Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dépression, démence

 | 
Cécile Bolly
, 
Jean-Marie Degryse
, 
Carl Vanwelde

Annexes - critères et échelles

Texte intégral

Sois sage, ô ma douleur, et tiens-toi plus tranquille.
Tu réclamais le soir ; il descend ; le voici :
Une atmosphère obscure enveloppe la ville,
Aux uns portant la paix, aux autres le souci
Charles Baudelaire, Recueillement

Du bon usage des échelles

1Fallait-il proposer en annexe de cet ouvrage les différentes échelles citées dans le chapitre traitant du carrousel diagnostique, ou utilisées dans l’étude Leiden 85+ ? Si certaines sont utilisées quotidiennement dans une optique clinique, d’autres ont essentiellement une visée épidémiologique et de recherche qui les rend impropres en pratique médicale courante. Par souci d’exhaustivité, nous les avons néanmoins reproduites en mentionnant ces réserves qui nous paraissent importantes. La deuxième monographie de notre série sera par ailleurs consacrée à une réflexion sur l’utilisation des échelles en médecine, ce qui nous permettra d’être plus précis en ce qui concerne leur validité et leurs critères d’utilisation.

Réversibilité ? D-E-M-E-N-T-I-A

2Le déclin cognitif est réversible 1 fois sur 10.

3Exclure

D pour Drogues (barbituriques, benzodiazépines, anticholinergiques).

E pour Entendre et voir : une altération de la perception de la réalité peut mimer des troubles démentiels débutants.

M pour Métabolisme : le patient ne présente-t-il pas une affection endocrinienne se traduisant par une altération de ses facultés mentales (dysthyroïdie, insuffisance hépatique ou rénale, diabète) ?

E pour Émotions : le patient n’est-il pas dépressif, présente-t-il un phénomène de régression dans le passé, ne souffre-t-il pas d’un sentiment de solitude exacerbée, de stress mal vécu, a-t-il des problèmes relationnels ou ne développe-t-il pas un tableau psychotique ?

N pour Nutrition : une carence en vitamine B12 ou en acide folique a-t-elle pu être écartée ?

T pour Toxiques : une intoxication par l’Aluminium ou les métaux lourds est-elle impossible, de même qu’une intoxication éthylique chronique, au CO ? pour Traumatismes : un traumatisme crânien a-t-il été écarté, un hématome sous-dural chronique. Le patient a-t-il pratiqué des sports violents (boxe) ?

T pour Tumeur : un processus tumoral intracrânien ou une hydrocéphalie communicante chronique à pression normale ont-ils été écartés ? pour Infections (neurosyphilis, SIDA).

A pour Artériopathie : y a-t-il des problèmes cardio-vasculaires associés, une décompensation cardiaque ?

Critères du DSM-IV de la démence

4Le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (en anglais : Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders ou DSM), quatrième édition, (DSM-IV) est le manuel de référence le plus utilisé internationalement pour diagnostiquer les troubles psychiatriques. Ce manuel est édité par l’Association américaine de psychiatrie (American Psychiatric Association, APA). Les diagnostics de pathologie psychiatrique portés à l’aide du DSM-IV reposent sur l’identification clinique de syndromes et sur les données paracliniques fournies par les examens complémentaires (examens biologiques, imagerie médicale, etc.) Ces diagnostics sont catégoriels et identifient un nombre minimum de critères afin qu’une personne soit considérée comme présentant une pathologie psychiatrique ou neuropsychiatrique. Les critères du DSM-IV de la démence reposent sur :

  1. l’installation de troubles intellectuels portant de manière partielle ou complète sur la mémoire : amnésie des faits récents puis anciens ;

  2. des troubles des fonctions exécutives (c’est-à-dire d’organisation et de réalisation d’une tâche complexe, comme par exemple remplir sa feuille de déclaration d’impôts) ;

  3. des troubles du langage (aphasie amnésique) caractérisés par des « oublis dumot » ;

  4. des troubles de la praxie : apraxie (c’est-à-dire de réalisation de gestes complexes : par exemple utiliser la machine à laver) ;

  5. une agnosie (troubles de reconnaissance) : par exemple de panneaux routiers, puis de visages etc. ; Ces troubles ont un retentissement socioprofessionnel.

5Leur évolution se fait de manière progressive et irréversible déclin continu...).

6Ces signes ne s’expliquent pas par d’autres causes : ni organique (tumorale, infectieuse, toxique), ni psychique (dépression, schizophrénie), et ne surviennent pas dans le cadre d’un épisode de confusion aiguë.

Mini Mental State Evaluation (Folstein)

7Feuille de test et passation de l’examen

8Date :

9Nom du patient :

10« Je vais vous poser quelques questions pour apprécier le fonctionnement de votre mémoire. Les unes sont très simples, les autres un peu moins. Vous devez répondre du mieux que vous pouvez. »

11Compter 1 point par réponse exacte

12Orientation

13Quelle est la date complète d’aujourd’hui ?

