Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Dépression, démence

 | 
Cécile Bolly
, 
Jean-Marie Degryse
, 
Carl Vanwelde

Démence, facteur causal de la dépression et inversément ?

Volltext

Heureusement la mémoire trie. Elle sait les
morts auxquels elle s’appuie, elle vit d’eux
comme des autres vivants. Il n’y a pas de mort.
Je peux fermer les yeux, j’aurai mon paradis
dans les cœurs qui se souviendront.
Maurice Genevoix, Trente mille jours

  • 1 Wilson RS, Mendes de Leon CF, Bennett DA, Bienias JL, Evans DA., Depressive symptoms and cognitive (...)

1Évoquée dans les précédents chapitres, la question d’un lien de causalité unissant démence et dépression se voit ici éclairée d’éléments neufs. Certes, une bonne part des symptômes sont communs et fréquemment difficiles à distinguer au plan clinique, comme le montre une récente vaste étude de population1. Si bon nombre de plaintes dépressives peuvent se confondre avec des symptômes de déclin cognitif, peuvent-elles pour autant être considérées comme un facteur de risque ? A contrario, l’amélioration des plaintes liées à la dépression par un traitement approprié peut-elle améliorer durablement le tableau d’une démence ? La chronologie d’apparition des tableaux de démence et de dépression, bien étudiée dans l’étude de Leiden, s’avère précieuse pour apporter des éléments de réponse objectifs à ces interrogations.

Une évolution du déclin chronologiquement quantifiée

2La plupart des études antérieures n’ont examiné que l’association dépression-déclin cognitif sans en envisager la temporalité. L’intérêt de l’étude réalisée à Leiden consiste en la réévaluation annuelle d’une population de plus de 500 personnes âgées vivant dans leur milieu habituel, scrutant l’apparition d’éventuels symptômes dépressifs et de signes de dégradation de la fonction cognitive afin d’en déterminer la relation temporelle.

3En effet, si symptômes dépressifs et déclin cognitif cohabitent globalement chez la personne âgée, seule une analyse fine de la chronologie de leurs courbes statistiques a permis dans le cas présent de constater qu’un déclin cognitif à l’inclusion se trouve significativement associé à une augmentation accélérée des symptômes dépressifs, alors que la réciproque n’est pas vraie (la présence de symptômes dépressifs initiaux n’est pas liée à un déclin cognitif accéléré). L’augmentation annuelle (voir tableau 3) des symptômes dépressifs pendant le suivi s’est accélérée chez les patients présentant des tests d’attention altérés (0.08 point -intervalle de confiance de 95 % de 0.01 à 0.16), de mémoire immédiate déficients (0.17 point -0.09 à 0.25), ou de mémoire retardée déficients (0.10 point -0.02 à 0.18). Un état dépressif des participants (GDS ≥ 2 points, voir tableau 4) au moment de l’inclusion n’a guère pu être associés à un déclin cognitif accéléré pendant le suivi (P> 0.05). Ces évaluations sont demeurées semblables en incluant des participants avec un score de MMSE inférieur à 24 (données non montrées).

  • 2 Westendorp, R.G.J., Gussekloo, J.D., Vinkers, J.M., Stek, L., van der Mast, R.C., de Craen, A.J.M. (...)

Tableau 3 : Impact d’une diminution de la fonction cognitive à l’inclusion sur la survenue de symptômes dépressifs entre 85 et 89 ans chez les 334 participants non-déprimés (score GDS-15 ≤ 2) au départ (augmentation additionnelle annuelle des symptômes dépressifs (GDS-15 score) rapportée à une évaluation de la fonction cognitive à l’inclusion (2.65 pour la fonction cognitive globale, 31.59 pour l’attention, 7.08 pour la vitesse d’acquisition, 5.72 pour la mémoire immédiate, 2.74 pour la mémoire retardée)2. Le score du GDS-15 augmente significativement dans le temps dans tous les cas (p<0.001)

Tableau 4 : Impact de la présence de symptômes dépressifs à l’inclusion (score GDS-15>2) sur le déclin cognitif entre 85 et 89 ans chez les 415 participants ne présentant pas de déficit cognitif au départ (MMSE ≥ 24 points). Un état dépressif des participants au moment de l’inclusion n’est guère associé à un déclin cognitif accéléré pendant le suivi (P> 0.05)

4Ces données méritent qu’on s’y attarde. Elles démontrent assez clairement que, pour une population bien circonscrite, une détérioration cognitive a précédé l’installation de symptômes dépressifs et non l’inverse. La survenue des deux tableaux ne serait pas entièrement fortuite. Une prudente tentative d’explication serait que la conscience du déclin cognitif puisse causer une dépression réactionnelle : le pressentiment que les plaintes de perte de mémoire puissent être un signe annonciateur d’une démence en est une explication plausible et suffisante. Cette observation paraît corroborer l’hypothèse d’une étiopathogénie organique commune ou d’une survenue uniquement fondée sur des facteurs de risque similaires, auquel cas les symptômes dépressifs et démentiels se précèderaient ou se succéderaient indistinctement.

