Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Musulmans en prison

 | 
James A. Beckford
, 
Danièle Joly
, 
Farhad Khosrokhavar

Chapitre 6. Répartition en catégories et auto-définition chez les Musulmans

Texte intégral

Introduction

1Les thèmes principaux abordés dans le chapitre 5 ont souligné le fait que la discrimination pour motifs raciaux, ethniques ou religieux était quelque chose de répandu au sein des prisons britanniques et françaises. Les formes de discrimination sont également liées entre elles de façon complexe, ce qui reflète le cadre historique, juridique et religieux de chaque pays. Dans les deux cas, l'effet est néanmoins le même dans le sens où les surveillants et les détenus Musulmans sont conscients du fait que les considérations de "race", d'appartenance ethnique et de religion altèrent la façon dont les détenus sont traités. Il n'en reste pas moins qu'il existe de grandes différences entre les surveillants et les détenus quant aux motifs qu'ils avancent pour expliquer cette différence de traitement. Le contraste existant entre la France et la Grande-Bretagne est également important en ce qui concerne la façon dont ces traitements différents sont officiellement encouragés ou découragés. Le respect pour la "diversité" est une valeur qui guide à la fois les principes et les pratiques que les prisons anglaises et galloises sont supposées suivre dans le cadre du traitement des minorités. Par contraste, dans les prisons françaises, les principes et les pratiques sont censés être guidés davantage par la valeur de l'égalité dans le sens d'un traitement uniforme des détenus sans tenir compte des différences religieuses ou ethniques.

2À la lumière de ces contrastes fondamentaux entre la reconnaissance accordée à la diversité ethnique et religieuse dans les prisons françaises et celles d'Angleterre et du pays de Galles, une question émerge : dans quelle mesure ces différences affectent-elles la façon dont les détenus Musulmans conçoivent et utilisent leur propre identité ? Plus particulièrement, nous avons cherché à savoir comment les détenus Musulmans réagissaient aux opportunités qui leur étaient accordées par les prisons pour cultiver et exprimer leurs identités à partir de ressources ethniques, raciales ou religieuses. En fait, le terme "identification" est préférable à celui d'identité dans le cadre de notre étude parce qu'il comporte les caractéristiques actives, contingentes et situationnelles des processus à travers lesquels les détenus élaborent et vivent leurs similitudes et leurs affinités avec les autres personnes. La capacité des processus d'identification pour déterminer les différences et les similitudes n'est pas moins importante.

3Le principal objectif de ce chapitre est de mettre en lumière les processus à travers lesquels les détenus Musulmans s'identifient en termes ethniques et religieux. Bien entendu, nous insisterons sur l'auto-définition par les détenus tout en la replaçant dans le contexte de leur classement en catégories par les autorités carcérales : d'une part, les prisons spécifiques dans lesquelles ils vivent et, d'autre part, le système carcéral national au sein duquel ils purgent leur peine. Nous accorderons une attention particulière à la question de savoir à quel point l'Islam sert de base à une identification et à une auto-identification des détenus et dans quelle mesure cela se traduit en termes de solidarité et de sociabilité en France ainsi qu'en Angleterre et au pays de Galles.

I. Angleterre et pays de Galles

4Alors que dans le monde extérieur à la prison, de nombreuses personnes ont accès à des réseaux sociaux denses d'amis, d'associés, de voisins, de parents, d'amis étudiants ou de collègues de travail, la situation en prison est différente. Certes, il existe de grandes différences entre les prisons mais, d'une façon générale, elles imposent toutes des limites quant aux catégories de personnes avec lesquelles les détenus peuvent se mélanger. Les caractéristiques phénotypiques, l'alimentation, la langue et la pratique religieuse sont par conséquent autant d'éléments susceptibles d'être davantage à la base d'une identification au sein d'un univers confiné par rapport à ce qui se passe à l'extérieur. De plus, dans la mesure où les relations raciales profitent du soutien de politiques obligatoires, de procédures et de personnel pour maîtriser la discrimination pour motifs ethniques ou religieux – c'est ce que nous avons montré dans le chapitre 2 –, les détenus peuvent difficilement ne pas être conscients de leur importance pour la vie en univers carcéral. Et, comme nous l'avons montré dans le chapitre 3, les aménagements destinés à la pratique de l'Islam ont été améliorés au sein des prisons britanniques durant ces dernières années. Cependant, les chapitres 4 et 5 ont apporté des preuves des stéréotypes raciaux et religieux préjudiciables que certains surveillants continuent à avoir lors de leurs interactions quotidiennes avec les détenus. Si l'on considère l'attention à la fois officielle et officieuse accordée à la "race" et à la religion dans les prisons, il n'est pas alors du tout surprenant que les détenus appartenant à une minorité ethnique et/ou religieuse vivent un processus d'auto-identification et d'identification de groupe au cours duquel les critères de "race" et de religion revêtent une plus grande importance par rapport à ce que l'on peut constater dans la société dans son ensemble.

A. Avant la prison

5Notre point de départ est la constatation suivante : seulement 20 % des détenus Musulmans hommes de nos échantillons nous ont fait part d'une implication active dans des activités musulmanes en dehors de la prison. Pour les femmes, ce pourcentage était encore inférieur. Certains hommes, comme le Détenu 12 de la Prison 1, ont reconnu que des membres de leur famille étaient pieux alors qu'eux-mêmes ne l'étaient pas : "Non, j'étais un très mauvais Musulman dehors. Je vendais de la drogue et j'escroquais des gens... Ma mère prie cinq fois par jour... Mon père n'était pas aussi pieux que ça, il travaillait. Mes frères et sœurs prient quand ils le peuvent". Il n'était pas inhabituel pour les détenus d'affirmer : "Quand je suis dehors, je ne suis pas pieux, c'est juste le Ramadan et la prière du vendredi" (Prison 1, Détenu 22). Les détenus nous ont également souvent rapporté qu'ils avaient fréquenté les mosquées régulièrement durant leur enfance ou avant d'émigrer au Royaume-Uni mais qu'ils s'étaient éloignés des activités liées à l'Islam durant leur adolescence. Par exemple, le Détenu 16 de la Prison 2 a déclaré ceci :

"Quand j'étais plus jeune, j'allais [à la mosquée], j'avais environ 10 ans. J'allais à la mosquée pour apprendre mes prières et tout ça. Je l'ai fait jusqu'à mon saparah [récitation du Coran] et puis soudainement j'ai arrêté d'y aller et je ne pouvais plus vraiment me concentrer sur le Coran ou quoi que ce soit, c'est tout. Et une fois que vous vous arrêtez, vous commencez à tout oublier petit à petit".

6L'imam de la Prison 1 a confirmé que la plupart des détenus Musulmans venaient de "familles dans lesquelles leur engagement envers l'Islam ou la connaissance de la religion était à un stade minimal". De plus, les personnes que nous avons interrogées ont rarement évoqué des liens étroits avec les communautés musulmanes locales avant leur incarcération. Certains insistaient sur le fait qu'ils connaissaient de nombreux Musulmans "à l'extérieur" et que "les Musulmans sont solidaires" (Prison 1, Détenu 2). Mais même ceux qui assistaient régulièrement aux prières ne semblaient pas avoir de liens étroits avec les communautés fréquentant les mosquées.

7D'autres nous ont dit que la honte associée au fait d'être un criminel condamné les empêchait de conserver des liens avec les communautés musulmanes. Par exemple, "Je suis la seule brebis galeuse de la famille. Les gens de ma famille sont très respectables. Je n'ai aucun soutien de la part de la communauté ; je suis la cible des ragots de la communauté" (Prison 1, Détenu 5). Le Détenu 15 de la Prison 2 nous a fait part de la même situation :

"Comme vous le savez certainement, dans notre culture, on a des problèmes, en particulier quand quelqu'un va en prison. Ça n'a pas d'importance ce que vous avez fait ou pas fait, une fois que vous êtes jugé coupable et que vous vous retrouvez en prison, la communauté critique cela et ils vous critiquent, vous et votre famille. Ils noircissent le tableau. Mon père était un homme d'une grande éducation, il était directeur dans un lycée du Bangladesh et il était très respectable. Maintenant, parce que je suis ici, les gens me regardent moi, mais aussi ma famille, différemment, du style, vous voyez, son père était comme ça et vous voyez le genre de la famille, mais ils ne veulent pas vraiment regarder la réalité, voir ce qui s'est réellement passé".

8Lorsque nous avons interrogé les détenus Musulmans à propos de leurs amitiés avant qu'ils n'entrent en prison, il était apparent que, bien qu'une majorité d'entre eux aient choisi leurs amis exclusivement parmi des Musulmans, beaucoup d'entre eux étaient amis avec des personnes issues de milieux religieux et ethniques différents, même s'il y avait une limite à cette différence. Une amitié avec des "Asiatiques", pas nécessairement des Musulmans, était quelque chose d'habituel mais environ un quart d'entre eux ont également évoqué des "Blancs".

9Le fait de constater que de nombreux détenus interrogés avaient le sentiment d'avoir appris davantage de choses à propos de l'Islam en prison prend tout son sens quand on replace cela dans le contexte d'une implication relativement faible dans des activités liées à la religion musulmane et des communautés religieuses. Bien entendu, certains d'entres eux avaient acquis les bases de leur foi durant leur enfance mais ils avaient abandonné les prières régulières pendant leur adolescence et leur vie de jeunes adultes. Et, même si une petite minorité niait que l'Islam signifiait quoi que ce soit pour eux, de nombreux détenus ont affirmé que c'est en prison que leur intérêt pour l'Islam avait été stimulé pour la première fois ou encore ravivé. Par exemple, "Ce que j'ai appris, c'est à travers la lecture ; ce sont des choses qu'on aurait dû me dire quand j'étais plus jeune... La plupart de mes connaissances [en matière d'Islam] proviennent de la prison" (Prison 1, Détenu 14). Le Détenu 16 de la Prison 2 nous a fait un récit plus détaillé de ce qu'il avait appris en ce qui concerne les pratiques spécifiques :

"Quand j'étais plus jeune, je n'ai jamais su comment prier. Quand je suis arrivé en prison pour la première fois, j'ai commencé à pratiquer ma religion. Je ne savais pas comment faire deux rakaat [prosternations] namaaz ou quatre rakaat namaaz. Je faisais juste deux rakaat à chaque fois et je continuais à faire comme ça. Je ne savais même pas quelle dua [récitation] je devais lire durant la prière et je faisais simplement "Allhumdillah" et, en fin de compte, à chaque fois que j'atterrissais en prison, je continuais à pratiquer et il me semble que chaque fois que je fais quelque chose, j'ai l'impression d'apprendre de plus en plus ; et maintenant, je connais toutes mes prières pour mon namaaz et je sais quand je dois faire tel nombre de rakaat".

10Un détenu de cette même prison a fait une observation intéressante à propos des différents aspects de l'Islam qui sont appris au sein du foyer et en prison :

"Je pense que j'ai une meilleure compréhension de l'Islam parce que quand vous grandissez dans une famille musulmane, vous passez par l'étape où vous devez aller à la mosquée. Ils vous apprennent effectivement comment il faut le lire mais ils ne vous apprennent pas comment il faut le comprendre. Ils vous apprennent à lire l'arabe. Vous savez, ils vous apprennent les bases mais quand vous arrivez en prison, vous commencez à écouter des cassettes et à lire davantage de livres et vous faites vraiment votre éducation parce que vous apprenez des choses que vous ne saviez pas auparavant ; et ça vous ouvre un peu plus l'esprit.

11Seulement deux personnes parmi celles que nous avons interrogées ont nié explicitement avoir appris plus de choses sur l'Islam en prison qu'à l'extérieur. L'un deux nous a expliqué : "Je fais très attention pour ne pas trop m'immerger dedans quand je suis en prison, j'en ai tellement vu qui sont devenus des Sufis et puis, une fois dehors, ils oublient tout. En fin de compte, c'est juste pour moi, quelque chose qui fera partie de moi" (Prison 3, Détenu 7). Les autres détenus n'ont pas non plus affirmé que l'expérience de la prison avait apporté un changement très important dans leur attitude par rapport à l'Islam mais il ne fait aucun doute que le fait d'être libéré de certaines distractions et de simplement avoir le temps de réfléchir avait relancé l'intérêt pour la religion de nombreux détenus. Selon les termes d'une personne qui s'est convertie à l'Islam : "J'ai eu l'occasion de m'asseoir, de lire et de pratiquer" (Prison 3, Détenu 6).

12En résumé, la plupart des personnes que nous avons interrogées ne nous ont pas dit qu'elles accordaient avant leur entrée en prison une place essentielle à la pratique de l'Islam, à la connaissance de celui-ci ou à une implication active dans les affaires de la communauté musulmane. Leurs choix en matière d'amitiés tendaient également à suggérer qu'ils n'avaient pas vécu uniquement à l'intérieur de cercles musulmans. Au contraire – avec quelques exceptions – ils nous ont donné l'impression que c'était en prison que la pratique de l'Islam avait revêtu une plus grande importance pour eux et que leurs relations avec des camarades Musulmans avaient été renforcées. En prison, ils avaient prié davantage, que ce soit individuellement ou collectivement, ils avaient davantage lu le Coran et d'autres textes Islamiques, ils s'étaient également davantage efforcés d'éviter la nourriture impure [haram] ou les conduites défendues, ce qui avait accru leur identité de Musulmans. Dans la suite de cette partie, nous essaierons de définir les facteurs qui ont influencé ces changements.

B. Conditions de vie en prison et répartition en catégories

13Pour commencer, il faut se souvenir que les prisons d'Angleterre et du pays de Galles sont sujettes à un grand nombre de règles, de règlements et de procédures administratives destinés à surveiller la composition ethnique et religieuse de la population carcérale, à détecter et à sanctionner des discriminations injustes et à offrir une égalité des chances. Si on laisse de côté – pour un instant – toutes les questions relatives à l'efficacité de ces outils, les détenus sont conscients que les problèmes ethniques et religieux revêtent une importance qui est nettement plus élevée que dans n'importe quelle autre institution du "dehors". Ils savent également que ces questions sont sensibles. En effet, le fait de jouer "la carte raciale" – ou de rechercher des avantages sur des bases douteuses liées à la "race" – est une stratégie qui dépend de cette connaissance. De façon similaire on pourrait s'attendre à ce que le personnel carcéral utilise les statistiques relatives à l'appartenance ethnique et à la religion afin de procéder à des changements. Comme le Surveillant 10 de la Prison 1 l'a reconnu, il n'est cependant pas suffisant de connaître les statistiques, il faut que quelqu'un agisse sur celles-ci : "J'ai fait remarquer qu'il n'y avait pratiquement pas de détenus asiatiques qui étaient agents d'entretien et j'ai réussi à leur obtenir davantage de poste. Il y a environ deux ans, je me suis penché sur la répartition des postes ; il apparaissait que les Asiatiques n'obtenaient pas les emplois. Maintenant ceci a changé, je m'en suis personnellement occupé". Pourtant, bien qu'il soit établi que les statistiques ethniques sont destinées à assurer l'égalité des chances, les marqueurs ethniques ne sont pris en compte que de façon sélective par les autorités carcérales. Par exemple, un certain nombre de documents sont traduits en langue étrangère et des livres en langue étrangère sont fournis aux bibliothèques carcérales. Mais quelques mesures seulement concernent les habitudes culturelles et alimentaires des détenus appartenant à des minorités ethniques : il arrive que des plats à base de curry soient proposés, mais la nourriture antillaise ne semble pas être servie très souvent en dépit du nombre relativement élevé de détenus d'origine antillaise. Ceci n'a pas échappé à la sagacité du Surveillant 4 de la Prison 2 : "Nous avons une importante population afro antillaise mais il n'y a pas un grand choix de nourriture afro antillaise. Enfin, je sais que c'est difficile mais quand vous gérez un établissement au sein duquel il y a environ 40 % d'Antillais, il faudrait penser à servir des ignames, des patates douces et des aliments de ce type".

14Il existe néanmoins quelques exceptions : dans l'une des prisons pour femmes où nous avons enquêté, la fête nationale jamaïcaine est célébrée en collaboration avec l'ambassade et une messe espagnole est dite pour les détenus hispanophones. L'imam de la Prison 1 nous a aussi fait remarquer que les règles qui stipulent que les minorités ethniques ont droit à un régime alimentaire particulier n'étaient pas appliquées de façon satisfaisante :

"Les détenus Musulmans sont punis deux fois. D'une part, parce qu'ils purgent leur peine et d'autre part parce qu'ils n'ont pas droit à la nourriture à laquelle ils sont habitués. Je pense qu'il existe une loi, un règlement ou quelque chose de ce style qui stipule qu'ils ont droit au régime alimentaire auxquelles ils sont habitués mais, comme ça n'est pas cuit correctement, en fin de compte, même si c'est halal, ça ne leur convient pas".

15Du point de vue de nombreux détenus asiatiques, c'est néanmoins l'appartenance ethnique qui prime en ce qui concerne l'alimentation ; par exemple, la nourriture destinée aux Musulmans n'est pas uniquement évaluée au regard de son caractère halal ou non. Un des membres du personnel de restauration de la Prison 1 nous a confié que : "quand c'est le jour du curry, si c'est un certain cuisinier qui est de service, alors il met trop de curcuma dans le curry, ce qui le rend amer". Le curry figurait au menu des prisons où nous avons enquêté ; il incarnait la nourriture "ethnique" par excellence. On pourrait néanmoins faire remarquer qu'il fait partie désormais de l'alimentation britannique typique dans la mesure où il a été démontré qu'il s'agit du plat le plus consommé en Grande-Bretagne. Ceci est tellement vrai que les surveillants et les détenus non-asiatiques entrent en compétition pour les plats à base de curry dans certains établissements. Les frontières entre les ethnies sont par conséquent poreuses et mobiles au sein des prisons où sont regroupés des gens issus d'horizons très différents et forcés de vivre à proximité immédiate les uns des autres.

