Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dépression, démence

 | 
Cécile Bolly
, 
Jean-Marie Degryse
, 
Carl Vanwelde

Dans le creuset de Leiden 85-plus

Protocole d’une étude

Texte intégral

Pierre
Denise, mariée, vit désormais avec un autre homme : sa tendre
complicité avec Pierre s’est peu à peu délitée dans la démence
qui le ronge. Les confidences et mots doux partagés au fil des
jours ont fait place à de fonctionnels échanges ponctuant
l’activité quotidienne. L’homme avec lequel elle vit a le visage
de Pierre, sa stature, sa carte d’identité, sa pointure de
chaussures mais il lui manque la flamme au fond des yeux, le
timbre caressant de la voix et l’élasticité de la démarche. Une
triste brume a pétrifié l’expression des émotions et des sentiments.
Pierre contemple désormais Denise, sa Denise, comme un
objet précieux mais utilitaire qui le guide, le nourrit, le protège
du froid et le met au lit le soir. Je les accueille à la consultation,
les invite à s’asseoir. Pierre soliloque, Denise souffre. D’autres
patients énumèrent ce qui va mal, lui se répand sur tout ce qui
va bien : « Je mange de bon appétit, je dors bien, je pourrais
conduire ma voiture si on me laissait faire, je lis les titres du
journal tous les jours, je fais pipi toutes les deux heures, je n’ai
pas mal à la tête, je marche droit, je... ». Deux larmes perlent au
coin des yeux de sa compagne, déni silencieux de cette monotone
énumération de fonctions humaines qui paraissent fonctionner
au mieux. Elle vit avec un « bien portant imaginaire » qu’elle
voudrait encore aimer, comme on aime l’ombre quand elle révèle
le soleil, mais dont elle n’a plus qu’un lointain souvenir...
Zénon, En visite buissonnière

Que sont nos octogénaires devenus ?

1La dépression et le déclin cognitif figurent parmi les problèmes de santé mentaux majeurs de la personne âgée. Tous deux ont des conséquences graves sur la qualité de la vie, le déclin fonctionnel, la dépendance ainsi que la mortalité. Survenant souvent ensemble, la nature des liens de causalité qui les unissent a fait l’objet de controverses. L’intérêt d’une étude telle celle réalisée à Leiden fut d’observer 600 personnes âgées vivant dans leur milieu habituel avec des évaluations annuelles portant sur leur qualité de vie et les limitations qui les atteignent, parmi lesquels un important volet consacré à la notation soigneuse d’éventuels symptômes dépressifs ou de détérioration de la fonction cognitive. La chronologie d’apparition de ces signes durant cinq années successives a également été notée.

Une petite ville si normale

2Leiden, entre Amsterdam et La Haye, à une dizaine de kilomètres des côtes de la mer du nord séculairement menaçante, entre ses moulins à vent et son université, possède toutes les caractéristiques d’une petite ville banale. 120 000 habitants occupent harmonieusement la pyramide des âges, des hommes célèbres parmi lesquels Guillaume II de Hollande et Rembrandt peuplent sa mémoire collective, ses berges gagnées sur la mer et un jumelage avec la prestigieuse Oxford, sont autant d’atouts d’une normalité bienvenue pour réaliser une étude prospective de population. Véritable creuset d’observation d’une population de seniors sur une période de cinq ans, la Leiden 85-plus Study s’est donné pour but l’observation prospective de la totalité des habitants âgés de 85 ans et plus domiciliés à Leiden entre le 1er septembre 1997 et le 1er septembre 1999 (n =705).

  • 1 Vinkers, D.J., van der Mast, R.C., Stek, M.L., Westendorp, R.G.J. en Gussekloo, J., De relatie tus (...)

