Version classiqueVersion mobile

Passage des frontières

 | 
Luc Collès

Chapitre 4 Didactique du FLE

Littératie : le français comme langue usuelle et langue de scolarisation

Note de l’éditeur

Cet article a paru dans Le Langage et l’Homme, vol. 42.2, 2007, pp. 67-76.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La littératie

Aujourd’hui, lire a changé de sens : ce n’est plus déchiffrer, c’est comprendre. À ce titre, la définition de l’illettrisme proposée par Jean Foucambert (vice-président de l’Association française pour la lecture) séduit par sa portée explicative :

Illettrisme : absence de culture de l’écrit ; c’est le fait que des individus, bien que vivant dans une société de l’écrit, sont exclus des raisons de cette communication.

Récemment, l’alphabétisation a connu une importante mutation (Vade Mecum de l’alphabétisation, p. 30). Conséquence de cette définition : dans les années 1980, le concept a de plus en plus évolué vers « la lecturisation ». Foucambert a construit ce néologisme sur le mot lecture, comprise en tant que prélèvement et don de sens face à n’importe quel écrit en fonction du vécu individuel. Lecturiser, c’est se démarquer de l’alphabétisation trop longtemps limitée à l’apprentissage d’un code combinatoire de phonèmes-graphèmes au départ d’énoncés stéréotypés, hors-con...

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search