14Si la réponse est incorrecte ou incomplète, poser les questions dans l’ordre suivant :

1/ En quelle année sommes-nous ?

2/ En quelle saison ?

3/ En quel mois ?

4/ Quel jour du mois ?

5/ Quel jour de la semaine ?

15« Je vais vous poser maintenant quelques questions sur l’endroit ou nous nous trouvons. »

6/ Quel est le nom de l’hôpital ou du centre d’examen où nous sommes ?

7/ Dans quelle ville se trouve-t-il ?

8/ Quel est le nom du département dans lequel est située cette ville ?

9/ Dans quelle province ou région est situé ce département ?

10/ quel étage sommes-nous ici ?

16Apprentissage

17« Je vais vous dire 3 mots ; je voudrais que vous me les répétiez et que vous essayiez de les retenir car je vous les redemanderai tout à l’heure. »

11/ Cigare

12/ Fleur

13/ Porte

18Répétez les 3 mots ?

19Attention et calcul

20« Voulez-vous compter à partir de 100 en retirant 7 à chaque fois ? »

14/ 100-7 =93

15/ 93-7 =86

16/ 86-7 =79

17/ 79-7 =72

18/ 72-7 =65

21Pour tous les sujets, même ceux qui ont obtenu le maximum de points à l’épreuve de calcul, demander

22« Voulez-vous épeler le mot « MONDE » à l’envers ? » --> EDNOM

23Nombre de lettres données dans l’ordre correct :

24(Ce chiffre ne doit pas figurer dans le score global)

25Rappel

26Pouvez-vous me dire quels étaient les 3 mots que je vous avais demandé de retenir tout à l’heure ?

19/ Cigare

20/ Fleur

21/ Porte

27Langage

22/ Montrer un crayon : « Quel est le nom de cet objet ? »

23/ Montrer une montre : « Quel est le nom de cet objet ? »

24/ « Écoutez bien et répétez après moi : Pas de MAIS, de SI ni de ET »

25/ Poser une feuille de papier sur le bureau, la montrer au sujet en lui disant : « Écoutez bien et faites ce que je vais vous dire : prenez cette feuille de papier avec la main droite, »

26/ « Pliez-la en deux, »

27/ « Et jetez-la par terre. »

28/ Montrer au sujet une feuille de papier sur laquelle est écrit en gros caractères « FERMEZ LES YEUX » et dire au sujet : « Faites ce qui est écrit »

29/ Tendre une feuille de papier au sujet et lui demander : « Voulez-vous écrire une phrase, ce que vous voulez, mais une phrase entière. »

28Praxies constructives

29Tendre au sujet une feuille de papier et lui demander : « Voulez-vous recopier ce dessin » ? (Figure de Rey)

Score total (de 0 à 30) :

Seuil pathologique : 24. En dessous, forte suspicion de démence.

Source : Connaissances générales

SPMSQ -CST 2 (Short Portable Mental Status Questionnaire) (Pfeiffer)

30Le SPMSQ est un test de dépistage des fonctions cognitives. Pas plus que le MMSE, le SPMSQ ne peut en aucune manière être utilisé comme moyen de diagnostic mais doit uniquement être considéré comme un instrument de dépistage. Dira-t-on d’un patient qu’il est probablement dément si ses résultats au CST2 sont médiocres ? Ce serait aussi sot que d’étiqueter hypertendu quelqu’un qui aurait présenté à une seule reprise des chiffres tensionnels sortant des normes... Le SPMSQ se positionne comme une alternative valable au MMSE, avec une sensibilité de 75 % et une spécificité de 87 %. Ce test comprend une vingtaine de questions élémentaires, dont la réalisation à domicile est aisée. Un seuil de 16 réponses positives correctes objective une éventuelle perte de ces fonctions cognitives.

Le SPMSQ/CST2 (1988)

  • En quelle année êtes-vous né(e) ? (année exacte)

  • En quel mois êtes-vous né(e) ? (mois exact)

  • Quelle est votre date de naissance ? (date exacte)

  • Quel est le nom de notre Roi ?

  • Quel était le nom du Roi précédent ? On attribue 1 point par succession correcte pour ces items 4 & 5 : Albert II/Baudouin, mais aussi Baudouin/Léopold III, Léopold III/Albert I, etc...

  • Quelle heure est-il ? (exacte au quart d’heure près) / (exacte à la demi-heure près)

  • En quelle année sommes-nous ? (année exacte)

  • En quel mois sommes-nous ? (mois exact)

  • Quelle date sommes-nous ? (date exacte) (date exacte plus ou moins un jour)

  • Quel jour de la semaine sommes-nous aujourd’hui ? (jour exact)

  • Quand a eu lieu la 1ère Guerre Mondiale ? (1914-18) (1914)

  • Quand a eu lieu la 2e Guerre Mondiale ? 1940(39) -45 (44)

  • En quelle saison sommes-nous ?

