Versione classicaVersione mobile

La planification des apprentissages

 | 
Mathieu Bouhon
, 
Myriam De Kesel
, 
Jean-Louis Dufays
, 
et al.

Chapitre 4. La planification des apprentissages en langues modernes

La planification des apprentissages en langues moderne

Quelle aide un éditeur scolaire peut-il apporter ?

Isabelle Grévisse

Testo integrale

Organiser, ce n’est pas mettre de l’ordre. C’est donner de la vie.
Jean-René Fourtou

1. Introduction

1La problématique de la planification concerne toutes les professions : viser un objectif, programmer les étapes qui y mèneront, contrôler que la direction prise est la bonne et ajuster le cas échéant… des balises somme toute classiques.

2L’objectif particulier de l’enseignant, c’est d’amener ses élèves d’un point A (le niveau d’apprentissage qu’ils ont acquis, leur bagage personnel) à un point B (le niveau que les référentiels d’application dans l’enseignement organisé en Fédération Wallonie-Bruxelles ont fixé).

3Le point A, c’est le constat que l’enseignant fera en début d’année et à partir duquel il devra démarrer. Le point B lui est imposé.

4Comment remplir cette mission ? Comment, au départ de situations variables, organiser au mieux les apprentissages pour atteindre les objectifs fixés pour la fin d’année ?

5Il y a le métier et l’expérience, bien sûr. Il y a des outils aussi. Parmi ceux-ci, nous nous attacherons particulièrement aux outils qu’un éditeur scolaire peut proposer.

2. Le métier d’éditeur scolaire

6L’éditeur scolaire a ceci de particulier qu’il doit tenir compte de plusieurs paramètres extérieurs avant de prendre la décision d’éditer. Il publie donc des outils qui répondent aux besoins identifiés d’un public – les enseignants et les élèves de l’enseignement obligatoire –, dans un contexte précis : une institution, une inspection et des prescrits légaux, ces référentiels auxquels les enseignants se conforment, tant bien que mal parfois, mais qui guident pour le moins leurs pas – le cadre commun à tous les réseaux (socles de compétences et compétences terminales) et les programmes spécifiques à chacun d’eux.

  • 1 L’enseignement secondaire ordinaire comptait en 2012, 334 973 élèves dont : 114 840 pour le premie (...)

7Le premier paramètre de l’édition scolaire en Belgique francophone est celui d’un nombre d’élèves restreint1, et gâté par un large éventail d’options.

8Dans le meilleur des cas, soit pour un cours qui ne fait pas l’objet d’un choix d’option, on compte 50 000 élèves par année d’étude.

9La multitude des parcours possibles en langues étrangères (et dans d’autres disciplines aussi) dans le secondaire de transition est une réalité avec laquelle il est parfois bien difficile de composer. Ainsi, un élève qui suit des cours de néerlandais (LM1) depuis l’école primaire pourrait consacrer, au troisième degré pour cette même langue, deux ou quatre périodes par semaine, voire l’abandonner au profit d’autres options.

10Le deuxième paramètre est celui du paysage institutionnel complexe.

11Enseignement officiel, organisé par la FWB ou subventionné, enseignement libre subventionné, confessionnel ou indépendant constituent les différents réseaux. Chacun d’eux, sous réserve de se conformer au cadre commun obligatoire, publie ses propres programmes. Ces derniers comportent parfois de grandes différences (notamment sur la répartition de la matière dans les années d’étude).

12Les référentiels communs et les programmes spécifiques à chacun d’eux balisent le travail des enseignants.

  • 2 Rien de commun avec la Flandre, par exemple, où le manuel scolaire est largement plus utilisé qu’e (...)

13Rappelons aussi la liberté (utile, surement) qu’a l’enseignant de choisir les supports pédagogiques de ses élèves et la tendance, propre à la Belgique francophone, de n’utiliser que frileusement le manuel en classe2.

14Les contraintes de l’éditeur scolaire en Belgique francophone sont donc bien réelles : il s’agit de publier des outils sur mesure à petits tirages, finement adaptés aux prescrits, mais qui soient aussi séduisants et efficaces.

15Nos exigences s’enracinent dans ce contexte. Nous faisons appel à des auteurs qui sont des acteurs de l’enseignement expérimentés. S’ensuit le processus de création assorti de lectures critiques et de tests sur le terrain qui permettent d’ajuster le projet. Enfin, notre mission d’éditeur n’aboutirait pas si nous ne poursuivions pas un objectif de qualité de la forme (qui traduit le fond) et d’accessibilité.