3Inclusion. Au total, 599 participants (taux de réponse 87 %) ont été inscrits et interrogés à domicile annuellement lors d’entrevues individuelles, après consentement éclairé. Parmi ceux-ci, 44 (7 %) déclinèrent la proposition d’être réinterrogés les années suivantes, la majeure partie de ces refus portant sur la première visite de suivi (30). Une fraction des 397 femmes et 202 hommes inclus ont ensuite été soumis à une interview complémentaire portant sur la perception de leur qualité de vie et leur autonomie sur le plan général.1

FIGURE 1 : FOLLOW-UP DES VISITES ANNUELLES DES 599 PARTICIPANTS >85 DURANT 5 ANS DANS LE CADRE DE LA LEIDEN 85-PLUS STUDY

  • 2 Macfarlane, PW., Latif, S., Automated serial ECG comparison based on the Minnesota code, J Electro (...)
  • 3 Simons, PCG., Algra, A., Bots, ML., Grobbee, DE., van der Graaf, Y., Common carotid intimaœ media (...)

4Antécédents d’athérosclérose. La place occupée par l’athérosclérose, la fonction cognitive et les symptômes dépressifs chez ces patients âgés constitua un des pivots de cette étude, tant au moment de leur inclusion que dans leur évolution durant les cinq années suivantes. La présence d’une athérosclérose généralisée se fonda sur un interrogatoire de leur médecin traitant en listant le nombre d’affections cardiovasculaires présentes au départ (infarctus du myocarde, ischémie myocardique, angor, claudication intermittente, chirurgie vasculaire) et les anomalies relevées sur un tracé ECG. Après réalisation, ces enregistrements furent rassemblés et codifiés par l’EKG Core Laboratory de Glasgow selon la classification de Minnesota2. Des antécédents d’accident vasculaire cérébral furent également notifiés au dossier. Ces critères d’évaluation clinique d’une athérosclérose furent validés par le Second Manifestation of ARTerial Disease Study3.

  • 4 Westendorp, R.G.J., Gussekloo, J.D., Vinkers, J.M., Stek, L., van der Mast, R.C., de Craen, A.J.M. (...)

Tableau 1. Caractéristiques démographiques et cliniques de 599 personnes ≥ 85 ans vivant dans la communauté4.

  • 5 Yesavage JA, Brink TL, Rose TL, Lum O, Huang V, Adey M, et al. Development and validation of a ger (...)
  • 6 Stek, Vinkers, Gussekloo, Van der Mast, Beekman, Westendorp. Natural history of depression in the (...)

5Symptômes dépressifs. Les symptômes dépressifs furent évalués grâce aux quinze items de la GDS-15 (Geriatric DepressionScale)5, outil spécifique pour dépister l’existence de symptômes dépressifs dans la population âgée. Son utilisation a été validée dans l’étude Leiden 85-plus, et il a été démontré qu’elle peut détecter également d’éventuelles modifications longitudinales de symptômes dépressifs6. Cette échelle n’a toutefois pas été proposée aux participants ayant un résultat inférieur à 18 points au MMSE, par manque de fiabilité et de validité de ces tests chez des personnes présentant un déficit cognitif sévère. La corrélation entre l’apparition des symptômes dépressifs et celle de la fonction cognitive après collecte des données a été attentivement étudiée.

  • 7 Ibid.
  • 8 Vinkers DJ, Gussekloo J, Stek ML, et al. The 15-item Geriatric Depression Scale (GDS-15) detects c (...)
  • 9 Stek ML, Vinkers DJ, Gussekloo J, et al. Is depression in old age fatal only when people feel lone (...)
  • 10 Stek ML, Gussekloo J, Beekman ATF, et al. Prevalence, correlates and recognition of depression in (...)

6L’intérêt tout particulier porté par les auteurs de l’étude à ce dernier volet tient au fait qu’en dépit de son importance, peu de données soient disponibles sur la survenue et l’évolution naturelle de la dépression chez la personne âgée7. Ses liens avec le maintien d’une activité générale satisfaisante, avec l’institutionnalisation, la mortalité ou la détérioration des fonctions cognitives furent ainsi analysés et rapportés dans une série de publications8, 9, 10.