16En fait, le personnel carcéral mélange fréquemment les catégories "asiatiques" et "Musulmans" ; à titre d'exemple, les détenus afro antillais se plaignent des films qui leur sont proposés, films soi-disant "Musulmans", dans la mesure où ils n'en comprennent pas la langue, c'est-à-dire le hindi ou le ourdou. Voici le témoignage du Surveillant 4 de la Prison 2 : "Beaucoup de détenus anglais ou de non Musulmans vont se plaindre du film et parmi eux on trouve des Afro Antillais qui sont censés être Musulmans mais qui, manifestement, ne parlent pas la langue, donc ils ne peuvent pas l'apprécier". Ceci fait partie d'un problème plus large : le fait que le personnel carcéral ne soit pas capable de faire la différence entre asiatiques Musulmans et asiatiques non-Musulmans. Voici ce que différents surveillants nous ont rapporté : "je n'arrive pas à les distinguer" (Surveillant 8, Prison 1) ; "je n'en ai pas la moindre idée" (Prison 3, Surveillant 8). Cependant, les surveillants peuvent généralement découvrir qui est Musulman et qui ne l'est pas à partir de nombreux indices : s'il les accompagnent à la prière ou s'ils trouvent le Coran dans leurs cellules. Les surveillants qui ont travaillé à l'étranger dans des pays Musulmans déclarent qu'ils sont capables d'identifier les Musulmans à partir de leur nom. Chez les Asiatiques eux-mêmes, la différenciation est claire et nette ; un surveillant asiatique a même affirmé qu'il pouvait facilement repérer les détenus Musulmans à partir de leur "expression faciale et de leur façon de se tenir neuf fois sur dix" (Prison 3, Surveillant 8). Mais le même surveillant est rapidement revenu à une catégorie globale "asiatique" quand il a évoqué la façon dont il traitait les détenus : "J'ai tendance à mieux m'occuper des Asiatiques que des Blancs [...] quand j'ai débuté, il n'y avait pratiquement pas de dispositions pour les Asiatiques et encore moins pour les Musulmans. Il y avait la séance de base pour les Sikhs, les Musulmans et les Hindous ; maintenant, il y a davantage de surveillants asiatiques, ce qui signifie que les détenus asiatiques ont quelqu'un à qui parler s'ils le désirent".

17Dans certains établissements où les prisonniers doivent partager leur cellule, les détenus Musulmans ont l'autorisation de la partager avec un autre Musulman. Toutes les personnes que nous avons questionnées dans la Prison 1 nous ont fait part de leur préférence pour cet arrangement ; il s'agit là clairement d'une expression publique d'une identification sur la base de la religion et/ou de l'appartenance ethnique. Cette politique ne rencontre cependant pas l'adhésion de tous les membres du personnel carcéral. En effet, bien que de nombreux détenus considèrent que cette pratique non seulement confirme leur identité musulmane mais aussi les protège contre différentes menaces, certains surveillants et directeurs y voient là une forme de ghettoïsation malsaine. Par exemple l'aumônier chrétien adjoint de la Prison 1 était d'une façon générale favorable au fait d'autoriser les Musulmans à partager une cellule mais dans le même temps il souhaitait que soient évitées "des ailes où un système de ségrégation est mis en place". Par contraste, lorsqu'un groupe de trois surveillants de cette même prison ont eu une discussion avec le chercheur, ils ont exprimé des réserves sur cette politique regroupant des Musulmans au sein d'une même cellule dans la mesure où ceci ouvrait la voie à des abus et était contraire à l'esprit d'intégration. Ils considéraient également qu'il s'agissait là d'un privilège injuste pour les détenus Musulmans. En outre, certains détenus soupçonnaient les surveillants d'utiliser cette autorisation de regroupement comme un moyen pour les manipuler.

18Les deux avantages principaux liés à ce regroupement étaient, pour les détenus Musulmans, d'une part le fait que cela aidait à favoriser une solidarité avec des personnes ayant la même pensée et, d'autre part, le fait que cela réduisait l'éventualité de disputes avec des détenus non Musulmans qui pourraient, de façon délibérée ou non, offenser les Musulmans ; plus précisément, cela permettait de ménager les sensibilités culturelles en ce qui concerne, par exemple, la nudité, des posters ou des photos sexuellement explicites, des en-cas à base de porc et l'utilisation des toilettes de la cellule. Selon les propres termes d'un Musulman qui devait partager sa cellule avec un non Musulman : "je préférerais un Musulman. Je suis avec un Blanc et il est franchement sale. Ses manières, la façon dont il parle, l'odeur de nourriture. Ils ont une odeur, comment dire, vulgaire. J'ai fini par me battre. Il avait chié et ne s'était pas lavé les mains" (Prison 1, Détenu 23). Un autre détenu mulsuman de la même prison a laissé entendre que "Les gorahs pissent partout. Ils ont des images dégueulasses et des odeurs dégoûtantes" (Prison 1, Détenu 4). Le bruit était quant à lui un autre motif de mécontentement – dans des cellules partagées ou individuelles – comme c'était le cas pour le Détenu 18 de la Prison 1 :

"[Les Non Musulmans] augmentaient le volume de leur radio ou de leur télé quand j'étais en train de prier. Je mettais des bouchons d'oreille parce que cela ne servait à rien de se plaindre auprès des surveillants parce que c'était des cellules pour deux hommes et je ne voulais pas causer de friction. À Wakefield, j'avais ma propre cellule et je mettais un papier sur ma porte indiquant que je ne voulais pas être dérangé lorsque je priais. Je n'aimais pas non plus l'odeur du porc". "Quand je suis arrivé, on m'a mis avec mon cousin, c'était ok. Maintenant, je suis avec un non Musulman et je lui ai expliqué qu'il ne pouvait pas aller et venir constamment devant moi pendant que j'étais en train de prier. Une fois que je me suis expliqué, c'était ok pour lui" (Prison 1, Détenu 6).

19Inversement, certains Musulmans s'inquiétaient du fait qu'ils pouvaient déranger des compagnons de cellules non Musulmans avec leurs prières matinales : "je suis avec un non Musulman qui n'aime pas que je prie le matin, donc je ne le fais pas" (Prison 1, Détenu 12). Dans d'autres cas, lorsque des Musulmans partageaient une cellule, ils se sentaient moins exposés au risque d'être agressés. D'autres se plaignaient du fait que leur demande de regroupement avait été sans suite ou rejetée. Par exemple : "mon compagnon de cellule a des tendances suicidaires ; et comme il pose des problèmes aux surveillants, moi, on m'ignore" (Prison 1, Détenu 20). Un détenu qui avait vécu dans des cellules pour plusieurs personnes dans une précédente prison se souvient avoir téléphoné à son avocat et l'avoir prévenu que "les matons avaient intérêt à [le] mettre dans une cellule avec un Musulman" (Prison 3, Détenu 5). Une raison plus positive pour se regrouper avec d'autres Musulmans nous a été donné par le Détenu 2 du même établissement : "tous sont solidaires. Les plus âgés nous apprennent comment changer notre vie. Le directeur nous a aidés, il a fait en sorte qu'on partage la même cellule".

20La catégorisation ethnique est surtout apparente dans les stéréotypes du personnel carcéral. Par exemple, les Asiatiques sont perçus comme étant plus dociles alors que les détenus noirs sont considérés comme querelleurs et agressifs. Selon le directeur de la Prison 3, les Asiatiques ont tendance "à ne pas poser de problèmes". Ces caractéristiques sont généralement attribuées aux détenus par le personnel carcéral indépendamment de la religion de ces mêmes détenus, mais, comme le Surveillant 9 de la Prison 3 nous l'a fait remarquer, l'interaction entre appartenance ethnique et religion peut donner naissance à une certaine confusion : "Pour la plupart des Musulmans asiatiques, il n'y a pas de problème. Ceux qui posent problème, ce sont les détenus noirs qui se sont convertis ; parfois ils inventent des choses et pensent que c'est parce qu'ils sont noirs. S'ils me reprochent quelque chose, je leur dis "prouvez-le". Il s'agit là de l'opinion dominante qui comporte néanmoins une exception : un surveillant a estimé que les Musulmans étaient plus bruyants que les chrétiens lors de leur prière collective. Le stéréotype selon laquelle les Asiatiques seraient plus discrets est peut-être néanmoins en train d'évoluer comme nous l'a expliqué le Surveillant 3 de la Prison 1 :

"On entend régulièrement des choses comme : "on ne parle pas anglais" ; ils utilisent ça comme un outil en ce qui concerne la discipline. Pendant des années, ils [les Asiatiques] se sont montrés plus conformistes en tant que groupe, mais ce n'est plus nécessairement le cas maintenant. Ils étaient plus dociles ; il y a plus de résistance que par le passé, c'est vrai pour tous les détenus, mais ça se voit plus avec les minorités ethniques".

21Certains détenus Musulmans se sont révélés tout aussi capables que les surveillants de faire preuve de stéréotypes ethniques lorsqu'ils essayaient de distinguer ce qui séparait les Asiatiques des détenus blancs. Par exemple, le Détenu 4 de la Prison 1 a affirmé que les Musulmans avaient besoin d'argent pour acheter des cartes téléphoniques parce que "nous aimons trop notre famille. Les Gorahs dépensent leur argent pour acheter de la drogue et ils n'ont pas de cartes téléphoniques".

C. Identification de groupes « multicouches »

22Alors que de nombreux surveillants se contentaient de recourir à des catégories générales telles que "les minorités ethniques" ou "les Asiatiques", notre recherche nous a permis de découvrir de nombreuses preuves selon lesquelles les détenus Musulmans et d'autres détenus asiatiques non Musulmans avaient des façons de s'identifier selon des sous-catégories, ce qui pouvait être la base de conflits. Par exemple, il y avait eu une bagarre dans la Prison 3 entre des groupes musulmans rivaux qui avaient adopté des points de vue différents en ce qui concerne la question du Cachemire. Une autre division au sein des détenus asiatiques suivait les contours des loyautés régionales ou tribales au Pakistan. Par exemple, un détenu qui s'était décrit comme étant un "Mojahir Pathan" et qui avait été élevé à Karachi nous a dit qu'il ne s'entendait pas avec les Mirpuris, même s'il était un Musulman pakistanais tout comme eux : "en prison, les Pakistanais traînent ensemble et la majorité d'entre eux sont des Mirpuris. Je n'arrive pas à m'entendre avec les Mirpuris, il y a un décalage entre nos attitudes, ce n'est pas une question d'appartenance ethnique, mais je ne m'entends pas avec eux" (Prison 3, Détenu 18).

23En outre, les processus d'identification qui ont cours parmi les détenus Musulmans sont des processus multicouches et basés sur un grand nombre de critères. Les deux principaux critères qu'ils utilisent sont l'appartenance ethnique et la religion. Les propos qu'ils ont tenus en ce qui concerne leur auto identification ont rarement insisté sur le critère musulman en tant que tel mais, parfois, ils lui donnaient la priorité : "d'abord Musulman, ensuite Cachemirien ou pakistanais" (Prison 1, Détenu 6) ; ou encore "Musulman et ensuite probablement bangladais" (Prison 2, Détenu 15). Dans de rares cas, le terme "Musulman" était complètement mis de côté comme ce fut le cas pour un détenu qui, sans hésiter, a déclaré qu'il était avant tout "jamaïcain" (Prison 3, Détenu 14). Alors que le terme "Musulman" servait de marqueur habituel pour les détenus, ceux-ci lui ajoutaient généralement un marqueur ethnique. Par exemple : "Musulman Kurde" (Prison 3, Détenu 4) ; "Musulman Lahori-Pakistanais" (Prison 3, Détenu 16).

24Contrairement à ce qu'affirment certains rapports qui évoquent des changements en ce qui concerne l'auto identification des Musulmans au Royaume-Uni (Modood, 2000), nous avons rencontré très peu de détenus Musulmans qui, spontanément, se sont décrits comme étant des "Musulmans Britanniques" et ceci même s'ils étaient nombreux à avoir grandi en Grande-Bretagne. En effet, plusieurs d'entre eux ont explicitement rejeté cette possibilité : "je suis Sunnite Pathan. Même si je suis né ici, je ne me sens pas britannique. Les gens vous jugent par rapport à votre couleur de peau" (Prison 1, Détenu 8). Si une identification nationale était habituellement rejetée par les détenus Musulmans, ceux-ci étaient souvent enclins à révéler leur identification locale et l'attachement au lieu où ils avaient grandi, parfois conjointement avec leur région ou pays d'origine.

25Plus sérieusement, il existait également des frictions dans un établissement entre des Musulmans Asiatiques et des détenus qui étaient décrits par le Détenu 15 de la Prison 2 comme des "personnes Afro-Jamaïcaines". Il affirmait que "beaucoup de ces personnes" abusaient du Ramadan "simplement parce qu'elles pouvaient prendre de la drogue ou des trucs dans le genre". Il se plaignait également du fait que ces mêmes prisonniers se conduisaient mal lors des prières du vendredi :

"Ils parlent, ils s'assoient au dernier rang alors que tout le monde est en train de prier. Ce n'est pas possible d'entendre ce que dit l'imam, ses prières, son sermon, tout ça. J'en en ai parlé à l'imam, il m'a répondu : "si quelqu'un veut devenir Musulman, je ne peux pas l'en empêcher". Mais eux, ils viennent uniquement pour se distraire et ça, ça n'est pas bien, ça nous fait perdre notre temps ; ça se répercute sur les une ou deux heures qu'on a pour nous, pour se retrouver en paix".

26Un autre Musulman de la même prison critiquait l'imam car ce dernier "consacrait la plupart de son temps à convertir des Noirs à l'Islam", Noirs qui selon lui ne comprenaient pas bien l'Islam ou ne l'appréciaient pas à sa juste valeur (Prison 2, Détenu 20) :

"La plupart des types qui viennent à la prière musulmane ne connaissent rien de l'Islam ; ils ne connaissent pas le premier Kalma [une prière], ils ne savent même pas ce que ça veut dire. Bon, d'accord, ils en font des Musulmans, ils se qualifient de Musulmans ; mais quand il s'agit de foi, ils n'ont pas la moindre idée de ce que ça veut dire... Ils n'ont pas la moindre idée de ce qu'ils racontent aux gens. Une personne se lève, ils se lèvent tous. Enfin, ils devraient au moins assister au cours du soir ou à des cours d'éducation à l'Islam où ils pourraient apprendre à pratiquer l'Islam, à lire en arabe, en anglais ou dans une autre langue".

27Ces commentaires critiques renforcent l'argument selon lequel la qualité des imams qui travaillent en prison a une importance cruciale. Selon les termes du secrétaire général du NCWMP, les détenus "... se réveillent et prennent conscience du fait qu'ils sont Musulmans ; alors ils commencent à faire des recherches et à lire. Et ils posent des tas de questions, ils veulent poser plein de questions sur la foi, sur ce qui est "obligatoire", sur ce qui ne l'est pas ou encore sur ce qui est recommandé. Et leur premier contact, c'est l'imam. Si l'imam n'est pas préparé pour gérer ceci..." (entretien, Londres, le 26 juin 2003). En effet, il n'était pas inhabituel que des détenus se plaignent de l'ignorance des Musulmans qui n'avaient jamais appris correctement les rites des prières :

"Ils ont besoin qu'on fasse leur éducation à propos de ce que l'on doit faire lorsque quelqu'un est en train de prier, par exemple, ne pas passer devant lui ou ne pas parler devant lui. C'est ce qui se passe ici, et c'est pour ça que je suis énervé et que je ne suis pas allé à la prière du vendredi depuis deux ou trois semaines. J'ai dit à un autre Musulman que mes prières étaient interrompues à cause de ceux qui passaient devant moi (Prison 2, Détenu 19).

28Ce prisonnier en particulier a aussi critiqué les autres détenus Musulmans parce qu'ils étaient "de très mauvais [Musulmans]. Je les ai vu manger du porc, et ils passent leur temps à jurer... beaucoup d'entre eux prennent de la drogue et je ne souhaite pas avoir des relations avec des drogués". Mais c'est le Détenu 3 de la Prison 2, un Turc, qui a émis le doute le plus global en ce qui concerne la solidarité fraternelle des détenus Musulmans :

"Pour être honnête avec vous, admettons, ils sont Musulmans, mais la plupart de ces types sont Musulmans quand ils le veulent – ils viennent juste prier et je pense que ça se termine là. Ils disent Al-Salaam-Alaikum et ils pensent que ça fait d'eux des Musulmans. La plupart des gars sont comme ça, si vous voyez ce que je veux dire, tout ce qu'ils font c'est venir prier. Enfin, pendant les prières, l'imam nous donne toujours des conseils, vous savez, comme par exemple sur la façon dont on doit se comporter et il vous prépare. Honnêtement, je pense qu'il fait du bon boulot... Et la plupart des types là-bas sont du style : "Ouais, nous croyons tous en ceci, nous croyons tous en cela, nous sommes d'accord avec ce que dit l'imam". Mais ça, c'est juste quand il sont là-bas... Quand on est à la mosquée, tout le monde dit "mon frère" et ceci et cela, mais une fois dehors, quand vous quittez la mosquée, c'est une autre histoire. C'est chacun pour soi, c'est pas vrai pour tout le monde mais il y a des gars comme ça".