16Le manuel n’est pas le seul support pédagogique qu’un éditeur scolaire peut publier, mais il en est surement l’emblème. De manière organisée et progressive, il décline les savoirs et savoir-faire définis par les programmes. Il est un support d’enseignement et/ou d’apprentissage qui rend possible l'acquisition de connaissances et de compétences identifiées. Pensé pour être utilisé par les élèves, le manuel accompagne l'action du professeur en classe et la prolonge hors de la classe. Son utilisation facilite ainsi l'assimilation progressive des notions nouvelles : il fournit des repères qui permettent à l'élève de situer ce qu'il vient d'apprendre par rapport à ce qu'il sait déjà et ce qui reste à découvrir.

17Au-delà du découpage qu'imposent les besoins d’un apprentissage progressif, le manuel forme un tout organique (qu’il soit sur support papier ou numérique) que l’élève peut apprivoiser et qui sera un lien palpable entre l’école et la maison.

18Mais il est aussi, nous allons le voir, une réponse concrète au besoin de planification des apprentissages que l’enseignant doit assurer.

3. Planifier, c’est…

19Planifier, c’est se situer dans une triple temporalité : la courte durée (leçon), la moyenne durée (séquence didactique) et la longue durée (semestre, année et degré).

20En langues modernes, il s’agit d’orchestrer, dans cette triple temporalité, des objectifs spécifiques : aborder les quatorze champs thématiques (définis par le CECR) dans le respect des programmes de langues modernes, utiliser des supports variés pour développer les quatre compétences (lire/écrire/écouter/parler) et s’adapter à un public (quel profil d’élèves ?) et à son niveau d’apprentissage.

4. En quoi le manuel aide-t-il à planifier ?

  • 3 Bya N., Calomne I., Claessen M.-C., Delandsheere F., Noiroux G., Clic & Nederlands. Samen !, Secon (...)

21L’exemple que nous prendrons pour illustrer la question concerne le deuxième degré de la filière qualifiante. Clic & Nederlands3 est une collection de manuels et cahiers d’activités dédiés aux troisième et quatrième années du secondaire qualifiant, degré où l’apprentissage du néerlandais s’attache à une langue généraliste, sans devoir intégrer les spécificités liées aux options professionnalisantes du troisième degré. Chacun des duos manuel/cahier est accompagné d’un guide pédagogique.

22Cette collection, publiée sous la direction constructive de responsables des réseaux libre et officiel, a été conçue et testée par des enseignants en activité dans les classes concernées.

23D’un point de vue concret, Clic & Nederlands propose un matériel authentique, sélectionné (langue riche et simple/variée) et adapté à l’âge et au niveau des apprenants, des outils variés (lexique, fiches grammaticales, etc.), et des documents complémentaires.

24D’un point de vue stratégique, la collection propose des méthodes d’apprentissage et de communication variées, des tâches d’aboutissement qui préparent à l’évaluation, des activités de dépassement, des démarches d’auto-évaluation et (particulièrement important pour la question qui nous occupe) une table des matières explicite, véritable grille de programmation des thématiques et des objectifs.

25Ces manuels, nous en sommes convaincus, sont une base de travail sure et structurante qui n’enlève pas à l’enseignant sa liberté pédagogique. Ils sont pour lui une aide précieuse dans la poursuite de ses objectifs.

26Pour l’élève, le manuel est un fil conducteur (continuité tout au long de l’année) qui favorise l’apprentissage en spirale (par la répétition des notions) et incite à l’autonomie.

4.1. Trois axes de travail

27Les objectifs de la collection étaient clairs dès le départ. Ses concepteurs voulaient apporter une réponse aux besoins du deuxième degré du qualifiant, en s’inscrivant dans le cadre légal : « Socles de compétences » et « Compétences terminales » du qualifiant. Ils voulaient aussi un outil en phase avec l’enseignement différencié qui se pratique dans des classes hétérogènes.

28Profondément respectueux des spécificités des élèves concernés, ils voulaient installer la langue « de base » tout en approchant des contextes professionnels, tenir compte du quotidien et des centres d’intérêt des adolescents, répondre à leurs besoins de structuration.

29Enfin, et ce n’est pas le moindre de leurs objectifs, ils voulaient offrir un véritable accompagnement aux professeurs.

4.2. Une histoire suivie en vingt-quatre chapitres

30Le synopsis des deux manuels permet de voir un certain nombre des champs thématiques abordés. Il met aussi en évidence ce fil conducteur qui assure à l’élève une continuité dans ses apprentissages.

31Troisième année : Samen !