  • Quel est le nom du nouveau président français ?

  • Quel est le nom du précédent président français ? On attribue 1 point par succession correcte pour ces items 15 & 16 : Sarkozy/Chirac/Mitterrand, mais Mitterrand/Giscard d’Estaing sont aussi acceptés. Carla Bruni ne l’est pas).

  • Quel est votre âge ? (âge exact / âge exact moins un an)

  • Dans quelle ville ou commune habitez-vous ?

  • Dans quelle rue habitez-vous ?

ADL (Activities of Daily Living -Activités de la vie quotidienne)1 (Katz)

SOINS PERSONNELS : lavabo baignoire ou douche

  • ne reçoit aucune aide (rentre et sort seul de la baignoire si celle-ci est le moyen habituel de toilette)

  • reçoit de l’aide pour laver une certaine partie du corps (comme le dos ou une jambe)

  • reçoit de l’aide pour laver plus d’une partie du corps

HABILLAGE :

  • prend les habits de l’armoire et des tiroirs, c’est-à-dire sous-vêtements, vêtements de dessus et sait manipuler les fermetures incluant les bretelles

  • prend les vêtements et s’habille complètement sans aide

  • prend les habits et s’habille sans aide sauf pour les chaussures

  • reçoit de l’aide pour prendre les habits et/ou s’habiller ou reste partiellement ou totalement dévêtu

ALLER AUX TOILETTES :

  • va aux toilettes, se nettoie ensuite et arrange ses vêtements

  • va aux toilettes, se nettoie et arrange ses vêtements sans aide (peut s’aider d’un support comme une canne, un déambulateur, une chaise roulante et peut utiliser un bassin ou une chaise percée)

  • reçoit de l’aide pour aller aux toilettes... ne va pas aux toilettes

DEPLACEMENTS :

  • se couche et se lève du lit aussi bien qu’il s’assoit ou se lève d’une chaise, sans aide (peut s’aider d’un support comme un déambulateur ou une canne)

  • se couche ou se lève avec aide

  • reste alité

CONTINENCE :

  • contrôle parfaitement seul son élimination

  • a quelques petits accidents

ALIMENTATION :

  • mange sans aide

  • mange seul mais a besoin d’une aide pour couper la viande ou pour beurrer les tartines

  • reçoit une aide pour manger ou est nourri partiellement ou totalement à l’aide d’une sonde ou de solutés intraveineux

IADL (Instrumental Activities in Daily Living œ Activités instrumentales de la vie quotidienne)2 (Lawton)

  • 2 Lawton, M.P., Brody, E.M. (1969). Assessment of older people : self maintaining of older people ; s (...)

31Aptitude à utiliser le téléphone

  • se sert normalement du téléphone

  • compose quelques numéros très connus

  • répond au téléphone mais ne l’utilise pas spontanément

  • n’utilise pas du tout le téléphone spontanément

  • incapable d’utiliser le téléphone

32Les courses

      • fait des courses normalement

      • fait quelques courses normalement (nombre limité d’achats 3 au moins)

      • doit être accompagné pour faire des courses

      • complètement incapable de faire des courses

33Préparation des aliments

  • non applicable : n’a jamais préparé de repas

  • prévoit, prépare et sert normalement les repas

  • prépare normalement les repas si les ingrédients lui sont fournis

  • réchauffe et sert des repas préparés ou prépare des repas mais de façon plus ou moins inadéquate

  • il est nécessaire de lui préparer des repas et de les lui servir

34Entretien ménager

  • non applicable : n’a jamais eu d’activités ménagères

  • entretient sa maison seul ou avec une aide occasionnelle (pour les travaux lourds)

  • effectue quelques tâches quotidiennes légères telles que laver la vaisselle, faire les lits.

  • effectue quelques tâches quotidiennes mais ne peut maintenir un état de propreté normal

  • a besoin d’aide pour tous les travaux d’entretien ménager est incapable de participer à quelque tâche que ce soit

35Blanchisserie

  • non applicable : n’a jamais effectué de blanchisserie

  • effectue totalement sa blanchisserie personnelle

  • lave les petits articles, rince les chaussettes, les bas, etc.