29Les différences d'âge représentaient également un sujet sensible pour quelques détenus Musulmans comme c'était le cas pour le Détenu 10 de la Prison 1, pour qui "les jeunes sont terribles. Les jeunes Musulmans, c'est n'importe quoi. Ceux qui sont plus âgés sont ok. Les plus jeunes sont ceux qui créent des problèmes et ils essaient d'abuser du système. La génération des plus jeunes s'adonne à la drogue". Cette opinion était également partagée par des surveillants. Les frictions relatives à des différences entre générations avaient mené à de la violence dans le cas du Détenu 12 de la Prison 2 qui avait partagé une cellule avec un Musulman : "Je voulais le frapper parce qu'il avait l'habitude de fumer de la drogue derrière mon dos et quand je rentrais dans la cellule, je le sentais. Je lui ai dit une fois, parce qu'il était plus jeune, je lui ai dit qu'il devrait arrêter de prendre de la drogue. "Je vends de la drogue. Je peux aussi en prendre". "Mais si tu en prends dans cette cellule, je te fiche dehors. Je ne laisserai personne fumer". J'ai dit "c'est ok pour toi, tu n'as pas à te préoccuper de ta famille ou de tes enfants ; mais s'ils font une fouille, ils vont nous choper tous les deux". Je veux rentrer chez moi, je veux avoir une vie saine".

30En résumé, les détenus Musulmans, en tant que catégorie, sont loin d'être homogènes et se révèlent critiques les uns envers les autres. En leur sein, les divisions suivent les contours de la nationalité, de la langue, de la couleur de peau, de l'âge ou de la moralité. Ces différences viennent à leur tour renforcer la façon dont les détenus considèrent ce qui fait un "authentique" ou un "vrai" Musulman.

31Malgré ces failles et ces tensions qui viennent relativiser l'homogénéité de la catégorie "Musulmans", notre enquête a néanmoins mis à jour de nombreuses preuves d'un soutien mutuel et d'une coopération chez la plupart des détenus Musulmans. En fait, la combinaison des processus d'auto identification et de l'importance donnée officiellement à l'appartenance ethnique et à la religion au sein des prisons a permis de créer des schémas distincts de sociabilité et de solidarité chez de nombreux détenus Musulmans, même si cela n'est pas vrai pour tous. Les pratiques vont d'un simple geste de reconnaissance mutuelle et de salut à des stratégies plus étudiées destinées à assurer une protection commune. Les opportunités qu'ont les détenus Musulmans pour pratiquer et célébrer leur solidarité sont également variées : il peut s'agir de la prière du vendredi, du fait de partager sa cellule avec un autre Musulman et aussi des fêtes de l'Eid. Bien entendu, toutes les personnes que nous avons interrogées n'avaient pas la même opinion, mais il y avait des preuves très claires qui venaient soutenir l'affirmation fréquente selon laquelle "les Musulmans ont tendance à se serrer les coudes". Cela est sujet à certaines complications qui seront examinées par la suite et qui renvoient à la division qui existe entre les détenus "normaux" et les "détenus vulnérables" qui ont besoin d'une protection spéciale.

32A nouveau, l'interaction entre appartenance ethnique et religion représente le facteur qui amène le plus de complications. Si l'on ne tient pas compte de petits groupes comme ceux des Musulmans Bosniaques, Turcs ou Kosovars, les deux principaux groupes en prison sont les Asiatiques et les Afro– Antillais. Dans certaines circonstances, ce sont les catégories ethniques qui priment alors que le marqueur religieux fournit une base plus large pour une interaction sociale. Ceci peut amener une certaine dose de confusion. Par exemple, "tous les Musulmans se serrent les coudes. Les Noirs sont dans une partie de la prison, les Blancs dans une autre. Mais les Noirs ont tendance à rester avec les Noirs ; mais ils fraternisent avec des Musulmans" (Prison 1, Détenu 3). Dans d'autres cas, le marqueur ethnique est presque source de difficultés lorsqu'un individu ou un groupe souhaite être accepté par d'autres groupes dominants de Musulmans : "nous, les Noirs, nous ne sommes pas facilement identifiés en tant que Musulmans par les Asiatiques" (Prison 3, Détenu 9). Il y a également des cas dans lesquels l'identification ethnique l'emporte clairement sur l'appartenance religieuse. Par exemple : "tous les Asiatiques restent entre eux" (Prison 1, Détenu 11). "Oui, dans la cour d'exercice vous avez des Pakistanais, des Noirs et des Blancs. Vous ne les verrez pas individuellement, ils restent en groupe. Un groupe d'Asiatiques du Sud plutôt qu'un groupe de Musulmans" (Prison 1, Détenu 12). "Des équipes de cricket composés de Noirs et d'Asiatiques, basées sur la nationalité. Ce n'est pas du racisme. On s'amuse bien, pas de problème (Prison 1, Détenu 4).

33Les prisonniers asiatiques, lesquels représentaient 3 % de la population carcérale en 2002, avaient principalement des relations entre eux en dépit du fait qu'ils étaient associés à des religions qui étaient hostiles les unes envers les autres dans certaines zones du sous–continent indien. Dans l'une des prisons où nous avons enquêté, prison dans laquelle les Musulmans Asiatiques constituaient le plus grand groupe pour ce qui est des minorités ethniques, la plupart des Musulmans étaient d'origine asiatique ; et la plupart des asiatiques étaient des Musulmans. On pourrait par conséquent penser que les Musulmans n'avaient pas besoin d'incorporer des asiatiques non Musulmans au sein de leurs réseaux sociaux mais l'un des détenus a suggéré le contraire : "dans notre aile, tous les Asiatiques se serrent les coudes, même les Sikhs" (Prison 1, Détenu 6). Un détenu asiatique, qui nous a dit que ses racines étaient celles de la religion de son père, l'Islam, estimait que ces rapports entre les Asiatiques étaient positifs pour des raisons historiques. Il a expliqué sa position en évoquant son hostilité vis-à-vis de l'impérialisme britannique : "oui, nous sommes tous mélangés ici, les Hindous et les Musulmans, les Asiatiques, les Hindous et les Sikhs. J'ai horreur de tout ce qui est associé avec l'impérialisme britannique" (Prison 1, Détenu 7).

  • 1 Les femmes noires représentaient 24 % de toutes les femmes détenues classées dans la catégorie "Bl (...)

34L'importance de l'appartenance ethnique dans les prisons d'Angleterre et du pays de Galles affecte non seulement les détenus asiatiques, mais aussi les détenus noirs dans la majorité sont d'origine afro-antillaise. Les détenus noirs représentaient 15 % de la population carcérale totale en 20021. Environ 16 % des détenus noirs sont enregistrés en tant que Musulmans. Néanmoins, notre enquête montre que la tendance pour les prisonniers noirs consiste tout d'abord à s'auto identifier en fonction de leur appartenance ethnique. Par exemple, un prisonnier noir, né en Grande-Bretagne mais d'origine afro antillaise, a dit clairement que "les groupes ethniques sont plus fort que les groupes religieux. La plupart des Musulmans sont asiatiques, mais les noirs se serrent les coudes sans tenir compte de la religion" (Prison 1, Détenu 15).

35II est possible de relier cette perception au fait que certains Musulmans asiatiques ont des préjugés vis-à-vis des détenus noirs – en particulier ceux qui se convertissent à l'Islam en prison. Les personnes que nous avons interrogées nous ont clairement donné l'impression que les interactions qui se produisaient dans la cour d'exercice étaient davantage structurées par l'appartenance ethnique que par la religion.

36La langue est un autre facteur qui transcende les clivages ethniques et religieux, ceci n'étant pas moins vrai en prison que ça ne l'est dans la société dans sa globalité. Les Musulmans sud asiatiques, par exemple, utilisaient souvent des termes ourdou pour se référer à leur groupe, "apna" (notre peuple), aux Blancs qui n'en faisaient pas partie, les "gorahs", et aussi les Noirs qu'ils appelaient "Khaleh". Les différences de langue posent des limites quant aux possibilités d'interaction et ceci signifie que certains des détenus Musulmans se sentent isolés, comme nous l'a expliqué cet Afro-Antillais qui s'est converti à l'Islam : "les Musulmans, oui, ce sont des groupes, mais comme je ne parle pas l'arabe, l'ourdou ou le punjabi, je me retrouve facilement isolé" (Prison 3, Détenu 1). En plus de ces différences linguistiques, un Palestinien Musulman ne trouvait pas qu'il existait de nombreux points communs, sur un plan culturel, entre lui et le groupe asiatique de sa prison. Ce sentiment était réciproque, dans la mesure où les Musulmans Asiatiques le percevaient également comme étant "différent, blanc" (Prison 3, Détenu 12). Ceci est une réflexion typique du paradigme des relations raciales en Grande-Bretagne, paradigme qui est intrinsèquement basé sur la couleur de peau. Cela signifie que ce pauvre Musulman "blanc" doit supporter les conséquences d'une situation structurée principalement par des considérations grossières relative à sa couleur de peau : à la fois les autres Musulmans (les Asiatiques pour la plupart) et les structures de la prison le rejettent : "Je suis également victime de racisme et de préjugés de la part de Musulmans et cela est basé sur des critères ethniques. Il existe un groupe pour les minorités raciales, le groupe présidé par l'imam. Je ne peux pas y participer parce que je suis blanc. Je veux un groupe seulement pour les Musulmans. Je suis frappé d'ostracisme en tant que Musulman blanc" (Prison 1, Détenu 6).

37L'interaction entre facteurs ethniques et religieux pour ce qui touche aux relations et à la solidarité est influencée par la composition de chacune des prisons où nous avons enquêté. Par exemple, les détenus dans l'une d'entre elles avaient des origines nationales tellement différentes qu'un groupe de Musulmans "variés", lesquels n'étaient ni Afro Antillais ou Asiatiques ou encore Blancs, s'était formé. L'un de ces Musulmans, un détenu noir en provenance d'Erythrée, se mélangeait également aux Afro-antillais : "C'est comme la plupart des Indiens qui se serrent les coudes ou encore comme la plupart des détenus blancs ou la majorité des Noirs. Vous voyez ce que je veux dire ?... Ouais, les Afro-Antillais, je me mélange avec eux parce que je suis noir moi aussi ; mais les Asiatiques, ils ont leurs propres groupes, vous me suivez ? Nous leur parlons, nous leur disons "salut", vous voyez ? Mais ils restent entre Asiatiques, vous me suivez ? (Prison 2, Détenu 2). Lorsque notre enquêteur lui a demandé si la langue était également un facteur, sa réponse est venue confirmer le point de vue selon lequel une solidarité peut émerger à partir de la diversité même des origine nationales et des langues qui sont représentées au sein d'une même prison :

"Oui, ma langue également est différente mais ici, il y a quelques Musulmans Turcs, un Somalien, un Marocain ou encore un Algérien. Nous autres, on se serre les coudes. Si je ne suis pas avec eux, je suis avec les autres Noirs [enquêteur : est-ce parce qu'ils sont dans votre aile ? Est– ce qu'il y a d'autres Musulmans dans cette aile avec lesquels vous n'avez pas de relations, et si oui, pourquoi pas ?] Ils ont leur propre groupe ; ici, à l'étage, c'est différent ; il n'y a qu'un seul de nos amis qui est en bas... Nous, ont fait notre truc et eux, ils font le leur. Nous leur parlons et tout ça, mais on ne traîne pas ensemble".

38Il convient néanmoins d'ajouter que la tendance qui consiste à établir des réseaux plus ou moins exclusifs varie d'une prison à l'autre en fonction de facteurs tels que le nombre de détenus, leur classification au niveau de la sécurité et la densité des Musulmans. A titre d'exemple, la Prison 1 est une prison locale avec une large population musulmane constituée principalement de Pakistanais. Pour être plus précis encore, signalons que beaucoup d'entre eux sont originaires de l'Azad Cachemire et vivent dans des zones précises de la grande ville la plus proche. Ceci signifie que plusieurs des personnes que nous avons interrogées se connaissaient avant d'être incarcérées. Dans ce cas, il existait une correspondance étroite entre identification ethnique et religieuse ; il n'existait aucune ambiguïté quant à l'identité des apnas et des goras. La situation dans la Prison 2, par contraste, était très différente parce que les détenus Musulmans qui y étaient incarcérés avaient des origines nationales beaucoup plus variées et également des caractéristiques ethniques différentes. En conséquence, les détenus Musulmans étaient très divers et se regroupaient parfois en fonction de ces différences. Les différences de langue venaient renforcer les différences ethniques dans ce cas précis, en particulier parce que certains des détenus ne parlaient pas anglais. En d'autres termes, le manque d'une masse critique de détenus ayant des origines similaires – que ce soit au sein d'une prison ou d'une aile en particulier – rend beaucoup plus difficile l'identification basée sur des critères ethniques ou religieux. C'était très clairement le cas dans l'une des prisons pour femmes que nous avons visitées, prison dans laquelle les quinze détenues qui assistaient à la prière du vendredi étaient des étrangères en provenance d'au moins dix pays différents. Le niveau de leur auto-identification commune en tant que Musulmanes était par conséquent faible.

39En plus, certains des détenus condamnés pour les crimes les plus sérieux s'identifiaient en partie en fonction de leur association avec d'autres détenus purgeant de longues peines pour des crimes similaires. En fait, comme la suggérait le Détenu 20 de la Prison 3, ils donnent l'impression de fuir la compagnie des détenus qui n'ont pas leur profil criminel spécifique : "les condamnés à perpétuité restent entre eux. Une vingtaine de ceux–là sont en cabane pour avoir importé de la drogue, donc ils s'entendent bien. Les condamnés à perpétuité sont une classe à part, ce sont de bons amis mais vous ne pouvez jamais devenir proches avec eux". Cette opinion était partagée par le Détenu 10 de la Prison 2 :

"Ceux qui ont commis des délits liés aux stupéfiants traînent avec ceux qui ont été condamnés pour des faits similaires. Et ceux qui sont condamnés pour fraude, comme moi, ils côtoient les autres condamnés pour fraude. Et ceux qui ont été condamnés pour coups et blessures ou pour coups, eh bien, ils traînent avec les autres".

40Ce processus d'auto sélection n'est pas mis en doute par le Détenu 5 de la Prison 3 mais l'explication qu'il en donne insiste sur son caractère accidentel : "cela arrive par accident. Quelqu'un est en train de parler et d'un coup, vous vous rendez compte qu'il n'y a que des condamnés pour usage d'armes à feu dans la pièce ; ceux qui sont en cabane pour drogue traînent entre eux ; idem pour ceux qui ont été condamnés pour fraude".

41Il n'y avait cependant rien d'accidentel en ce qui concerne les incidents – parfois violents – relatifs à une protection mutuelle que nous ont racontés un certain nombre des Musulmans que nous avons interrogés. Il s'agissait principalement d'histoires dans lesquelles un détenu avait pris la défense d'un autre apparemment pour des motifs liés à une solidarité entre Musulmans. Par exemple, "quand on tombe sur un raciste, je me suis déjà interposé pour d'autres Musulmans" (Détenu 15 de la Prison 1) ou encore "il y a une solidarité si quelque chose se passe. On fait bloc" (Détenus 13 de la Prison 1). De façon plus explicite : "Il y avait deux frères serbes, et j'étais pour eux le Musulman qui assurait la liaison. Je me suis interposé pour eux parce qu'ils étaient condamnés pour crimes sexuels et qu'ils étaient agressés. J'avais la réputation de quelqu'un qui tapait quiconque tapait un Musulman. On m'a agressé avec un couteau. On m'a mis deux mois au bloc" (Prison 3, Détenu 6).

42Ces incidents ne sont que quelques-uns de ceux qui nous ont été rapportés. Ils indiquent tous l'aspect situationnel de l'identification en tant que Musulman. En fonction des circonstances, être Musulman peut n'avoir qu'une faible importance ou au contraire être à l'origine d'une conduite exceptionnelle. Dans les prisons britanniques où nous avons enquêté, peu de détenus semblaient affirmer continuellement et avec force leur identité musulmane. "Les extrémistes" ou "les idéologues" étaient rarement l'objet des discussions parmi les Musulmans et ceci contraste avec la situation des prisons françaises comme le verrons dans la prochaine partie.

43En dépit de tous les signes relatifs au processus d'identification, des pratiques d'auto-identification et des expressions d'une solidarité sociale, certains détenus Musulmans ont relevé que c'était l'individualisme qui prévalait et que la méfiance vis-à-vis des autres était quelque chose de banal. Il ne fait pas de doute que leur expérience personnelle mêlée à leur expérience carcérale les avait rendus méfiants vis-à-vis des autres. Ceci peut être exploité par certains membres du personnel pénitentiaire qui cherchent à "diviser pour mieux régner" dans leurs relations avec les détenus, faisant fi par la même des amitiés et affinités entre détenus. Selon les personnes que nous avons interrogées, il n'est guère difficile pour les surveillants de prison d'engendrer une frustration chez les détenus qui souhaiteraient être regroupés avec des personnes de leur choix : il leur suffit de refuser une permission, de réorganiser les emplois du temps, de prétendre ne pas connaître les aménagements autorisés, d'inventer des urgences et ainsi de suite. C'est cette expérience qu'a vécue le Détenu 12 de la Prison 1 :

"Quand nous sommes arrivés, ils m'ont demandé ma religion. On ne nous a rien dit. J'ai atterri dans l'aile C (l'aile d'incorporation). Je me suis presque battu, le maton ne m'a pas laissé assister au service musulman. J'ai fait des demandes et il m'a fallu trois semaines et demi pour en avoir le droit. Je remplissais des demandes et il venait les chercher ; mais si un maton ne vous aime pas, il les déchire simplement".

44En raison des soupçons selon lesquels il existerait une discrimination systématique envers les Musulmans ou l'Islam au sein de prison, certains détenus pourraient être amenés à se rapprocher des courants de pensée radicaux ou extrémistes. Il existe des signes effectifs de cela au sein des prisons françaises.