32Cinq adolescents accueillent un jeune espagnol dans leur groupe. L’élève les suit dans leur vie quotidienne (repas au snack, visite au cybercafé, achats dans différents types de magasins, déplacements dans les transports en commun, visites aux uns ou aux autres). L’apprenant les découvre avec leurs gouts, leurs caractères.

33Au fil des activités communes nait le souhait de partir ensemble en vacances. Où ? Comment ? Avec quel budget ? Comment convaincre leurs parents ?

34Quatrième année : Op reis !

35Le voyage reste à organiser ! Nous suivons le groupe dans la mise en œuvre du projet (organisation d’une soirée, jobs d’étudiant, réservation du voyage) jusqu’à sa concrétisation : le séjour en Espagne !

4.3. Un manuel très structuré et un cahier

36Conçu pour aider l’élève en besoin de structuration, les ouvrages devaient être simples dans leur macro-et microstructure.

37Le manuel est divisé en trois parties :

1. les leçons en douze chapitres de quatre pages proposent un dialogue sonorisé, des exercices de structuration, des renvois aux fiches de grammaire qui figurent en fin d’ouvrage et aux pages de vocabulaire placées dans le cahier d’exercices.
Les quatre pages dédiées à un chapitre se structurent en rubriques « Stap » et « Verder » (qui seront exploitées ou non) ;
2. les pages EHBS (Eerste hulp bij schrijven of spreken) proposent, par thème, une page illustrée de mots de vocabulaire « de 1er secours ».
3. Les fiches grammaticales synthétiques éclairent une notion que l’élève doit maitriser à un moment précis de son apprentissage.

38Un cahier en lien avec le manuel propose de nombreux exercices variés (compréhension à la lecture, compréhension à l’audition, expression écrite, expression orale en interaction ou sans, exercices qui proposent des tâches complexes, visant les compétences ciblées) parmi lesquels l’enseignant pourra faire un choix en fonction du temps dont il dispose ou des besoins de différenciation qu’il rencontre.

39La partie Vocabulaire propose, par chapitre, les mots nouveaux accompagnés de la traduction et d’une phrase de mise en contexte.

40Enfin, les deux Lexiques néerlandais/français, français/néerlandais permettent à l’élève de trouver facilement la traduction d’un mot et de le retrouver dans son contexte grâce aux renvois.

4.4. Focus sur deux points forts

41On vient de le voir, les manuels Clic & Nederlands ont été conçus pour des élèves en manque de structuration. En quoi peuvent-ils aider l’enseignant à planifier l’apprentissage ? Comment l’enseignant peut-il s’approprier le manuel et organiser sa programmation ?

Une table des matières riche de renseignements

42Les auteurs ont voulu tout particulièrement rendre visible ce qui fait la force des manuels en général et de la collection Clic & Nederlands en particulier. La table des matières très détaillée permet d’identifier rapidement les points qui retiendront l’attention de l’enseignant dans sa tâche de planification. Il lui apparait ainsi clairement quels sont les champs thématiques, fonctions langagières, points de grammaire et démarches communicatives qui sont développés dans un chapitre (cf. tableau 1). La table des matières renvoie aux pages du manuel, mais également au cahier d’activités.

43À l’enseignant alors, en s’inscrivant dans la continuité du manuel, de sélectionner, d’approfondir certains points en faisant appel à un nombre plus ou moins important d’exercices, ou encore, d’y insérer des apports personnels.

TABLEAU 1. Informations reprises dans la table des matières du manuel de troisième année pour le chapitre 1

  • 4 Samen ! Clic et Nederlands. Secondaire de qualification, manuel pour la 3e année, Groupe De Boeck, (...)
  • 5 Gr, Grammatica – EHBS, Eesrte hulp bij schrijven of spreken – LB, Leerboek – OB, Oefenboek.

Chapitre 14

Een nieuwe vriend

Champs thématiques

- identité, coordonnées, adresse- temps (dates)

Fonctions langagières

- se présenter/présenter une personne- demander/donner des informations relatives à la présentation de quelqu’un- établir des contacts sociaux en face à face ou à l’écrit- exprimer des gouts- exprimer la satisfaction

Grammaire

- Le présent de Zijn, Hebben et des autres verbes (Gr5. 5, 6, 7, 8)- Règles d’orthographe (Gr. 1à 4)- Alphabet (EHBS 1)- Chiffres de 1 à 1000 (EHBS 3)

Expression orale

- décliner son identité et celle d’une autre personne (LB V1 ; OB oef. 16, 18, 22)- questionner quelqu’un sur son identité (LB V1 ; OB oef. 22)