  • toute la blanchisserie doit être faite par d’autres

36Moyens de transport

  • utilise les transports publics de façon indépendante ou conduit sa propre voiture

  • organise ses déplacements en taxi, mais autrement, n’utilise aucun transport public

  • utilise les transports publics avec l’aide de quelqu’un ou accompagné

  • déplacement limité, en taxi ou en voiture avec l’aide de quelqu’un Prise en charge personnelle de son traitement

  • est responsable de la prise directe de ses médicaments (doses et rythmes corrects)

  • est responsable de ses médicaments si des doses séparées lui sont préparées à l’avance

  • est incapable de prendre seul ses médicaments même s’ils lui sont préparés à l’avance, en doses séparées

  • non applicable : n’a jamais manipulé l’argent

  • gère ses finances de façon autonome (budgets, opérations à la banque, etc.) recueille et ordonne ses revenus

  • se débrouille pour les achats quotidiens mais a besoin d’aide pour les opérations à la banque, les achats importants

  • incapable de manipuler l’argent

FAST (Functional Assessment Staging)3 (Reisberg)

  • 3 Auer S, Reisberg B. The GDS/FAST staging system. Int Psychogeriatr 1997 ; 9 Suppl 1 : 167-71. Tradu (...)

37A n’interpréter que sur base d’informations obtenues auprès d’un interrogateur bien informé et/ou de personnel de soins. Traduction par Bernard Pradines. Il n’existe pas de validation de cette version.

38Consigne. Noter « oui » si l’item est présent. S’il est dû à d’autres causes différentes de la démence (pathologie articulaire, paralysie), noter « non » et noter ces autres causes à côté de l’item.

1. Aucune difficulté, que ce soit subjectivement ou objectivement.

2. Se plaint d’oublier l’emplacement des objets. Difficultés seulement subjectives pour retrouver les mots.

  • 1 nombre de mois où le déficit a été noté.

3. Fonctionnement professionnel diminué, devenu évident pour les collègues ; difficulté à se déplacer dans des lieux inconnus. Diminution de la capacité organisationnelle1

4. Capacité moindre à effectuer des tâches complexes (par exemple : prévoir un dîner pour des invités, gérer son budget, faire son marché)

5. Nécessite une assistance pour choisir les habits adaptés à la saison ou aux circonstances.

6a. Difficulté à s’habiller correctement sans assistance

  • * nombre de mois où le déficit a été noté.

6b. Incapable de se baigner correctement. A besoin d’assistance pour régler la température de son bain*.

  • * nombre de mois où le déficit a été noté.

6c. Incapable d’utiliser les toilettes (par exemple de tirer la chasse d’eau ; ne se nettoie pas correctement)*

6d. Incontinence urinaire occasionnelle ou encore plus fréquente.

6e. Incontinence fécale occasionnelle ou encore plus fréquente.

7a. Capacité à prendre la parole limitée à environ une demi-douzaine de différents mots ou moins, au cours d’une journée ou au cours d’un entretien intensif

7b. Le vocabulaire intelligible est limité à un seul mot en moyenne par jour

7c. Ne se déplace plus (incapable de marcher sans assistance)

7d. Ne peut pas se lever d’un siège sans assistance

7e. Incapable de sourire.

7f. Incapable de tenir la tête haute.

NOTE : score fonctionnel = le stade FAST constaté le plus élevé

GDS (Global Deterioration Scale)4 (Reisberg)

    • 4 Reisberg, 1982. Reisberg, B., Ferris, SH, de Leon, MJ, and Crook, T., Global Deterioration Scale, A (...)

    Pas de déclin cognitif. Pas de problèmes dans la vie quotidienne.

  • Très léger déclin cognitif. Oublie le nom et la place des objets. Difficulté à trouver ses mots.

  • Léger déclin cognitif. Difficulté à trouver un nouveau chemin. Difficulté de manutention au travail.

  • Déclin cognitif modéré. Difficulté pour les tâches complexes (finances, achats, préparation d’un repas pour des invités).

  • Déclin cognitif modéré à sévère. Besoin d’aide pour choisir ses vêtements. Besoins d’incitant à se laver.

  • Déclin cognitif sévère. Besoin d’aide pour s’habiller, pour se laver, parfois peur de la baignade. Difficultés à utiliser les toilettes ou incontinence.

  • Déclin cognitif très sévère. Le vocabulaire est limité, parfois limité à des mots isolés. Incapacité de marcher et de s’asseoir seul. Impossibilité de sourire.

CAMDEX (Cambridge Mental Disorders of the Elderly Examination)5 (Roth)

  • 5 Roth, M., Huppert, F.A., Mountjoy C. Q., Tym, E., Boxed Set, CAMDEX-R, The Revised Cambridge Examin (...)