D. L'extrémisme

45Lors de nos entretiens avec les détenus, les directeurs ainsi que le personnel, nous avons recherché des signes de l'extrémisme chez les Musulmans. Certes, le terme "extrémisme" est vague mais peut être défini comme suit : il s'agit de chercher des indications selon lesquelles des détenus cultivent de façon active des idées et des pratiques qui ont pour but d'imposer les normes les plus rigoureuses de la loi Islamique et de sa moralité à la société dans son intégralité. Nous cherchions particulièrement à savoir si les attentats qui ont eu lieu le 11 septembre 2001 aux États-Unis avaient développé les points de vue extrémistes chez les détenus Musulmans et si ces attentats avaient généré des réactions hostiles de la part des autres acteurs.

46Les surveillants de prison nous ont déclaré que la plupart des détenus Musulmans avaient réagi calmement sans montrer un quelconque soutien que ce soit pour les pirates de l'air, pour le réseau Al-Qaeda ou encore pour Osama Bin Laden. Certains surveillants s'étaient attendus à rencontrer des difficultés et les directeurs avaient encouragé le personnel à être particulièrement vigilant. Voici quelques–unes des réactions : "le 11 septembre n'a pas posé de problèmes" (Prison 3, Surveillant 4) ; "aucun problème avec le 11 septembre" (Surveillant 8 de la Prison 3) ou encore "le 11 septembre a eu très peu de conséquences" (Prison 3, Surveillant 11). Quelques incidents qui auraient pu troubler l'ordre se sont produits à certains endroits mais les surveillants ont minimisé leur importance. Par exemple : "je pense qu'il y a eu un peu de tension entre les détenus" (Prison 2, Surveillant 6) ou "il y a eu quelques incidents l'année dernière après le 11 septembre. Certains Musulmans se sont mis à crier et ont causé certains problèmes. Cela s'est calmé depuis" (Prison 3, Surveillant 5). Parmi ces incidents, citons "des mots d'incitation vis-à-vis de Bin Laden" (Prison 3, Surveillant 9) et "un [détenu mulsuman] qui avait un poster de Bin Laden sur la porte de sa cellule" (Prison 3, Surveillant 9). Le seul récit d'une réaction potentiellement plus dangereuse, que ce soit de la part des Musulmans comme des autres, a été fait par le Surveillant 4 de la Prison 2 : "J'avais le sentiment que beaucoup de jeunes Musulmans avaient tendance à en rajouter un peu à propos de la réaction du monde non-Musulman et certains de ces jeunes parlaient d'aller en Afghanistan, de faire la guerre sainte, etc, etc. Et chez les Non-Musulmans, il y en avait beaucoup qui disaient des choses comme "il faut casser la gueule aux Musulmans".

47Un incident similaire a été signalé dans la Prison 1 par le RRLO qui a dû mettre en garde deux détenus Musulmans quant au fait de crier des slogans pro Bin Laden depuis la fenêtre de leur cellule. Le directeur qui était alors en poste était au courant du fait qu'un "détenu stupide" vociférait son soutien vis-à-vis des attentats aux Etats-Unis mais "le personnel l'a rapidement maîtrisé et l'a changé d'aile. C'est fini tout ça". Selon le directeur de la Prison 2, "on a vu fleurir des drapeaux américains et des photos, j'ai oublié son nom, de l'homme le plus recherché au monde". Selon lui, "il y a eu davantage de problèmes lors de la coupe du monde, je parle de tensions raciales à l'occasion de la coupe du monde". Le RRLO de sa prison nous a expliqué que l'imam avait joué un rôle primordial afin de faire redescendre cette tension : "Quand nous avons eu un problème, [l'imam] nous a aidés. Il est très coopératif. Tous les problèmes ont été résolus avant qu'ils ne deviennent trop graves. Par exemple, à la suite du 11 septembre, nous avons reçu plusieurs plaintes selon laquelle un détenu mulsuman criait des slogans antiaméricains dans l'aile C. J'ai pris contact avec l'imam et nous avons parlé ensemble avec le détenu. Celui-ci a reconnu qu'il avait tort. Par la suite, des posters de Bin Laden ont été affichés sur des panneaux et aussi dans les cellules ; parfois, des membres du personnel les arrachaient. Et j'ai demandé aux responsables des différentes ailes de laisser les posters en place jusqu'à ce que j'aie parlé au détenu. Ensuite, avec l'aide de l'imam, j'expliquais ceci aux détenus : "oui, effectivement, les photos font partie du domaine public ; mais est-ce que c'est bien d'un point de vue moral ? Vous pouvez les garder dans votre tiroir si vous le souhaitez". Le directeur en place ne considérait pas ces événements comme étant "sérieux". Le chef de la sécurité de la Prison 3 estimait pour sa part que les problèmes avaient été plus graves à la suite de l'assassinat du Lord Mountbatten ; en effet, il y avait eu une grande hostilité vis-à-vis des détenus de l'IRA qui célébraient sa mort.

48Aucun des détenus Musulmans auxquels nous avons parlé n'a exprimé un quelconque soutien que ce soit vis-à-vis des attentats du 11 septembre au vis-à-vis de toute forme de terrorisme ; néanmoins, certains d'entre eux étaient conscients que l'attitude des autres détenus et du personnel envers eux s'était durcie à la suite de ces événements. Par exemple le Détenu 21 de la Prison 2 a déclaré qu'il avait "eu un grand nombre de disputes avec de nombreuses personnes" sur son palier parce que ces personnes avaient commencé à qualifier tous les Musulmans de "terroristes" et de "kamikazes". Apparemment, d'autres détenus faisaient des blagues à propos des "assassins Musulmans" et les discussions étaient très animées au sein de certaines ailes. Par exemple, le Détenu 2 de la Prison 3 a affirmé que les détenus Non-Musulmans : "... insinuaient que j'essayais de rendre les Musulmans fanatiques et ils se foutaient de ma gueule en m'appelant Bin Laden. Par exemple, je sortais de ma cellule et quand je revenais le journal était ouvert à une page consacrée à la guerre en Afghanistan". Un autre détenu de la même prison a subi des moqueries en raison de sa ressemblance avec Richard Reid, le shoe bomber (le terroriste à la chaussure). Les détenus Musulmans étaient gênés et attristés par cette colère et ces moqueries qui les visaient. Ils nous ont également fait part de leur inquiétude vis-à-vis de la suspension d'un imam dans une prison de Londres parce qu'il avait soi-disant témoigné de la sympathie pour des extrémistes Musulmans. Les détenus Musulmans n'ont pas émis de critiques quant aux réactions des imams de nos trois prisons par rapport aux événements du 11 septembre et de leurs conséquences.

49Pour terminer, afin de renforcer le point selon lequel une solidarité basée sur la religion peut produire des bénéfices autres qu'une simple protection physique, les deux Musulmans qui, dans les prisons où nous avons enquêté, avaient été recrutés en tant qu'"auditeurs" dans le cadre du programme officiel du Prison Service visant à développer de façon informelle entraide et conseils chez les détenus, nous ont également signalé que le lien commun avec l'Islam les avait aidés à établir des rapports avec des détenus Musulmans qui étaient vulnérables, anxieux ou repliés sur eux mêmes.

II. France

50Alors que le recensement national du Royaume-Uni ainsi que le Prison Service d'Angleterre et du pays de Galles rassemblent des statistiques complètes relative à l'appartenance ethnique à la religion, la collecte de telles statistiques est strictement interdite en France. Par conséquent, il n'existe aucune statistique officielle relative à l'appartenance ethnique et à l'Islam au sein des prisons françaises. Néanmoins, selon certaines estimations, il y aurait entre 50 et 60 % de détenus d'origine musulmane. Les chercheurs français s'accordent généralement sur le fait que le nombre total de Musulmans en France est compris entre quatre et cinq millions – ou entre 6 à 7 % de la population totale. Cela suppose que les Musulmans sont environ 7 fois plus nombreux que les Non-Musulmans au sein des prisons par rapport au "dehors". En outre, dans deux des prisons de notre étude, ce taux est encore plus élevé : dans certaines ailes, les Musulmans représentent 70 à 80 % des détenus. En tout cas, le fait que plus de la moitié de la population carcérale soit Musulmane (ou d'origine musulmane) et que les surveillants de prison, dans leur grande majorité, semblent connaître très peu de choses à propos de l'Islam est, en soi, une indication de l'échec de l'administration pénitentiaire française à s'adapter à cette nouvelle population.

A. Position des surveillants blancs

51Étant donné que la France n'est pas dotée de nombreuses agences officielles ou encore de mécanismes destinés à étudier les identités ethniques et/ou religieuses, la catégorisation des détenus Musulmans n'est pas quelque chose d'inscrit dans les institutions ; au lieu de cela, cette répartition dépend en grande partie des attitudes des surveillants, lesquels sont eux– mêmes influencés par les opinions majoritaires répandues dans la société dans son ensemble. Leur connaissance de l'Islam est limitée et cela signifie qu'ils sont d'abord influencés par des préjugés qui sont propagés par les mass media. Certes, certains surveillants de prison ont une meilleure connaissance de l'Islam en raison de leurs origines (Afrique du Nord ou Afrique noire) mais ils restent minoritaire : dans la Prison A, ils étaient quatre pour un total de 120, ce qui semble être un chiffre représentatif. Étant donné que la position de ces surveillants de prisons qui ne sont pas blancs est ambiguë quant à la répartition en catégories ethniques ou religieuses ou encore par rapport à l'auto identification, il est intéressant de nous pencher sur leur position au sein du système carcéral. Ils sont les destinataires du racisme et de la discrimination au sein de la société globale. En général, la raison qu'ils avançaient pour justifier leur choix d'emploi était la suivante : ils avaient eu du mal à trouver du travail dans le secteur privé. L'un d'eux nous a dit qu'il était titulaire d'une maîtrise en droit et qu'il avait rencontré un racisme implicite dans le monde des affaires ; il avait été rejeté alors que ses camarades blancs avaient, quant à eux, été embauchés :

"J'ai une licence en droit des affaires mais le milieu financier est conservateur et ils n'ont pas accepté ma candidature pour un travail pour lequel j'étais qualifié. C'est la raison pour laquelle j'ai choisi l'administration publique. J'ai tendance à me dire que j'ai réussi dans la vie sans avoir véritablement réussi. Mes amis français qui ont les mêmes diplômes que moi ont des postes à responsabilité dans le secteur privé, ils ont des salaires beaucoup plus élevés et leur statut social est supérieur au mien qui est méprisé par l'opinion publique. On nous appelle "les matons".

52Le recrutement pour la plupart des emplois dans le secteur public français se fait par le biais de concours dans lesquelles l'identité des candidats n'est pas révélée. C'est la raison pour laquelle ces surveillants appartenant à des minorités ethniques et religieuses ont choisi cette voie qui les a menés à la profession de surveillants de prison. Certains d'entre eux ont même atteint des positions élevées au sein de la hiérarchie de l'administration pénitentiaire et sont ainsi devenus les supérieurs de surveillants d'origine française, lesquels ont réagi avec une certaine dose de méfiance. Ces derniers n'ont pas exprimé leur méfiance de façon explicite mais l'ont révélé à travers leur mauvaise humeur.

53Les surveillants musulmans ont joué un rôle dont avait véritablement besoin le système carcéral. Tout d'abord, ils ont mieux gérer la façon de traiter les détenus Musulmans que leurs homologues français et ceci grâce à leurs connaissances culturelles. En second lieu ils ont pu faire bénéficier leurs collègues non-Musulmans de leurs connaissances quant aux spécificités de l'Islam. Par exemple, à l'occasion de leurs prières quotidiennes, les détenus peuvent se montrer agressifs vis-à-vis des surveillants qui entrent dans leurs cellules sans respecter leur souhait d'avoir un peu d'intimité. Certains surveillants interprètent ceci comme une attitude obstructive vis-à-vis de l'inspection normale des cellules. À de nombreuses reprises, les surveillants musulmans ont servi d'intermédiaire et ont été en mesure de calmer des détenus qui avaient accusé les surveillants de racisme et de mépris envers l'Islam. Des surveillants musulmans peuvent également jouer un rôle de médiateur entre l'institution et les familles qui rendent visite aux détenus. Les surveillantes musulmanes peuvent en particulier faciliter la communication avec les mères des détenus. Il existe néanmoins un aspect négatif : ils souffrent d'une double méfiance, ce qui rappelle la situation des prisons britanniques. D'autres surveillants suspectent leurs collègues musulmans d'être trop "doux" vis-à-vis des détenus appartenant des minorités ethniques et de faire preuve de favoritisme. D'un autre côté, les surveillants musulmans ont des démêlés avec des détenus Musulmans qui les accusent de les avoir "trahis".

54En outre, les tensions ethniques et le racisme ont des dimensions multiples en prison. De nombreux Français de couleur originaires des DOM-TOM, par exemple la Guadeloupe aux Antilles ou encore la Réunion dans l'océan Pacifique, choisissent la profession de surveillant de prison en raison du fort taux de chômage qui existe dans leur département. Mais ceci les expose à deux sortes de problèmes qui peuvent dégénérer en racisme : tout d'abord, les autres surveillants français peuvent être source de problèmes ; deuxièmement, les détenus maghrébins les traitent parfois de "nègres" au service des "blancs". Les surveillants eux-mêmes peuvent être tentés de traiter les maghrébins avec condescendance, ce qui accroît encore les tensions.

55Les surveillants non-Musulmans considèrent le problème de l'Islam d'un point de vue historique. Selon eux, il n'existait pas de problème lié à l'Islam au sein de l'administration pénitentiaire il y a encore une décennie, mais, depuis, c'est devenu un problème majeur. Selon eux, le problème de l'Islam est lié à l'incarcération de maghrébins de deuxième ou troisième génération qu'ils appellent indifféremment "Arabes", "Beurs" ou encore "Maghrébins". Ils identifient plusieurs problèmes qui ont suivi ces changements dans le régime carcéral ainsi que dans la population. D'un côté, les prisons se sont ouvertes au monde extérieur durant les deux dernières décennies. De nombreux détenus se déplacent dorénavant constamment entre leurs cellules, les ateliers, l'infirmerie, la clinique, les salles de sport, la salle de classe ou les autres espaces ouverts durant leurs pauses. La présence de téléviseurs au sein des cellules a donné encore plus d'indépendance aux détenus. Les surveillants considèrent tout ceci comme une perte partielle de leur capacité à contrôler les détenus et de faire pression sur eux. En outre, les surveillants estiment qu'ils ont perdu le respect dont ils jouissaient auparavant de la part des détenus. Ils décrivent un passé doré durant lequel les criminels obéissaient à un code d'honneur qui avait court dans leur milieu, ce qui signifiait que les relations entre détenus et surveillants étaient basées sur un respect mutuel. Maintenant, de nombreux détenus sont des banlieusards [des jeunes issus des quartiers défavorisés] qui n'appartiennent pas à un milieu culturel clandestin, qui rejettent les institutions et n'ont pas de respect pour quoi que ce soit. L'un des surveillants les plus âgés parmi ceux que nous avons rencontrés (il exerçait en prison depuis 27 ans) nous a déclaré "qu'auparavant un détenu n'appelait jamais un surveillant par son prénom. Ils le font maintenant". Les surveillants comparent la situation passée à la situation actuelle dans laquelle les jeunes gens des banlieues ne témoignent aucun respect vis-à-vis des règles et règlements et ceci à deux niveaux : d'une part, ils n'ont pas de discipline (ils refusent de respecter les horaires des douches et de récréation) et, d'autre part, ils emploient un vocabulaire riche en insultes et autres injures (ils appellent les surveillants "fils de pute" ou encore "nique ta mère"). Selon un surveillant, ceci est devenu une pratique courante de la vie carcérale. Un autre surveillant expliquait leur comportement par le manque d'une socialisation adéquate et d'une capacité de base à respecter les règles.

56En outre, un changement très important s'est produit en l'espace de deux générations de surveillants de prison. Auparavant, ils provenaient essentiellement du milieu ouvrier urbain ou rural dont ils partageaient la culture. Beaucoup des détenus provenaient du même milieu et il existait une sorte de compréhension mutuelle entre eux. La nouvelle génération des surveillants de prison partage la culture ouvrière de leurs parents mais ne partagent pas la culture des banlieues. Ils se retrouvent face à une population carcérale dont la culture leur est étrangère et qui est caractérisée par l'exclusion sociale et économique. La compréhension mutuelle qui existait entre l'ancienne génération de surveillants et les criminels n'existe plus et a été remplacée par une méfiance mutuelle profondément enracinée. Chaque groupe soupçonne l'autre de le rejeter ou de lui manquer de respect :

"Il y a environ treize ans [à la fin des années 1980], nous avions beaucoup de gros criminels. Mais nous n'avions pas beaucoup de problèmes. Il s'agissait de gros braqueurs qui acceptaient leurs longues peines. Maintenant, nous devons gérer des détenus qui viennent des cités et qui purgent des peines d'environ un an. Ils nous posent des problèmes. Les gros braqueurs purgeaient leur peine et personne n'avait de problèmes avec eux. Ils étaient respectés et craints par les autres détenus. Maintenant, les jeunes [c'est-à-dire les jeunes des cités] n'ont plus de respect pour personne. Ils se regroupent en gangs et agressent les autres pendant l'heure d'exercice".

57Ce qui semble rendre les choses encore plus difficiles, c'est la façon de voir les choses de ces personnes qui proviennent des banlieues et qui n'ont pas intégré autant que les autres un certain respect vis-à-vis des institutions ; ils se moquent généralement des sanctions légales, n'ont aucun projet à long terme pour le futur, n'ont pas non plus d'espoirs positifs vis-à-vis de leur avenir (Khosrokhavar, 1997) et font preuve d'une attitude de défi vis-à-vis de la loi.

