Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’iris et le croissant

 | 
Felice Dassetto

Partie 3. La réalité musulmane en amont du religieux

1. La gestion publique des cultes

Texte intégral

1Le devenir religieux musulman à Bruxelles ne peut pas se comprendre uniquement à partir de logiques sociales induites par la dimension propre à l’action religieusement connotée. Des dynamiques sociales et contextuelles entrent en ligne de compte. Souvent les analyses sont tiraillées entre deux extrêmes.

2D’une part, on porte un regard centré et limité à la sphère religieuse en l’isolant de son contexte social et culturel. Le devenir religieux a donc une explication purement endogène par le jeu des acteurs religieux ou des idéations religieuses. D’autre part, à l’autre extrême, les dynamiques religieuses sont interprétées uniquement par des logiques sociales extra-religieuses. Ainsi, par exemple, en suivant les paradigmes fonctionnaliste ou marxien, on expliquera la demande religieuse par les fonctions ou dysfonctions sociales qu’elle remplit dans la construction des identités sociales ou par son rôle dans des formes de protestations collectives.

3La perspective adoptée ici est inspirée par l’approche wébérienne qui, selon ma lecture et contrairement à des vulgates courantes, n’est pas du tout individualiste et subjectiviste. En complétant l’approche wébérienne par celle de Berger et Luckman et d’Anthony Giddens, nous regardons le devenir religieux comme une construction sociale qui se réalise par un processus continu à travers les idées et les pratiques. Mais aussi, nous verrons comment les conditions sociales et structurelles d’existence sont des contraintes et des espaces de possibilité d’un champ d’action.

4C’est ainsi qu’après avoir exploré les logiques intra-religieuses et les actions plus ou moins spécifiquement « islamiques », il importe de s’arrêter sur les logiques extra-religieuses qui interviennent aussi dans la mise en forme du champ religieux musulman bruxellois.

5La mise en place de la politique de gestion des cultes est extérieure à l’intentionnalité musulmane, elle lui préexiste largement. Les acteurs musulmans ne font que s’y insérer et négocier leur espace. Beaucoup a été écrit, tant sur la politique des cultes en général que sur les vicissitudes de la gestion publique de l’islam en particulier. Nous ne revenons pas sur ce sujet ici et nous nous limitons à une réflexion sur les effets de structuration (ou non) de cette politique. Il faudrait à ce sujet distinguer deux aspects : l’un concernant la politique des cultes au sens strict d’après la loi de 1870 et l’autre concernant la loi relative à l’enseignement de la religion islamique dans l’enseignement officiel (enseignement public) et qui dérive des lois issues de ce qu’on a appelé le « pacte scolaire » de 1960. À cela, il faut ajouter un troisième aspect : l’inévitable question des enjeux communautaires belgo-belges.

1.1. La gestion des cultes

6Le cadre formel de la gestion des cultes, qui vise à la reconnaissance des mosquées et des agents de culte, a des effets ambivalents. Il est clair que théoriquement un financement public a des implications structurelles en termes de permanence et d’institutionnalisation.

7En effet, quelques mosquées ont été financées dans ce cadre et d’autres sont en attente de reconnaissance. Mais ce financement n’est pas toujours recherché ; parfois il semble même être évité, car cela implique des démarches et des contrôles qui ne sont pas souhaités. Tout semble se passer comme si une certaine méfiance s’était instaurée, ou perdure, entre les gestionnaires de mosquées et les pouvoirs publics. Ou encore que cette méfiance soit plutôt l’argument qui cache une certaine difficulté à rationaliser la gestion des lieux de culte.

8Par ailleurs, les pouvoirs publics et tous les acteurs impliqués ont accepté comme une évidence que les mosquées soient reconnues sur une base ethnonationale. On reconnaît ainsi des mosquées turques, arabes, pakistanaises, albanaises, etc. Comme cela a déjà été dit précédemment, cette reconnaissance nationale est promue et favorisée par des agences externes comme la Diyanet. C’est évident pour des associations fédératives comme les Milli Görüs, les suleymanci ou autres. C’est aussi évident pour pas mal de dirigeants actuels et imams de mosquées. La question serait de savoir si ces décisions publiques, qui renforcent et consolident les réalités ethnonationales, n’aboutissent pas à des financements structurels qui seraient, à terme, en porte-à-faux par rapport à des dynamiques religieuses qui auraient tendance à dépasser ces clivages nationaux.

  • 1 C’est le seul culte dont l’instance centrale est financée par les pouvoirs publics. L’instance cen (...)