39Divers tests ont été utilisés, développés au départ de travaux de recherche antérieurs et de données de littérature, en vue de parcourir les divers aspects cognitifs, comportementaux, neurologiques et fonctionnels du syndrome démentiel. Ces tests ont été pratiqués annuellement dans une population de patients de plus de 65 ans, vivant en institution, durant une période de trois ans. Au terme de cette période, le CAMDEX a été utilisé comme standard de référence (golden standard ) pour poser le diagnostic de démence. Les valeurs seuil optimales furent définies au moyen de courbes de Roc. Les paramètres diagnostiques ont été spécifiés (sensibilité, spécificité, VPP, VPN, odds ratio, LR+, LR-). Une analyse de régression logistique a été utilisée pour définir les diverses étapes que doit comprendre la démarche diagnostique idéale dans la mise au point d’une démence.

DESCRIPTION

40Le CAMDEX est une batterie de tests complexe, développée par Roth & coll., réalisée habituellement par une équipe neurologique avec l’aide d’un psychologue. Elle rassemble une série d’échelles d’évaluation de la fonction cognitive, une anamnèse fouillée et les conclusions d’un examen clinique. Cet examen prend du temps si on veut en affiner les conclusions : pas moins de deux heures par une équipe entraînée.

CARACTERISTIQUES

41Le CAMDEX peut être considéré comme un véritable test diagnostique et est reconnu à l’heure actuelle comme l’Oscar des tests d’évaluation d’une démence. Il offre une sensibilité de 95 % et une spécificité de 92 %.

42LE CAMDEX en pratique

43A. Entrevue avec le patient

  • questionnaire portant sur la situation actuelle

  • questionnaire portant sur le passé

  • questionnaire portant sur l’histoire familiale du patient

44B. Examen clinique

45C. Évaluation des résultats d’examen de biologie clinique (si disponibles)

46D. Rapport d’observation du patient

47E. Examen de la fonction cognitive

48F. Entrevue avec l’entourage

  • questionnaire portant sur la situation actuelle

  • questionnaire portant sur l’histoire familiale

NPI (Neuropsychiatric Inventory -Bilan neuropsychiatrique)6 (Cummings)

  • 6 Cummings JL, Mega M, Gray K, Rosenberg-Thompson S, Carusi DA, Gornbein J. The Neuropsychiatric Inve (...)

49L’objectif du Bilan neuropsychiatrique (Neuropsychiatric Inventory : NPI) est d’obtenir des informations sur la présence de troubles psychopathologiques chez des patients atteints d’affections cérébrales. Le NPI a été mis au point pour des patients atteints de la maladie d’Alzheimer et d’autres formes de démence, mais il peut aussi être utile pour apprécier les changements de comportement dans d’autres pathologies. Les informations permettant d’établir ce bilan peuvent être recueillies auprès du conjoint ou de toute autre personne qui connaît très bien le comportement du patient. On pourra obtenir des informations complémentaires en observant et interrogeant directement le patient. L’entretien avec l’accompagnant se fera de préférence en l’absence du patient car il sera alors plus facile de parler ouvertement de certains comportements difficiles à décrire en présence du patient. Les questions doivent être posées telles qu’elles ont été rédigées. Des éclaircissements devront être apportés si l’accompagnant ne comprend pas la question posée. Par éclaircissement, il faut entendre uniquement la reformulation des questions en employant d’autres termes. Les réponses concernent les changements intervenus dans le comportement du patient depuis l’apparition de la maladie. Ne devront pas être pris en compte les comportements que le patient a eus tout au long de sa vie et qui n’ont pas changé depuis le début de la maladie, même s’ils ont un caractère anormal (anxiété ou dépression par exemple). Par contre, ces comportements que le patient a eus tout au long de sa vie devront être pris en compte s’ils ont changé depuis le début de la maladie (c’est le cas, par exemple, d’un patient qui a toujours été apathique mais dont l’apathie s’est sensiblement accentuée au cours de la période d’investigation). Il sera rappelé régulièrement à la personne interrogée que ses réponses ne doivent concerner que les changements intervenus dans le comportement du patient depuis l’apparition de la maladie.

50Dans certaines études, le NPI peut être utilisé pour apprécier les changements intervenus à la suite d’un traitement ou depuis la dernière consultation. Dans ce cas, le cadre temporel dans lequel s’inscrit la question est revu de façon à refléter cet intérêt pour les changements intervenus récemment. Il sera précisé à l’accompagnant que les questions concernent uniquement les comportements qui sont apparus ou se sont modifiés depuis le début de la maladie ou depuis la dernière consultation. On pourra, par exemple, formuler les questions de la manière suivante : « Depuis qu’il/elle prend ses nouveaux médicaments... » ou « Depuis qu’on a augmenté les doses de... »

51Une version complète du NPI (en français) est disponible à l’adresse

52http://users.aol.com/​bpradines/​NPI.html

GDS (Geriatric Depression Scale)7 (Yesavage)

  • 7 Yesavage JA, Brink TL, Rose TL, Lum O, Huang V, Adey M, et al. Development and validation of a geri (...)
  • 8 Sheikh JA, Yesavage JA. Geriatric depression scale (GDS) : recent findings and development of a sho (...)
  • 9 D’Ath P, Katona P, Mullan E, Evans S, Katona C. Screening, detection and management of depression i (...)
  • 10 Clément JP, Nassif F, Léger JM, Marchan F. Mise au point et contribution à la validation de la vers (...)
  • 11 Cannon BJ, Thaler T, Roos S. Oral versus written administration of the geriatric depression scale. (...)