B. Islam et jeunes des banlieues

  • 2 Les Algériens sont les immigrés les plus nombreux en France. Ils sont environ 1,5 millions et plus (...)
  • 3 La sociologie des banlieues a fait l'objet de nombreuses études en France durant les années 1990. (...)

58L'Islam est en train de devenir un sujet de querelles pour les prisons et n'est pas simplement considérée par de nombreux surveillants comme étant simplement une autre religion qu'il faut gérer objectivement. Les surveillants ne peuvent généralement pas dissocier l'Islam des jeunes gens des banlieues. Selon les surveillants, le problème de l'Islam est tout d'abord associé aux jeunes gens issus des banlieues défavorisées et également au problème algérien qui a exporté des adeptes radicaux ainsi que la menace du terrorisme en France. Ceci est à son tour associé au problème des banlieues par le biais des français d'origine algérienne2. Il en résulte que les surveillants rendent responsable cette religion de la vague d'irrespect qui déferle sur les prisons. Ils associent principalement l'Islam à la religion des "banlieusards" turbulents qui ne témoignent aucun respect pour les autres citoyens3. Ceci revient constamment dans la bouche de nombreux surveillants :

"Ils nous insultent. C'est devenu quelque chose de fréquent ; il me traite d'"enculé", "je vais niquer ta mère", "je baise ta femme"... Ils nous crachent à la figure, ce qui nous fait encourir le risque d'attraper leur maladie. La nuit, on entend toutes ces grossièretés qui proviennent de leurs cellules. Parfois ils menacent et jurent "sur la tête de leur mère" qu'ils se vengeront".

59Le jeune homme de banlieue est perçu comme étant l'incarnation du jeune agressif, désocialisé et irrespectueux qui n'a pas peur des conséquences de ses actes et qui se conduit de manière imprévisible. Les policiers qui exercent dans les quartiers défavorisés partagent les points de vue des surveillants :

"Pris individuellement, ils ne posent pas de problèmes ; mais en tant que groupe, ils deviennent violents et n'ont plus aucuns sens moral. Tous les problèmes (16 cette semaine dans ce bâtiment) provenaient de ces "jeunes". Quand ils sont seuls, ils sont normaux ; mais quand ils se regroupent à quatre ou à cinq, ils se mettent à crier : "fils de pute"... ".

60L'indiscipline de ces jeunes gens est confirmée par un autre surveillant :

"Il y a de nombreuses agressions verbales. Vous leur dites quelque chose mais vous avez l'impression que vous parlez dans le vide. Il y a des règles [carcérales] qu'il faut respecter et beaucoup d'entre eux ne le comprennent pas. Ils n'ont plus de respect envers le surveillant. La violence des banlieues a été transférée ici, au sein même de la prison".

61De nombreux surveillants ne pensent pas que ces traits sont caractéristiques des Musulmans en général – seulement des jeunes gens violents des banlieues. Aussi, ces jeunes gens des banlieues sont associés aux jeunes Arabes violents. En outre, les surveillants accusent ces jeunes gens d'abuser des aménagements qui leur sont destinés et émettent toute une série de plaintes à leur égard : par exemple, ils utilisent l'infirmerie pour s'évader ou pour tuer le temps ; ils sont nombreux à suivre une cure de désintoxication et sont agressifs et imprévisibles ; d'autres refusent de regagner leurs cellules parce qu'ils n'apprécient pas leurs codétenus :

"Ce sont les jeunes des banlieues qui causent les problèmes ici. Ils irritent délibérément les surveillants. Ils refusent catégoriquement de faire ce qu'on leur dit de faire. Ils recherchent systématiquement la confrontation. Chacun a droit à un quart d'heure pour la douche, mais ils y restent une demi heure, juste pour nous foutre en rogne. Après l'exercice, ils refusent de regagner leurs cellules. Il y a quotidiennement des problèmes avec eux".

62Le niveau d'agressivité n'a pas de limite selon les surveillants : "ils vont vous planter une fourchette dans le dos juste pour une cigarette. Pour un paquet de cigarettes, ils sont capables de vous lacérer avec un couteau ou une lame de rasoir". Habituellement, la prison prend des mesures disciplinaires à leur encontre comme nous l'a décrit l'un des surveillants :

"Il y a une constante lutte pour l'autorité avec les jeunes gens des banlieues. Parfois, le surveillant abandonne et le problème me revient en tant que surveillant chef. J'essaie de les raisonner. La plupart du temps, ils ne comprennent pas et je les envoie en isolement".

  • 4 Les directeurs de deux de nos prisons ont reconnu qu'un trafic de drogue avait lieu au sein de leu (...)

63L'un des principaux problèmes qui a été identifié par les autorités carcérales est la présence endémique de la drogue qui exacerbe la violence des jeunes détenus. Le trafic de drogue au sein des prisons est reconnu par les autorités4, mais elles se montrent incapables d'en venir à bout car elles craignent que les contrôles ne deviennent trop stricts, ce qui pousserait les détenus à se rebeller.

64Une autre caractéristique péjorative que les surveillants attribuent aux jeunes gens de banlieue est le fait qu'ils sont considérés comme étant intrinsèquement paresseux. Les surveillants en font porter la responsabilité à leurs familles :

"Au troisième étage, ces personnes reçoivent une aide injustifiée de la part de leurs familles. On leur envoie de l'argent et eux, il se lèvent à midi, ne travaillent pas et refusent de travailler. Ils reçoivent des virements de la part de leurs familles. Ils passent beaucoup de temps dans leur cellule, ce qui accroît le risque de bagarres".

65En résumé, l'image négative qu'ont les surveillants des jeunes Musulmans est principalement liée à leur appartenance ethnique et au fait qu'il soient exclus socialement plutôt qu'à leur religion.

66Il existe également une préoccupation de la part des autorités vis-à-vis des jeunes filles des banlieues incarcérées dans les prisons pour femmes mais cette préoccupation est moins aiguë. Les jeunes femmes issues des banlieues ont des comportements similaires et sont étiquetées de la même façon. Un directeur les a décrites de cette façon :

"Chez les jeunes femmes de moins de vingt et un ans issues des banlieues, il existe un rejet de l'autorité au niveau de la langue et aussi de leur attitude : elles refusent de faire leur lit, de nettoyer leurs cellules et de respecter les surveillants. Les surveillants ont l'impression que leur autorité est remise en question".

67Ces jeunes femmes sont perçues par les surveillants comme étant particulièrement plus agressives que les autres : "les filles des banlieues deviennent agressives. Les autres respectent les règles ou bien, quand on leur dit d'obéir, elles le font sans rouspéter". Il semble que ce phénomène n'existait pas il y a encore quelques années et qu'il s'accroît. Comme pour les jeunes hommes, les surveillants qui ont la même origine que les détenus s'avèrent utile ; il y en a 10 pour un total de 130 dans l'une des prisons où nous avons enquêté. Son directeur a reconnu qu'il était "content d'avoir des surveillants d'origine nord-africaine qui peuvent gérer ces problèmes mieux que d'autres".

68Une caractéristique différencie la prison pour femmes de la prison pour hommes : selon les surveillants, il n'y a pas eu de tentative pour organiser des prières collectives "officieuses" dans le quartier des femmes de la Prison B et il n'y a pas de prosélytisme. D'une façon globale, l'attitude des surveillantes (il y avait relativement peu de surveillants masculins dans la prison pour femmes) vis-à-vis des jeunes femmes des cités n'était pas aussi négative que celle de leurs homologues masculins vis-à-vis des jeunes hommes des banlieues. Ceci peut tout d'abord être attribué à leur nombre limité : les jeunes femmes maghrébines représentent moins de 15 % de la population carcérale féminine alors que cette proportion chez les hommes est quatre fois supérieure. En second lieu, la présence de femmes détenues issues des banlieues est un phénomène relativement récent.

C. Répartition des détenus en catégories

69Les surveillants divisent les Musulmans qui sont incarcérés en plusieurs catégories : les Noirs-Africains, les Maghrébins d'un certain âge et les jeunes Maghrébins issus des banlieues. Ni les Noirs-Africains ni les Maghrébins de première génération ne sont considérés comme étant une source de problèmes mais les jeunes des banlieues sont systématiquement perçus comme étant des fauteurs de troubles :

"La tension est constamment élevée au troisième étage où l'on trouve ces jeunes gens des cités. Au deuxième étage, ils travaillent tous : il y a des noirs africains ou des gens du Maghreb, un peu plus âgé que ceux du troisième étage et nous n'avons aucun problème avec eux".

70En effet, nous avons pu constater que le comportement de groupe des détenus n'est pas très différent de la classification donnée par les surveillants : il suit les contours de l'origine nationale, du statut d'immigré et d'une identification de groupe basés sur des marqueurs culturels ethniques. Selon les termes d'un surveillant :

"Pendant l'heure d'exercice en prison, il y a très peu de Français avec les Musulmans [la plupart de ces jeunes proviennent des banlieues]. Les "beurs", les clandestins [ceux qui ont été arrêtés parce qu'ils étaient entrés en France illégalement], les Africains et les Français ne se mélangent pas".

71La façon dont les détenus sont répartis entre les prisons facilite le regroupement des jeunes des banlieues. Ils sont incarcérés dans leur prison locale [départementalisation] et ont par conséquent la possibilité de reformer leur gang. Ceci démontre clairement l'existence de groupes en dehors de la prison, groupes qui se sont reconstitués à l'intérieur sur la base d'un marqueur culturel, en particulier des jeunes gens des banlieues qui ont des origines maghrébines. Un autre indicateur de leur identification de groupe est le fait qu'ils refusent de partager la cellule d'un non Musulman.

72Autre aspect : les surveillants étaient heureux de constater le faible pourcentage de condamnés pour affaires de mœurs parmi les Musulmans :

"Beaucoup des catholiques sont ici pour des affaires de mœurs. Très peu de Musulmans [français] sont ici pour cette raison. Il y a des revendeurs de drogue, des voleurs ; ce qu'ils cherchent, c'est l'argent facile".

73D'une façon globale, l'image qu'ont les surveillants non-Musulmans de l'Islam est soit confuse, soit fortement influencée par les médias. Les catégories qu'ils définissent dépendent moins de l'expérience qu'ils ont acquise auprès des Musulmans que des stéréotypes diffusés par la télévision. Ceci est habituellement (mais pas systématiquement) plus prononcé au sein des échelons supérieurs de l'administration pénitentiaire. Les principales distinctions qui sont faites sont les suivantes : "Musulmans" (neutres), "intégristes" (fondamentalistes) et "Islamistes" (Musulmans radicaux). Les responsables de l'administration pénitentiaire considèrent généralement l'Islam comme une source de problèmes et adoptent une politique ad hoc : dans le meilleur des cas, ils l'ignorent mais, la plupart du temps, ils essaient de le circonscrire. Il existe des exceptions à cette généralisation et l'un des directeurs était prêt à prendre en compte l'Islam en fournissant à l'imam de son établissement les moyens nécessaires pour agir en tant que guide spirituel face aux problèmes quotidiens des détenus. Le problème que représentent les distinctions générales (Musulmans/ fondamentalistes/Islamistes), c'est que le "fondamentalisme" (ou intégrisme) représente une sorte d'antichambre ou de préliminaire à un Islam radical (Islamisme). Ceci est encore aggravé par la sacro–sainte règle de la laïcité de telle sorte qu'aucune tolérance n'est admise pour les fondamentalistes, les Musulmans orthodoxes. À titre d'exemple, le fait de demander des objets comme un tapis de prière suscite la méfiance des autorités carcérales. Résultat, ceux-ci sont interdits au motif qu'ils pourraient constituer un préliminaire à des requêtes potentiellement excessives, ce qui pourrait aboutir à une sorte d'arrogance extrémiste. Selon de nombreux surveillants, les demandes exprimées par les Musulmans n'ont pour but que de leur rendre la vie difficile. Ils affirment que les détenus ne sont pas de véritables croyants et qu'ils utilisent simplement l'Islam comme un prétexte pour justifier leur indiscipline ou leur manque de respect :

"Ils ne font pas leurs prières, ils ne rencontrent pas l'imam et nous ennuient avec leur Ramadan (ils doivent manger à des heures différentes, se reposer ou prendre une douche en dehors des créneaux réservés ou encore plus de trois fois par semaine, ce qui est la règle). Ils le font pour nous emmerder".

74Le fait que beaucoup des détenus qui pratiquent l'Islam en prison ne le faisaient pas précédemment à l'extérieur suffit à convaincre certains surveillants, aussi bien en Grande-Bretagne qu'en France, qu'ils ne sont pas sincères et qu'ils utilisent simplement la religion dans des buts personnels. En outre, l'état d'esprit de nombreux surveillants, lesquels sont imprégnés d'une culture non religieuse et d'un point de vue laïc qui est hostile à toute reconnaissance institutionnelle de la religion, fait qu'il est d'autant plus difficile pour eux de comprendre les besoins religieux des Musulmans qui souhaitent respecter leurs obligations religieuses et être reconnus en tant que Musulmans. Le seul surveillant non Musulman de notre échantillon qui comprenait en partie les exigences religieuses des Musulmans était un catholique noir originaire d'Afrique qui était lui-même un chrétien pratiquant. La plupart des surveillants pensent que les jeunes deviennent Musulmans afin de parler aux aumôniers Musulmans pour passer le temps et non pas parce qu'ils sont véritablement intéressés par la religion. Ils ont du mal à croire que la conduite des détenus soit dictée par des sentiments religieux ; ils considèrent que l'Islam est simplement un moyen pour eux de demander des choses. D'autres pensent que le fait d'être Musulman signifie automatiquement devenir un "intégriste", quelqu'un qui est prêt à se radicaliser et fait preuve d'intolérance. Un troisième groupe de surveillants est si profondément laïc qu'ils ne peuvent pas comprendre le comportement des personnes qui affichent publiquement leur religion au lieu de la pratiquer simplement dans le cadre de leur vie privée.

75Le manque de compréhension de l'Islam – et le point de vue négatif sur cette religion – qui caractérise les surveillants se vérifie également dans leurs attitudes vis-à-vis des convertis. Selon les aumôniers musulmans, un nombre croissant de détenus chrétiens souhaite se convertir à l'Islam et chaque semaine certains détenus demandent leur conversion. Ce fait couplé à l'absence (ou la rareté) de Musulmans qui demandent à se convertir à un autre culte gêne certains surveillants. Ceci est dû au fait que les détenus nouvellement convertis à l'Islam commencent à demander les mêmes dispositions que celles réservées aux autres Musulmans. Ceci est interprété comme une tentative délibérée visant à contrarier les surveillants et à défier l'autorité de l'institution. En effet, les surveillants estiment que les convertis sont des personnes vulnérables influencées par les Islamistes qui profitent d'eux :

"Maintenant les Islamistes se mélangent aux prisonniers normaux et certains d'entre eux, des Français et des catholiques, se convertissent à l'Islam. Ces nouveaux convertis font du tapage. Ils sont soutenus par les Islamistes".

D. Les surveillants musulmans

76Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de surveillants blancs qui semblent avoir des préjugés que l'on peut attribuer essentiellement à deux choses : l'influence des médias et leur connaissance insuffisante à la fois de la situation des banlieues et de l'Islam. Ceci est confirmée par le fait que des surveillants d'origine musulmane ont une approche très différente par rapport à ces questions. Les surveillants musulmans ne gèrent par leurs relations avec les jeunes des banlieues de la même façon que leurs homologues blancs parce qu'il existe une compréhension culturelle entre ces jeunes des cités et les surveillants d'origine maghrébine. Ils sont ainsi capables d'intervenir à bon escient lorsque la tension monte au sein de la prison. Néanmoins, cela ne les empêche pas d'être soupçonnés de trahison des deux côtés. À ce sujet, l'expérience d'un surveillant musulman est assez instructive :

"Je ne partage pas les mêmes opinions que les Français de souche. En quelque sorte, mes relations avec les Arabes sont privilégiées [des Français d'origine arabe]. Lorsque j'étais le directeur du quartier dans lequel étaient incarcérés les prisonniers condamnés, les détenus nord africains venaient facilement me voir. Je résolvais leurs problèmes sans prendre en compte spécifiquement leurs origines. Parfois, je demandais à ce qu'on procède à un changement de codétenus pour des détenus maghrébins. Je suis un gradé et les jeunes surveillants doivent m'obéir. En demandant à ce qu'on change le codétenu d'un arabe, je leur donne un surcroît de travail et ils pourraient penser que j'octroie un privilège excessif à des détenus maghrébins. Ils me le font parfois savoir de façon indirecte".

77Les surveillants d'origine maghrébine ne partagent pas l'opinion la plus répandue en France à propos des jeunes des banlieues ; ils sont capables d'analyser les causes de l'échec et de l'agressivité de ces jeunes ; ils les attribuent à la ségrégation spatiale au sein des cités ainsi qu'à l'exclusion économique :

"Les jeunes ne sont pas tous des voyous. Ils se retrouvent à traîner autour des bâtiments [dans les cités] avec rien à faire et ils forment des gangs. Ils recherchent de l'argent facile, ils volent et ils vendent de la drogue. La plupart de nos détenus viennent des cités de la région. A l'intérieur de la prison, les gangs se reforment. C'est exactement comme dans l'autre prison [là où je travaillais auparavant]. Il y avait des gens qui venaient des banlieues de Lille, Roubaix et Tourcoing. Les récidivistes connaissent la prison comme leur poche".

