Kassis et J.-F. Pestureau revue par J.-F. Pestureau et M. Richir, Grenoble, Million, Krisis, 2002.

16 E. Husserl, Idées directrices, op. cit. § 111, p. 371 ; souligné dans le texte.

17 Ibid., § 112, p. 374-375.

18 C. Romano, « Attendre », dans Conférence, n° 25, automne 2007, p. 529.

19 Ibid., p. 530.

20 E. Husserl, Expérience et jugement, tr. fr. D. Souche-Dague, Paris, PUF, 1970, § 81, a), p. 391.

21 E. Husserl, De la synthèse passive, tr. fr. B. Bégout et J. Kessler, Grenoble, J. Millon, 1998, p. 393.

22 Husserl, La crise, op. cit., § 9, h), p. 59.

23 M. Blanchot, L’attente, l’oubli, op. cit., p. 36.

24 Ibid., p. 45.

25 Ibid., p. 75.

26 Pour la question de l’attraction voir M. Foucault, La pensée et le dehors, Montpellier, Fata Morgana, 1986, p. 27-32.

27 M. Blanchot, L’attente, l’oubli, op. cit., p. 36.

28 Ibid.

29 C. Romano, « Attendre », op. cit., p. 539.

30 Ibid., p. 530 sq.

31 M. Blanchot, L’attente, l’oubli, op. cit., p. 78.

32 E. Bloch, Le principe espérance, tr. fr. F. Wuilmart, Paris, Gallimard, 1976, I, p. 140.

33 Ibid., p. 141.

34 Cf. F. Ravaisson, De l’habitude, Paris, Allia, 2007, p. 7.

35 Ibid., p. 124.

36 Pour cette question voir C. Romano, L’aventure temporelle, Paris, PUF, 2010, p. 107 sq.

37 E. Husserl, Phantasia, conscience d’image, souvenir, op. cit., n° 1, § 19, p. 80-81.

38 Cf. C. Romano, op. cit., p. 102-108.

39 Cf. Ibid., p. 108 sq.

40 E. Husserl, Expérience et jugement, op. cit., § 39.

41 Cf. S. Ferenczi, Le traumatisme, tr. équipe du Coq Héron, Paris, Payot et Rivage, 2006. Voir également S. Ferenczi, « Le développement du sens de réalité et ses stades » (1913) in Psychanalyse II, tr. J. Dupont et M. Viliker, Paris, Payot, 1978, p. 51-65.

42 C. Romano, « Attendre » dans Conférence, n° 25, automne 2007, p. 550.

43 Ibid.

44 Pour cette question voir également R. Barbaras, La vie lacunaire, Paris, Vrin, 2011, p. 124-125.

45 Pour cette question, nous nous permettons de renvoyer à notre ouvrage Apparence et réalité. Phénoménologie et psychologie de l’imagination, Hildesheim, Olms, 2012.

46 Cf. E. Husserl, La Crise, op. cit., § 68.

47 J. -L. Marion, « La percée et l’élargissement (2) » in Philosophie, n° 3, 1984, p. 86.

48 Cf. E. Bloch, Le principe espérance, op. cit., p. 23 et 74.

© Presses universitaires de Louvain, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search