53La Geriatric Depression Scale (GDS) de Yesavage et al. est devenue l’outil diagnostique de référence pour l’évaluation de la dépression du sujet âgé. Partant du constat que la dépression était difficile à diagnostiquer dans cette population, ces auteurs avaient élaboré un auto-questionnaire à 30 items dichotomiques qui avait une sensibilité et une spécificité acceptables. Mais la fatigabilité, la difficulté de concentration, la lenteur du sujet âgé ont conduit à l’élaboration d’une version raccourcie à 15 items (GDS-15)8. Même si la GDS a aussi fait l’objet de versions encore plus courtes à 4 items9 10, largement utilisées en médecine générale, c’est la GDS-15 qui est la plus utilisée. Dans la version initiale, les items somatiques avaient été exclus, évitant les faux positifs émanant de la co-morbidité somatique fréquente chez le sujet âgé. Le problème de son utilisation dans un contexte d’atteinte des fonctions cognitives a cependant été moins documenté11.

  • 12 de Craen AJM, Heeren TJ, Gussekloo J. Accuracy of the 15-item geriatric depression scale (GDS-15) i (...)
  • 13 McGivney SA, Mulvihill M, Taylor B. Validating the GDS depression screen in the nursing home. J Am (...)
  • 14 A new version of the geriatric depression scale for nursing and residential home populations : the (...)

54De Craen et al.12 viennent de vérifier si la sensibilité et la spécificité de la GDS-15 pouvaient être influencées par un déficit cognitif. Soixante-dix-neuf sujets âgés de 85 ans ou plus ont été évalués par la GDS-15, par le MMSE, puis par le Geriatric Mental State (pour le diagnostic clinique de dépression) deux jours après par un autre examinateur non informé des scores précédents. Huit sujets (10 %) ont été diagnostiqués dépressifs. Au score-seuil de 3/4, la sensibilité et la spécificité de la GDS-15 étaient respectivement de 88 % et 76 %. Les sujets âgés de 85 ans et plus avec un score-seuil au MMS de 28 ou plus étaient considérés comme non altérés sur le plan cognitif. Avec le même score-seuil à la GDS-15 (3/4), les sujets avec un MMSE à 28 avaient respectivement une sensibilité et une spécificité de 75 % et 92 % alors que les sujets avec un MMS < 28 affichaient 100 % de sensibilité mais une moins bonne spécificité de 67 %. Pour les auteurs, il paraissait nécessaire de mieux évaluer la précision de la GDS-15 chez des sujets âgés avec un déficit cognitif plus marqué. C’est pourtant ce qu’avaient fait McGivney et al.13 avec des pensionnaires de maisons de retraite ayant un score supérieur ou égal à 15 au MMSE. Ils ont retrouvé une sensibilité et une spécificité pour le diagnostic de dépression de 84 % et 91 % respectivement. Une équipe14 a élaboré la Geriatric Depression Scale (residential) (GDS-12R) adaptée aux personnes avec un déficit cognitif significatif.

GDS 30

55Choisissez, s’il vous plaît, la meilleure réponse pour décrire comment vous vous sentiez au cours de la dernière semaine.

56Modalité de passation pour l’observateur : posez les questions VERBALEMENT.

57Entourez la réponse donnée par le patient. Ne la montrez pas au patient.

58Ajouter un point pour chaque réponse correcte marquée de (1)

59Questionnaire :

  1. En somme, êtes-vous satisfait(e) de votre vie ? oui non (1)

  2. Avez-vous abandonné de nombreuses activités ou de nombreux intérêts ? oui (1) non

  3. Avez-vous le sentiment que votre vie est vide ? oui (1) non

  4. Vous ennuyez-vous souvent ? oui (1) non

  5. Avez-vous espoir en l’avenir ? oui non (1)

  6. „tes-vous dérangé(e) par des pensées que vous ne pouvez pas sortir de votre tête ? oui (1) non

  7. Etes-vous de bonne humeur la plupart du temps ? oui non (1)

  8. Avez-vous peur qu’un malheur vous arrive ? oui (1) non

  9. Vous sentez-vous heureux la plupart du temps ? oui non (1)

  10. Vous sentez-vous souvent impuissant(e) ? oui (1) non

  11. Vous sentez-vous souvent nerveux(se) et agité(e) ? oui (1) non

  12. Préférez-vous rester à la maison plutôt que sortir et faire quelque chose ? oui (1) non

  13. Vous faites-vous souvent du souci pour l’avenir ?oui (1) non

  14. 14 Avez-vous le sentiment d’avoir davantage de problème de mémoire que la plupart des gens ? oui (1) non