78Ces surveillants ont également une meilleure compréhension des familles maghrébines. Leurs commentaires ont clairement montré leur empathie face aux difficultés que traversaient les familles de détenus :

"Ce sont les mères qui sont en première ligne et essaient de défendre leur fils face à leur père [leur mari] et face au monde extérieur. Au début, elles se montrent agressives. Le père refuse de venir. Les mères sont là mais elles ne comprennent pas les règles administratives. Pour elles, c'est du charabia, mais quand nous commençons à leur parler arabe, elles se calment. Parfois, elles disent que nous sommes des traîtres, elles disent que nous nous sommes trop francisés mais nous ne leur répondons pas ; et petit à petit, elles se calment et elles finissent par s'excuser. Les autres [les surveillants français] se comporteraient de façon agressive face à elles mais nous, nous comprenons leurs problèmes. Pour nous, la nouvelle génération de maghrébins est constituée de "mutants" : ils ne sont ni français ni arabes. Le projet d'immigration a été un échec. Les mères ressentent fortement cet échec. Elles ont honte de voir leur fils en prison ; elles ont la "hchuma" [honte], comme elles disent".

79Une surveillante est allée encore plus loin :

"Les mères pleurent devant nous. J'ai été touchée. J'ai dû apprendre à mettre de côté mes sentiments afin de les aider. Les familles maghrébines ont leurs propres préjugés. Nous, en tant que membres de la police, du système judiciaire et ainsi de suite, nous sommes injustement critiqués. Au fond d'elles-mêmes, les mères ne comprennent pas pourquoi leurs fils sont en prison. S'il y a de la violence, elles pensent que c'est l'autre partie qui est coupable. Certaines mères sont bernées par leur fils "Walla, ce n'est pas mon fils ; il n'a rien fait de mal", disent-elles".

80Il existe une différence fondamentale entre l'approche des surveillants d'origine maghrébine et celle de leurs homologues français. Les premiers ont une compréhension de cette nouvelle population carcérale qui est coincée entre deux mondes et qui a le sentiment de n'appartenir ni à ce pays ni à celui de leurs parents. La compassion qu'éprouvent des surveillants musulmans pour ces détenus atténue les problèmes de communication. Ils sont beaucoup plus proches de l'univers mental de ces jeunes des banlieues que ne le sont leurs collègues français. Les surveillants nord–africains sont plus ouverts aux problèmes de ces jeunes détenus parce qu'ils ont eux-mêmes parfois fait l'expérience du racisme et de la stigmatisation. Un surveillant nous a décrit la discrimination dont il a lui-même souffert :

"J'ai intégré l'administration pénitentiaire parce qu'à l'époque l'extrême droite française [le Front National] obtenait de bons résultats aux élections et il n'y avait pas d'autres emplois pour nous en dehors de l'administration pénitentiaire".

81La même expérience du racisme, le même genre de frustrations, le sentiment de ne pas être le bienvenu dans la société, tous ces facteurs rendent les surveillants d'origine maghrébine capables de diminuer les tensions au sein du système carcéral. Ce qu'ils comprennent le mieux, c'est la très grande sensibilité qu'ont ces jeunes vis-à-vis de leur fierté et ils peuvent ainsi y faire face. Ils ne répondent pas par l'affrontement mais d'une façon calme que leurs collègues non arabes ont beaucoup de mal à accepter : "ces jeunes sont agressifs. J'essaie de ne pas me mettre en rogne et de contrôler mes nerfs. Il ne m'arrive pas souvent de m'énerver face à leur attitude agressive". L'un des facteurs clés qui influencent la communication entre ces surveillants et les jeunes des banlieues est leur expérience commune du racisme. C'est la raison pour laquelle des surveillants qui ne sont pas nécessairement musulmans mais qui ont des origines étrangères ont également une relation privilégiée avec les jeunes détenus. Par exemple : "je suis d'origine comorienne et les détenus arabes ou noirs qui ont des problèmes avec les surveillants viennent me parler".

82En ce qui concerne l'Islam, les surveillants maghrébins ont une position diamétralement opposée à celle de leurs collègues blancs : ils voient l'Islam d'un œil plutôt favorable, comme une ressource qui pourrait permettre aux jeunes d'acquérir un point de vue à plus long terme sur les choses :

  • 5 Ceci est globalement ce que les jeunes qui s'étaient à nouveau tournés vers la religion nous avaie (...)

"Durant ces quatre ou cinq dernières années, nous avons vu des parents amener le Coran à leur fils. Avant ça, on ne voyait rien de tel. La religion est leur dernier espoir. Peut-être qu'en lisant le Coran ils deviendront plus équilibrés. Parmi les filles qui viennent en visite, j'ai vu un ou deux foulards musulmans. La religion est un investissement pour le futur, peut-être pour après la mort. Habituellement, ces gens vivent à court terme ; ils n'ont pas de projet. La religion leur ouvre l'esprit à quelque chose qui dépasse leur vie immédiate"5.

83Cette interprétation contraste avec celle des Français qui perçoivent l'Islam comme une menace, comme un pas vers le fondamentalisme ou peut-être l'extrémisme. Pour les surveillants maghrébins, l'Islam n'est pas automatiquement synonyme d'obscurantisme ou de fanatisme ; au contraire, ils considèrent qu'il s'agit là d'une façon de répondre aux problèmes existentiels de personnes issues de certains milieux et avec lesquelles ils partagent de nombreuses choses. Si les surveillants non-musulmans n'ont aucune notion des problèmes strictement religieux des Musulmans et les attribuent au lieu d'où ils proviennent (les cités), au fait qu'ils utilisent la religion pour des motifs non-religieux ou simplement à une tentative pour créer le désordre ou encore à un manque de respect, les surveillants maghrébins ont une approche plus fine de ces questions religieuses. Cela ne signifie pas obligatoirement qu'ils sont eux-mêmes religieux. Un des surveillants que nous avons interrogés était connu parmi ses collègues pour avoir un problème de boisson et les autres n'étaient pas particulièrement sensibles à une quelconque religion. Mais ils avaient un sens ethnique de l'Islam qui leur permettait de comprendre les exigences des détenus Musulmans sans attribuer obligatoirement ces dernières à une recherche de confrontation. Ainsi, par exemple, l'approche sensible de ce surveillant vis-à-vis des demandes émises par les Musulmans :

"Il y a beaucoup de problèmes pour les Musulmans ici. Pour beaucoup d'entre eux, partager une cellule avec un non Musulman pose problème. Les autres mangent du porc, ce qui est "impur" pour les Musulmans. Le problème de la viande halal est lui aussi très important. Il n'y a pas beaucoup de viande de ce type ici, en prison. Beaucoup refusent de manger de la viande pour cette raison. Les autorités refusent de servir de la viande halal. Elles proposent un menu différent lorsqu'il y a du porc. Mais sinon, elles ne tiennent pas compte de cette demande. Elles la rejettent au nom de la laïcité. Pour les autorités, tout Musulman pratiquant est un Islamiste. La viande pose un autre problème. Certains repas comportent des tranches de viande rondes qui ressemblent à du porc. Les cuisiniers certifient qu'il ne s'agit pas de porc mais les détenus ne les croient pas. Pourtant, la cantine essaie de proposer une plus grande variété de nourriture pendant le Ramadan. Un autre problème, ce sont les ablutions. Certains d'entre eux aimeraient pouvoir avoir accès à la douche chaque jour pour leurs ablutions au lieu de trois fois par semaine comme c'est prévu par les autorités dans cette vieille prison. Il y a aussi le problème du Ramadan et de son observance. Durant le Ramadan, la tension s'accroît entre les Musulmans qui jeûnent et les surveillants. Dans notre prison, il y a un problème avec les réfrigérateurs. Les détenus pouvaient les utiliser de mai à septembre et ensuite ils ont été retirés (par l'administration). Ça s'est produit seulement trois jours avant le Ramadan de cette année [décembre 2001]. Nous avons aussi des problèmes avec la salle de prière. Elle ne peut pas accueillir plus de 25 personnes, ce qui signifie que nous en interdisons l'accès lorsque ce nombre est atteint. Les catholiques ont un aumônier à plein temps qui peut librement rencontrer les détenus. Il a la clé des cellules. Il y a aussi trois autres prêtres catholiques qui travaillent à temps partiel. L'aumônier musulman est seul face à une population bien plus nombreuse. Nous avons aussi le problème du Musulman barbu ici. Les Musulmans n'ont pas le droit de se déplacer à l'intérieur de la prison habillés en djellaba".

E. Les radicaux Musulmans

  • 6 La majorité d'entre eux sont des musulmans radicaux, mais d'autres détenus comme les Basques ou le (...)

84Il existe une catégorie spéciale de détenus qui sont en prison soit parce qu'ils ont été condamnés pour avoir pris part à une "association de malfaiteurs en vue d'action terroriste", soit parce qu'ils sont en détention préventive dans l'attente de leur procès ou de leur peine pour le même chef d'inculpation6. Quelques éléments les différencient du reste des détenus. Pour commencer, les premiers Musulmans à avoir été incarcérés sous ce chef d'inculpation l'ont été durant les années 1990 lorsque des attentats se sont produits en France, attentats attribués à des réseaux liés au GIA (Groupe Islamique Armé). Le problème trouve ses racines en Algérie où le régime en place avait refusé de reconnaître la victoire électorale d'un parti Musulman. Le FIS (Front Islamique du Salut) a remporté les élections algériennes de 1992 mais les autorités militaires ont empêché ce parti d'accéder au gouvernement ; ceci a eu pour conséquence que le GIA, un mouvement de guérilla radical, a radicalisé le FIS à la suite de l'interdiction de ce dernier par l'armée algérienne durant les années 1990. A cette époque, le FIS soupçonnait l'État français de connivence active avec les forces armées algériennes de sorte que les réseaux radicaux ont exporté une partie de leurs activités vers la France dans le but d'influencer la politique algérienne de la France. En 1995, ils ont recruté quelques jeunes hommes tels que Kelkal, un franco-algérien qui se sentait exclu de la société française en raison de ce qu'il appelait "la stigmatisation et le racisme" et qui s'était tourné vers l'Islam pour montrer son rejet de la société (Loch, 1995). Ainsi, alors que les Musulmans radicaux n'ont commencé à constituer une menace pour la plupart des pays européens qu'après le 11 septembre 2001, des mesures avaient été prises en France contre le radicalisme Islamique dès le début des années 1990. En 1995, plus de 200 personnes étaient incarcérées pour terrorisme. Beaucoup d'entre elles furent relâchées à l'issue de leur procès mais certaines furent condamnées à des peines de prison. Après le 11 septembre, le nombre de personnes accusées de terrorisme a augmenté en France. Les attentats du 11 septembre ont généralisé la catégorie "détenus islamistes" à l'ensemble de l'Europe alors qu'il s'agissait auparavant de quelque chose de spécifique à la France.

85Quinze des vingt-cinq détenus incarcérés pour terrorisme dans l'une des prisons où nous avons enquêté ont accepté que nous les interrogions après de longues discussions. L'une de leurs caractéristiques communes est le rejet de la catégorie "terroriste". Certains ont proclamé leur innocence ; ils admettaient qu'ils avaient été en relation avec des personnes suspectées d'être des activistes mais niaient leur propre implication. D'autres affirmaient que les Musulmans étaient victimes de répression en raison de leur culte. Le simple fait d'être soupçonné d'activités terroristes peut mener à une arrestation. La France est dotée de juges spécialisés dans les affaires terroristes (cinq de ces juges avaient pour charge d'enquêter sur les activités des islamistes radicaux à l'époque où cette enquête a été réalisée), juges qui ont la possibilité d'envoyer quelqu'un en prison s'ils suspectent cette personne d'activités terroristes. Le fait d'être un étranger accélère généralement le processus d'incarcération. Étant donné le grand nombre de détenus qui répondaient à ce qualificatif durant les années 1990 et le nombre également important de personnes qui ont été blanchies et relâchées, il n'est pas déraisonnable de penser que ce type d'activité est, pour des raisons sociales ou politiques, traité de façon différente par rapport aux crimes ordinaires. L'incarcération est bien souvent plus rapide que pour les autres types de crime.

86Un autre trait caractéristique des radicaux islamiques incarcérés en France est le fait qu'ils entrent en compétition avec les imams en ce qui concerne les "véritables" enseignements de l'Islam. Il ne fait aucun doute qu'ils exercent une influence sur les détenus Musulmans soit parce que les imams sont absents, soit parce qu'ils ne sont pas assez nombreux. En tout cas, les imams ont le sentiment que les Musulmans radicaux représentent une menace vis– à–vis de leur légitimité. Étant donné que les imams eux-mêmes sont souvent suspects aux yeux des autorités carcérales (ou, du moins, ils ont le sentiment de ne pas être traités sur un pied d'égalité avec les aumôniers catholiques ou protestants), ceci rend leur position à l'intérieur de la prison encore plus fragile. Les imams doivent montrer suffisamment de détermination de façon à ne pas apparaître instrumentalisés par la prison aux yeux des détenus et, dans le même temps, ils doivent se montrer suffisamment flexibles de façon à ne pas être considérés comme des "intégristes" par l'administration pénitentiaire. Dans ce contexte, certains Musulmans radicaux, des "intégristes", exercent une influence indéniable et affaiblissent l'aura morale des imams aux yeux de certains détenus. Néanmoins, les détenus n'ont pas, loin de là, tous la même attitude vis-à-vis des "islamistes".

87Certains détenus rejettent les "islamistes" à cause de leur manque de flexibilité et de leur interprétation belliqueuse de l'Islam. Ils sont qualifiés de "barbus" par ceux qui, parmi les détenus, ne les acceptent pas en tant que représentant de l'Islam véritable et qui considèrent qu'ils sont des bellicistes qui se trompent quant à la place de la religion au sein de la société. D'autres soutiennent les "islamistes" dans le cadre de leur opposition à l'Occident en raison de la détérioration de la situation palestinienne ; parfois, ils citent en exemple la Tchétchénie et l'Irak. Selon eux, l'hostilité de l'Occident à l'égard de l'Islam fournit aux Musulmans une justification suffisante pour faire la guerre, le jihad, contre l'Occident. Certains détenus ont déclaré être prêts à rejoindre le combat palestinien et tchétchène contre l'Occident dès qu'ils seraient sortis de prison. Les "islamistes" eux-mêmes ont développé l'idée d'une société occidentale contraire aux valeurs de l'Islam non seulement sous un angle politique mais également sous l'angle culturel. Leur analyse de la société occidentale met l'accent sur la soi-disant promiscuité bestiale entre les hommes, les femmes et les personnes sexuellement déviantes (principalement les homosexuels, qu'il s'agisse d'homme ou de femmes) ; de leur point de vue, ceci est encore aggravé par la disparition des rôles masculins et féminins bien définis au sein de la famille et dans la société (Khosrokhavar, 2002). En dépit de cela, les relations entre les surveillants et les islamistes sont loin d'être uniquement hostiles. Certains surveillants appréciaient la capacité de ces détenus à calmer ceux qui auraient pu devenir surexcités. Les "islamistes" jouaient un rôle d'arbitre lorsqu'il y avait des tensions à l'intérieur des prisons. Ils jouissaient d'une certaine légitimité morale aux yeux des détenus, ce qui leur permettait d'intervenir et de mettre un terme aux querelles. En retour, les surveillants leur faisaient des concessions, comme par exemple un certain degré de tolérance vis-à-vis de leurs prières collectives dans la cour de la prison.

88Alors que la plupart des radicaux Musulmans incarcérés en France dans les années 1990 provenaient d'Algérie (quelques autres venaient du Maroc), les nationalités sont désormais plus variées et on trouve dorénavant des personnes d'origine libanaise ou française. Les "islamistes" qui sont actuellement en prison se différencient également de ceux qui étaient incarcérés dans les années 1990 en raison de leur univers multiculturel : ils sont nombreux à parler de 3 à 6 langues et ils ont fait de longs séjours dans d'autres pays européens. Une autre de leurs caractéristiques est leur capacité à comparer les différentes cultures auxquelles ils ont été exposés. Leur position ne provient pas du traditionalisme ou d'une non-intégration au sein des sociétés occidentales. Le problème est beaucoup plus complexe : d'un côté, il est sous-tendu par le sentiment symbolique d'humiliation qu'ont les Musulmans au sein des sociétés occidentales et, d'autre part, par le manque de règles dans ces sociétés. Ce problème a parfois pu exister bien avant leur implication politique. Pour terminer, les "islamistes" ont habituellement un niveau intellectuel et d'éducation supérieur à ce que l'on constate chez les autres détenus.

89D'une façon générale, le sentiment qu'ont les autres détenus Musulmans vis-à-vis des "islamistes" est ambivalent. Beaucoup d'entre eux les évitent soit parce qu'ils condamnent la façon dont ils agissent au nom de l'Islam, soit parce qu'ils ont peur d'être identifiés comme étant l'un d'entre eux par les autorités. D'autres détenus, au contraire, les sollicitent afin d'obtenir des réponses sur la façon dont certains actes de piété (les prières ou le Ramadan, par exemple) doivent être exécutés. Les "islamistes" jouent habituellement un rôle en prison qui n'est pas simplement en rapport avec leur idéologie. Beaucoup de détenus admirent leur courage et leurs attitudes qui s'efforcent de se débarrasser du joug de l'impérialisme occidental. Les détenus Musulmans sont motivés par les événements qui se sont produits en France et dans d'autres pays. La télévision est pour eux une source importante d'information en ce qui concerne la répression des jeunes palestiniens par l'armée israélienne ou encore celle des tchétchènes par l'armée russe. Pour les jeunes maghrébins, il y a un parallèle direct entre leur propre traitement par les Français et celui que subissent les Palestiniens en Israël. Cette double identification a pour conséquence qu'ils se sentent davantage proches des actes des Musulmans radicaux. Pour beaucoup, le fait d'être en prison est le signe de l'injustice du système carcéral qui, selon eux, ne traite pas leur cas de façon impartiale mais, au contraire, les punit, du moins en partie, parce qu'ils sont d'origine maghrébine. Le racisme, la stigmatisation et le sentiment d'humiliation sont contrebalancés par les "islamistes" qui osent faire ce que de nombreux autres détenus Musulmans n'ont pas le courage de faire. Ceci augmente leur niveau d'estime pour les radicaux.