7Items complémentaires. Les participants à l’étude furent également catégorisés en fonction de leurs caractéristiques sociodémographiques, de leur scolarité et d’antécédents médicaux remarquables tels un diabète, une BPCO, une affection rhumatismale inflammatoire ou une maladie neurodégénérative telle la maladie de Parkinson.

Photo de groupe avec détails

  • 11 Bootsma-Van der Wiel A., Von Faber M. Van Exel E., Gussekloo J., Lagaay A. M., Van Dongen E., Knoo (...)
  • 12 Bootsma-van der Wiel A, Gussekloo J, de Craen AJ, et al. Disability in the oldest old : Can do or (...)

8Une première observation s’impose à ce stade, plutôt encourageante pour les seniors de demain : pour les habitants de Leiden, connaître un troisième âge épanoui est à portée de main, même si un débat voit s’opposer deux manières d’envisager une vieillesse heureuse : faut-il ne retenir que des critères objectifs de maintien de fonctions normales ou au contraire mettre en évidence la faculté de s’adapter aux limitations inévitables de l’âge permettant de vivre une existence aussi normale que possible. Vieux débat de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine, du bien-être serein ou de la recherche de la performance. Les seniors de Leiden 85-plus nous rassurent sur point : si les critères objectifs de ce qui fait un vieillard robuste n’apparaissent remplis que chez plus d’une moitié d’entre eux (57 %), ils sont 81 % à se montrer satisfaits de leur qualité d’existence11 au moment de l’étude et à se considérer comme vivant une vieillesse épanouie. Ce jugement prend en compte le maintien des fonctions organiques, y compris cognitives, mais également des appréciations plus générales portant sur la vie sociale, le bien-être général et l’adaptation aux conditions d’existence nouvelles créées par le vieillissement12.

  • 13 R. G.J. Westendorp and J. Gussekloo, D. J. Vinkers, M. L. Stek, R. C., van der Mast, A.J.M. de Cra (...)
  • 14 Ibid.
  • 15 Beekman AT, Geerlings SW, Deeg DJ, et al. The natural history of late life depression : a 6-year p (...)
  • 16 Beekman AT, Geerlings SW, Deeg DJ, et al. The natural history of late life depression : a 6-year p (...)

9Un premier survol des données chiffrées caractérisant la population des 85-plus de Leiden au moment de leur inclusion dans l’étude nous est fourni par le tableau 1, reproduit d’après un original paru dans Neurology en 200513, ainsi que leur évolution durant cinq ans par la figure 1 (ibid.14). Les hommes (202, 34 %) y sont minoritaires, et 386 patients (64 %) n’ont bénéficié que d’une scolarité élémentaire. Si 239 participants (40 %) n’ont aucun antécédent cardiovasculaire, ils sont 357 (60 %) à avoir présenté une affection cardiocirculatoire ou plus. De surcroît, 62 (10 %) présentent une histoire médicale d’AVC. Le score médian du MMSE se situe à 26 points (sur 30), tandis que celui de la GDS-15 (pour les symptômes dépressifs) se situe à 2 points (sur 15). Si l’importance des antécédents cardiovasculaires divers au moment de l’inclusion est incontestable, le sont tout autant le déclin des fonctions cognitives et l’augmentation régulière des symptômes dépressifs durant les cinq années qui suivent (p<0.001 dans tous les cas) (figure 2). L’influence des facteurs sociodémographiques sur ce risque dépressif apparaît comme négligeable15. La figure 3 illustre bien l’incidence cumulative de la dépression chez 334 sujets de 85 à 89 ans n’ayant présenté aucun symptôme dépressif au départ (score GDS-15 de 0 à 2). Si on se focalise sur le risque annuel16de survenue d’un épisode dépressif, on relève que cette incidence s’élève à 6,8 %, ce qui est proche de données antérieures connues et citées par d’autres études. Considérant l’ensemble de la population touchée par la dépression au moment de l’inclusion (prévalence), soit 77 personnes présentant un score GDS-15 supérieur à 5, on ne note un taux de rémission annuelle que chez 14 % d’entre elles, dont plus de la moitié présenta une rechute durant le déroulement de l’étude. Les facteurs prédictifs positifs de rémission n’ont pu être identifiés clairement.