  • 3 Devanand DP, Sano M, Tang M-X, Taylor S, Gurland BJ, Wilder D, et al., Depressed mood and the inci (...)
  • 4 Yaffe K, Blackwell T, Gore R, Sands L, Reus V, Browner WS., Depressive symptoms and cognitive decl (...)
  • 5 Chen P, Ganguli M, Mulsant BH, DeKosky ST., The temporal relationship between depressive symptoms (...)

5De précédentes études se sont attardées sur la chronologie de l’apparition des deux tableaux œ démentiels et dépressifs œ chez la personne âgée, mais en privilégiant l’axe dépression -démence. Quelques études ont ainsi suggéré que la dépression serait un facteur de risque pour le développement du déclin cognitif3 4, alors que d’autres ne pouvaient le confirmer. Si on considère la relation entre la dépression et l’affaiblissement cognitif dans les deux sens comme le fait l’étude de Leiden, la dépression du grand âge apparaît bien comme un phénomène concomitant d’un affaiblissement cognitif préexistant plutôt qu’un facteur de risque indépendant. En outre, le mérite de cette étude est d’avoir évalué la fonction cognitive en se fondant sur divers paramètres (vitesse d’évocation, mémoire immédiate et retardée, attention) au lieu de se contenter d’une seule évaluation globale d’un état final. L’analyse des observations sur une courbe permanente de cinq ans rejoint celle d’une vaste étude de population de personnes âgées de 65 et plus pour laquelle la dépression est une manifestation précoce plutôt qu’un facteur prédictif de démence5. Cette observation est importante pour le clinicien confronté à des symptômes dépressifs isolés chez une personne âgée en bonne forme intellectuelle : il peut raisonnablement la rassurer sur l’absence de risque accru de déclin cognitif ultérieur.

6Dépression, démence. Deux visages du déclin

7Que retenir ?

  • Une atteinte cognitive initiale est fréquemment associée à l’apparition plus rapide de symptômes dépressifs.
  • Un tableau dépressif initial n’est pas associé à une apparition plus rapide de troubles cognitifs.
  • Le clinicien confronté à un tableau dépressif de la personne âgée doit être attentif à une dysfonction cognitive associée. Si celle-ci est absente, la dépression ne sera pas considérée comme un signe précurseur de déclin cognitif.

8Questions

  • Existe-t-il une prédisposition à la démence et/ou à la dépression ?
  • Quel rôle jouent les événements déstructurants de l’existence dans l’apparition de ces syndromes ?
  • La vulnérabilité serait-elle contagieuse ?

Anmerkungen

1 Wilson RS, Mendes de Leon CF, Bennett DA, Bienias JL, Evans DA., Depressive symptoms and cognitive decline in a community population of older persons. A community-based prospective study. J Neurol Neurosurg Psychiatry. 2004 ; 75 : I26-9

2 Westendorp, R.G.J., Gussekloo, J.D., Vinkers, J.M., Stek, L., van der Mast, R.C., de Craen, A.J.M., Le Cessie, S., Jolles, J., Generalized atherosclerosis, cognitive decline, and depressive symptoms in old age, Neurology 2005 ; 65 ; 107-112

3 Devanand DP, Sano M, Tang M-X, Taylor S, Gurland BJ, Wilder D, et al., Depressed mood and the incidence of Alzheimer’s disease in the elderly living in the community. Arch Gen Psychiatry 1996 ; 53 : 175-82.

4 Yaffe K, Blackwell T, Gore R, Sands L, Reus V, Browner WS., Depressive symptoms and cognitive decline in non demented elderly women. Arch Gen Psychiatry, 1999 ; 56 : 425-30.

5 Chen P, Ganguli M, Mulsant BH, DeKosky ST., The temporal relationship between depressive symptoms and dementia. Arch Gen Psychiatry, 1999 ; 56 : 261-6.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Tableau 3 : Impact d’une diminution de la fonction cognitive à l’inclusion sur la survenue de symptômes dépressifs entre 85 et 89 ans chez les 334 participants non-déprimés (score GDS-15 ≤ 2) au départ (augmentation additionnelle annuelle des symptômes dépressifs (GDS-15 score) rapportée à une évaluation de la fonction cognitive à l’inclusion (2.65 pour la fonction cognitive globale, 31.59 pour l’attention, 7.08 pour la vitesse d’acquisition, 5.72 pour la mémoire immédiate, 2.74 pour la mémoire retardée)2. Le score du GDS-15 augmente significativement dans le temps dans tous les cas (p<0.001)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1456/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 58k
Bildunterschrift Tableau 4 : Impact de la présence de symptômes dépressifs à l’inclusion (score GDS-15>2) sur le déclin cognitif entre 85 et 89 ans chez les 415 participants ne présentant pas de déficit cognitif au départ (MMSE ≥ 24 points). Un état dépressif des participants au moment de l’inclusion n’est guère associé à un déclin cognitif accéléré pendant le suivi (P> 0.05)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1456/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 56k

© Presses universitaires de Louvain, 2008

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540