90D'autres détenus, au contraire, déplorent le fait que les "islamistes" n'opèrent pas de distinction entre les innocents et les autres. En d'autres termes, les "islamistes" sont estimés parce qu'ils remettent en question les normes du monde occidental mais, parfois, les détenus les rejettent et les condamnent pour leur attitude aveugle vis-à-vis des personnes innocentes. Ceci est particulièrement évident par rapport aux événements du 11 septembre. De nombreux détenus Musulmans les regrettent. Néanmoins, même ceux qui refusent d'accorder à ces attentats une quelconque justification sur la base de l'Islam éprouvent de l'empathie vis-à-vis des souffrances des Palestiniens, des Bosniaques, des Tchétchènes, des Irakiens et de beaucoup d'autres Musulmans. Certains rejettent en bloc l'idée selon laquelle ces attentats terroristes sont perpétrés par des activistes d'Al-Qaeda et sont convaincus qu'ils sont, au contraire, orchestrés par les services secrets américains et le Mossad israélien. D'autres pensent que ces attentats ont été bel et bien organisés par des cellules de Musulmans radicaux mais ils estiment que les Américains n'ont fait que récolter ce qu'ils avaient semé. Par conséquent ils ne considèrent pas que ces attentats soient condamnables d'un point de vue moral. Seule une faible minorité de détenus Musulmans ne se sent pas concernée par le sort des Palestiniens et des autres groupes de Musulmans dans le monde ; ils sont en général plus âgés (plus de quarante ans) et font partie de la première génération d'immigrants.

F. Une nouvelle conscience musulmane

91Un nouveau type de conscience musulmane est en train de se développer en France. Il s'agit d'un processus d'identification à l'Islam qui est visible dans certaines banlieues et qui est accentué au sein du monde fermé des prisons dans lequel le pouvoir de la télévision est plus grand et où les contacts avec les "islamistes" sont plus étroits. Comme nous l'avons observé auparavant, la répartition en catégories des détenus qu'opèrent les surveillants est basée sur deux critères principaux : les banlieues et l'Islam. Ces critères se croisent et se superposent et c'est fréquemment le cas chez les détenus eux-mêmes dans le sens où leur relation avec l'Islam est liée à leur conscience d'une discrimination et d'une exclusion. C'est la façon dont ils se définissent eux-mêmes.

92En France, la population de détenus ayant une origine musulmane est principalement constituée de jeunes hommes issus des banlieues. À l'exception des islamistes radicaux dont l'identification de groupe se rapporte à une certaine interprétation de l'Islam, la plupart des jeunes de banlieue partagent une identification de groupe qui est basée sur leur expérience d'exclusion et de discrimination, expérience profondément ancrée dans la culture des banlieues. Paradoxalement, bien que la plupart des prisons françaises ne proposent pas sur un plan institutionnel d'aménagements pour la pratique de l'Islam, elles contribuent involontairement à développer une forte identification musulmane parmi les détenus. Une telle auto-identification peut prendre un grand nombre de formes en fonction des situations et des individus. Nous n'étudierons que les principales formes d'auto-définition en tant que Musulmans chez les jeunes hommes.

93Le manque de structures institutionnelles signifie que l'Islam ne constitue pas un cadre de référence normalisé. Cela signifie également que les détenus Musulmans ne donnent pas la priorité aux rituels et aux règles. Seuls quelques-uns d'entre eux insistent sur l'importance essentielle des règles. Par exemple, Chérif, un Français d'origine maghrébine et âgé de 20 ans, aimerait être "quelqu'un qui fait les cinq prières quotidiennes, qui est respectueux, qui aime son prochain, tous les êtres, et qui respecte les règles [de la religion]. Ici, il y a de bons Musulmans en prison, des Musulmans qui sont corrects". Chérif constitue davantage une exception que la règle. En effet, il est plus habituel pour les détenus de concevoir l'Islam en tant qu'un guide de conduite pour la vie quotidienne. C'est le point de vue de Lakdhar, un Français âgé de vingt ans et d'origine algérienne pour qui un Musulman doit avoir les caractéristiques suivantes :

"Quelqu'un qui ne boit pas [d'alcool], qui ne fume pas, en particulier de l'herbe et, si possible, pas de cigarettes, qui est un peu généreux et qui a bon cœur envers tout le monde. La première des qualités est la connaissance. Il faut connaître les versets du Coran [sourates], l'histoire et partager cela avec les autres".

94Abdelhafid, un Marocain âgé de 23 ans n'hésite pas, de façon similaire, à déclarer qu'une bonne conduite vient avant le respect des devoirs religieux. Il considère qu'il est nécessaire pour un bon Musulman de faire preuve de "respect vis-à-vis de toutes les créatures de Dieu ; et ceci est plus important que les cinq piliers de l'Islam. Il faut parvenir à gérer sa propre mauvaise conduite".

95Il est évident que de nombreux détenus maghrébins ont intégré une conception séculière de la religion qui marginalise les rituels de l'Islam au profit de considérations éthiques. Dans la mesure où la plupart d'entre eux ne savent pas comment prier ou pratiquer, une perspective morale leur convient parfaitement. Certains d'entre eux peuvent même aller jusqu'à réduire l'Islam à un principe purement privé ou purement spirituel. Leur identité religieuse contraste alors fortement avec celle des Musulmans radicaux. Ils sont imprégnés des doctrines laïques de la culture française, doctrines qui les ont profondément influencés. Ceci est manifestement le cas pour Habib, un Tunisien de 34 ans qui déclare que "l'Islam est une philosophie pour moi et un mode de vie. Je ne sais pas si je continuerai à prier mais tout ceci est le fruit de mes réflexions personnelles". La morale et la spiritualité sont fréquemment présentés comme les signes distinctifs de la religion adoptée par les détenus d'origine musulmane. Une sorte d'œcuménisme caractérise cette tendance comme par exemple le point de vue d'Hussein par rapport à ce qui fait un "bon Musulman", point de vue qui le rapproche étrangement des dix commandements : "Il ne doit pas tuer, mentir, il doit respecter ses parents, sa famille, il ne doit pas voler, il doit être soigné. Dans ma famille, il y a beaucoup de Musulmans comme ça, comme mes frères, par exemple ; ils ne sont pas impliqués en politique. J'ai des cousins qui sont imams ; mes frères ont bien appris la religion". La définition d'un bon Musulman est légèrement différente pour Aït Faska, un Marocain de vingt-huit ans :

"Un bon Musulman est un prédicateur. Nous devrions tous être des prédicateurs. Vous devez élever vos enfants comme il faut, surmonter les épreuves, être respectueux envers la famille, les voisins, faire les cinq prières quotidiennes, donner sans compter : en un mot, être généreux. La religion, c'est la paix intérieure en toi et envers ton frère et ton voisin qui est également ton frère. Al Rasul [le prophète] priait avec des chrétiens qu'il considérait comme ses frères alors [qu'aujourd'hui] les Musulmans les dénoncent. Un voisin est également un frère. Il ne faut pas faire à autrui ce que tu ne veux pas qu'un autre te fasse. Dieu est celui qui juge".

96Des jeunes détenus comme Aït Faska propose une interprétation de leur religiosité qui pourrait s'appliquer à la plupart des religions et presque aux humanistes. Dans ce cas, l'éthique religieuse est définie de façon générale sans prendre en considération la politique ou les problèmes contemporains de l'Islam dans le monde. D'autres fois, la moralité fait contrepoids à la politique, particulièrement lorsqu'il s'agit de dénoncer la violence terroriste. Selon Habib, un tunisien de 34 ans :

"Un bon Musulman est quelqu'un qui fait ses prières, qui fait du bien, paye le zakat [un impôt de l'Islam], qui n'est pas hypocrite mais au contraire sincère, véritablement sincère. C'est quelqu'un qui vit sa religion en harmonie avec la religion des autres, dans une atmosphère de tolérance et qui ne lui donne pas une signification politique. La politique et l'Islam ne vont pas ensemble même si, d'une certaine façon, l'Islam est politique ! Par exemple, l'Islam est politique dans le sens où il fournit un héritage pour les femmes mais pas dans le sens des partis politiques comme le FIS [Front Islamique du Salut] ou le GIA [Groupe Islamique Armé], pas dans ce sens-là ; la religion devrait être quelque chose de personnel".

97Dans un monde d'intolérance où l'extrémisme islamique essaie de radicaliser les Musulmans, certains, comme Habib, prônent la séparation de la religion et de la politique. Cette séparation est basée sur une ancienne conception (peut-être de façon inconsciente dans le cas de la personne que nous avons interrogée) de la religion selon laquelle l'Islam a son mot à dire en matière juridique mais pas en ce qui concerne la politique. Les événements du 11 septembre constituent souvent un repère quant à l'éthique de l'Islam aux yeux de ce groupe de détenus. Par exemple, Ali, un jeune Français d'origine maghrébine, ne se contente pas d'insister sur le "bon chemin : la foi, les qualités, le fait de ne pas mentir, d'être honnête vis-à-vis de soi et des autres" il ajoute également une condition pour une pratique correcte : "ne pas faire de mal à soi ou aux autres". Ainsi, pour une minorité, les événements du 11 septembre ne pouvaient pas être justifiés au nom de l'Islam. Younes, un jeune Marocain de 24 ans, est particulièrement clair à ce sujet : "Pour moi, c'est quelque chose de très grave de tuer des innocents comme ça ; l'Islam est contre ça. J'ai été choqué comme les autres et maintenant je pense qu'il n'existe plus de limites à la violence ; la télévision a exagéré tout cela". Cette opinion est confirmée par Karim, un franco-algérien de 22 ans qui, en dépit de ses sympathies pour les Palestiniens et les Afghans condamnent sans réserve les attentats des tours jumelles :

"Ce sont des choses [les attentats du 11 septembre] qui ne se font pas. Il y a beaucoup d'innocents. Les États-Unis en rajoutent, c'est vrai, mais Bin Laden est un tueur. Les Palestiniens, ils ont raison, et les Américains aussi dans ce cas. Bin Laden est un Musulman et il sait que tuer une personne [innocente] est haram. Un bon Musulman aide les pauvres, c'est symbolique. Mais si c'est Bin Laden qui a fait ceci, alors pour moi ce n'est pas un Musulman. D'un autre côté, les Américains en font trop avec le bombardement de l'Afghanistan. S'ils attrapent Bin Laden, ça ne changera rien ; ses équipiers continueront".

98Quelques détenus comme Hamid conçoivent l'Islam de façon ouverte. Il rejette l'intégrisme et n'accepte pas une conception fermée de la religion. Pour Hamid, l'Islam s'ouvre aux autres, indépendamment de leur foi. Il ne recherche pas tant une communauté fermée et significative qu'une ouverture vers les autres sans restrictions, qu'il s'agisse de restrictions religieuses ou autres. Bien qu'il y ait de nombreux détenus qui mettent l'accent, en ce qui concerne l'Islam, davantage sur la moralité que sur les rites, seuls quelques– uns dénoncent la violence sans réserve. La tendance générale que l'on constate chez les jeunes des banlieues est une attitude plus favorable à un Islam radical et au Jihad.

G. Sympathies radicales

99La discrimination à la fois ethnique et sociale dont souffrent les jeunes détenus d'origine maghrébine a pour conséquence qu'il s'identifient à l'Islam radical. Une vie brisée, la déception de se retrouver dans un pays occidental qui n'a pas donné leur chance aux Musulmans, le sentiment que les puissants du monde sont à l'origine d'une conspiration contre les Musulmans, la compassion pour ces Musulmans qui traversent une situation désespérée dans un monde impitoyable, tout ceci alimente leur sympathie pour Bin Laden. À leurs yeux, Bin Laden a renversé la situation et montré que "les misérables de ce monde" sont oppressés par les Américains. Cela fait de lui un héros. Pour eux, Bin Laden a réveillé les Musulmans et a fait ce que d'autres avaient rêvé de faire sans en avoir le courage.

100La haine qui naît de leur situation difficile au sein des banlieues défavorisées, d'un mélange entre une culture dérivée de la télévision et l'impunité dont semblent bénéficier des politiciens corrompus sont à l'origine de ce Jihad qui enflamme certains jeunes hommes vis-à-vis des États-Unis. D'autres sont plus ou moins radicalisés et prônent une guerre sainte envers tous les pays occidentaux. Ils établissent un parallèle entre leur propre situation et celle des Musulmans qui sont opprimés dans d'autres parties du monde. Ils ont le sentiment que les Musulmans sont maltraités partout dans le monde : les Afghans par les Américains, les Tchétchènes par les Russes et les Palestiniens par les Israéliens tout comme eux-mêmes sont maltraités par la majorité blanche. Le rôle de la télévision est primordial : elle agit comme un amplificateur en montrant des images spectaculaires des mauvais traitements que reçoivent des Musulmans par des Américains arrogants. A cet égard, l'attitude des jeunes Musulmans issus des banlieues défavorisées de France n'est pas différente de celle des jeunes hommes mécontents habitant dans des pays Musulmans ; et ceci les unit dans leur rejet de l'Amérique qui symbolise l'arrogance des riches vis-à-vis des Musulmans.

101Regarder des images télévisées de Palestiniens en Israël ne rappelle que trop bien à ces jeunes Musulmans l'humiliation dont souffrent les marginaux et les exclus en France. Le soldat israélien devient le modèle du citoyen français (ou européen) qui méprise les Arabes vivant en France. Le seul choix digne qu'ils peuvent envisager est la violence et l'humiliation de ceux qui les méprisent. La violence devient pour eux un moyen légitime de défendre la religion d'Allah face à des "infidèles" qui l'injurient. Ils redécouvrent la voie qu'ont identifiée Fanon (1975) et Memmi (1972) en ce qui concerne les peuples colonisés d'Afrique du Nord et la violence qui est née de leur oppression. Hassan donne une parfaite illustration de cette lecture :

"La France ne respecte pas l'Islam. Par conséquent, on a besoin d'un Jihad contre elle. Un bon Musulman prie, croit en Dieu, fait le bien, tout ça comme il faut. Il existe de nombreuses personnes comme ça. Mais les États-Unis et l'Europe nous salissent !".

102Certains détenus Musulmans incarcérés en France jurent avec beaucoup d'émotion qu'ils se porteront volontaires pour combattre sur tous les fronts où les Musulmans sont attaqués et ceci dès leur libération. D'autres comme Dalmani, un franco-algérien de vingt-cinq ans, analysent davantage la situation et tentent d'expliquer les raisons de l'attitude des jeunes détenus ; il précise que personne ne devrait tuer des innocents mais, pour lui, ce sont les États-Unis qui sont les premiers coupables :

"Il ne faut pas tuer des innocents et c'est ce que les Américains font aux membres de l'OLP [Organisation de Libération de la Palestine] ou en Afghanistan. Ils vendent leurs tanks aux Israéliens pour tuer les Palestiniens. Bin Laden ne le fait pas pour de l'argent, il est déjà riche. Avec leur politique les Américains répandent la haine ; ce qu'a fait Bin Laden n'est pas bien mais lui aussi a donné de l'argent pour ça. C'est mieux d'attaquer les États-Unis. Les États-Unis font des choses graves à travers le monde, de manière sournoise. Il faut prévenir les gens de manière à ce qu'ils connaissent tous la vérité. Peut-être que les gentils (ou ceux qui passent pour les gentils) sont en fait les méchants et même pires que ça. À la réflexion, je trouve ça normal que des gens d'origine nord– africaine aillent en Afghanistan [pour combattre les Américains]. Les jeunes n'ont pas de projet, ils n'ont rien... Certaines personnes viennent pour les recruter. Elles leur parlent bien, leur promettent de nombreuses choses de telle sorte qu'ils se sacrifient. C'est la religion. Si vous êtes attaqués, vous attaquez. Ils nous tuent à petit feu. Il y a une part de religion dans tout cela mais c'est surtout la haine qu'ils portent en eux qui les pousse à aller en Afghanistan. La haine provient de la télévision : ils nous montrent des injustices tous les jours ; les hommes politiques ne vont jamais en prison...".

103Dalmani estime que les véritables questions sont délibérément embrouillées et qu'elles ont besoin d'être clarifiées : les Américains ne sont pas les "gentils" qu'ils prétendent être ; le vif désir qu'ont les jeunes hommes d'aller se battre en Afghanistan est le fruit de leur frustration et de leur haine. "Il nous tuent à petit feu", c'est ce que déclare Dalmani à propos du traitement que subissent les Musulmans de façon quotidienne. Ainsi, selon lui, la violence des Musulmans est induite par la violence quotidienne qu'ils subissent. Aït Faska donne davantage de substance à cette position en définissant les intérêts matériels cachés qui sont en jeu pour les Américains. Il essaie d'avoir un point de vue équilibré par rapport au combat entre les États-Unis et Bin Laden mais, en dernière analyse, il se range du côté des pauvres et des opprimés. En cela, il est représentatif des jeunes détenus d'origine maghrébine qui s'identifient avec beaucoup d'émotion au sort des Musulmans à travers le monde :

"Est-ce qu'ils [les attentats terroristes] sont justes ou non ? Je dirais les deux. Les États-Unis pensent que Bin Laden c'est le Sheytan [le diable]... ils attaquent Bin Laden parce que c'est un des princes d'Arabie Saoudite et les États-Unis ont souillé cette terre sainte avec leurs bases militaires. L'histoire ne se limite pas à cela : les États-Unis soutiennent les Juifs. Seul Dieu sait ce qu'il se passe réellement. Il y a aussi la question du pétrole dans tout ça, les mines de diamants. C'est une histoire de pognon. Bin Laden, je l'envie parce qu'il est aux côtés des pauvres de la Palestine. Dans ce sens, oui [je le soutiens]. Les Israéliens tirent sur des Palestiniens. Quand je vois ceci à la télé, mon cœur saigne comme si c'était moi qui avais été touché. Ils les empêchent de prier là où le prophète David priait [à Jérusalem]. C'est une guerre des tanks contre des pierres. Comme le dit le Coran, ils ont peur de mourir. Les Juifs ont tort, ils veulent nous calomnier. Cela, je ne l'accepte pas".