  15. Pensez-vous qu’il est merveilleux de vivre maintenant ? oui non (1)

  16. Vous sentez-vous découragé(e) et triste ? oui (1) non

  17. Avez-vous le sentiment que vous ne valez pas grand-chose en ce moment ? oui (1) non

  18. Vous faites vous beaucoup de souci à propos du passé ? oui (1) non

  19. Trouvez-vous la vie excitante ?oui non (1)

  20. Vous est-il difficile de vous lancer dans de nouveaux projets ? oui (1) non

  21. Vous sentez-vous plein(e) d’énergie ? oui non (1)

  22. Pensez-vous que votre situation est sans espoir ? oui (1) non

  23. Pensez-vous que la plupart des gens sont meilleurs que vous ? oui (1) non

  24. „tes-vous facilement bouleversé(e) par les moindres choses ? oui (1) non

  25. Avez-vous souvent envie de pleurer ? oui (1) non

  26. Avez-vous du mal à vous concentrer ? oui (1) non

  27. „tes-vous heureux(se) de vous lever le matin ? oui non (1)

  28. Préférez-vous éviter les rencontres sociales ? oui (1) non

  29. Vous est-il facile de prendre des décisions ? oui non (1)

  30. Avez-vous l’esprit aussi clair qu’avant ? oui non (1) Établissement du score et interprétation

60TOTAL : ajouter toutes les réponses entourées, chacune valant un point, pour le score total. Scores d’après la version initiale en anglais :

610 à 9 : normal 10-19 : légèrement dépressif 20-30 : sévèrement dépressif

Color Word Interference Test (Stroop)

62L’effet Stroop fut rapporté par John Ridley Stroop lors d’une publication parue dans le « Journal of Experimental Psychology » en 1935. Cet auteur présenta visuellement des mots de couleurs, écrits en encre de différentes couleurs, à ces sujets. Il remarqua alors l’effet qui portera son nom : dénommer la couleur avec laquelle est écrit un mot quelconque, est plus ou moins facile que de dénommer la couleur d’un nom de couleur (par exemple, la couleur avec laquelle est écrit le mot « JAUNE »). De fait lorsque le mot correspond à sa couleur (le mot « VERT » écrit en encre verte), on observe un effet facilitateur : les couleurs sont plus vite dénommées que si le mot est quelconque, l’inverse, si couleur et mot ne se correspondent pas, on observe un effet d’interférence : dénommer la couleur du mot « ROUGE » lorsqu’il est écrit en vert est plus difficile que de nommer la couleur d’un autre mot, quelconque, qui serait également écrit en vert. On attribue classiquement cet effet à l’interférence qu’exerce un traitement cognitif sur un autre. Ici, la lecture du mot interfère sur la dénomination de sa couleur. On lit automatiquement le mot : si la couleur lui correspond, le traitement de la couleur est facilité. Si la couleur ne lui correspond pas, le traitement est inhibé par la lecture.

63L’effet Stroop nous informe, entre autre, sur la qualité des processus cognitifs automatiques, et particulièrement ici, de la lecture : l’effet Stroop concernant la lecture n’existe pas chez les enfants venant d’apprendre à lire, ou chez les analphabètes, par exemple. C’est parce que nous savons bien lire, et que nous avons « l’habitude » de lire, que cette lecture empêche de dénommer correctement les couleurs. L’effet Stroop révèle donc un comportement normal. Une absence d’effet Stroop indique que les processus de lecture ne sont pas suffisamment développés. Un effet Stroop trop fort est également signe d’un problème : en temps normal, nous dénommons difficilement les couleurs de noms de couleurs si elles ne se correspondent pas. Mais nous tentons d’inhiber inconsciemment les processus de lecture afin de réussir à dénommer correctement. Un effet Stroop trop fort signe alors un défaut de cette capacité d’inhibition.

64Description du test. 3 planches sont disponibles, la planche 1 contient des mots de couleurs écrits en encre noire. La planche 2 contient des rectangles de couleurs. La planche 3 contient des noms de couleurs écrits en encre de couleur. Planche par planche, la tâche du sujet est soit de lire, soit de dénommer les couleurs le plus rapidement possible, de la droite vers la gauche en passant à la ligne suivante à chaque fin de ligne. On mesure le nombre de mots lus ou de couleurs déterminées, pendant la durée de 45 secondes. La passation se déroule dans l’ordre suivant, avec les consignes indiquées.

65• Dénomination de couleur (planche constituée de rectangles de couleur).