10Ces derniers chiffres nous interpellent, tant par la fréquence des cas rapportés que par la difficulté d’une prise en charge favorable. Ils doivent en outre être considérés comme sous-estimés dans la mesure où les patients atteints de déficience cognitive au moment de l’inclusion (MMSE inférieur à 19) ont été exclus de réalisation de tests de dépistage de la dépression. La persistance des symptômes dépressifs, et leur association fréquente avec des signes d’involution cérébrale, explique par ailleurs la corrélation qui associe ces deux pathologies dans l’esprit du public et l’hypothèse fréquemment évoquée d’une cause organique commune. Cette dernière théorie n’est pourtant guère corroborée par les observations de Leiden 85-plus, comme il va être démontré.

  • 17 Westendorp, R.G.J., Gussekloo, J.D., Vinkers, J.M., Stek, L., van der Mast, R.C., de Craen, A.J.M. (...)

FIGURE 2 : FONCTION COGNITIVE ET SYMPTÏMES DÉPRESSIFS CHEZ 599 PATIENTS DE 85 90 ANS. LE DÉCLIN DES FONCTIONS COGNITIVES ET L’AUGMENTATION DES SYMPTÏMES DÉPRESSIFS DURANT CES CINQ ANNÉES SONT SIGNIFICATIFS (P<0.001 DANS TOUS LES CAS)17

  • 18 Beekman AT, Geerlings SW, Deeg DJ, et al. The natural history of late life depression : a 6-year p (...)

FIGURE 3 : INCIDENCE CUMULATIVE DE LA DÉPRESSION CHEZ 334 SUJETS ‚GÉS DE 85 89 ANS, N’AYANT PAS DE SYMPTÏMES DÉPRESSIFS L’INCLUSION (SCORE GDS>218

11Que retenir ?

  • Huit personnes sur dix de 85 ans et plus estiment qu’elles vivent une vieillesse épanouie.
  • Une évaluation objective et répétée du déclin cognitif et de la dépression chez les 85+ a pu être réalisée dans le cadre de l’étude Leiden 85-plus en utilisant des tests validés.
  • Le lien unissant ces deux pathologies demeure controversé.

12Questions

  • Existe-t-il un lien entre l’athérosclérose et le déclin cognitif ?
  • Existe-t-il un lien entre l’athérosclérose et la dépression ?
  • Déclin cognitif et dépression ont-ils une cause organique commune, l’athérosclérose ?

Notes

1 Vinkers, D.J., van der Mast, R.C., Stek, M.L., Westendorp, R.G.J. en Gussekloo, J., De relatie tussen atherosclerose, cognitieve achteruitgang en depressive bij ouderen. Ned Tijdschr Geneeskd. 2006 ;150 :2307-11

2 Macfarlane, PW., Latif, S., Automated serial ECG comparison based on the Minnesota code, J Electrocardiol 1996 ;29 :29-34.

3 Simons, PCG., Algra, A., Bots, ML., Grobbee, DE., van der Graaf, Y., Common carotid intimaœ media thickness and arterial stiffness. Circulation 1999 ; 100 :951-957.

4 Westendorp, R.G.J., Gussekloo, J.D., Vinkers, J.M., Stek, L., van der Mast, R.C., de Craen, A.J.M., Le Cessie, S., Jolles, J., Generalized atherosclerosis, cognitive decline, and depressive symptoms in old age, Neurology 2005 ;65 ;107-112

5 Yesavage JA, Brink TL, Rose TL, Lum O, Huang V, Adey M, et al. Development and validation of a geriatric depression screening scale : a preliminary report. J Psychiatr Res 1982 ; 17 : 37-49.

6 Stek, Vinkers, Gussekloo, Van der Mast, Beekman, Westendorp. Natural history of depression in the oldest old. Population-based prospective study. The British Journal of Psychiatry (2006) 188 : 65-69.