Expression écrite

- compléter une fiche d’identité (LB S 1 ; OB oef. 21)- rédiger une brève présentation de soi ou d’une autre personne (OB oef. 20)

Expression écrite

- recueillir de l’information sur l’identité de quelqu’un (LB S 1 ; OB oef. 1, 13, 14, 22)- identifier des nombres entendus (OB oef. 3)

Compréhension à la lecture

- comprendre des informations relatives à l’identité de quelqu’un (LB S 3 ; OB oef. 12,1 9)- reconnaitre des nombres écrits en toutes lettres (OB oef. 5)

Les apports du guide du professeur

44L’objectif du guide pédagogique est d’aider l’enseignant à tirer le meilleur parti des outils de la collection. Outre la présentation de la méthode, des pistes et suggestions méthodologiques, les scripts des compréhensions à l’audition et les corrigés des exercices, l’ouvrage propose des supports et activités complémentaires, ainsi que des dialogues complémentaires.

  • 6 Clic & Nederlands. Secondaire de qualification. Guide pédagogique, 3e année, Groupe De Boeck, 2007 (...)

Quelques-unes de ces propositions sont des exercices de structuration, de drill du vocabulaire et/ou de la grammaire développés dans le(s) chapitre(s) visé(s). Mais la majorité d’entre eux proposent une production complexe et contextualisée, en lien avec les compétences communicatives qui sont la raison d’être d’une langue. L’objectif visé par chacun des exercices proposés est clairement annoncé en tête d’énoncé6.

45L’enseignant trouvera donc matière à dépasser la proposition de base du manuel et à en ajuster la planification.

5. D’autres outils

46Comme cela a été évoqué plus haut, l’éditeur scolaire propose souvent d’autres types de publications que le manuel. Il s’agit d’ouvrages de référence à utiliser ponctuellement, comme des grammaires (et il en existe pour tous les niveaux d’apprentissage) ou des ressources pédagogiques thématiques dans lesquelles un enseignant puisera des documents ou des activités.

47Le numérique s’est vite emparé du champ éducatif et les outils d’e-learning pour l’apprentissage des langues existent depuis un certain temps déjà. Mais le numérique ouvre bien des portes. De Boeck Éducation a le projet de proposer l’accès à un portail dédié aux enseignants désireux de s’inscrire dans le cadre pédagogique qui leur est imposé tout en préservant leur créativité. L’idée est non seulement de constituer des bases de données documentaires et pédagogiques de qualité, de les rendre accessibles en ligne, mais également d’offrir à l’enseignant la possibilité d’y puiser pour créer ses cours. L’idée première que nous poursuivons est de répondre ainsi aux besoins des groupes scolaires minoritaires (par exemple, les besoins en langues modernes des options professionnalisantes du troisième degré).

48Mais notre volonté est aussi d’assortir ce service d’un outil de planification de manière à permettre à l’enseignant de contrôler que ses choix répondent aux prescrits du programme et qu’ils sont réalistes au regard du calendrier. Il pourra alors, le cas échéant, adapter son programme de cours. Le projet est lancé. Il est de longue, très longue haleine. Mais nous avons depuis toujours l’ambition d’être un partenaire de qualité pour les enseignants.

Note

1 L’enseignement secondaire ordinaire comptait en 2012, 334 973 élèves dont : 114 840 pour le premier degré, 117 187 pour les deuxième et troisième degrés de transition et 102 876 pour les deuxième et troisième degrés de qualification (source : FWB, Indicateurs de l’enseignement).

2 Rien de commun avec la Flandre, par exemple, où le manuel scolaire est largement plus utilisé qu’en Belgique francophone.

3 Bya N., Calomne I., Claessen M.-C., Delandsheere F., Noiroux G., Clic & Nederlands. Samen !, Secondaire de qualification, manuel et cahier d’exercices pour la 3e année, Groupe De Boeck, 2007 ; Bya N., Calomne I., Claessen M.-C., Delandsheere F., Noiroux G., Clic & Nederlands. Op reis !, Secondaire de qualification, manuel et cahier d’exercices pour la 4e année, Groupe De Boeck, 2008.
Collection dirigée par N. Bya et G. De Samblanc. Des guides pédagogiques accompagnent les outils élèves pour la 3e et la 4e année.

4 Samen ! Clic et Nederlands. Secondaire de qualification, manuel pour la 3e année, Groupe De Boeck, 2007

5 Gr, Grammatica – EHBS, Eesrte hulp bij schrijven of spreken – LB, Leerboek – OB, Oefenboek.

6 Clic & Nederlands. Secondaire de qualification. Guide pédagogique, 3e année, Groupe De Boeck, 2007, p. 99

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search