Consigne : Sur cette feuille se trouvent des petits rectangles de trois couleurs différentes : rouge, vert et bleu. Vous allez devoir me dire le plus rapidement possible, la couleur de chaque rectangle, en parcourant les lignes de la gauche vers la droite, ligne par ligne.

66• Lecture de noms de couleur (planche comportant des noms de couleurs écrits en noir).

Consigne : Sur cette feuille se trouvent les noms de trois couleurs différentes : vert, rouge et bleu. Vous allez devoir me lire à voix haute, le plus rapidement possible, ces noms, de la même façon que lors du précédent test.

67• Situation d’interférence (planche comportant des noms de couleur écrits en couleur).

Consigne : Sur cette feuille se trouvent les noms de trois couleurs écrites dans une autre couleur. Vous ne devez pas lire les mots, mais vous allez me dire le plus rapidement possible dans quelle couleur ils sont écrits, et ce, ligne par ligne, de la gauche vers la droite.

68Pour chaque planche, le psychologue ou l’expérimentateur compte le nombre de mots lus ou de couleurs dénommées pendant le délai imparti de 45 secondes. À chaque faute constatée, l’expérimentateur doit immédiatement en faire la remarque afin que le patient reprenne son erreur. Dénommer les couleurs des noms de couleurs n’est pas un exercice aisé.

69Test de Stroop en ligne : http://psychoweb.dnsalias.org/​index.php?post/​Experiencetest-de-stroop

Notes

1 Katz, S. (1983). JAGS, Assessing self-maintenance : Activities of daily living, mobility and instrumental activities of daily living. 31(12), 721-726 JAGS, 31(12), 721-726

2 Lawton, M.P., Brody, E.M. (1969). Assessment of older people : self maintaining of older people ; self maintaining and instrumental activities in daily living. The Gerontologist, 9, 179-186.

3 Auer S, Reisberg B. The GDS/FAST staging system. Int Psychogeriatr 1997 ; 9 Suppl 1 : 167-71. Traduction Bernard Pradines (bpradines@aol.com). http ://www.geriatricresources.com/html/fast.html

4 Reisberg, 1982. Reisberg, B., Ferris, SH, de Leon, MJ, and Crook, T., Global Deterioration Scale, American Journal of Psychiatry , 139 : 1136-1139, 1982

5 Roth, M., Huppert, F.A., Mountjoy C. Q., Tym, E., Boxed Set, CAMDEX-R, The Revised Cambridge Examination for Mental Disorders of the Elderly, 2nd Edition, April 1999.

6 Cummings JL, Mega M, Gray K, Rosenberg-Thompson S, Carusi DA, Gornbein J. The Neuropsychiatric Inventory : comprehensive assessment of psychopathology in dementia. Neurology 1994 Dec ; 44 (12) : 2308-14.

7 Yesavage JA, Brink TL, Rose TL, Lum O, Huang V, Adey M, et al. Development and validation of a geriatric depression screening scale : a preliminary report. J Psychiatr Res 1982 ; 17 : 37-49.

8 Sheikh JA, Yesavage JA. Geriatric depression scale (GDS) : recent findings and development of a shorter version. In : Brink TL, ed. Clinical gerontology : a guide to assessment and intervention. New York : Howarth Press, 1986 : 165-72.

9 D’Ath P, Katona P, Mullan E, Evans S, Katona C. Screening, detection and management of depression in elderly primary care attenders. 1. The acceptability and performance of the 15-item geriatric depression scale (GDS-15) and the development of a short version. Fam Pract 1994 ; 11 : 260-6.

10 Clément JP, Nassif F, Léger JM, Marchan F. Mise au point et contribution à la validation de la version française brève de la GeriatricDepression Scale de Yesavage. L’Encéphale 1997 ; 23 : 919.

11 Cannon BJ, Thaler T, Roos S. Oral versus written administration of the geriatric depression scale. Aging Ment Health 2002 ; 6 : 418-22.

12 de Craen AJM, Heeren TJ, Gussekloo J. Accuracy of the 15-item geriatric depression scale (GDS-15) in a community sample of the oldest old. Int J Geriatr Psychiatry, 2003 ; 18 : 63-6.

13 McGivney SA, Mulvihill M, Taylor B. Validating the GDS depression screen in the nursing home. J Am Geriatr Soc 1994 ; 42 : 490-2.

14 A new version of the geriatric depression scale for nursing and residential home populations : the geriatric depression scale (residential) (GDS-12R). Int Psychogeriatrics 2000 ; 12 : 173-81.

Notes de fin

* nombre de mois où le déficit a été noté.

* nombre de mois où le déficit a été noté.

1 nombre de mois où le déficit a été noté.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1461/img-1.jpg
Fichier image/, 17k

© Presses universitaires de Louvain, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540