7 Ibid.

8 Vinkers DJ, Gussekloo J, Stek ML, et al. The 15-item Geriatric Depression Scale (GDS-15) detects changes in depressive symptoms after a major negative life event. The Leiden 85-plus Study. Int J Geriatr Psychiatry 2004 ; 19 : 80-84.

9 Stek ML, Vinkers DJ, Gussekloo J, et al. Is depression in old age fatal only when people feel lonely ? Am J Psychiatry 2005 ; 162 : 178-80.

10 Stek ML, Gussekloo J, Beekman ATF, et al. Prevalence, correlates and recognition of depression in the oldest old : The Leiden 85-plus study. J Affect Disord 2004 ; 78 : 193-200.

11 Bootsma-Van der Wiel A., Von Faber M. Van Exel E., Gussekloo J., Lagaay A. M., Van Dongen E., Knook D. L., Van der Geest S., Westendorp R.G.J., Succesvol oud op hoge leeftijd. De ’Leiden 85-plus Studie’. Nederlands tijdschrift voor geneeskunde. 2004, vol. 148, no20, pp. 985-990

12 Bootsma-van der Wiel A, Gussekloo J, de Craen AJ, et al. Disability in the oldest old : Can do or do do ?, Journal of the American Geriatrics Society, 2001

13 R. G.J. Westendorp and J. Gussekloo, D. J. Vinkers, M. L. Stek, R. C., van der Mast, A.J.M. de Craen, S. Le Cessie, J. Jolles, Generalized atherosclerosis, cognitive decline, and depressive symptoms in old age, Neurology 2005 ; 65 ;107-112

14 Ibid.

15 Beekman AT, Geerlings SW, Deeg DJ, et al. The natural history of late life depression : a 6-year prospective study in the community. Arch Gen Psychiatry 2002 ; 59 : 605-11.

16 Beekman AT, Geerlings SW, Deeg DJ, et al. The natural history of late life depression : a 6-year prospective study in the community. Arch Gen Psychiatry 2002 ; 59 : 605-11.

17 Westendorp, R.G.J., Gussekloo, J.D., Vinkers, J.M., Stek, L., van der Mast, R.C., de Craen, A.J.M., Le Cessie, S., Jolles, J., Generalized atherosclerosis, cognitive decline, and depressive symptoms in old age, Neurology 2005 ; 65 ; 107-112

18 Beekman AT, Geerlings SW, Deeg DJ, et al. The natural history of late life depression : a 6-year prospective study in the community. Arch Gen Psychiatry 2002 ; 59 : 605-11.

Table des illustrations

Légende FIGURE 1 : FOLLOW-UP DES VISITES ANNUELLES DES 599 PARTICIPANTS >85 DURANT 5 ANS DANS LE CADRE DE LA LEIDEN 85-PLUS STUDY
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1454/img-1.jpg
Fichier image/, 117k
Légende Tableau 1. Caractéristiques démographiques et cliniques de 599 personnes ≥ 85 ans vivant dans la communauté4.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1454/img-2.jpg
Fichier image/, 167k
Légende FIGURE 2 : FONCTION COGNITIVE ET SYMPTÏMES DÉPRESSIFS CHEZ 599 PATIENTS DE 85 90 ANS. LE DÉCLIN DES FONCTIONS COGNITIVES ET L’AUGMENTATION DES SYMPTÏMES DÉPRESSIFS DURANT CES CINQ ANNÉES SONT SIGNIFICATIFS (P<0.001 DANS TOUS LES CAS)17
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1454/img-3.jpg
Fichier image/, 107k
Légende FIGURE 3 : INCIDENCE CUMULATIVE DE LA DÉPRESSION CHEZ 334 SUJETS ‚GÉS DE 85 89 ANS, N’AYANT PAS DE SYMPTÏMES DÉPRESSIFS L’INCLUSION (SCORE GDS>218
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1454/img-4.jpg
Fichier image/, 20k

© Presses universitaires de Louvain, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540