104Deux thèmes ressortent des récits des détenus maghrébins incarcérés en France : injustice et humiliation. Ils déplorent les injustices dont souffrent les Musulmans et ils approuvent la punition juste que subissent les États-Unis.

105En dernière analyse, ils jugent les États-Unis responsables de la mort des innocents lors des attentats des tours jumelles. Les commentaires qui suivent décrivent de manière précise ces points de vue répandus :

"Pour les Palestiniens, la situation est grave. C'est la justice qui justifie les attentats. Je peux comprendre les kamikazes palestiniens. Je ne ferais pas cela mais je les comprends ; et les coupables, ce sont ceux qui les ont poussés à le faire. En ce qui concerne les attentats en Amérique, je regrette que des innocents aient perdu la vie mais c'est quelque chose de bien vis– à–vis de l'humiliation des Américains... Les injustices qui existent en Palestine, en Irak, au Pakistan et en Afghanistan ne dureront pas éternellement. C'est Dieu qui l'emportera". "Mais les Américains le méritent. Ils se croient les maîtres du monde. Ils ont été humiliés. Personne ne doit être le subalterne de quiconque".

106Hocine résume les événements du onze septembre par la phrase suivante : "ils [les USA] ont récolté ce qu'ils avaient semé".

107L'humiliation des États-Unis est fréquemment citée comme le prix payé par ce pays pour l'humiliation dont souffrent constamment les Musulmans. Omar, un français de quarante ans d'origine nord-africaine, laisse échapper son amertume :

"Je me sens abandonné, dupé. Ils m'ont fait croire en des choses [merveilleuses]. On m'a dit que je pourrais réussir en France. Mais tout ça, c'est faux. En fait, il existe une compétition féroce. Il vous faut un titre [un diplôme] pour réussir. Moi, j'ai juste appris un peu d'anglais et je l'utilise pour communiquer avec mes frères Musulmans. L'Islam est ma seconde famille. La foi est dans le cœur et vous donne suffisamment de lumière pour voir les choses clairement. En tant que jeune homme d'origine arabe, nous avons toujours été maltraités, à tous les niveaux ; il n'y avait rien pour nous et maintenant c'est même pire pour les jeunes générations. C'est la raison pour laquelle, avec toutes les injustices dont nous sommes victimes partout et cette situation qui empire, c'est bien d'avoir des gens comme Bin Laden qui réveillent les masses. Les Arabes sont endormis. Bin Laden est un modèle pour moi. Quand je pense, entre autres choses, aux misères que subissent les Tchétchènes... Je vois comment l'engagement de Bush pour combattre un soi-disant terrorisme est exploité par Israël et par la Russie de Poutine. On ne laisse aucune chance aux Musulmans... Je me sens abandonné par tout le monde. Personne ne me soutient dans ce monde. C'est partout l'injustice. Il faut réveiller les gens. Bin laden les a réveillés avec ce qu'il a fait le 11 septembre. Israël, wallah, ils méritent ce qui leur arrive. J'ai la haine contre les Juifs. Sharon cherche des prétextes pour raser la Palestine. Il a une bonne stratégie, il veut d'abord détruire toutes les infrastructures palestiniennes et ensuite profiter d'une opportunité".

108Même Benamar qui a un point de vue moins tranché sur les attentats terroristes perpétrés sur le sol américain reconnaît que Bin Laden est considéré comme un héros par de nombreuses personnes : "Ça a été un choc, ça fiche la trouille. C'était comme la fin du monde ! Les médias exagèrent, particulièrement dans ce cas. La télévision dit que ce sont les islamistes qui ont fait le coup sans preuve, sans aucune preuve. Bin Laden est une idole, une star en ce moment pour les jeunes des banlieues et ceci à cause des médias. Mais ce n'est pas quelque chose de bien pour tous ces innocents qui ont perdu la vie. Il aurait mieux valu que les attentats soient dirigés contre l'État. Et tout ceci a ses racines en Israël et en Palestine. Les juifs contrôlent les médias et la loi ; ils font ce qu'ils veulent".

109Bin Laden a donné l'opportunité à des jeunes gens d'origine nord-africaine d'avoir un peu de dignité et par conséquent de faire contrepoids aux humiliations qu'ils ont l'impression de subir constamment. Pour ces jeunes hommes, il y a une identification de groupe transnationale avec des Musulmans à travers le monde, Musulmans qui, comme eux, sont pauvres et opprimés. La question palestinienne est très présente dans leur esprit. Il ne s'agit pas simplement d'une identification rationnelle ou intellectuelle ; en fait, ce processus comporte également des implications émotionnelles fortes. Comme l'a dit un des détenus : "Quand je vois ceci à la télé, mon cœur saigne comme si c'était moi qui avais été touché". Le malaise général que ressentent les jeunes Musulmans détenus dans les prisons françaises est exacerbé dans le cas d'un groupe spécifique de jeunes hommes dont les pères ont combattu aux côtés des Français durant la guerre d'indépendance algérienne [les harkis]. La déception et la marginalisation sont encore renforcées par la honte d'appartenir à la famille d'un traître :

"Le pire, c'est que mon père était un harki ; ça me fait mal que mon père ait été l'un deux. Les Français l'ont exploité jusqu'à sa dernière goutte de sang et ensuite ils l'ont jeté comme une vieille chaussette. Et à cause de cela, je ressens une profonde haine à leur encontre, une haine qui ne disparaîtra jamais. Je suis le fils d'un harki. J'ai souffert de cela, et quand je pense que je suis le fils d'un harki, putain, je suis dégoûté. Mes amis m'ont dit : "ta mère a couché avec les Français". Ils m'ont fait des remarques dégoûtantes comme ça. On ne m'a jamais compris ; les portes se sont fermées devant moi. On m'a toujours mis du mauvais côté de la barrière. Maintenant, je pense que la vie n'est qu'une hypocrisie. Ils m'ont fait croire à ces illusions comme l'égalité des droits, ce genre de choses stupides ; rien n'est vrai, c'est juste du papier. En plus, il y a un profond malaise chez de nombreux jeunes comme moi, qu'ils soient ou non fils de harkis. Ils parlent de leurs problèmes, de leur mal être. Il existe une Hachma [honte], une honte que la France nous a infligée".

110En dernier lieu, l'Islam peut également contribuer à venir à bout de l'anomie et de la frustration à travers ses réseaux communautaires et son identification de groupe. Avant même d'être envoyé en prison, Younes, par exemple, s'était rapproché d'un groupe Musulman, le Tabligh, et il avait commencé à en apprécier l'influence bénéfique :

"Le da'wa [l'invitation à la religion, la prédication] est par conséquent quelque chose de bon et j'en ai besoin ; cela me permet de combattre le Sheytan [le diable]. En dehors, dans la cité, je rencontrais fréquemment des groupes de jeunes qui amenaient le da'wa à d'autres jeunes ; ils venaient du Tablighi Jamaat ; ils faisaient le da'wa dans les quartiers chauds, là où il y a de la violence. C'est important. Personne d'autre ne le fait".

111Le Tabligh est particulièrement actif dans les banlieues pauvres où il appelle des jeunes mécontents à rejoindre des Musulmans qui font du prosélytisme et gagner ainsi dignité et respect de soi. On trouve également cette attitude en prison dans le sens où le fait d'appartenir à une communauté de croyants devient vitale pour certains des détenus parce que cela leur permet de se débarrasser de leur sentiment d'anomie, de n'appartenir à aucun groupe. Ils gagnent en confiance en eux une fois que leur solitude et leur identité de délinquant fait place à un nouveau sentiment missionnaire qui transforme un temps perdu en un temps rempli par les prières quotidiennes ; ils trouvent du sens dans le fait d'appeler activement d'autres Musulmans à rejoindre une communauté de foi vivante au sein de laquelle des Musulmans qui ont renoué avec la religion se sentent pleinement engagés.

Conclusion

112Les prisons d'Angleterre et du pays de Galles répartissent les détenus en catégories en fonction de leur appartenance ethnique et de leur religion. Une politique explicite antidiscriminatoire – politique qui couvre le domaine de la religion – est mise en œuvre au moyen de mesures variées telles que : recrutement de Race Relations Liaison Officers et de Race Relations Management Teams ; promulgation de lois spécifiques sur le racisme et sur l'Islam ; possibilité pour les surveillants de recevoir une formation vis-à-vis de ces questions ; recrutement d'aumôniers musulmans à plein temps ; mise en place d'une surveillance des questions ethniques et mise à disposition de moyens pour la pratique de l'Islam ; et, dans certaines prisons, possibilité pour les détenus Musulmans de partager une cellule avec un autre Musulman. Le Prison Service d'Angleterre du pays de Galles assure, c'est incontestable, la promotion de la diversité ethnique et religieuse. D'un autre côté, les prisons ne sont pas isolées de la culture de la société britannique au sens large, culture qui baigne dans des préjugés qui favorisent la reproduction de stéréotypes comme par exemple celui des Noirs agressifs et des Asiatiques dociles. Il n'est dès lors pas étonnant que l'une des principales critiques que formulent les surveillants vis-à-vis de l'Islam est le fait qu'il génère un surcroît de travail et des complications ; mais la plus forte résistance à l'Islam que l'on rencontre est un scepticisme très répandu quant à l'authenticité de la foi des détenus Musulmans. Les surveillants les soupçonnent d'utiliser la religion pour en retirer des avantages. Ceci a pour résultat que certains surveillants se montrent prompts à faire respecter le Ramadan sans toutefois montrer la même énergie lorsqu'il s'agit de faire respecter les pratiques religieuses des chrétiens.

113Du point de vue des détenus Musulmans, les processus d'identification dans les prisons britanniques sont multicouches et combinent des marqueurs ethniques et religieux. Toutefois, aucune combinaison de marqueurs ne fait apparaître comme identificateur de groupe le terme "Britannique" (c'est-à-dire, Musulman Britannique). Les détenus ont diverses façons d'exprimer la solidarité entre les Musulmans et leur pratique de l'Islam est habituellement plus importante en prison. Néanmoins, les détenus Musulmans doivent fréquemment lutter contre des divisions ou une hostilité basée sur des marqueurs ethniques : par exemple, les Asiatiques contre les Noirs, ou encore les Kashmiris (c'est-à-dire ceux qui proviennent de l'Azad Cachemire au Pakistan) contre les autres Pakistanais. La forme d'identification la plus banale est celle qui associe tous les Sud-Asiatiques indépendamment de leur religion. Parfois, la couleur de peau peut jouer un rôle dans certaines situations où, par exemple, un Musulman arabe qui est considéré comme un blanc a du mal à être accepté dans des groupes de Noirs ou d'Asiatiques. En résumé, l'auto-identification des détenus Musulmans est liée à la taille et à la densité des populations ethniques/ nationales de chaque prison. La signification et la portée liées au fait d'être Musulman varient d'un contexte à un autre.

114Le contraste avec les prisons françaises est important. Il n'existe aucun cadre qui reconnaisse ou encourage la diversité ethnique et religieuse. Au contraire, les paradigmes d'universalité et de laïcité font qu'il est illégal de reconnaître les minorités – qu'elles soient régionales, ethniques aux religieuses – dans la sphère publique et au sein des institutions publiques. Et, comme en Grande-Bretagne, les prisons reproduisent un cadre important de préjugés qui sont alimentés par les programmes télévisés populaires et qui reflètent les préjugés répandus dans la société au sens large. Les jeunes Musulmans d'origine maghrébine sont particulièrement stigmatisés ; ce sont des jeunes qui viennent des banlieues et qui représentent la majorité des détenus dans certaines prisons. Les surveillants et, plus généralement, les autorités carcérales, estiment qu'ils sont grossiers, agressifs, indisciplinés et paresseux. L'Islam a tendance à être associé à ces caractéristiques à l'exception des Musulmans radicaux qui sont considérés différemment en tant que "terroristes organisés". Ainsi les autorités carcérales et les surveillants rendent l'Islam responsable de trois choses. Tout d'abord l'Islam est associé aux jeunes gens difficiles issus des banlieues et les surveillants ont tendance à considérer que la religion est pour eux un moyen d'obtenir des avantages ou une excuse pour fomenter des troubles. En second lieu, l'Islam "fondamentaliste" est inacceptable au sein des prisons parce que sa pratique revêt des formes publiques qui semblent le rendre incompatible avec les principes de la laïcité. Dans le meilleur des cas, les surveillants pénitentiaires français ne comprennent pas cette religion et, dans le pire des cas, ils réduisent l'Islam à son expression radicale. En dernier lieu, l'Islam, sous ses formes radicales, est associé au terrorisme avec le cortège d'émotions que ce terme génère. Néanmoins, les surveillants jouissent d'une relation ambiguë avec des radicaux Islamistes sur lesquels ils comptent afin de rétablir l'ordre chez les détenus Musulmans lorsqu'il y a des échauffourées. Les surveillants pénitentiaires issus des minorités ethniques adoptent une attitude fondamentalement différente envers les détenus Musulmans. Ils partagent avec eux une expérience de racisme et d'exclusion, ce qui accroît leur empathie vis-à-vis du sort de ces détenus. La totalité d'entre d'eux, même ceux qui sont laïcs, ont tendance à percevoir l'Islam comme un facteur positif vis-à-vis de la réhabilitation des détenus.

115Ce sentiment d'identification de groupe est fort chez les jeunes détenus Musulmans incarcérés en France en raison de la culture des banlieues dont ils proviennent, culture qui baigne elle-même dans l'exclusion sociale et le racisme, ce que certains résument par le terme "la haine". Les Africains subsahariens et les maghrébins plus âgés (des immigrés de première génération) ne partagent pas cette culture mais trouvent d'autres moyens de se regrouper au sein de groupes distincts. Les jeunes détenus Musulmans se tournent résolument vers l'Islam en prison. Le manque de structures institutionnelles pour la religion musulmane au sein des prisons françaises pousse certains jeunes détenus Musulmans à "bricoler" leur propre Islam ; ils ne prêtent que peu d'attention aux rites et, au lieu de cela, ils formulent une sorte de version séculière et individualisée de l'Islam à travers laquelle ils trouvent une échappatoire à leur mal de vivre grâce à un code éthique et spirituel. Néanmoins, les jeunes gens des banlieues sont plus fréquemment attirés par les islamistes radicaux pour obtenir des conseils vis-à-vis de la pratique de l'Islam et retrouver une dignité car ils représentent une revanche vis-à-vis de l'humiliation et de la stigmatisation dont souffrent quotidiennement les jeunes Musulmans. Les jeunes Musulmans incarcérés dans les prisons françaises ont aussi exprimé une identification transnationale avec les pauvres et les opprimés (en Palestine, en Irak, en Afghanistan et ainsi de suite). Les islamistes radicaux représentent un groupe à part. Ils s'organisent pour exiger la possibilité de pratiquer la religion collectivement, en dépit des règles. En plus d'exprimer une idéologie claire, ils revendiquent une autorité sur les questions islamiques et entrent de facto en compétition avec les imams – très peu nombreux – qui travaillent en prison. En résumé, un nouveau type de conscience musulmane est en train de se développer – davantage en prison qu'à l'extérieur – parmi les jeunes gens des banlieues.

116L'expérience que vivent les détenus Musulmans en France est très différente de celle que vivent leurs homologues en Angleterre et au pays de Galles. Cela ne signifie pas qu'il n'existe pas de similitudes mais que les différences l'emportent largement. Et, comme nous le montrerons dans le prochain chapitre, beaucoup de ces différences tournent autour du rôle que jouent les imams en tant qu'aumônier de prison. Ces différences ne dépendent pas uniquement de la façon dont chaque aumônier Musulman choisit d'assumer sa fonction, elles dépendent également – et de façon bien plus importante – de la façon dont chaque système carcéral définit le cadre de travail des imams.

Notes

1 Les femmes noires représentaient 24 % de toutes les femmes détenues classées dans la catégorie "Black".

2 Les Algériens sont les immigrés les plus nombreux en France. Ils sont environ 1,5 millions et plus d'un million d'entre eux sont des citoyens français.

3 La sociologie des banlieues a fait l'objet de nombreuses études en France durant les années 1990. Voir, entre autres, Dubet et Lapeyronnie (1992) Castel (1995).

4 Les directeurs de deux de nos prisons ont reconnu qu'un trafic de drogue avait lieu au sein de leur établissement.

5 Ceci est globalement ce que les jeunes qui s'étaient à nouveau tournés vers la religion nous avaient dit quelques années auparavant : dans un monde où il n'y a pas d'espoir pour l'avenir, en embrassant l'islam, ils s'ouvraient un futur pour le très long terme, pour l'éternité, au-delà des incertitudes de ce monde dans lequel ils n'avaient aucune place. Voir Khosrokhavar (1997).

6 La majorité d'entre eux sont des musulmans radicaux, mais d'autres détenus comme les Basques ou les Corses sont rattachés à la même catégorie juridique.

© Presses universitaires de Louvain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540