Version classiqueVersion mobile

Espérer

 | 
Jean Leclercq
, 
Jean-François Lavigne

Avant-propos

Jean-François Lavigne et Jean Leclercq

Texte intégral

1Les études qu’on va lire dans ce volume sont le fruit de la collaboration de deux équipes de recherche en philosophie contemporaine et phénoménologie, rattachées respectivement à l’Université de Louvain (Centre d’Etudes et de Recherches en Philosophie Contemporaine, Louvain-la-Neuve, Belgique) et à l’Université de Nice (Nice Sophia-Antipolis, France). Leur collaboration a l’immense faveur d’être construite sur de véritables échanges philosophiques et de bénéficier de l’apport d’une génération de jeunes chercheurs engagés et prometteurs.

2Les textes que vous allez lire ont été élaborés et discutés dans le cadre d’un des colloques scientifiques internationaux organisés à la Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines de Nice, sous l’égide du Centre de Recherches en Histoire des Idées, par le Centre d’Études Phénoménologiques de Nice (CEPHEN). Nous tenons à remercier chaleureusement les chercheurs belges et italiens qui ont accepté de s’engager dans ce projet, dont ils percevaient avec nous l’intense actualité. Par conséquent, avec le présent ouvrage, s’affirme une coopération interuniversitaire déjà riche de multiples échanges et s’inaugure aussi un nouveau cycle de recherches philosophiques, dont la spécialisation aura soin de demeurer néanmoins accessible au plus grand nombre, par-delà la diversité des champs du savoir, et des terminologies spéciales qu’ils impliquent.

3En effet, comment la question de l’espérance pourrait-elle être réservée à quelques-uns ? Comment se désintéresser du risque majeur devant lequel nous sommes aujourd’hui : celui de désespérer de tout — et d’abord de nous-mêmes ? Ce livre donc, comme sa question, concernent tous et chacun — et c’est pourquoi nous avons voulu examiner avec sérieux, tout d’abord, la manière dont se forme et rend sens — éventuellement — l’horizon de l’espérable et de l’espéré dans la marche du temps effectivement vécu. D’où l’appel à la phénoménologie — aux approches des diverses phénoménologies — pour éclairer le lien concret qui se noue, au fil de chaque jour, entre temporalité concrète et affectivité.

4Nous sommes aussi heureux de pouvoir publier ces travaux dans la jeune collection « Empreintes philosophiques » que Jean Leclercq et Nicolas Monseu dirigent ; elle était plus qu’indiquée, en raison de son projet éditorial, pour recevoir les traces d’une enquête philosophique de haut niveau scientifique et aux enjeux sociétaux fondamentaux.

5Pour le CEPHEN, Jean-François Lavigne
Pour le CERPhiCO Jean Leclercq

© Presses universitaires de Louvain, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search