9Pour le financement des cultes, l’État prévoit et exige la constitution d’un « organe chef de culte », qui soit son interlocuteur. Les vicissitudes de ce qu’on a appelé l’Exécutif des musulmans de Belgique ont été analysées en long et en large sous l’angle le plus facile, l’institutionnel. L’analyse sociologique des acteurs et des mécanismes à l’œuvre n’a pas été assez explorée malgré l’abondance de publications, la plupart d’ailleurs œuvre de non-musulmans. Quoi qu’il en soit, depuis les années 1990, cette instance de gestion1 a été mise sur pied. On pourrait se demander si cet organe, qui est formellement la haute autorité de référence dans les affaires de culte, a eu un effet structurant du champ religieux. La réponse est mitigée. Il est clair qu’il a contribué à négocier certains aspects fonctionnels avec les autorités publiques. On peut penser à l’instruction des dossiers pour la reconnaissance de mosquées ; à l’ouverture de parcelles musulmanes dans les cimetières. On peut penser aussi à la désignation d’enseignants de religion islamique ou d’aumôniers, ou à la reconnaissance du titre d’imam en vue de leur autorisation de séjour.

10Mais cet organe n’a eu qu’un impact très limité sur la structuration proprement religieuse, qu’il s’agisse de la prédication ou de l’enseignement. Ces pratiques et ces contenus de prédication et d’enseignement se développent de manière autonome. Et on pourrait faire l’hypothèse que, en raison de ce qui a été dit sur la structure sociale de l’islam sunnite ainsi que sur les logiques de fonctionnement et de constitution actuels du leadership musulman, cet organe n’aura pas la possibilité de constituer ou au moins de réguler le champ religieux. Par contre, il a comme effet structurant majeur de faire une quasi-unanimité contre lui. Il n’est pas considéré comme un adversaire, mais comme l’entité « malgré laquelle » il importe de faire quelque chose de valable.

11En dehors de la loi relative aux cultes, la gestion des cultes se réalise aussi au plan local et se fait à travers les rapports entre autorités locales et gestionnaires de mosquées. Il est intéressant de noter que beaucoup de communes ont un « échevin des cultes », ce qui est nouveau, cette mesure ayant été adoptée surtout pour prendre l’islam en compte. Dans ce cadre local, une sorte d’accord semble s’instaurer. Les autorités locales demandent aux mosquées une certaine capacité de régulation de l’ordre public, comme les rassemblements de foule et de voitures à la sortie de la prière du vendredi, les soirs et les nuits de ramadan, lors de la fête de l’Aïd. Mais aussi, dans certains cas, on demande un soutien pour effectuer un contrôle sur les jeunes hommes qui traînent dans les rues, qui commettent des actes délictueux ou qui se mobilisent dans des émeutes urbaines. Par là, les mosquées reçoivent une certaine reconnaissance publique et une légitimité, une respectabilité. Les mosquées, comme nous l’avons vu, se voient courtisées dans les campagnes électorales par des responsables politiques non musulmans et par des candidats d’origine musulmane qui savent que les mosquées constituent une base électorale forte. On pourrait ainsi dire que les mosquées sont en partie structurées par le politique, mais qu’à leur tour elles structurent, par leur capacité de mobilisation, la vie politique et plus largement, qu’elles contribuent à structurer la vie dans les quartiers.

1.2. Les enseignants de religion islamique et les aumôniers

12La présence structurelle de ce corps professionnalisé peut avoir un effet structurel considérable, mais qui ne se manifeste pas nécessairement à travers l’exercice de leur profession. Par leur enseignement à l’intérieur des écoles, les enseignants peuvent contribuer à forger les mentalités des jeunes générations. Au stade actuel, on peut dire que la situation est fort variable, le clivage se construisant entre des enseignants à faible impact car peu préparés et minimalistes, et des enseignants (probablement jusqu’à présent minoritaires) à plus fort impact personnel. L’enseignant peut également jouer un rôle médiateur à l’intérieur du système scolaire. Ce rôle est difficile à estimer et à ce sujet les avis récoltés divergent.

13Mais c’est à l’extérieur de leur monde professionnel que ce personnel spécialisé joue un rôle. Par exemple, pas mal de prédicateurs musulmans en vogue, qui multiplient les conférences, dont on produit CD ou interventions sur les sites web, appartiennent au monde enseignant. Les contenus de leur enseignement sont très variables et se situent dans un spectre qui va des Frères musulmans aux salaf, des mystiques aux musulmans « culturalistes ».

Notes

1 C’est le seul culte dont l’instance centrale est financée par les pouvoirs publics. L’instance centrale de la « morale laïque » est également financée de la sorte. C’est une décision prise par le ministre de la Justice de l’époque, Philippe Moureau. On peut facilement comprendre les raisons de ces privilèges.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par