Version classiqueVersion mobile

La planification des apprentissages

 | 
Mathieu Bouhon
, 
Myriam De Kesel
, 
Jean-Louis Dufays
, 
et al.

Chapitre 5. La planification des apprentissages en mathématiques

Planification du travail en classe

« Comment j'adapte ma planification lorsque je dois tout faire en classe avec mes élèves ? »

Ann Taildeman

Texte intégral

1a. Constatations

1La politique actuelle de l’école permet aux élèves de réussir même s’ils ont un échec important en mathématiques. Mes élèves ont ainsi réussi les années précédentes avec un échec en math et éprouvent donc de grandes difficultés dans les techniques de base en mathématiques. Ces mêmes élèves réussiront encore leur année actuelle avec des échecs en math (l’échec de 3/20 étant traité en délibération de la même manière que le 9/20 : la réussite de l’élève est assurée s’il n’obtient qu’un seul échec).

Je dois donc me situer dans un tel contexte que je n’approuve pas. Je me sens obligée de modifier ma pédagogie de la façon suivante :

  • comment faire travailler les élèves en classe sachant qu’ils ne travaillent pas chez eux ?
  • quelles sont les compétences mathématiques de bases indispensables pour la poursuite de leur cursus ?
  • qu’auront-ils appris au terme de leur scolarité en mathématiques malgré leurs échecs ?

1b. Constatations

2Je pars du principe que les élèves ne travaillent pas chez eux, qu’ils ne savent pas comment étudier, et que, pour eux, étudier revient à lire le cours.

3Mon objectif est donc, au-delà de l’aspect mathématique, de leur apprendre à étudier et à créer des procédés d’apprentissage.

2. Propositions de planifications

2.1. Première étape

4Je sélectionne d’abord les matières indispensables pour l’année supérieure, ainsi que les techniques de bases de l’année en cours et des années antérieures à travailler ou à retravailler. En fonction des classes, le programme pourra être allégé ou non. Je planifie des dates limites pour commencer à aborder ces matières. Je prévois les tests, les corrections des tests et la préparation des tests.

2.2. Pour la préparation des tests

5J’établis avec les élèves au fur et à mesure du cours les procédures à étudier en vue de réaliser les exercices.

6Je leur fais répéter en classe ces mêmes procédures.

7Je les interroge sur les justifications des différentes étapes des procédures.

8Je les fais répéter et les interroge sur les formules et la théorie.

9Je leur fais effectuer des exercices de manière autonome et avec le correctif.

2.3. Pour les tests

10Pour certaines compétences, les élèves pourront avoir à leur disposition soit leurs formulaires soit leurs notes de cours... Des bilans blancs peuvent être organisés.

2.4. La correction des tests

11Cette étape est très importante. C’est à l’occasion du test que, pour la première fois, certains élèves réalisent seuls les exercices.

2.5. Les mises en situations et la théorie

12Une fois ces trois étapes planifiées, je prévois les heures nécessaires à la mise en situation et à l’introduction de la théorie, puis celles pour les exercices et les problèmes.

2.6. Pour l’évaluation

13En fin d’année, je me pose la question de savoir si les élèves possèdent les techniques mathématiques nécessaires à l’année suivante et/ou s’ils ont acquis des compétences de synthèse et d’élaboration de procédures. Dans la plupart des cas, mes élèves ne feront pas d’études supérieures, mais ils auront au moins appris comment établir des procédés et pourront transférer ces techniques dans leur métier et dans les formations continuées qu’ils suivront.

3. Conclusion

14Mon principe est d’organiser en classe aussi bien l’apprentissage des mathématiques que celui de l’étude.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/2212/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 271k

Auteur

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search